Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages médiévaux du Languedoc

 | 
Aline Durand

Chapitre premier. Matériel et méthode

Texte intégral

1L’étape préalable de tout travail scientifique est de présenter le cadre et le matériel d’étude. Centrer la recherche sur le Languedoc méditerranéen, c’est donner à la zone géographique analysée une cohérence non pas issue de facteurs anthropiques, mais de facteurs abiotiques, en l’occurrence le climat et la végétation. Dans une perspective biohistorique, il est capital de partir d’une définition régionale de ce type de manière à aborder correctement les problèmes d’écologie rétrospective. Cette démarche conduit également à signaler les potentialités agricoles, ce qui constitue un point de départ essentiel pour caractériser les éventuels processus d’anthropisation des assemblages floristiques et des écosystèmes. Quant aux sources, écrites ou non écrites, elles délimitent et cernent le « territoire de l’historien ». Pour le médiéviste, ces préliminaires sont d’autant plus nécessaires qu’il travaille principalement sur des documents élaborés par des personnalités humaines. Pour l’anthracologue, le problème se pose en termes presque similaires : le bois n’est-il pas récolté par l’homme lui-même ? Dans les deux cas, le prisme n’est pas suffisamment fort pour oblitérer la valeur scientifique du document. Mais la critique des sources archivistiques et anthracologiques débouche inéluctablement sur l’élaboration d’un protocole d’échantillonnage et de traitement du matériel le plus rigoureux possible et le plus adapté aux objectifs souhaités.

La mosaïque paysagere du languedoc

2L’unité de la région n’est que globale et derrière le concept unitaire que recouvre l’appellation Languedoc se juxtapose une mosaïque de terres aux visages divers. Dans le détail, les structures morphologiques et géologiques conjuguées à l’influence déterminante du climat, modèlent non pas un, mais des paysages méditerranéens. Leur poids respectif dans la genèse de l’habitat et des terroirs médiévaux est tel qu’il convient, sous un aspect peut-être un peu formel et aride, d’en rappeler et d’en étudier les différents éléments. Ils favorisent la naissance d’une régionalisation médiévale de l’espace et l’expression de particularismes locaux.

Les formes du relief

Une géomorphologie contrastée

  • 1 E. Coulet, Morphologie des plaines et garrigues du Languedoc méditerranéen, t. I et II, thèse d’Éta (...)

3L’originalité du Languedoc tient à la distribution de ses reliefs car sa morphologie présente une abondance de faciès contrastés rassemblés dans un espace restreint (fig. 1)1.

4Les plaines, plus étroites dans le Languedoc central, plus étalées aux extrémités vers l’Aude ou les pays rhodaniens, sont ourlées par un chapelet d’étangs séparés de la mer par le cordon littoral. La montagne, toujours présente, mais jamais très élevée, dessine le fond du décor (Cévennes 1567 m à l’Aigoual, Espinouse 1040 m au Caroux). Dans l’intervalle, appuyés aux contreforts montagneux, les avant-monts de l’Espinouse à l’ouest et le monde des Garrigues au centre et vers l’est s’étagent en plateaux disposés en marches d’escalier (100 m à 658 m au pic Saint-Loup). L’espace qui sépare la mer des sommets (40-80 km) incite à définir le Bas-Languedoc comme un lieu de passage privilégié.

5Bordée au nord par le Larzac, la Séranne et les Cévennes occidentales, la zone des Garrigues montpelliéraines (150 à 500 m d’altitude) constitue, entre Vidourle et Hérault, l’une de ces marches d’escalier. Au début du Tertiaire, la surrection des Pyrénées a provoqué dans l’ouest de la région la formation de deux anticlinaux ouest-est : les plis de Montpellier (399 m) et de Viols-le-Fort-pic-Saint-Loup (530 m en moyenne). Ce dernier est prolongé vers le nord-est par la Montagne de l’Hortus, la crête de la Taillade et le Causse de Pompignan. Il chevauche et domine de sa face nord très abrupte le fossé de Saint-Martin-de-Londres. Une série de bas-plateaux (160-327 m) s’appuie directement au Causse de Pompignan. Le pli de Montpellier définit le fossé de Saint-Paul-et-Valmalle. À l’est, il se continue par une série de petites hauteurs ne dépassant pas 60 m d’altitude. Si violents qu’aient été ces accidents tectoniques dissymétriques, leur face sud a été depuis longtemps nivelée en plateaux massifs d’environ 300 m d’altitude : le Causse d’Aumelas prolongé par l’épine de la Moure et les Garrigues montpelliéraines. À la fin du Tertiaire, ces plateaux, aplanis par l’érosion, ont subi la crise cévenole : ils ont été disséqués par un jeu de faille nord-sud en une série de bassins de terrains meubles. Ces mouvements tardifs ont également façonné le relief karstique et le réseau hydrographique, pauvre en écoulements superficiels, mais riche en avens et rivières épisodiques. Cette configuration morphologique en plateaux disloqués par une série de dépressions se retrouve également dans la partie est du Languedoc central. À une moindre altitude, les reliefs tabulaires prolongent le Causse de Pompignan et la Séranne : prédominance des surfaces d’aplanissement, lapiès, terra rossa, dolines, formations superficielles laissant apparaître la roche et l’importance des phénomènes karstiques. Les vallées fluviatiles montrent une sculpture différentielle plus ou moins discrète : quatre terrasses en marche d’escalier portent la marque des systèmes morphologiques quaternaires.

Figure no 1. Géologie détaillée du Languedoc daprès E. Coulet (1975)

6Entre Vidourle, Cèze et Rhône, d’importantes structures d’aplanissement (anticlinaux de Goudargues et Saint-Quentin), entaillés de gorges profondes, sont incisées de bassins et fossés de Garrigues. Les phénomènes périglaciaires quaternaires y ont aussi laissé leur empreinte. Ainsi, les traces d’une évolution commune avec le Bas-Languedoc central sont visibles, mais avec ici quelques nuances. Perdant son unité, le monde des Garrigues s’élargit : il est coupé par un couloir de plaine large de 7 km, long de 80 km, dessinant une sorte de S alignant ainsi Taire synclinale de Sommières, le fossé d’Alès et le bassin de Barjac. Cette zone de terrains meubles isole vers Test les plateaux de Lussan, Uzès et Nîmes, riches en faciès karstiques. Ces derniers, plus simples et plus massifs que les plis pyrénéo-provençaux du pays de Montpellier, sont toutefois aérés par une succession de combes (Vaunage, Valliguières, Belvezet et Lédenon) ou de fossé (Uzès) et dépression (Esterazargues). À l’ouest et au sud du fossé d’Alès, dans la zone sous-cévenole et le massif de Logrian, les effets de la tectonique pyrénéo-provençale se combinent à de nombreuses autres dislocations, très compliquées, qui se conjuguent aux dissections profondes des organismes fluviatiles. L’accident cassant de Nîmes précède la dépression en terrasses de la Costière. Celle-ci, riche en talus de cailloutis gélifractés et en épandage de galets villafranchiens, contraste avec la mobilité camarguaise.

7Le Biterrois forme un vaste glacis d’épandange qui recouvre les dépôts marins tertiaires. Les cailloutis de ce glacis tirent plutôt leur origine des roches métamorphiques de l’Espinouse que des avant-monts primaires. Ils ont été véhiculés suivant un trajet qui préfigure la cluse de l’Orb. À l’est, la vallée de l’Hérault témoigne de l’érosion d’un puissant organisme fluviatile dont le cours a été fixé par une zone de terrains tertiaires et une série d’épanchements volcaniques quaternaires alignés sur l’Escandorgue. Seuls quelques affleurements secondaires isolés (arc de Saint-Chinian, pointements de Gabian, puechs de Lespignan et Vendres) témoignent entre Roussillon et pays de Montpellier de la continuité de l’édifice pyrénéo-provençal largement ruiné ici sous les alluvions et cailloutis du Quaternaire. Rivières et fleuves côtiers à tracé parallèle (Orb, Libron, Boyne, Peyne, Thongue) ont disséqué cet ensemble en un beau système de terrasses quaternaires.

Dispositions géologiques et pédologiques

8De l’Espinouse aux Cévennes, les montagnes septentrionales sont composées de roches métamorphiques très acides (gneiss, schistes et micashistes). Plus au sud, les avants-monts sédimentaires primaires font partie du socle hercynien (schistes, grès, calcaires). Ils sont très aptes aux déformations post-hercyniennes.

  • 2 P. Marres, « L’économie rurale d’une communauté méditerranéenne : Aniane (Bas-Languedoc). Hommage à (...)

9Tous les reliefs tabulaires sont principalement constitués de calcaire jurassique favorisant la formation de karst. Cependant, les plateaux orientaux (Logrian, Garrigues de Nîmes et d’Uzès) présentent une alternance de roches dures calcaires du Jurassique et de roches tendres marno-calcaires du Crétacé : crêtes, cuestas et corniches y sont donc beaucoup plus accentuées. Soumis au climat tropical du début de l’ère Tertiaire, les massifs ont été exondés et érodés entraînant la formation de terra rossa. Les poches d’argiles et les dolines où s’accumulent les débris d’érosion sont seules susceptibles de porter du grain et de renfermer du minerai de fer et de bauxite : leur « toit de terre rouge, épais de 1,50 m, farci de cailloutis calcaire constitue une excellente terre agricole »2.

10Tous les bassins disséqués dans les surfaces d’aplanissement par les cassures pyrénéo-provençales sont couverts de dépôts meubles du Tertiaire. Ces sédiments marins ou lacustres (marnes, grès, molasse) sont propices aux cultures. S’y mêlent aussi des dépôts détritiques grossiers (silex, chailles) provenant de l’érosion des sommets (Cévennes et plateaux) et des accumulations de matière organique (lignites, asphaltes, bauxite et fer) dues au climat tertiaire.

11La basse plaine est couverte de matériaux quaternaires fixés datant du Villafranchien (marnes marines ou lacustres) ou au contraire mouvants car plus récents. Dans la vallée de l’Aude, comme en Costière, les hauts niveaux marins ont pénétré à l’intérieur des plaines sur des accumulations alluviales basses déjà fossilisées. Il n’en est pas de même en Languedoc central. L’ensemble fournit la preuve d’une certaine mobilité des lignes de rivages. Un régime d’étangs a ensuite assuré le dépôt d’argiles souvent noirâtres (Frontignan).

12Les dépôts détritiques hétérométriques provenant des Garrigues ou même du socle hercynien septentrional sont constitués de cailloutis, galets et sables. Pour la Costière, ces éléments sont surtout cévenols et rhodaniens. Sous l’effet du climat froid et sec du Gunz, la solubilisation du calcaire décarbonate les roches puis cémente les détritus en chailles, poudingues et lentilles de sable. Ainsi se créent les dépôts villafranchiens de la Costière ou ceux plus siliceux de Lunel-Viel.

13Le Quaternaire récent forme aux bords des fossés et dépressions, comme à la base des plateaux calcaires, des glacis et cônes de déjections arrachées par le froid (gélifracts) aux hauteurs. Ainsi, les quatre terrasses fluviatiles sont-elles dues à la combinaison de l’érosion fluviatile, des quatre glaciations provoquant la gélifraction des roches encadrant les cours d’eaux et probablement aussi de l’action humaine sur la longue durée. Bien évidemment, en fonction du type de matériau, il en résulte des gorges profondes et terrasses rocheuses ou, au contraire, les dégagements des bassins et synclinaux des Garrigues si caractéristiques de l’arrière-pays.

Climat et végétation

Les caractéristiques du climat méditerranéen

  • 3 R. Dugrand, La Garrigue montpelliéraine. Essai d’explication d’un paysage, Paris, PUF, 1964. P. Mar (...)
  • 4 L. Emberger, « La végétation de la région méditerranéenne. Essai d’une classification des groupemen (...)
  • 5 P. Duchaufour, Précis de pédologie, Paris, Masson, 1960.

14Géographes3, phytosociologues4 et pédologues5 s’accordent pour reconnaître que peu de climats en France sont aussi déterminants que celui de la façade méditerranéenne. Les traits désormais classiques du climat languedocien, insolation forte, sécheresse estivale accentuée, pluies automnales et hivernales abondantes, se trouvent modifiés dans l’arrière-pays par rapport à la plaine littorale. Dans le bassin de Saint-Martin-de-Londres (fig. 2 et 3), les minima hivernaux et les maxima estivaux sont plus prononcés. Les pluies y sont aussi nettement plus abondantes. Cependant, les premières hauteurs des plateaux ne sont pas soumises à une variante climatique homogène : l’exposition des versants et le relief conditionnent autant de microclimats susceptibles de déterminer la végétation et l’aptitude aux cultures.

15La région est balayée par le souffle du mistral, glacé en hiver. En été, il persiste parfois plusieurs jours, accentuant l’évaporation et la sécheresse des zones caillouteuses des terrasses. La tranchée de l’Hérault guide aussi la trajectoire des orages vers le fond des vallées souvent en cul-de-sac, provoquant des tourbillons cycloniques accompagnés de précipitations violentes, capables d’arracher ou décapiter pins et arbres fruitiers, de détruire et d’emporter moulins, maisons et alluvions des premières terrasses (crues de 1783, 1890, 1907, etc.). La violence des averses automnales est telle que le sol est rapidement saturé ; l’eau ruisselle alors dès la moindre pente entraînant la couche arable ; elle échappe ainsi aux nappes phréatiques.

Figure no 2. Températures minima et maxima mensuelles de Montpellier (Mtp.) et de Saint-Martin-de-Londres (St-M.) d’après R. Dugrand (1964)

Figure no 3. Courbes comparatives de pluviosité mensuelle entre le plat-pays et les Garrigues d’après R. Dugrand (1964)

Aspects bioclimatiques

  • 6 L. Emberger, La végétation... et Sur une formule..., op. cit.
  • 7 Y. Akman et P. Daget, « Quelques aspects synoptiques des climats de la Turquie », Bulletin de la so (...)

16À la suite de L. Emberger6, la plupart des climatologistes et écologistes européens7 rapportent tous les types climatiques méditerranéens à la sécheresse estivale présente ou prépondérante quelles que soient les valeurs thermiques hivernales. Dans ces conditions, le climat méditerranéen se superpose exactement à la végétation méditerranéenne. Ils utilisent pour définir le bioclimat le coefficient individualisé pour le Maroc par L. Emberger :

17où P est la moyenne annuelle des précipitations, M la moyenne des maxima du mois le plus chaud et m la moyenne des minima du mois le plus froid.

18L’influence climatique atlantique ou européenne perturbe notablement ce schéma en montagne. En effet si les limites thermiques sont faciles à établir, il n’en est pas de même pour les limites entre les zones ou les étages bioclimatiques pour lesquels de toute évidence les précipitations jouent un rôle primordial.

Le modèle biogéographique des étages de végétation

19L’intégration des écosystèmes forestiers français dans le système bioclimatique tel qu’il vient d’être présenté est alors envisageable.

  • 8 C. Flahaut, La distribution géographique des végétaux dans la région méditerranéenne française, Par (...)
  • 9 J. Braun-Blanquet, « La forêt d’yeuse languedocienne, (Quercion ilicis). Monographie phytosociologi (...)

20Les études physionomiques qui remontent pour les plus anciennes à la fin du XIXe ou au début du siècle8 conjuguées avec la phytosociologie dont J. Braun-Blanquet est le grand initiateur9 sont à l’origine de la zonation altitudinale de la végétation. En effet, la diminution de la température, et à un moindre degré de l’hygrométrie, imposent à la végétation un étagement altitudinal et latitudinal (fig. 4).

Figure no 4. Zonation et étagement de la végétation du 29e au 71e parallèle d’après P. Ozenda (1975)

  • 10 Cf. L. Emberger, note 6, et P. Ozenda, La végétation de la chaîne alpine dans l’espace montagnard e (...)

21Depuis les années soixante-dix, la notion d’étage de végétation a cessé d’être un concept lié à une tranche d’altitude pour se rattacher plutôt à un intervalle de température, ce qui revient à substituer une définition écologique à une définition purement géométrique. Ainsi, on aboutit à un modèle bioclimatique où « l’étage n’est plus simplement la végétation contenue dans une certaine tranche d’altitude mais un système de groupements végétaux réunis par une affinité écologique dans une même tranche d’altitude » suivant une définition déjà proposée par L. Emberger10.

  • 11 P. Ozenda, Sur les étages..., op. cit.

22Les étages de végétation des montagnes du bassin méditerranéen ont fait l’objet d’une révision11. C’est à cette dernière zonation que je me référerai lors de l’interprétation anthracologique. Ainsi, la végétation méditerranéenne, montagnes comprises, est divisée classiquement en cinq étages : le thermo, le méso, le supra, l’oro et altiméditerranéen (fig. 4). Les deux premiers correspondent grosso modo à la végétation méditerranéenne au sens de l’école zuricho-montpelliéraine ; les trois autres, plus en altitude, représentent la forme que prennent, dans les reliefs méditerranéens, le collinéen, le montagnard et le subalpin. On reconnaît également des subdivisions inférieure et supérieure pour chaque niveau horizontal.

23Le dynamisme des groupements végétaux, notion fondamentale, détermine les évolutions progressive ou régressive par rapport à un climax ou maximum biologique de stabilité de l’écosystème. À la suite des travaux de H. Gaussen, on appelle série de végétation l’ensemble des associations végétales qui y conduisent par évolution progressive et celles qui en dérivent par dégradation.

24J’ai tenté de synthétiser succinctement pour la région étudiée les principales séries de végétation constituant les étages biogéographiques principaux (tabl. 1). Elles sont illustrées de photos (pl. 1 à 4). En fonction du gradient altitudinal, la répartition actuelle entre les boisements forestiers, les faciès de dégradation ou de recolonisation et les cultures a été également cartographiée comme point de référence indispensable à ce travail (fig. 5).

ETAGE

ESPECE CHEF DE FILE

STRATE ARBOREE

STRATE ARBUSTIVE

mésoméditerranéen inférieur

Pinus halepensis
Quercus ilex

Pinus pinea

Cistus albidus. Erica multiflora. Phillyrea angustifolia. Pistacia lentiscus. Quercus coccifera. Rosmarinus offìcinalis

mesoméditerranéen supérieur

Quercus ilex-Quercus pubescens (Chênaie mixte)

Acer monspessuianum

Arbutus unedo, Buxus sempervirens, Cistus albidus. Crataegus monogyna. Erica arborea. Erica multiflora. Juniperus oxycedrus, Lavandula latifolia. Pistacia lentiscus. Pistacia terebinthus. Prunus spinosa. Phillyrea media. Rhamnus alaternus. Sorbus domestica

supraméditerranéen

Quercus pubescens Pinus sylvestris

Acer campestre, Acer monspessulanum

Amelanchier ovalis, Buxus sempervirens. Crataegus monogyna. Juniperus communis. Pistacia terebinthus. Prunus mahaleb, Prunus spinosa. Ribes alpinum. Sambucus nigra. Sorbus aria

collinéen

Quercus sessiliflora
Quercus pedunculata

Acer campestre. Carpinus betulus. Tilia cordata. Tilia platyphyllos. Ulmus campestris

Calluna vulgaris. Corylus avellana. Erica cinerea. Erica scoparia. Evonymus europaeus. Ligustrum wlgare

montagnard

Fagus sylvatica
Abies alba
Pinus sylvestris

Acer opalus. Acer pseudoplutanus. Betula pubescens. Betula verrucosa, Prunus avium Taxus baccata

Juniperus communis. Ribes alpinum. Sorbus aucuparia. Sambucus racemosa. Viburnum opulus

ripisylve méditerranéenne

Populus alba

Alnus glutinosa. Fraxinus oxyphylla Salix alba. Ulmus campestris

Cornus mas. Cornus. sanguinea. Sambucas nigra

ripisylve non-mediterranéenne

Populus nigra

Alnus glutinosa. Fraxinus excelsior. Salix cuprea. Ulmus campestris

Cornus sanguinea. Sambucus nigra

Tabl. 1. Les principales séries de végétation du Languedoc entre Castelnaudary et Saint-Gilles

Figure no°5. Répartition actuelle des cultures, garrigues et forêts en fonction du gradient altitudinal d’après G. Dupias et Cabaussel (1966), G. Dupias et G. Molinier (1968), G. Dupias et al. 1973, P. Ozenda (1972) et les cartes I.G.N. au 1/1000000°.

25Le schéma qui vient d’être exposé est simplifié à l’extrême. Quelques commentaires s’imposent : les limites entre les étages varient bien sûr en fonction de critères altitudinaux, mais aussi en fonction de l’exposition, du substrat, du parcellaire... Il est parfois bien difficile de parler d’étage lorsque les structures de végétation sont imbriquées ou enclavées les unes dans les autres. Il faut aussi signaler que ce schéma est particulièrement significatif dans les pays du revers méridional de la Méditerranée (Maroc, Turquie...). Ainsi, la correspondance entre bioclimats et étages de végétation est parfois délicate.

Quelques points d’ancrage

26L’étagement de la végétation méditerranéenne est le résultat d’une évolution dans le temps où le poids des facteurs climatiques, puis anthropiques, se conjugue. Grâce à la multiplication des analyses anthracologiques et palynologiques, ces variations sont mieux appréhendées et, depuis les quinze dernières années, les connaissances ont amplement progressé. Deux points fondamentaux doivent être évoqués.

  • 12 Pour les pionniers H. J. Beug, « Probleme der Vegetationsgeschichte in Südeuropa », Ber. Dtsch. Bot (...)
  • 13 La bibliographie sur la question est immense et comprend quasiment tous les travaux anthracologique (...)
  • 14 J. Braun-Blanquet, La forêt..., op. cit.

27L’un des grands acquis est la mise en évidence de refuges glaciaires qui expliquent la propagation rapide d’essences plus thermophiles en période d’interstades et durant tout le Postglaciaire12. C’est ainsi que persiste par exemple le Chêne vert sous climat relativement froid au Würm. L’autre résultat essentiel est le rôle climacique important attribué au Chêne pubescent au détriment du Chêne vert dans l’étage méso méditerranéen de végétation13. Ce schéma est en opposition complète avec la vision traditionnelle de la phytosociologie14. Dès la fin du Mésolithique, l’optimum climatique favorise l’installation de la chênaie caducifoliée de type subhumide au détriment de boisements plus froids. C’est dans cet environnement que débutent les processus de défrichement néolithiques. Ils s’accélèrent durant la Protohistoire entraînant la dégradation progressive des groupements à chênes pubescents et la rupture décisive de l’équilibre entre l’homme et son milieu. Conjointement le Chêne vert, marqueur de l’action anthropique, occupe une place de plus en plus importante. La garrigue, formation régressive de ligneux bas, devient prépondérante.

  • 15 J.-L. Vernet et S. Thiébault, « An approach to north-western Mediterranean recent prehistoric veget (...)

28Ces deux phénomènes se développent sur l’ensemble de la France méridionale. Les synchronismes remarquables (extension du Chêne vert, du Buis, du Pin d’Alep) obtenus par l’anthracoanalyse ont permis l’élaboration d’une zonation fine biostratigraphique15. Malgré quelques divergences dues à la prise en considération des nuances méditerranéennes, elle se corrèle relativement bien avec la zonation pollinique établie pour l’Europe du nord-ouest. Ainsi le mythe de l’âge d’or et de la forêt primitive est terrassé. L’évolution historique, et plus particulièrement médiévale, de la végétation et des écosystèmes doit être replacée dans cette perspective pour être correctement appréhendée.

La documentation écrite et son traitement informatique

  • 16 L. Fossier, E. Carpentier, J.-P. Genet, H. Millet et M. Parisse, « Vingt ans d’informatique en hist (...)
  • 17 L’outil ordinateur et le métier d’historien, colloque tenu à Aix-en-Provence les 1-2 octobre 1987. (...)

29Le recours à l’informatique comme outil de recherche dans le traitement des documents médiévaux se développe depuis une vingtaine d’années, notamment dans le domaine prosopographique16. Dans les années quatre-vingt, la création de l’association internationale History and Computing puis de sa branche française et la parution régulière depuis mai 1979 du Médiéviste et l’Ordinateur jalonnent les étapes successives qui amènent l’ordinateur à devenir progressivement l’auxiliaire indispensable de l’historien médiéviste et à dépasser le cénacle du public initié. Ces dernières années, l’explosion de la micro-informatique et la multiplication des conférences et colloques sur le sujet en France comme à l’étranger17 accélèrent encore le processus.

  • 18 J.-P. Genet, « Histoire, informatique et mesure », Histoire et mesure, vol. 1, no 1, 1986, pp. 7-18 (...)
  • 19 A. Zysberg, « Le feuilleton de Mémoire vive : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’exp (...)

30La démarche méthodologique conduisant l’historien de la collecte du document brut à l’exploitation rationnelle de ses données informatisées a été décrite à plusieurs reprises. Je suivrai le cheminement proposé dès 1986 par J.-P. Genet18. Si ce cheminement est encore opérationnel pour la création d’une base de données classique, en revanche le contexte technologique dans lequel j’ai conçu mon fichier a vertigineusement évolué depuis 1983-1984 : en informatique, l’obsolescence rapide du matériel, des supports et des logiciels - de la « quincaillerie » pour reprendre une formule d’A. Zysberg19 – est un truisme. Les pages qui suivent ont évidement vieilli et je n’envisagerai sans doute plus les choses sous le même angle aujourd’hui. Mais elles ont le méritent d’être un exemple de l’état de la question au moment où ce travail a été effectué.

Évaluation et caractérisation du « réel historique »

31L’évaluation du « réel historique », c’est-à-dire des informations historiques potentielles susceptibles d’être traitées, a constitué la première étape de la construction du fichier. Cette définition initiale du volume et de la forme de la future base de données s’est avérée essentielle pour apprécier le choix des moyens informatiques à mettre en œuvre par la suite.

Inventaire et état

  • 20 Une réédition du cartulaire du chapitre d’Agde vient de sortir sous l’égide de l’IRHT alors que l’o (...)

32Pour aborder les siècles qui encadrent l’an Mil en Bas-Languedoc, l’historien des campagnes dispose surtout des cartulaires. La région, plus favorisée qu’ailleurs, en est riche d’une bonne douzaine. La majorité a été publiée dans l’euphorie de la seconde moitié du XIXe siècle et est aisément accessible. Mais certains, et non des moindres, demeurent toujours inédits tels le cartulaire de l’évêché d’Agde20, ceux des abbayes de Fontcaude, de Franquevaux, de Valmagne et de Psalmodi et le cartulaire des Trencavel. Cependant, beaucoup de chartes isolées provenant de ces fonds ont été reprises dans le tome V qui constitue les preuves de la monumentale Histoire du Languedoc de Dom Devic et Dom Vaissète parue dans l’édition corrigée de Privat. Les bénédictins ont opéré un choix judicieux en sélectionnant les textes les plus riches et les plus intéressants d’un point de vue politique, comme d’un point de vue social et économique. C’est ainsi que les actes concernant les comtes et les vicomtes des lignées languedociennes éparpillés dans ces fonds sont presque systématiquement édités. Il faut adjoindre à ces cartulaires les deux bullaires de Saint-Gilles et de Maguelone.

33À côté de ces grands ensembles documentaires, les archives départementales ont livré des pièces inédites éparses, tantôt originales, tantôt recopiées à l’époque moderne, émanant de monastères mineurs, notamment féminins, peu exploitées jusque là : Arboras, Saint-Félix-de-Montceau, Saint-Geniès, Saint-Sauveur-de-la-Font, Vignogoul, etc. Si beaucoup de ces actes datent du XIIe siècle, une minorité non négligeable couvre le XIe siècle. C’est également dans les séries G et H que des copies de fragments de cartulaires inédits ont été transcrites ou résumées : cartulaire de la prévôté à Montpellier, cartulaire Saint-Jacques de Béziers, Livre noir... Là encore quelques coups de projecteurs intéressants sur le XIe siècle et quelques compléments utiles aux éditions, surtout pour le Livre noir. À cette récolte, s’ajoutent quelques documents égrenés dans les archives hospitalières du Gard, dans les archives communales, dans les dépôts privés, dans les séries E et J. Mais le total n’atteint pas les centaines de pièces des grands cartulaires bénédictins.

34En revanche, les collections de la Bibliothèque nationale (Baluze, Bénédictins, Doat) où ont été recueillis et transcrits des actes de toute nature et de tous horizons se sont révélées plus riches : le fonds Doat à lui seul livre nombre de testaments, de contrats de mariage etc. absents des cartulaires édités ; mais il concerne surtout la partie occidentale de la région (Montagne noire, Razès, Biterrois) ; Vaunage, portes de la Camargue et plaines nîmoise et montpelliéraine ne sont concernées que très ponctuellement. Au contraire, les layettes du Trésor des chartes, publiées par A. Teulet, qui sont décevantes pour l’ouest languedocien, contiennent des chartes ignorées des cartulaires orientaux : il s’agit d’actes du XIIe siècle dont beaucoup émanent des vicomtes de Nîmes - surtout le trop fameux Bernard Aton - et des familles aristocratiques de son entourage (Bernis, Caveirac, Cailar, Posquières...). Nombre d’entre eux ont trait aux serments de fidélité et droits banaux sur les castra de la région.

35En dehors des cartulaires ou de leurs débris épars dans les collections, le fonds de l’ordre de Malte rassemble divers documents de la seconde moitié du XIIe et surtout du XIIIe siècle. Les commanderies de Béziers, Grézan, Pézenas, Saint-Félix-de-Sorgues et Sainte-Eulalie-du-Larzac pour l’ouest et le nord et de Montfrin, Montpellier et Saint-Gilles pour l’est renferment plusieurs centaines d’actes, mais, à l’instar des cartulaires cisterciens en regard des cartulaires bénédictins, ces actes gagnent en rigueur formelle ce qu’ils perdent en richesse.

Une documentation lacunaire, mais néanmoins importante

  • 21 M. Zimmermann, sous la coordination de, Les sociétés méridionales autour de l’An Mil. Répertoire de (...)
  • 22 J.-P. Poly, « Régime domanial et rapports de production "féodalistes" dans le Midi de la France (Xe(...)

36Les archives languedociennes réunies présentent des lacunes. Elles sont identiques à celles de la plupart des sources méridionales contemporaines21. Je rappellerai brièvement pour mémoire les principales faiblesses. Les documents sont presque dans leur immense majorité des actes diplomatiques privés de type charte. À l’exception d’un récit du Livre des Miracles de sainte Foy de Conques intéressant la villa agathoise de Pallas et de la vie de saint Fulcran d’un maniement délicat, les textes narratifs et comptables sont absents. Les sources administratives sont peu abondantes : un seul fragment de polyptyque22, des pouillés généralement postérieurs à 1200, quelques censiers épars souvent de la seconde moitié du XIIe siècle ; mais de très beaux rôles, d’albergue en particulier, conservés par les moines de Psalmodi et surtout par les Guilhem de Montpellier. Ces actes de la pratique sont d’origine presque exclusivement cléricale et parmi eux les actes monastiques dominent largement. Toutefois, deux cartulaires laïcs, celui des Trencavel et celui des Guilhem, corrigent la partialité des sources. Peu d’originaux sont parvenus jusqu’à nous : transcrits fréquemment dès le Moyen Âge, la plupart des actes ne sont connus que par des copies, avec tout le cortège d’erreurs, d’interpolations, de transcriptions etc. que cela suppose. La richesse textuelle varie avec la géographie : si les plaines et les moyennes vallées fluviatiles sont bien pourvues, l’arrière-pays, Garrigues comme plateaux, est un quasi désert documentaire, surtout pour la haute époque.

  • 23 M. Zimmermann, Les sociétés...., op. cit. dossier de M. Bourin-Derrau, pp. 56-58.

37Bien moins lotie que la Catalogne et ses milliers d’actes originaux, le total languedocien dépouillé est cependant honorable et suffisant pour travailler : j’ai retenu 5 381 documents, ce qui doit représenter à peu près 80-90 % des textes existant pour les Xe-XIIe siècles. Ce corpus est inégalement réparti dans le temps (fig. 6 et 7) : plus de la moitié des actes recensés soit 3465 ou 64,5 % sont du XIIe siècle pour 625 soit 11,6 % du XIe et à peine 229 soit 4,3 % pour le Xe siècle ; le poids des actes carolingiens est infime (108 soit 2 %) ; la part des actes du XIIIe siècle (873 ou 16,3 %) est factice car le dépouillement s’est volontairement arrêté aux années 1210-1220. La croissance exponentielle de la courbe par tranches de dix ans enregistre les fluctuations fines. La progression documentaire de la première moitié du IXe siècle correspond aux pancartes de donations ou de confirmations faites par les monarques carolingiens ou les souverains pontifes pour doter les nouvelles fondations monastiques. Après un gonflement dans les décennies précédent l’an Mil, quasiment dû au seul cartulaire de Nîmes, le flux des archives décroît avec un creux vers 1030 : c’est un silence en forme de bouleversement social d’où émerge une documentation nouvelle plus homogène23. La courbe redémarre avec vigueur passé 1050 pour ne plus s’arrêter jusqu’au seuil du XIIIe siècle.

Figure n° 6. Répartition de la documentation exploitée par décennies

Figure n° 7. Répartition de la documentation exploitée par siècle

38Ce rapide tour d’horizon du « réel historique » révèle l’ampleur certaine du corpus textuel puisqu’il s’évalue en milliers d’actes. Les lacunes documentaires précédemment soulignées amènent à poser un regard critique sur ces archives, mais elles amènent aussi à en souligner l’homogénéité puisque la majorité des actes sont des chartes. Ces constatations vont guider la réflexion sur l’élaboration du fichier informatique.

La construction d’une métasource

La mise au point d’un système fermé d’informations

  • 24 J.-P. Genet, Histoire..., op. cit.

39Par définition, toute métasource comporte des limites. L’orientation des recherches qui excluent les informations inutiles au regard du questionnement historique et les partis-pris méthodologiques donnent à la base son orientation et sa construction propre. C’est là l’un des points prégnants qui engagent l’historien24. La problématique de cette recherche s’efforçant de comprendre l’évolution des campagnes durant le Moyen Âge central, l’objectif principal du projet informatique consiste en une analyse diachronique des structures du paysage languedocien. L’organisation du fichier s’articule donc autour des cellules économiques et sociales de base du monde rural : parcelles, manses, villa, castrum...Les choix opérés dans la sélection des documents et, dans le document, de l’information à prendre en compte procèdent directement de cette problématique.

  • 25 R.-H. Bautier, « Les demandes des historiens à l’informatique : la forme diplomatique et le contenu (...)
  • 26 A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1894 et Hachette ou Slatkine reprints, Genève, 1975 et E. M (...)
  • 27 F. Haussman, R. Härtel, I. Kropac et P. Becker, éd., International Workshop on Standardization, Act (...)

40L’élaboration de la métasource repose sur plusieurs postulats méthodologiques qui découlent des caractéristiques documentaires du corpus. Ce dernier, quasiment homogène, rassemble surtout des chartes. Or les chartes présentent une structure commune de rédaction : présentation formelle des données, emploi de formules répétitives et stéréotypées dont on a pu dire qu’elles sont issues d’un même formulaire juridique25. Cette situation rend presque directement possible une normalisation des informations initiales en vue de leur traitement sériel en évitant un appauvrissement trop important26. Ce souci de respecter le texte original, latin ou français, apparaît aujourd’hui comme l’un des critères primordiaux présidant au choix des modalités informatiques et à la réflexion sur la standardisation des bases de données27.

41Mais cette situation présente aussi un inconvénient majeur : la distorsion entre le réel effectif et l’écrit formalisé des documents. La perception de la réalité se heurte aux éternelles énumérations telle mansus in terminium de villa de X cum cultis et incultis, terris et vineis, pratis, pascuis et silvis, arboribus pomiferis et impomiferis, acjuis aquarumve decursibus earum. Le premier pari informatique repose sur l’hypothèse suivante : malgré tous leurs défauts, les formules textuelles sont exploitables car, au sein d’un inventaire, l’emploi d’un mot pour un autre ou d’un singulier pour un pluriel, les nuances dans la revue des composants – présence ou absence de tel élément – et dans leur présentation – place des différents éléments – etc. ne sont pas indifférents. La standardisation des actes n’est que globale : dès que l’on scrute plus attentivement, les termes ne sont pas équivalents. L’informatisation de ces formules en rend la comparaison facile et systématique. Le contexte dans lequel elles s’insèrent est également mieux perçu. Le logiciel choisi devra à la fois conserver l’intégrité totale du texte normatif tout en sauvegardant l’association avec le contexte et en autorisant l’interrogation sur des parties de ces énumérations.

42Le deuxième postulat méthodologique concerne la valeur du mot : chaque mot a un – ou des – sens bien précis, propre ; simplement, s’il est évident aux yeux des contemporains, il nous échappe en partie. L’utilisation de tel terme ou de telle locution plutôt que d’autres est révélatrice et la synonymie, lorsqu’elle existe, n’est pas totale : domus ne recouvre pas la même chose que mansio, même si les deux mots désignent la maison. Ici aussi, le recours à l’informatique autorise facilement des comparaisons méthodiques tout en gardant la liaison avec l’environnement syntaxique et sémantique. Ainsi peut-on définir avec précision les champs sémantiques couverts par chaque terme et en reconnaître les divers emplois. Ce travail a été effectué sur certains mots dont l’acception ne paraissait pas claire.

43Découlant logiquement des deux postulats précédents, une attention toute particulière doit être portée aux associations lexicales. D’infimes variations dans les tournures de phrases ou dans les expressions courantes, parfois toutes faites, de la langue ne sont pas dépourvues de sens. Au contraire, un tel état de fait est souvent riche d’interprétations : qu’un bien soit infra ou subtus villa plutôt que in villa renseigne sur la structure de l’habitat. Dans cette perspective, les conjonctions de coordination vel, seu, sive, offrent à l’historien une série d’équivalences entre divers éléments considérés, pour l’occasion, sur le même plan. Les prépositions sont également très précieuses pour l’étude des paysages et des terroirs puisqu’elles situent spatialement, les unes par rapport aux autres, certaines de leurs composantes.

44Dans ces conditions, la perception qu’ont les scribes médiévaux de la réalité historique est envisageable à partir d’une présentation formelle. Néanmoins, l’historien se trouve devant un problème qu’il ne résoudra jamais : ces fluctuations de vocabulaire, doit-il les interpréter comme les manifestations objectives d’une description concrète, d’une transformation, ou comme la prise en considération par les clercs d’une réalité déjà existante ? Il ne faut pas oublier que le réel historique potentiel est déjà en soi, pour les hautes époques, une métasource.

45Ce discours méthodologique n’est pas neuf : c’est celui sur lequel repose l’analyse historique classique. Simplement, l’outil informatique permet d’en tirer un meilleur parti grâce à la systématisation et à la rationalisation des études.

Le choix du logiciel

  • 28 A. Pralong, « Une application « historique » de TEXTO : le répertoire informatisé des sites byzanti (...)

46L’évaluation du réel historique et les postulats méthodologiques définissent les premiers critères de sélection du logiciel. Celui-ci doit être très souple, permettant la saisie en langage clair et naturel le plus proche possible de la source originelle, tout en structurant suffisamment l’information sans perdre les corrélations avec le contexte et en offrant un large éventail de tris et d’index. Partant du principe que le logiciel idéal n’existe pas et que l’outil informatique doit se plier à la démarche scientifique propre de l’historien, des contacts ont été pris avec les responsables de diverses expériences méthodologiques. Celles menées avec le logiciel documentaire TEXTO28 m’ont convaincue de ses avantages et il a été sélectionné.

47En effet, TEXTO répond aux exigences précitées (souplesse, adaptabilité, langage clair). Il permet en cours d’exploitation de la base de revoir partiellement son ossature, ce qui est quasiment impossible avec un système de gestion de base de données. Ceci laisse une marge de manœuvre appréciable : pour une néophyte en informatique, c’était là un point capital ; pour l’historienne, c’est la possibilité de revoir la grille des questions au fur et à mesure de la fréquentation des textes. TEXTO se présente comme un logiciel très ouvert : les fiches enregistrées peuvent être de longueur variable et ainsi prendre en considération des informations exceptionnellement riches sur des points précis (cas de description de confronts atteignant 1 000 à 1 500 caractères). Par ailleurs, il offre des possibilités de tris complexes alphanumériques et de recherches séquentielles sur chaîne de caractères, essentiel dans le cas de travaux sur des locutions ou groupes de mots. Enfin, TEXTO tourne sur micro PC et compatibles comme sur gros système. Or au moment où la construction de cette base a été envisagée, les possibilités d’exploitation de très gros fichiers étaient presque inexistantes sur les PC en raison des capacités limités des disques durs (norme de 10 à 20 mégaoctets en 1983-1984).

48Comme celle de tout logiciel de type documentaire, la philosophie de TEXTO n’est pas orientée d’emblée dans une perspective conceptuelle où les objectifs sont fixes dès l’origine et où l’information est hiérarchisée, décortiquée et agencée dès la première heure afin de déboucher généralement sur une maquette par le biais d’un thesaurus. Certes, la réflexion théorique est sans aucun doute appauvrie car elle n’est pas poussée jusque dans ses derniers retranchements comme dans les systèmes de gestion de base de données. Mais l’essentiel ici était de rester le plus proche possible du mot dans son contexte afin de garder les liaisons entre les éléments d’un groupe de mots ou d’une phrase et conserver toute la richesse de la syntaxe. Il fallait à la fois tenir compte du texte et des concepts.

La structuration du fichier TEXTO

49Un document TEXTO se présente sous la forme d’un fichier séquentiel, c’est-à-dire de notices constituées chacune par une suite de champs de longueur variable. Le contenu d’un champ peut former un tout ou être divisé en article – sous-champ en quelque sorte – afin de faciliter l’interrogation. L’ensemble du fichier est structuré par un document de paramètres ou DP définissant le format, le type et le pas de la numérotation ainsi que la liste des champs à prendre en considération. Après quelques essais infructueux, la numérotation automatique a été adoptée, TEXTO gérant les fiches au fur et à mesure de leur entrée.

50Dans l’optique de la recherche exposée plus haut, l’unité de base du fichier est logiquement constituée par le ou les biens faisant l’objet de la donation ou de tout autre transaction entre les parties en présence d’un acte. Il faut donner à « bien » un sens large, aussi bien concret (terra, molendinum, villa....) qu’abstrait (jus pascendi, alberga, dos...). Chaque bien répertorié ouvre une nouvelle notice dans le fichier TEXTO appelé fichier objet.

51Une telle conception qui prend pour référence non plus la charte mais le ou les objets de celle-ci implique a priori la répétition d’informations communes à tous les biens d’un même acte et indispensables à l’exploitation du fichier : la date, la référence du texte, le type de rapport entre les parties... Quand on sait que certains censiers comportent jusqu’à une centaine d’articles... La gestion et la saisie s’en trouvent considérablement alourdies. Pour résoudre ce problème, TEXTO autorise le chaînage de fichiers : il s’agit de mettre en correspondance un document d’un fichier avec un document d’un autre fichier. Chaque bien du fichier objet-ou fichier chaînant-est donc associé au document unique du fichier texte-ou fichier chaîné-réunissant les informations communes à tous les biens d’une même charte. Le chaînage s’effectue en indiquant dans le champ « refobj » du fichier objet ou fichier chaînant la clé (numérotation TEXTO) du document stockant les informations répétitives dans le fichier texte ou fichier chaîné (tabl. 2 et fig. 8).

Figure n° 8. Le chaînage des fichiers TEXTE et OBJET

52Fichier Objet

champs

contenu

numobj

numérotation automatique Texto ou clé Texto

refobj :

champ chaînant le fichier objet au fichier texte par l’indication de la clé Texto de l’acte correspondant dans le fichier texte

obj :

bien objet de l’acte

lieu :

localisation actuelle du bien par commune et tènement

loc :

localisation médiévale du bien dans l’acte

cum :

énumération des parties constitutives du bien de type cum cultis et incultis

Confrt1 :

première limite ou confront du bien

confrt2 :

seconde limite ou confront du bien

confrt3 :

troisième limite ou confront du bien

confrt4

quatrième limite ou confront du bien

confrt5

cinquième limite ou confront du bien

confrt6 :

sixième limite ou confront du bien

redv % :

redevance en pourcentage de récolte

redvfna :

redevance fixe en nature

redvfar :

redevance fixe en argent

corvees :

corvées

dtgite :

droit de gîte

dtban :

droit lié à la possession du ban (sauf droit de gîte)

mauvcout :

mauvaise coutume

mtenure

type de contrat pour l’exploitation du bien

lienshah :

liens d’homme à homme (féodo-vassalique)

valter :

valeur marchande du bien

surfter :

surface du bien

faconter :

façon culturale

dtuse :

droit d’usage lié au bien

lodvente :

droit de mutation sur le bien

Etatbien

état descriptif matériel du bien et divers

53Fichier texte

champs

contenu

num

numérotation automatique Texto

ref :

référence de l’acte

dat :

datation de l’acte

Partie1 :

donateur (s)

partie2 :

bénéficiaire (s)

partie3 :

donateurs ou bénéficiaires lorsque leur nombre excède les deux premiers champs

partie4 :

idem partie3

partie5 :

idem partie3

persons :

personne (s) citée (s) dans l’acte autre que les parties en présence et les témoins

temoins :

témoin (s) de l’acte

rappart :

type de rapport entre les parties en présence

typejur :

type juridique du (es) bien (s) objet (s) de la transaction

lieuacte :

lieu où l’acte a été rédigé ou passé

Tableau n° 2. Structuration des fichiers TEXTO

54Ce chaînage est un chaînage simple mais TEXTO offre la possibilité de chaînage multi-articles. L’utilisateur peut interroger directement un champ du fichier chaîné à partir du fichier chaînant ou compléter l’édition des notices pertinentes de ce même fichier par des données provenant du fichier chaîné. Dans le cas de chaînage simple, il est impossible d’interroger à partir d’un index de tri du fichier chaîné un champ du fichier chaînant. Cette limite interdit donc d’obtenir un tri par ordre chronologique (champ du fichier chaîné) des informations du fichier objet (fichier chaînant). Or ce type de tri est capital dans une perspective évolutive. Une seule alternative : réinjecter le champ « dat » (la date), le seul champ posant véritablement problème, dans le fichier objet en fusionnant les informations des deux fichiers. En effet la gestion des fichiers sous ce logiciel est très souple : duplication partielle ou totale, création de sous-fichiers, fusions et transformation en différents formats....

55La conception du chaînage de fichier sous TEXTO n’est pas celui d’une véritable base relationnelle : il s’agit plutôt d’une simple juxtaposition de deux fichiers sans liaison entre les deux au sens où l’entendent les systèmes de gestion de base de données tel DBASE 4, ORACLE ou 4D. Néanmoins, une programmation fine via LOGOTEL (langage de programmation maison de TEXTO) dans laquelle la participation d’un informaticien est impérative transgresse cette limite : l’expérience d’A. Vallée et D. Pierre avec l’application Jean le Bon prouve qu’il est possible d’approcher le schéma relationnel d’un système de gestion de base de données.

56Pour terminer la partie conceptuelle, quelques mots brefs sur la manière d’engranger les données. Ce travail n’ayant pour but ni une édition de texte, ni une étude philologique, les formes orthographiques courantes ont été codifiées (par exemple garriga pour garica-garriga-garrica etc.). Autant que possible, le texte a été saisi au nominatif de façon à faciliter le traitement du fichier en éliminant les flexions.

L’exploitation de la métasource

Les transferts de fichiers

57Pour gérer ses fichiers, TEXTO utilise un format séquentiel indexé qui est généralement propre au constructeur de l’ordinateur sur lequel TEXTO est implanté. Il correspond donc à un système d’exploitation donné. Pour transférer un fichier TEXTO d’un système vers un autre système, le format d’échange consiste à créer un fichier séquentiel aux normes ajout piloté qui respecte un certain nombre de règles (champ-contenu-champ-contenu etc. ligne à ligne avec séparateur au début et à la fin du document). Cette construction s’effectue à partir d’un éditeur ou d’un traitement de texte, le fichier en ajout piloté étant ensuite transféré sous TEXTO. C’est la ligne de conduite adoptée lors de la saisie des documents et de nos transferts de fichiers. Le logiciel construit également un fichier en ajout piloté à partir d’un fichier TEXTO. De telles options ouvrent de séduisantes perspectives :

  • ne pas mobiliser pour la saisie le poste de travail où est implanté TEXTO, avantage non négligeable lorsqu’on travaille sur serveur ou sur un ordinateur extérieur ;

  • exploitation d’une même base de données sous d’autres machines et d’autres logiciels pourvus d’un format éditeur. C’est par exemple le cas d’ISIS, CLEO, ORACLE ;

  • fusions et échanges possibles avec d’autres banques de données.

  • 29 J.-P. Genet, Standardisation op. cit.

58L’intérêt d’une standardisation entre bases de données a été récemment souligné à plusieurs reprises29. En effet, la micro-informatique a multiplié les entreprises individuelles, les faisant sortir des circuits traditionnels et la recherche d’un format standard est donc capitale.

Les tris sur champs

59Il existe deux manières d’interroger le fichier : par recherche séquentielle ou par fichiers inversés autrement dit par index d’interrogation (différent d’index généraux). Étant donné le type de recherche envisagée, c’est la première procédure qui a été plus fréquemment utilisée, à laquelle a été systématiquement associé un index de tri par date (XQ). La syntaxe des questions sous TEXTO autorise les troncatures droite et gauche, tous les opérateurs logiques dont le « sauf », les parenthèses à plusieurs niveaux ainsi que les symboles « < » et « > ». Il est alors loisible de définir des critères de tris relativement fins. Pour affiner encore plus les traitements, il est en fait beaucoup plus judicieux de décomposer la question en plusieurs étapes, surtout lorsqu’il s’agit de questions complexes. On ne travaille alors que sur une partie du fichier afin d’obtenir des tris successifs de plus en plus pointus. Ou bien, on joue sur les combinaisons et réassemblages partiels de sous-fichiers. La gestion des sorties offre toute une gamme de possibilités : choix des champs pertinents à prendre en compte, obtention d’un simple listing ou d’une édition soignée en bonne et du forme.

60Deux grands modes de traitement ont été effectués en fonction de la recherche souhaitée. Tout d’abord, des tris extrêmement simples portant sur l’intégralité du fichier. Ce sont des questions du type *=*faissa* d’où les opérateurs logiques sont absents. Il s’agit de recenser de manière exhaustive toutes les apparitions d’un mot dans les documents. L’un des objectifs principaux est une analyse approfondie du vocabulaire de façon à mieux définir les différents emplois de termes restés jusque là peu définis : faissa, pecia etc. Mais le but est aussi de cartographier un phénomène, d’en cerner la chronologie ou de le quantifier : c’est le cas de l’enchâtellement symbolisé par le castrum.

61Les seconds types de tris sont plus compliqués. Ils font intervenir divers opérateurs logiques et parfois les parenthèses à plusieurs niveaux (fig. 9). Ils ne portent que sur des parties du fichier. Là commence l’analyse structurelle des actes : la décomposition des pièces du puzzle et de leurs articulations ou liaisons les unes par rapport aux autres forment la base de l’étude. Dans cette situation, la répétition quasi illimitée des traitements ouvre largement le champ des corrélations potentielles : par rapport aux fiches cartonnées et boîtes à chaussures, l’ordinateur multiplie de façon souple les possibilités d’interrogation complexe, donc d’analyses. Et il suffit parfois de tirer le fil pour que s’enchaînent logiquement les questions : étudier les écarts médiévaux, c’est d’abord en connaître l’emplacement exact – interrogation sur l’objet, et ses localisations –, puis la structure, la composition – interrogation sur l’objet et sur le contenu – en essayant de voir sur quels critères varient les différents composants – décomposition du champ cum –, enfin de comprendre leur place dans la seigneurie donc dans les modes de production – interrogation sur l’objet et les redevances – etc. Ici, l’avantage de l’outil informatique réside essentiellement dans un travail à géométrie variable : l’examen d’un mécanisme ou d’une structure peut être conduit jusque dans ces dernières limites, mais le contexte et les corrélations avec d’autres informations textuelles peuvent toujours être restitués grâce à l’édition intégrale des champs au listage.

Les conditions de l’exploitation sur PC durant la dernière décennie

62Traiter un fichier informatique sur un micro-ordinateur dans les années 1985-1989 comportait un certain nombre de limites et Ton mesure les progrès accomplis à la lecture de ce qui suit. La taille du fichier a été un écueil considérable car dans son état final, la base de données TEXTO présente les caractéristiques suivantes :

Fichier texte :

5381 actes occupant 2,62 mégaoctets

Fichier objet :

21236 biens occupant 6,26 mégaoctets

Index :

0,56 mégaoctets

63soit une occupation totale de 9,44 mégaoctets

Figure n° 9. Exemple de tri. Recherche sur la structure des terroirs de jardins à partir des confronts

64La duplication du fichier objet, rendue obligatoire par la réinjection du champ dat, nécessite 6,26 mégaoctets supplémentaires lors de l’opération. C’est au total 15,7 mégaoctets que requiert la gestion brute du fichier. Il faut encore ajouter l’espace occupé par tout l’appareil des questions, index autres que date et lieu, sous-fichiers etc. et la marge sécurité réclamé par le logiciel. Ceci rend caduque toute exploitation autre que sur un disque dur de moins de 20-30 mégaoctets (norme de l’époque) et encore, dans ce cas, faut-il « nettoyer » journellement le disque sans possibilité d’archivage. Très vite aussi des limites incompressibles de temps sont apparues (impression du listage compris). Sur compatible pc-at équipé d’1 mégaoctet de mémoire vive et d’un microprocesseur Intel 80286 (vitesse 12 mégahertz) et connecté à une imprimante Epson LQ 500 :

Duplication et indexation

Duplication du fichier objet

2h 20 mn

Création d’un index sur 1 champ

35 mn

Création d’un index sur 2 champs

60 mn

Temps de réponses aux questions

question simple ayant une dizaine de réponses

30 mn

question simple ayant une centaine de réponses

1h

question complexe ayant une centaine de réponses

2h

question complexe ayant plusieurs centaines de réponses

3h et plus

65Si la durée des traitements pour des questions simples (de 0 à 2 opérateurs logiques) est acceptable, en revanche, celle nécessitée par des questions complexes (> 3 opérateurs logiques différents) est évidemment beaucoup moins satisfaisante. L’un des obstacles principaux sous pc résidait aussi alors dans les capacités de l’imprimante tant en rapidité qu’en place de mémoire tampon qui double pratiquement l’attente et qui bloque l’accès à d’autres tâches. Or lorsque le véritable stade d’exploitation de la base est atteint (plus de 400 listages ont été obtenus), le rythme de travail sous pc-at devient vite un véritable casse-tête, en particulier lorsque plusieurs centaines de documents sont à éditer. Le recours à l’informatique lourde, en l’occurrence le Centre inter-régional de calcul électronique d’Orsay (circe), s’est imposé pour les questions complexes ou celles qui comportent un nombre considérable de réponses. Ce verrou, incontournable au moment où ce travail a commencé, a évidemment sauté avec les nouvelles générations de coprocesseur et autres pentium et les capacités accrues des disques durs.

***

  • 30 Cf. infra pp. 268-274.

66L’élaboration d’un fichier informatique individuel s’est révélé une entreprise positive. Positive d’abord par la masse d’informations engrangées et la facilité de gestion de la métasource qui multiplie les possibilités de tris. Positive encore sur le plan du pari informatique puisque les postulats initiaux ont permis une approche sémantique et contextuelle plus systématique et plus fine que ne l’aurait fait un dépouillement manuel : c’est par exemple le cas du terme faissa30. Le choix de TEXTO s’est aussi avéré payant car le logiciel autorise un compromis judicieux entre la classification de l’information indispensable à l’architecture de la base et la nécessité de conserver les liaisons entre les éléments et la référence au contexte. Il implique une organisation souple qui est à mi-chemin entre une théorisation approfondie et un texte linéaire. Il n’en demeure pas moins que l’informatisation des données textuelles demeure un investissement très lourd – et très onéreux – au départ : la conceptualisation de la base, la recherche du logiciel, les tests méthodologiques et la saisie prennent beaucoup plus de temps, et de loin, que la démarche classique du papier-stylo. Mais le temps perdu initialement se rattrape ensuite au niveau des tris car l’étape du reclassement manuel des fiches cartonnées est supprimée. Il faut aussi souligner que l’informatique n’est pas une panacée, ni une fin en soi, mais un outil de réflexion. L’utilisation de l’ordinateur accompagne la réflexion historique globale : au départ l’état conceptuel de la base semble fixé une fois pour toute ; en fait le mode de questionnement change au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. En forçant le trait jusqu’au paradoxe, on peut dire que les termes fixés au départ pour construire la base sont obsolètes à l’arrivée. Avec la progression de l’analyse, la manière d’envisager les choses évolue : en cela, l’informatique participe pleinement à la démarche scientifique de l’historien et l’aide à suivre son intuition.

Les archives naturalistes : apports et limites

67Dans l’éventail de plus en plus élargi des documents exploités par l’historien, j’ai privilégié deux types de sources naturalistes : les données polliniques et, surtout, anthracologiques. J’emploie à dessein le terme naturaliste, et non celui de bioarchéologique car, au moment où j’ai entrepris cette recherche et même encore aujourd’hui, je n’ai pu bénéficier de l’appui d’analyses palynologiques effectuées sur des sédiments archéologiques. C’est vers la palynologie lagunaire que je me suis tournée.

L’analyse des pollens issus de dépôts naturels

68La palynologie est l’étude des spores et pollens fossiles et actuels, autrement dit l’étude des cellules reproductrices émises par les plantes à fleurs (pollen) et les fougères (spore) lors de la reproduction. L’enveloppe sporale ou l’enveloppe protectrice du pollen (exine) sont extrêmement résistantes : elles se conservent naturellement dans les sédiments, notamment en milieu humide (tourbières, lagunes). La palynologie restitue ainsi les associations végétales locales du passé, passé qui remonte parfois fort loin (Tertiaire). Quand on dispose d’une séquence longue à l’échelle du Quaternaire, la dynamique de la végétation et des écosystèmes est suivie sur la longue durée. Les attaques contre la forêt, qui représentent autant de ruptures de l’équilibre biologique de l’écosystème, sont alors enregistrées et des hypothèses climatiques ou anthropiques sont avancées pour expliquer les fluctuations du paysage. La palynologie en milieu naturel fournit un canevas de l’évolution du milieu végétal : il m’a paru nécessaire d’essayer de restituer celui de la région et de la période qui m’occupent afin d’y replacer les données historiques et anthracologiques.

  • 31 N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléoenvironnement végétal et évolutio (...)

69Le sondage pollinique de Marsillargues effectué par N. Planchais dans la plaine littorale, sur l’étang de Mauguio (fig. 10 et 11)31, a conservé, fait rare pour cette discipline, les niveaux les plus récents. Les mesures radiométriques ont été faites sur des coquilles prises entre deux niveaux afin d’obtenir une assez grande quantité de matériel. Elles donnent une précision de l’ordre du siècle. Aussi, l’auteur a-t-elle choisi un échantillonnage correspondant très approximativement à cet ordre de grandeur. L’anthropisation du site étant le facteur dominant d’influence sur la végétation, elle a divisé le diagramme en étapes successives suivant les grandes séquences végétales découlant de cette influence. Les deux phases qui correspondent au Moyen Âge sont les étape « d » et « e ». L’étape « d » de 2270 ± 70 BP soit environ -320 av. J.-C. à 1300 ± 60 B.P. soit environ 650 apr. J.-C. se définit par la chute des taxons arborés médioeuropéens et la montée conjointe des pollens indicateurs de l’action humaine (Vitis sp., Castanea sp., Juglans sp., Olea sp. et les types Cerealia). L’étape « e » qui s’étend du Moyen Âge à l’époque actuelle voit la disparition presque totale des espèces mésophiles et l’expansion des Cupressacées (Juniperus sp. essentiellement).

Figure no 10. Diagramme pollinique de Marsillargues (espèces herbacées) d’après N. Planchais (1982)

Figure no 11. Diagramme pollinique de Marsillargues (espèces ligneuses) d’après N. Planchais (1982)

70Afin de caractériser qualitativement et quantitativement les différentes vagues de défrichements médiévaux, j’ai tenté d’aller encore plus loin dans l’analyse de ce diagramme. J’ai conscience des limites inhérentes à cette démarche qui suppose un certain nombre d’hypothèses. En effet, des remaniements restent possibles dans les couches les plus proches de la surface. De plus, l’interprétation du sondage fournit certes une trame générale pour le Moyen Âge central, mais elle n’est a priori pas reliée à une chronologie précise puisque la dernière datation auC14 remonte à 1300 ± 60 BP (VIIe siècle). Il faut extrapoler à partir de ce point de repère en supposant constante la vitesse de sédimentation durant la fin de la période « d » et le début de « e ». Or N. Planchais souligne « l’hétérogénéité de la sédimentation pollinique en lagune et ceci au sein de niveaux successifs apparemment uniformes ». Elle pondère aussitôt cette affirmation en concluant, au vu des variations du rapport total des pollens d’arbres sur l’ensemble des pollens, que « la production pollinique peut être étudiée sur le plan relatif en dépit des aléas de la sédimentation côtière ». À ceux qui me reprocheront ces interpolations, j’opposerai plusieurs arguments :

    • 32 Cf. chapitre IV.

    les processus d’anthropisation du paysage caractérisés à partir des analyses anthracologiques32 dont la datation est fiable puisqu’appuyée sur des études de mobilier, essentiellement céramique, corroborent l’interprétation des niveaux historiques du diagramme. Ils les recalent sur la courte durée.

  • les sources écrites, elles aussi, restituent sur une échelle de temps très précise l’évolution des terroirs et systèmes de cultures. Elles perçoivent les différentes vagues de défrichement d’une manière indirecte.

    • 33 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, « Histoire agricole et phytogéographie », Annales ESC, t. 17,1962 (...)

    l’évolution ultérieure des zones de garrigues soumises à des cycles séculaires de mises en valeur et abandon33 fournit, sinon un terminus ante quem pour la période médiévale, du moins un repère chronologique appréciable.

71La convergence et la confrontation des différentes sources d’informations sont les meilleurs garants de la méthode employée. Elles entérinent les conclusions que j’ai tirées à partir du diagramme palynologique.

Le charbon de bois archéologique : de la fouille à l’interprétation

  • 34 L. Chabal, Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive). L’anthracologie, (...)
  • 35 Sur la définition, les limites et les apports de l’anthracologie en dépôts naturels ou pédoanthraco (...)

72L’anthracologie34 étudie d’un point de vue qualitatif et quantitatif les bois carbonisés issus soit de contextes archéologiques soit de dépôts naturels (cas des travertins)35. Jusqu’à présent, en raison des problèmes posés par la datation C14 des niveaux hors stratigraphie archéologique pour les périodes récentes et par l’échantillonnage des fragments, ce sont les charbons de bois archéologiques qui ont été privilégiés et donnent le plus de résultats. Cherchant à reconstituer les écosystèmes du passé et leur évolution, l’anthracologie donne une image de la végétation centrée principalement sur les formations forestières et leurs faciès de dégradation, complétant ainsi, dans une vision globale des paysages, les apports des autres disciplines.

Historique et historiographie

  • 36 O. Heer, « Pflanzen der Pfahlbauten », Neufbl. naturf. Ces. Zürich auf das Jahr, 1866, pp. 1-54. H. (...)
  • 37 H. Breuil, « Les fouilles dans la grotte du Mas-d’Azil (Ariège) », Bulletin archéologique, 1903, pp (...)
  • 38 Pour plus de détails sur cette évolution voir C. Heinz, « Dynamique des végétations holocènes en Mé (...)
  • 39 A.-C. Western, « Wood and charcoal in Archeology », D. Brothwell and E. Higgs, ed., Science in Arch (...)

73Les premières analyses de bois et de charbons de bois remontent à la fin du siècle dernier en Suisse et en Allemagne36. En France, l’abbé Breuil fait déterminer en 1903 des macro-restes végétaux de foyers préhistoriques37. Dès lors, l’analyse anthracologique se développe en franchissant les étapes méthodologiques successives qui en font aujourd’hui, non plus une discipline seulement paléofloristique (analyse d’une liste floristique qualitative), mais une discipline paléoécologique à part entière38. La dernière de ces étapes est l’abandon, à partir des années soixante-dix, de l’observation en microscopie à transmission, qui nécessite l’inclusion des charbons de bois sur lames minces, pour l’étude en microscopie à réflexion sur simples cassures fraîches faites à la main39 : le dernier verrou qui limitait l’observation d’un grand nombre d’échantillons saute.

  • 40 M.-L. Fancelli-Galletti, « I carboni della grotta delle Arene Candide e l’evoluzione forestale in L (...)
  • 41 J.-L. Vernet. et S. Thiébault, « An approach to north-western Mediterranean recent prehistoric vege (...)

74En archéologie pré- et protohistorique, les méthodes de fouille, de datation et d’interprétation se sont affinées ces vingt dernières années. Intégrée de manière systématique à la recherche, l’analyse anthracologique en bénéficie aussi. Une réflexion sur les conditions de prélèvement des charbons, sur leur signification, sur le nombre minimal de charbons à étudier ainsi que sur la fragmentation des bois carbonisés s’engage et assoit progressivement les fondements théoriques sur lesquels reposent la méthodologie et la pratique40. Le recours fréquent aux tests statistiques autorise une exploitation de plus en plus fine et fiable des résultats qualitatifs et quantitatifs. Parallèlement, les analyses de charbons de bois se multiplient, notamment autour de la Méditerranée nord-occidentale. La moisson de la dernière décennie a été telle qu’elle a conduit à élaborer une zonation anthracologique propre au pourtour de la Méditerranée nord-occidentale41 : elle différencie et complète à la fois celles construites à partir de la palynologie pour l’Europe septentrionale.

75Le tableau est bien loin d’être aussi idyllique pour les périodes historiques. Le Moyen Âge accumule un retard certain surtout vis-à-vis des pays slaves et anglo-saxons. À cet égard, la carte des sites méditerranéens français ayant bénéficié d’une analyse anthracologique publiée pour la période médiévale est singulièrement éloquente (fig. 12).

  • 42 M.-P. Ruas, « La carpologie des périodes historiques. Étude du paléoenvironnement en archéologie hi (...)
  • 43 M.-C. Marinval-Vigne et S. Thiébault, « Faune et flore témoins de l’exploitation du territoire rura (...)
  • 44 K. Lundström-Baudais et C. Mignot, « Le milieu végétal au XIe siècle : macrorestes et paléosemences (...)
  • 45 L. Castelletti, « I carboni della vetreria di Monte Lecco », Archeologia medievale, t. 2, 1975, pp. (...)
  • 46 J.-M. Pesez, dir., Brucato : histoire et archéologie d’un habitat médiéval en Sicile, vol. I, colle (...)

76Dans les années quatre-vingt, les constats identiques dressés en paléocarpologie par M.-P. Ruas et en palynologie par M.-F. Diot42 sont encore d’actualité presque dix ans plus tard : M.-C. Marinval-Vigne et S. Thiébault cartographiant le nombre d’analyses bioarchéologiques réalisées sur le territoire national observent toujours de nombreux blancs43 et Charavines demeure l’exception qui confirme la règle44. La situation n’est guère meilleure en Espagne qui reste entièrement à défricher et en Italie où seuls les travaux de L. Castelletti45 et les analyses de Brucato46 marquent un timide début dans ce type d’approche. Pourtant, dans ce dernier pays, l’influence de la New Archeology anglaise est prépondérante et les études d’ensemble sur le paysage rural sont une tradition ancienne. L’emploi de l’anthracologie aurait dû se développer de manière plus notable, à l’image de l’histoire de l’animal ou de l’alimentation qui, sous l’impulsion de M. Montanari, sont entrées dans les mœurs.

Figureno no 12. Sites méditerranéens français ayant bénéficié d'une anthracoanalyse publiée

77La politique de grands travaux menée dans le cadre de projets d’ampleur (TGV Nord, autoroute A5, Marne-la-Vallée) a certes favorisé la réalisation d’études bioarchéologiques médiévales, encore inédites pour la plupart. Mais elle ne doit pas faire illusion. D’abord, l’urgence des interventions sur le terrain n’autorise pas systématiquement l’application du protocole de prélèvement dans toute sa rigueur ; ensuite – et la remarque n’est pas seulement valable pour la bioarchéologie – le choix des sites ne répond pas à une problématique de recherche définie. Or le modèle biogéographique des étages de végétation sur lequel s’appuie l’analyse anthracologique devrait être plus souvent à la source même du questionnement archéologique et définir justement le choix des sites : la prise en considération de ce dernier aspect me paraît plus que capital pour établir une zonation régionale et nationale des processus d’anthropisation du paysage.

78Malgré une sensibilisation accrue et une meilleure prise en compte des requêtes des spécialistes de la part des archéologues « généralistes », il est temps que la bioarchéologie dépasse le stade embryonnaire et soit systématiquement intégrée, tout comme les autres disciplines, au déroulement d’ensemble de la fouille.

Les charbons de bois concentrés dans les unités stratigraphiques

  • 47 M.-L. Fancelli-Galletti, I Carboni..., op. cit. et pour des précisions bibliographiques voir C. Hei (...)
  • 48 L. Chabal, Forêts..., op. cit., notamment la première partie.

79Tous les charbons de bois issus des sédiments archéologiques n’ont pas la même signification et ne sont pas tous interprétables en terme de paléoécologie. En effet, la variable temporelle amène à distinguer sur le terrain plusieurs types de dépôts. Cette distinction, formulée dès les années 1972, a été affinée par les études des anthracologues préhistoriens47 et étayée d’une manière systématique pour les périodes protohistoriques et antiques48 : c’est l’un des fondements scientifiques de l’anthracoanalyse et de l’anthracologie.

80Lors de la fouille, ce qui attire l’œil d’un néophyte lorsqu’il cherche à prélever des charbons, ce sont les foyers, les zones cendreuses très noires, les débris carbonisés de charpente, de poutres ou encore les couches d’incendie soit en unités d’habitation soit en fours ou charbonnières. Ce type de charbons est qualifié par le spécialiste de « charbon concentré dans les couches archéologiques ». Ces vestiges sont issus d’une utilisation ponctuelle du bois dans le temps : ils répondent à une récolte de quelques branches pour un à deux feux (foyer, poches noires), à des choix d’essences en vue d’une utilisation spécifique (charpente, outils, etc.) ou encore à des pratiques de ramassage du bois ou de gestion de la forêt et du saltus finalisées (charbonnières). Leur interprétation est d’ordre avant tout ethnobotanique. Mais ce n’est pas parce les charbons concentrés ne sont pas représentatifs du milieu, qu’il faut les négliger.

  • 49 La construction au Moyen Âge, Actes du congrès de la société des historiens médiévistes de l’enseig (...)
  • 50 Cf. infra pp.

81Les charbons concentrés dans les unités stratigraphiques fournissent d’abord des renseignements sur l’emploi du bois dans la construction et l’architecture, dans l’outillage et les objets de la vie quotidienne. Or à ce jour, les études de ce type sont peu nombreuses du point de vue anthracologique : c’est surtout l’aspect architectural, archivistique et ethnographique qui a retenu l’attention49 ou bien le caractère exceptionnel des vestiges mis au jour. Ainsi les bois gorgés d’eau, tels ceux recueillis à Charavines, focalisent fréquemment les interventions des archéologues et des spécialistes. Mais les restes carbonisés de bois de construction apportent eux aussi leur quote-part d’informations. Au demeurant, ce type de mobilier est relativement abondant sur les gisements : il mérite plus d’attention que ce qu’il n’en suscite à l’heure actuelle. Les pièces de bois étudiées ici50 ont été prélevées rapidement. Elles n’ont généralement pas fait l’objet d’une fouille fine où le fragment est dûment repéré, positionné, mesuré, voire photographié ou dessiné en regard de l’ensemble tant en stratigraphie verticale qu’horizontale. Elles font indéniablement partie de la charpente et de la construction, mais on ignore leur répartition spatiale et leur fonction (poutre faîtière ou armature secondaire ?), ce qui aurait pu vraisemblablement être précisé par une observation et un prélèvement plus détaillés.

  • 51 C. Perlès, Préhistoire du feu, Paris, 1977. C. Heinz, Dynamique..., op. cit. I. Figueiral, Le Nord- (...)

82Les charbons de bois se concentrent aussi dans les structures sous forme de foyer. Presque toutes les études réalisées sur des foyers mettent l’accent sur l’instantanéité de la combustion et montrent qu’ils sont le plus souvent le résidu de quelques branches, d’une, voire de quelques récoltes ponctuelles de combustible : c’est l’état d’un seul feu ou des quelques derniers feux qui est enregistré par la fouille51. Ainsi s’expliquent leur pauvreté taxinomique et le fait que beaucoup ne soient que mono- ou bispécifiques. Dans ce cas, le nombre d’espèces par unité stratigraphique n’est pas une fonction du nombre de charbons étudiés. Construite à partir des données de la structure 1516A d’Augery de Corrège, la courbe du nombre de taxons identifiés au fur et à mesure de l’étude des charbons de bois (fig. 13) est conforme à la règle. Elle révèle à quel point dans le cas de ce foyer profond les résultats sont qualitativement incorrects : la courbe est en escalier et les taxons caractérisés au nombre de cinq seulement. Dans les couches d’habitat contemporaines du même gisement, le nombre d’essences identifiées dépasse fréquemment la vingtaine. Sur aucun des sites médiévaux analysés, il ne m’a été possible de comparer les résultats qualitatifs et quantitatifs d’un foyer et du sédiment archéologique dans lequel il était implanté. Cette comparaison démontre pour d’autres périodes que l’image de la végétation fournie par un foyer est statistiquement déformée en regard de la réalité.

Figure n° 13. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans un foyer (ensemble 1516A d’Augery IXe-Xe siècle).
Fragments concentrés

  • 52 J. Bonhôte et J.-L. Vernet, « La mémoire des charbonnières. Essai de reconstitution des milieux for (...)
  • 53 J. Thiriot, Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le bas-Rhône. Premières recher (...)

83Lorsque la structure archéologique est utilisée à des fins artisanales ou protoindustrielles (charbonnières ou fours de potier, de boulanger, de métallurgiste, etc.)/elle livre généralement des charbons de bois concentrés en couche épaisse et en nombre exceptionnel. Ces fragments carbonisés sont la mémoire vivante de ces installations dont ils retracent le fonctionnement. À l’instar des charbonnières, ils sont aussi le traceur idéal pour étudier l’impact de ces activités sur l’environnement végétal52 et suivre ainsi la mise en place d’une économie forestière. Le charbon de bois devient donc un marqueur privilégié de la pression artisanale et industrielle sur la forêt ou sur ses faciès de dégradation. Il autorise une approche cohérente de la gestion sylvicole : reconstitution des formations exploitées, cartographie forestière, approche des pratiques culturales. Dans le cas de Saint-Victor-des-Oules, en Uzège, les fragments carbonisés sont des témoins privilégiés pour savoir quels étaient les peuplements ligneux exploités par les potiers et comment ils ont évolué pendant les presque trois siècles où ont fonctionné les ateliers céramiques53. Les charbons de bois de l’Uzège ont toutefois une certaine signification écologique : à l’appui de cette affirmation, un certain nombre de données.

  • 54 La moyenne est de 10 par couche. Elle est relativement basse compte tenu de la faiblesse numérique (...)

84L’analyse anthracologique du site qui a porté sur 2 439 fragments carbonisés a révélé 27 taxons54. C’est un ordre de grandeur élevé qui correspond à celui obtenu sur des charbons dispersés contemporains (voir infra). Cependant, ce chiffre provient de la détermination cumulée de plusieurs milliers de vestiges, alors que le même chiffre pour les charbons dispersés est généralement atteint avec seulement plusieurs centaines de restes. La ventilation des données prouve que les principales essences brûlées ne sont spécifiques ni d’un four, ni d’un niveau de destruction, ni apparemment d’un stade de cuisson puisqu’aucune différence floristique significative n’est observée entre l’entrée et l’intérieur de chaque four, c’est-à-dire entre le remplissage de la fosse d’accès et le foyer proprement dit (tabl. 3, 4, 5).

85Même si quelques essences majeures dominent, la diversité des taxons atteste qu’il n’y a pas eu choix d’un combustible unique pour chauffer les fours. En effet, la cuisson d’une poterie nécessite une température forte, mais surtout constante : les essences peu poreuses, tendres, qui brûlent régulièrement sans à coup, devraient donc être préférentiellement employées. Ici il n’en est rien. Les qualités intrinsèques du bois (dureté, porosité...) n’ont pas eu d’influence dans le choix du combustible.

Tableau no 3. Fréquences absolues et relatives des taxons dans les couches du four 91 A (XIIe siècle)

Tableau no 4. Fréquences absolues et relatives des taxons dans les couches du four 91 B (XIIsiècle)

Tableau no 5. Fréquences absolues et relatives des taxons dans les couches du four 128 E (XIIIe siècle)

  • 55 L. Chabal, Forêts..., op. cit. et infra p. 67.

86Les courbes de l’évolution du rang des taxons au fur et à mesure de la détermination (fig. 14, 15, 16, 17, 18, 19) n’ont été dressées que pour les niveaux où le nombre de charbons était important (supérieur à 150). Leur allure, de type logarithmique, et leur richesse respective en espèces (14 pour les niveaux statistiquement significatifs) montrent que l’échantillonnage floristique du milieu qui alimentait les fours est bon puisque le nombre d’essences par couche est une fonction du nombre de charbons étudiés ; mais également que les trois structures étudiées ont été utilisées en longue durée, ce qui est confirmé par l’archéologie. Dans tous les cas de figure, les courbes sont pratiquement toutes à peu près stabilisées : un seuil est quasiment atteint et même si la totalité des taxons n’est pas encore reconnue, les plus représentatifs ont été identifiés. Ce palier est légèrement inférieur à ceux normalement reconnus pour les périodes historiques55.

87Quelle est la signification de ces résultats ? La richesse spécifique par couche et les courbes dites effort-rendement des fours s’apparentent à celles de charbons ayant une signification paléoécologique. Mais les seuils sont toujours légèrement inférieurs aux paliers habituels. Par ailleurs, la distribution des taxons et leurs présences répétées dans presque chacune des couches de tous les fours révèlent que le bois utilisé provient de manière régulière d’une même origine. D’un point de vue floristique, les essences reconnues ne croissent pas dans des milieux variées (hygrophile, halophile, thermophile....) et les arbres sont loin d’être majoritaires en regard des petits ligneux. Par conséquent, à Saint-Victor-des-Oules, le spectre anthracologique fournit une image végétale non de l’ensemble des formations ligneuses, mais principalement de celles qui alimentent les fours sans que l’on sache quelle est leur part dans le paysage. Cet exemple apporte sur le plan méthodologique des précisions quant à la signification des charbons concentrés dans des unités stratigraphiques en autorisant une interprétation des données sur le plan statistique.

Figure no 14. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 2C à l’entrée du four 91A
(Saint-Victor-des-Oules, XII
e siècle). Fragments concentrés

Figure no 15. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 4 à l’intérieur du four 91A
(Saint-Victor-des-Oules, XII
e siècle). Fragments concentrés

Figure no 16. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 2 à l’entrée du four 91B
(Saint-Victor-des-Oules, XII
e siècle). Fragments concentrés

Figure no 17. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 4 à l’intérieur du four 91B
(Saint-Victor-des-Oules, XII
e siècle). Fragments concentrés

Figure no 18. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 4 à l’entrée du four 128E
(Saint-Victor-des-Oules, XIII
e siècle). Fragments concentrés

Figure no 19. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 5 à l’intérieur du four 128E
(Saint-Victor-des-Oules, XIII
e siècle). Fragments concentrés

Les charbons de bois dispersés dans les couches archéologiques

  • 56 L. Chabal, Forêts..., op. cit., notamment la première partie sur les recherches anthracologiques th (...)

88Les charbons de bois dispersés dans les couches archéologiques attirent a priori fort peu l’attention. Peu visibles d’emblée, ils apparaissent au tamisage à raison de une à plusieurs dizaines par seau de dix litres de sédiment. Ces charbons proviennent de vidanges successives de foyers domestiques, par conséquent, de plusieurs récoltes de bois échelonnées sur une certaine durée d’activité. Dans ce dernier cas seulement, l’échantillonnage est de type aléatoire et la probabilité pour une espèce d’être ramassée est fonction de son abondance dans le milieu. L’interprétation écologique du spectre anthracologique obtenu est alors possible. Souvent contestée sous prétexte qu’« il est logique, normal, que l’homme choisisse son bois », cette hypothèse, fondatrice de l’anthracologie, a été récemment mise au net et systématiquement discutée pour les périodes historiques : l’argumentation est suffisamment étayée et éloquente pour ne pas être reprise en détail ici56.

  • 57 F. H. Schweingruber, Prähistorisches..., op. cit. O.U. Braker, Angewandte..., op. cit. L. Chabal, M (...)

89À la fouille, le prélèvement des charbons dispersés doit se faire par tamisage de préférence à l’eau à maille 0,5 cm (0,2 s’ils sont peu abondants) d’un minimum requis de 250 à 300 charbons et plus (500-700) lorsque plusieurs formations forestières sont en concurrence. En effet, les tests effectués démontrent que l’information qualitative et quantitative obtenue à ce stade de l’analyse est optimale et sûre57. Cette méthodologie et ces constatations sont à peu près unanimes aussi bien en Pré et Protohistoire que pour la période antique et en Afrique du Sud comme en Amérique et en Europe. Les premières données du site d’Augery de Corrège, seul site où le protocole d’échantillonnage a pu être testé intégralement pour la période médiévale, vérifie ce seuil minimum. Pour l’ensemble 481, comblement d’un fossé longuement utilisé pour vidanger les foyers des habitations proches, la courbe taxinomique (fig. 20) n’est pas stabilisée à 250 fragments déterminés. Malgré 24 taxons identifiés, la liste floristique obtenue est incomplète et il aurait fallu poursuivre au-delà pour espérer caractériser un palier.

Figure no 20. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans une fosse (ensemble 481 d’Augery). Fragments dispersés

90Sur le terrain, l’échantillonnage se fait impérativement par unité stratigraphique. À Psalmodi, un certain nombre d’hypothèses sur la ressemblance ou la différence des contextes ont été vérifiées en soumettant les données quantitatives au test du KHI-2, et ce malgré le petit nombre de charbons par couche (80 à 130). Ce test statistique compare la distribution et la répartition des fréquences des taxons entre les différentes couches. Le risque d’erreur choisi est de 5 %, marge normale pour les sciences de la vie. Des regroupements de fréquences par affinités phytogéographiques ont été effectués en vue des calculs statistiques. En T32, la distinction sur le terrain entre les contextes C2, C3, C4 provient de la présence de nodules jaunes plus accentuée en C4 qu’en C3 et d’une différence dans la céramique entre C4-C3 d’une part et C2 d’autre part. En T93, aucune différence significative en dehors de critères chronologiques n’a été observée entre C5 et C6 dans la texture et la composition de la couche. Dans tous les cas de figure, et en particulier pour T32 C3-C4 où le résultat n’était a priori pas évident, l’hypothèse de ressemblance entre les ensembles stratigraphiques a été très largement rejetée :

Faits testés

DDL

KHI 2

Seuil au-delà duquel l’hypothèse de ressemblance est rejetée (5 %)

T32 C2-C3

5

38,50

11,07

T32 C3-C4

5

27,22

11,07

T32 C2-C4

5

24,34

11,07

T32 C2-C3-C4

10

64,80

18,03

T93 C5-C6

5

29,52

11,07

  • 58 Je remercie particulièrement B. Young d’avoir accepté le ralentissement de la fouille dû à mon intr (...)

91L’analyse statistique de la variabilité des résultats quantitatifs obtenus sur les charbons de bois corrobore parfaitement les observations stratigraphiques fines effectuées lors de la fouille58. Elle montre l’importance d’un prélèvement en fonction des moindres variations de la stratigraphie.

  • 59 C. Heinz, Dynamique..., op. cit. et L. Chabal, Forêts..., op. cit.

92Dans la perspective d’une étude fine des relations entre le matériel anthracologique et l’espace qui l’environne, ce résultat est important car il démontre la nécessité absolue d’un quadrillage et d’un échantillonnage spatial. Des questions complexes, telle celle de la distribution des fragments carbonisés et éventuellement des essences, de l’épandage des foyers et de leur durée de vie, de l’organisation d’un bâtiment par la caractérisation de l’aire des activités liées au feu ne pourront être abordées que de cette manière. Les tests pratiqués en Pré- et Protohistoire confirment également que pratiquer un échantillonnage spatial est impératif dans l’optique d’un relevé floristique le plus complet possible59.

93Du soin apporté à la récupération des vestiges dépend la fiabilité et les limites de l’interprétation paléoécologique. À l’époque où ce travail a été entrepris, l’état de la recherche archéologique médiévale languedocienne ne m’a pas toujours permis de maîtriser les conditions de prélèvement et de bénéficier d’un matériel tamisé et surtout abondant : j’ai travaillé soit sur des échantillons de fouilles anciennes et terminées (Saint-Victor-des-Oules, Lunel-Viel, Montagnac, sites du Lauragais) soit sur un mobilier issu de fouilles de sauvetage où les impératifs d’ordre temporel n’ont pas été compatibles avec l’amélioration de la qualité des prélèvements (Béziers, Cassan). Seuls les sites en fouille programmée (Villeneuve-la-Comptal, très partiellement Psalmodi et aussi Augery) ont pu appliquer le protocole d’échantillonnage dans toute sa rigueur. Je ne pourrais pas aller aussi loin que je l’aurais souhaité dans l’interprétation des résultats, notamment sur le plan statistique ; mes interprétations quantitatives seront limitées aux sites et aux couches où le matériel est qualitativement et quantitativement suffisant. Même dans ce cas, certains pourcentages apparaîtront sur- ou sous-évalués étant donné la faiblesse numérique des échantillons par unité stratigraphique : ils ne doivent pas être pris au pied la lettre mais comme indicateurs de tendances évolutives ou traductions grossies du milieu ambiant.

  • 60 L. Chabal, Forêts..., op. cit.

94Les informations précises sur la nature des charbons et le type de dépôts m’ont parfois fait défaut. Ou bien l’interprétation pouvait s’avérer litigieuse comme pour certains silos. Le seul moyen de contrôler a posteriori pour chaque unité archéologique la signification des échantillons et leur éventuelle représentativité écologique était de construire une courbe des essences caractérisées au fur et à mesure de la détermination. Lorsque le palier floristique apparaît, l’interprétation de l’allure de la courbe et du nombre de taxons vérifie la nature du type de dépôt (charbons dispersés / concentrés) et garantit une stabilisation des fréquences des taxons relativement proche du palier, mais pas systématiquement effective60. Les charbons concentrés ont été exclus de l’interprétation paléoécologique. Ont été seuls conservés sur le plan paléoécologique les charbons dont la courbe « effort-rendement » était de type logarithmique (fig. 20). Malheureusement, j’ai dû interpréter parfois en sachant que le seuil de la courbe n’était pas atteint : je me suis alors plus appuyée sur la phytogéographie, les associations végétales, les présences de taxons que sur les résultats quantitatifs proprement dits.

  • 61 C. Heinz, Dynamique..., op. cit.

95Lunel-Viel et Laval-Basse, à Villeneuve-la-Comptal, ont posé une difficulté particulière. À Lunel-Viel, en dehors des faits 78 et 231 où le matériel est abondant et floristiquement significatif, les autres silos n’ont pas livré plus de 5 taxons. Cependant, considérés dans leur ensemble, ils offrent une liste floristique où seul le critère présence-absence d’une espèce est pris en compte61. Un raisonnement identique a été suivi pour Laval Basse mais ici il s’agit d’unités stratigraphiques diverses (silos, sols d’habitation...). Enfin, j’ai dû également regrouper les données par sites et époques malgré les insuffisances de certains échantillonnages afin de tenter une synthèse régionale qui s’avérait en toute rigueur mathématique impossible à construire. Mes résultats seront donc entachés d’une infirmité inhérente au matériel.

Figure no 21 : Caractéristiques anatomiques des Gymnospermes d’après C. Jacquiot (1955)

LEGENDE
a : parenchyme longitudinal
b : fibre trachélde
c : fibre libriforme
d : vaisseau avec ponctuations aréolées
e : rayons
f : ponctuations simples rayon-fibre
g : ponctuation simples rayon-vaisseau
h : perforation scalariforme
I : perforation unique
Figure no 22. Caractéristiques anatomiques des Angiospermes (Dicotylédones) d’après C. Jacquiot et al. (1973)

96Ces critiques envers le matériel et son échantillonnage se révèlent graves aux yeux du seul anthracologue, surtout depuis les avancées méthodologiques de la dernière décennie. Cependant, les premiers jalons anthracologiques pour une histoire du paysage languedocien médiéval sont simplement posés ici : ils seront affinés, complétés, revus, par des analyses ultérieures. Et surtout, la confrontation avec la documentation écrite et les autres sources minimise l’acuité de cette carence.

Technique d’observation des charbons de bois en laboratoire

97La détermination botanique d’un charbon de bois requiert l’observation de trois plans orientés sur cassures fraîches faites à la main : plan transversal (PT), plan longitudinal-tangentiel (PLT), plan longitudinal-radial (PLR). Chacune des trois sections présente des caractères anatomiques discriminants (fig. 21 et 22).

98L’échantillon à étudier est sectionné à la main selon les trois plans précités ; puis la coupe à examiner est placée dans une boîte de Petri où un lit de graines calibrées la maintient horizontale. L’identification se fait principalement au microscope à réflexion (Leitz, Olympus, Nikon) avec un grossissement de 40-800 fois. Le microscope électronique à balayage est également utilisé car sa grande profondeur de champ donne une très bonne image de petits détails généralement peu ou pas visibles au microscope optique (grossissement jusqu’à 100 000).

  • 62 E. Boureau, Anatomie végétale, 3. vol., Paris, PUF, 1956. J. Brazier et G.L. Franklin, « Identifica (...)

99Les structures anatomiques des bois fossiles sont presque toujours identiques à celles des bois actuels. Aussi, la détermination présumée est vérifiée par comparaison avec les atlas d’anatomie des bois62 qui comportent souvent des clefs de détermination et surtout avec la collection de référence des bois carbonisés du laboratoire de Paléobotanique à Montpellier (> 500 espèces). L’identification d’un charbon se fait fréquemment à l’espèce, souvent au genre, rarement à la famille. Sur les 7 946 charbons déterminés, 65 taxons ont été reconnus. La liste ci-jointe (tabl. 6) est accompagnée d’un glossaire hors texte. Le descriptif anatomique des trois plans (PT, PLT, PLR) n’a pas été repris pour chaque taxon. En effet, dans les atlas xylologiques, les caractères discriminants ont été abondamment détaillés pour la plupart des essences. Mes déterminations reposent sur une synthèse de la littérature existante et des observations anatomiques sur les bois fossiles et actuels. Elles sont illustrées de quelques photographies prises au microscope électronique à balayage du CEREM à l’université des Sciences de Montpellier II (pl. 5, 6, 7, 8). Une description systématique serait indigeste et somme tout inutile. En revanche, celle de certains ligneux rarement décrits ou exceptionnellement identifiés est intéressante. Il s’agit le plus souvent de petits ligneux méditerranéens. Leur identification anatomique est présentée sous forme d’une fiche normalisée.

100Gymnospermes

Abies alba Mill.  :

Sapin blanc

Pinus halepensis Mill. :

Pin d’Alep

Cupressus sempervirens L.  :

Cyprès

Pinus pinea L. :

Pin pignon

Juniperus sp.  :

Genre Genévrier

Pinus sylvestris L. :

Pin sylvestre

101Angiospermes

102Monocotylédones

Arundo donax L. :

Canne de Provence

103Dicotylédones

Acer campestre L. :

Erable champêtre

Acer opulifolium Vill. :

Erable à feuille d’obier

Aesculus hippocastanum L. :

Marronnier d’Inde

Alnus sp. :

Genre Aulne

Arbutus unedo L. :

Arbousier

Buxus sempervirens L. :

Buis commum

Calluna vulgaris Hull. :

Callune

Castanea sativa Mill. :

Châtaignier

Celtis australis L. :

Micocoulier

Cistus albidus L. :

Ciste blanc

Cistus monspeliensis L. :

Ciste de Montpellier

Cistus salviaefolius L. :

Ciste à feuille de Sauge

Clematis vitalba L. :

Clématite

Cornus sanguinea L. :

Cornouiller sanguin

Corylus avellana L. :

Noisetier

Crataegus monogyna Jacq. :

Aubépine monogyne

Daphne sp. :

Genre Daphné

Erica arborea L. :

Bruyère arborée

Erica cf. multiflora L. :

Bruyère multiflore

Fagus sylvatica L. :

Hêtre

Ficus carica L. :

Figuier

Fraxinus excelsior L. :

Frêne élevé

Fraxinus oxyphylla Bieb. :

Frêne oxyphylle

llex aquifolium L. :

Houx

Jugions regia L. :

Noyer commun

Laurus nobilis L. :

Laurier noble

Lavandula sp. :

Genre Lavande

Légumineuse :

Famille des Légumineuses

Ligustrum vulgare L. :

Troène commum

Lonicera sp. :

Genre Chèvrefeuille

Malus communis L. :

Pommier commun

Morus nigra L. :

Mûrier noir

Olea europaea var. europaea L. :

Olivier

Phillyrea sp. :

Genre Filaire

Pirus communis L. :

Poirier commun

Pistacia lentiscus L. :

Pistachier lentisque

Populus nigra L. :

Peuplier noir

Prunus amygdalus L. :

Amandier

Prunus avium Moench. :

Merisier

Prunus domestica L. :

Prunier

Prunus mahaleb Mill. :

Cerisier de sainte Lucie

Prunus spinosa L. :

Prunellier

Quercus coccifera L. :

Chêne kermès

Quercus ilex L. :

Chêne vert

Quercus pubescens Willd. :

Chêne pubescent

Quercus sessiliflora-pedonculata :

Chêne sessile ou pédonculé

Rhamnus alaternus L. :

Alaterne

Ribes alpinum L. :

Groseiller des Alpes

Rosmarinus officinalis L. :

Romarin

Salix sp. :

Genre Saule

Sambucus nigra L. :

Sureau noir

Sorbus aria Crantz :

Sorbier blanc

Sorbus domestica L. :

Sorbier des Oiseleurs

cf. Spartium junceum L. :

Genêt d’Espagne

Tamarix sp. :

Genre Tamaris

Ulmus campestris L. :

Orme champêtre

Viburnum opulus L. :

Viorne obier

Vitis vinifera L. :

Vigne

Tableau no 6 : Les taxons déterminés par l’anthracoanalyse

Aesculus hippocastanum L. (Hippocastanacée)

PT

– bois à pores diffus, isolés ou accolés en courtes files radiales (2-5 pores) d'un diamètre moyen de 40 à 70μ

PLT

– rayons unisériés homogènes

PLR

– perforations simples et épaississements spiralés

Calluna vulgaris Hull. (Ericacée)

PT

– bois à pores diffus isolés (20-30μ bois final) pouvant présenter une zone semi-poreuse
– présence fréquente de vaisseaux cloisonnés
– faux cernes abondants notamment dans les jeunes branches

PLT

– rayons unisériés exceptionnellement bisériés, hétérogènes de type II

PLR

– perforations simples
– ponctuations intervasculaires fines, rondes, caractéristiques des Ericacées
– fibres trachéides à ponctuations fines formant la masse du tissu ligneux

Lavandula sp. (Labiée)

PT

– bois semi-poreux dont les pores forment un rang discontinu au début du cerne avec départ ondulé tangentiellement
– pores accolés tangentiellement dans le bois final
– diamètre moyen des vaisseaux : 60-70 μ (bois initial) et 25-30 μ (bois final)
– parenchyme abondant de type Légumineuse

PLT

– rayons unisériés entièrement constitués de cellules carrées et rayons 2-4 (5) sériés hétérogènes de type II de 15-25 parfois 50 (940 mm) de haut

PLR

– perforations simples
– épaississements spiralés très fins localisés surtout dans le bois final
– ponctuations intervasculaires nombreuses, rondes à elliptiques voire scalariformes

Rosmarinus officinalis L. (Labiée)

PT

– bois semi-poreux
– pores du bois initial groupés sur 1 rang au début du cerne
– pores du bois final groupés, tendant en une disposition oblique
– parenchyme paratrachéal

PLT

– rayons 1-3 sériés hétérogènes de 15-20 cellules de hauteur

PLR

– perforations simples et épaississements spiralés nombreux

***

104À l’inverse de l’informatique, l’utilisation d’archives naturalistes – à condition de disposer évidemment d’un laboratoire équipé – ne requiert pas beaucoup d’investissement au départ. Certes, l’apprentissage des bases d’anatomie végétale, du tour de main pour obtenir les coupes ne se fait pas en un jour, mais tout compte fait, quelques semaines ou quelques mois suffisent pour acquérir le minimum vital et savoir être autonome à la paillasse. En revanche, la formation du coup d’œil au microscope, l’interprétation botanique des résultats sont le fruit d’une longue fréquentation des taxons et d’expériences répétées sur le terrain. L’incursion de l’historienne sur le territoire du biologiste et du quaternariste est positive dans la mesure où elle s’émancipe des découpages traditionnels : à l’échelle des glaciations würmiennes et des lignées phylogénétiques, le Moyen Âge n’est rien ; ce changement d’échelle, qu’il faut acquérir pour comprendre l’évolution globale de la végétation méditerranéenne depuis les derniers millénaires jusqu’au XIIIe siècle, sensibilise le médiéviste à la longue durée, au poids des facteurs non anthropiques dans la construction du paysage et replace le millénaire médiéval dans une perspective plus juste.

Notes

1 E. Coulet, Morphologie des plaines et garrigues du Languedoc méditerranéen, t. I et II, thèse d’État, Université Paul Valéry, Montpellier III, 1975, publiée en 1978 par l’atelier de reproduction des thèses de l’université de Lille III.

2 P. Marres, « L’économie rurale d’une communauté méditerranéenne : Aniane (Bas-Languedoc). Hommage à G. Kuhnholtz-Lordat », Annales de l’Ecole nationale d’agriculture de Montpellier, t. 29, 1954, pp. 107-134 et « Caractères géographiques de la moyenne vallée de l’Hérault », Études sur Pézenas et sa région, t. 3, 1971, pp. 3-25.

3 R. Dugrand, La Garrigue montpelliéraine. Essai d’explication d’un paysage, Paris, PUF, 1964. P. Marres, Caractères..., op. cit.

4 L. Emberger, « La végétation de la région méditerranéenne. Essai d’une classification des groupements végétaux », Revue générale de Botanique, t. 42, 1930, pp. 662-705 et 705-721 et « Sur une formule climatique applicable en géographie botanique », Comptes rendus à l’Académie des sciences, t. 191, 1930, pp. 389-390. J. Braun-Blanquet, N. Roussine et R. Nègre, Les groupements végétaux de la France méditerranéenne, Paris, CNRS, 1952.

5 P. Duchaufour, Précis de pédologie, Paris, Masson, 1960.

6 L. Emberger, La végétation... et Sur une formule..., op. cit.

7 Y. Akman et P. Daget, « Quelques aspects synoptiques des climats de la Turquie », Bulletin de la société languedocienne de géographie, t. 5, 1971, p. 3. P. Daget, « Le bioclimat méditerranéen : caractères généraux, modes de caractérisation », Vegetatio, t. 34, 1977, pp. 1-20. H. Gaussen, « Théorie et classification des climats et microclimats », Actes du VIIe congrès international de Botanique tenu à Paris, Paris, 1954, pp. 125-130. P. Ozenda, « Sur les étages de végétation dans les montagnes du bassin méditerranéen », Documents de cartographie écologique, vol. 16, 1975, pp. 1-32. P. Quézel, « Les forêts du pourtour méditerranéen : écologie, conservation et aménagement », UNESCO, note technique du MAB, t. II, 1976, pp. 9-33. S. Rivas-Martinez, « Étages bioclimatiques, secteurs chorologiques et séries de végétation de l’Espagne méditerranéenne, Définition et localisation des écosystèmes méditerranéens terrestres », Colloque tenu à Saint-Maximim 16-20 novembre 1981, Ecologia mediterranea, t. VII, 1982, fasc. 1-2, pp. 275-288.

8 C. Flahaut, La distribution géographique des végétaux dans la région méditerranéenne française, Paris, Le Chevalier, 1897 (publication en 1937). H. Gaussen, Végétation de la moitié orientale des Pyrénées, Paris, Le Chevalier, 1926.

9 J. Braun-Blanquet, « La forêt d’yeuse languedocienne, (Quercion ilicis). Monographie phytosociologique », Mémoires de la société d’étude des sciences naturelles de Nîmes, no 5, Montpellier, Mari-La vit, 1936.

10 Cf. L. Emberger, note 6, et P. Ozenda, La végétation de la chaîne alpine dans l’espace montagnard européen, Paris, Masson, 1985, p.67.

11 P. Ozenda, Sur les étages..., op. cit.

12 Pour les pionniers H. J. Beug, « Probleme der Vegetationsgeschichte in Südeuropa », Ber. Dtsch. Bot. Ges., t. 80, no 10, 1968, pp. 682-689. M. van Campo, « Végétation würmienne en France. Données bibliographiques. Hypothèses », VIIIe congrès de l’INQUA tenu à Paris, Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, suppl., 1969, pp. 104-111.

13 La bibliographie sur la question est immense et comprend quasiment tous les travaux anthracologiques et palynologiques, notamment les thèses, effectués en domaine méditerranéen depuis les années soixante-dix.

14 J. Braun-Blanquet, La forêt..., op. cit.

15 J.-L. Vernet et S. Thiébault, « An approach to north-western Mediterranean recent prehistoric vegetation and ecologic implications », Journal of biogeography, t. 14, 1987, pp. 117-127.

16 L. Fossier, E. Carpentier, J.-P. Genet, H. Millet et M. Parisse, « Vingt ans d’informatique en histoire médiévale », L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Paris, 1991, pp. 501-526, dressent un bilan en forme de synthèse et de réflexions historiographiques sur le sujet. Les principales publications des années 1970-1980 sont : E. Carpentier, Orvieto et son “contado” Étude du cadastre de 1292, thèse soutenue en 1975 et publiée en 1986 Orvieto à la fin du XIIIe siècle. Ville et campagne dans le cadastre de 1292, Paris, C.N.R.S. L. Fossier, A. Vauchez et C. Violante, sous la direction de, Informatique et Histoire médiévale, Table ronde CNRS-École française de Rome-Institut d’Histoire médiévale de l’Université de Pise, Rome 20-22 mai 1975, Rome, École française de Rome, 1977. La pratique des ordinateurs dans la critique des textes, colloque international du CNRS no 579 tenu à Paris les 29-31 mars 1978, Paris, CNRS, 1979. H. Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon 1272-1412, thèse soutenue en 1977, publiée en 1982 dans la collection de l’École française de Rome no 56, complétée par H. Millet, éd., Informatique et prosopographie, Actes de la table ronde du CNRS tenue à Paris 25-26 octobre 1984, Paris, CNRS, 1985. N. Bulst et J.-P. Genet, Medieval lires and the historian : studies in medieval prosopography, proceeding of the First International Interdisciplinary Conference on Medieval Prosopography, University of Bielefeld 3-5 December 1982, Michigan, Medieval institute publications, 1986.

17 L’outil ordinateur et le métier d’historien, colloque tenu à Aix-en-Provence les 1-2 octobre 1987. F. Haussman, R. Härtel, I. Kropac et P. Becker, éd., International Workshop on Standardization, Actes du colloque de Graz 30 mai-1 juin 1986, Graz, Leykam-Verlag, 1987. J.-P. Genet, Standardisation et échange des bases de données historiques, Actes de la troisième Table Ronde internationale tenue au LISH (CNRS), Paris 15-16 mai 1987, Paris, CNRS, 1988. L. Fossier, éd., Le Médiéviste et l’Ordinateur, Acte de la Table ronde tenue à Paris le 17 novembre 1989, Paris, CNRS, 1990. Depuis 1986, il faut ajouter les colloques annuellement organisés par l’association History and computing dont les actes paraissent dans des délais records. Cette série de colloques est complétée par ceux des branches nationales de l’association dont certaines sont particulièrement dynamiques (branche anglaise) et par la parution, depuis 1989, d’une revue internationale triannuelle History and Computing. Dans cette abondante bibliographie complété pour la France par L. Fossier et al., Vingt ans..., op. cit., notamment l’annexe correspondant dans Bibliographie de l’histoire médiévale en France (1965-1990), Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, pp. 437-449, Ton mesure la floraison accélérée des études et des rencontres autour de l’informatique.

18 J.-P. Genet, « Histoire, informatique et mesure », Histoire et mesure, vol. 1, no 1, 1986, pp. 7-18. Le processus est détaillé d’une manière très terre-à-terre par A. Zysberg dans les premiers numéros de Mémoire vive, Bulletin de l’association française pour l’histoire et l’informatique.

19 A. Zysberg, « Le feuilleton de Mémoire vive : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’exploitation informatique des corpus par les historiens sans avoir jamais osé le demander... Prologue », Mémoire vive, Bulletin de l’association française pour l’histoire et l’informatique, no 1, 1989, pp. 23-29.

20 Une réédition du cartulaire du chapitre d’Agde vient de sortir sous l’égide de l’IRHT alors que l’on disposait déjà d’une très bonne édition, celle de d’O. Terrin, à laquelle je me référerai, ne voyant pas l’utilité de ce nouvel ouvrage. Il me semble qu’il aurait été plus intéressant et plus fructueux pour la communauté scientifique de publier le cartulaire de l’évêché...

21 M. Zimmermann, sous la coordination de, Les sociétés méridionales autour de l’An Mil. Répertoire des sources et documents commentés, Paris, CNRS, 1992, notamment le dossier sur le Bas-Languedoc établi par M. Bourin-Derruau, pp. 53-106.

22 J.-P. Poly, « Régime domanial et rapports de production "féodalistes" dans le Midi de la France (Xe-Xe siècle) », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), Actes du colloque international de Rome (10-13 septembre 1978), Rome, 1980, pp. 57-84.

23 M. Zimmermann, Les sociétés...., op. cit. dossier de M. Bourin-Derrau, pp. 56-58.

24 J.-P. Genet, Histoire..., op. cit.

25 R.-H. Bautier, « Les demandes des historiens à l’informatique : la forme diplomatique et le contenu juridique des actes » et « Caractères spécifiques des chartes médiévales », L. Fossier, A. Vauchez et C. Violante, sous la direction de, Informatique..., op. cit., pp. 179-186 et pp. 81-96.

26 A. Giry, Manuel de diplomatique, Paris, 1894 et Hachette ou Slatkine reprints, Genève, 1975 et E. Magnou-Nortier, « La terre, la rente et le pouvoir dans les pays de Languedoc pendant le Haut Moyen Âge, 2e partie : la question du manse et de la fiscalité foncière », Francia, vol. 10, 1982, pp. 21-66.

27 F. Haussman, R. Härtel, I. Kropac et P. Becker, éd., International Workshop on Standardization, Actes du colloque de Graz 30 mai-1 juin 1986, Graz, Leykam-Verlag, 1987 et Genet éd. 1988.

28 A. Pralong, « Une application « historique » de TEXTO : le répertoire informatisé des sites byzantins », Le Médiéviste et l’ordinateur, no 18, 1987, pp. 10-12. A. Vallée et D. Pierre, « Une expérience d’index complexe informatisé : l’application Jean le Bon », L’ordinateur aux archives. Etude de cas, dossier, Paris, Association des archivistes français, 1987. Des contacts ont été pris avec A. Stella responsable de l’informatisation du chantier archéologique du Louvre.

29 J.-P. Genet, Standardisation op. cit.

30 Cf. infra pp. 268-274.

31 N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléoenvironnement végétal et évolution anthropique », Pollen et Spores, vol. 24, 1982, pp. 93-118.

32 Cf. chapitre IV.

33 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, « Histoire agricole et phytogéographie », Annales ESC, t. 17,1962, pp. 434-447.

34 L. Chabal, Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive). L’anthracologie, méthode et paléoécologie, Paris, Documents d’archéologie française, no 63, 1997, propose de réserver strictement l’emploi du terme anthracoanalyse à l’identification taxinomique des charbons et celui d’anthracologie à la reconstitution des transformations floristiques et structurales des végétations passées.

35 Sur la définition, les limites et les apports de l’anthracologie en dépôts naturels ou pédoanthracologie se reporter à M. Thinon, Incidence écologique des reboisements du mont Ventoux (Vaucluse). Aspects floristiques et pédologiques, thèse de 3e cycle, Aix-Marseille III, 1979.

36 O. Heer, « Pflanzen der Pfahlbauten », Neufbl. naturf. Ces. Zürich auf das Jahr, 1866, pp. 1-54. H. Prejawa, « Die Ergebnisse der Bohlweguntersuchungen im Grenzmoor zwinschen Oldenburd und Preussen in Mellinghausen im Kreise Sulingen », Mitt. Ver. Gresch. Landeeskde. Osnabrück, t. 21, 1896, pp. 98-178.

37 H. Breuil, « Les fouilles dans la grotte du Mas-d’Azil (Ariège) », Bulletin archéologique, 1903, pp. 421-436.

38 Pour plus de détails sur cette évolution voir C. Heinz, « Dynamique des végétations holocènes en Méditerranée nord-occidentale d’après l’anthracoanalyse de sites préhistoriques : méthodologie et paléoécologie », Paléobiologie continentale, vol. 16, no 2, 1990, pp. 1-211.

39 A.-C. Western, « Wood and charcoal in Archeology », D. Brothwell and E. Higgs, ed., Science in Archeology, Bristol, Thames and Hudson, 1963, pp. 150-160 et « The ecological interpretation of ancient charcoals from Jericho », Levant, t. III, 1971, British School of Archeology in Jerusalem, pp. 31-40. J. Stieber, « A Magyaroszgi Felsopleisztocén vegetáciô torténete az anthrakotómiai eredmények Tükreben », Foldtani Kozlony, Bulletin of the Hungarian Geological Society, t. 97, 1967, pp. 308-317 et « A Hasai Késöglacialis Vegetacio történet Anthrakotomiai vizsgalatok Alapjan », Foldtani Kozlony, Bulletin of the Hungarian Geological Society, t. 99,1969, pp. 188-193. J.-L. Vernet, « Étude sur l’histoire de la végétation du Sud-Est de la France au Quaternaire d’après les charbons de bois principalement », Paléobiologie continentale, vol. 4, no 1, 1973, pp. 1-90 et J.-L. Vernet, E. Bazile et J. Evin, « Coordination des analyses anthracologiques et des datations absolues sur charbons de bois », Bulletin de la société de Préhistoire française, t. 76, no 3,1979, pp. 76-79.

40 M.-L. Fancelli-Galletti, « I carboni della grotta delle Arene Candide e l’evoluzione forestale in Liguri dopo l’ultima glaciazione », Atti Soc. Tosc. Sci. Nat. Mem., serie A, 79, 1972, pp. 206-212. G. Willcox, « A history of deforestation as indicated by charcoal analysis of four sites in Eastern Anatolia », Journal of the British Institute of Archeology at Ankara, 1974, pp. 117-133. L. Castelletti, « Depositi mesolitico del passo della Comunelle (reggio E.) Appennino Tosco-Emiliano », Preistoria Alpina, t. 9, 1975, pp. 148-154 et « I carboni della grotta "Latrino 3" (Latronico, Provincia di Potenza) », XXe riunione scientifica dell’instituto Italiano di Preistoria e Protoistoria in Basilicata, octobre 1976, Firenze, 1978, pp. 227-239. F.H. Schweingruber, « Prähistorisches Holz. Die bedeutung von Holzfunden aus Mitteleuropa für die Lösung archälogischer und vegetationskundlicher Probleme », Academia Helvetica, t. 2, 1976. O.U. Braker, « Angewandte Holzanalyse. Beitrag zur Rekonstrucktion der Umwelt neolithischer Ufersiedlungen in Feldmeilen-Vorderfeld », Academia helvetica, t. 3, 1979. I. Krauss-Marguet, « Analyse anthracologique du gisement postglaciaire de La Poujade (Milhau, Aveyron) », Paléobiologie continentale, 12, 1, 1981, pp. 93-110. L. Chabal, Méthodes de prélèvement des bois carbonisés protohistoriques pour l’étude des relations homme-végétation, dea, université de Montpellier II-ustl., 1982. S. Thiébault, L’homme et le milieu végétal à la fin du Tardiglaciaire et au Postglaciaire, analyse anthracologiques de six gisements des préalpes sud-occidentales, thèse de3e cycle, université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1983. T. Smart et E. Hoffman, « Environmental Interpretation of Archaeological Charcoal », C. Hastorff and V. Popper, Current Paleoethnobotany. Analytical Methods and Cultural Interpretations of Archeological Plant Remains, Prehistoric Archeology and Ecology Series ed. by K. Butzer and L. Freedman, Chicago, Chicago University Press, pp. 167-205. C. Heinz, Dynamique..., op. cit. E. Badal Garcia, « Méthode de prélèvement et paléoécologie d’après les charbons de bois néolithiques de la "Cova de les Cendres (Alicante, Espagne)" », Actes de la première conférence européenne sur le bois et l’archéologie tenue à Louvain-la-Neuve 2-3 octobre 1987, Pact, Journai of the European Study Group on Physical, Chemical, Mathematical and Biological Techniques Applied to Archeology, vol. 22, 1990.

41 J.-L. Vernet. et S. Thiébault, « An approach to north-western Mediterranean recent prehistoric vegetation and ecologic implications », tournai of biogeography, t. 14, 1987, pp. 117-127.

42 M.-P. Ruas, « La carpologie des périodes historiques. Étude du paléoenvironnement en archéologie historique », Journée de travail et d’information (13 juin 1987), Archéologie en Aquitaine, Bulletin de liaison et d’information, no 6, Association des archéologues d’Aquitaine et Direction régionale des Antiquités historiques, Bordeaux, 1988, pp. 119-125 et M.-F. Diot, « Les analyses palynologiques de sites archéologiques en France (du Néolithique au Moyen Âge) », Palynologie Archéologique, Actes des Journées du 25-27 janvier 1984, Paris, CNRS-CRA, 1985, pp. 137-159.

43 M.-C. Marinval-Vigne et S. Thiébault, « Faune et flore témoins de l’exploitation du territoire rural », L’homme et la nature au Moyen Age, Actes du Ve congrès international d’archéologie médiévale tenu à Grenoble en octobre 1993, Paris, Errance, 1996, pp. 11-19.

44 K. Lundström-Baudais et C. Mignot, « Le milieu végétal au XIe siècle : macrorestes et paléosemences » M. Colardelle et E. Verdel, sous la direction de, Les habitats du lac de Paladru (Isère) dans leur environnement. La formation d’un terroir au XIe siècle, Documents d’archéologie française, no 40, Paris, 1993, pp. 77-97.

45 L. Castelletti, « I carboni della vetreria di Monte Lecco », Archeologia medievale, t. 2, 1975, pp. 99-122, « Resti vegetali macroscopici da Refondou presso Savignone », Archeologia medievale, t. 3,1976, pp. 326-328 et « Resti vegetali macroscopici del XII secolo nella torre Civica di Pavia », Archeologia medievale, 1978, pp. 239-248.

46 J.-M. Pesez, dir., Brucato : histoire et archéologie d’un habitat médiéval en Sicile, vol. I, collection de l’École française de Rome no 78, Paris-Rome, École française de Rome, 1984, pp. 615-671.

47 M.-L. Fancelli-Galletti, I Carboni..., op. cit. et pour des précisions bibliographiques voir C. Heinz, Dynamique..., op. cit.

48 L. Chabal, Forêts..., op. cit., notamment la première partie.

49 La construction au Moyen Âge, Actes du congrès de la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public tenu à Besançon en 1972, Paris, 1973.

50 Cf. infra pp.

51 C. Perlès, Préhistoire du feu, Paris, 1977. C. Heinz, Dynamique..., op. cit. I. Figueiral, Le Nord-Ouest du Portugal et les modifications de l’écosystème, du Bronze final à l’époque romaine, d’après l’anthracoanalyse de sites archéologiques, thèse de l’université de Montpellier II-ustl, 1990, pp. 78-81.

52 J. Bonhôte et J.-L. Vernet, « La mémoire des charbonnières. Essai de reconstitution des milieux forestiers dans une vallée marquée par la métallurgie (Aston, Haute Ariège) », Revue forestière française, vol. 40, no 3, 1988, pp. 197-212. B. Davasse, « Aspects méthodologiques de l’anthracoanalyse des charbonnières. Histoire des forêts de la vallée de Soulcem (Pyrénées ariégeoises, France) », Protoindustries et histoire des forêts, Actes du colloque de Loubières, Ariège (10-13 octobre 1990), Les cahiers de l’ISARD, no 2, pp. 207-221. L. Fabre, E. Grau Almero, J.-F. Lalanne, J.-L. Vernet et A. Durand, « Charbonnières et forêt méditerranéenne à La Boissière (Hérault) », Protoindustries..., op. cit, pp. 237-255. L. Fabre, Le charbonnage historique de la chênaie à Quercus ilex L. en Languedoc, conséquences écologiques, thèse de l’université de Montpellier II-ustl, 1996, 2 vol.

53 J. Thiriot, Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le bas-Rhône. Premières recherches de terrain, Documents d’archéologie française no 7, Paris, Maison des Sciences de l’homme, 1986, pp. 55-60.

54 La moyenne est de 10 par couche. Elle est relativement basse compte tenu de la faiblesse numérique des prélèvements dans certaines unités stratigraphiques.

55 L. Chabal, Forêts..., op. cit. et infra p. 67.

56 L. Chabal, Forêts..., op. cit., notamment la première partie sur les recherches anthracologiques théoriques.

57 F. H. Schweingruber, Prähistorisches..., op. cit. O.U. Braker, Angewandte..., op. cit. L. Chabal, Méthodes..., et Forêts..., op. cit. H.J. Deacon, A. Scholtz et L.D. Daitz, « Fossil charcoal as a source of palaeoecological information in the Finbos region », Finbos palaeoecology π preliminary synthesis, South Africa National Scientific Programm, vol. 75, pp. 174-182. M.L. Tusenius, The stuciy of charcoal from South african archeological contexts, thesis unpublished, University of Stellenbosch, 1984, pp. 43-112. T. Smart et E.S. Hoffmann, Environmental..., op. cit. C. Heinz, Dynamique..., op. cit. E. Badal Garcia, Méthode..., op. cit.

58 Je remercie particulièrement B. Young d’avoir accepté le ralentissement de la fouille dû à mon intrusion sur la partie du chantier psalmodien dont il était responsable.

59 C. Heinz, Dynamique..., op. cit. et L. Chabal, Forêts..., op. cit.

60 L. Chabal, Forêts..., op. cit.

61 C. Heinz, Dynamique..., op. cit.

62 E. Boureau, Anatomie végétale, 3. vol., Paris, PUF, 1956. J. Brazier et G.L. Franklin, « Identification of Hardwoods : a microscope key », Forest Products Research, no 46, 1961, London, Department of scientific and industrial Research. M. Couvert, « Atlas d’anatomie des charbons de foyers préhistoriques, Afrique du Nord tempérée », Mémoires du centre de recherches anthropologiques préhistoriques et ethnographiques, vol. 26, 1977. P. Greguss, Identification of living Gymnosperms on the basis of xylotomy, Budapest, Akadémai Kiado, 1955 et Holzanatomie des Europaischen Laubhöltzer und Straiicher, Budapest, Akadémai Kiado, 1959. B. Huber et C. Rouschal, Mikrophotographischer Atlas mediterraner Hölzer, Berlin, Fritz Haller, 1954. C. Jacquiot, Atlas d’anatomie des bois des Conifères, Paris, Centre technique du bois, 1955 et C. Jacquiot, Y. Trenard et D. Dirol, Atlas d’anatomie des bois des Angiospermes (Essences feuillues), 2 vol., Paris, Centre technique du bois, 1973. L. Leguay, Contribution à l’étude anatomique du bois des arbres et arbustes de France, Chartres, 1936. C.R. Metcalfe et L. Chalk, Anatomy of the Dicotyledons, Oxford, Clarenton Press, 2 vol, 1950. C.R. Metcalfe, Anatomy of the Monocotyledons, Gramineae, t. 1, Oxford, Clarenton Press, 1960 et avec L. Chalk, Anatomy of the Dicotyledons, t. 2, Oxford, Clarenton Press, 1983. J. de Saint-Laurent, « Étude sur les caractères anatomiques des bois d’Algérie », Bulletin de la station de Recherches forestières du Nord de l’Afrique, t. 1, fasc. 7, 1926, pp. 241-246 et « Anatomie de rameaux des essences forestières d’Algérie », Bulletin de la station de Recherches forestières du Nord de l’Afrique, t. 2, fasc. 2, 1934, p. 173. F.H. Schweingruber, Anatomie microscopique du bois, Zürcher AG, Zug, Institut fédéral de recherches forestières, 1978. R. Tredelenburg et H. Meyerwegelin, Das Holz als Rochstoff, München, Hauser, 1955. J. Venet, Identification et classement des bois français, Nancy, ENGREF, 1974.

Table des illustrations

Légende Figure no 1. Géologie détaillée du Languedoc daprès E. Coulet (1975)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure no 2. Températures minima et maxima mensuelles de Montpellier (Mtp.) et de Saint-Martin-de-Londres (St-M.) d’après R. Dugrand (1964)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure no 3. Courbes comparatives de pluviosité mensuelle entre le plat-pays et les Garrigues d’après R. Dugrand (1964)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Figure no 4. Zonation et étagement de la végétation du 29e au 71e parallèle d’après P. Ozenda (1975)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure no°5. Répartition actuelle des cultures, garrigues et forêts en fonction du gradient altitudinal d’après G. Dupias et Cabaussel (1966), G. Dupias et G. Molinier (1968), G. Dupias et al. 1973, P. Ozenda (1972) et les cartes I.G.N. au 1/1000000°.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Figure n° 6. Répartition de la documentation exploitée par décennies
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure n° 7. Répartition de la documentation exploitée par siècle
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure n° 8. Le chaînage des fichiers TEXTE et OBJET
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure n° 9. Exemple de tri. Recherche sur la structure des terroirs de jardins à partir des confronts
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure no 10. Diagramme pollinique de Marsillargues (espèces herbacées) d’après N. Planchais (1982)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure no 11. Diagramme pollinique de Marsillargues (espèces ligneuses) d’après N. Planchais (1982)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figureno no 12. Sites méditerranéens français ayant bénéficié d'une anthracoanalyse publiée
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Figure n° 13. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans un foyer (ensemble 1516A d’Augery IXe-Xe siècle).Fragments concentrés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tableau no 3. Fréquences absolues et relatives des taxons dans les couches du four 91 A (XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Tableau no 4. Fréquences absolues et relatives des taxons dans les couches du four 91 B (XIIsiècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Tableau no 5. Fréquences absolues et relatives des taxons dans les couches du four 128 E (XIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Figure no 14. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 2C à l’entrée du four 91A(Saint-Victor-des-Oules, XIIe siècle). Fragments concentrés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure no 15. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 4 à l’intérieur du four 91A(Saint-Victor-des-Oules, XIIe siècle). Fragments concentrés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure no 16. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 2 à l’entrée du four 91B(Saint-Victor-des-Oules, XIIe siècle). Fragments concentrés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure no 17. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 4 à l’intérieur du four 91B(Saint-Victor-des-Oules, XIIe siècle). Fragments concentrés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure no 18. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 4 à l’entrée du four 128E(Saint-Victor-des-Oules, XIIIe siècle). Fragments concentrés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure no 19. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans la couche 5 à l’intérieur du four 128E(Saint-Victor-des-Oules, XIIIe siècle). Fragments concentrés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure no 20. Nombre de taxons identifiés en fonction de la détermination dans une fosse (ensemble 481 d’Augery). Fragments dispersés
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure no 21 : Caractéristiques anatomiques des Gymnospermes d’après C. Jacquiot (1955)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende LEGENDEa : parenchyme longitudinalb : fibre trachéldec : fibre libriformed : vaisseau avec ponctuations aréoléese : rayonsf : ponctuations simples rayon-fibreg : ponctuation simples rayon-vaisseauh : perforation scalariformeI : perforation uniqueFigure no 22. Caractéristiques anatomiques des Angiospermes (Dicotylédones) d’après C. Jacquiot et al. (1973)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5156/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.