Desktop versionMobile Version

Les paysages médiévaux du Languedoc

 | 
Aline Durand

Introduction

Volltext

  • 1 M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931.
  • 2 G. Brunel et J.-M. Moriceau, « Un renouveau pour l’histoire rurale », Histoire et sociétés rurales (...)
  • 3 C. Higounet, Paysages et villages neufs du Moyen Âge, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest (...)
  • 4 R. Bordone, « Paesaggio, possessio e incastellamento nel territorio di Asti fra Xe XI secolo », Bo (...)
  • 5 G. Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var) : contribution à l’archéologie de l’habita (...)
  • 6 A. Dupont, Les cités de la Narbonnaise première depuis les invasions germaniques jusqu’à l’apparit (...)
  • 7 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’église dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone (...)
  • 8 H. Débax, Structures féodales dans le Languedoc des Trencavel (Xe-XIIe s.) thèse de l’université d (...)
  • 9 Celles de D. Baudreu, J.-P. Cazes, et C. Mercier.
  • 10 E. Coulet, Morphologie des plaines et garrigues du Languedoc méditerranéen, t. I et II, thèse d’Ét (...)

1L’histoire des paysages et de l’habitat dans les campagnes occidentales au Moyen Âge est depuis M. Bloch1 un axe de recherche privilégié. L’impulsion, décisive, donnée par ses écrits aux études rurales se mesure à la multiplicité des monographies qui couvrent la majeure partie du territoire national et même au-delà. Si d’autres champs sont restés en friche et requièrent d’être réensemencés, notamment par la création d’une revue spécifique2, celui-ci n’a guère perdu de sa production. Les sociétés méridionales, plus que toutes autres, ont fait l’objet de recherches approfondies : celles de C. Higounet3 et, dans les années soixante-dix, celles des historiens du fait castrail4, dynamisées et enrichies par l’archéologie des villages désertés5. En Languedoc, cette filiation se croise avec d’autres influences, celles de la géographie et de l’histoire des villes6. À la croisée de celles-ci se trouve la thèse de M. Bourin qui met en place l’indispensable cadre théorique régional d’une réflexion d’ensemble et dégage pour la première fois les lignes de force de la maturation du village. Dans le sillage de ce travail, qui a fonctionné comme un véritable catalyseur, toute une série de travaux, historiques et archéologiques, ont éclos. En effet, depuis la dernière décennie, cette région bénéficie d’un dynamisme scientifique certain qui se mesure en partie à sa production universitaire : pas moins de trois doctorats d’état7, cinq thèses nouveau régime8, plusieurs autres en gestation9, soit une bonne dizaine de travaux récents qui constituent autant de points d’appui que d’éclairages différents, fortifiés encore par les apports des modernistes et des géographes10. Dans cette perspective, le choix du Bas-Languedoc et du Languedoc central comme zone d’investigation, qui provient en grande partie des racines familiales, participe à la vitalité des études rurales régionales.

  • 11 R. Fossier, M. Bourin, M. Le Mené, M.-T. Lorcin, « Histoire des campagnes médiévales en France », (...)
  • 12 La croissance agricole du Haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie, Actes des 10e Journé (...)

2Le bilan des travaux de ces vingt dernières années place la flexure capitale entre 920-950 et 1030-106011. La zone méditerranéenne s’anime encore plus tôt, dès la période carolingienne. En effet, la croissance agricole prend racine dans les IXe et même XIIIe siècles, notamment en Catalogne12. La périodisation de cet ouvrage, Xe-XIIe siècle, s’est imposée d’elle-même. Ce choix permet de se placer au cœur de quelques-uns des moments décisifs de la construction du monde rural. Cependant, j’opterai pour un large Xe siècle et ferai souvent référence au IXe siècle de manière à appréhender les racines du processus de développement médiéval. Cette vision des choses est très actuelle : après presque quinze ans de travaux sur l’incastellamento et le Moyen Âge central, le centre d’intérêt des chercheurs languedociens se déplace de plus en plus vers la transition Antiquité-Moyen Âge. L’accent mis sur le Haut Moyen Âge a déplacé et affiné la périodisation et la chronologie. Mais il m’arrive aussi de traquer certaines de mes sources au-delà de 1200 et d’annexer ainsi, sans vergogne, mais de manière ponctuelle, les XIIIe-XVIe siècles.

  • 13 J. Guilaine, sous la direction de, Pour une archéologie agraire, Paris, A. Colin, 1991. E. Zadora- (...)
  • 14 C. et G. Bertrand, « La mémoire des terroirs », J. Guilaine, sous la direction de, Pour une archéo (...)
  • 15 P. Toubert, « Les féodalités méditerranéennes : un problème d’histoire comparée », Structures féod (...)

3La formation d’un paysage est en grande partie rythmée par les fluctuations de l’habitat et je m’attacherai à affiner et décrire la morphogenèse du village et de la maison paysanne. Mais la trame du peuplement ne constitue que l’ossature du paysage : celle de l’espace bâti. Or un paysage, c’est aussi l’agencement du parcellaire, l’organisation des cultures, la gestion de l’incultum, la perception et le vécu qu’en ont les contemporains... Cet aspect de la construction des paysages demeure encore bien trop souvent dans l’ombre, comme le déplorent un certain nombre d’écrits récents13. Pourtant, la « mémoire des terroirs » restituée par l’histoire et l’archéologie agraires forge l’identité d’un pays et d’une civilisation rurale14. Inaugurant en 1978 le colloque de Rome, P. Toubert affirmait déjà que l’analyse des liens entre l’habitat, les terroirs et les systèmes de culture était une composante intrinsèque et spécifique des féodalités méditerranéennes15. L’occupation du sol, appréhendée comme un système des systèmes, participe à une bonne compréhension de la vie paysanne. Sensibilisée à « l’archéo-géographie » lors de ma formation universitaire, j’ai tenté de comprendre la genèse médiévale des paysages languedociens en décryptant aussi les processus d’anthropisation et de sociabilisation du milieu. Autrement dit, je me suis efforcée de suivre et de cerner la capacité des paysans médiévaux à transformer un environnement végétal donné, au demeurant pas forcément « naturel » au sens premier et strict du terme, souvent en état d’équilibre ou de stabilité relative (climax), en un ou des agrosystèmes. Dans cette optique, un cadre biogéographique parfaitement défini s’impose : celui du Languedoc méditerranéen.

  • 16 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, « Histoire agricole et phytogéographie », Annales ESC, t. 17, 19 (...)

4L’importance accordée aux systèmes de cultures et aux écosystèmes trouve un écho dans le plaidoyer de G. Bertrand pour une histoire écologique de la France rurale. En introduction du tome I de la série, le géographe rappelle que d’impossibles tableaux géographiques ont trop souvent artificiellement momifié la dynamique des paysages. L’espace agraire, conçu comme global, est à la fois une réalité biologique et un produit social. Restituer cette « dimension écologique » est une démarche qui m’a sans cesse préoccupée. Il y a plus de vingt ans déjà, J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie avaient ouvert la voie et montré la fécondité d’une double approche, tout à la fois historique et naturaliste16. Pour ma part, la rencontre avec l’écologie historique s’est faite sous la forme de « petits bouts de bois carbonisés » ; rencontre fortuite, dont je n’imaginais ni l’importance et ni les conséquences scientifiques. À l’interface des sciences de la nature et des sciences de l’homme et de la société, ce travail s’efforce donc de faire appel à plusieurs types de sources. Des sources historiques d’abord, des chartes essentiellement. Des sources toponymiques et ethnographiques ensuite. Des sources archéologiques enfin, les charbons de bois issus des campagnes de fouilles. Là gît l’une des difficultés de l’enquête : croiser, comparer, conjuguer, harmoniser entre eux des documents de nature, de fonction, d’origine et d’apport radicalement différents.

  • 17 P. Toubert, « Histoire et archéologie médiévales : quelques considérations actuelles », J.-M. Duvo (...)
  • 18 F. Audouze et J.-L Fiches, « L’archéologie française et les paléo-environnements », Annales ESC, 1 (...)

5La recherche, fondée sur une lecture pluri- et interdisciplinaire du paysage17, a été entreprise à un moment où la conjoncture en limitait quelque peu la portée. En effet, la bioarchéologie et la géoarchéologie des périodes historiques, en passe de devenir maintenant un phénomène de mode, ne connaissaient pas encore l’engouement qui est aujourd’hui le leur, engouement qui conduit à un certain nombre de dérapages ou de rejets. La confrontation entre l’acte diplomatique et le diagramme anthracologique ne conduit pas systématiquement, même à l’heure actuelle, à un résultat. L’anthracologie est une discipline elle-même en devenir18, notamment sur le plan méthodologique. Aussi les questions sont-elles parfois plus nombreuses que les réponses et j’offrirai plus souvent des pistes de recherche que des conclusions sûres. Par ailleurs, il n’est pas simple d’obtenir une parfaite adéquation géographique et chronologique entre les chartes et les charbons de bois. Afin de disposer du matériel anthracologique le plus fourni possible, j’ai fait des incursions en dehors du cadre régional et temporel fixé au départ. La présence de chantiers archéologiques a déterminé ces choix. Ainsi le Lauragais ou la Camargue procurent-ils des points de repère, même s’ils ne sont pas traités par le dépouillement textuel.

6En 1984, le caractère embryonnaire de l’archéologie des paysages et des terroirs médiévaux en France m’a conduite à une réflexion sans doute plus approfondie que de coutume sur les sources, leurs apports et la manière de les exploiter. C’est ainsi que j’ai été amenée à informatiser les données de la documentation écrite grâce au soutien sans faille de la section informatique et sources documentaires de l’IRHT. Ce traitement plus rigoureux du corpus historique autorise une analyse plus fine des actes qui pallie quelque peu les carences de la conservation aléatoire des archives : celles-ci, tout comme d’ailleurs la majorité des sondages archéologiques, se concentrent essentiellement sur la plaine littorale et les moyennes vallées fluviatiles, notamment celle de l’Hérault, beaucoup moins sur les Garrigues ou les revers montagneux proprement dits. Il y a là un éclairage différentiel irrémédiable que l’archéologie n’a pas encore entièrement comblé, surtout pour les habitats et les terroirs cachés sous la brousse épineuse de la chênaie méditerranéenne.

  • 19 Je remercie P. Bonnassie d’accueillir ce livre dans la collection qu’il dirige et de m’avoir fait (...)

7La vigueur évoquée plus haut de la recherche en Languedoc, m’a également amenée à confronter mes résultats à ceux obtenus par les historiens, les historiens de l’art, les bioarchéologues et les archéologues qui pratiquent à la fois la prospection, l’analyse des vestiges en élévation, des cadastres ou des clichés aériens, etc. Les discussions animées, voire même passionnées, de la communauté scientifique ont parfois nourri mon propre raisonnement jusqu’à le réactualiser. En effet, ce travail était à l’origine un doctorat de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne effectué sous la direction de R. Fossier et, pour la partie anthracologique, de J.-L. Vernet, soutenu en janvier 1991 sous le titre Paysages, terroirs et peuplement dans les campagnes du Bas-Languedoc (Xe-XIIe siècle). J’en ai largement remanié l’architecture et le texte en vue de sa publication19. J’ai tenté de tenir compte le plus possible des apports scientifiques parus depuis cette date, mais j’avoue y avoir parfois renoncé devant l’ampleur de la moisson : c’est le cas par exemple de la méthodologie informatique ou de l’hydraulique agraire ; ainsi bien des pages, même réactualisées, ne se sont pas bonifiées.

8Cet amendement de terres déjà en partie labourées en a favorisé la productivité : le poids des paysans médiévaux dans la formation des paysages languedociens apparaît d’autant mieux que l’ouvrage entier a été organisé à partir de l’oeuvre anonyme des défricheurs et des « aménageurs » du sol. Mosaïque de l’habitat et des terroirs, gestion plurielle des formations ligneuses, ruptures et réorganisations des éco-et des agrosystèmes en constituent autant de facettes. Le parti-pris d’une progression non linéaire et non orientée procède de la démarche archéologique : le paysage n’est pas issu d’une stratigraphie univoque, mais au contraire d’une sédimentation où se croisent plusieurs apports et plusieurs mécanismes d’évolution parfois divergents, d’autant plus apparents en Languedoc qu’ils sont favorisés par le découpage du relief. La fouille en « open-area » favorise la lecture de plusieurs structures enchevêtrées et corrélatives. Parce qu’elle tend à restituer le paysage dans toute sa globalité, elle s’est imposée. Et parce qu’elle est globale et plurielle, l’histoire du paysage reflète aussi celle de la société.

Anmerkungen

1 M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931.

2 G. Brunel et J.-M. Moriceau, « Un renouveau pour l’histoire rurale », Histoire et sociétés rurales, no 1, 1994, pp. 7-10.

3 C. Higounet, Paysages et villages neufs du Moyen Âge, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1975.

4 R. Bordone, « Paesaggio, possessio e incastellamento nel territorio di Asti fra Xe XI secolo », Bollettino storico-bibliografico subalpine, anno LXXIV, 1976, pp. 457-525. R. Comba et A. Settia, sous la direction de, Castelli storia e archeologia, Relazioni e comunicazioni al Convegno tenuto a Cuneo il 6-8 dicembre 1981, Turin, 1984. B. Cursente, Les castelnanx de la Gascogne médiévale, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1980. A. Settia, « Incastellamento et decastellamento nell’italia padana fra X e XI secolo », Bolletino storico-bibliografico subalpine, anno LXXIV, 1976, pp. 5-21 et « Fortificazioni collettive nei villaggi medievali dell’alta italia : ricetti, ville forti, recinti », Bolletino storico-bibliografico subalpine, anno LXXIV, 1976, pp. 528-617. P. Toubert, Les structures du Latium médiéval : le Latium méridional et la Sabine du IXe à la fin du XIIe siècle, Rome, École française de Rome, 1973.

5 G. Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var) : contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris-Valbonne, CNRS, 1980.

6 A. Dupont, Les cités de la Narbonnaise première depuis les invasions germaniques jusqu’à l’apparition du consulat, Nîmes, 1942. P.-A. Février, Le développement urbain en Provence de l’époque romaine à la fin du XIVe siècle, Paris, 1964 et « Problèmes de l’habitat du Midi méditerranéen à la fin de l’Antiquité et dans le Haut Moyen Âge », Jahrbuch des Romisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, t. 25,1978, pp. 208-247.

7 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’église dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone cispyrénéenne) de la fin du VIIIe siècle h la fin du XIe siècle, Toulouse, Publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, 1974. M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité ( Xe- XIVe siècls), Paris, L’Harmattan, 1987. C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d’Agde (900-1170), thèse d’état, université de Paris IV-Sorbonne, 1995, 5 vol.

8 H. Débax, Structures féodales dans le Languedoc des Trencavel (Xe-XIIe s.) thèse de l’université de Toulouse II, 1997. F. Journot, Archéologie des châteaux médiévaux de la montagne héraultaise (bassin de l’Orb et de la Lergue) Xe- XIVe siècle, thèse d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université de Rennes II, 1990. A. Parodi, La plaine du Languedoc oriental du Haut Moyen Âge (IXe-XIe siècle) : textes et archéologie de l’espace rural, thèse de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1992. L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone (VIIIe-XIIe s.), thèse d’archéologie de l’université d’Aix-Marseille I,1996.

9 Celles de D. Baudreu, J.-P. Cazes, et C. Mercier.

10 E. Coulet, Morphologie des plaines et garrigues du Languedoc méditerranéen, t. I et II, thèse d’État, université Paul Valéry, Montpellier III, 1975 publiée en 1978 par l’atelier de reproduction des thèses de l’université de Lille III. R. Dugrand, La Garrigue montpelliéraine. Essai d’explication d’un paysage, Paris, PUF, 1964. E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris-La Haye, École pratique des Hautes études en sciences sociales et Mouton, 1966, réimpression 1985.

11 R. Fossier, M. Bourin, M. Le Mené, M.-T. Lorcin, « Histoire des campagnes médiévales en France », L’histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Paris, 1991 complété par la bibliographie correspondante dans Bibliographie de l’histoire médiévale en France (1965-1990), Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, pp. 1-31.

12 La croissance agricole du Haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie, Actes des 10e Journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au Centre culturel de l’abbaye de Flaran les 9-11 septembre 1988, Auch, Comité départemental du Tourisme du Gers, 1990.

13 J. Guilaine, sous la direction de, Pour une archéologie agraire, Paris, A. Colin, 1991. E. Zadora-Rio, « Le village des historiens et le village des archéologues », Campagnes médiévales. L’homme et son espace. Etudes offertes à R. Fossier, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, pp. 145-153.

14 C. et G. Bertrand, « La mémoire des terroirs », J. Guilaine, sous la direction de, Pour une archéologie..., op. cit., pp. 11-17.

15 P. Toubert, « Les féodalités méditerranéennes : un problème d’histoire comparée », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), colloque international CNRS-École française de Rome tenu à Rome 10-13 octobre 1978, Paris-Rome, École française de Rome, 1980, pp. 1-14.

16 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, « Histoire agricole et phytogéographie », Annales ESC, t. 17, 1962, pp. 434-447.

17 P. Toubert, « Histoire et archéologie médiévales : quelques considérations actuelles », J.-M. Duvosquel and E. Thoen, éd., Pensants and townsinen in medieval Europe, Studia in honorent Adriaan Verhulst, Gand, Snoeck-Ducaju and Zoon, 1995, pp. 769-774.

18 F. Audouze et J.-L Fiches, « L’archéologie française et les paléo-environnements », Annales ESC, 1993, pp. 17-41.

19 Je remercie P. Bonnassie d’accueillir ce livre dans la collection qu’il dirige et de m’avoir fait bénéficier d’une édition universitaire, de surcroît méridionale.

© Presses universitaires du Midi, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search