Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

Autres enjeux et contraintes de l’archéologie en Tunisie aux débuts du protectorat

Dominique Raynal

Volltext

1Vous me permettrez de dédier cette communication à deux amis disparus qui auraient été sans doute heureux d’être toulousains cette semaine, deux amis dont la mémoire est si présente à beaucoup d’entre nous : Béchir Tlili, professeur à la Faculté des Lettres de Tunis, et le Père Roger Maury de l’ibla. J’associe à leur souvenir, avec la même cordialité, celui d’Omar Saïdi, professeur à la Faculté des lettres de Tunis.

2Je prends pour cadre les repères chronologiques de deux des livres de Béchir Tlili : 1830-1880 (Les rapports culturels et idéologiques entre l’Orient et l’Occident en Tunisie au XIXe siècle) et 1907-1918 (Crises et mutations dans le monde islamo-méditerranéen contemporain). La période de mon exposé se situe dans l’espace laissé vacant entre ces repères, précisément au tournant du siècle.

3Le titre légèrement modifié, par rapport à ce qui était annoncé dans le programme du colloque est Autres enjeux et contraintes de l’archéologie en Tunisie aux débuts du Protectorat. Cette modification se voulait plus limitative. Quelle illusion ! Le mot « autres » énigmatique, signifie tout ce qui se trouve à l’extérieur ou aux marges des buts premiers de l’archéologie. Ces buts premiers, le directeur des Antiquités pour la période qui nous intéresse ici, Paul Gauckler les énonçait ainsi de façon très conventionnelle : « D’une part veiller à la sauvegarde des monuments antiques de la Régence et d’autre part dresser l’inventaire de toutes les richesses archéologiques et artistiques du pays, et en faire connaître la valeur. »

4Alors autres enjeux ? C’est l’archéologie carrefour des passions, lieu d’attentes qui la font déborder de ses fonctions et valeurs administratives, techniciennes, scientifiques.

5Par archéologie, carrefour des passions, on doit certes intégrer la dimension humaine, avec l’apport, la complexité des relations, l’affrontement assez souvent de très fortes personnalités ayant œuvré dans ce domaine. Ce ne sera pourtant pas ici le fil conducteur de mon intervention.

6Autres enjeux, c’est bien le miroir des « archéologies de l’identité » thème de notre colloque. Il y a un siècle, c’était notamment l’archéologie justification de la colonisation, l’archéologie mode d’emploi attendu de la mise en valeur du territoire colonial. Je pense ici aux recherches sur les travaux hydrauliques des Romains – objet de la communication de H. Jaïdi -. C’est même l’archéologie en Tunisie justification de la forme de la colonisation, c’est-à-dire le protectorat !

7L’archéologie c’était encore, et cela demeura longtemps, en raison du lien entre la Tunisie et la France, un miroir fidèle ou déformé, à nous de juger, des passions en France, et je songe ici entre autres, à l’essor très étonnant de l’archéologie chrétienne en Tunisie, qui devint une véritable polarisation en 1903-1905, au moment où de l’autre côté de la Méditerranée, les premières années du XXe siècle, conduisaient à la séparation de l’Église et de l’État ! Je réserverai, avec votre permission, l’analyse de cet aspect passionnant pour les journées du deuxième colloque sur les archéologies de l’identité !

8Mais l’archéologie c’est aussi inévitablement un lieu de contraintes et de contradictions en raison de la distance qui sépare une conception d’une mission de service public et les conditions concrètes d’exercice et de développement du Protectorat. Cette archéologie est donc révélatrice des limites et contradictions du Protectorat comme je m’efforcerai de le montrer. Ce point est également, me semble-t-il, au cœur de notre investigation sur les archéologies de l’identité. Pour mieux cerner cette réalité, il importe de se pencher sur les difficultés rencontrées alors par le service des Antiquités et sur la manière dont elle ont été surmontées.

9Pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïtés, une telle investigation ne saurait occulter les réussites exemplaires de l’investigation archéologique qui ont eu toute leur place justifiée dans les communications de notre colloque.

10Je ferai référence à plusieurs reprises à P. Gauckler pour deux raisons : il avait en charge de 1892 à 1905 le service des Antiquités et Beaux Arts de la Régence, sa nombreuse correspondance constitue par la liberté de ton utilisée et la pugnacité de l’argumentation le meilleur instrument à notre disposition pour jauger à cette époque l’archéologie carrefour des passions.

11L’archéologie, surtout l’archéologie romaine, justification de la colonisation. Cet aspect est tellement connu que nous nous dispenserons de longs développements. Deux témoignages, ceux de Gauckler et de l’archevêque de Carthage, Mgr. Combes, suffiront.

12P. Gauckler, dans une conférence donnée en 1898-1899 au cours de laquelle il devait présenter le service des Antiquités, n’hésitait pas à asséner d’entrée :

  • 1 Archives nationales françaises (anf) F 17/17236.

« L’on a dit, Messieurs, et avec raison, que la Tunisie est un pays à la fois neuf et trop vieux, dont l’histoire se poursuit en se recommençant. En effet, l’œuvre que tente actuellement le Protectorat n’est qu’une Renaissance. Rien ne ressemble plus aux débuts de l’occupation française dans la Régence que ceux de la conquête romaine dans la province d’Afrique[…] L’histoire du développement économique de l’Afrique romaine nous la retrouvons écrite sur le sol, prête à fournir ses enseignements et ses conseils à qui sait les déchiffrer. C’est tout un cours pratique de politique expérimentale qui nous fournit de précieuses leçons en nous faisant connaître comment le peuple le plus prudent et le plus sage qui ait jamais été, celui qui a le mieux su gouverner le monde, s’y est pris, après s’être installé en Afrique, pour tirer le meilleur parti de sa conquête, elle nous montre la s seule route que nous ayons à suivre, si nous voulons éviter les tâtonnements et les déboires, les pertes de temps et d’argent qui paralysent si souvent les débuts de la colonisation dans les pays neufs.
Mais cette étude ne peut aboutir à de bons résultats que si elle présente un caractère vraiment scientifique, que si elle est méthodiquement entreprise et sérieusement faite par des gens de métier, capables de comprendre et d’interpréter les documents qu’ils ont sous les yeux en se gardant de ces généralisations vagues et téméraires, de ces conclusions prématurées et fausses allant contre le but que nous nous proposons
1. »

  • 2 Allocution de Monseigneur l’Archevêque de Carthage, primat d’Afrique pour la bénédiction de. l’égli (...)

13La rencontre de Mgr. Combes et de l’archéologie est certes plus surprenante. L’occasion lui est fournie par la bénédiction, le 1er mai 1907, de la nouvelle église d’Enfidaville, érigée au cœur du vaste domaine de la Société franco-africaine de l’Enfida. Porté par la contemplation des mosaïques des basiliques de Sidi Abich et d’Uppenna que l’on venait d’intégrer à la nouvelle église et qui constituent ainsi de nos jours l’essentiel du musée d’Enfidha, le prélat brossait dans son homélie une vaste fresque sur la destinée de l’Afrique du Nord : Étrange destinée de l’Afrique, elle connut toutes les extrémités des choses humaines, une gloire prodigieuse et des malheurs inouïs. La succession manichéenne de ces phases de gloire prodigieuse et de malheurs était celle de Rome, des Vandales, des Byzantins, de la conquête musulmane, de la Tunisie française. Douze siècles ont passé (la référence ici est celle de la renaissance byzantine considérée comme un premier retour à Rome) et nous sommes revenus pour reprendre la chaîne de la tradition et souder ses derniers chaînons aux anneaux du XIXe siècle2.

  • 3 La France de 1903-1907 ou le retour à l’époque des Vandales : Maintenant, comme au jour des Vandale (...)

14En homme d’Église, Mgr. Combes ajoutait la dimension chrétienne. La Tunisie romaine était chrétienne, il convenait que la Tunisie française le soit. Cette double proposition cumulait les paradoxes. En ce qui concerne Rome, elle avait pour effet de gommer les persécutions des empereurs païens et donc d’oublier saint Cyprien, son lointain prédécesseur du siège épiscopal de Carthage, et plus illustre martyr d’Afrique, qu’il ne cite pas. En ce qui concerne la Tunisie du début du siècle, une telle proclamation ne manquait pas de sel du fait que l’état des relations de l’Église et de l’État en France était ressenti ici comme l’expression d’une véritable persécution3.

  • 4 F. Renault, Le cardinal Lavigerie 1825-1892. L’Église, l’Afrique et la France, Paris 1992, p. 444-4 (...)

15Il est juste d’observer que le prédécesseur de Mgr. Combes, le cardinal Lavigerie avait une vision autrement plus ample – il avait consacré son premier mandement de Carême en 1882 à saint Cyprien ! – et expliqué dans le second, en 1883, que la disparition du christianisme en Afrique avait été due beaucoup plus aux rivalités internes qu’aux persécutions et que les correspondances des Papes avec les princes musulmans montraient un respect mutuel pour les adorateurs d’un même Dieu4.

  • 5 Cf. Ali Mahjoubi, Les origines du mouvement national en Tunisie 1904-1934, Tunis, 1982. Dans un dom (...)

16Il n’en demeure pas moins, que ce soit dans sa version laïcisée ou avec l’ajout chrétien, que le mythe du retour à la civilisation romaine servait de socle à la justification de la colonisation. La dimension chrétienne paraissait même à beaucoup de personnes, quelles que soient par ailleurs les convictions personnelles de chacun – et elles étaient fort diverses et tranchées – de nature à donner davantage de consistance et de spécificité à l’œuvre entreprise pour un monde européen confronté à l’altérité musulmane et on peut dire, déjà, aux tout débuts du mouvement national –, nous sommes en 19075.

L’ARCHÉOLOGIE, JUSTIFICATION DE LA FORME DE LA COLONISATION, LE PROTECTORAT

17Dans le débat franco-français sur la forme de colonisation pour la Tunisie, la formule du protectorat se devait pour des personnalités aussi diverses que Léon Gambetta, Paul Cambon, le cardinal Lavigerie, et Jules Ferry qui s’y était rallié, d’être fondamentalement différente de celle de l’administration coloniale directe, c’est-à-dire de l’annexion, en place dans l’Algérie voisine. Chacun sait aussi que l’évolution ultérieure fut en Tunisie beaucoup moins limpide, c’est le moins qu’on puisse affirmer.

18La justification du protectorat passe donc d’abord par la constatation des errements observables en Algérie. Pour l’archéologie, le tableau est accablant et à entendre Gauckler –, dans la même conférence – proprement apocalyptique, après cinquante ans d’occupation en Algérie.

« Les monuments antiques sont livrés sans défense aux convoitises des entrepreneurs, des ingénieurs et des colons. Partout, on détruit les ruines les mieux conservées pour construire des casernes, des ponts, des villages, et ce vandalisme forcené amène parfois d’irréparables désastres. C’est ainsi que le camp légionnaire de Lambèse, incomparable ensemble militaire, le seul qui nous eut été conservé intact de tout le monde romain, est rasé aux trois quarts pour bâtir un pénitencier ; c’est ainsi qu’à Cherchel, à Aumale, à Sétif, à Bougie, à Guelma, les théâtres et les amphithéâtres, les thermes, les basiliques, les arcs de triomphe disparaissent comme par enchantement, c’est ainsi qu’on empierre la route de Constantine à Batna avec une collection de plus de trois cents textes épigraphiques, tandis que l’administration elle-même, au lieu d’intervenir pour protéger les monuments antiques, encourage les démolisseurs, dresse la liste des monuments romains propres à être exploités comme carrières, et dans les cahiers des charges imposés aux entrepreneurs, prévoit et autorise l’utilisation de matériaux antiques pour l’exécution de travaux d’art.

Les musées ont cessé de s’enrichir ; ils demeurent stationnaires et s’appauvrissent peu à peu ou même disparaissent entièrement. Le musée de Cherchel qui renferme d’admirables morceaux de sculpture grecque est installé dans une cour à ciel ouvert entourée de méchants hangars et mal fermé et où les antiquités, entassées pêle-mêle sont confiées à la garde d’une vieille blanchisseuse illettrée, âgée de 90 ans. À Lambèse, on a rassemblé un certain nombre de marbres dans l’intérieur du Praetorium ou faute de toit il neige et il pleut à loisir. Au moment de l’insurrection de 1871 et plus récemment encore pendant le soulèvement de l’Aurès, on le transforma en champ de tir, et les statues d’empereurs et de divinités servent de cible aux gardes nationaux mobilisés. »

19Certes Gauckler prenait bien soin, in fine, de préciser que la situation avait récemment changé en Algérie, le nouveau système inauguré en Tunisie ayant décidé l’Algérie à renoncer à son ancien laisser-aller pour entrer résolument dans la voie du progrès !…

20Après un tel réquisitoire féroce, courageux et imprudent, prononcé dans un discours officiel, contre une forme de colonisation qui avait la faveur de tant de personnes dans les milieux européens en Tunisie, il ne restait plus qu’à prouver que l’archéologie romaine était à même de balayer l’illusion d’une Tunisie, colonie de peuplement, illusion et attente qui étaient celles de ces mêmes milieux qui espéraient un changement de statut et l’annexion directe.

21La charge de la preuve revenait à l’épigraphie intégrée dans la catégorie des recherches les plus stériles en apparence qui nous amènent souvent à des conclusions d’un intérêt tout actuel et qui sont grosses de conséquences.

« En dressant patiemment la liste des noms que contiennent toutes ces épitaphes latines que l’on découvre de tous côtés et en si grande abondance et en les comparant aux listes analogues des nécropoles d’Italie, les archéologues se sont aperçus que ces deux séries onomastiques ont des caractères tout opposés et qu’elles concernent des peuples différents. C’est ainsi qu’ils ont réussi à rectifier l’idée si fausse, si décourageante pour nous que l’on se faisait jusqu’ici de la façon dont la Tunisie a été colonisée par les Romains. C’était un axiome bien établi que l’Afrique avait été pour eux une colonie de peuplement, que la population de ce pays aux premiers temps de notre ère était toute romaine. Romaine d’apparence cela est certain, mais romaine de race en aucune façon. L’examen approfondi des inscriptions trouvées en Tunisie permet de montrer que les Romains n’ont jamais été en ce pays qu’une très faible minorité. Nous aussi, Messieurs, nous ne sommes aujourd’hui en Tunisie qu’une poignée d’hommes et nous n’y serons jamais très nombreux, je le crains. »

LE STATUT ET L’ENVIRONNEMENT DE L’ARCHÉOLOGIE, AU TOURNANT DU SIÈCLE, RÉVÉLATEURS DES LIMITES ET CONTRADICTIONS DU PROTECTORAT

22Je reconnais bien volontiers qu’une telle affirmation peut laisser craindre un développement composé surtout d’abstractions ou de redondances.

23J’ai donc choisi d’évoquer trois événements de cette époque, peu connus, et de suggérer quelques pistes d’analyse, en liaison avec l’affirmation introductive. Voici donc, avec un petit effet d’annonce : 1891-1896 Le service des Antiquités à la Tunisie et le musée du Bardo à la France ! ; 1894-1895 Il faut sauver Carthage ! ; 1er janvier 1904 Va-t-on fermer le musée du Bardo ?

  • 6 On se reportera à la Conférence donnée par G.C. Picard sur la recherche archéologique en Tunisie de (...)

24Le point de départ de l’organisation archéologique de la Tunisie se situe, en 1882 et 1885-866. En 1882, c’est la convergence de deux actes : à Tunis, un double décret beylical – le 15 décembre 1882 – pris à l’instigation de P. Cambon, relatif à la conservation de monuments antiques et au principe de la création d’un musée archéologique ; à Paris, la constitution par le ministère de l’Instruction publique, de la Commission de publication des documents archéologiques de la Tunisie. En 1885, le 8 mars, c’est la création du service beylical des Antiquités et Arts confié à un membre de la Commission de publication, René de La Blanchère, puis la décision d’installer au Bardo près du palais officiel du bey, le musée archéologique (ancien harem du bey Mohammed). Le 7 mars 1886, une très importante loi beylicale réglemente les fouilles archéologiques, distingue deux sortes de ruines pour la conservation des monuments historiques, les plus importantes étant classées, les autres ne pouvant pas être touchées sans autorisation du directeur des Antiquités. Cette loi réglemente également le commerce et l’exportation des antiquités. Elle était en avance même sur la législation française puisqu’il faudra attendre le 31 mars 1887 pour qu’une loi similaire soit promulguée

25Le service des Antiquités à la Tunisie et le musée du Bardo à la France ! Cette tentative de répartition se produisit en 1891-1892 par suite d’un changement de statut du service des Antiquités. Les modalités en sont extrêmement surprenantes. Jusqu’ici, les premiers pas du service des Antiquités étaient directement guidés et dirigés par la France. Son directeur était officiellement le délégué du ministère de l’Instruction auprès du résident général. Le financement annuel, assez important, de 30 à 40 000 francs, venait de France.

26En 1891, ce service devient exclusivement beylical, ce qui est tout à fait conforme à la logique d’une intention proclamée. Encore fallait-il que les financements suivent et qu’il n’y ait pas de chausse-trapes…

  • 7 anf F 17/17236.

27– Le financement. La subvention versée par le ministère est supprimée et le budget devient budget de misère. En 1892, 2 400 francs ; en 1893 ; 3 600 francs, puis deux ans après 7 000 francs et 9 000 francs en 1898. Dans une lettre adressée le 30 décembre 1898 à Louis Liard, directeur de l’Enseignement supérieur au ministère de l’Instruction publique, Gauckler écrivait7 :

« Comment faire face à toutes ces dépenses ? C’est le problème qui se pose constamment à moi et qui constitue mon plus gros souci. Le meilleur de mon temps se passe à imaginer des combinaisons financières pour faire participer d’autres administrations mieux dotées aux charges qui s’imposent à mon service, ou pour obtenir du résident général quelques modestes allocations extraordinaires qui nous permettent de joindre les deux bouts. Depuis bientôt sept ans, nous vivons au jour le jour, sans pouvoir entreprendre aucun travail méthodique de quelque durée, aucune œuvre de longue haleine. Nous avons dû borner nos efforts à la partie essentielle de notre tâche, la défense et la sauvegarde de monuments déjà connus, la conservation de nouvelles découvertes qui se font chaque jour. »

  • 8 anf F 17/13059.

28– Les chausse-trapes. On reprend d’une main ce qu’on concède à l’autre ! Le musée du Bardo est soustrait à l’administration du Protectorat ! À la suite du changement de statut, le poste de directeur en Antiquités est supprimé et remplacé par celui d’inspecteur : René de La Blanchère regagne la France avec le titre d’inspecteur général des Bibliothèques et Archives et chargé de l’Inspection des bibliothèques, archives et musées en Algérie et en Tunisie. Remarquons bien l’assimilation Algérie-Tunisie. Le jour de son départ - indiquera le futur résident général, René Millet, dans un mémorandum au ministère de l’Instruction publique en 18958 :

« […] l’ex-délégué signifie verbalement aux membres de la nouvelle inspection, sans y être d’ailleurs régulièrement autorisé, que le musée ne leur était pas remis et restait sous son autorité directe. Cette décision ayant été prise sans l’assentiment de M. Massicault, résident général, fut tenue par lui nulle et non avenue : il maintient l’autorité du chef du service des Antiquités et Arts sur le musée du Bardo. De son côté, l’ex-délégué faisait acte de chef de service du musée et donnait des ordres directs au conservateur. De là un conflit permanent qui dura toute l’année 1891. »

29Le plus étonnant est la solution dite de compromis entre le ministère de l’Instruction publique et la résidence générale, par échange de lettres du 27 février et du 29 mars 1892. Ses termes :

« L’autonomie des services fondés par le ministre de l’Instruction publique dans la Régence demeure entière 1) le service des Antiquités et Arts sera vis-à-vis de la métropole dans la même situation que les autres services beylicaux ; 2) le musée entre dans le droit commun, sa situation sera vis-à-vis du ministère la même que celle des établissements semblables existant dans nos provinces africaines. »

30Le musée du Bardo était évidemment un symbole en raison de la mission qui lui avait été confiée, de son origine et de son emplacement. Le mettre sous administration directe dans le droit commun comme les musées d’Algérie – qui dépérissaient – signifiait une inflexion d’importance avec la volonté proclamée en 1882 lorsque le double décret beylical décidait de la conservation des monuments antiques et de la création d’un musée archéologique. C’était en outre une absurdité que de le séparer du service qui avait la charge de l’enrichir en objets d’art.

  • 9 anf F 17/17236.

31Pendant quatre ans, jusqu’à la mort prématurée de René de La Blanchère, les relations furent détestables entre l’inspection des Antiquités dirigée par Gauckler et l’autorité de tutelle du musée du Bardo dont le responsable siégeait à Alger. Les répertoires du Bardo devaient-ils prendre place dans la série des Musées et Collections de l’Algérie et de la Tunisie ou celle des Collections du musée Alaoui ? Quels symboles derrière ces deux appellations ! Allait-on vers deux publications concurrentes ? René de La Blanchère, dans une lettre de 18 janvier 1896 au ministère de l’Instruction publique, se posait en victime de cette situation, tout en reconnaissant que son répertoire à publier était dépassé, le musée du Bardo ayant acquis depuis trois ans des pièces importantes, et qu’il n’avait plus le temps d’aller à Tunis travailler de façon suivie9.

  • 10 Il est intéressant d’observer le changement de titulature du chef du service des Antiquités. Au déb (...)
  • 11 Lettre de Gauckler à A. Bayet, directeur de l’Enseignement supérieur et des Missions archéologiques (...)

32La solution s’imposera d’elle-même à la fin 1896, conformément aux vœux du résident général et probablement de Gauckler, la direction beylicale du service des Antiquités (le titre a été restauré en 1896) coiffant à la fois l’inspection des Antiquités et Arts et le musée du Bardo, mais le directeur étant rattaché par un lien personnel au ministère de l’Instruction publique dont il représente seul les intérêts scientifiques dans le pays10, ministère qui accepte de participer aux financements des fouilles et dépenses de restauration et de mise en valeur des monuments, dix mille francs fin 1898, vingt mille à partir de 190111.

  • 12 Documentation : lettre de Gauckler au directeur du Secrétariat et de la Comptabilité au ministère d (...)

33Il faut sauver Carthage ! Le 18 mai 1894, P. Gauckler fait publier au Journal officiel tunisien un arrêté annonçant l’ouverture d’une enquête visant le classement au titre de monuments historiques de divers édifices antiques conformément à la loi de mars 1886. La liste commence par Carthage où dix-neuf monuments ou ensembles de monuments sont soumis à procédure. Cela faisait évidemment beaucoup, d’autant que le mot édifice devait être compris au sens large. Le premier s’intitule toutes les ruines du plateau Saint-Louis, notamment les restes des remparts, les soubassements du temple en grand appareil, la maison byzantine, les citernes, les tombeaux puniques, les tombeaux arabes découverts par le P. Delattre12.

34Il s’agissait en réalité de classer l’ensemble du site.

35Le lancement de cette enquête avait été précédé l’année d’avant par la publication de trois longs articles dans La dépêche tunisienne des 21 juin, 28 juillet, 1er août 1893, intitulés « Les ruines de Carthage », « Les fouilles de Carthage », « Fouilles et musée », qui constituaient un plaidoyer en faveur d’une grande intervention de l’État français à la mesure du passé de la ville de Carthage, concordant à l’évidence avec les vues de Gauckler.

36Mais Carthage, c’était aussi l’administration diocésaine qui possédait de très nombreux terrains obtenus au moment où le cardinal Lavigerie pensait que Carthage ressuscitée serait la capitale de la Tunisie nouvelle. La vente de ces terrains dans les années quatre-vingt-dix contribuait, au prix de plus-values considérables, à faire face aux très importantes dépenses d’investissement et de fonctionnement de l’Église ainsi d’ailleurs qu’aux œuvres éducatives, sanitaires et d’assistance sociale.

37L’ouverture de cette enquête entraîne une très vive réaction de l’administrateur des biens du diocèse, Mgr. Tournier, qui écrit au premier ministre :

« Vous me permettrez de vous faire remarquer, Monsieur le Ministre, que ces immeubles (dix sur dix-neuf) appartiennent soit en totalité soit en partie au diocèse de Carthage qui les a achetés et qui entend en jouir comme bon lui semble. Je m’oppose donc formellement à ce qu’on lèse ses droits de propriétaire par la création d’une servitude qui serait la conséquence d’un classement des dits immeubles comme monuments historiques. Je ne vois pas d’ailleurs l’importance que peuvent avoir certains de ces immeubles. Si on tient absolument à les classer parmi les monuments historiques, on devra en faire l’acquisition. Ce sera la meilleure solution. »

38Les choses devaient évidemment être nécessairement moins tranchées pour le Père Delattre qui se trouvait pris dans une situation fort inconfortable d’autant plus que P. Gauckler avait bien pris soin de faire remarquer que quatre de ses propositions étaient justifiées par des découvertes du Père Delattre.

39On se trouvait face à des enjeux considérables. Le plus important concernait le destin de Carthage, le moindre n’était pas la capacité plus ou moins grande du service des Antiquités à imposer sa mission de service public.

40P. Gauckler se trouve néanmoins sur la défensive. C’est pourquoi il écrit, le 22 décembre 1894, à Xavier Charmes, directeur du Secrétariat et de la Comptabilité au ministère de l’Instruction publique, qui était le coordonnateur administratif de la Commission de publication des documents archéologiques de l’Afrique du Nord au sein du CTHS. Il y décrit la dilapidation en cours du patrimoine de Carthage : les premières déclivités de la colline de Byrsa sont morcelées en petits lots vendus à des spéculateurs pour y construire des villas de plaisance, on transforme en station estivale les abords du couvent et de la cathédrale. Il assure, de manière à tout le moins excessive, que la liste des dix-neuf édifices ou emplacements a été arrêtée d’accord avec le Père Delattre, que j’avais cru consulter avant de la soumettre à la signature du Premier ministre. Il se dit prêt à aller jusqu’au bout mais demande le soutien de la Commission de l’Afrique du Nord pour défendre les intérêts de la science menacée et sauver pendant qu’il en est temps encore les restes des monuments les plus importants de Carthage.

41X. Charmes répond le 12 janvier 1995, assure de son soutien sur le plan des principes le jeune inspecteur du service des Antiquités, n’ayant pas encore le titre de directeur, âgé de moins de trente ans et qui voulait sauver Carthage, mais le laisse à découvert.

« Je n’ai point à intervenir ni à saisir de la question mon collègue des Affaires étrangères puisque le classement des monuments historiques ressortit du service beylical que vous dirigez […] Quand au plus ou moins de rapidité apportée dans l’opération que vous avez entreprise et aux limites dans lesquelles il convient de la renfermer, ce sont là des questions purement administratives qu’il vous appartient comme Chef de service de traiter avec les pouvoirs supérieurs locaux. »

  • 13 Réponse de X. Charmes anf F 17/13059.

42Il donne cependant un conseil : C’est à vous d’apprécier et de voir si parmi les monuments inscrits sur votre liste, il n’en existe pas dont la conservation ne serait pas absolument nécessaire13.

  • 14 Décret du 8 mai 1895 (13 Kaada 1312) anf F 17/13059.

43Quatre mois plus tard, le décret du 8 mai 1895 donne la liste des immeubles classés au titre des monuments historiques14. Sur les dix-neuf propositions de Gauckler, trois firent l’objet d’inscription (à Oudna, où la contestation avait été moins forte, onze le furent !) :

  • la première concernant les ruines du plateau Saint-Louis (cf. plus haut) ;

  • la basilique de Damous el Karita découverte par le Père Delattre » ;

  • la nécropole de Bordj Djedid et les tombeaux récents découverts ».

44Tout le reste – c’est-à-dire notamment 9 des 10 contestations de Mgr. Tournier – fut retiré du classement, en particulier les pentes et une partie de la zone littorale dont Gauckler avait demandé qu’elles fussent déclarées non aedificandi (propositions 4 et 8 notamment).

45Dans cette affaire – décisive en terme d’identité et de Patrimoine –, ni la résidence générale probablement soumise à forte pression y compris celle des acheteurs potentiels de terrains, ni l’instance scientifique française qui disposait pourtant de moyens de persuasion, n’ont rempli, hélas, ce qui aurait dû être leur mission.

46Va-t-on fermer le musée du Bardo ? Le journal officiel du 30 décembre 1903 publie le budget de l’État tunisien pour 1904. Le paragraphe 8 du ch. III (administration générale ; service des Antiquités et Arts, matériel) inscrit une dotation de 17 090 francs contre 24 090 francs Tannée précédente, ce qui fait, compte tenu des frais fixes, une diminution de moitié.

  • 15 anf F 17/17236. Également une dépêche télégraphique de soutien du ministre de l’Instruction publiqu (...)

47Cette disposition déclenche une effervescence et divers échanges de correspondances qui culminent, le 23 février 1904, avec la lettre signée de Delcassé, le ministre des Affaires étrangères à son collègue de l’Instruction publique, dans laquelle sont jointes les explications du résident général, Stéphen Pichon15.

  • 16 Lettre de Gauckler au directeur des Missions scientifiques. anf F 17/17236

48Les faits sont les suivants : à l’intérieur de l’enveloppe budgétaire, 2 000 francs étaient inscrits habituellement pour le musée du Bardo et 7 000 francs pour les publications sur les Monuments historiques de la Tunisie. Devant le refus constant d’augmenter la dotation officielle pour le Bardo, – les dépenses réelles, connues des autorités de tutelle, se situaient à 8 000 francs par an –, Gauckler dut décider en 1898 de suspendre la publication des Monuments historiques de la Tunisie. Il affectait donc depuis six ans cet argent au musée du Bardo, sans parvenir à convaincre la Résidence de modifier les termes de l’imputation budgétaire. Prenant acte de la non parution des publications, les 7 000 francs sont retirés du budget 1904. C’était condamner à la fermeture le musée du Bardo, dont le nombre de salles était passé ces dix dernières années de 3 à 21, ce que Gauckler menace de faire immédiatement16. Devant l’émoi manifesté, le résident général compense cette suppression par une dotation exceptionnelle équivalente, non sans faire remarquer au ministre des Affaires étrangères (lettre du 12 février 1904) que le ministère de l’Instruction publique n’avait pas à intervenir :

S’agissant d’une demande de crédits sur les fonds du budget beylical, il semble qu’aux termes de l’article 3 du décret du 23 juin 1885, l’affaire ne pouvait être traitée que par le résident général et le département des Affaires étrangères. Si tel était votre avis, je vous serais reconnaissant de vouloir bien le faire connaître au ministère de l’Instruction publique ; j’en ferais moi-même l’observation à M. Gauckler.

49Cet événement offre des grilles de lecture contrastées qui montrent combien la dimension archéologique est vécue de façon complexe et contradictoire :

  • première approche : entreprise de déstabilisation visant Gauckler qui s’était fait beaucoup d’ennemis. Cela a incontestablement joué ;

    • 17 Le rétablissement budgétaire sous forme de crédits extraordinaires était signe de précarité. Mais c (...)

    deuxième approche : l’archéologie ne bénéficie pas de considération de la part de l’institution du Protectorat et est condamnée à des expédients. Gauckler explique, le 6 janvier 1904, au directeur du ministère de l’Instruction publique que cette dotation a été réduite, à l’insu du résident général, par deux sous-ordres se livrant à des petites combinaisons intéressées […] Il est inadmissible qu’un service régulier ne puisse arriver à vivre que des aumônes d’un résident général17 ;

    • 18 J. Ganiage, Histoire contemporaine du Maghreb de 1830 à nos jours, Paris, 1994, p. 304-305. L’auteu (...)

    troisième approche inverse : le service des Antiquités fait peur, il est attentatoire au droit de propriété (loi de 1886). Il est un organe de centralisation qui peut intervenir partout en raison de la richesse archéologique du pays. Sa toute-puissance doit donc être cassée. Les preuves abondent pour 1905, plus que pour 1904. Ceci est dû à ce que la campagne pour l’élection des membres des trois collèges de la Conférence consultative18 délie beaucoup de plumes dans la presse locale, en particulier dans le Sahel où les réquisitoires contre les décisions de la direction des Antiquités se succèdent en rafales, sur la thématique nouvelle de la défense du Centre tunisien :

« Est-ce que par hasard il serait, de bon ton dans les hautes sphères administratives d’être de parti pris désagréable au Centre et de considérer cette région comme un fief éminemment seigneurial ? (L’avenir du Centre, 26 février 1905). »

50Et puisque l’archéologie est justification de la colonisation, ne montre-t-elle pas la splendeur de la Byzacène, ce Centre aujourd’hui trop délaissé et spolié de ses richesses archéologiques ?

  • 19 Important article signé « Candide » dans L’avenir du Centre, le 5 février 1905, à propos de l’inten (...)
  • 20 Trois mois après la parution de l’article du 5 février 1905 de L’avenir du Centre, la direction de (...)

51Le conflit se cristallise encore une fois à propos du musée du Bardo, ce qui montre qu’il est toujours porteur de forte symbolique identitaire. Musée qui cumule des valeurs redoutées. Il est d’abord « musée tunisien » et à ce titre perçu dans certains milieux du Protectorat comme « étranger ». Il offre en réalité l’image d’un pouvoir central lié au fait beylical dont on craint, toujours dans certains milieux, qu’il soit expansionniste ou qu’il réussisse trop bien. Il est paradoxalement mal soutenu par l’autorité de tutelle qui n’ose dire la vérité sur son budget au demeurant fort modeste. Son fantastique développement, malgré la pénurie de moyens, est donc ici ou là compris comme l’expression d’une dépossession19. Ce musée est tout à la fois lieu d’accueil et lieu de non fréquentation. Lieu d’accueil, officiel, étape indispensable pour les visiteurs illustres de l’époque, au même titre que les fouilles du Père Delattre à Carthage ! Lieu de non fréquentation pour beaucoup d’Européens qui le récusent, ce qui ajoute à son mystère de lieu secret20.

  • 21 Membre de la commission de publications des documents archéologiques de l’Afrique du Nord du Comité (...)

52Pour conclure, j’énoncerai les termes d’une quatrième approche de cette crise de 1904. Le service des Antiquités, pour les Européens de Tunisie, c’est le monde des savants, un monde hermétique et devant lequel on est complexé. Il communique avec Paris, ce qui ajoute à la crainte, il est lié à des Missions scientifiques (association des deux termes redoutable !). Les titres de ses membres, donc du directeur des Antiquités, sont autant de cartes d’accréditation pour un univers secret21.

53Ce monde savant qui a l’exclusivité du savoir veut avoir aussi l’exclusivité de la transmission du savoir, pense-t-on.

  • 22 Article de L’avenir du Centre du 26 février 1905 : La seule déduction à tirer – et que tous ont tir (...)

54Mais voilà, on s’aperçoit qu’il n’y a pas de publications. Par publications il faut entendre publications grand public, car ces personnes, pas toutes, ignorent évidemment la consistance des pages consacrées à l’Afrique du Nord dans le Bulletin archéologique de la Commission des travaux historiques, les Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, les Monuments Piot, etc. C’est ce que sanctionne la ligne budgétaire pour 1904. Ce monde clos a-t-il intérêt à la rétention du secret ? à une diffusion uniquement pour spécialistes considérée comme fait aggravant d’exclusion ?22

55Il n’y a pas, non plus, exclusivité du savoir. De nombreuses personnes, « de bonne volonté », s’intéressent à l’archéologie (beaucoup plus s’y adonnaient !…) et acquièrent un savoir réel ou supposé. L’archéologie devient même un club d’urbanité où se côtoient civils et militaires, ecclésiastiques, docteurs, fonctionnaires, ingénieurs, contrôleurs, enseignants, qui sont disponibles pour constituer des associations.

  • 23 Ainsi, dans L’avenir du Centre du 19 mars 1905, ce développement portant sur la crise opposant la S (...)

56C’est l’exemple de la Société archéologique de Sousse dont les statuts très précis ont été déposés en 1902, à l’initiative du dr Carton, où tout est édicté par des règles strictes : les réunions et les publications se faisaient avec ponctualité, et les liens avec la presse locale assurés très étroitement. Cette archéologie d’amateurs, à qui on doit être redevable d’un certain nombre d’opérations de sauvetage et de découvertes importantes, est en recherche de reconnaissance et de considération. Elle n’a d’autre moyen que les cotisations de ses membres, et se figure que la direction des Antiquités veut l’asphyxier et dilapide des sommes considérables23.

57Souhaitant pouvoir disposer de libéralités publiques dans le cadre d’un budget tunisien fort étroit, ses membres, bien introduits, ne plaideront pas pour une augmentation de la dotation du service officiel. La convergence entre l’Institution et ce bénévolat potentiel ne se fera pas alors. Une crise terrible opposera durant l’hiver 1905 la direction des Antiquités et la Société archéologique de Sousse.

58Une attente s’exprimait cependant, chez ces personnes attirées par l’archéologie, fruit de motivations composites, dont les acteurs de l’époque conviennent avec lucidité. Elle témoignait néanmoins de la prise de conscience de la nécessité d’un dépassement de l’archéologie prédatrice ou de « cueillette ».

59Par les fouilles et le regard sélectif sur le passé du pays qu’elles impliquaient, ils cherchaient aussi un enracinement, fait de compréhension et d’intégration au pays auquel ils étaient devenus attachés.

60C’était, à n’en point douter, pour eux aussi une Archéologie de l’Identité, dans des termes, il est vrai, très différents de ceux de notre fin du XXe siècle, car il était encore trop tôt pour qu’une ouverture réelle se fît sur tout le passé de la Tunisie, donnant la possibilité à chacun de s’y reconnaître.

Anmerkungen

1 Archives nationales françaises (anf) F 17/17236.

2 Allocution de Monseigneur l’Archevêque de Carthage, primat d’Afrique pour la bénédiction de. l’église Saint-Augustin d’Enfidaville, Tunis, Imprimerie Borrel, 1907.

3 La France de 1903-1907 ou le retour à l’époque des Vandales : Maintenant, comme au jour des Vandales, n’auriez-vous pas à lutter, à souffrir pour les droits de Dieu et les libertés de la conscience… (Allocution de l’archevêque, p. 6). Il y a tout lieu de croire qu’Huniric le tyran théologien persécuteur raffiné qui fera souffrir des maux infinis à ceux qui persistent contre ses ordonnances à reconnaître le Christ-Dieu empruntait chez un certain nombre de personnes présentes qui n’en avaient sans doute jamais entendu parler, les traits d’Émile Combes voire de ses successeurs. L’assimilation Vandales-Ariens définit deux visages de la France de 1907 : la persécution de la République anticléricale mais aussi l’apostasie des chrétiens qui la minent de l’intérieur (allusion à la crise du Modernisme : condamnation par le Pape, le 4 juillet 1907).
Sur le ressenti en Tunisie de la persécution qui sévit en France, au moment de la mise en application des inventaires avant leur dévolution aux associations cultuelles : on peut se reporter à la tonalité du déroulement des cérémonies d’octobre 1906 en l’honneur du Jubilé épiscopal de Mgr. Combes (cf. Jubilé épiscopal de Mgr. l’Archevêque, primat d’Afrique, Tunis, 1906) où le chanoine Raoul prenant la parole au nom de la communauté catholique indique à Mgr. Combes qui restera silencieux afin de communier dans la tristesse, le recueillement et la prière avec l’Église de France, que tous sont persuadés que l’archevêque de Carthage n’hésiterait pas à verser jusqu’à la dernière goutte de son sang.

4 F. Renault, Le cardinal Lavigerie 1825-1892. L’Église, l’Afrique et la France, Paris 1992, p. 444-445.

5 Cf. Ali Mahjoubi, Les origines du mouvement national en Tunisie 1904-1934, Tunis, 1982. Dans un domaine comme celui du théâtre arabe, Tannée 1907 est celle de la toute première initiative (organisation de représentations arabes sur la scène municipale) cf. H. Ben Halima, Un demi-siècle de théâtre arabe en Tunisie (1907-1957), Tunis 1974.

6 On se reportera à la Conférence donnée par G.C. Picard sur la recherche archéologique en Tunisie des origines à l’Indépendance, au dîner-conférence du jeudi 11 octobre 1984 à l’Université de Québec-Trois Rivières (Cahiers des études anciennes t. XV). A. Daoulatli, « La protection des monuments et sites sous le Protectorat et après l’Indépendance » Bulletin des travaux de l’inp, Tunis, fascicule 6, années 1990-1991, p. 123-133.

7 anf F 17/17236.

8 anf F 17/13059.

9 anf F 17/17236.

10 Il est intéressant d’observer le changement de titulature du chef du service des Antiquités. Au début, décret de nomination de Gauckler : Chargé d’une mission dans la Régence de Tunis à l’effet de prendre part aux recherches archéologiques qui s’y poursuivent et autorisé pendant la durée de celte mission à accepter la fonction que le gouvernement beylical pourrait juger utile de lui confier… (anf F 17/13059). Maintenant il est fonctionnaire beylical en tant que directeur du service des Antiquités et Arts de Tunisie, mais rattaché en même temps par un lien personnel au ministère français de l’Instruction publique, en tant que chef de ta mission archéologique française (anf F 17/2969A).

11 Lettre de Gauckler à A. Bayet, directeur de l’Enseignement supérieur et des Missions archéologiques, le 17 décembre 1902 : anf F 17/17236 et Note sur les travaux archéologiques du service des Missions scientifiques en Tunisie pendant l’année 1904 : anf F 17/2969A : Les premiers dix mille francs furent débloqués sur les pressantes instances de plusieurs membres du Parlement, notamment M. Cochery, ancien ministre des Finances et vice-président de la Chambre des députés qui avaient pu constater sur place les effets désastreux d’un pareil état des choses…
Le succès des premières recherches entreprises avec ces crédits dépassa toute attente, et valut l’année suivante à la mission les plus hautes récompenses de l’Exposition universelle de 1900. Les fouilles prirent en deux ans une telle extension qu’il fallut bientôt doubler la subvention primitive. À partir de l’année 1901, une nouvelle somme annuelle de 10 000francs fut consacrée à la mise en état des monuments de l’antique Thugga, les plus intéressants et les mieux conservés de l’Afrique romaine. Il fut stipulé en même temps que lorsque le directeur des Antiquités et Arts aurait besoin d’auxiliaires pour le seconder dans ses recherches, il ferait appel de préférence aux élèves de l’École archéologique française de Rome…Depuis trois ans, trois élèves de l’École de Rome et un architecte diplômé sont venus à Dougga faire des recherches méthodiques qui leur ont fourni à tous quatre la matière de mémoires importants et remarqués.
D’où les Rapports annuels sur les travaux des missions scientifiques françaises ou Comptes rendus annuels de la marche du service des Antiquités et Arts, depuis 1899.

12 Documentation : lettre de Gauckler au directeur du Secrétariat et de la Comptabilité au ministère de l’Instruction publique en date du 22 décembre 1894 (anf F 17/13059). Les dix-neuf monuments :
1) Toutes les ruines du plateau Saint-Louis notamment les restes des remparts, les soubassements du temple en grand appareil, la maison byzantine, les citernes, les tombeaux puniques, les tombeaux arabes découverts par le Père Delattre.
2) Les thermes d’Antonin à Dermesch.
3) Les citernes de Bordj-Djedid.
4) Les salles souterraines et les constructions diverses, descendant de Bordj-Djedid à la mer.
5) La crypte circulaire de Bordj-Djedid.
6) La tranchée de Feddan-el-Béchim, exécutée par MM. Babelon et Reinach.
7) La tranchée de Bir-Messaouda.
8) Les ports militaire et marchand ; l’île de l’Amirauté.
9) Le cirque.
10) L’amphithéâtre.
11) L’aqueduc souterrain découvert par M. Vernay.
12) La basilique de Damous-el-Karita découverte par le Père Delattre.
13) Les citernes de la Malga.
14) Le cimetière des Officiales, découvert par le P. Delattre.
15) La nécropole punique du Bordj Djedid et les tombeaux récemment découverts.
16) La villa de Scorpianus découverte par le P. Delattre.
17) L’Odéon.
18) La Koubba bent el Rey, dite les Bains de Didon.
19) Les restes de l’aqueduc d’Hadrien.
Sur la situation de Gauckler – en liaison avec cette affaire –, sa nomination comme membre non résidant du Comité des travaux historiques, le 15 décembre 1894, avec cette appréciation de Cagnat : La position seule de M. Gauckler qui est notre représentant archéologique à Tunis le désigne comme correspondant du ministère. Il est même nécessaire de lui accorder le titre de membre non résidant du Comité, car plusieurs de ceux dont il est obligé de contrôler les actes, notamment le P. Delattre, ont eux-mêmes ce titre (anf F 17/2854-1-). Mais aussi peut-être des difficultés : dépêche télégraphique du 10 mars 1895 (anf F 17/13059) : résident général à M. Poincaré, ministre Instruction publique Paris. Je viens de télégraphier officiellement aux Affaires étrangères au sujet de M. Gauckler chef du service archéologique de la Régence. Je m’adresse personnellement à votre Excellence pour lui demander qu’aucune mesure quelle qu’elle soit n’intervienne au sujet de ce fonctionnaire avant que j’aie pu en conférer à Paris, avec les services compétents ce qui aura lieu à la fin du mois.

13 Réponse de X. Charmes anf F 17/13059.

14 Décret du 8 mai 1895 (13 Kaada 1312) anf F 17/13059.

15 anf F 17/17236. Également une dépêche télégraphique de soutien du ministre de l’Instruction publique à Gauckler : Mes plus vives félicitations pour les nombreux succès de vos fouilles le 11 février 1904 (anf F 17/17236).

16 Lettre de Gauckler au directeur des Missions scientifiques. anf F 17/17236

17 Le rétablissement budgétaire sous forme de crédits extraordinaires était signe de précarité. Mais ces crédits seront portés dans les lois de finances de 1905 et 1906 (Gauckler et Merlin étant alors successivement directeurs du service des Antiquités), à hauteur de 23 390 f, c’est-à-dire approximativement à leurs chiffres de 1903.

18 J. Ganiage, Histoire contemporaine du Maghreb de 1830 à nos jours, Paris, 1994, p. 304-305. L’auteur met bien en évidence l’agitation endémique d’une colonie française peu nombreuse, relayée par la presse locale, agitation qui s’exprime avec la confluence de deux revendications, celle d’un régime politique se rapprochant de celui de l’Algérie, celle de la mise en place d’institutions représentatives de la population française.

19 Important article signé « Candide » dans L’avenir du Centre, le 5 février 1905, à propos de l’intention prêtée à Gauckler de faire transporter au musée du Bardo la grande mosaïque des martyrs d’Uppenna :
« On devine facilement combien fut vive notre émotion lorsqu’on nous affirma que les intentions de la direction des Beaux Arts étaient de faire procéder le plus tôt possible à l’enlèvement de cette mosaïque pour la transporter au musée du Bardo.
Quels vandales ces savants !
On ne voit pas bien en effet ce que ferait cette mosaïque, figée dans les cadres froids des salles tristes et solitaires du musée tunisien, et c’est à se demander si ce n’est pas commettre une hérésie archéologique que de transporter ces restes – dépouilles mortuaires opimes convoitées par l’administration – au milieu des monnaies, des lampes, des bijoux, des miroirs qui ornent des vitrines savamment collectionnées.
Aussi l’émotion reste forte dans la région, dans le Centre, même trop souvent dépouillé de ses richesses…
 »

20 Trois mois après la parution de l’article du 5 février 1905 de L’avenir du Centre, la direction de cet hebdomadaire laisse publier, le 14 mai 1905, un nouvel article intitulé « Vandalisme », sur le même sujet, c’est-à-dire le refus d’un transfert des mosaïques d’Uppenna au musée du Bardo. Ce musée est alors qualifié de chapelle-marabout… aux salles désertes, de mausolée officiel dont M. Gauckler est l’ombrageux gardien.

21 Membre de la commission de publications des documents archéologiques de l’Afrique du Nord du Comité des travaux historiques et scientifiques ; correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres ; associé correspondant national de la Société nationale des antiquaires de France.

22 Article de L’avenir du Centre du 26 février 1905 : La seule déduction à tirer – et que tous ont tirée est que M. Gauckler a intérêt à ce que nul autre que lui ou ses fidèles aient connaissance des découvertes faites, de façon à pouvoir agir à sa guise, sans contrôle, et conserver une primeur qui le mette en bonne posture auprès des Sociétés savantes.
Eh bien, nous n’hésitons pas à le dire, c’est là mesquinerie indigne d’un service d’État, d’une institution publique rétribuée sur le budget général.
Il est vrai que la direction des Antiquités et des Beaux Arts Tunisiens a une façon bien à elle de comprendre les intérêts dont elle a la charge.
Article du Courrier de Tunisie, le 27 février 1905 (no 1) intitulé « Dans le Centre » : Or, à ce qu’il paraît, il est comme un crime en Tunisie, de laisser les yeux profanes et non astreints à une plate dévotion envers l’administration de la direction des Beaux Arts, s’égarer pour les beautés que peuvent seuls comprendre les pontifes qui président au sort d’un service jaloux de sa science et de ses attributions aussi vagues qu’une inscription tumulaire effacée par le temps.

23 Ainsi, dans L’avenir du Centre du 19 mars 1905, ce développement portant sur la crise opposant la Société archéologique de Sousse et la direction des Antiquités, à propos de la basilique d’Uppenna : On sait combien grande est l’activité de M. le directeur du service des Antiquités ; on sait aussi que pas une découverte intéressante n’est faite sans que son service ne la fasse ou ne cherche à la faire sienne. On sait enfin les sommes considérables – dont quelques-unes eussent peut-être été mieux employées à réparer l’amphithéâtre d’El-Djem – qui ont été dépensées ces dernières années à fouiller des monuments de valeur inégale, mais dont aucun peut-être n’a la valeur de la basilique d’Uppenna.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.