Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

La Tunisie et la politique archéologique française

Eve Gran-Aymerich

Texte intégral

1Lorsqu’au Congrès de Berlin, réuni en 1878, l’Angleterre et l’Allemagne tombent d’accord pour laisser la France s’emparer de la Tunisie, c’est la logique de la colonisation de l’Afrique de Nord, amorcée en Algérie depuis 1830, qui s’impose. L’entreprise sera parachevée quand le Maroc sera, en 1912, placé sous protectorat français. D’ailleurs, dès 1881, année de l’occupation de la Tunisie, la conférence de Madrid soumet le Maroc au contrôle international, et la France mettra tout en œuvre pour y asseoir fermement son influence et établir définitivement son autorité sur le Maghreb.

2L’archéologie qui se développe en Tunisie, est héritière et sœur de celle qui s’est organisée en Algérie depuis les premiers temps de la conquête.

3Cependant, comme la colonisation de l’Afrique du Nord s’inscrit dans une perspective politique plus large, qui embrasse l’ensemble du monde méditerranéen et moyen-oriental, l’archéologie française en Tunisie ne peut s’envisager en dehors de ce contexte : les institutions que l’administration française met en place au Maghreb, et en particulier en Tunisie, s’insèrent dans un réseau, dont le premier maillon a été établi à Athènes en 1846, et auquel s’accrochent progressivement les autres créations, réparties sur le pourtour de la Méditerranée.

4Si l’école archéologique implantée en Grèce crée un « modèle athénien », reproduit au Caire, à Rome ou à Madrid, le service des Antiquités et des arts de la Régence, installé à Tunis en 1885, donne naissance à un autre modèle d’organisation de l’archéologie, que l’administration française appliquera en 1920 à la Syrie et au Liban placés sous son Protectorat.

5Du point de vue de l’administration de l’archéologie et du patrimoine architectural, la Tunisie constitue un laboratoire d’innovations dont les acquis exerceront une « action en retour » sur l’archéologie métropolitaine. Ce sont en effet les « Africains » de l’archéologie française qui suggéreront et réaliseront la profonde réforme de l’archéologie qui interviendra en France en 1941-1942.

L’ARCHÉOLOGIE EN TUNISIE : LES EFFETS DE LA CONQUÊTE

6Le scénario, qui se déroule en Tunisie à partir de 1881 et de l’occupation par l’armée française, reproduit celui auquel l’Algérie a offert son cadre. La recherche archéologique se développe en liaison étroite, et même suscitée, appelée, par l’entreprise de conquête du pays. En une première étape de son évolution, la science archéologique en Tunisie apparaît comme l’héritière de sa sœur algérienne.

  • 1 Citée par P.A. Février, Approches du Maghreb romain, Aix-en-Provence, 1989, p. 30.
  • 2 Rapports élaborés en 1833 et 1837 et publiés dans les Mémoires de l’Académie des inscriptions et b (...)

7Le ton a été donné dès 1833 par le maréchal Soult, dans une lettre adressée au secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, où il émettait le vœu explicite que la science s’associât à « cette œuvre de civilisation qui commence en Afrique sous la protection de nos armes1 ». La connaissance de la géographie de la « Maurétanie » et des cadres de la colonisation romaine servirait la science en même temps que les intérêts politiques et administratifs. Le ministère de la Guerre demandait à l’Académie d’établir un programme de recherches, pour l’histoire et l’archéologie en Algérie2.

8Avant que ne soit mise en place en 1837 la première commission « pour l’exploration scientifique de l’Algérie », amateurs et officiers s’attachent à la découverte et à la mise en valeur du patrimoine antique. La recherche sur le terrain est l’apanage des officiers qui signalent les ruines et copient de nombreuses inscriptions.

  • 3 Christian Tuxen Falbe (1791-1849). Recherches sur l’emplacement de Carthage, augmentées d’une cart (...)

9En 1837, après la prise de Constantine, c’est le général Danrémont lui-même, qui, par arrêté, crée une commission au sein de l’armée expéditionnaire et la charge d’explorer le pays en recueillant tous les documents intéressant la science et les arts. En faisaient partie des officiers et des civils, dont Christian Tuxen Falbe, consul de Danemark à Tunis, qui, pendant onze ans, avait procédé à la reconnaissance topographique du site de Carthage3. Placée sous l’autorité du ministre de la Guerre, cette commission envisageait d’étendre ses travaux à la Régence de Tunis et à celle de Tripoli, associant étude des monuments, relevés des inscriptions et description des voies militaires anciennes :

  • 4 P.A. Février, op. cit., p. 32.

« Cartographier et tenir le pays étaient donc des tâches complémentaires auxquelles l’archéologie pouvait apporter sa contribution4. »

  • 5 M. Dondin-Payre, « La Commission d’exploration scientifique de l’Algérie. Une héritière méconnue d (...)
  • 6 Archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, « Commission des études du Nord de l’Af (...)

10En 1839, cette première commission est élargie et intégrée au Comité des travaux historiques et scientifiques et, sur le modèle explicite de l’Expédition d’Égypte, se donne pour mission « l’exploration scientifique de l’Algérie5 ». Cette institution, placée sous le patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, réunit académiciens, officiers et amateurs et revêt une importance capitale dans le développement des recherches : la commission instituée en 1839 se perpétuera dans celle de l’Afrique du Nord créée au sein du Comité des travaux historiques et scientifiques en 1883, dont le Bulletin archéologique publie les recherches, menées aussi bien en Tunisie qu’en Algérie. Les archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à l’Institut de France6 ont conservé les comptes rendus des séances tenues par les membres de cette « Commission des études du Nord de l’Afrique », à partir du 25 janvier 1884. Gaston Maspero est alors secrétaire, mais René Cagnat, le premier épigraphiste à se rendre en Tunisie dès 1881, lui succédera bientôt ; E. Renan, Barbier de Meynard, J.-C. Tissot et A. Dumont sont les représentants de l’Académie pour 1883.

11L’essentiel des documents conservés dans ces archives est constitué des rapports rédigés par les officiers des brigades topographiques de l’armée pour établir la carte de Tunisie au 1/50000e, puis au 1/100000e, et mis à la disposition de la Commission du Nord de l’Afrique. Ces petits cahiers ou carnets contiennent les observations des officiers sur les monuments et documents qu’ils ont relevés durant leurs campagnes : des plans, des dessins et des photographies accompagnent les commentaires. Alors même qu’ils procédaient au travail topographique exigé par la constitution de la carte de la Tunisie, dirigée par le Général Derrécagaix pour le ministère de la Guerre, les officiers notaient toutes les informations d’ordre archéologique recueillies sur le terrain. Le Service géographique de l’Armée concourait ainsi à la recherche scientifique et les ministères de la Guerre et de l’Instruction publique étaient associés dans cette entreprise qui aboutit à l’Atlas archéologique de la Tunisie, publié de 1893 à 1913 par E. Babelon, R. Cagnat et S. Reinach, puis de 1920 à 1932 par R. Cagnat et A. Merlin.

  • 7 Archives « Commission d’Afrique du Nord ». Registre 17G3, 1896-1900, lettre du 27 octobre 1893 du (...)
  • 8 Xavier Charmes (1849-1919). En 1897, il est chef de cabinet du ministère Bardoux et dirige la sect (...)

12Au ministère de l’Instruction publique, c’est X. Charmes, alors chef du Secrétariat et de la Comptabilité et directeur du service des Missions, qui a eu l’idée d’un tel atlas. Dès 1881, il avait proposé la création d’une mission archéologique permanente en Tunisie, mais sans plus de succès que le cardinal Lavigerie, évêque d’Alger, qui avait présenté un projet identique à l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Le 27 octobre 1893, le ministère de l’Instruction publique demande à R. Cagnat, secrétaire de la Commission, de bien vouloir faire le point des travaux relatifs à « l’exploration de la Tunisie », qui doivent s’intégrer dans une « description archéologique de l’Afrique du Nord », avant d’être présentés à l’Exposition universelle de 1900, dans le cadre de l’Histoire naturelle et physique de la Tunisie7. Comme directeur du service des Missions au ministère de l’Instruction publique, X. Charmes est l’interlocuteur des membres de la Commission et de P. Gauckler, directeur du service des Antiquités de Tunisie en 1897 ; il joue un rôle primordial dans la création des institutions archéologiques françaises implantées dans le bassin méditerranéen : c’est à son initiative qu’ont vu le jour, en 1880 l’École supérieure des lettres d’Alger, en 1881 l’École d’archéologie orientale du Caire, et en 1897 la délégation archéologique française en Perse8. En Tunisie, il réussit en 1885 à faire mettre en place le service des Antiquités et des Arts de la Régence.

  • 9 Publié sous le haut-patronage de l’inspecteur général de géographie Hurault, directeur de l’Instit (...)

13Les dossiers des archives de la Commission de l’Afrique du Nord comportent des documents jusqu’en 1937 sans discontinuité, mais sont vides pour la période 1937-1950, alors que le dernier dossier est de 1951 : celui-ci concerne encore l’Atlas de Tunisie et contient des informations sur les installations hydrauliques romaines. L’entreprise de l’Atlas s’est donc poursuivie au-delà de 1932, sans aboutir à la publication de nouveaux volumes. Le relais est pris en 1954 par le ministère des Travaux publics, des Transports et du Tourisme, sous l’égide duquel est publié l’Atlas des centuriations romaines de Tunisie9.

14Ces travaux de topographie et de cartographie sont dans la ligne de ceux qui étaient menés en Algérie depuis 1869-1870, date de parution des premières feuilles de la carte au 1/50000e. La collaboration étroite des officiers et de S. Gsell permet à celui-ci de publier en 1911 l’excellent Atlas archéologique de l’Algérie.

  • 10 Léon Renier (1809-1885) s’était en 1850 joint au corps expéditionnaire et avait parcouru, en quête (...)
  • 11 Sur René Cagnat (1852-1937), Voir E. et J. Gran-Aymerich, Archeologia 231, janvier 1988, p. 71-77.

15Comme en Algérie, la recherche archéologique en Tunisie s’exerce d’abord par l’épigraphie : en 1881, c’est R. Cagnat, disciple de L. Renier, qui, comme son maître le fit en 185010, traverse la Méditerranée, et, de janvier à mai 1881, suit le corps expéditionnaire, dont la première campagne aboutit à la signature du traité du Bardo, qui instaure le protectorat français sur la Tunisie. Il renouvelle la même expérience à la fin de la même année, et, jusqu’en avril 1882, se joint à l’expédition militaire destinée à occuper Kairouan et Tunis. Il accomplit une troisième mission de novembre à mai 1883, au cours de laquelle, accompagné de l’architecte Saladin, il suit les officiers de la brigade topographique11. Plein d’admiration pour l’armée et l’entreprise coloniale française, R. Cagnat établit la comparaison avec l’œuvre de Rome, en soulignant la rapidité de la conquête française :

  • 12 « Les Romains dans l’Afrique du Nord. L’occupation romaine en Afrique, ses méthodes, ses résultats (...)

« Nous avons brûlé les étapes, nous avons franchi en moins de quatre-vingts ans le chemin que Rome avait mis trois fois plus de temps à parcourir12. »

  • 13 L’Armée romaine d’Afrique et l’occupation de l’Afrique sous les empereurs, Paris, 1892.

16L’expérience de ces missions le porte à s’intéresser à l’armée romaine d’Afrique13. Son exploration de la Tunisie imprime un formidable élan à la recherche archéologique dans ce pays.

  • 14 Adolphe Hedwige Delamare (1793-1861), capitaine de l’armée d’Afrique, membre de la Commission d’ex (...)
  • 15 Jules Émile Espérandieu (1857-1939), commandant. Après avoir participé à l’expédition de Tunisie, (...)

17Les relations très étroites qui, en Algérie et en Tunisie, s’instaurent entre science et entreprise de conquête et de colonisation, sont illustrées par les savants et par les officiers. Parmi les plus célèbres d’entre ceux-ci, figurent le capitaine Delamare, qui effectue en Algérie une œuvre considérable de relevés14, et J.-E. Espérandieu, qui, après avoir servi en Tunisie, se consacrera à l’archéologie et publiera le fameux recueil des bas-reliefs et sculptures de la Gaule15. Cet officier se fait archéologue en Tunisie et témoigne, par son destin même, du mariage de la science et de la politique dans les pays du Maghreb.

  • 16 Le Service des Monuments historiques est dirigé à Alger par les architectes Duthoit puis Ballu.
  • 17 Cardinal Lavigerie, De l’utilité d’une mission archéologique permanente à Carthage. Lettre à M. le (...)

18La science tire profit de cette union plus vite en Tunisie qu’en Algérie, puisque les premières institutions à caractère archéologique y apparaissent dès les premières années de l’occupation, alors qu’en Algérie, il a fallu attendre 1880 pour voir la création du service des Monuments historiques16 et celle de l’École supérieure des Lettres d’Alger. Dès 1881, le « modèle athénien » d’école archéologique inspire le cardinal Lavigerie, qui propose, pour la Tunisie, la création d’une « mission archéologique permanente à Carthage » et le soumet au secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres17. Cette initiative ne connaîtra pas de suite favorable, probablement parce que Ton estimait que l’École d’Alger pourrait assurer la recherche archéologique en Algérie et en Tunisie. C’est au Proche-Orient que Ton reprendra la proposition du cardinal Lavigerie d’associer une institution religieuse et une école d’archéologie créée par le gouvernement français, lorsque l’École française d’archéologie sera adjointe à l’École biblique de Jérusalem en 1920.

  • 18 À propos du Père Louis Delattre (1850-1932), voir E. et J. Gran-Aymerich, Archeologia 208, décembr (...)

19Pour incarner en Tunisie l’œuvre archéologique de l’Église, le cardinal Lavigerie choisit le Père Delattre, qu’il envoie à Tunis et qui, en 1878, a découvert, sur la colline de Junon, les premiers tombeaux puniques18.

  • 19 Albert Dumont (1842-1884), membre de l’École française d’Athènes de 1864 à 1868, directeur de l’En (...)
  • 20 Eugène Albertini (1880-1941), chargé du cours des Antiquités à la Faculté d’Alger en 1920, il remp (...)
  • 21 René du Coudray de La Blanchère (1853-1896), ancien élève de l’École normale supérieure et membre (...)

20L’École supérieure des lettres d’Alger est fondée en 1880 par A. Dumont, directeur de l’Enseignement supérieur, mais aussi ancien « Athénien » qui joua un rôle majeur dans la création de l’École française de Rome19 ; la nouvelle institution implantée à Alger est organisée de façon à laisser aux professeurs qui y sont attachés une liberté assez grande pour mener une activité de recherche, et en particulier des travaux de terrain. Cette École, véritable « mission permanente attachée à l’étude du pays » selon E. Albertini20, rayonne jusqu’en Tunisie, puisque c’est l’un de ses enseignants, issu de l’École française de Rome, R. du Coudray de La Blanchère, qui, de 1884 à 1890, contrôle les recherches en Tunisie et devient, en 1885, le premier directeur des Antiquités de ce pays21. L’École supérieure des lettres d’Alger recrute ses professeurs parmi les membres de l’École française de Rome et fonctionne comme un centre de recherches pour l’Algérie et la Tunisie.

  • 22 Voir R. Cagnat, notice sur R. du Coudray de La Blanchère dans l’annuaire de l’Association amicale (...)

21Dès 1882, est prise la décision de créer à Tunis le Musée Alaoui, qui sera inauguré en 1888. Dans ce domaine, la politique choisie pour la Tunisie est assez différente de celle qui est appliquée en Algérie, où les musées sont nombreux, répartis sur l’ensemble du territoire ; pour la Tunisie, on préfère la centralisation. En 1890, X. Charmes jugera nécessaire d’étendre à l’Algérie « le régime archéologique inauguré en Tunisie »22 et fait nommer La Blanchère chef de la Mission d’Afrique du Nord puis inspecteur général des archives, bibliothèques et musées pour l’Algérie et la Tunisie. De ce poste, il réorganisera les musées d’Algérie, mettra à leur tête des conservateurs compétents et lancera une vaste entreprise de rédaction de catalogues.

  • 23 Paul Gauckler (1866-1911), élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire. G. Perrot, souc (...)

22Mais, en tout état de cause, l’innovation la plus remarquable est l’organisation en Tunisie d’un service des Antiquités des Arts de la Régence, mis en place en 1885. En effet, X. Charmes, qui, depuis 1881, s’emploie à donner un cadre constitutionnel à l’archéologie en Afrique du Nord, réussit à en obtenir la création. Inspiré de celui dont Mariette avait eu l’initiative en 1858 pour l’Égypte, ce service est le premier que l’administration française assume. Des 1886, une loi est adoptée pour « la conservation des monuments antiques et arabes ». R. du Coudray de La Blanchère est le premier directeur du service des Antiquités, mais lorsque X. Charmes le nomme inspecteur général des Archives Bibliothèques et Musées pour l’Algérie et la Tunisie, P. Gauckler prend à sa suite la responsabilité du service à Tunis23.

  • 24 Louis Chatelain (1883-1950), ancien membre de l’École française de Rome.

23Une fois encore, la politique archéologique choisie pour la Tunisie est sensiblement différente de celle qui a cours en Algérie : un service proprement archéologique, géré par des archéologues, permet une meilleure prise en compte du patrimoine, fondée sur des principes conformes aux exigences de la « science archéologique », alors qu’en Algérie, S. Gsell, qui, en 1902, obtient la création d’une inspection des antiquités, a fort à faire pour s’imposer face aux tout puissants architectes du service des Monuments historiques, qui ont la haute-main sur les ruines et les monuments, non seulement pour l’entretien et la restauration, mais aussi pour les fouilles. En Algérie, ce n’est qu’en 1923 qu’un service des Antiquités sera créé. À cette date, le Maghreb sous administration française aura reçu une organisation pour la gestion de l’archéologie, puisque le Maroc, avant même d’être soumis au Protectorat en 1912, est pourvu d’une direction des Antiquités confiée à L Châtelain24 en 1904, date de la signature de l’Entente cordiale entre la Grande-Bretagne et la France ; cette concordance entre l’événement politique et la création d’une institution archéologique manifeste les interférences entre les deux domaines.

  • 25 Dès 1903, F. Halbherr avait souligné l’intérêt de conduire des fouilles à Cyrène, et, en 1910, se (...)
  • 26 Jacques de Morgan (1857-1924), géologue et ingénieur des Mines ; il effectue une première mission (...)

24Avant la Première Guerre mondiale et immédiatement après, l’Afrique du Nord concentre manifestement l’intérêt du gouvernement français sur le plan scientifique aussi bien que politique, et la sollicitude dont bénéficie l’archéologie, s’explique par l’enjeu qu’elle représente dans le contexte politique de l’époque : les services des Antiquités et les travaux qu’ils dirigent, raffermissent le prestige de la France dans les rapports de force qui l’opposent, en Méditerranée, aux autres grandes puissances. En effet, en 1911, l’Italie, soucieuse d’empêcher que la Méditerranée occidentale ne soit exclusivement soumise à l’influence française, s’est emparée de la Libye et y organise très rapidement l’archéologie25. La France se heurte aussi aux ambitions de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne, et, pour obtenir le protectorat sur le Maroc, a dû négocier l’Entente cordiale avec la première et faire des concessions à la seconde : cette situation a des répercussions sur la politique archéologique de la France, dans une région bien éloignée de l’Afrique du Nord, la Perse, où X. Charmes, directeur du service des Missions au ministère de l’Instruction publique, a, en 1897, confié à J. de Morgan la direction de la délégation archéologique française26.

  • 27 La même année 1904 voit, d’une part, l’instauration entre l’Angleterre et la France de l’entente c (...)

25En effet, alors qu’en 1897 le projet « d’invasion scientifique de la Perse » conçu par J. de Morgan rencontrait les faveurs du gouvernement, car il entrait à ce moment-là dans une politique d’expansion coloniale et d’extension de l’influence française au Moyen-Orient, en 1900, l’administration refuse à la délégation archéologique un statut et un budget plus favorables : on n’envisage plus d’accomplir cette conquête pacifique de la Perse, car la situation internationale a changé, l’Afrique du Nord et les relations avec l’Angleterre et l’Allemagne étant passées au premier plan des préoccupations françaises27.

26Après 1918, la France se tourne vers le Proche-Orient qu’elle dispute à la Grande-Bretagne : en Syrie et au Liban, on organisera un service des Antiquités, sur le « modèle Tunisien » de gestion en archéologie. Le Maghreb, et tout particulièrement la Tunisie, est à cette époque un laboratoire d’essai, où l’on met en œuvre une organisation exemplaire de l’archéologie, destinée à faire la preuve de la validité du modèle français de colonisation, en vue de son application au Proche-Orient.

27La politique archéologique française conçue pour la Tunisie est l’un des termes de la politique française en Méditerranée occidentale et orientale.

LA TUNISIE ET LA POLITIQUE ARCHÉOLOGIQUE FRANÇAISE EN MÉDITERRANÉE

28Les institutions créées en Algérie et en Tunisie complètent le vaste réseau que la France a entrepris d’établir tout autour de la Méditerranée à partir de 1846 par la création de l’École française d’Athènes. Elles fonctionnent en étroite liaison avec l’École française de Rome et constituent un « modèle africain », qui inspirera l’organisation de l’archéologie au Proche-Orient.

Le Maghreb et l’École française de Rome

  • 28 Il aide C.J. Tissot à mettre au point sa Géographie comparée de la province romaine d’Afrique (188 (...)
  • 29 Auguste Audollent (1864-1943) fera sa thèse sur Carthage romaine (1901). Professeur à l’Université (...)

29Si S. Reinach est sans doute l’un des premiers, vers 1880, à avoir l’idée de confier l’exploration de la Tunisie aux membres de l’École française de Rome28, c’est à partir de 1889 et sous l’impulsion de R. Cagnat, que les liens s’établissent entre l’École française de Rome, l’École supérieure des lettres d’Alger et le service des Antiquités et des Arts de Tunisie : le premier des jeunes « Farnésiens » à accomplir le « stage archéologique » en Afrique du Nord est A. Audollent29.

30L’École supérieure des lettres d’Alger devient vite une « colonie romaine », car elle offre aux « Farnésiens » une possibilité de continuer les recherches qu’ils ont entreprises en Italie, où il leur est très difficile d’exercer l’archéologie de terrain. R. du Coudray de La Blanchère, S. Gsell, J. Carcopino sont nommés à l’École supérieure des Lettres d’Alger et assumeront la responsabilité de l’archéologie en Algérie et en Tunisie. A. Merlin, responsable du service des Antiquités de Tunisie à partir de 1905, renforcera encore le caractère « d’école d’application » que prend l’Afrique du Nord pour les jeunes « Romains ».

31L’activité des membres de l’École française de Rome en Afrique du Nord s’étend jusqu’au Maroc, où M. Besnier crée en 1904 les Archives marocaines et où L. Châtelain ouvre les chantiers de Sala et Volubilis en 1916.

32Les liens entre l’école romaine et les pays du littoral africain se trouvent encore renforcés par un accord officiel, passé en 1923 avec la direction des Antiquités d’Algérie. Ce jumelage de l’institution romaine et des institutions africaines favorise le développement de l’archéologie de terrain, qui, dès avant la Première Guerre mondiale, a pris un tel essor que le Collège de France crée, pour S. Gsell, une chaire d’Histoire de l’Afrique du Nord. L’exploration scientifique de l’Afrique du Nord. « L’Exploration scientifique de l’Afrique du Nord », entreprise peu après la conquête de 1830, après avoir longtemps emprunté les voies de l’épigraphie, a mis en œuvre l’archéologie par les expéditions, les fouilles et l’étude des monuments et des objets. Ces travaux permettent d’envisager l’histoire ancienne de l’Afrique du Nord, à laquelle concourent des savants issus pour la plupart de l’École française de Rome et formés par R. Cagnat.

33L’organisation de l’archéologie au Maghreb et les liens qui se sont établis avec l’École française de Rome, ont permis l’éclosion d’une véritable école archéologique et historique ; la combinaison en Afrique du Nord d’instances administratives vouées à la gestion de l’archéologie, d’un centre de recherches et d’un réseau de publications, réalise un modèle dont ne dispose pas la France elle-même, mais qui sera appliqué à la Syrie et au Liban en 1920.

34La politique archéologique mise en place en Afrique du Nord constitue l’un des éléments de la stratégie française dans la lutte d’influence engagée entre les puissances européennes en Méditerranée et au Proche-Orient. L’Algérie, la Tunisie, le Maroc et l’Égypte offrent pour le Proche-Orient l’exemple de l’organisation de l’archéologie.

Le « modèle africain » appliqué au Proche-Orient

35La Syrie et le Liban, soumis au protectorat français à partir de 1919, connaissent un phénomène analogue à celui qui s’est développé en Afrique du Nord à partir de 1830 : l’archéologie bénéficie au Proche-Orient d’un regain d’intérêt de la part des autorités françaises, lors même que se négocie le partage des zones d’influence entre la France et la Grande-Bretagne : c’est à la veille de la Première Guerre mondiale que sont renouées les recherches en Phénicie, laissées en sommeil depuis la mission d’E. Renan.

  • 30 Fulgence Fresnel (1795-1855), directeur de la mission organisée en Mésopotamie en 1852, meurt en 1 (...)

36Dès 1919, l’Académie des inscriptions et belles-lettres a formé une commission de Syrie et de Palestine, sur le modèle de la Commission de l’Afrique du Nord, constituée en 1839. À partir de 1920, les très anciens projets d’institutions archéologiques françaises30 sont réalisés : l’École française d’archéologie de Jérusalem voit le jour en 1920, en même temps que le service des Antiquités de Syrie. L’archéologie française au Proche-Orient bénéficie de la même conjonction des intérêts politiques et scientifiques qui favorise le développement de l’archéologie dans les pays d’Afrique du Nord placés eux aussi sous autorité française.

  • 31 G. Clémenceau au général Gouraud, nommé haut-commissaire en Syrie, cité par R. Dussaud, « Les miss (...)

37L’archéologie joue, en Syrie, un rôle de premier plan dans la création « d’un centre d’influence française » appelé à « rayonner sur toute l’Asie »31, que Georges Clémenceau demande au général Gouraud, premier haut-commissaire en Syrie, de réaliser. En Syrie, comme en Algérie, un officier de l’armée française suscite la naissance d’une institution archéologique, dont le modèle a été crée en Tunisie : l’École archéologique de Jérusalem, et le service des Antiquités de Syrie fonctionnent dans la même relation entre centre de recherches et administration du patrimoine archéologique et architectural, que l’École supérieure des lettres d’Alger et le service des Antiquités et des Arts de Tunisie.

  • 32 L’Institut français d’Istamboul, dont la direction est confiée à l’architecte A. Gabriel, est crée (...)

38En 1946, le « réseau français » des institutions archéologiques en Méditerranée sera complet, lorsqu’auront été créés l’Institut d’Istanbul et celui de Beyrouth32. Le Maghreb et le Proche-Orient sous administration française se trouvent dès 1920 pourvus d’une organisation et d’une législation pour l’archéologie. Dans les années trente de notre siècle, l’archéologie française à l’étranger fait excellente figure face à la science allemande, qui, tout au long du XIXe siècle et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, constitue la référence obligée.

39Si l’on évoque, en comparaison, la situation en France, on ne manque pas d’être surpris : en ce qui concerne la conservation du patrimoine et la réglementation des fouilles, le bilan n’est pas loin d’être catastrophique : aucune loi vraiment efficace, pas de service des Antiquités en France avant 1941.

40À partir de 1930, on est conscient qu’on ne peut maintenir le déséquilibre entre l’archéologie à l’étranger, prestigieuse et solidement organisée, et l’archéologie métropolitaine, peu ou pas institutionnalisée, quasiment dépourvue de moyens et de personnels de recherche.

« L’ACTION EN RETOUR »33 DU « MODÈLE TUNISIEN » SUR L’ARCHÉOLOGIE MÉTROPOLITAINE

  • 33 L’expression est employée par Léon Heuzey (1831-1922), pour caractériser l’influence réciproque de (...)
  • 34 En 1934, le centenaire conjoint du service des Monuments historiques et de la Société française d’ (...)

41En ces années d’immédiat avant-guerre, cruciales pour l’organisation de la recherche en France, les archéologues, amateurs et professionnels, ne négligent aucune occasion de rappeler la nécessité d’une réforme profonde34.

42C’est en Afrique du nord que l’on trouve le modèle d’organisation dont il faudrait pourvoir l’archéologie en France, et ce sont des archéologues formés à l’École française de Rome, puis au Maghreb, Eugène Albertini, Raymond Lantier, Albert Grenier, Jérôme Carcopino, qui mettront en place en métropole une administration inspirée de celle qui règle déjà la Tunisie, l’Algérie et le Maroc.

  • 35 E. Gran-Aymerich, « L’archéologie au CNRS : origine et mise en place », Cahiers pour l’histoire du (...)

43Les lois sur les antiquités, adoptées en 1920 pour la Tunisie et en 1925 pour l’Algérie, préfigurent celles qui seront élaborées pour la France en 1941-1942. Jérôme Carcopino, devenu secrétaire d’État à l’Éducation nationale sous le gouvernement de Vichy, promeut à cette date les lois qui portent son nom et organise un véritable service archéologique, placé, ainsi que les fouilles en France et à l’étranger, sous l’autorité et la responsabilité des XVe et XVIe commissions du CNRS35.

44Cette réforme mise en place en 1941-1942 a connu une longue gestation, puisqu’elle trouve son origine dans un projet présenté en 1933 par E. Albertini, directeur des Antiquités d’Algérie, à la Société d’études Latines, en présence d’A. Grenier, futur créateur de la revue Gallia, et de J. Carcopino, qui, par son expérience algérienne et sa direction de l’École française de Rome, a lui aussi une bonne connaissance de la gestion de l’archéologie. Les « Africains » de l’archéologie française ont été les agents de « l’action en retour » exercée par le modèle d’organisation inauguré au Maghreb.

CONCLUSION

45Dans une première phase, l’archéologie en Tunisie suit la voie tracée en Algérie et se développe en liaison étroite avec l’entreprise militaire de conquête. Comme en Algérie, en Grèce ou au Proche-Orient, l’expédition d’Égypte est la référence explicite qui a donné l’exemple du mariage entre politique et science.

46Immédiatement avant et après la Première Guerre mondiale, l’archéologie, qui connaît au Maghreb un essor considérable et reçoit une organisation que l’on veut exemplaire, fait partie du projet politique que la France entend réaliser au Proche-Orient : le protectorat établi en Tunisie et au Maroc et l’organisation qu’y reçoit l’archéologie, constituent un modèle pour la Syrie et le Liban, placés sous administration française en 1919.

47La combinaison de l’École supérieure des lettres d’Alger et du service des Antiquités et des Arts de Tunisie et leur association avec l’École française de Rome confèrent une grande originalité à l’archéologie française en Afrique du Nord et témoignent aussi de la cohésion du « réseau français » des institutions archéologiques en méditerranée.

48À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’Afrique du Nord est devenue un « laboratoire d’innovation » pour l’archéologie et marque une avance considérable sur la France métropolitaine qui se verra enfin pourvue d’une législation et d’institutions inspirées de celles mises en place de l’autre côté de la Méditerranée.

Notes

1 Citée par P.A. Février, Approches du Maghreb romain, Aix-en-Provence, 1989, p. 30.

2 Rapports élaborés en 1833 et 1837 et publiés dans les Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres XII, Paris, 1839, p. 100-134 et p. 135-181.

3 Christian Tuxen Falbe (1791-1849). Recherches sur l’emplacement de Carthage, augmentées d’une carte archéologique, 1833-1834. Voir J. Lund, « The archeological activities of Christian Tuxen Falbe in Carthage in 1838 », Cahiers des études anciennes 18, p. 8-24, id., « Archeology and imperialism in the 19th Century : the case of C.T. Falbe, a Danish agent and antiquarian in French service », Actes Colloque Montbrison 1995, L’Archéologie en France nu xixe siècle, sous presse.

4 P.A. Février, op. cit., p. 32.

5 M. Dondin-Payre, « La Commission d’exploration scientifique de l’Algérie. Une héritière méconnue de la commission d’Égypte » et « Le capitaine Delamare. La réussite de l’archéologie romaine au sein de la Commission d’exploration scientifique de l’Algérie », Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres LXIV et LXV, Paris, 1994.

6 Archives de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, « Commission des études du Nord de l’Afrique », registres 17G1 à 17G10, de 1884 à 1951.

7 Archives « Commission d’Afrique du Nord ». Registre 17G3, 1896-1900, lettre du 27 octobre 1893 du ministère de l’Instruction publique à R. Cagnat.

8 Xavier Charmes (1849-1919). En 1897, il est chef de cabinet du ministère Bardoux et dirige la section Sciences et Lettres. À la tête du bureau des Missions, il choisit les grands missionnaires-archéologues, G. Perrot, P. Foucart, C. Diehl, ou encore J. de Morgan. Outre son rôle dans la création de l’École archéologique du Caire, il est à l’origine de la fondation du Musée d’ethnographie du Trocadéro et il favorise le don et le transfert à Paris du Musée Guimet. Son nom reste attaché à la réforme du Comité des Travaux historiques et scientifiques et à la création du Bulletin du Comité.

9 Publié sous le haut-patronage de l’inspecteur général de géographie Hurault, directeur de l’Institut géographique national, et d’A. Piganiol, professeur honoraire au Collège de France. Cet Atlas des centuriations romaines de Tunisie est présenté comme un supplément à l’Atlas archéologique de la Tunisie et résulte des recherches de l’ingénieur-géographe Caillemer et de R. Chevallier, membre de l’École française de Rome, présentées au 79è Congrès des Sociétés savantes à Alger en 1954 et publiées ensuite dans les Annales, Économies, Société, Civilisations, « Les centuriations de l’Africa velus », octobre-décembre 1954. Ces travaux étaient le fruit de découvertes exceptionnelles effectuées en Tunisie grâce à la photographie aérienne, utilisée par l’ign pour compléter la carte au l/50000e : l’examen des clichés au stéréoscope en 1952 révèle les centuriations romaines. Voir C. Saumagne, « La photographie aérienne au service de l’archéologie » : Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, 1952, p. 287-300.

10 Léon Renier (1809-1885) s’était en 1850 joint au corps expéditionnaire et avait parcouru, en quête d’inscriptions, la province d’Alger et celle de Constantine. Accompagné du capitaine Delamare (1793-1861), qui, en 1844, avait reconnu Lambèse, il se rend sur le site du camp de la IIIe légion à Philippeville et Constantine. Les inscriptions romaines d’Algérie qu’il publie de 1855 à 1858, et qui réunissent plus de 4400 pierres, fournissent pour la première fois une vision aussi précise de l’Antiquité romaine en Afrique. L’Académie de Berlin lui confie la rédaction du tome VII du Corpus inscriptionum Latinarum, que la guerre de 1870 empêche L. Renier de publier. Voir M. Dondin-Payre, la Commission d’Exploration scientifique de l’Algérie : Mémoires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres XIV, Paris, 1994.

11 Sur René Cagnat (1852-1937), Voir E. et J. Gran-Aymerich, Archeologia 231, janvier 1988, p. 71-77.

12 « Les Romains dans l’Afrique du Nord. L’occupation romaine en Afrique, ses méthodes, ses résultats », Rivista della Tripolitania II, 2,1925.

13 L’Armée romaine d’Afrique et l’occupation de l’Afrique sous les empereurs, Paris, 1892.

14 Adolphe Hedwige Delamare (1793-1861), capitaine de l’armée d’Afrique, membre de la Commission d’exploration scientifique de l’Algérie, pendant les années 1840 à 1845. Archéologie, Paris, 1850, mis au point et complété par S. Gsell avec texte explicatif des planches de A.H. Delamare, Paris 1912.

15 Jules Émile Espérandieu (1857-1939), commandant. Après avoir participé à l’expédition de Tunisie, il est affecté en Algérie en 1886. En 1899, il prend la direction de la Revue épigraphique et dresse l’inventaire des inscriptions des différentes provinces gauloises. Grâce à des correspondants qu’il forme, il établit le Recueil des statues et bas-reliefs de la Gaule. Il fouille à Aleria et au Vieil Evreux. Il complète son Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, 11 vol., par celui des Bas-reliefs, statues et bustes de la Germanie romaine, 1931.

16 Le Service des Monuments historiques est dirigé à Alger par les architectes Duthoit puis Ballu.

17 Cardinal Lavigerie, De l’utilité d’une mission archéologique permanente à Carthage. Lettre à M. le secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres par l’archevêque d’Alger, Alger, avril 1881. L’archevêque d’Alger suggère une telle création pour pallier les difficultés qu’il rencontre pour continuer à financer les travaux du Père Delattre à Carthage : les fonds alloués par le gouvernement seraient intégralement consacrés à l’exploration archéologique, les Pères Blancs ne réclamant aucun salaire pour eux-mêmes.

18 À propos du Père Louis Delattre (1850-1932), voir E. et J. Gran-Aymerich, Archeologia 208, décembre 1985, p. 74-80.

19 Albert Dumont (1842-1884), membre de l’École française d’Athènes de 1864 à 1868, directeur de l’Enseignement supérieur de 1879 à 1884. Il a contribué à la fondation de l’École française de Rome, dont il est le premier directeur en 1873 ; de 1875 à 1879, il réorganise l’École française d’Athènes.

20 Eugène Albertini (1880-1941), chargé du cours des Antiquités à la Faculté d’Alger en 1920, il remplace J. Carcopino à la direction des collections d’antiquités du Musée d’Alger et à l’inspection des monuments historiques. « L’Algérie antique », Histoire et historiens de l’Algérie, Collection du Centenaire, t. IV, Archéologie et Histoire, 1931.

21 René du Coudray de La Blanchère (1853-1896), ancien élève de l’École normale supérieure et membre de l’École française de Rome. Professeur à l’École supérieure des lettres d’Alger, il est le premier directeur du service des Antiquités et des Arts de la Régence de Tunis et devient en 1890 inspecteur général des Archives, Bibliothèques et Musées d’Algérie.

22 Voir R. Cagnat, notice sur R. du Coudray de La Blanchère dans l’annuaire de l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, 1897, p. 122 - 124.

23 Paul Gauckler (1866-1911), élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire. G. Perrot, soucieux de lui épargner les fatigues d’un enseignement que sa santé très fragile ne lui permettait pas d’envisager, le fait rattacher au service des bibliothèques d’Algérie et de Tunisie, dirigé par R. du Coudray de La Blanchère ; il se consacre alors à la rédaction des catalogues pour les musées de Constantine et de Cherchell, avant de succéder à La Blanchère à la direction du service des Antiquités et des Arts de la Régence. À Carthage, il applique une méthode exemplaire de rigueur et de précision à l’exploration des nécropoles puniques et des ruines romaines. Cependant, l’ardeur qu’il met à faire valoir les droits de son service, l’expose à une hostilité qu’il renonce à supporter en 1905, date de sa démission de la direction du service des Antiquités de Tunisie.

24 Louis Chatelain (1883-1950), ancien membre de l’École française de Rome.

25 Dès 1903, F. Halbherr avait souligné l’intérêt de conduire des fouilles à Cyrène, et, en 1910, se rendit sur place et élabora le projet d’un institut italien pour l’exploration du secteur central de l’Afrique du Nord. Dès 1913, sont organisées les surintendances des Antiquités de Tripolitaine et de Cyrénaïque, qui, à partir de 1919, ouvrent les chantiers de Tripoli et de Cyrène et mettent en place un programme d’exploration scientifique du pays.

26 Jacques de Morgan (1857-1924), géologue et ingénieur des Mines ; il effectue une première mission en Perse en 1889-1891, puis, après assumé la direction du service des Antiquités d’Égypte à partir de 1892, il accepta en 1897 la responsabilité de la délégation archéologique française en Perse. Voir E. et J. Gran-Aymerich, Archeologia 187, février 1984, p. 79 - 82.

27 La même année 1904 voit, d’une part, l’instauration entre l’Angleterre et la France de l’entente cordiale qui favorise la pénétration de la France au Maroc et provoque la protestation de l’Allemagne, et, d’autre part, la signature du traité passé entre la Grande-Bretagne et la Russie qui partagent à leur profit l’Iran en deux zones d’influence. En 1911, un accord est signé entre l’Iran, la Russie et l’Allemagne, et dorénavant, la France, avant tout soucieuse d’établir son protectorat sur le Maroc et de ne pas mécontenter l’Allemagne, observe en Perse une position de repli. Voir E. Gran-Aymerich, Du service des Antiquités de l’Égypte à celui de la Perse : le grand projet de J. de Morgan, sous presse ; Archéologie et politique française en Iran : convergences et contradictions. Des missions Dieulafoy à la Délégation archéologique française en Iran (1881-1947), Actes, Paris 1996, Orients et orientalisme : hommes, sociétés, institutions, deuxième journées de l’Orient de la société asiatique, sous presse.

28 Il aide C.J. Tissot à mettre au point sa Géographie comparée de la province romaine d’Afrique (1884-1891) et, alors que le diplomate voudrait diriger le travail collectif en Tunisie et prend conscience que c’est impossible, S. Reinach lui suggère d’y envoyer quelques membres de l’École française de Rome, mais se heurte à un refus catégorique de Tissot. S. Reinach réalisera le projet, conçu par Tissot à la veille de sa mort, d’une mission de fouille à Carthage, qu’il mène à bien avec E. Babelon entre janvier et mai 1884.

29 Auguste Audollent (1864-1943) fera sa thèse sur Carthage romaine (1901). Professeur à l’Université de Clermont-Ferrand, il achèvera le déblaiement du temple de Mercure Dumias au sommet du Puy-de-Dôme et publiera en 1910 une monographie sur Clermont gallo-romain.

30 Fulgence Fresnel (1795-1855), directeur de la mission organisée en Mésopotamie en 1852, meurt en 1855 sans qu’ait été crée l’école archéologique de Bagdad qu’il appelait de ses vœux ; Ch. Clermont-Ganneau (1846-1923) aura, lui, la joie de voir se réaliser à Jérusalem, en 1920, le Centre permanent de recherches méthodiques et continues qu’il réclamait pour le Proche-Orient depuis 1882.

31 G. Clémenceau au général Gouraud, nommé haut-commissaire en Syrie, cité par R. Dussaud, « Les missions archéologiques françaises dans le Proche-Orient en 1929 », La revue de Paris, 1929, p. 587.

32 L’Institut français d’Istamboul, dont la direction est confiée à l’architecte A. Gabriel, est crée en 1930. L’institut français de Beyrouth est fondé en 1946, à l’instigation d’H. Seyrig, directeur du service des Antiquités de Syrie.

33 L’expression est employée par Léon Heuzey (1831-1922), pour caractériser l’influence réciproque de la Grèce et de l’Orient, dont il construit la théorie dans son Catalogue des figurines de terre-cuite, Paris, 1882.

34 En 1934, le centenaire conjoint du service des Monuments historiques et de la Société française d’archéologie, fondée par A. de Caumont, en est l’occasion pour R. Lantier, « Un siècle d’archéologie protohistorique », Centenaire du service des Monuments historiques et de la Société française d’archéologie, Paris, 1934. R. Vaufrey, directeur du Laboratoire de paléontologie du quaternaire, à l’Institut de paléontologie humaine, fait quant à lui un sombre bilan de la préhistoire en France et réclame l’organisation d’un service des Antiquités, « L’organisation des recherches et des études préhistoriques en France », Revue scientifique, 10 oct. 1941, p. 438-518.

35 E. Gran-Aymerich, « L’archéologie au CNRS : origine et mise en place », Cahiers pour l’histoire du cnrs . 1939-1989,1990-1999, p. 81-105.

Auteur

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search