Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

L’exploration archéologique de la Tunisie

Annie Arnaud

Texte intégral

1Cet exposé se veut une présentation large et nécessairement incomplète des conditions dans lesquelles s’est effectuée l’exploration archéologique de la Tunisie : depuis la description de voyageurs curieux aux XVIIe et XVIIIe siècles, en passant par la naissance d’une discipline ressemblant à l’archéologie au XIXe siècle – avec ses tendances à la recherche du bel objet qui souvent a conduit au pillage –, jusqu’à la création d’un service des Antiquités et d’un musée en 1882.

  • 1 Dureau de la Malle, Voyages dans les Régences de Tunis et d’Alger, Paris, 1838 (Édition des voyage (...)
  • 2 Peyssonnel J.A., Voyage dans les Régences de Tunis et d’Alger, Paris, La Découverte, 1987, p. 5, 1 (...)
  • 3 Noël Duval, « La solution d’une énigme : les voyageurs Peyssonnel et Gimenez à Sbeitla en 1724 », (...)
  • 4 Berbrugger A., « Un consul d’Alger au XVIIIe siècle » dans Revue africaine., 1862.
  • 5 Shaw Th., Voyages dans plusieurs provinces de la Barbarie et du Levant, La Haye, 1743.

2Le nom de plusieurs voyageurs européens du XVIIe et du XVIIIe siècle apparaît régulièrement dans les comptes-rendus des premiers archéologues ou antiquaires du XIXe siècle qui travaillaient à la fois à partir des auteurs antiques et de leurs prédécesseurs européens. La plupart de ces voyageurs étaient avant tout des hommes curieux, avides de rendre compte de tout ce qu’ils voyaient, dans des carnets de notes où ils racontent les péripéties de leur voyage, décrivent des paysages, mentionnent des éléments ethnologiques, relèvent au passage des inscriptions latines, parce que leur culture humaniste intègre ces antiquités comme éléments pouvant intéresser la science. C’est ainsi qu’un médecin comme Jean-André Peyssonnel, premier chrétien à avoir parcouru l’intérieur des deux régences, au cours de son voyage en Barbarie en 1724, où sa vocation de naturaliste le destinait plutôt à herboriser, relève des inscriptions, parce qu’il a l’intention affichée de faire des observations encyclopédiques « sur les maladies, l’histoire, la géographie tant ancienne que moderne, les manuscrits arabes, les inscriptions, les médailles et les statues »1. L’édition la plus récente du texte insiste sur son intérêt ethnographique, à cause de la faiblesse – relevée depuis longtemps – de certaines observations « scientifiques » ; leur valeur est pourtant maintenant historiographique et tient à l’ancienneté même ou à la primeur de celles-ci. Il paraît alors d’autant plus regrettable d’amputer une édition récente des passages concernant l’archéologie ou l’épigraphie2. Cette forme de censure est en fait une aberration par rapport à l’esprit encyclopédique d’une époque. Que Peyssonnel chargé d’une recension botaniste se soit intéressé aux antiquités, même avec maladresse, ne peut qu’être mis à son honneur. Par ailleurs ce vernis de culture latine déformait sa vision des choses puisqu’à Kairouan il déclare par exemple « qu’il ne paraît rien d’antique et qu’il n’y a aucun monument remarquable ». Il a aussi été surpris en flagrant délit de faux comme cela a été montré récemment puisqu’il a inventé de fausses inscriptions à Sbeitla pour faire croire qu’il y était allé : cela relève de l’anecdote archéologique et a permis à Noël Duval de se lancer dans une sorte d’enquête policière qui a rayé de la liste du Corpus inscriptionum latinarum une série d’inscriptions purement et simplement inventées3 D’autres voyageurs en revanche, parmi lesquels compte le prêtre espagnol Ximenez, administrateur de l’hôpital des esclaves de Tunis, qui a parcouru la régence à la même époque et souvent en compagnie de Peyssonnel, reçoivent un hommage unanime pour des copies d’inscriptions plus exactes, ce qui est simplement dû à une meilleure formation, probablement. Les informations de ces voyageurs peuvent être précieuses dans le cas de monuments disparus par la suite, encore qu’en Tunisie les dégâts dus à l’urbanisation ou à la réoccupation aient été bien moindres qu’en Algérie où la colonisation française, passablement incontrôlée dans les trente premières années, a commis des dommages irréparables. Tel ne fut pas le cas en Tunisie. Mais les dessins de l’anglais Jacques Bruce4, les descriptions anciennes du chapelain anglican Thomas Shaw5 sont des éléments précieux pour les archéologues d’aujourd’hui attentifs au moindre élément de la connaissance qui pourrait compléter ou modifier leur propre approche. L’importance de ces voyageurs apparaît dans le Corpus inscriptionum latinarum qui est resté le monument-phare de la fin du XIXe siècle pour le bilan des connaissances épigraphiques. Certes, d’un point de vue nationaliste, cette entreprise était un camouflet pour la France, puisque la réalisation en était allemande, mais du point de vue de la science c’était un ouvrage irremplaçable qui venait de naître.

  • 6 Falbe C.T., Recherches sur l’emplacement de Carthage, Paris, 1833.
  • 7 Lund J., « The archeological activities of C.T. Falbe in Carthage in 1838 », dans Cahier des étude (...)
  • 8 Beulé Ch.E., Fouilles à Carthage, Paris, 1861.
  • 9 Guérin V., Voyage achéologique dans la Régence de Tunis, 1862.
  • 10 Laporte J.-P., « Une tête de l’impératrice Sabine découverte dans le port de Toulon », bsnaf , 199 (...)

3La première opération, plus archéologique qu’épigraphique, fut le fait de Christian Tuxen Falbe à qui l’on doit le premier plan topographique de Carthage, publié en 18336, réalisé à la suite d’un séjour de onze ans à Tunis comme consul du Danemark entre 1822 et 1833. Ce plan reste une référence et le prestige de ce personnage explique pourquoi les savants danois ont occupé, en hommage à ce pionnier de l’archéologie de Carthage, une place importante dans la mission Unesco de sauvegarde de Carthage7. Les Français furent présents aussi, mais plus tard : entre 1850 et 1860 le rôle joué par les sociétés savantes en Algérie, la parution des premières revues scientifiques, eurent pour corollaire un certain intérêt porté au pays voisin. Dans le cadre d’une mission qui n’avait rien d’archéologique, Adrien Berbrugger, directeur de la bibliothèque-musée d’Alger, passa dix mois en Tunisie en 1850 et en fit un compte rendu dans la Revue africaine dont le premier numéro paraissait à Alger en 1857. Le musée d’Alger recueillait des dons du consulat de France à Tunis (comme les mosaïques d’Uthina/Oudna). Charles-Ernest Beulé, membre de l’Institut, connu pour ses fouilles sur l’acropole d’Athènes, finança lui-même ses fouilles à Byrsa en 1859, qu’il publia en 18618. Ses résultats sont aujourd’hui dépassés car il se trompa dans la datation, et eut tendance à déclarer punique tout ce qu’il trouvait. Les missions qui suivirent furent plus intéressantes : Victor Guérin, ancien membre de l’École française d’Athènes, effectua plusieurs missions épigraphiques pour le compte du ministère de l’Instruction publique en 1860 dans toute la Tunisie9 ; Charles Tissot, ministre plénipotentiaire à Tunis, réunissait la matière de sa Géographie ancienne de la Tunisie, qui paraîtrait l’année de sa mort en 1884. Jean-Baptiste-Évariste Pricot de Sainte-Marie récolta en 1875 des stèles puniques et des statues dont une partie fut chargée sur le Magenta à destination du Louvre et coula avec ce bateau en rade de Toulon. Bateau actuellement en cours de fouille… sous-marine10.

  • 11 Irisson d’Hérisson M., Relation d’une mission archéologique en Tunisie, Paris, 1881.
  • 12 Cagnat R., « L’inscription de la cour Caulaincourt au Louvre ; fouilles d’Utique », Revue archéolo (...)
  • 13 Ou plus exactement une société se constitua pour « faire le capital nécessaire à une expédition ar (...)
  • 14 Baratte F., « Une curieuse “expédition archéologique” en Tunisie : la mission Hérisson à Utique »,(...)

4Cette période des années 1830-1880 correspond donc à la fois aux premières études scientifiques de Carthage et des sites de Tunisie en général mais aussi au début d’un pillage plus ou moins organisé des antiquités, au profit, dans le meilleur des cas, des musées européens, dans le pire, au profit de particuliers. En effet, on retrouve les noms de C.T. Falbe et de sir Grenville Temple – associés à une œuvre scientifique indéniable – parmi les participants à une société créée par Dureau de la Malle, de l’Institut des inscriptions et belles-lettres, en 1837, sous le titre de « Société pour l’exploration de Carthage ». Les statuts de cette société prévoyaient la vente des objets découverts soit à des musées soit à des particuliers pour financer des recherches ultérieures. Des fouilles furent effectivement menées par les deux associés, dont certains résultats ont pu être retrouvés, mais n’aboutirent pas aux publications prévues. En revanche les objets découverts furent rapportés à Paris et dispersés : on a retrouvé la trace de certains d’entre eux au Louvre, au British Museum, au musée royal de Copenhague. De même, c’est en 1844 que fut démantelé le célèbre mausolée de Dougga et l’inscription libyco-punique, qui avait été décrite et relevée tant de fois, fut envoyée par les soins de sir Thomas Reade, consul général d’Angleterre à Tunis, au British Museum. Elle avait failli connaître ce sort dès le XVIIe s. avec Thomas d’Arcos, d’abord fait prisonnier puis resté volontairement en Tunisie, qui l’avait copiée en 1731 et en avait envoyé copie à son correspondant en France, Peiresc, en lui demandant s’il devait la démonter et la lui envoyer : celui-ci lui avait répondu que ce serait « un acte d’irréligion pour ne pas dire d’impiété que de faire courir fortune à un si noble et ancien monument et le faire périr tout à fait ». En 1844, ce fut pourtant chose faite. Ce n’est pas une situation propre à la Tunisie et tous les musées européens se sont enrichis d’antiquités venus de tous les pays colonisés ou traités comme tels. En Algérie, en 1842, le duc de Dalmatie n’envisageait rien de moins que de démonter pierre à pierre l’arc de Djemila et de le transporter à Paris, ce qui pouvait paraître extravagant mais se situait dans la lignée du transport des obélisques d’Égypte. On retrouva en 1886 dans l’arsenal de Toulon des statues provenant du sud de la Tunisie qui avaient été apportées là en 1851 à destination du Louvre. Cette période est restée marquée par ce pillage incontrôlé qui a connu un point culminant dans la mission du Comte Irisson d’Hérisson en 188111, c’est-à-dire la même année que la mission scientifique officielle de Cagnat12 et Saladin. Ce comte, qui était une personnalité médiatique, mais aussi un escroc, comme l’a montré la suite des événements, réussit à se faire confier une mission archéologique à Utique13. À son retour, il exposa un certain nombre d’inscriptions et d’objets comme provenant de ce site dans une exposition payante au Louvre14. Les savants, mis en alerte par un étiquetage extrêmement fantaisiste et de goût douteux, se penchèrent attentivement sur le catalogue et n’eurent aucun mal à retrouver l’origine des inscriptions prétendument inédites ; en fait la plupart d’entre elles provenaient de deux collections privées rassemblées l’une par Mohamed Khasnadar à la Manouba, l’autre par le général Kheir ed Din, et laissées plus ou moins à l’abandon, et dans lesquelles Hérisson avait puisé sans vergogne. L’affaire fit grand bruit car la plupart des savants firent part de leur doute à l’Académie des inscriptions et belles-lettres et à la Société nationale des antiquaires de France, et parce qu’Hérisson, loin de se laisser abattre, provoqua certains d’entre eux en duel par voie de presse. Finalement, pour apaiser les esprits, il fit don de la collection qu’il avait rassemblée au musée du Louvre. Il n’empêche que l’affaire avait fait suffisamment d’esclandre l’année même ou se mettait en place le Protectorat pour qu’il fût décidé très tôt d’assurer la protection du patrimoine archéologique tunisien, en particulier pour éviter les dégâts irrémédiables causés en Algérie, et qui étaient devenus associés de façon fâcheuse à la colonisation française.

  • 15 Missions effectuées par Wilmanns de 1873 à 1876. Un projet commun franco-allemande avait été arrêt (...)

5Les missions épigraphiques françaises avaient du retard par rapport aux missions allemandes15 : ainsi, la mission de Cagnat eut lieu l’année de la parution du tome VIII du Corpus inscriptionum latinarum et, même si ces missions furent fructueuses, et permirent de préparer les suppléments au Corpus, la grande somme épigraphique serait allemande. En revanche la communauté religieuse de Carthage était, elle, en avance et le cardinal Lavigerie prit tout le monde de vitesse en envoyant une lettre devenue célèbre à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1881, dans laquelle il rappelait le travail archéologique accompli par le Père Delattre à Byrsa et demandait la constitution d’une mission archéologique permanente à Carthage. Par là-même, d’une part le Père Delattre faisait partie des pionniers de l’archéologie à Carthage et dans toute la Tunisie – car on retrouve son nom associé à d’autres sites – d’autre part la communauté ecclésiastique se retrouvait en pointe de la recherche archéologique et ne manquerait pas de faire valoir ses droits par la suite ; le Père Delattre allait même devenir un des archéologues les plus actifs de ce début de siècle et fouiller avec ténacité jusqu’à sa mort en 1932. Il était de ce fait admis dans le cercle des archéologues, et on lui doit pratiquement la découverte des seuls monuments connus à Carthage jusqu’en 1911 ; il sut se montrer modeste dans les cas de confrontation avec d’autres archéologues (avec Charles Tissot par exemple) et même si aujourd’hui certains se montrent inutilement blessants dans leurs attaques à son égard, il n’en reste pas moins une de ces figures marquantes sans lesquelles beaucoup plus de pertes dans le domaine archéologique seraient à déplorer aujourd’hui.

  • 16 Contrairement à ce qui se produisait en Algérie où les Sociétés savantes et le Comité des travaux (...)

6Les mesures administratives concernant la protection des antiquités ne tardèrent pas. Un décret beylical du 7 novembre 1882 interdisait la destruction des monuments et les fouilles privées, et assurait la création d’un service des Antiquités et d’un musée national des Antiquités. Le service des Antiquités était placé sous le contrôle scientifique de l’Académie des inscriptions, qui parvint ainsi à obtenir la priorité des publications16, et sous le patronage du ministère de l’Instruction publique. Le Comité des travaux historiques et scientifiques servait d’intermédiaire. C’est à lui que les archéologues, amateurs ou non, envoyaient leurs rapports, et il se créa en son sein une commission chargée de la publication des documents archéologiques d’Afrique du Nord.

7En mars 1885, R. du Coudray de La Blanchère fut détaché de l’École des Lettres d’Alger pour prendre la direction de ces deux services, qui marquent une nette différence de la Tunisie par rapport à l’Algérie où toute l’archéologie était aux mains des Monuments historiques, ce qui ne manquait pas de poser des problèmes de divergences de méthode et d’objectifs entre architectes et archéologues dont les querelles entre Stéphane Gsell et Albert Ballu sont un des reflets.

8En Tunisie, La Blanchère créa en trois ans un musée dans l’ancien harem du Bardo, dans lequel il réunit ce qui restait de collections évoquées précédemment (collections de M. Khasnadar, les résultats des fouilles effectuées par L. Babelon et Salomon Reinach à Carthage puis à Gightis en 1883, sans compter tout ce qu’il avait lui-même rassemblé et fait venir à bord de l’aviso Le Hussard de divers sites où lui étaient signalées des statues ou des mosaïques (Djerba, Sfax, Monastir). L’inauguration officielle du musée baptisé Alaoui en l’honneur d’Ali Bey eut lieu le 7 mai 1888 : La Blanchère s’était acquitté de la mission qui lui avait été dévolue et qui lui était chère : la protection des Antiquités, sans compter la publication de l’inventaire des musées d’Afrique du Nord dont il assura la coordination. La même année vit l’édition de la Géographie de la province romaine d’Afrique du nord, ouvrage synthétique rédigé par Charles Tissot et achevé par Salomon Reinach, à partir des données réunies jusqu’alors.

9À la suite de La Blanchère se succédèrent Paul Gauckler jusqu’en 1906, puis Alfred Merlin jusqu’en 1921, Louis Poinssot de 1921 à 1941, dont le nom est resté attaché au site de Dougga qu’il fouillait depuis le début du siècle, enfin Gilbert – Charles Picard jusqu’en 1956. Ce sont des carrières longues, sauf celle de Gauckler qui fut victime d’une discrimination due à ses moeurs. Paul Gauckler inaugura une archéologie de type scientifique, attentive aux relevés autant qu’aux beaux objets ; il s’intéressa particulièrement aux mosaïques, celles d’Oudna qu’il publia, mais aussi plus généralement toutes les mosaïques de la Gaule et de l’Afrique dont il entreprit le premier inventaire ; on lui doit également l’initiative d’un rapport régulier sur le service des Antiquités. L’ère Merlin fut ponctuée de découvertes ou initiatives régulières sur des sites comme Bulla Regia, Uchi Maius, Althiburos, Thuburbo Maius, Henchir Srira. Du côté des archéologues autorisés, mais non officiels, le Père Delattre continuait ses activités en les concentrant sur les sites chrétiens, en coopération avec le service des Antiquités ; le docteur Carton, président de la société archéologique de Sousse, continuait son activité, souvent jugée brouillonne et en délicatesse avec les autorités archéologiques, mais une activité variée, à Dougga, Bulla Regia et Carthage. La découverte de la basilique d’Upenna montre un exemple des tensions possibles : Carton estimait que cette découverte proche de Sousse lui revenait, ce qui provoqua un conflit avec Gauckler et Robin représentant le service des Antiquités qui manifestèrent leur désaccord en démissionnant de la Société archéologique de Sousse ; dans le même temps, l’archevêque de Carthage envoyait le Père Delattre et une commission ecclésiastique pour surveiller l’enlèvement de la mosaïque et prélever les reliques. Le docteur Carton, dont la personnalité a notoirement irrité les directeurs de service successifs, jusqu’à finir par une brouille irrémédiable avec Louis Poinssot, ne manquait pas d’originalité : on lui doit des réflexions en leur temps nouvelles sur la climatologie, ou les travaux hydrauliques : c’était un personnage qui s’appuyait sur un solide bon sens, une bonne expérience du terrain et un individualisme à toute épreuve. Son activité s’est poursuivie jusqu’à l’arrivée de Louis Poinssot. Par ailleurs, un certain nombre d’officiers de l’armée d’Afrique ont collaboré soit à la carte archéologique de la Tunisie, soit à des découvertes : le capitaine Bordier est connu pour ses travaux à Mactar, le Capitaine Benet du 3e bataillon d’Afrique a découvert les mosaïques chrétiennes de Tabarka, a fouillé à Bulla Regia. Le capitaine Donau a contribué à mettre en évidence le réseau routier antique, le Commandant Hannezo a fouillé le capitole de Segermes (Henchir el Arrat) en 1905, des tombes près de Zaghouan et à Sousse. D’autres archéologues sans expérience mais non sans compétence apportaient leur aide au service des Antiquités : il s’agissait des membres de l’École française de Rome, qui, faute de pouvoir pratiquer des fouilles en Italie où l’archéologie leur était refusée – Stéphane Gsell en a été l’exception notable avec ses fouilles de Vulci – trouvaient en Afrique du Nord des stages, dont ils tiraient un rapport publié dans les Mélanges de l’École française de Rome. Très souvent, ils se sont plutôt orientés vers l’Algérie mais Louis Poinssot comme Léon Homo et Alfred Merlin avaient découvert l’Afrique antique en faisant leur stage à Dougga. Merlin, en tant que directeur accueillit ensuite Jérôme Carcopino dont le stage en 1906 à Ain Tounga (Thignica) se serait plutôt révélé insatisfaisant, du moins du point de vue épigraphique, n’eût été la découverte chanceuse d’un des textes devenus célèbres sur l’agriculture africaine, l’inscription d’Ain Djemala, qui concerne l’exploitation de domaines impériaux en Afrique. Auguste Audollent, lui aussi membre de l’École, publia les tablettes d’imprécations de Sousse ainsi qu’une histoire de Carthage.

10De fait, c’est cette tradition du passage en Afrique d’anciens « Romains » qui créa des liens scientifiques privilégiés pour les savants français avec l’histoire de l’Afrique du Nord antique et des liens affectifs avec l’Afrique du Nord contemporaine : Stéphane Gsell en est le plus illustre exemple et de très nombreux représentants de l’université française l’ont suivi. L’École française de Rome sous la direction de Charles Pietri avait essayé de recréer ces liens privilégiés qui assuraient la pérennité des études africaines en France. Mais c’est surtout l’amitié des savants tunisiens qui a valu aux savants français de continuer à travailler en Tunisie et de pouvoir perpétuer ainsi le goût des études africaines dont ce colloque est un exemple éclatant.

Notes

1 Dureau de la Malle, Voyages dans les Régences de Tunis et d’Alger, Paris, 1838 (Édition des voyages de Peyssonnel et Desfontaines).

2 Peyssonnel J.A., Voyage dans les Régences de Tunis et d’Alger, Paris, La Découverte, 1987, p. 5, 17, 19 (Préface de Lucette Valensi).

3 Noël Duval, « La solution d’une énigme : les voyageurs Peyssonnel et Gimenez à Sbeitla en 1724 », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1965.

4 Berbrugger A., « Un consul d’Alger au XVIIIe siècle » dans Revue africaine., 1862.

5 Shaw Th., Voyages dans plusieurs provinces de la Barbarie et du Levant, La Haye, 1743.

6 Falbe C.T., Recherches sur l’emplacement de Carthage, Paris, 1833.

7 Lund J., « The archeological activities of C.T. Falbe in Carthage in 1838 », dans Cahier des études anciennes, XVIII, 1986, p. 8-24.

8 Beulé Ch.E., Fouilles à Carthage, Paris, 1861.

9 Guérin V., Voyage achéologique dans la Régence de Tunis, 1862.

10 Laporte J.-P., « Une tête de l’impératrice Sabine découverte dans le port de Toulon », bsnaf , 1995, p. 410-415. Lancel S., Carthage, 1993, p. 462.

11 Irisson d’Hérisson M., Relation d’une mission archéologique en Tunisie, Paris, 1881.

12 Cagnat R., « L’inscription de la cour Caulaincourt au Louvre ; fouilles d’Utique », Revue archéologique, 1881, p. 227-248 ; Id., « Exploration épigraphique et archéologique en Tunisie », dans Archives des missions scientifiques et littéraires, 3e série, IX, 1883, p. 94-131.

13 Ou plus exactement une société se constitua pour « faire le capital nécessaire à une expédition archéologique ayant pour but de fouiller le sol de l’ancienne Utique. » (RAr, mars 1881).

14 Baratte F., « Une curieuse “expédition archéologique” en Tunisie : la mission Hérisson à Utique », La revue du Louvre, XXI, 1971, p. 335-346. ou F. Baratte, L’expédition Hérisson à Utique (1881), Archeologia, LV11I, 1973, p. 26-30.

15 Missions effectuées par Wilmanns de 1873 à 1876. Un projet commun franco-allemande avait été arrêté en 1860 et L. Renier avait accepté d’y collaborer mais il se désista à la suite de la guerre de 1870.

16 Contrairement à ce qui se produisait en Algérie où les Sociétés savantes et le Comité des travaux historiques et scientifiques avaient la priorité des publications.

Auteur

Université de Nice

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.