Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

L’hydraulique antique de la Tunisie dans les études de l’époque du protectorat

Houcine Jaidi

Texte intégral

1L’objet de ce travail est de présenter quelques observations sur la littérature consacrée à la fin du siècle dernier et au début de ce siècle aux ouvrages hydrauliques construits en Tunisie à l’époque romaine. Du point de vue quantitatif l’essentiel de cette littérature s’inscrit entre le milieu des années 1880 et les quinze premières années du XXe siècle, mais nous tiendrons compte de certaines publications intéressantes parues au cours des années 1920. Comme il est exclu, dans un cadre comme le nôtre, d’examiner l’ensemble des publications appartenant à cette période, il ne sera tenu compte que de quelques travaux représentatifs. L’examen de ce « corpus » délibérément limité nous a amené à constater qu’il se caractérisait par l’amalgame au niveau des conclusions générales, les remises en causes successives des déductions et les interprétations hâtives de nombreuses installations. Mais avant de nous pencher sur ces caractéristiques, il serait utile de rappeler brièvement le contexte général dans lequel s’inscrivaient les publications qui retiendront notre attention.

***

  • 1 Voir, à ce propos, G.-Ch. Picard, « La recherche archéologique en Tunisie des origines à l’Indépend (...)
  • 2 Les découvertes faites à Dougga dès 1882-1883 et à Althiburos à partir de 1895-1896 avaient été pré (...)

2L’installation du protectorat français en Tunisie a constitué un tournant radical dans l’histoire de la recherche archéologique qui avait démarré, dans le pays, un demi-siècle plus tôt. Dès l’année 1882, les initiatives prises sur le terrain et sur le plan réglementaire allaient introduire une dynamique inconnue jusque-là1. En cette année même, le démarrage de la prospection scientifique du site de Dougga annonçait le démarrage des grands chantiers de fouilles qui se sont multipliés au cours des deux dernières décennies du siècle dernier2. Ces travaux bénéficiaient d’un nouveau cadre juridique fixé par le décret beylical du 7 novembre 1882. La nouvelle réglementation cherchait à préserver les vestiges archéologiques de deux dangers : la destruction des monuments et les fouilles privées qui avaient démarré vers 1830.

  • 3 Une section d’Archéologie a été crée au sein du Comité en 1883 ; en 1884, une commission particuliè (...)

3En 1884, René du Coudray de La Blanchère qui enseignait auparavant à l’École supérieure des lettres d’Alger fut délégué par le ministre français de l’Instruction publique auprès du résident général de France en Tunisie, avec pour mission la coordination et le développement des recherches archéologiques. L’instruction du dossier archéologique aboutit l’année suivante à la création d’une direction des Antiquités et des Arts dont le premier titulaire fut La Blanchère. Placée sous le double contrôle scientifique du ministère français de l’Instruction publique et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, la nouvelle direction était, dans la pratique, rattachée au Comité des travaux historiques et scientifiques3. De ces années riches en initiatives date également la création du Musée du Bardo décidée en 1882 et concrétisée en 1 888.

4Dès le début du Protectorat, l’intérêt manifesté pour les recherches relatives à l’Antiquité ne s’est pas limité aux archéologues officiels. Plusieurs autres catégories de personnes ont manifesté un grand intérêt pour la prospection et les fouilles archéologiques, où elles ont parfois apporté des contributions essentielles. Il suffit, à cet égard, de rappeler l’engouement de nombreux officiers de l’armée française et de certains clercs pour les études anciennes. Un examen rapide des publications des dernières années du XIXe siècle et des premières années du XXe siècle permet de constater que le domaine de l’archéologie qui a mobilisé le plus de personnalités différentes et qui a donné lieu aux débats les plus passionnés est celui des vestiges hydrauliques. Dans ce domaine, l’ampleur de la mobilisation et l’âpreté de la controverse s’expliquaient par l’importance des enjeux.

  • 4 Dans une lettre adressée au ministre de l’Agriculture en date du 31 mars 1895 (anf, F 17, 13059), l (...)
  • 5 Plusieurs rapports publiés, dès les premières années du Protectorat, par la direction générale des (...)

5La colonisation française s’exerçait dans un pays qui avait été marqué par une colonisation romaine dont la réussite était attestée aussi bien par les auteurs anciens que par les ruines omniprésentes. Seul le développement agricole pouvait expliquer l’antique richesse du pays. La prospérité des campagnes et le développement des villes ne pouvaient se concevoir sans la maîtrise du problème de l’eau. Le schéma en vogue faisait du règlement de cette question une condition essentielle de la réussite de la colonisation moderne. Cette dernière était ouvertement appelée à trouver dans l’œuvre de l’époque romaine le bon modèle à imiter et, si possible, des ouvrages réutilisables qui épargneraient certains investissements. L’intérêt des colonisateurs se portait d’abord sur l’hydraulique rurale, notamment dans les régions du pays qui étaient les moins pourvues en eau. Dans ce domaine, la direction de l’Agriculture et les colons de la Régence étaient très attentifs aux découvertes des archéologues et aux interprétations qui en étaient faites4. Par ailleurs, les agglomérations urbaines, notamment celles du littoral qui étaient appelées à un développement important, allaient poser le problème de leur approvisionnement en eau potable5.

  • 6 Elle a été publiée à Paris par l’Imprimerie nationale et avait pour titre L’aménagement de l’eau et (...)
  • 7 En succédant à La Blanchère, Gauckler avait le titre d’inspecteur des Antiquités et des Arts.
  • 8 Paul Gauckler, Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, Tunis, 1897-1912. (c (...)
  • 9 C’est ce que nous apprenons grâce à une correspondance (anf, F 17/13059) adressée le 9 février 1897 (...)

6Compte tenu de ces soucis, il n’est pas étonnant de voir les autorités françaises se préoccuper au plus haut niveau de l’expérience romaine en matière d’hydraulique. Cela s’est manifesté d’abord par l’organisation de deux enquêtes officielles qui furent ordonnées à quelques années d’intervalle. La première a été confiée en 1885 par le ministre français de l’Instruction publique à La Blanchère qui venait d’être nommé directeur des Antiquités et des Arts. Cette enquête, qui avait pour tâche d’étudier l’hydraulique rurale, s’est étalée de 1885 à 1891 et a intéressé la Tunisie et l’est algérien ; mais l’essentiel du travail de La Blanchère a porté sur la région de l’Enfida. Achevée dans sa version intégrale en 1894, l’étude n’a été publiée qu’en 18956. La deuxième enquête est celle dont la direction a été confiée en janvier 1895 par le résident général René Millet à Paul Gauckler qui était à la tête de la direction des Antiquités et des Arts7. L’enquête dirigée par Gauckler était d’une envergure beaucoup plus grande que celle qui avait été fixée pour le travail de La Blanchère. Son champ d’action englobait aussi bien l’hydraulique rurale que l’hydraulique urbaine8. À la différence de l’étude de La Blanchère qui fut l’œuvre homogène d’un seul homme, l’enquête de Gauckler n’était en fait qu’une succession de rapports élaborés, pour l’essentiel, par des officiers de l’armée française, des contrôleurs civils, des ingénieurs agronomes ou des colons. Le directeur des Antiquités et des Arts ne faisait qu’introduire la publication des fascicules et résumer, parfois, des rapports qui n’étaient pas signés par leurs vrais auteurs. Ce travail, accompli sans aucun contrôle scientifique et pouvant déboucher sur des aménagements utilitaires qui défigureraient les vestiges archéologiques, n’a pas motivé Gauckler qui l’a accepté contre son gré9.

  • 10 R. La blanchère, op. cit., p. 2.
  • 11 Cette mobilisation qui peut être constatée à travers les signatures des rapports avait son équivale (...)
  • 12 R. La Blanchère, op. cit, p.2.

7L’ampleur des enjeux que représentaient les investigations relatives aux installations hydrauliques romaines se laissait voir à travers la sollicitude du résident général. Ainsi, l’enquête de La Blanchère a été suivie attentivement par le résident général Massicault qui en a rendu compte, plusieurs années de suite dans ses rapports annuels10. Pour faire réussir l’enquête confiée à Gauckler, une mobilisation générale se fit parmi les troupes d’occupation, les brigades topographiques, les fonctionnaires et les colons11. Par ailleurs, l’Exposition universelle de 1889 fut une occasion pour faire connaître les premiers résultats de l’enquête de La Blanchère. Trois planches consacrées aux « Aménagements de l’eau dans l’Afrique ancienne « y ont été présentées aux visiteurs12 ».

  • 13 Voir, à titre d’exemple, P. Gauckler, L’Archéologie de la Tunisie, Paris-Nancy, Berger Levrault et (...)
  • 14 Voir infra.

8Les deux enquêtes évoquées jusqu’ici ne furent pas les seuls travaux consacrés au tournant du siècle aux installations hydrauliques d’époque romaine. Plusieurs autres publications sont parues dans le même contexte. Il s’agissait, pour l’essentiel de travaux de vulgarisation publiés dans des revues ou des monographies consacrées à la Tunisie et cherchant à souligner les enseignements qu’il convenait de tirer de l’expérience romaine en matière d’installations hydrauliques13. À ces contributions diverses de la part des archéologues se sont ajoutées les interventions de certains auteurs étrangers au domaine de l’archéologie mais qui, pour des considérations diverses, ont pris part au débat14.

***

9Les auteurs des premières publications mettaient en relief, avec la plus grande insistance et pratiquement sans nuances, le rôle fondamental de l’irrigation dans l’essor de l’agriculture en Tunisie à l’époque romaine. Leurs conclusions dégageaient pour l’ensemble des provinces romaines d’Afrique l’image d’un immense jardin irrigué où les cultures sèches n’avaient qu’une place tout à fait secondaire.

10Dans un article publié en 1896 à la suite d’une tournée d’exploration à laquelle il avait été invité avec de nombreux scientifiques, Gauckler qui avait alors le titre d’inspecteur des Antiquités et des Arts en arrivait à échafauder un système de dérivation, de stockage et de distribution des eaux d’irrigation qu’il étendait à toutes les régions de Tunisie où le relief est accidenté :

  • 15 Revue générale des sciences pures et appliquées, 7e année, no 22 du 30 novembre 1896, p. 954-971, p (...)

« À l’entrée de chaque ville principale, écrivait-il, un système de canaux et de réservoirs règle le passage du liquide dans des conditions de lenteur et d’absorption voulues […] On assure de cette manière l’alimentation constante de tout un système de canaux d’irrigation dont les ramifications se subdivisent dans la plaine jusqu’aux rigoles et aux sillons, amenant à toutes les terres cultivables l’eau qui leur est nécessaire15. »

  • 16 Le systéme d’irrigation et la réglementation évoqués par Gauckler ne seraient qu’une généralisation (...)
  • 17 P. Gauckler, art. cit., p. 955.
  • 18 Ibid.

11Cette irrigation « goutte à goutte » était, selon l’auteur, réussie grâce à un système de distribution soumis à une réglementation minutieuse qui était affichée dans chaque village16. L’ingéniosité des installations allait jusqu’à la conception d’un « système inverse du premier, qui des sillons aux rigoles, des rigoles aux fossés, des fossés aux canaux, rassemble toutes les eaux inutiles dans un émissaire commun et les jette à la mer17 ». Gauckler décrivait les deux systèmes de distribution et d’évacuation de l’eau d’irrigation pour les régions « où l’eau tombe en quantité suffisante pour la culture des légumes et des céréales18 » et dans lesquelles les eaux de l’hiver sont conservées pour l’été. Dans le centre et le sud du pays, la faiblesse des précipitations faisait que seule l’oléiculture était envisageable. L’auteur concluait sa description en considérant que l’ingéniosité des Anciens était un patrimoine propre aux Français qui n’avaient qu’à se mettre à l’école des Romains.

12Étudiant les installations hydrauliques de l’Enfida, La Blanchère a dégagé, dans une étude publiée en 1895, deux ensembles de barrages plus ou moins associés et servant, l’un pour l’irrigation des terres, et l’autre pour l’approvisionnement en eau potable. L’exploitation de l’eau a été abordée à travers l’étude du système de captage, de retenue, de dérivation et de répartition par digues et canaux :

  • 19 La Blanchère, op. cit., p. 95.

« Partout, écrivait l’auteur, les points d’habitation situés auprès d’un oued ont leur barrage approprié à leurs besoins ; cet ensemble fait de la vallée une succession de longs gradins que l’eau franchit paisiblement, lentement, imbibant les terres et fractionnée par mille usages. À leur entrée en plaine, les oueds trouvent des barrages réservoirs et distributeurs qui les mènent à peu près domptés dans les canaux d’irrigation, ou dans des bassins d’expansion qu’ils arrosent successivement19. »

  • 20 Ibid., p. 97-101.

13La Blanchère présentait ces aménagements comme un modèle à suivre par la colonisation moderne. Mais les futurs promoteurs ne pourraient, selon lui, réussir que s’ils choisissaient la voie du grand capitalisme. L’auteur précisait que les grands capitaux ne devront pas servir à la construction de grands barrages dont la rentabilité ne s’était pas vérifiée en Algérie, mais plutôt à l’édification d’une multitude de petits barrages variés dans leur typologie et dressés là où il le faudrait, comme cela se faisait à l’époque romaine20.

14Ainsi, les premiers écrits de Gauckler et de La Blanchère, publiés à une année d’intervalle, faisaient ressortir, avec une grande insistance, l’importance de l’irrigation d’été. Mais alors que Gauckler limitait cette irrigation aux régions les mieux arrosées du pays, La Blanchère la relevait dans l’est de la Byzacène et l’étendait au reste de la région centrale et même dans certaines régions du Sud.

***

  • 21 P. Gauckler, Enquête…, m, p. 123-125.
  • 22 Ibid., p. 125 : « Elle, (la mise en valeur agricole) s’accomplira par l’initiative privée, que l’Ét (...)

15Le troisième fascicule de l’enquête dirigée par Gauckler a été publié en 1899. Y figurait le volumineux compte rendu de la mission confiée, l’année précédente à l’ingénieur agronome Drappier qui parcourut la Tunisie centrale où il examina des installations hydrauliques précédemment décrites par La Blanchère. Dans le rapport adressé au résident général Millet, Gauckler, au début du fascicule, prenait le contre-pied des conclusions de La Blanchère21. S’appuyant sur des études élaborées par des ingénieurs des forêts, il considérait que les pluies pouvaient être, dans la Tunisie centrale, généralement suffisantes pour pratiquer les cultures sèches. Cela l’amenait à reprocher à La Blanchère d’avoir généralisé ce qui était particulier à l’Enfida. En outre, les barrages relevés par La Blanchère dans L’Enfida devaient être, selon Gauckler, reconsidérés du point de vue de leur nombre, de leur envergure et surtout de l’usage qui en était fait. Pour l’auteur, qui suivait les conclusions de Drappier, les barrages de l’Enfida servaient surtout à régulariser l’écoulement de l’eau dans une région caractérisée par la violence des orages. Gauckler terminait son rapport en insistant sur l’efficacité des petits travaux hydrauliques, et en rappelant les expériences malheureuses de plusieurs grands barrages construits en Algérie. La dernière recommandation du directeur des Antiquités concernait le type de mise en valeur qui conviendrait le mieux à la colonisation moderne. En ce domaine, il se démarquait nettement de La Blanchère puisqu’il recommandait l’initiative privée, le rôle de l’État devant se limiter à l’incitation et à l’encouragement22. Si cette opinion exprimée par Gauckler en 1899 tranchait nettement avec les conclusions publiées par La Blanchère trois ans auparavant, elle s’opposait aussi à ce qu’affirmait Gauckler lui-même avant la publication des résultats de l’enquête qui lui avait été confiée.

16Plusieurs raisons peuvent expliquer la rétractation de Gaukler et son opposition finale aux conclusions de La Blanchère. Il n’est pas exclu que le regard particulier de Drappier, ingénieur agronome, ait amené Gauckler en 1899 à nuancer les conclusions qu’il avançait quelques années plus tôt, et qui exagéraient l’importance de l’irrigation d’été. Mais l’opposition des opinions de Gauckler et de La Blanchère devait s’expliquer surtout par la rivalité entre les deux hommes et les visions qu’ils avaient de la colonisation moderne.

  • 23 P.-A. Février, Le monde rural du Maghreb antique (approche de l’historiographie du xixe siècle), da (...)
  • 24 Dans une lettre adressée au ministre francais de l’Instruction publique et des Arts (anf, f17/13059 (...)
  • 25 Une lettre adressée par le ministre francais de l’Instruction publique à son collègue, le ministre (...)

17Quand La Blanchère quittait la Tunisie en 1890, il avait le titre d’inspecteur général des Bibliothèques, Musées et Archives d’Algérie et de Tunisie23. Il avait, par ailleurs, le titre de chef de la Mission archéologique de l’Afrique du Nord. Jusqu’à son décès, en juin 1896, La Blanchère semble avoir exercé une grande influence sur les autorités françaises, tant au niveau du ministère de l’Instruction publique qu’au niveau de la résidence générale de France en Tunisie et du gouvernement général de l’Algérie. Plusieurs documents d’archives font ressortir son rôle majeur dans l’enquête menée en Algérie sur les ouvrages hydrauliques anciens dans les années qui ont précédé sa mort24. La même documentation laisse entendre qu’il a été à l’origine de l’enquête ordonnée en Tunisie vers la même date, et qui constituait, en fait, le prolongement, à une plus grande échelle, du travail qu’il avait accompli quelques années plus tôt25. De 1890 à 1896, Gauckler pouvait craindre, à la fois, l’autorité de La Blanchère et l’accaparement de la direction des Antiquités par une tâche qui ne pouvait bénéficier de l’encadrement scientifique nécessaire.

  • 26 Dans le rapport qui ouvrait le troisième fascicule de l’enquête qu’il dirigeait (p. 121), Gauckler (...)
  • 27 P. Bourde, Rapport sur les cultures fruitières et en particulier la culture de l’olivier dans le ce (...)
  • 28 J. Coignet, L’hydraulique en Tunisie et les grands barrages réservoirs, Tunis, 1917.
  • 29 J. Coignet, L’hydraulique agricole à l’époque romaine en Tunisie (article paru dans la « Tunisie ag (...)

18Le débat concernant le rapport entre la colonisation moderne et l’expérience de l’époque romaine en matière d’hydraulique ne s’est pas limité aux archéologues officiels. Ce qui était escompté des résultats pratiques26 et des enquêtes archéologiques n’a pas tardé à jeter dans le débat plusieurs autres protagonistes qui se sentaient concernés. C’est ainsi que Paul Bourde, qui fut directeur général de l’Agriculture, publia en 1893 une étude dans laquelle il insista sur les grandes chances de réussite qu’avait l’oléiculture dans les régions du centre du pays qui n’étaient pas propres à la céréaliculture27. Une trentaine d’années après la publication de cet ouvrage, un ingénieur des Travaux publics raviva le débat des années 1890. Il s’agissait de J. Coignet qui s’était fait connaître dès 1912 par l’élaboration de projets de barrages qui devaient servir à l’alimentation en eau de plusieurs villes tunisiennes, à l’irrigation des terres environnantes et à la production de la force motrice. Un résumé de ces études fut publié en 1917 grâce à des subventions conjointes de la direction générale de l’Agriculture et de l’Association agricole28. Quelques années plus tard, Coignet publia un article dont l’essentiel était consacré à la réfutation de nombreux écrits concernant l’irrigation en Tunisie, à l’époque romaine29. Le grief principal fait aux prédécesseurs consistait dans le lien trop étroit établi entre l’essor agricole et l’irrigation à l’époque romaine. Pour Coignet, les auteurs auxquels il s’opposait avaient mis en valeur, plus ou moins directement, l’importance des barrages réservoirs dont il pensait qu’ils n’avaient pratiquement pas existé en Tunisie à l’époque romaine. À supposer qu’ils aient existé, ces barrages réservoirs n’avaient pas dû servir, selon lui, à une irrigation massive, mais plutôt à l’alimentation en eau des populations, et tout au plus à l’irrigation de quelques jardins.

***

  • 30 Paul Bourde, op. cit.
  • 31 J. Coignet a ajouté dans les pages dactylographiées qu’il a annexées au tiré à part de son article (...)

19Pour Coignet, l’essentiel des barrages construits à l’époque romaine servaient soit à la dérivation de l’eau, soit à la rétention de la terre et de l’eau pour pratiquer des cultures en terrasses. Pour appuyer sa thèse l’auteur invoquait le témoignage formulé par Paul Bourde en 1893 à propos de la Tunisie centrale30 et dans lequel il concluait que les travaux hydrauliques anciens de cette région ne servaient qu’à l’alimentation en eau des agglomérations et rarement à l’arrosage des jardins. Ce témoignage a été corroboré par un rapport rédigé en 1896 par M. Grandeau, ingénieur agronome qui affirmait que rien n’attestait en Tunisie une irrigation à grande échelle à l’époque romaine. En définitive, Coignet accusait les auteurs des théories contre lesquelles il s’élevait d’avoir considérablement retardé la solution du problème de l’eau en Tunisie et se décernait le mérite d’avoir mis fin à la tromperie31.

  • 32 Coignet avait déjà fait part en 1916 au général Lyautey, commissaire résident général au Maroc, d’é (...)
  • 33 La lettre adressée par S. Gsell à Coignet a eté annexée avec d’autres correspondances au tiré a par (...)

20Ne voulant pas limiter la diffusion de ses idées à la Tunisie32, Coignet s’empressa d’adresser son article à certaines hautes personnalités scientifiques et administratives qui ne tardèrent pas à lui exprimer leur accord ; l’approbation la plus nette et la plus précieuse étant celle de S. Gsell33.

21L’argumentation développée par Coignet et ses démarches publicitaires n’avaient qu’un seul but : convaincre les décideurs du fait qu’il n’y avait pas en Tunisie d’exemples romains à suivre en matière de barrages réservoirs et que la colonisation moderne avait tout à inventer comme il avait lui-même commencé à le faire depuis une quinzaine d’années. Afin d’atteindre ce but, il ne s’embarrassait pas des détails. Ainsi, il préférait faire état de l’opinion formulée par Gauckler avant la publication des premiers fascicules de l’enquête qui lui était confiée. Comme nous le constations à propos de l’opposition entre Gauckler et La Blanchère, les intérêts en jeux poussaient, encore au milieu des années 1920, les auteurs à faire feu de tout bois pour étayer leurs vues.

***

22Le contexte général dans lequel étaient entreprises les premières enquêtes sur les installations hydrauliques de l’époque romaine n’affectait pas seulement la teneur des conclusions générales. Ces dernières étaient souvent basées sur des interprétations erronées des installations décrites.

23Les fascicules de l’enquête dont la direction a été confiée à Gauckler regroupent des dizaines de rapports plus ou moins développés livrés surtout par des officiers de l’armée, dans des proportions moindres par des contrôleurs civils et parfois par des agronomes, des ingénieurs des travaux publics ou des colons. Dans ces rapports, l’inventaire des installations hydrauliques pouvaient aller de la signalisation sommaire à la description minutieuse accompagnée parfois de croquis et de relevés. Ce manque d’homogénéité dû à la fois à l’absence de directives méthodologiques d’ensemble et aux compétences inégales des rapporteurs était souvent accompagné d’interprétations hasardeuses. Un exemple parmi tant d’autres est celui des rapports fournis en 1894 par le capitaine Maumené, chef de brigade du service géographique de l’armée à propos des installations hydrauliques anciennes d’El Jem (l’antique Thysdrus) et Henchir Rougga (l’antique Bararus).

  • 34 P. Gauckler, Enquête…, I, p. 7-14.

24Pour Thysdrus, Maumené concluait à une alimentation de la ville en eau à partir des nombreuses citernes et de plusieurs puits profonds d’une trentaine de mètres34. L’eau des puits servait, selon l’auteur du rapport, à alimenter, en grande partie, les citernes et les maisons des particuliers qui devaient souscrire a un abonnement. Un canal repéré à proximité des puits devait recevoir l’eau des puits et assurer son acheminement vers les citernes et les maisons abonnées. Assuré de la justesse de sa reconstitution, Maumené reprochait à Ch. Tissot de s’être appuyé sur une inscription découverte au cours de la première moitié du XIXe siècle pour imaginer que Thysdrus avait un aqueduc qui l’alimentait en eau. Le tronçon d’aqueduc, long de soixante mètres environ, qui venait d’être dégagé avant le passage de Maumené à Tehysdrus n’enlevait rien à l’assurance de ce dernier.

  • 35 Cf H. Slink, « Le modèle urbain romain et le problème de l’eau dans les confins du Sahel et de la B (...)

25Des recherches effectuées, il y a quelques années par H. Slim ont prouvé que Thysdrus avait bien un aqueduc qui lui amenait l’eau collectée grâce à un impluvium naturel se trouvant au Nord-Ouest de l’agglomération35. L’instruction minutieuse du dossier de l’eau à Thysdrus a amené H. Slim, malgré la dégradation et souvent même la disparition des installations repérées par Maumené, à reconstituer les différentes sources d’approvisionnement en eau. Ainsi, il est établi que les Thysdrutains ont cherché à parer la pénurie d’eau de leur région en exploitant toutes les ressources possibles : l’eau de pluie pour l’usage alimentaire et l’eau de aqueduc ainsi que l’eau des puits pour l’usage domestique.

  • 36 P. Gauckler, Enquête I, p. 14-18.

26À Henchir Rougga situé à une quinzaine de kilomètres au sud-est d’El Jem, le capitaine Maumené a repéré deux citernes monumentales jumelées. Ayant remarqué que les deux citernes étaient situées à proximité de l’oued Rougga, l’explorateur en a déduit que l’approvisionnement des deux réservoirs était assuré par le cours d’eau. Pour expliquer le mode d’alimentation des citernes en eau, Maumené n’a pas hésité à imaginer un système de canalisations complexes qui, à partir d’un barrage installé sur l’oued, auraient fait passer l’eau d’une rive du cours d’eau à l’autre36.

  • 37 G. Hallier, « Les citernes monumentales de Bararus (Henchir Rougga), en Byzacène », dans Ant. af, t (...)

27Une étude menée par G. Hallier a montré que plusieurs données plaident contre l’interprétation de Maumené37. À l’inexistence de vestiges d’un barrage réservoir sur l’oued Rougga s’ajoute l’orientation de l’aqueduc d’alimentation qui tourne le dos à l’oued. L’étude de l’environnement des citernes à amené G. Hallier à conclure à un approvisionnement basé dans un premier temps sur le puisage puis complété par les eaux de ruissellement du forum situé dans le voisinage des réservoirs.

  • 38 Outre les études de Slim et de G. Hallier, mentionnées ci-dessus, il faut citer l’étude remarquable (...)

28Les interprétations hâtives du capitaine Maumené, que nous venons d’évoquer ne sont que des exemples parmi tant d’autres. En effet les enquêtes - rares au total - qui ont été consacrées au cours des dernières décennies à l’alimentation en eau de certaines villes africaines à l’époque romaine ont éclairé des cas négligés ou contredit les interprétations avancées par les enquêteurs de la fin du siècle dernier et du début de ce siècle38. Au demeurant, cela n’est pas surprenant lorsque nous nous représentons les conditions générales dans lesquelles étaient effectuées les enquêtes au tournant du siècle dernier.

***

  • 39 Voir, à titre d’exemple, dans P. Gauckler, Enquête…, V, p. 301-317, les interventions entreprises e (...)

29De ce qui précède nous pouvoirs constater que la littérature consacrée, il y a environ un siècle, aux installations hydrauliques édifiées en Tunisie à l’époque romaine ne peut être comprise dans ses objectifs, sa démarche et ses conclusions que si elle est considérée dans son contexte précis. Si le souci de trouver la voie la plus sûre et la moins coûteuse pour la colonisation moderne semble avoir orienté tous les acteurs du début du Protectorat vers l’expérience de l’époque romaine en matière de travaux hydrauliques, les contributions des uns et des autres étaient soumises à des motivations et des limites déterminantes. L’exemple de l’enquête dont la direction a été confiée à Gauckler nous a montré la position extrêmement inconfortable qu’occupait le directeur des Antiquités et des Arts. Astreint par les autorités administratives à cautionner scientifiquement un travail vraisemblablement voulu par son prédécesseur et exécuté par des non spécialistes, il ne pouvait s’attendre qu’à des résultats hétéroclites et peu sûrs. Les conséquences qui pouvaient en découler n’étaient plus contrôlables par les archéologues officiels qui souffraient du manque de moyens humains et matériels. C’est ainsi, par exemple, que la restauration de plusieurs ouvrages hydrauliques anciens, en vue de les réutiliser a été effectuée par les services du Génie civil qui semblent avoir ignoré complètement les archéologues officiels39.

Notes

1 Voir, à ce propos, G.-Ch. Picard, « La recherche archéologique en Tunisie des origines à l’Indépendance », dans Cahiers des études anciennes, 16 (= Carthage VI), 1983, p. 11-20. Pour la politique française en matière de recherches archéologiques à partir du milieu du xixe siècle, voir P.A. Février, Approches du Maghreb romain, I, Aix-en-Provence, Edisud, p. 48-66.

2 Les découvertes faites à Dougga dès 1882-1883 et à Althiburos à partir de 1895-1896 avaient été précédées par les travaux importants entrepris, à Carthage, par le P. Delattre, à partir de 1878.

3 Une section d’Archéologie a été crée au sein du Comité en 1883 ; en 1884, une commission particulière à l’Afrique du Nord fut mise en place. Cf, P.-A. Février, op. cit, p. 54.

4 Dans une lettre adressée au ministre de l’Agriculture en date du 31 mars 1895 (anf, F 17, 13059), le ministre français de l’Instruction publique proposait à son collégue la constitution d’une commission conjointe qui aurait pour tâche d’assurer le suivi d’une étude concernant les ouvrages hydrauliques anciens en Algérie et en Tunisie. L’auteur de la lettre soulignait : « l’importance extrême de cette étude d’un élément fondamental de la colonisation antique » et ajoutait : « Elle n’est pas seulement curieuse du point de vue de l’histoire africaine ; son intérét pratique est grand. La colonisation romaine est Tunique précédent que rencontre la nôtre dans les pays de l’Afrique du Nord, et il est utile de savoir à quoi s’en tenir exactement sur ses moyens, sur ses effets. C’est un point qui n’intéresse pas moins votre administration que la mienne. » M. Dominique Raynal, de l’Université de Toulouse – Le Mirail a bien voulu me communiquer les pièces d’archives exploitées dans cette étude et me faire profiter de sa grande connaissance de ce genre de documents. Qu’il trouve ici l’expression de ma gratitude.

5 Plusieurs rapports publiés, dès les premières années du Protectorat, par la direction générale des Travaux publics faisaient apparaître l’acuité du problème de l’approvisionnement de plusieurs villes en eau courante. Voir à titre d’exemple, le « Rapport sur l’alimentation hydraulique de Tunis et de sa banlieue », Tunis, 1884.

6 Elle a été publiée à Paris par l’Imprimerie nationale et avait pour titre L’aménagement de l’eau et l’instalation rurale dans l’Afrique ancienne (extrait des Nouvelles archives des Missions Scientifiques, t. VII).

7 En succédant à La Blanchère, Gauckler avait le titre d’inspecteur des Antiquités et des Arts.

8 Paul Gauckler, Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, Tunis, 1897-1912. (cité désormais « Enquête… »).

9 C’est ce que nous apprenons grâce à une correspondance (anf, F 17/13059) adressée le 9 février 1897 par Gauckler à un directeur du ministère français de l’Instruction publique. Dans cette lettre, Gauckler qui venait d’adresser à son correspondant le premier fascicule de l’enquête qui lui avait été confiée, deux ans plus tôt, par le résident général rappelle les réserves qu’il avait exprimées de vive voix en septembre 1895 et en juillet août 1896 : « J’avais déjà eu l’honneur de vous faire connaître […] dans quelles conditions ce travail dont je n’ai en aucune façon pris l’initiative m’a été imposé. J’ai obéi aux ordres qui m’étaient donnés, mais j’ai retardé la publication des documents que je réunissais jusqu’au jour où il ne m’a plus été possible de temporiser davantage. Placé au mois de décembre dernier dans l’obligation de me soumettre ou de me démettre, et ayant besoin de ma place pour vivre, je me suis incliné ! »

10 R. La blanchère, op. cit., p. 2.

11 Cette mobilisation qui peut être constatée à travers les signatures des rapports avait son équivalent en Algérie où une enquête comparable à celle de la Tunisie a été réalisée dés le début des années quatre-vingt-dix du xixe siècle à la demande de La Blanchére promu inspecteur général des bibliothèques, musées et archives d’Algérie et de Tunisie. Dans une lettre (anf, F 17/13059) adressée le 10 février 1897 au ministre de l’Instruction publique, le gouverneur général d’Algérie rappelait qu’il avait « prescrit à messieurs les généraux commandant les divisions et à messieurs les préfets des colonies de faire rechercher par messieurs les maires, administrateurs et chefs de bureaux arabes placés sous leur autorite, les différents travaux hydrauliques exécutés en Algérie à l’époque de la domination romaine ».

12 R. La Blanchère, op. cit, p.2.

13 Voir, à titre d’exemple, P. Gauckler, L’Archéologie de la Tunisie, Paris-Nancy, Berger Levrault et cie éditeur, 1896.

14 Voir infra.

15 Revue générale des sciences pures et appliquées, 7e année, no 22 du 30 novembre 1896, p. 954-971, p. 955, l’article de Paul Gauckler a été publié de nouveau, l’année suivante dans L. Olivier, La Tunisie, Paris, sd (1897), p.25-48. Cette monographie a reproduit les deux livraisons de la Revue générale des sciences (dirigée par L. Olivier), en date du 30 novembre et du 15 décembre 1896.

16 Le systéme d’irrigation et la réglementation évoqués par Gauckler ne seraient qu’une généralisation de ce qui a été révélé par l’inscription de Lamasba.

17 P. Gauckler, art. cit., p. 955.

18 Ibid.

19 La Blanchère, op. cit., p. 95.

20 Ibid., p. 97-101.

21 P. Gauckler, Enquête…, m, p. 123-125.

22 Ibid., p. 125 : « Elle, (la mise en valeur agricole) s’accomplira par l’initiative privée, que l’État doit encourager et favoriser de tout son pouvoir, en se gardant d’entreprendre lui-même la tâche ruineuse et vaine de violenter la nature à coup d’argent et de prétendre transformer du jour au lendemain le régime des régions qu’une mise en valeur progressive et prudente arrivera seule à féconder ».

23 P.-A. Février, Le monde rural du Maghreb antique (approche de l’historiographie du xixe siècle), dans, 110e Congrès national des Sociétés savantes, Montpellier, 1985, IIIe Colloque sur l’histoire et l’archéologie d’Afrique du Nord, p. 87-106, p. 94-95.

24 Dans une lettre adressée au ministre francais de l’Instruction publique et des Arts (anf, f17/13059) en date du 10 février, le gouverneur général d’Algérie rappelait que le travail accompli jusque là dans le cadre de l’enquête sur les installations hydrauliques anciennes avait été entrepri suite au désir exprimé par La Blanchère qui agissait jusqu’à sa mort, quelques mois auparavant, en tant qu’inspecteur général des Bibliothèques, Musées et Archives.

25 Une lettre adressée par le ministre francais de l’Instruction publique à son collègue, le ministre de l’Agriculture (anf, F 17, 13059) en date du 31 mai 1895 fait état d’un rapport qui venait d’étre remis par La Blanchère et qui était consacré aux installations hydrauliques anciennes de l’Afrique du Nord. Les enquêtes ordonnées par Cambon, le gouverneur général de l’Algérie et par Millet, le résident général de France en Tunisie sont présentées comme la suite donnée par le ministre de l’Instruction publique au travail initial de La Blanchère. La lettre précise que l’intérêt porté par La Blanchère aux installations hydrauliques d’époque romaine en Algérie et en Tunisie remontait au début des années 1880. Pour les premières prospections de La Blanchère en Algérie, voir P.A. Février, art cit., p. 93-94.

26 Dans le rapport qui ouvrait le troisième fascicule de l’enquête qu’il dirigeait (p. 121), Gauckler a rappelé les objectifs qui lui étaient assignés : « Notre tâche, à la fois scientifique et pratique, intéresse en même temps que l’archéologie, le développement de la colonisation française en Tunisie. Vous (le résident général) nous avez chargé de rechercher, dans toute l’étendue de la régence, les travaux d’aménagement d’eau anciens […] (et de nous occuper de) leur répartition géographique, les indications qu’elles peuvent nous fournir sur le degré d’aridité des diverses régions tunisiennes, les conditions plus ou moins favorables qu’offrent celles-ci à une nouvelle mise en valeur du sol et le choix des cultures à entreprendre à chaque endroit. »

27 P. Bourde, Rapport sur les cultures fruitières et en particulier la culture de l’olivier dans le centre de la Tunisie, Tunis, 1893.

28 J. Coignet, L’hydraulique en Tunisie et les grands barrages réservoirs, Tunis, 1917.

29 J. Coignet, L’hydraulique agricole à l’époque romaine en Tunisie (article paru dans la « Tunisie agricole » du 4 juillet 1925, p. 76-83).

30 Paul Bourde, op. cit.

31 J. Coignet a ajouté dans les pages dactylographiées qu’il a annexées au tiré à part de son article déposé à la Bibliothèque nationale de Tunisie : « Il est fort probable que sans les études que nous avons fait paraître à diverses reprises, on continuerait encore dans l’Afrique du Nord à nous rebattre les oreilles avec la légende de l’hydraulique agricole romaine. »

32 Coignet avait déjà fait part en 1916 au général Lyautey, commissaire résident général au Maroc, d’études d’ensembles et avant-projets spéciaux.

33 La lettre adressée par S. Gsell à Coignet a eté annexée avec d’autres correspondances au tiré a part déposé à la Bibliothèque nationale de Tunisie. En date du 14 août 1925, S. Gsell écrivait à son correspondant : « (votre article) me confirme et précise des idées que je m’étais faites moi-même. Je pense comme vous, que c’est presqu’exclusivement aux usages ménagers et à l’irrigation des jardins et des potagers que les travaux hydrauliques anciens ont dû servir. Vous avez cent fois raisons de rectifier à cet égard les bévues des archéologues ». Les deux autres lettres annexées par Coignet à son article émanaient de Lucien Saint, résident général de France en Tunisie (en date du 20 août 1925) et du résident général de France en Tunisie (en date du 28 octobre 1925).

34 P. Gauckler, Enquête…, I, p. 7-14.

35 Cf H. Slink, « Le modèle urbain romain et le problème de l’eau dans les confins du Sahel et de la Basse Steppe », dans l’Afrique dans l’occident romain (1er siècle avant J.-C.-IVe siècle ap. J.-C.). Actes du Colloque organisé par l’École française de Rome sous le patronnage de l’institut national d’Archéologie et d’Art de Tunis (Rome, 3-5 décembre 1987), p. 169-201.

36 P. Gauckler, Enquête I, p. 14-18.

37 G. Hallier, « Les citernes monumentales de Bararus (Henchir Rougga), en Byzacène », dans Ant. af, t. 23,1987, p. 129-148, p. 145-146.

38 Outre les études de Slim et de G. Hallier, mentionnées ci-dessus, il faut citer l’étude remarquable de Ph. Leveau, J.-B. Paillet, L’alimentation en eau de Caesarea de Maurétanie et l’aqueduc de Cherche !, Paris, L’Harmattan, 1976. Voir aussi H. Jaïdi, « L’approvisionnement de la cité en eau », dans Africa XI-XII, 1992-1993, p. 208-241 et H. Baklouti, « L’hydraulique de Bulla Regia : les citernes publiques “BR 3” », dans l’Africa romana, xiii (15-18 décembre 1994), p. 693-709.

39 Voir, à titre d’exemple, dans P. Gauckler, Enquête…, V, p. 301-317, les interventions entreprises en 1892 et 1898 par les ingénieurs des Ponts et Chaussées sur l’aqueduc de l’oued Kharroub qui alimentait en eau la ville de Sousse.

Auteur

Université de Tunis 1. Département d’histoire de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, 94, Boulevard du 9 avril 1938,1007 Tunis.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search