Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

Être archéologue à Tunis dans la deuxième moitié du XIXe siècle : l’exemple de Charles-Joseph Tissot (1828-1884)

Kmar Bendana

Texte intégral

  • 1 La biographie de Tissot est aujourd’hui connue à travers trois notices principales que rappelle Num (...)

1Un diplomate doublé d’un savant, passionné et orgueilleux, qui a travaillé pour la science et son pays par éducation, par goût et par intérêt : voilà une première esquisse du portait de Charles Tissot tel qu’il transparaît des notices biographiques rencontrées1. La vie, somme toute banale, d’un des maîtres de l’archéologie romaine au XIXe siècle trouve sa place dans cette rencontre sur la Tunisie Mosaïque parce qu’on y parle d’archéologie, et qu’un fragment de cette existence oubliée s’est déroulé en Tunisie ; l’histoire de cette vie est comme une pièce que Ton met au jour en partant d’une première découverte : un destin passe par Tunis. Comment s’y inscrit-il ?

2Tissot a fait du terrain tunisien son domaine de recherche et de prédilection ; il Ta enrichi par une œuvre pionnière dont le contenu sera rapidement dépassé en une période où l’archéologie africaine était – en partie grâce et avec lui – en pleine effervescence et mutation. Activement mêlé à l’exploration scientifique de la Tunisie, en tant qu’auteur de travaux puis en tant que membre officiel de la commission qui sera mise en place à cet effet, Tissot a laissé des traces, à ma connaissance encore peu exploitées, et que j’espère défricher et décrypter un jour :

  • une correspondance très fournie ;

  • un ensemble de toiles, de dessins et aquarelles dont un grand nombre exécutés en Tunisie ;

    • 2 Le fonds appartient aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Tunis.

    une bibliothèque personnelle dont le rachat a, semble-t-il, constitué le premier noyau de la Bibliothèque française de Tunis fondée en 18852.

3À partir d’une première collecte de matériaux faite à Tunis, je revisiterai la vie et l’œuvre de Tissot sans les démêler, pour essayer de trouver dans l’itinéraire de l’homme et de sa production ce qui les place dans leur temps. Au-delà de la liaison aujourd’hui largement démontrée entre colonisation et savoir, je chercherai à rattacher l’expérience de Tissot à l’évolution du savoir archéologique dans la deuxième moitié du XIXe siècle en France. À travers les étapes de son existence et les vies qu’il croise, imprégné par le bain intellectuel et scientifique qui l’entoure, Tissot apportera aux idées répandues et aux thèmes dominants de l’archéologie de son époque, sa part de démonstrations et de nouveautés.

L’ESQUISSE D’UNE PROSOPOGRAPHIE

4Extraits des différentes biographies citées, quelques éléments apportent de nouveaux éléments pour une approche prosopographique.

Une carrière de diplomate

  • 3 Il a eu son entrée dans le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, dans le Larousse du XXe siè (...)
  • 4 Il serait intéressant de repérer la date à laquelle il est écrémé des Who’s who de l’époque.
  • 5 Avec Valentine-Marie-Caroline Thomas.
  • 6 Outre celui de 1857 déjà connu, d’autres ont été retrouvés dans les archives du Ministère français (...)

5Sans procéder à la défense et illustration d’une célébrité éphémère3, j’essaierai de trouver dans les aspects connus de sa biographie les constituants de cette gloire aujourd’hui éteinte4, et d’identifier les étapes d’une carrière diplomatique laborieuse mais solide qui a abrité (ses biographes disent empêché) le plein déploiement de ses penchants artistiques et intellectuels. Né à Paris en 1828, Charles-Joseph Tissot fera ses études secondaires à Dijon. Licencié ès-lettres en 1850, il deviendra élève consul à Tunis en 1852. Il se mariera dans cette ville en 18545 et y apprendra l’arabe. De 1852 à 1859, son séjour dans la Régence sera entrecoupé de plusieurs voyages, les uns sur le territoire tunisien, les autres en France. Au cours de ces derniers, il noue des contacts scientifiques, prospecte pour ses recherches, consulte ou achète des ouvrages introuvables à Tunis. Sur le sud tunisien, où il s’est rendu plusieurs fois, Tissot rédigera plusieurs rapports6 et composera dessins et aquarelles.

6Après Tunis, sa carrière le mènera à Salonique comme consul (1859) puis à Andrinople (1860) ; de là, il sera nommé secrétaire d’ambassade à Constantinople puis au Vatican ; consul de première classe à Jassy en 1863, il retournera à Paris en 1866 en qualité de sous-directeur politique au ministère des Affaires étrangères ; il occupera ce poste jusqu’en 1871, date à laquelle il sera envoyé comme ministre plénipotentiaire au Maroc. En 1876, et avec le même titre, il est muté à Athènes jusqu’en 1879. En mai 1880, il est ambassadeur extraordinaire à Constantinople et achèvera sa carrière diplomatique à Londres où il passera deux ans (1882-1884) avant d’être remplacé par Waddington.

  • 7 Dans le rapport qu’il fait en mai 1853 de sa mission en compagnie du commandant Vallot, Tissot dit (...)
  • 8 Au cours de ce séjour, on lui annoncera la mort de son père.

7Malgré une santé fragile, Tissot mènera de front sa carrière diplomatique et sa passion archéologique dans la mesure des urgences et des buts qui lui sont assignés7. Après un exercice de sept ans en tant qu’élève consul à Tunis, et malgré plusieurs tentatives, il ne réussira pas à se faire renommer à Tunis ; il n’y effectuera plus que de courts séjours, comme celui de 1876 quand il revient comme chargé de mission scientifique8, et celui de juin 1879, qu’il se verra obligé d’écourter pour des ennuis de santé.

  • 9 De là, il dirigera la mission Poinssot-Cagnat. Voir la biographie de S. Reinach.

8À essayer de faire parler davantage cette énumération des postes où Tissot a exercé, on remarquera le spectre géographique que trace cette carrière diplomatique essentiellement méditerranéenne dont Paris est le centre. Les lieux parlent en effet d’eux-mêmes : Tunis, Andrinople, Constantinople, Rome, Athènes, Jassy, Tanger. Son dernier poste, Londres, sera un poste de « contrôle9 » tandis qu’Alger et Constantine sont des lieux très présents dans sa correspondance, son travail et les liens personnels qu’il a tissés.

Tissot et sa toile

9Les personnages qui apparaissent autour de Tissot suggèrent, non pas une mosaïque, mais plutôt une image de nœud (ou de toile d’araignée ?) dans laquelle des fils s’entremêlent en passant par lui. Tissot a entretenu en effet toutes sortes de relations avec différentes catégories d’acteurs, ses contemporains, amis, maîtres, collaborateurs, complices ou adversaires.

  • 10 Vice-consul de France à Sfax, il l’accueillera dans cette ville, lors de son séjour en 1879.
  • 11 Ambassadeur de France à Constantinople, au Vatican…

10Lié au personnel politique par sa fonction de diplomate, Tissot a eu des rapports privilégiés avec deux consuls généraux de Tunis : Il a été le secrétaire de Béclard (de 1853 à 1855) et de Roches (à partir de 1856) ; sans être aussi proche de Roustan, il apparaît en bonnes relations avec lui, tandis que Mattéi semble être de ses amis10. Avec de Lavalette11 l’expérience de secrétaire sera plus longue puisqu’il l’accompagnera comme secrétaire à Constantinople, à Andrinople et au Vatican.

11Parmi les hommes d’église, le plus illustre des personnages que côtoie Tissot est l’abbé Bourgade, aumônier de Saint Louis de Carthage qui lui fait partager sa passion archéologique.

12Mais peut-être les relations les plus déterminantes se trouvent-elles dans le milieu scientifique de Tissot. Parmi ceux qui ont joué le rôle d’initiateurs, son père Claude-Joseph (1801-1876), professeur de philosophie, traducteur de Kant et doyen de la faculté de Dijon, est probablement le premier. Ce savant, dont la renommée aurait été étouffée par celle, plus brillante et voyante de son contemporain et rival Victor Cousin, figure le savant français du XIXe siècle, formé aux humanités classiques et allemandes, mais qui a, en outre, étudié la théologie, la médecine, l’anthropologie… Dans ce milieu de naissance et de formation, et grâce à des amitiés protectrices, Tissot sera mis en relation par Émile Egger à la Bibliothèque nationale de Paris, avec l’historien et écrivain Ernest Renan (1823-1892) qui lui suggérera le sujet de sa thèse sur le lac Triton.

13Les bibliothécaires Louis Renier (qu’il a connu à La Sorbonne puis qui sera nommé à Alger), Adrien Berbrugger (dont la carrière archéologique et épigraphique se déroulera principalement à Alger et que Tissot cite souvent comme le savant bibliothécaire d’Alger), Auguste Cherbonneau (titulaire de la Chaire d’arabe à Constantine, directeur du collège d’arabe d’Alger, puis enseignant à l’École des langues orientales à Paris de 1879 à 1882) ont été des compagnons épistolaires très constants. Plus tard, Dumont et Foucart, directeurs de l’École française d’Athènes soutiendront le travail de Tissot, tandis que Pittakis, conservateur de l’Acropole d’Athènes lui communiquera des inscriptions grecques trouvées à Athènes.

  • 12 Il demandera entre autres à Tissot de guider et protéger (à Tunis ?) la mission de Johannes Schmidt
  • 13 « Les monuments mégalithiques et les populations blondes du Maroc », Revue d’anthropologie, no 3,18 (...)

14Des collaborateurs plus célèbres partageront avec Tissot des publications : les plus prestigieux sont Mommsen et Broca. Theodor Mommsen12 alimentera, par la correspondance soutenue qu’il entretenait avec Tissot entre 1880 et 1884, la mise en forme du Corpus des inscriptions latines de Wilmanns qu’il dirigeait ; le docteur Paul Broca, initiateur de l’anthropologie physique en France, fondateur de la Société, de la Revue et de l’École française d’Anthropologie, signera avec lui un article13.

15Tissot fréquentera le sculpteur Carpeaux dont il avait fait la connaissance à Rome, et avec qui il entretiendra des relations par la suite. Il aura quelques élèves fidèles : Cagnat et Poinssot travailleront sous sa direction, en 1882, quand ils feront notamment leur voyage à Tunis ; Salomon Reinach (1852-1932) qu’il rencontrera à Athènes en 1880 sera l’ami des dernières années et l’éditeur fidèle de ses travaux inaboutis ; il sera le secrétaire de la mission archéologique de Tunisie en 1883. Tissot aura des liens de collaboration scientifiques avec certains militaires en poste en Tunisie qui pratiquaient l’archéologie : le dr Dumartin, par exemple, lui communiquera des notes et renseignements sur Chemtou en 1879.

16En dehors de ces liens de soutien, de collaboration ou de compagnonnage, Tissot avait des adversaires dont le plus important était Pellissier (ancien consul général de France à Tunis), auteur d’une Description de la Régence de Tunis que Tissot critiquait pour son inadéquation à la réalité du terrain.

17Il manque à cette constellation de noms ceux des correspondants arabes que Tissot cite toujours en bloc, comme un corps homogène ou fantôme : les mamlouks, hanbas, interprètes qu’il côtoie pendant ses missions ne sont jamais nommés individuellement.

Profils

18Tous ces noms, obscurs ou non, sont autant d’éclairages sur un milieu et un homme. La prosopographie de ce milieu, moins éparpillé qu’on ne le croirait à première vue, révèle tout de même une division en noyaux distincts : en effet, dans cet entourage se dégagent plusieurs profils géographiquement mobiles (au gré des nominations et carrières), pour lesquels l’archéologie est une activité au statut encore flou. Comparer le portrait-robot de Tissot à celui des érudits coloniaux, explorateurs, découvreurs – plus ou moins connus que lui – mais qui ont contribué, de près ou de loin, tout au long du XIXe siècle à l’édification d’un courant de recherche et de connaissance sur l’Afrique du Nord en général (et la Tunisie en particulier), permet de dégager quelques traits forts :

19Tissot est d’abord un civil, par opposition à la grande masse des militaires – médecins ou pas – qui ont eu des destins, des passions d’archéologues ou un simple goût et plaisir dans la visite des sites anciens, la découverte des inscriptions…

20Il s’agit, plus précisément, d’un diplomate dont la carrière et les obligations professionnelles ont peut-être freiné la fécondité proprement scientifique, mais son cas s’apparente à d’autres exemples de diplomates-archéologues qui ont eu cette « double vie » : le Danois Falbe, l’Anglais Reed, le Français Pellissier…

  • 14 Si on le compare à l’archéologue-architecte Saladin par exemple.

21Enfin, Tissot est un latiniste doublé d’un arabisant et cette formation à la langue arabe modèlera son approche du monde antique et influencera considérablement son œuvre14.

22Biographie, réseau et profil de Tissot doivent être éclairés par un rappel du contexte intellectuel et scientifique environnant.

LE MILIEU INTELLECTUEL ET SCIENTIFIQUE DE TISSOT

23Décrire le contexte intellectuel et scientifique de la France du XIXe siècle passe par la distinction de trois ensembles : le premier est celui des vagues officielles d’exploration scientifique que la France entretient et développe depuis la fin du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe ; le second se lit dans le prolongement régional de ce phénomène à travers la multiplication des sociétés savantes ; le troisième est dans les disciplines qui se tissent, les savoirs qui se croisent dans le vaste bouillonnement du savoir humaniste tel qu’il évolue au XIXe siècle, parallèlement à l’exploration de territoires inconnus, la révélation de nouvelles limites du connu, l’apparition de nouveaux terrains d’étude.

Les vagues officielles d’exploration scientifique

  • 15 Elles ont alimenté pendant les années 1993 à 1995 un séminaire commun ehess/Paris 7 Jussieu, L’inve (...)

24Tout au long du XIXe siècle, la France instaure une véritable entreprise d’exploration autour de la Méditerranée. Les trois plus importantes, celles d’Égypte, de Morée et d’Algérie sont maintenant relativement connues15.

  • 16 Voir Daniel Nordman, Profils du Maghreb : frontières, figures et territoires (XVIII-XXe siècle), Ra (...)

25Avec les politiques et les militaires de son expédition, Napoléon Bonaparte a nommé en 1798 une Commission de 167 membres et créé l’Institut d’Égypte dès le débarquement des troupes françaises dans le but de propager dans ce pays les « Lumières », d’y procéder à un inventaire général, topographique, archéologique, statistique à communiquer au gouvernement français. Un des résultats de cette entreprise est la publication de La description de l’Égypte qui s’étalera sur la période de l’Empire et de la Restauration16.

  • 17 Bory-de-Saint Vincent (1178-1846) botaniste mais également historien, géographe, archéologue…

26La seconde exploration est celle de Morée qui suit, en 1829, l’indépendance de la Grèce et accompagne l’intervention militaire de la France dans ces contrées. Les travaux de cette expédition seront publiés très rapidement sous la houlette de Bory-de-Saint-Vincent17, trait d’union entre les trois grandes expéditions méditerranéennes de la France du XIXe siècle conquérant.

27La troisième, L’Exploration scientifique de l’Algérie, démarre en 1838 et sera conclue par une publication en série qui commence en 1840, et s’arrête au volume 37 alors qu’elle était destinée à être encore plus longue et volumineuse.

  • 18 K. Bendana, « Les missions scientifiques françaises en Tunisie dans la deuxième moitié du XIXe sièc (...)

28Ces trois expéditions ont posé des problèmes de tutelle très complexes perceptibles quand on en consulte les archives institutionnelles : entre les ministères de la Guerre et celui de l’Instruction publique, entre les avis scientifiques de l’Académie des inscriptions et belles-lettres et de l’Académie des sciences, des rivalités apparaissent, des blocages finissent par surgir, des projets avortent ou restent inachevés tandis que d’autres arrivent à voir le jour. Au milieu de cette confusion où se mêlent l’administration, la politique et la science, l’exploration de la Méditerranée est le fruit d’une volonté tenace qui s’exprime sur tout le siècle et les premières missions scientifiques sur la Tunisie se feront dans le cadre institutionnel et budgétaire de deux institutions : la Mission du Caire et l’Exploration scientifique de l’Algérie18.

Les sociétés savantes

  • 19 Voir Daniel Roche, Le siècle des Lumières en France (Académies et académiciens provinciaux, 1680-17 (...)
  • 20 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France (XIX-XXe siècles), P (...)
  • 21 Je viens de découvrir un texte à la fois léger et grave d’Arlette Farge « Des historiens Bouvard et (...)

29Un autre « étage » de cette construction de l’érudition est fait de la multiplication des sociétés savantes locales. Le phénomène n’est pas nouveau en France et les travaux de Daniel Roche donnent bien la mesure de la diffusion provinciale de la culture des Lumières19. Le XIXe siècle se caractérise par un grand développement de cette sociabilité érudite20 raillée avec esprit dans Bouvard et Pécuchet par Gustave Flaubert21. Avec la colonisation, cette vogue passe outre-Méditerranée, et d’abord en Algérie où naissent à partir de 1840 quelques sociétés éphémères ; petit à petit, des formules d’associations et de publications plus solides se maintiendront. Les plus célèbres et les plus durables seront la Société d’archéologie de Constantine qui publiera le Bulletin de la Société archéologique à partir de 1853 ; peu de temps après, la Société historique algérienne éditera à Alger, à partir de 1856 et sous les auspices du gouvernement général de l’Algérie la Revue africaine qui deviendra un véritable foyer intellectuel ; l’Académie d’Hippone naît en 1860 et fera paraître son premier bulletin en 1865. Toutes ces sociétés et leurs bulletins respectifs se font l’écho des recherches archéologiques, très en vogue. Pas encore décelable dans la Tunisie de Tissot (elle se fera après l’installation du Protectorat), cette sociabilité érudite régionale permettra la publication et la diffusion des premiers résultats de fouilles du diplomate. Grâce aux relations épistolaires et personnelles qu’il entretient avec le milieu des sociétés savantes d’Algérie où il est introduit par Cherbonneau (secrétaire de la Société d’archéologie de Constantine et de son bulletin), Tissot publiera notamment, et en premier lieu, dans le Bulletin de la Société archéologique de Constantine dont il est membre. Par la suite, et par l’intermédiaire d’Adrien Berbrugger, président de la Société historique d’Alger, il participera à la Revue africaine dont il deviendra également le correspondant à Tunis.

30Les intérêts scientifiques et politiques sont difficiles à démêler : au sein de ces sociétés, des administrateurs, des militaires, des enseignants, des bibliothécaires poursuivent des études, font des enquêtes, rendent compte de monuments, découvrent des sites, fondent des musées, publient des résultats de recherche.

Savoirs et disciplines

31Sur ce terrain ouvert à l’exploration militaire et scientifique, des sciences bougent, des disciplines se structurent, des Savoirs se constituent. Trois des domaines les plus dynamiques de l’époque intéressent notre propos : la botanique, la géographie, l’archéologie.

  • 22 D. Brahimi, Voyageurs français du xviiie siècle, Paris-Lille III, 1976. J.P. Peyssonnel, Voyage dan (...)

32La botanique est la discipline reine des trois expéditions dont nous avons parlé plus haut : le rôle de l’Académie des sciences et de Bory-de-Saint-Vincent explique certainement sa place privilégiée dans les programmes d’exploration ; en outre, elle se trouve en Afrique du Nord face à un réservoir riche et prometteur de nouvelles espèces. Depuis les grands voyageurs des XVIIe et XVIIIe siècles22, « une flore barbaresque » est en cours d’exploration.

  • 23 A. Fierro, La société géographique de Paris, Genève-Paris, Droz, Champion, 1983 ; Dominique Lejeune (...)
  • 24 Pour le territoire tunisien, ces questions ont été abordées à partir des archives coloniales dans l (...)

33Sur la géographie coloniale appliquée à l’Afrique du Nord, on a déjà beaucoup écrit23. De nombreuses études ont souligné la formidable capitalisation de connaissances due à la pénétration militaire des territoires, doublée, renforcée par un travail systématique de repérage, de localisation des lieux, de relevés cartographiques, de plans de villes et de villages. La carte et l’épée se sont conjuguées pour quadriller et maîtriser un espace de conquête. Les administrateurs civils ont enchaîné par une action législatrice et juridique24. Cette accumulation a servi à son tour, par son contenu et sa forme, à enrichir, faire évoluer, élaborer la science géographique générale.

  • 25 Paul-Albert Février, Approches du Maghreb romain. Pouvoirs, différences et conflits, Aix en Provenc (...)
  • 26 Idem, page 52.

34La mode de l’archéologie, passion intellectuelle née par le goût de quelques esprits cultivés et érudits, se répand et évolue depuis le XVIIIe siècle ; au cours du XIXe siècle, elle acquerra statut de science à la faveur des publications qui se multiplient ; les collectionneurs laissent de plus en plus la place à des savants attitrés qui déchiffrent des inscriptions, exhument des monuments et des sites ; des commissions obtiennent pouvoirs et crédits afin d’accomplir des expéditions ; des assemblées exposent, discutent des résultats de fouilles, planifient des campagnes. Retournant sur l’histoire du mouvement archéologique qui touche les découvertes du Maghreb romain25, P.A. Février évoque – notamment à travers le cas de l’Algérie – des questions très fécondes pour une histoire de l’érudition au Maghreb. Il présente Tissot comme « la synthèse rendue parfaite de tous ceux qui avaient travaillé en Tunisie dans les années qui ont précédé 188126 ».

35Quelle est donc la place de Tissot dans l’archéologie de son temps ? Située entre géographie et archéologie, l’œuvre de Tissot suggère quelques réflexions sur les interférences de l’époque : interférences entre les hommes, entre les disciplines, entre les idées et les méthodes.

IDÉES, USAGES ET THÈMES DOMINANTS DE SON TEMPS : PASSER DE L’AUTRE CÔTÉ DU MIROIR :

  • 27 Voir plus haut la note 7.
  • 28 Ici : accompagner une mission d’achat de chevaux pour le général Randon, gouverneur général de l’Al (...)

36Face à la littérature érudite de Tissot, il faudrait aller au-delà des analyses de discours usitées et des recoupements idéologiques qui ramènent à la même constatation réelle mais désormais faite : le savoir a accompagné, éclairé et servi la colonisation. Pour évaluer cette littérature de Tissot, il ne faut pas perdre de vue sa production de diplomate. On connaît certains de ses rapports de mission rédigés en Tunisie, et Tissot y fait parfois référence à ses promenades archéologiques27 : dans un rapport rédigé en 1853, publié dans Le Moniteur (universel ?) et attribué à Guérin ( !), on voit s’entremêler les prétextes officiels28, la curiosité d’un œil naïf, les jugements de valeur d’un voyageur étranger et la prospection archéologique.

37L’essentiel de l’œuvre imprimée est constituée par des articles parus, le temps de son séjour en Tunisie, dans différents bulletins et revues de sociétés savantes en Algérie ; le premier « Lettre sur les inscriptions de Bou Mediem (colonia Vallis) » sera publié en 1856 par les soins de Cherbonneau dans le Bulletin de la Société d’archéologie de Constantine ; suivront : « Lettre sur l’épitaphe d’un chevalier de Malte », « Note sur Borj El Arif »… la Revue africaine publiera des inscriptions sur El Jem, un chapitre détaché de sa thèse sur les routes romaines de la Byzacène, une notice sur Thuburbo Majus en 1857. En France, Tissot adressera ses premiers articles au Bulletin épigraphique de la Gaule, au Bulletin de la Société de géographie, et au Bulletin de correspondance hellénique. Dès sa nomination dans les postes diplomatiques en Europe, Tissot adressera ses travaux à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, à la Société de géographie puis à divers imprimeurs et éditeurs de renom : Imprimerie nationale, Delagrave… Plusieurs de ses communications à l’Académie des inscriptions et belles-lettres seront réimprimées dans les Archives des missions scientifiques.

  • 29 Des proxénies grecques et de leur analogie avec les institutions consulaires modernes, thèse pour l (...)

38En dehors de sa thèse principale, soutenue et publiée à Dijon29, Tissot investira le domaine de l’archéologie romaine qu’il enrichira de quatre ouvrages importants, dont deux posthumes :

  • Recherches sur la géographie comparée de la Maurétanie tingitane, 1877 ;

  • Le bassin du Bagrada et les voies romaines de Carthage à Hippone par Bulla Regia, 1881 ;

  • Les Fastes de la province romaine d’Afrique, 1885 ;

  • Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, 2 volumes, 1884-1891.

39Il ne m’appartient pas ici de faire une pesée de l’œuvre de Tissot ; je voudrais simplement la situer dans l’activité scientifique et d’édition de son temps, en esquisser quelques clés de lecture à travers sa formation et les pratiques répandues à l’époque dans le milieu des archéologues et dans le monde scientifique.

L’archéologie de terrain

  • 30 Shaw (1691-1794) ecclésiastique anglais, est l’auteur d’une relation de voyage parue en 1738 et tra (...)
  • 31 Lettre citée dans la préface de Salomon Reinach au deuxième volume de la Géographie comparée de la (...)

40À travers les bribes de correspondance rapportées par Salomon Reinach, on voit en Tissot un véritable défenseur de l’archéologie de terrain ; critiquant souvent les relations de voyage de Mannert, Shaw30 et Pellissier, Tissot apportera à son travail de prospection et de repérage la minutie et la précision dont il déplore l’absence dans les travaux de ses prédécesseurs : « Pellissier s’est littéralement moqué du public dans la partie archéologique de son travail : c’est révoltant d’absurdités et de contradictions. Mais il avait une mission du Gouvernement ! Quand mon travail ne serait qu’un erratum au livre de Pellissier imprimé à l’Imprimerie impériale, le Gouvernement se devrait à lui-même d’imprimer cet erratum comme une amende honorable au monde savant mystifié par M. Pellissier31. » L’ouvrage de Pellissier et Rémusat, paru en 1853 est le volume XVI de la série L’Exploration scientifique de l’Algérie ; traduction d’al Mu’nis d’Ibn Abi Dinar, il est en fait un ouvrage de « seconde main » et non le produit d’une prospection directe de terrain.

  • 32 « Ce qui me retient toujours (pour une nouvelle thèse sur la géographie comparée de la province d’A (...)

41Tissot est d’autant plus attaché à la pratique de la recherche des sites qu’il n’a pas eu la possibilité, à Tunis, d’être un archéologue de cabinet. Dans la correspondance citée par Reinach, Tissot se plaint souvent du manque de livres et de bibliothèques à Tunis32.

  • 33 Lettre de 1855 à son père : « J’aurai l’avantage d’avoir vu de mes yeux le pays presque fabuleux do (...)
  • 34 Lettre de 1857 à son père « Je suis en train de tirer les conséquences de ma découverte de Thurburb (...)

42Cette pratique du voyage archéologique33 et des fouilles lui vaudra la découverte de plusieurs sites, entre autres l’emplacement de la colonia Vallis à Sidi Medien en 1856 et celui de Thuburbo Majus en 185734. Son poste de ministre plénipotentiaire de France au Maroc entre 1872 et 1876 lui permettra de rassembler la matière de sa Géographie comparée de la Maurétanie tingitane qui paraîtra en 1877.

Un épigraphiste orientaliste

43Tissot était amateur de fouilles, certes, et ses talents de dessinateur et aquarelliste devaient contribuer à doubler ce penchant par le plaisir des relevés. Mais il était également lecteur attentif et assidu des textes anciens. Par sa formation classique, Tissot connaissait le grec et le latin ; il a pris des leçons d’arabe au cours de son séjour à Tunis. Par sa double formation de latiniste et d’arabisant, Tissot se rapproche de Cherbonneau qui a laissé une œuvre plus linguistique qu’archéologique. Épigraphiste passionné et précoce (si Ton en juge par l’avance de l’Allemagne sur la France dans le domaine des études épigraphistes), Tissot sera surtout un archéologue. Orienté et influencé par Renan dès le début de sa carrière tunisienne, il aura quelques émules, dont Cagnat qui fut, sous sa houlette, un épigraphiste consacré. Ses recherches sur l’épigraphie expliquent sa collaboration soutenue à la publication du Corpus inscriptionum latinarum de Wilmanns, dirigée par Mommsen et à laquelle il apportera une quantité d’enrichissements que Mommsen ne manquera pas de rappeler lors de la parution de l’ouvrage.

  • 35 Extrait des Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, (...)

44Quant à sa formation en arabe (dont il serait intéressant de préciser le degré et surtout les intermédiaires), elle lui aura permis de bénéficier d’une vision comparée dans ses études toponymiques et anthroponymiques. L’illustration la plus complète de ces méthodes se trouve dans le « tableau synoptique de la nomenclature grecque, romaine, berbère et arabe des différentes localités de la Tingitane « paru dans Recherches sur la géographie comparée de la Maurétanie tingitane35. D’après S. Reinach, Tissot aurait mis en chantier (pendant son séjour à Tanger ?), un projet de dictionnaire berbère-français, preuve supplémentaire de son intérêt pour les langues.

  • 36 P.A. Février, Approches du Maghreb romain, p. 29.
  • 37 De Tritoni lacu, Dijon, Rabutot, 1863.

45Archéologue, épigraphiste, latiniste, orientaliste, Tissot maîtrise de nombreuses disciplines dans le savoir qu’il met en œuvre à travers ses études. Par son ouverture à l’anthropologie (via son père et Paul Broca), Tissot a sans doute adhéré à ce « thème inlassablement repris par l’historiographie du XIXe et du XXe siècle, celui de la fixité des usages36 ». Quant à l’usage de la géographie, il faut signaler la nature obstinément cartographique de son travail archéologique : la carte de 1857 qui accompagne sa thèse « africaine37 » sera retouchée par ses soins. Nous sommes à une période où la géographie sort progressivement de son statut de science physique et se fait de plus en plus proche de l’histoire qu’elle soutient. L’expression même de « géographie comparée », titre de deux de ses ouvrages atteste de ce croisement.

46Combien a duré ce moment pendant lequel la géographie dit l’archéologie ? S’agit-il d’un simple usage transposé à partir d’autres branches de la connaissance (comme la « grammaire comparée » par exemple ?) ou bien d’une réminiscence des textes anciens dont Tissot se nourrissait ?

47La réponse n’apparaît pas encore. À Suivre…

Notes

1 La biographie de Tissot est aujourd’hui connue à travers trois notices principales que rappelle Numa Broc dans son Dictionnaire illustré des explorateurs et grands voyageurs français du XIXe siècle, tome 1, pages 311 et 312 : celle de Ch. Maunoir (Rapports annuels sur les progrès de la géographie, 1867, 1876,1892), de P. Lemosof (Le livre d’or de la géographie, 1902) et surtout les deux variantes que S. Reinach publie en introduction aux deux ouvrages posthumes de Tissot dont il a assuré la publication, Fastes de la province romaine d’Afrique (1885) et Géographie comparée de la province romaine d’Afrique (volume 2,1891).

2 Le fonds appartient aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Tunis.

3 Il a eu son entrée dans le Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, dans le Larousse du XXe siècle et dans quelques dictionnaires biographiques de la fin du XIXe siècle. Il apparaît pour la première fois dans L’illustration en 1884 dans une notice nécrologique en qualité d’ancien ambassadeur.

4 Il serait intéressant de repérer la date à laquelle il est écrémé des Who’s who de l’époque.

5 Avec Valentine-Marie-Caroline Thomas.

6 Outre celui de 1857 déjà connu, d’autres ont été retrouvés dans les archives du Ministère français des Affaires étrangères (Quai d’Orsay, Paris) et du Service historique de l’armée de Terre (Vincennes).

7 Dans le rapport qu’il fait en mai 1853 de sa mission en compagnie du commandant Vallot, Tissot dit bien qu’il ne peut tout faire à la fois : « Je n’ai pas eu du reste, L’occasion de visiter cette fabrique (de Tébourba) dans ce dernier voyage, et les détails fort incomplets que je viens de présenter ont été rencontrés en passant lors de la première excursion que j’ai faite à Tébourba et dont le but était entièrement archéologique » fol. 108, mémoire no 28, vol. 8, Série Mémoires et documents (Archives mae).

8 Au cours de ce séjour, on lui annoncera la mort de son père.

9 De là, il dirigera la mission Poinssot-Cagnat. Voir la biographie de S. Reinach.

10 Vice-consul de France à Sfax, il l’accueillera dans cette ville, lors de son séjour en 1879.

11 Ambassadeur de France à Constantinople, au Vatican…

12 Il demandera entre autres à Tissot de guider et protéger (à Tunis ?) la mission de Johannes Schmidt.

13 « Les monuments mégalithiques et les populations blondes du Maroc », Revue d’anthropologie, no 3,1876.

14 Si on le compare à l’archéologue-architecte Saladin par exemple.

15 Elles ont alimenté pendant les années 1993 à 1995 un séminaire commun ehess/Paris 7 Jussieu, L’invention scientifique de la Méditerranée, animé par M.N. Bourguet, B. Lepetit et D. Nordman ; les actes doivent paraître incessamment.

16 Voir Daniel Nordman, Profils du Maghreb : frontières, figures et territoires (XVIII-XXe siècle), Rabat, Faculté des lettres et sciences humaines, 1996, 258 p.

17 Bory-de-Saint Vincent (1178-1846) botaniste mais également historien, géographe, archéologue…

18 K. Bendana, « Les missions scientifiques françaises en Tunisie dans la deuxième moitié du XIXe siècle », Les cahiers de Tunisie, no 157-158, 1991, p. 197-207.

19 Voir Daniel Roche, Le siècle des Lumières en France (Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789), Paris, Mouton, 1978,2 vol., 394 & 520 p ; Idem, Gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Fayard, 1988, 393 p.

20 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France (XIX-XXe siècles), Paris, éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995, 270 p.

21 Je viens de découvrir un texte à la fois léger et grave d’Arlette Farge « Des historiens Bouvard et Pécuchet », dans Des lieux pour l’histoire, Le Seuil, 1997, p. 134-149 qui redonne à l’ouvrage toute sa valeur et son actualité pour une réflexion sur le métier d’historien.

22 D. Brahimi, Voyageurs français du xviiie siècle, Paris-Lille III, 1976. J.P. Peyssonnel, Voyage dans les Régences de Tunis et d’Alger présenté par L. Valensi, Paris, La découverte, 1987. Voir aussi la préface de Doûmet-Adanson au Catalogue des plantes vasculaires de Tunisie, 1896.

23 A. Fierro, La société géographique de Paris, Genève-Paris, Droz, Champion, 1983 ; Dominique Lejeune, « Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au xixe siècle », Paris, 1993, D. Nordman, op. cit.

24 Pour le territoire tunisien, ces questions ont été abordées à partir des archives coloniales dans les numéros 15 (« La Frontière »), 16 (« Les notices de tribus ») et 18 (« Sources pour une histoire des villes en Tunisie aux xixe et xxe siècles ») du bulletin Watha’iq, publié à Tunis par l’Institut supérieur d’histoire du Mouvement national, 1992-1993.

25 Paul-Albert Février, Approches du Maghreb romain. Pouvoirs, différences et conflits, Aix en Provence, Edisud, 1990, 2 vol., 2, 222 p. Voir notamment les chapitres 1 « les Étapes de la recherche. Colonisation et connaissance » ; et 2 « Les limites d’une approche, force et faiblesse des mots. »

26 Idem, page 52.

27 Voir plus haut la note 7.

28 Ici : accompagner une mission d’achat de chevaux pour le général Randon, gouverneur général de l’Algérie. Archives mae, série Correspondance politique, foi 79-80.

29 Des proxénies grecques et de leur analogie avec les institutions consulaires modernes, thèse pour le doctorat de lettres, Dijon, imprimerie Rabutot, 1863.

30 Shaw (1691-1794) ecclésiastique anglais, est l’auteur d’une relation de voyage parue en 1738 et traduite en 1743 à la Haye pour le lectorat français

31 Lettre citée dans la préface de Salomon Reinach au deuxième volume de la Géographie comparée de la province d’Afrique, page X.

32 « Ce qui me retient toujours (pour une nouvelle thèse sur la géographie comparée de la province d’Afrique) c’est le manque de livres ! Il me faudrait Strabon, Ptolémée, Pline, Méla, etc. Je crois que pour faire quelque chose de passable, je serai obligé d’attendre le moment où j’aurai pu me procurer une bibliothèque spéciale, et les loisirs de mon premier trou consulaire. Mais ce que je puis faire dès maintenant et ce que je fais autant que je peux, c’est de rassembler les matériaux que le pays seul peut me fournir », op. cit., page VI.

33 Lettre de 1855 à son père : « J’aurai l’avantage d’avoir vu de mes yeux le pays presque fabuleux dont il s’agit et de pouvoir rectifier ou confirmer les hypothèses de Shaw et de Mannert… » ; lettre de 1855, « J’avoue que je n’ai pas revu sans plaisir la plage de Carthage et les collines de Byrsa. Je les ai soigneusement dessinées ; cela me servira pour mon travail qui me trotte plus que jamais par la tête : il faudra bien qu’il en sorte », op. cit., page II.

34 Lettre de 1857 à son père « Je suis en train de tirer les conséquences de ma découverte de Thurburbo, et j’espère arriver à déterminer un certain nombre de stations intermédiaires entre ce point et Hadrumète. Mannert a pataugé, et pour cause, dans toute cette partie de la table de Peutinger. Il me faudrait une bonne édition des Itinéraires ; j’en suis réduit à travailler sur deux fragments que j’ai trouvés dans une vieille édition de Shaw… »

35 Extrait des Mémoires présentés par divers savants à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Paris, Imprimerie nationale, 1877.

36 P.A. Février, Approches du Maghreb romain, p. 29.

37 De Tritoni lacu, Dijon, Rabutot, 1863.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.