Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

Pionniers de l’archéologie punique

M’hamed H. Fantar

Texte intégral

1Parlant de la prestigieuse cité d’Élissa, Louis Bertrand, dont je ne partage pas les idées mais dont le style ne laisse pas indifférent, a écrit :

  • 1 Louis Bertrand, Les villes d’or, Paris, 1921, p. 89-90.

« Pour moi, je ne connais guère de pays plus émouvant que Carthage. Aux souvenirs immortels qui lui font une couronne de poésie, aux idées fécondes qu’elle suggère, aux principes d’action et aux directions qu’elle nous propose, s’ajoute l’enchantement de son paysage. C’est assurément l’un des plus beaux de la Méditerranée, celui peut-être qui a le plus grand style. À cause de toutes ces raisons, parce que c’est un lieu de grands souvenirs, un pèlerinage historique et un paysage incomparable, il faudrait déjà tenter de ressusciter Carthage1. »

  • 2 Pour ces formule voir Macrobe, Satires, III, 9, 7-11 : texte cité par S. Gsell, dans Histoire anci (...)

2En 146 avant J.C., la cité punique fut détruite par Scipion Émilien, qui appliquait ainsi la décision du Sénat romain dont l’exécution devait être précédée de pratiques religieuses : imprécations et formules propitiatoires adressées aux dieux et déesses des vaincus. Avant de faire son entrée à Carthage, au dire d’Appien, le consul romain aurait récité la prière rituelle2.

  • 3 Appien, Libyca, 127.

3Carthage brûla pendant dix-sept jours et dix-sept nuits ; Scipion en autorisa le pillage, ordonnant toutefois de mettre de côté, l’or, l’argent et les trésors des temples. Les villes grecques récupérèrent les objets précieux qui leur avaient été enlevés. Pourtant les soldats, ivres d’orgueil et de fatigue, outrepassèrent les ordres. Le consul dut intervenir pour arrêter ceux qui osèrent piller l’enceinte sacrée d’Apollon dont la statue était dorée et le temple couvert de feuilles d’or d’un poids de 1 000 talents, l’équivalent de 26 tonnes3.

4Pendant tout un siècle, le site de Carthage fut soumis à un pillage systématique. En 122 avant J.-C., Caius Gracchus, dans le cadre de sa politique sociale, voulut ressusciter le cadavre. Il fit centurier le sol afin d’y installer des colons ; mais le Sénat s’y opposa farouchement. Ce fut l’échec du projet. L’auteur de cette politique sociale paya de sa vie une réforme qui, jugée trop audacieuse et hostile aux intérêts de la classe sénatoriale, suscita la colère des dieux. En attendant, ceux qui avaient suivi le fondateur de la Colonia Iunonia Carthago ne devaient pas y séjourner sans en remuer le sol dans l’espoir d’y recueillir les trésors enfouis.

5Plus tard, les soldats de Pompée y débarquèrent pour combattre Domitius Ahenobarbus. On raconte alors une aventure plaisante. Quelques soldats semblent avoir déterré un trésor contenant beaucoup d’argent. La nouvelle répandue, tous les autres s’imaginèrent que l’endroit regorgeait de richesses. Pendant plusieurs jours, Pompée ne put rien faire de ses soldats, en quête de trésors ; il se promenait parmi eux, riant de les voir retourner la plaine. Mais désespérant de rien trouver et se jugeant assez punis de leur sottise, ils prièrent leur chef de les emmener où il voudrait.

6Fidèle à la mémoire de son père adoptif, Octave eut à cœur de reconstruire la vieille métropole. En 29 avant J.-C., il y fit installer trois mille colons. C’étaient des vétérans et des citoyens pauvres qui se joignirent aux descendants de ceux qui, jadis, avaient suivi C. Gracchus. Carthage fut alors baptisée Colonia Julia Concordia Karthago.

  • 4 Pline, Histoire naturelle, V, 24 ; Pour une confirmation archéologique, voir F. Rakob, cedac -Cart (...)
  • 5 S. Lancel, La colline de Byrsa à l’époque punique, Paris, 1983, p. 7.
  • 6 P. Gros, « Colline de Byrsa, : les vestiges romains », dans A. Ennabli (édit), Pour sauver Carthag (...)

7Aux dire de Pline, la nouvelle cité occupa l’emplacement de la métropole punique4. Les nouveaux édifices furent bâtis aux dépens de ses vestiges. La colline de Byrsa ne put leur échapper ; on l’écrêta pour faire, au prix d’énormes travaux de terrassement5, de remblai et de soutènement, une esplanade d’environ trois hectares, destinée à un projet édilitaire comportant un très grand forum, une basilique judiciaire, un capitole et d’autres édifices civils et religieux : temples et bibliothèques. Ce très grand projet édilitaire fixa le profil de la cité. Les fouilles entreprises par une mission française, dans le cadre de la Campagne internationale pour la sauvegarde de Carthage, ont permis d’en retrouver les traces et d’en reconnaître la magnificence6.

8Mais après le siècle des Vandales et le règne des Byzantins, Carthage fut de nouveau détruite. Les auteurs de cette autre destruction furent des Sémites, tout comme ses premiers fondateurs : c’était en 698. La prestigieuse cité redevint un désert. Pour ses restes, le destin fut implacable : leur magnificence attira des prédateurs autochtones et allogènes. Les auteurs arabes purent en admirer les merveilles monumentales. Voici un témoignage d’El-Bekri, un géographe arabe du IXe siècle :

  • 7 El-Bekri, Description de l’Afrique septentrionale (traduit par Mac Guckin de Slane), Paris, Adrien (...)

« Le monument le plus merveilleux de Carthadjenna, c’est la maison de divertissement, que l’on nomme aussi Thiater (théâtre). Elle se compose d’un cercle d’arcades soutenues par des colonnes et surmontées par d’autres arcades semblables à celles du premier rang. Sur les murs de cet édifice, on voit les images de tous les animaux et des gens qui s’adonnent aux métiers. On y distingue des figures qui représentent les vents : celui de l’orient a l’air souriant, celui de l’occident, un visage renfrogné. Le marbre est si abondant à Carthadjenna que si tous les habitants de l’Ifriqiya se rassemblaient pour en tirer les blocs et les transporter ailleurs, ils ne pourraient pas accomplir leur tâche… Sur le chapiteau d’une de ces colonnes, douze hommes pourraient s’asseoir, les jambes croisées, et avoir, au milieu d’eux, une table pour y manger ou pour y boire. Elles sont cannelées, blanches comme la neige et brillantes comme du cristal ; quelques unes restent encore debout, les autres sont tombées par terre7. »

9Au XIIe siècle, l’historiographie arabe était encore admirative des vestiges alors visibles sur le site de l’antique cité : El-Idrissi, historien et géographe de la cour de Roger II de Sicile écrivit :

  • 8 El-Idrissi, Description de l’Afrique et de l’Espagne (traduit par R. Doz et M.J. De Geoje), Leiden (...)

« Depuis l’époque de la chute de cette ville jusqu’à ce jour, on a continuellement pratiqué des fouilles dans ses débris et jusque sous les fondements de ses anciens édifices. On y a découvert des marbres de tant d’espèces différentes qu’il serait impossible de les décrire. Un témoin oculaire rapporte en avoir vu extraire des blocs de 40 empans de haut sur 7 de diamètre. Ces fouilles ne discontinuent pas ; les marbres sont transportés au loin dans tous les pays, et nul ne quitte Carthage sans en charger des quantités considérables sur des navires ou autrement ; c’est un fait très connu. On trouve quelquefois des colonnes en marbre de 40 empans de circonférence8. »

10À la fin du XIIIe siècle, le voyageur andalou Al-Abdari, originaire de Valence, exprima son admiration pour l’antique métropole en ces termes :

  • 9 Texte cité par Auguste Audollent, Carthage romaine, Paris, 1901, p. 802.

« Carthage a été, dit-on, une des villes les plus belles et les plus merveilleuses de la terre ; elle était décorée de monuments magnifiques, comme en témoignent les restes de l’aqueduc. Ses carrières sont renommées : de tout temps, on en a tiré du marbre pour toutes les cités d’Ifriqiya sans jamais les épuiser. Aujourd’hui Carthage est en ruines, il n’y demeure pas une âme. Les Tunisois vont s’y promener de temps à autre autant par curiosité que par dévotion9. »

11Après la croisade de saint Louis en Ifriqiya, Carthage devint une curiosité pour les voyageurs d’Occident, notamment à partir du XVIe siècle. Entre autres pèlerins venus de France, d’Italie, d’Allemagne, du Danemark, d’Angleterre, etc., il faut mentionner Léon l’Africain, Marmol, et d’autres, qui ne manquèrent pas d’exprimer leur déception devant la misère de la vieille cité, et la désolation de son site. On y voyait des jardins ; le sol était labouré, ce qui incita le voyageur Dan à réciter ce vers d’Ovide, poète latin du premier siècle après J.-C. : Iam seges est ubi Troia fuit.

12Au XVIIIe siècle et jusqu’au début du XIXe, des voyageurs curieux et intelligents s’intéressaient à Carthage, à son histoire, à sa topographie, à ses édifices, etc. ; mais ils se référaient essentiellement aux données de l’historiographie antique autant qu’on pouvait alors les maîtriser et en faire l’exégèse. Quelques observations in situ furent à l’origine d’hypothèses qui parurent, à l’époque, fort séduisantes sans éviter la controverse. À ce propos le cas des établissements portuaires est très signifiant : Pour Thomas Shaw, il fallait situer les ports de Carthage du côté de la Marsa. En 1807, Chateaubriand crut avoir résolu le problème :

  • 10 Marthe Conor, « Chateaubriand à Tunis », dans Revue tunisienne, 1918, p. 347.

« Vous apercevez au pied de ces débris un bassin de forme ronde, assez profond et qui communiquait autrefois avec la mer par un canal dont on voit encore la trace. Ce bassin doit être, selon moi, le cothon ou port intérieur de Carthage. À présent, nous connaissons les ports10. »

13L’intérêt que suscitait Carthage continuait de s’amplifier dans un contexte où la culture et le savoir pouvaient être mis au service de la politique. Dès lors, la connaissance du terrain s’avéra de plus en plus indispensable. Trois ans, après la prise d’Alger, Christian Teuxen Falbe, consul général du Danemark, proposa un plan de Carthage : c’était en 1833. Voilà un outil confectionné sur la base d’observations et de mensurations faites sur le terrain. Cette carte peut être à juste titre considérée comme l’acte de naissance de l’archéologie carthaginoise. Désormais des archéologues venaient résider sur le sol de la défunte métropole pour l’interroger et l’exploiter. On venait surtout de France et d’Angleterre, deux puissances coloniales qui se voulaient présentes sur une terre convoitée. Il y avait alors toute une foule de voyageurs et d’aventuriers de tout bord et de nationalités différentes qui s’intéressaient aux trésors de la Tunisie antique.

  • 11 P. Gandolphe, « Origines et débuts du Musée Lavigerie », Cahiers de Byrsa, II, 1952, p. 153.

14Deux ans après la parution de la carte de Falbe, Dureau de la Malle publia un ouvrage intitulé : Recherches sur la topographie de Carthage. Les événements se précipitaient ; le rythme était rapide. En 1837, à l’instigation de Dureau de la Malle, antiquaire averti, membre de l’Institut de France, fut créée une société pour l’exploration et les fouilles du sol de l’ancienne Carthage, près de Tunis (en Afrique). Les buts et les statuts de la société furent imprimés et diffusés à Paris sous forme de prospectus11.

15Fondée le 21 août 1837, la Société n’a pas réussi. Au terme de quatre mois de fouille, les résultats s’avérèrent décevants. Mais l’expérience ne manqua pas de susciter d’autres initiatives : le chapelain anglican de Tunis, Nathan Davis, put fouiller à Carthage pour le compte du British Museum de 1856 à 1858. Mais la France ne tarda pas à s’imposer sur le terrain.

16Nous avons choisi trois archéologues pour illustrer et évaluer les apports de cette présence française. Ces trois archéologues appartiennent à des horizons différents : un archéologue de métier, ancien élève de l’École française d’Athènes, secrétaire de l’Académie des beaux arts : il s’agit de Ch. E. Beulé. Le second fouilleur de Carthage était un diplomate : Evariste Pricot de Sainte-Marie, premier drogman au consulat général de France à Tunis. Notre troisième archéologue qui joua un rôle encore plus important, portait la soutane et le burnous des Pères Blancs : C’était le Révérend Père Adolphe-Louis Delattre.

CH. E. BEULÉ

17En 1859, Charles Ernest Beulé débarqua sur le sol de la Régence de Tunis avec l’intention d’y faire des fouilles qui mettraient au jour les vestiges de la très célèbre métropole africaine ; elle ne finissait pas de hanter les érudits, les hommes de lettres dont le plus illustre était, à coup sûr, le romancier Gustave Flaubert. À cette époque, on parlait de Carthage dans les cénacles des chercheurs comme dans les salons et les cafés littéraires. Archéologue déjà connu pour avoir été l’inventeur des Propylées sur l’Acropole d’Athènes, Ch. E. Beulé, vint donc en Tunisie avec l’intention de soulever le voile qui, depuis des siècles, couvrait le charme d’une cité orientale, la maintenant mystérieuse, insaisissable et quasi envoûtante. C’était le mythe et le thème du voile que Ton retrouve dans les préoccupations de l’auteur de Salammbô qui se laissa méduser par le voile de Tanit. Ch. E. Beulé voulut ausculter le cœur de la cité prestigieuse, en interpellant son acropole : Byrsa :

  • 12 Ch. E. Beulé, Fouilles à Carthage, Paris, 1861, p. 32.

« J’avais plus d’intérêt que personne à ne point me tromper sur l’emplacement de Byrsa, puisque j’arrivais avec le projet d’y entreprendre des fouilles. Non seulement j’ai examiné avec soin toutes les probabilités, j’ai même cherché quelles objections pourrait soulever le système qui identifiait Byrsa avec la colline de Saint-Louis12. »

  • 13 S. Lancel, Carthage, Paris, 1992, p. 462.
  • 14 Ch. E. Beulé, op. cit., p. 59.
  • 15 S. Gsell, op. cit., II„ p. 37.

18Les résultats de ses travaux ont été remarquablement résumés par Serge Lancel dans l’ouvrage qu’il a consacré à la métropole punique13. Ch. E. Beulé publia les résultats de ses explorations, et crut avoir mis au jour les restes de la muraille de Carthage14 ; il s’agit en fait de structures destinées au soutènement de la plate-forme ménagée au temps d’Auguste. Il faut renoncer à reconnaître une fortification punique dans une longue série de compartiments parallèles, arrondis au fond qui sont en réalité des soutènements de l’époque romaine15.

19Quoi qu’il en soit, Ch. E. Beulé avait pleinement conscience de la nécessité de poursuivre les fouilles à Carthage :

  • 16 Ch. E. Beulé, op. cit., p. 67-68.

« Le temps m’était compté à Carthage : je n’ai pu prolonger mes recherches autant que je l’aurais voulu. Bientôt j’irai les reprendre, et m’établir pendant quelques mois encore en Afrique ; mais je ne me dissimule point que les efforts d’un particulier, si persévérants qu’ils soient, ne peuvent obtenir que de modestes résultats. Il faut les ressources dont un gouvernement dispose : puisse l’exemple de l’Angleterre, qui vient d’enfouir une somme considérable dans le sol de Carthage, être tôt ou tard suivi ! Seulement, on devra adopter un système tout opposé au système de M. Davis, qui ne cherchait que des objets propres à orner le Musée britannique. Ce sont les monuments eux-mêmes, leurs ruines mutilées mais instructives, les traces de la vieille cité phénicienne, presque effacées et si précieuses, les splendeurs de la colonie romaine, que n’ont pu complètement détruire les dévastations de quinze siècles, c’est l’architecture, reflet fidèle de l’histoire d’un peuple, souvent aussi éloquente que ses souvenirs, qui doit être le but de fouilles désintéressées. J’appelle fouilles désintéressées celles qu’on entreprend, non pour rapporter des objets antiques dont la valeur excède facilement ce qu’on a dépensé, mais pour faire reparaître au jour une cité perdue, une civilisation oubliée, des édifices qui ne se peuvent transporter. Quel que soit le pays qui revendique un jour cette tâche, j’ai cru devoir consigner, à la fin du présent mémoire, des observations qu’une longue étude du sol m’a suggérées ; peut-être épargneront-elles aux futurs explorateurs des débuts pleins d’incertitudes et de déceptions. J’indiquerai les points de la topographie de Carthage qui me paraissent promettre aux fouilles d’intéressants résultats16. »

20Nous avons choisi de citer ce texte si long parce qu’il révèle la personnalité de l’archéologue pour qui la recherche scientifique et l’enrichissement du savoir doivent être les deux objectifs essentiels voire exclusifs. Il dénonce toute entreprise qui viserait des trouvailles destinées à enrichir des collections privées ou les trésors d’un musée d’État. Par ailleurs, reconnaissant ses limites, et la modicité des moyens qu’il pouvait investir, Ch. E. Beulé recommandait des fouilles désintéressées dont l’objectif serait une meilleure connaissance de la métropole africaine. La générosité du savant le conduisit à penser aux futurs explorateurs. Il s’engage à leur faciliter la tâche en leur évitant les écueils autant que possible.

  • 17 Ch. E. Beulé, op. cit, p. 97.
  • 18 Ch. E. Beulé, op. cit., p. 109.

21Ch. E. Beulé fouilla dans deux autres secteurs ; pour les ports, une autorisation lui fut accordée par les propriétaires des maisons bâties au bord de la mer17. Au cours de cette fouille, il signala, entre autres trouvailles, des tessons grecs, des monnaies, des éléments d’architecture18. Il dut également fouiller dans la nécropole de Gammarth. Voici son programme tel que présenté par lui-même : après avoir reproché à N. Davis sa quête exclusive des objets précieux, il écrit :

  • 19 Idem, op. cit., p. 121-122.

« M. Davis, qui a habité pendant deux ans le village de Qamart, a exploré un certain nombre de tombeaux. Comme il recherchait uniquement les objets précieux ou curieux qu’on avait dû enterrer avec les morts, il s’est contenté de faire vider les cases dont parle Falbe, où chaque corps était enfermé. Les caveaux eux-mêmes n’ont point été totalement déblayés, et la terre qui les comblait n’a été enlevée qu’autant que cela était nécessaire pour arriver jusqu’aux morts. Du reste M. Davis m’a dit que cette recherche avait été peu productive. La nécropole a été pillée par les Romains, par les Arabes, et l’on n’y trouve plus que quelques poteries grossières, et des monnaies frustes ou insignifiantes. Aussi, en entreprenant des fouilles, à mon tour, dans le même lieu, n’avais-je pas la prétention d’être plus heureux que M. Davis. Mon but n’était pas de découvrir des trésors, mais d’étudier l’architecture des tombeaux. Je m’inquiétais de trouver non pas de petits objets propres à être transportés, mais des caveaux assez bien conservés pour mériter d’être entièrement déblayés, puis dessinés. Il est un butin qui survit souvent aux dévastations, ce sont les documents scientifiques, les plans, les détails de construction, qui révèlent, à l’archéologie, les habitudes et les idées d’un peuple. Ce que j’apporte, c’est donc une étude méthodique de la nécropole des Carthaginois19. »

22En l’identifiant à la nécropole des Carthaginois, Ch. E. Beulé commit une erreur. En réalité, le Djebel Khaoui abritait des tombes juives. Quoi qu’il en soit, la fouille s’avéra féconde notamment pour la méthode et pour l’architecture tombale. En explorant la nécropole de Gammart, il savait déjà que les tombes n’étaient pas de nature à livrer des trésors, C’était vers leur architecture qu’il voulait diriger son attention d’archéologue et d’historien. Plus que de trouver des objets précieux, il espérait pouvoir mieux connaître les plans des tombeaux, les détails de leur construction et, peut être, leur parure afin d’enrichir le savoir sur les habitudes et les idées de leurs bâtisseurs. En Tunisie, Ch. E. Beulé se comporta en archéologue qui n’hésitait pas à dénoncer ceux qui venaient pour le pillage des biens culturels et la destruction de la mémoire des peuples.

23L’ouvrage se termine par cette réflexion :

  • 20 Idem, op. cit., p. 143.

« Qui sait si les Tunisiens les plus fanatiques (je m’empresse d’ajouter qu’ils le sont peu) ne descendent point des Carthaginois transformés par l’islamisme ? Quelquefois je m’arrêtais devant un Arabe qui détruisait un tombeau pour faire de la chaux. Je lui disais que ceux dont il violait le dernier asile étaient de la même race que lui, peut-être ses ancêtres. Il s’arrêtait, me regardait indécis, réfléchissait, puis me demandait si ces pères de ses pères connaissaient Mahomet et le vrai Dieu. Quand j’avais répondu qu’ils ne les connaissaient pas, il faisait entendre une exclamation gutturale, reprenait sa pioche, et continuait, d’un cœur tranquille, son œuvre de destruction20. »

ÉVARISTE PRICOT DE SAINTE-MARIE

  • 21 E.P. de Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 1.
  • 22 Idem, op. cit., p. 2-3.

24Avec ce beau témoignage, nous arrivons au second intervenant sur le sol de Carthage : il s’agit d’Évariste Pricot de Sainte-Marie qui débarqua à Tunis le 11 juin 1873, en qualité de premier drogman du consulat général de France. Je conçus tout de suite, écrit-il, le dessein de consacrer mes loisirs à la recherche de stèles puniques et néopuniques21. Il réussit très vite à séduire l’Académie des inscriptions et belles-lettres par l’envoi de textes dont l’intérêt ne pouvait pas échapper aux auteurs du Corpus Inscriptionum semiticarum dont E. Renan fut le principal promoteur. Encouragé, E. de Sainte-Marie s’attela à une enquête systématique auprès des consulats présents à Tunis et finit par solliciter une mission archéologique au profit du Corpus. Le 23 mars 1874, son vœu fut exaucé. Le ministre de l’Instruction publique et des Cultes mit à sa disposition la somme de 800 francs pour commencer les travaux22. Pour décrire l’épopée d’Évariste Pricot de Sainte-Marie, le mieux à faire serait de revenir à l’ouvrage qu’il a publié en 1884. Il y fit état de la dispersion du patrimoine archéologique de la Régence et des spéculations dont il faisait l’objet, tant auprès des nationaux qu’auprès des étrangers.

  • 23 Idem, op. cit., p. 28.

25Quant à ses propres investigations sur le terrain, elles démarrèrent après la moisson et plus précisément le 25 août 1874. Ce premier chantier fut établi entre la colline de Byrsa et la mer. Les résultats obtenus allèrent au-delà de ses vœux. En novembre 1874, la récolte atteignit le nombre de 700 stèles. Il les trouva utilisées comme matériaux de remploi pour la construction d’un édifice d’époque romaine. Afin de poursuivre ses fouilles, il reçut une seconde subvention de 1 500 francs, de la part du ministère de l’Instruction publique. C’était le 23 décembre 1874. Les fouilles furent reprises entre la colline Saint-Louis et la mer, en janvier 1875. Du 4 au 8 de ce mois, il retira 130 stèles dont deux ont été jugées très intéressantes : L’une représente un éléphant très bien dessiné et l’autre un prêtre offrant un sacrifice23.

26Au terme de l’année 1875, les stèles puniques recueillies atteignirent le nombre de 2170. Le terrain qui s’avéra le plus riche se trouvait au lieu dit Feddan el-Behim. Ce fut un apport considérable. De multiples dossiers relatifs à Carthage et à la civilisation punique continuent d’en tirer profit. Mais il s’agit d’une imagerie à décrypter et de textes à déchiffrer. Grâce au traitement de ces données, la porte de Carthage se fit plus accueillante. D’après Philippe Berger :

  • 24 E.P. De Sainte-Marie, op. cit. p. 86-97.

« Les ex-voto de Carthage ont, en effet, un double intérêt, archéologique et épigraphique ; ils portent des inscriptions et des images. Or ces images n’ont pas un simple attrait de curiosité ; elles ont une signification précise ; elles sont en quelque sorte un commentaire perpétuel des textes auxquels elles servent d’illustration ; elles représentent tantôt le métier de celui qui faisait l’offrande, tantôt l’offrande elle-même, tantôt un symbole purement religieux, de telle sorte qu’en les regardant on a sous les yeux tout l’intérieur d’un temple de Carthage avec ses vases, ses ustensiles sacrés, ses victimes et ses prières24. »

27La mission d’Évariste Pricot de Sainte-Marie à Carthage prit fin en décembre 1875. Il se rendit à Utique dans l’espoir de trouver soit une nécropole, soit l’emplacement d’un temple ou d’un monument renfermant, comme à Carthage des inscriptions votives. Le résultat fut décevant. Le 23 janvier 1876, le chantier fut clos. Entre temps, il y eut la catastrophe du Magenta qui, ayant à bord les caisses contenant, entre autres antiquités, deux mille quatre-vingt stèles puniques et néopuniques, explosa dans le port de Toulon, la nuit même de son arrivée, soit le 30 octobre 1875.

28Voilà, très succinctement, le résultat de la mission archéologique d’Évariste Pricot de Sainte-Marie. Pour ses liens avec ceux qu’il fréquentait dans les milieux francs (diplomates, prélats, aventuriers, commerçants, techniciens et autres), l’enquête reste à faire. Il en est de même pour les contacts qu’il entretenait avec les autochtones, qu’il s’agît des milieux dirigeants ou qu’il s’agît de simples sujets du Bey, ceux qu’il appelait « Arabes » et dont il dénonçait « l’incurie naturelle ». Il y a donc de très larges zones d’ombre qui nous dérobent le véritable portrait d’Évariste Pricot de Sainte-Marie. Mais l’ouvrage qu’il publia aide à révéler le pillage auquel le patrimoine archéologique de la Régence de Tunis était soumis.

ADOLPHE-LOUIS DELATTRE

29En 1875, Tannée de l’explosion du Magenta, Adolphe-Louis Delattre vint à Carthage pour une double mission à lui confiée par le cardinal Lavigerie : Tune était religieuse et l’autre avait un caractère scientifique : veiller sur les trésors cachés sous terre et travailler à les découvrir. Dignitaire de l’Église, homme de science et de culture, fin politique, le cardinal Lavigerie, archevêque d’Alger, était hanté par le nom de Carthage et son aura religieuse liée à des figures illustres comme celles de Tertullien – malgré ses incartades – des saintes Perpétue et Félicité, des saints Cyprien et Augustin, et de bien d’autres soldats de la foi chrétienne, morts pour l’unicité de Dieu. Mais Carthage était aussi la prestigieuse Cité d’Élissa dont les splendeurs étaient multiples, les trésors incomparables et les merveilles éblouissantes. Elle représentait la tentation d’un passé riche.

30Pour établir des liens utiles avec le pays et ses habitants, le Père Delattre comprit la nécessité d’apprendre la langue arabe et de se faire un capital de sympathie auprès de ceux qu’on appelait soit les indigènes soit les Arabes, deux ethnonymes aux connotations péjoratives. Le jeune missionnaire ne manqua pas de mettre à profit les expériences de ses prédécesseurs, qu’ils fussent français ou étrangers. Mais il dut cibler ses explorations sur le terrain, décidant, sans doute avec la bénédiction du Cardinal, de focaliser ses recherches et ses fouilles sur la Carthage punique et la Carthage chrétienne. Les ruines de l’amphithéâtre semblent avoir été choisies pour ses premières explorations. C’est là qu’en 1930 se déroulèrent les cérémonies du Congrès eucharistique. Les instances de l’Église, en accord avec les autorités du Protectorat, les voulurent grandioses, faisant fi de ce qui risquerait de choquer les susceptibilités et de provoquer des réactions hostiles à la présence française. Ils avaient, pensaient-ils, les moyens de les neutraliser.

  • 25 Le cardinal Lavigerie, De l’utilité d’une mission archéologique permanente à Carthage, Alger, 1881 (...)

31Mais revenons aux activités archéologiques du Père Delattre qui avait une véritable passion pour la Carthage punique. Le 7 avril 1878, il découvrit sur la colline dite de Junon les premiers tombeaux de ceux qui avaient animé Carthage avant sa destruction par les Romains en 146 avant J.-C. Contrairement aux tombes découvertes en 1866, celles qui furent mises au jour en présence du Père Delattre conservaient leur contenu qu’on pouvait interroger en vue de mieux connaître Carthage et sa civilisation : un autre pan du voile était alors soulevé. Les morts allaient être mis sur la sellette ; on s’efforçait de recueillir leur déposition dans l’espoir de mieux saisir les vivants. Cette première tombe que la pioche du Père Delattre remit à la lumière se trouvait, à une profondeur de six mètres, près d’un édifice antique dans lequel, à l’époque, on reconnaissait le temple de Junon céleste. Quant à la sépulture punique mise au jour, elle se composait d’énormes pierres, mesurant près de trois mètres de longueur, et d’une épaisseur proportionnée. Elles n’étaient reliées entre elles par aucun mortier, par aucun ciment. De l’intérieur, près des ossements qui tombèrent aussitôt en poussière, il exhuma un riche mobilier funéraire qui fut remis au musée de l’époque25.

32Pour mener à bien sa mission archéologique, le Père Delattre avait senti le besoin impérieux d’une bibliothèque et de terrains disponibles où il pouvait travailler en toute quiétude. Pour la bibliothèque, elle ne cessa de s’enrichir depuis son arrivée à Carthage, par des achats personnels et par des dons, comme celui qu’elle reçut du ministère de l’Instruction publique. C’était au mois de juin 1876.

33Quant aux terrains à explorer, le missionnaire ne tarda pas à établir des contacts en vue de faire l’acquisition de ceux où des fouilles pourraient se dérouler en dehors de toute contrainte. Dès lors, il acquit la réputation méritée d’être l’un des plus grands pionniers de l’archéologie punique, sans doute même le plus grand. Des milliers de tombes ont été mises au jour ; il en découvrit partout ; la moisson était fabuleuse. Quelles que soient les critiques que la méthode et la manière de traiter les vestiges exhumés risquent de soulever, nul ne saurait méconnaître les apports considérables de ses travaux, et nul ne saurait mettre en doute son amour pour Carthage. Certes, il l’aima, mais à sa manière et dans un contexte auquel il ne pouvait échapper.

34Voilà donc trois pionniers de l’archéologie punique de souches différentes ; à Carthage, ils eurent des préoccupations différentes mais complémentaires. Charles Ernest Beulé appartenait au monde des universitaires. Il en avait la rigueur scientifique, l’humanisme et l’ouverture d’esprit. Ses travaux ont touché essentiellement le monde des vivants ; il voulut mieux connaître la ville de Carthage, ses murailles et ses établissements portuaires. Les résultats de ses investigations furent en-deçà de ses ambitions ; on sut plus tard qu’il n’avait pas évité certains écueils. Mais l’erreur est humaine.

35Évariste Pricot de Sainte-Marie semble avoir eu sa passion pour Carthage à la suite de sa nomination en qualité de premier drogman au consulat général de France à Tunis. Le diplomate avait des loisirs ; il put en disposer en travaillant à la recherche des stèles puniques. Il sentit alors l’intérêt et la fécondité de ce créneau ; ce faisant, il toucha le monde des dieux : les stèles, découvertes à Feddan el-Behim, ont livré une masse d’informations sur la religion carthaginoise. Les données épigraphiques et iconographiques concernent les principales divinités de Carthage, notamment le seigneur Baal Hammon et la dame Tanit « face de Baal ».

36Dès son arrivée à Carthage A.L. Delattre, le jeune Père Blanc, devait pouvoir prendre connaissance des travaux effectués par le premier drogman du consulat général de France à Tunis. Il y reconnut un prédécesseur dont l’expérience archéologique devait être prise en compte. Des liens d’amitié et d’estime réciproques s’établirent entre les deux hommes.

37Quant aux recherches du Père Delattre en matière d’archéologie punique, elles ouvrirent l’accès au monde des morts : le résultat en fut une masse de données sur l’emplacement des tombes, leur typologie, les modes de sépulture, le mobilier funéraire dont les composantes pouvaient fournir des informations sur les activités artisanales, les goûts, les relations avec les autres pays méditerranéens comme la Grèce, l’Étrurie, l’Égypte, l’Espagne, etc.

38En outre le matériel découvert dans les sépultures suscite des interrogations sur l’au-delà.

39Sans concertation préalable, ces trois pionniers de l’archéologie punique, réussirent à fixer leurs objectifs de manière à couvrir les trois principaux secteurs de la civilisation de Carthage : le monde des vivants, le monde des dieux et le monde des morts.

Notes

1 Louis Bertrand, Les villes d’or, Paris, 1921, p. 89-90.

2 Pour ces formule voir Macrobe, Satires, III, 9, 7-11 : texte cité par S. Gsell, dans Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, 1913-1928, III, p. 395-396.

3 Appien, Libyca, 127.

4 Pline, Histoire naturelle, V, 24 ; Pour une confirmation archéologique, voir F. Rakob, cedac -Carthage, 5 juin 1983, p. 13.

5 S. Lancel, La colline de Byrsa à l’époque punique, Paris, 1983, p. 7.

6 P. Gros, « Colline de Byrsa, : les vestiges romains », dans A. Ennabli (édit), Pour sauver Carthage, unesco-inaa, 1992, p. 99-103.

7 El-Bekri, Description de l’Afrique septentrionale (traduit par Mac Guckin de Slane), Paris, Adrien-Maisonneuve, 1965, p. 93-94.

8 El-Idrissi, Description de l’Afrique et de l’Espagne (traduit par R. Doz et M.J. De Geoje), Leiden, 1968, p. 133.

9 Texte cité par Auguste Audollent, Carthage romaine, Paris, 1901, p. 802.

10 Marthe Conor, « Chateaubriand à Tunis », dans Revue tunisienne, 1918, p. 347.

11 P. Gandolphe, « Origines et débuts du Musée Lavigerie », Cahiers de Byrsa, II, 1952, p. 153.

12 Ch. E. Beulé, Fouilles à Carthage, Paris, 1861, p. 32.

13 S. Lancel, Carthage, Paris, 1992, p. 462.

14 Ch. E. Beulé, op. cit., p. 59.

15 S. Gsell, op. cit., II„ p. 37.

16 Ch. E. Beulé, op. cit., p. 67-68.

17 Ch. E. Beulé, op. cit, p. 97.

18 Ch. E. Beulé, op. cit., p. 109.

19 Idem, op. cit., p. 121-122.

20 Idem, op. cit., p. 143.

21 E.P. de Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 1.

22 Idem, op. cit., p. 2-3.

23 Idem, op. cit., p. 28.

24 E.P. De Sainte-Marie, op. cit. p. 86-97.

25 Le cardinal Lavigerie, De l’utilité d’une mission archéologique permanente à Carthage, Alger, 1881, p. 27. Pour le R.P. Delattre voir E. et J. Gran Aymerich, « Les grands archéologues : A.l. Delattre », dans Archeologia, no 208, déc. 1985, p. 74-80.

Auteur

INAA, Tunis

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search