Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

L’amphithéâtre et le site d’El Jem vus par les voyageurs des siècles derniers

Hedi Slim

Texte intégral

  • 1 Abu Ubayd Al Bekri rédigea vers le milieu du XIe siède (1068) un ouvrage sur l’Ifriqiya d’une ines (...)

1Considéré de tout temps comme le monument le plus imposant de l’Afrique antique et comme la marque distinctive de la Tunisie romaine, l’amphithéâtre d’El Jem a suscité la curiosité des auteurs arabes du Moyen Age et attiré l’attention des explorateurs et des voyageurs éclairés des temps modernes. Al Bekri au XIe siècle, Al Abdery au XIIIe et Tijani au XIVe siècle1 avaient déjà décrit ce monument pour lequel ils éprouvaient une vive admiration. Al Abdery écrivait :

  • 2 Al Abdery (op. cit., p. 237-238).

« Jamais mon regard ne s’est posé sur une construction plus grandiose ni plus étonnante2. »

  • 3 Mohamed N. Mohamed Alandaloussi Al Wazir Al Sarray, Al Hulal Al Sundussia Fi Al Akhbar Attounoussi (...)
  • 4 Ch. Monchicourt, « Le voyageur de Kairouan au Kef et à Dougga », Revue tunisienne XXIII, 1916, p.  (...)

2On croyait que les premiers Européens à avoir visité cet amphithéâtre et à l’avoir décrit étaient le Français Peyssonnel et l’Anglais Shaw, mais des documents assez récemment connus montrent que le prêtre espagnol Gimenez ou Ximenes les avait précédés de peu. Ce moine espagnol a fait de longs séjours en Tunisie au début du XVIIIe siècle pour le rachat des captifs chrétiens. Ses manuscrits Diario de Tunez et Historia del Reino de Tunez, inédits en grande partie, contiennent sûrement une description du colisée d’El Jem comme le prouve un manuscrit arabe du XVIIIe siècle d’Al Wazei Al Sarraj récemment édité3. Il est possible que Shaw et surtout Peyssonnel se soient inspirés de ses descriptions comme l’a déjà suggéré Charles Monchicourt en 1916 et comme l’a bien montré Noël Duval pour Sbeïtla, il y a quelques années4.

  • 5 S. Bono, Ricerche Scientifiche ed archéologiche nella Tunisia del XVII secolo, Levante XI, no 3-4, (...)

3Cependant il est probable que ces trois précurseurs ont eu un devancier en la personne de l’italien Giovanni Pagni. Ce médecin et archéologue pisan, qui a résidé auprès de la cour beylicale de Tunis durant une année d’avril 1667 à avril 1668, a écrit à Fabrizio Cecini, secrétaire du cardinal Léopoldo De Medicis, des lettres contenant d’intéressantes informations sur la Tunisie du XVIIe siècle5. Or Pagni avant de quitter le pays voulait voir un amphithéâtre « décrit par les Turcs et les Maures comme étant très beau » et dont il désirait prendre les mesures.

4Cet amphithéâtre ne pouvait être que le colisée d’El Jem. Si l’éventuelle notice qu’il avait pu consacrer au monument n’a pas encore été éditée, sauf erreur de notre part, elle pourrait l’être un jour et fournir de précieux renseignements sur le monument.

5En attendant, les seules descriptions connues et qui datent du XVIIe siècle sont celles de Peyssonnel, de Shaw, de Bruce et de Desfontaines.

  • 6 Jean André Peyssonnel, auteur de lettres publiées par Dureau de La Malle dans Voyages dans les Rég (...)

6C’est le 14 juin 1724 que Jean André Peyssonnel se rend à El Jem qu’il identifie certes à Thysdrus, mais qu’il affuble du nom bizarre d’Augen et qu’il qualifie de mauvais village6. Son but était de voir l’amphithéâtre et de prendre ses dimensions. La description qu’il en donne ne manque ni de confusion, ni d’erreurs d’observation. On a nettement l’impression qu’il n’a même pas regardé le monument de près puisqu’il lui attribue 60 arcades au lieu de 64, ce qui pourrait à la rigueur se justifier par la destruction de 4 de ces arcades par les troupes de Mohamed Bey en 1695 à la suite d’une insurrection locale au cours de laquelle l’amphithéâtre a servi de forteresse aux insurgés, mais il faut reconnaître que d’autres voyageurs de la même époque ont fait preuve de plus de perspicacité dans l’observation. En outre il déclare que les demi-colonnes entre les arcades sont de style corinthien alors qu’elles sont corinthiennes au premier et au troisième étages et composites au second. À l’intérieur il réduit l’arène à « une place ovale de 70 pas de long et 40 de large » au milieu de laquelle il voit un puits. Quant aux portes servant d’accès à la procession aux extrémités du grand axe orienté ouest-est, il les place « l’une au nord, l’autre au midi » pour employer ses propres expressions. Puis évoquant les deux brèches qui défigurent encore de nos jours quelque peu le monument, il en place une au nord, ce qui est juste et l’autre au midi ce qui est faux puisqu’elle est à l’ouest. En revanche, il est le seul parmi les auteurs du XVIIIe siècle à citer et à décrire cette brèche septentrionale. Il le fait en ces termes :

« Il y a une grande brèche de tout l’édifice : la porte d’entrée du midi (sic) est entièrement détruite ; il y a même une grande brèche qui a 25 pas, l’on avait commencé d’en faire une de même du coté nord mais on n’a détruit que la façade. Ces deux brèches furent faites par ordre de Mohamed Bey, il y a une trentaine d’années (soit en 1695) ».

7Il précise enfin que les degrés, c’est-à-dire les gradins, sont tous ruinés, de même que la plupart des voûtes. En même temps il observe la présence de deux clefs de voûte sculptées, l’une d’un buste de femme et l’autre d’une tête de lion, au rez-de-chaussée « du côté du couchant » précise-t-il, cette fois sans erreur d’orientation.

8Du site lui-même, il ne dit pas grand chose, sauf qu’on peut voir « diverses ruines », sans autre précision topographique ou archéologique, et qui lui paraissent avoir appartenu à quelque superbe ville. « On y voit, ajoute-t-il, diverses statues de marbre mutilées par les Turcs qui ne peuvent souffrir aucune figure humaine » par principe religieux. Puis il termine en disant que les habitants du village qui le virent prendre des mesures et des notes en prirent ombrage, s’assemblèrent autour de lui et commencèrent à murmurer, l’obligeant ainsi à renoncer à examiner à fond les ruines autour de l’édifice.

9En définitive il est surtout intéressant de retenir que l’auteur, contrairement à ses successeurs du siècle suivant, n’évoque ni pillage de pierres et utilisation de l’amphithéâtre comme carrière, ni ruée de marchands proposant des objets antiques aux visiteurs. Ce fait vient s’ajouter à l’hostilité perçue chez les habitants par Peyssonnel pour montrer que ceux-ci ne sont pas encore habitués à la visite de voyageurs étrangers.

  • 7 Thomas Shaw, Travels or observations relating to several parts of Barbary and the Levant, Londres, (...)

10Le successeur de Peyssonnel sur le site d’El Jem est l’anglais Thomas Shaw7. Chapelain de la Factorerie Anglaise d’Alger de 1720 à 1732, celui-ci aurait visité la Tunisie en 1727. Contrairement à Peyssonnel, il repère les 64 arcades par niveau en façade, observe que l’attique est en grande partie en ruines, note la disparition des 4 arcades détruites par Mohamed Bey sur toute la hauteur de l’édifice mais ajoute, très curieusement, qu’à l’intérieur les supports des gradins, les galeries et les vomitoires sont intacts et voit, comme Peyssonnel, au centre de l’arène une sorte de fosse profonde ou de puits où, précise-t-il, devait être fixé le pilier supportant le velum. En ce qui concerne la période de construction de l’amphithéâtre, après avoir pensé la rattacher aux Antonins, il opte pour Gordien 1er qui aurait doté, par reconnaissance, la ville qui l’avait promu empereur d’un grandiose édifice de prestige. À cet égard il évoque l’existence, d’une médaille de Gordien III dont le revers est orné d’un amphithéâtre. Mais on doute fort que ce soit celui de Thysdrus car ce même empereur a précisément restauré le colisée de Rome et a voulu, sans doute, commémorer cet événement. Au total la relation de Shaw est particulièrement courte et n’apporte pas grand chose de nouveau.

  • 8 Voir notamment p. 154-162, et Revue africaine, 22e année, no 132, novembre 1878, p. 414 et 421.

11Le troisième visiteur d’El Jem est Bruce, consul d’Angleterre à Alger. Noël Duval le présente comme un dessinateur de talent et un excellent observateur. Il semble qu’il se soit rendu sur le site en 1765. Ses notes ont été analysées et une partie de ses dessins publiés par le lieutenant-colonel R. L. Playfair dans son ouvrage Travels in the footsteps of Bruce in Algéria and Tunis, Londres, 18778. Playfair évoque les différents relevés, plans et croquis de Bruce qui sont déposés à la King’s collection, les qualifie d’incomplets et juge que le seul dessin complet est celui du rez-de-chaussée, dont il illustre son ouvrage. À part cela, Bruce n’apporte rien de nouveau par rapport à ses prédécesseurs.

  • 9 Dureau de la Malle op. cit., tome II, p. 118-122..

12Le dernier voyageur connu pour avoir rendu visite à El Jem en 1874, est le naturaliste français René Louiche Desfontaines qui a accompagné le camp du Bey jusque dans le Djérid pendant l’hiver 1773-17849. Contrairement à Peyssonnel, il écrit correctement El Jem (avec toutefois un G au lieu du Dj. ou J. traditionnels et déclare que le village est considérable et qu’on y voit « un bel amphithéâtre qui subsiste presque dans son entier ». Mais il reproduit l’erreur de Peyssonnel en lui attribuant 60 arcades par étage, y compris l’attique. Il commet également la même erreur que Shaw en avançant qu’au centre de l’arène il y avait un grand trou maçonné circulairement pour soutenir le pied du velum. Il se trompe enfin en plaçant les ruines de l’ancienne cité à une lieue de l’amphithéâtre et dit que tous les édifices ont été entièrement détruits. Mais il fournit d’intéressants renseignements en révélant l’apparition et le développement d’un trafic d’antiquités. Après avoir déclaré qu’on trouve à El Jem des médailles et des antiques, il précise que des Anglais avaient enlevé anciennement de très belles statues de marbre et que lui-même a acheté une petite tête de Diane en marbre blanc. Il est enfin le premier à signaler l’existence à El Jem d’une importante production de salpêtre qu’on retirait des terres des environs, lesquelles pouvaient livrer jusqu’à 18 livres par quintal. L’auteur décrit de manière assez détaillée le procédé utilisé pour l’extraction de ce salpêtre qui servait à fabriquer de la poudre de canon dont la qualité est moins bonne que celle d’Europe, nous précise-t-il.

13En définitive on peut estimer que les descriptions de l’amphithéâtre d’El Jem faites par les voyageurs du XVIIIe siècle sont relativement courtes ou très courtes, qu’elles sont émaillées d’erreurs, mais qu’elles contiennent des informations utiles qu’on peut exploiter – non sans prudence, comme on l’a vu – pour mieux connaître l’état de conservation de l’édifice à l’époque. En dehors de ce monument, force est de constater que le site n’a pratiquement pas été exploré. Son existence et à plus forte raison son importance sont à peine soupçonnées. Les rapports entre voyageurs et habitants du village sont trop rapidement esquissés, soit pour souligner leur caractère plus ou moins hostile, soit à l’occasion de ventes d’objets antiques, phénomène qui ne semble pas avoir pris beaucoup d’ampleur à cette époque. Mais ce sont là des points de repères intéressants pour mieux saisir l’évolution qui interviendra par la suite.

  • 10 Revue archéologique, IXe année, première partie, du 15 avril au 15 septembre 1852, p. 87-91.
  • 11 Op. cit., p. 89-90.

14En effet, tout au long du XIXe siècle les données vont changer d’une manière tout à fait notable. À l’origine du changement, on peut évoquer plusieurs facteurs parmi lesquels il suffit de citer l’ouverture de plus en plus grande du pays aux étrangers pour des raisons multiples à la fois économiques, culturelles et politiques ; les progrès importants accomplis dans le domaine des moyens de communication ; le développement considérable de la curiosité scientifique et du goût des voyages et de la découverte. Toujours est-il qu’aux quatre voyageurs du XVIIIe siècle, succèdent au XIXe des dizaines et des dizaines d’autres qui viennent des horizons les plus divers. Ce ne sont plus seulement des prêtres ou des consuls en mission dans le pays ou dans la région qui sont concernés mais de plus en plus des médecins, des militaires, surtout anglais avant le Protectorat et français après, des architectes, des archéologues et des « voyageurs touristes » pour reprendre l’expression de l’un d’entre eux - qui s’intéressent au pays et à ses vestiges et qui lui consacrent de très nombreux ouvrages. Les plus importants parmi ces voyageurs jouissaient du soutien et de la faveur des beys. C’est ainsi qu’Aimé Rochas, auteur d’une Excursion à Carthage et à l’amphithéâtre d’El Jem paru dans la Revue archéologique de 185210 dit avoir obtenu un firman du Bey, c’est-à-dire un ordre ou un permis ordonnant à tous les sujets de la Régence d’accorder à celui qui en est porteur la plus large hospitalité possible : ainsi le voyageur avec sa suite a droit au gîte et à la ration pour tous les animaux qui composent sa caravane. Il pourrait même, ajoute l’auteur, exiger des vivres pour tout son monde et certains ne manquaient pas d’en abuser11. Aussi, en dépit d’un sens développé de l’hospitalité, les cheikhs, voyaient-ils parfois avec appréhension arriver ces hôtes imposés par l’autorité centrale.

  • 12 J.J. Marcel, Histoire de Tunis, précédé d’une Description de la Régence de Tunis par le dr. Louis (...)
  • 13 Excursions in the Mediterranean Algiers and Tunis, Londres, 1835, chap. V, p. 148-155.
  • 14 Cf. supra p. 486 et note 8.
  • 15 Algeria and Tunis, Londres, 1846, p. 116-123.
  • 16 Chroniques, lettres et journal de voyage extrait des papiers d’un défunt, tome II, Paris, 1837, p. (...)
  • 17 « Description de la Régence de Tunis » dans la collection Exploration scientifique de l’Algérie, t (...)
  • 18 Notice sur la Régence de Tunis, Genève 1858 p. 118-119, nouvelle édition de la Société tunisienne (...)
  • 19 Géographe comparée de la province romaine d’Afrique, tome II, publiée par S. Reinach, Paris, 1888, (...)
  • 20 Ruined cities within Numidian and Carthaginian Territories, Londres, 1862, p. 288-293.
  • 21 Voyages archéologiques dans la Régence de Tunis, Paris, 1862, p. 90-100.
  • 22 Voir L. Canina : « Anfiteatro di Tisdro », Annali dell’Istituto di Correspondenza Archéologica, C. (...)
  • 23 « Les ruines de Thysdrus et le village d’El-Djem », Revue de géographie, t. X, janvier-juin 1882, (...)
  • 24 Cet auteur a raconté comment les habitants d’El Jem, ayant appris par son guide qu’il était à la r (...)

15Il est impossible dans le cadre de cet exposé de passer en revue tous ceux qui ont consacré des notices plus ou moins longues et plus ou moins intéressantes à l’amphithéâtre et au site d’El Jem. Nous nous contenterons de citer brièvement les plus importants parmi eux en indiquant la date à laquelle ils ont accompli leur visite : le docteur Frank, médecin du Bey (1802-1806)12 ; les lieutenants-colonels Sir Grenville Temple (1833)13 et Playfair (1876)14 le capitaine Clark-Kennedy (1846)15 ; le prince Puckler Muskau (1835), aristocrate romantique et désabusé qui se faisait appeler Semilasso16 ; Pélissier, vice-consul à Sousse (1843-1846)17 ; Henri Dunant (1858), le fondateur de la Croix Rouge18 ; Charles Tissot (1857), élève consul à Tunis19 ; Davis (1860), amateur d’archéologie et de voyage qui a fouillé à Utique et à Carthage sous l’égide et pour le compte du British Museum20 ; Victor Guérin (1860), archéologue, ancien membre de l’École française d’Athènes qui a bénéficié de l’appui du Duc de Luynes, mécène bien connu des fouilles archéologiques21 ; Pascal Coste (1835) architecte célèbre pour ses travaux et ses publications sur les monuments antiques de Perse et sur l’architecture arabe en général et qui a fait de nombreux dessins de l’amphithéâtre22 ; le docteur Rouire (1881), médecin militaire qui a accompagné l’armée française lors de l’établissement du Protectorat en Tunisie et qui a dirigé des fouilles militaires à El Jem23 ; Héron de Villefosse (1874) membre de l’Institut24, etc. Le présent travail concerne surtout les voyageurs qui ont visité et décrit le pays avant que ne commence l’exploration scientifique proprement dite avec Cagnat, Saladin, Gauckler et que ne soit créé, en 1885, le service des Antiquités de la Régence sous la direction de du Coudray de La Blanchère.

16La première constatation qui ressort de l’étude des textes des voyageurs du XIXe siècle est que, encore une fois, très peu parmi eux ont regardé de près l’amphithéâtre ou ont fait preuve d’un sens poussé de l’observation. Aussi beaucoup d’erreurs apparues au XVIIIe siècle se sont-elles perpétuées et multipliées, les auteurs puisant les uns chez les autres sans souci de vérification. On peut s’amuser à suivre le cheminement de l’erreur de Peyssonnel qui, en 1724, a attribué 60 arcades à l’édifice, erreur qui s’est transmise de génération en génération jusqu’au milieu de ce siècle. Un architecte pourtant perspicace comme Coste, attribue au monument 68 arcades et un autre 80 comme pour le Colisée de Rome. Le style de la façade a fait l’objet également de multiples interprétations aussi fausses les unes que les autres : certains ont rattaché le décor à l’ordre dorique avec des chapiteaux égyptiens, d’autres ont écrit que les trois étages ont le même style corinthien avec quelques modifications, d’autres comme Henri Dunant n’ont vu que du « composite qui tient le milieu entre l’ordre dorique et l’ordre égyptien » « et la plupart ont situé le composite aux premier et troisième étages et le corinthien au milieu ».

  • 25 L. Frank., op. cit., no 12, p 43 ; Rebatel et Tiran, « Le tour du monde », Nouveau journal des voy (...)

17De leur côté, les docteurs Frank Rebatel et Tirant25 reprennent à leur compte Terreur de Shaw en affirmant que certaines parties des gradins et des vomitoria sont intactes. Ce dernier lègue également à la postérité son assertion saugrenue de la présence d’une fosse ou d’un puits servant à fixer le velum.

  • 26 Pélissier, op. cit., no 17, p. 97-98.
  • 27 Playfair, op. cit., p. 8.
  • 28 Dore Ogrizek, L’Afrique du Nord, Paris, 1952, p. 216-218.

18Parmi les erreurs qui ont vu le jour au XIXe siècle, il faut d’abord citer celle qui consiste à considérer que le monument est inachevé, et qu’il n’a guère servi. À l’origine de cette erreur, l’ancien vice-consul à Sousse, Pélissier, qui, se fondant sur l’absence de gradins, la destruction de l’attique, l’existence de brèches et la présence de sculptures sur deux clefs de voûte seulement, a d’abord émis l’hypothèse de l’aménagement de gradins en bois avant de conclure que l’édifice n’a jamais été achevé26. Ces mêmes considérations se retrouvent chez Charles de Chaussiron dans son Aperçu pittoresque de la Régence de Tunis (1849). En 1876, le lieutenant-colonel Playfair reprend ces mêmes arguments mais pour les contester et montrer qu’aucun de ces faits ne prouve réellement que l’amphithéâtre n’a pas été achevé et que dans beaucoup d’autres édifices comme le Colisée et l’amphithéâtre de Capoue, il n’a jamais été prévu d’achever tous les détails avec un soin minutieux27. Cela n’a pas empêché beaucoup d’auteurs de continuer à soutenir cette thèse de l’inachèvement : l’un d’eux a pu écrire en 1952 « d’après les derniers travaux archéologiques, il semble que ce prodigieux édifice ne contint jamais personne. Il ne fut pas achevé. L’ère chrétienne en fit suspendre les travaux28 ». Inutile de rappeler que d’après le témoignage d’Al Bekri, à la fin du Xe siècle ou au début du XIe l’édifice était, à l’intérieur, entièrement couvert de gradins de bas en haut et que les travaux récents ont montré d’une manière irréfutable qu’il a été achevé, a servi, a subi les effets de l’usure et a été restauré dès l’époque romaine.

  • 29 Dr Rouire, op. cit., no 23, p. 355.

19Par ailleurs l’arène ayant été encombrée par une importante masse de remblais jusqu’au début de ce siècle, beaucoup de voyageurs du XIXe siècle n’ont pu que partiellement voir les souterrains qu’ils ont souvent pris pour une immense citerne alimentée selon l’un des auteurs par les eaux d’une montagne qui se serait desséchée depuis, ou par l’eau de mer amenée par le légendaire tunnel qui, selon les versions aboutissait à Sallacta, Mahdia, Sousse ou Sfax. Cette eau, croyait-on, jaillissant par un trou du souterrain, inondait l’arène. Le docteur Rouire a eu beau affirmer, en 1881, que le plateau d’El Jem se trouvant à 185 m d’attitude, il n’était pas concevable qu’il pût recevoir l’eau de mer par tunnel, le mythe n’en demeure pas moins vivace jusqu’à ce siècle29.

  • 30 L. Frank, op. cit,. no 12, p. 43.
  • 31 « Voyage à l’amphithéâtre romain d’El Jemen Tunisie », Revue africaine, 18e année, no 106 (juillet (...)
  • 32 Op. cit., no 22, p. 245.
  • 33 Op. cit., no 15, p. 121.

20Cependant toutes ces erreurs qu’il fallait relever, n’enlèvent rien à l’intérêt archéologique et historique que pouvaient avoir les textes des voyageurs du XIXe siècle. Grâce à eux, on peut suivre l’évolution de l’état de conservation de l’amphithéâtre et connaître les déprédations de plus en plus graves qu’il a subies au fil du temps. Ainsi le docteur Frank, qui visite le site entre 1802 et 1806, constate après ses prédécesseurs du siècle précédent, que l’enceinte extérieure du monument est presque entièrement conservée à l’exception du rang supérieur supposé avoir été dévasté par les insurgés de 1695 et des brèches pratiquées par le Bey30. En 1830 Devoulx confirme la destruction de l’attique dont quelques pierres seulement attestaient encore l’existence et précise que les gradins et les escaliers avaient également disparu et qu’il ne restait plus que les voûtes qui les supportaient31. En 1835, l’architecte Pascal Coste, chargé de mission auprès du Bey à l’effet d’identifier les moyens d’empêcher l’ensablement du port de La Goulette, note également que le monument est bien conservé dans sa majeure partie extérieure, mais qu’à l’intérieur tout est détruit sauf les voussures des escaliers qui, en quelques endroits, permettaient de grimper jusqu’à l’étage le plus élevé32. Cet accès devient de plus en plus difficile, dix ans après, selon le témoignage du capitaine Clark-Kennedy qui précise également que « mosquée, marabouts, village aussi bien que fabriques de salpêtre récemment mises en place par le Bey sont construits avec les pierres de l’amphithéâtre33 »

  • 34 Op. cit., no 21, p. 93-944.

21En 1860, Guérin constate qu’une partie de la galerie extérieure du rez-de-chaussée a été utilisée par les habitants pour y établir leurs boutiques. Quant aux autres galeries, elles ne cessent de subir, tous les jours des dévastations et, ajoute t il, « il est actuellement très difficile de parvenir au sommet du monument et encore plus difficile d’en redescendre34 ». Ruine et déprédations s’accélèrent au cours de la deuxième moitié du siècle. Cela est dû en partie à l’intervention des troupes d’Ahmed Bey qui, en 1850 ont agrandi les brèches lors de la réutilisation de l’amphithéâtre comme forteresse par des insurgés, et en partie par l’utilisation de plus en plus intensive du monument comme carrière inépuisable d’où on n’hésitait pas à extraire les pierres non seulement pour les constructions du village mais aussi, selon Guérin, pour « être vendues et transportées ailleurs ». Vers la fin du siècle, les auteurs évoquent un monument dont l’intérieur est recouvert d’amoncellements de terre et de décombres et où ont pris racine des cactus monstrueux à travers lesquels il faut passer pour accéder au premier étage. En même temps sur le sol surélevé de l’arène ont poussé des orties et des graminées qui servaient de pâturage à des troupeaux de moutons.

22En 1876, le lieutenant-colonel Playfair confirme l’utilisation de plus en plus abusive de l’amphithéâtre pour toutes sortes d’usages pour lesquels il n’a pas été prévu. La galerie externe du rez-de-chaussée sert désormais de grenier pour le blé et le fourrage des habitants. Des arcades ont été transformées en boutiques tandis que les galeries supérieures ont été converties en habitations comme le montrent les trous de la maçonnerie destinés à recevoir des solives encore visibles un peu partout. Un auteur de la fin du siècle résume la situation en écrivant :

« Un cafetier, des couteliers, des barbiers, des forgerons, des taillandiers, des médecins arabes se sont installés dans les arcades du monument au milieu des boutiques, des cactus et des gourbis qui s’y adossent ».

23L’amphithéâtre semble également avoir servi de refuge à des marginaux. Madame de Voisins dans Excursions d ‘une française dans la Régence de Tunis paru en 1884, dit y avoir rencontré un jeune Français qui, à la suite d’un choc sentimental consécutif à une grosse déception d’amour, a perdu la raison et est venu se réfugier et vivre des années durant dans les ruines du monument, grâce à la charité des habitants. Un moment, elle a envisagé de le faire rapatrier avec l’aide d’un des consuls de France et puis précise-t-elle :

  • 35 P. 200-221, et notamment p. 216-217.

« La pensée des maisons d’aliénés, de la camisole de force, des tortures imposées aux fous par la médecine légale nous retint. Je me dis qu’il valait mieux le laisser libre sous l’œil de Dieu, dans un climat fortuné, avec les Arabes dont la pitié ne lui ferait jamais défaut35. »

  • 36 Op. cit., no 23, p. 351.

24Signalons enfin que, d’après le docteur Rouire ainsi que d’autres auteurs de la fin du siècle, cet amphithéâtre aurait servi de lieu de réunion en 1881 aux chefs et délégués des tribus dissidentes du centre et du sud de la Tunisie qui s’y assemblèrent pour décider un soulèvement général contre l’occupation française. C’est encore là que tous les dissidents, après la prise de Kairouan, se sont concentrés, pour ensuite émigrer en masse vers le sud36.

  • 37 E. Alexander Powell, In Barbary, Tunisia, Algérie, Marocco and the Sahara, Londres, 1927 p. 115-11 (...)
  • 38 Louis Bertrand, Les villes d’or, Algérie, et Tunisie romaines, Paris, 1921, p. 226-229 et notammen (...)

25De bien plus longs développements seraient nécessaires pour tirer toutes les conclusions qui méritent d’être dégagées des textes des voyageurs du XIXe siècle. Nous nous contenterons, au terme de cette première approche, d’évoquer très brièvement les impressions que le monument a laissées à ses visiteurs. Après avoir traversé les campagnes animées et riantes du Sahel, ce n’était pas sans stupéfaction profonde que les explorateurs des siècles derniers voyaient surgir, au milieu des immensités steppiques nues, l’imposante masse du colisée d’El Jem semblant défier « la sournoise insinuation de la friche et de la steppe » selon la bonne formule de Charles Saumagne. Profondément impressionné par ce monument, Sir Grenville Temple le considérait en 1833 comme Tune des constructions les plus belles, les plus vastes et les plus parfaites des temps antiques. Plus tard Powell affirme que la simple vue de cet édifice prodigieux s’élevant solitaire, majestueux et défiant le temps dans cette plaine désolée fait plus d’effet que les écrits des historiens sur la puissance de Rome37. Reflétant le discours colonial traditionnel avant la lettre, les docteurs Rebatel et Tirant (1859) et plus tard Louis Bertrand (1921)38 ainsi que beaucoup d’autres, se laissant aller à des considérations tendancieuses, se complaisaient à opposer la splendeur colossale de ce monument, sa ferme ordonnance et sa solidité romaines au pauvre village arabe qu’il écrase ou disent-ils « qui se tasse à ses pieds, avec ses cambuses cubiques aux toits plats, couverts de fascines, misérables demeures caractéristiques de l’indolence musulmane ». L’image qu’ils donnent des habitants, « mendiants en guenilles, sales, voleurs, etc. » mérite à peine d’être évoquée tant elle est classique dans leurs écrits. D’autres aspects sont davantage dignes de retenir notre attention. Tel le problème du rapport entre le monument et son environnement antique. En effet bien des voyageurs furent loin de percevoir ce rapport et se demandaient par quel miracle cette merveille qui ne le cède en rien aux antiquités les plus renommées d’Italie se dressait au milieu d’un vaste désert. Cette question a continué à intriguer certaines visiteurs jusque vers le milieu de ce siècle. Ainsi un auteur écrivait en 1934 :

« Pour justifier un monument pareil, digne de Rome par l’énormité, il devait y avoir une grande ville ou tout au moins ses imposants vestiges. Il n ‘y a rien que cette sorte de monstre échoué dans la solitude. »

  • 39 Id., ibid. p. 228-229.
  • 40 Autour de la Méditerranée des côtes barbaresques de Tripoli à Tunis, p. 136-145 et notamment p. 14 (...)

26Il convient également de mentionner que tous les voyageurs n’ont pas éprouvé le même engouement pour le monument. Quelqu’un comme Louis Bertrand, dont les points de vue seront mieux analysés par Jacques Alexandropoulos, manifeste plutôt de la froideur devant cet édifice qu’il qualifie de « formidable cylindre de pierre trop énorme, sans âme et sans pensée », ajoutant « mais le public d’aujourd’hui a le goût du colossal et du néronien, les lecteurs de Quo vadis ? se passionneront sans doute pour l’amphithéâtre d’El Jem ». Nos romantiques aussi partageaient cette passion rétrospective pour ce qu’ils appelaient le « cirque » Il qualifie le monument de « cloaca maxima de la cruauté, de la luxure et de la bêtise des foules39 ». De son côté Marius Bernard décrivant l’édifice évoque « le néant qui se dégage de cette immense tombe, de ce prodigieux cadavre de pierre » avant de se livrer à des considérations amères sur la vanité humaine et la précarité des choses de ce monde40. Mais ces attitudes plutôt réservées à l’égard de l’amphithéâtre demeurent extrêmement rares.

27Au terme de cette étude, une autre constatation s’impose : l’amphithéâtre a presque complètement éclipsé le site pour les voyageurs du XVIIIe siècle comme pour ceux du XIXe. La réaction des docteurs Rebatel et Tirant est caractéristique de cette attitude. Ils écrivent en 1859 :

« Les ruines de la ville romaine de Thysdrus située dans le voisinage perdent de leur intérêt quand on vient de quitter le cotisée. »

28Puis tout en reconnaissant que celle-ci ne manque pas d’importance, ils se limitent à l’évocation de la fameuse inscription mentionnant de providentielles adductions d’eau (Corpus inscriptionum latinarum, VIII, 51) récupérée par l’agent consulaire de Sfax, Mattei, et envoyée au petit musée de la chapelle Saint Louis à Carthage. On peut certes glaner quelques renseignements utiles, quoique fragmentaires, chez d’autres auteurs. Ainsi Sir Grenville Temple situe le cœur de la cité romaine, fort justement, près du marabout de Sidi Ahmed El Ferjani où il repère les restes d’un très beau temple en 1833. Mais en 1860 Guérin n’évoque plus que l’area d’un temple complètement démoli. Dans l’intervalle les colonnes ont du être débités en meules, habitude courante chez les habitants, signalée par le capitaine Clark-Kennedy en 1846. Seul Tissot se livre à une meilleure exploration du site : il reconnaît un deuxième amphithéâtre, de moindres dimensions et offrant, précise-t-il fort justement, les mêmes dispositions que celui de Lepti Minus ; il repère le cirque et en donne les dimensions, à peu près exactes (550 m x 95 m) ; il évoque les citernes publiques, leur attribuant six grands réservoirs de construction phénicienne mais sans les localiser, ainsi qu’une citadelle, citée par Daux, précise-t-il. Mais en 1909 déjà, le docteur Carton ne retrouve ni les citernes ni surtout la citadelle qui semble bien être un pur produit de l’imagination de Daux.

29Quant à la plupart des autres voyageurs, ils réduisent le site à de grands amas de décombres et à des fragments de colonnes, chapiteaux, statues, mosaïques qui jonchent le sol. La profusion de marbre frappe leur imagination. Pélissier, vice-consul de France à Sousse, écrit dans une lettre adressée à Hase, membre de l’Institut, parue dans la Revue archéologique, 1845 : « Avec ce qui s’offre à la vue, on pourrait construire une maison à deux étages dont il n’y aurait pas une pierre qui ne fût de marbre », ajoutant que le consul de France à Tunis avait enlevé de ces ruines un torse de marbre qu’il envoya à Paris, que l’agent anglais avait pris une statue de femme et lui-même une tête d’enfant. Il a dit en outre qu’il a pu réunir en peu de mois 2000 médailles, des intailles, des lampes, des fioles, des vases à parfum et autres petits monuments antiques. Héron de Villefosse, membre de l’Institut, vint à El Jem en 1874, à la recherche d’inscriptions. Il put en acquérir une particulièrement importante (CIL, VIII, 10.500) relatant la carrière d’un personnage équestre. Il la confia à l’agent consulaire Mattei qui la fit expédier en France à bord d’un bateau chargé d’éponges. Le Capitaine Clark-Kennedy en 1846 non seulement put acquérir une importante quantité de poteries anciennes parmi lesquelles il cite quatre vases en argile rouge fine en forme d’oiseaux et de quadrupèdes, mais il saisit l’occasion pour fouiller deux tombes et en récupérer le matériel. D’autres exemples de pillage d’antiquités peuvent être cités, mais il serait trop long de les évoquer dans le cadre du présent travail. Il en est de même des fouilles faites à la même époque à la recherche des objets antiques. On se contentera de dire que cela a duré jusqu’au lendemain du Protectorat et de citer celle qui est évoquée par le docteur Rouire, médecin du Corps expéditionnaire en 1881 et dont il rend compte dans la Revue de géographie, tome X, janvier juin 1882, en écrivant notamment : « Pendant les quelques jours passés à El-Djem, on a organisé, dans les compagnies, des escouades de 6 à 8 hommes qui, tous les matins, partaient avec pioches et pelles, s’installaient en un endroit, et constituaient un atelier. Deux ou trois fois seulement, on a employé la dynamite, pour faire éclater des voûtes et des murailles et pénétrer à l’intérieur, mais, soit que le ciment romain puisse résister à la dynamite, soit plutôt que cette dynamite n’ait pas été de première qualité, l’effet a été à peu près nul.

  • 41 Op. cit., no 23, p. 358-359.

30Ces fouilles n’ont pas été infructueuses. On a mis à jour quelques constructions et trouvé un certain nombre d’urnes et de lampes funéraires, divers ouvrages de poterie, diverses monnaies et médailles, un pavé de mosaïque et surtout deux belles têtes41

31Ainsi, la consultation de dizaines d’ouvrages relatant les récits de voyageurs et d’explorateurs qui ont visité El Jem aux XVIIIe et XIXe siècles a donné lieu à la constitution d’une abondante documentation sur l’amphithéâtre et à un degré moindre sur le site. Cette documentation est intéressante à de multiples égards. Elle nous a permis de voir de quelle manière étaient perçus et décrits les vestiges de l’antique Thysdrus et notamment son colossal amphithéâtre souvent comparé au Colisée et autres édifices du genre d’Italie et d’ailleurs. Subjugués par ses proportions et sa grandiose architecture entièrement faite de pierres de taille, les visiteurs des siècles derniers ont souvent avoué qu’il les impressionnait davantage que le Colisée, un peu trop restauré et écrasé par l’urbanisme moderne. De la documentation rassemblée nous avons pu tirer bien des renseignements utiles sur le plan archéologique et historique mais que nous ne pouvions pas entièrement exploiter dans le cadre du présent travail. Chemin faisant nous avons aussi recueilli de multiples données sur le village d’El Jem au XVIIIe et surtout XIXe siècle dont il sera également possible de tirer profit.

Notes

1 Abu Ubayd Al Bekri rédigea vers le milieu du XIe siède (1068) un ouvrage sur l’Ifriqiya d’une inestimable valeur, Description de l’Afrique septentrionale », traduction De Slane, Edit. Adrien Maisonneuve, 1965. Ce géographe dit « sédentaire », parce qu’il ne semble pas avoir quitté l’Espagne, n’en a pas moins recueilli toutes sortes d’informations orales et compulsé une abondante documentation livresque. Il constitue, dans l’état actuel des choses, notre source arabe la plus ancienne sur l’amphithéâtre d’El Jem qu’il a assez brièvement décrit et dont il a admiré l’architecture parfaite (op. cit., p. 69).
Contrairement à Al Bekri, Al Abdery a bien visité l’amphithéâtre en 1289. Dans sa Rihla éditée par Mohamed Al Fassi (Université de Mohamed V, Maroc, 1968), il a critiqué Al Bekri pour avoir attribué près d’un mille de périmètre au monument. Il précise qu’il est monté jusqu’au sommet de l’édifice (op. cit., p. 158).
Tijani fit de 1306 à 1308 un voyage à travers la Tunisie pour le compte du sultan hafside Abu Yahia Zakaria dont il était le secrétaire. Sa « rihla », relation de voyage en Tunisie et en Tripolitaine, préface de H.-H. Abdel Wahab, Tunis, 1958, est particulièrement utile par les renseignements géographiques et historiques qu’elle fournit sur le pays. Décrivant l’amphithéâtre d’EI Jem ou de Ajam, il le présente comme la forteresse la plus importante d’Ifriqiya et la construction la plus imposante et la plus étonnante après l’aqueduc de Carthage (op. cit., p. 58-59).

2 Al Abdery (op. cit., p. 237-238).

3 Mohamed N. Mohamed Alandaloussi Al Wazir Al Sarray, Al Hulal Al Sundussia Fi Al Akhbar Attounoussia édité par M.H. Al Hila, Beyruth, 1984. Traitant de l’amphithéâtre, l’auteur reprend in extenso le texte de Tijani et y ajoute, précise-t-il, une traduction condensée des notes « d’un prêtre espagnol qui a séjourné à Tunis et qui a fondé un hôpital pour les chrétiens ».

4 Ch. Monchicourt, « Le voyageur de Kairouan au Kef et à Dougga », Revue tunisienne XXIII, 1916, p. 271-275 ; N. Duval, « La solution d’une énigme : les voyageurs Peyssonnel et Gimenez à Sheïtla en 1724 », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1965, p. 94-134.

5 S. Bono, Ricerche Scientifiche ed archéologiche nella Tunisia del XVII secolo, Levante XI, no 3-4, 1964, p. 46-62.

6 Jean André Peyssonnel, auteur de lettres publiées par Dureau de La Malle dans Voyages dans les Régences de Tunis et d’Alger, tome I, Paris, 1838, p. 37-42.

7 Thomas Shaw, Travels or observations relating to several parts of Barbary and the Levant, Londres, 1738, p. 117-118.

8 Voir notamment p. 154-162, et Revue africaine, 22e année, no 132, novembre 1878, p. 414 et 421.

9 Dureau de la Malle op. cit., tome II, p. 118-122..

10 Revue archéologique, IXe année, première partie, du 15 avril au 15 septembre 1852, p. 87-91.

11 Op. cit., p. 89-90.

12 J.J. Marcel, Histoire de Tunis, précédé d’une Description de la Régence de Tunis par le dr. Louis Frank, collection L’univers pittoresque, Paris 1851, p. 43-155.

13 Excursions in the Mediterranean Algiers and Tunis, Londres, 1835, chap. V, p. 148-155.

14 Cf. supra p. 486 et note 8.

15 Algeria and Tunis, Londres, 1846, p. 116-123.

16 Chroniques, lettres et journal de voyage extrait des papiers d’un défunt, tome II, Paris, 1837, p. 12-16 et Semilasso in Africa, pays des Bédouins, Stuttgart, 1836, tome V, p. 207-214 ; et. R. Burgard, « Semilasso en Tunisie », Revue tunisienne, nouvelle série, III, 1932.

17 « Description de la Régence de Tunis » dans la collection Exploration scientifique de l’Algérie, t. XVI, Paris, 1853, p. 97-98 ; cf. aussi « Lettre à M. Hase sur les antiquités de la Régence de Tunis », Revue archéologique, 1845, seconde partie du 15 octobre 1844 au 15 mars 1845, p. 816-819.

18 Notice sur la Régence de Tunis, Genève 1858 p. 118-119, nouvelle édition de la Société tunisienne d’édition, Tunis 1975.

19 Géographe comparée de la province romaine d’Afrique, tome II, publiée par S. Reinach, Paris, 1888, p. 182-187.

20 Ruined cities within Numidian and Carthaginian Territories, Londres, 1862, p. 288-293.

21 Voyages archéologiques dans la Régence de Tunis, Paris, 1862, p. 90-100.

22 Voir L. Canina : « Anfiteatro di Tisdro », Annali dell’Istituto di Correspondenza Archéologica, C.9 (24), 1852, p. 241-253 et P. Coste, pl. XLII-XLIV. « Anfiteatro di El Djemm, l’antica Thysdrus », Monumenti inediti publicati dell Istituto di corrispondenza Archéologica, V. Rome, 1849-1853. P. Coste, dans sa lettre à L. Canina écrit, p. 247 : « Les deux jours, que j’ai passés à El Djemm, furent employés à mesurer l’amphithéâtre et faire quelques vues pour développer ce monument dans son ensemble, par les six feuilles de dessins annexés à cet aperçu descriptif ». Il est à signaler que vers le milieu du XIXe siècle l’architecte P. Tremaux a donné un plan et des coupes de l’amphithéâtre dans Parallèles des édifices anciens et modernes du continent africain », pl. 67-71. A. Lezine dans sa « Note sur l’amphithéâtre de Thysdrus », Les cahiers de Tunisie, no 31, 3e trimestre 1960, p. 31, no 1 et p. 46, fait remarquer que cet architecte « n’a pas vu l’arène qui n’a été déblayée qu’en 1909 », et que ses plans « sont inexacts sur plusieurs points importants » : un ambulacre de trop au rez de chaussée, des escaliers pas à leurs places, restitution du dernier étage copiée sur le Colisée, etc.

23 « Les ruines de Thysdrus et le village d’El-Djem », Revue de géographie, t. X, janvier-juin 1882, p. 350-360.

24 Cet auteur a raconté comment les habitants d’El Jem, ayant appris par son guide qu’il était à la recherche de « pierres écrites », lui apportèrent beaucoup de documents. L’un d’eux lui présenta une plaque de cuivre portant le nom de Biskri, commissaire à Alger, et lui jura sur la tête de ses enfants qu’il l’avait trouvée dans une tombe romaine.

25 L. Frank., op. cit., no 12, p 43 ; Rebatel et Tiran, « Le tour du monde », Nouveau journal des voyages, Paris, 1859, p. 298.

26 Pélissier, op. cit., no 17, p. 97-98.

27 Playfair, op. cit., p. 8.

28 Dore Ogrizek, L’Afrique du Nord, Paris, 1952, p. 216-218.

29 Dr Rouire, op. cit., no 23, p. 355.

30 L. Frank, op. cit,. no 12, p. 43.

31 « Voyage à l’amphithéâtre romain d’El Jemen Tunisie », Revue africaine, 18e année, no 106 (juillet 1874, p. 241-261, et notamment p. 249-253).

32 Op. cit., no 22, p. 245.

33 Op. cit., no 15, p. 121.

34 Op. cit., no 21, p. 93-944.

35 P. 200-221, et notamment p. 216-217.

36 Op. cit., no 23, p. 351.

37 E. Alexander Powell, In Barbary, Tunisia, Algérie, Marocco and the Sahara, Londres, 1927 p. 115-117.

38 Louis Bertrand, Les villes d’or, Algérie, et Tunisie romaines, Paris, 1921, p. 226-229 et notamment p. 227-228.

39 Id., ibid. p. 228-229.

40 Autour de la Méditerranée des côtes barbaresques de Tripoli à Tunis, p. 136-145 et notamment p. 140.

41 Op. cit., no 23, p. 358-359.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search