Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

Pour une approche anthropologique de la diplomatie : tributs et présents dans les relations franco-tunisiennes (1700-1840)

Christian Windler

Texte intégral

  • 1 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in :(...)

1Depuis M. Mauss, la problématique du don a suscité une bibliographie anthropologique qui ne cesse de s’enrichir. Tout en reconnaissant l’omniprésence de différentes modalités de dons, ces recherches restent cependant focalisées sur certains espaces géographiques et sociaux et en négligent d’autres, en particulier le domaine diplomatique1. Le don y a pourtant occupé une place importante – et continue de le faire –, comme moyen de communication, comme structure de réciprocité qui transcende l’acte même de l’échange, comme outil pour créer des liens et des obligations… Les historiens de la diplomatie, pour leur part, ne se sont guère intéressés au don : certes, le goût pour l’anecdote les amène parfois à citer des présents « curieux », mais ils n’ont fourni aucune étude systématique de la pratique du don. L’analyse des tributs et des présents dans les relations franco-tunisiennes permet donc à la fois d’élargir le champ des travaux anthropologiques sur la question du don, et de proposer des voies pour un renouveau de l’étude de la diplomatie comme expérience interculturelle.

  • 2 Voir, par exemple, Fatma Müge Göçek, East Encounters West. France and the Ottoman Empire in the Eig (...)
  • 3 Cf., à titre d’exemples, Hedley Bull (éd.), The Expansion of International Society, Oxford : Claren (...)
  • 4 Samuel P. Huntington, « The clash of civilizations ? », in : Foreign Affaire, 72, numéro 3 (1993), (...)

2Les problèmes spécifiques de l’interculturel n’ont guère retenu l’intérêt de l’histoire de la diplomatie et des relations internationales2. Celle-ci reste largement orientée vers l’histoire d’un système de relations interétatiques construit à partir de l’Europe3. Des contributions comme celle de S.P. Huntington sur le « choc des civilisations » tendent à ériger les identités culturelles – « les grandes divisions de l’humanité » et « la source dominante de conflit » selon cet auteur – en critères ultimes et indépassables des orientations politiques, et à justifier des standards différenciés pour les inclus et les « Autres »4, au lieu de comprendre les identités et les perceptions de l’« Autre » comme des repères et des produits transitoires d’expériences sociales.

  • 5 Cf. Christian Windler, « Normen aushandeln. Die französische Diplomatie und der muslimische “Andere (...)
  • 6 Cf. Philippe Poutignat/Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité, Paris, puf, 1995, p. 192, (...)

3Refusant aussi bien les immobilismes de l’histoire diplomatique que le dédain habituellement affiché par les historiens du social, les réflexions exposées ici, qui s’inscrivent dans une recherche plus ample sur les consuls et les drogmans européens dans les régences du Maghreb, prétendent revaloriser l’histoire de la diplomatie comme celle d’un ensemble d’expériences et de pratiques spécifiques, observables dans des espaces de contact, entre des entités politiques qui fonctionnent selon des normes partiellement divergentes5. Au lieu de reconstruire les identités et les perceptions de l’Autre comme figées et cohérentes, il s’agit de reconstituer la manière dont les consuls et les drogmans se servaient de ces catégories pour penser des échanges communicatifs dont elles sortaient toujours modifiées. Comprise de cette manière, l’analyse de l’expérience diplomatique interculturelle contribue à écarter les définitions substantialistes des identités collectives, réduites à la communauté d’un héritage. Elle fait ressortir la manière dont l’identité d’un groupe s’est construite « comme un système d’écarts et de différences par rapport à des “autres” significatifs, dans un contexte historique et social déterminé »6.

  • 7 Cf. Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, L (...)
  • 8 Erving Goffman, Les rites de l’interaction, Paris, Minuit, 1974, p. 8 (édition originale anglaise :(...)

4Au cours des affrontements, des contacts et des passages qui marquaient les relations entre les Européens et les Maghrébins, les consuls et les drogmans reconnaissaient l’existence de significations et de normes dont auparavant ils n’étaient pas conscients, les reproduisaient et les transformaient, définissant et redéfinissant de la sorte leurs appartenances à des « communautés imaginées » (« imagined communities »)7. Les catégories conçues par les consuls et les drogmans renvoyaient à des identités multiples et changeantes qui correspondaient aussi bien à leur situation en tant que membres d’un corps qu’à leur intégration dans diverses communautés plus vastes, qui maintenaient parfois des rapports conflictuels entre elles, par exemple la nation française de Tunis, l’ensemble des Européens y résidant, ou la Nation imaginée par la Révolution. Les représentations de l’Autre que transmettent les correspondances consulaires ne sont donc pas à considérer comme de simples reflets d’oppositions « objectives » antérieures aux processus de communication analysés. C’est à travers ces derniers et les représentations auxquels ils donnent lieu que les groupes se constituent en tant que tels. L’expérience diplomatique interculturelle offre des perspectives privilégiées sur ces processus de définition et de redéfinition d’identités. À travers l’observation des relations qui unissent les actions des personnes en présence, nous pouvons concevoir l’organisation sociale comme « faite de conjonctions de personnes et des interactions temporaires qui peuvent y prendre naissance », la structure stabilisée par des normes comme « une entité mouvante, nécessairement évanescente, créée par les arrivées et supprimée par les départs »8.

  • 9 Cf. Ann Thomson, Barbary and Enlightenment. European Attitudes towards the Maghreb in the 18th cent (...)
  • 10 Cf. Barth, op. cit., 1981, p. 205, sur la coexistence des groupes ethniques : l’accord, nécessaire (...)
  • 11 Sur les conceptions musulmanes concernant les rapports avec des chrétiens et des puissances chrétie (...)
  • 12 Les auteurs qui se centrent sur l’analyse des textes normatifs européens tendent à sous-estimer l’i (...)

5Dans l’imaginaire chrétien de l’Ancien Régime, les Régences occupaient une place à part. Les récits de captifs forgeaient l’image des « Barbaresques » comme les ennemis impitoyables des chrétiens par excellence. Le discours sécularisé du XVIIIe siècle imposa l’idée d’une supériorité de la civilisation de l’Europe des Lumières sur un Maghreb arriéré par l’influence du « despotisme » de ses gouvernants9. Et pourtant, malgré la récurrence des tensions, Maghrébins et Français respectaient dans leurs contacts un fonds de règles communes, consacrées par l’usage et les traités. Les prétentions universalistes opposées des macrosystèmes juridiques ne constituaient pas d’obstacle insurmontable pour les échanges diplomatiques, tant que les interlocuteurs s’efforçaient de maintenir un consensus autour des normes négociées dans la solution de problèmes pratiques10. Il se développait un code diplomatique qui ne correspondait ni au droit des gens européen ni aux normes qui dans l’Empire ottoman réglaient les contacts avec les infidèles11. Les relations franco-maghrébines sous l’Ancien Régime, durables en dépit des tensions, suggèrent la nécessité d’analyser l’élaboration de ces normes comme un processus de communication interculturelle et d’interpénétration pragmatique de systèmes normatifs différents, et non pas comme le résultat d’une simple imposition unilatérale des normes du droit des gens européen12.

***

6Tributs et présents jouaient un rôle considérable dans les relations franco-tunisiennes. Les beys attendaient de la part des puissances européennes des présents qu’ils interprétaient comme des tributs. Les consuls français contestaient cette interprétation des présents, et essayaient de les utiliser comme moyen non seulement de créer des obligations de réciprocité et des liens de dépendance, mais aussi de représenter ces liens, et de communiquer des informations symboliques sur la France.

  • 13 mae [= archives du ministère des Affaires étrangères, Paris], Personnel. 1ère série, carton 206.

7Dans une dépêche adressée au comte de Portalis, chargé par intérim du portefeuille des Affaires étrangères, Mathieu de Lesseps, consul général à Tunis, opposait en 1829 aux projets du ministère de supprimer l’usage des présents les avantages potentiels que ceux-ci offraient pour la communication diplomatique. En citant à l’appui sa longue expérience consulaire dans différents pays musulmans – sa première nomination comme chancelier au Maroc datait de 179413 –, il insistait sur la nécessité de tenir compte des différences culturelles. L’habileté d’un consul expérimenté consistait selon lui à se faire accepter par ses interlocuteurs grâce à l’observance de leurs coutumes, tout en réinterprétant leurs formes d’interaction dans un sens conforme aux vues de son propre gouvernement.

8De Lesseps décrit l’échange de présents comme un moyen essentiel de communication, et pas seulement dans le domaine diplomatique :

  • 14 De Lesseps, c.g. [= consul général, sous l’Empire : commissaire général], au comte de Portalis, Tun (...)

« Les présents sont dans les mœurs ; […] à toutes les époques consacrées par la société, par les familles, par la religion, tous donnent et reçoivent ; c’est un échange continuel dans le commerce social, c’est un salut qu’on fait et qu’on rend »14.

  • 15 Lévi-Strauss, op. cit., 1966, p. XXXVII-XL, XLVI-XLVIII.

9Il y reconnaît – d’une manière qui fait penser à l’anthropologue C. Lévi-Strauss15 – une structure de réciprocité qui transcende l’acte même de l’échange, un moyen de créer et de confirmer par un gage des liens et des obligations mutuelles durables :

  • 16 De Lesseps au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc Tunis, vol. 48, f. 92r/v).

« Ils [les présents] sont les témoignages de bienveillance et d’affection réciproques, les gages de la sûreté du faible quand ils sont donnés par le fort, de la fidélité du premier quand celui-ci l’offre au dernier. Les présents en Orient ont toujours honoré autant celui qui donne que celui qui reçoit, l’absence de cette formalité […] a été et sera, non seulement l’absence de tout sentiment bienveillant, mais même un manque de politesse, de savoir-vivre et d’esprit de convenance, et un motif de suspicion sur les intentions futures des parties contractantes pour tel objet que ce soit »16.

  • 17 Cf. Mauss, op. cit., 1966, p. 150-151.

10De Lesseps décrit ainsi ce que M. Mauss appellera le « système des prestations totales », qui ne se limite pas à l’échange comptable d’objets économiquement utiles, mais oblige les parties contractantes en tant que telles17.

  • 18 De Lesseps au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc Tunis, vol. 48, f. 93v).

11En conclusion de son rapport, le consul demandait au ministre qu’on continue à lui accorder les ressources suffisantes pour pratiquer une forme de communication qu’il considérait comme essentielle, tout en proposant des règles capables d’éviter ce qui avait pu donner aux présents l’aspect de tributs, c’est-à-dire le manque de réciprocité et le fait de les avoir remis à des occasions régulières, comme par exemple lors de l’arrivée du nouveau titulaire d’un consulat vacant. Il fallait regarder les échanges de présents, « de temps à autre, mais non à des époques fixes » « comme non seulement des moyens d’entretenir avantageusement les rapports de bonne intelligence et d’amitié, mais encore de faire révérer et considérer par les peuples orientaux la puissance des souverains chrétiens »18.

  • 19 De Lesseps au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc Tunis, vol. 48, f. 93v). Sur le potlatc (...)

12Les propositions de De Lesseps sur les présents s’inscrivaient dans une stratégie de domination. Si la délimitation des présents par rapport aux tributs reposait sur la réciprocité de l’échange, leur efficacité symbolique comme moyen d’obliger le destinataire au-delà de l’acte même de l’échange dépendait de la capacité du donataire français à faire culminer la logique des dons et des contre-dons dans le potlatch, c’est-à-dire de dominer son interlocuteur en lui donnant des présents qu’il ne pourrait rendre, grâce aux représentations comparées de la France et du Maghreb véhiculées par les « échantillons des productions » qu’il proposait échanger19. En s’appuyant sur sa connaissance des coutumes de ses interlocuteurs, de Lesseps prétendait influer par les présents sur leurs catégories de perception et d’appréciation et manipuler la circulation des représentations mentales.

  • 20 De Lesseps au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc Tunis, vol. 48, f. 92v).

13Dans sa dépêche, le consul résumait des pratiques que ses prédécesseurs avaient eu tendance à établir dès le XVIIIe siècle. La lettre contient cependant une justification du don que l’on cherchera en vain dans la correspondance consulaire antérieure à la Révolution. Contrairement aux consuls d’Ancien Régime, qui se centraient sur les possibilités d’éviter que les présents soient interprétés comme des tributs, de Lesseps se croyait obligé de justifier l’économie et la morale du don en tant que telles, en se référant implicitement à l’inexistence d’une sphère publique séparée du domaine privé comme une caractéristique qui aurait différencié les sociétés orientales de la France : ce qui en France serait « déshonorant et regardé comme instrument et preuve de corruption », était en Orient « un titre d’honneur »20.

***

14Entre 1700 et 1840, l’interprétation des présents par les Européens paraît avoir évolué dans deux directions :

  • au cours du XVIIIe siècle, des puissances comme la France ou l’Angleterre essayaient de transformer des présents réguliers assimilables à des tributs en des dons volontaires, susceptibles d’obliger les destinataires. Les dons créaient ou rappelaient des rapports entre donataire et destinataire, qu’ils se connaissent personnellement ou non. L’évolution des perceptions du privé et du public tendait en même temps à déplacer l’économie et la morale du don du champ des rapports entre souverains à celui des interactions personnelles entre les consuls, d’une part, et le bey ou des personnages influents de sa cour, de l’autre ;

    • 21 Voir la correspondance de Devoize in : A.N. [= Archives nationales, Paris], 327 AP 4, 6, 12, 14, 15 (...)

    la Révolution française aiguisa la perception du caractère public d’une sphère étatique. Il n’en résultait pas la disparition des présents, mais leur transformation matérielle et symbolique. Face au soupçon de corruption, il fallait désormais justifier la remise de présents à des interlocuteurs influents par référence à des différences de civilisation, comme le fera de Lesseps. D’autre part, les présents publics échangés entre les représentants de deux États transmettraient, à la manière des « échantillons de production » proposés par de Lesseps, des images de ces collectifs – des « États » et des « nations ». Dans la pratique, cependant, ces délimitations demeuraient souvent floues. La rencontre avec des interlocuteurs que de Lesseps percevait comme culturellement différents le conduisait à décrire cette étrangeté comme plus profonde qu’elle ne l’était en réalité. Contrairement à ce que disait de Lesseps, la morale du don avait bien encore sa place à l’intérieur même d’un corps qui tendait à se légitimer par la référence aux services qu’il rendait au « public » et à l’« État ». Ainsi, les présents envoyés au cours des deux premières décennies du XIXe siècle par le consul Devoize à ses supérieurs hiérarchiques furent bien accueillis par ces derniers21.

  • 22 Traités du 30.8.1685, 4.9.1685 et 9.11.1742 (les versions françaises sont publiées dans : Eugène Pl (...)

15Au début du XVIIIe siècle, les Régences pouvaient attendre des présents importants lors de certaines occasions bien déterminées. Pour les puissances musulmanes du Maghreb, les présents remis à l’occasion de la conclusion ou du renouvellement des traités étaient des tributs, par lesquels les contractants infidèles reconnaissaient leur soumission à un ordre musulman. Dans le cas des relations franco-tunisiennes, ces présents étaient consacrés par l’usage, mais pas par les traités de 1685 et 1742. Les présents, remis au moment de l’arrivée d’un nouveau consul, du renouvellement des traités lors du couronnement d’un prince européen ou de l’avènement d’un bey, symbolisaient le caractère personnel du rapport de protection entre des tributaires chrétiens et un souverain musulman qui ne correspondait plus à la lettre des traités bilatéraux et centenaires conclus en 1685 et 174222.

  • 23 Sorhainde, c. [= consul], au comte de Pontchartrain, Tunis, 7.11. et 15.12.1705 (A.N., AE, B 1127).

16En effet, de nombreux aspects de la pratique diplomatique n’étaient fixés dans aucun traité. Avec une irritation certaine, les consuls français, mais aussi britanniques constataient que leurs interlocuteurs n’accordaient pas la même importance aux traités qu’ils considéraient comme les principaux actes créateurs de normes. Ainsi, en 1705, le consul français craignait que la confirmation du traité « centenaire » de 1685 par un nouveau souverain tunisien ne fût l’occasion d’une renégociation23. Concernant les traités entre la Grande-Bretagne et Tunis, le consul britannique, Perkins Magra, écrivit en 1791 :

  • 24 Perkins Magra, c.g., à Evan Nepean, Esq., Under-Secretary of State, Tunis, 14.9.1791 (pro [= Public (...)

« As to our miserable treaties, they are so very improvident, ill-explained, and badly translated, that they are only calculated to mislead a Consul, and govern more by the customs they have produced, than by their literal import… »24.

  • 25 Dans un autre contexte, cf. Jacques Revel, « L’institution et le social », in : Bernard Lepetit, Le (...)
  • 26 Traité du 8.8.1830, version française in : Plantet, op. cit., 1899, tome 3, p. 706.

17Pour comprendre la production des normes qui régissaient les relations franco-tunisiennes, il convient de prêter autant d’attention aux interactions quotidiennes qu’aux négociations qui, souvent en présence d’une menace militaire immédiate, aboutissaient à la conclusion de traités formels. Les normes des traités possédaient certes leur « réalité propre, irréductiblement autonome » – raison pour laquelle elles devenaient un enjeu important des transactions diplomatiques –, mais cette réalité était « inséparable de leur effectuation au sein des rapports sociaux »25. Dans le cas des tributs et des présents, leur abolition formelle par le traité franco-tunisien de 1830 s’inscrivait dans une suite d’interactions, qui impliquaient des réinterprétations profondes bien antérieures à 1830 et la persistance du geste « aboli » au-delà de la conclusion du traité26.

18Tout en suivant l’usage de remettre des présents à des occasions déterminées, les diplomaties française et britannique tenaient à les interpréter dès le début du XVIIIe siècle comme des dons volontaires. Que les rois de France et d’Angleterre, contrairement aux puissances « mineures », ne payaient pas de tributs, c’était ce que l’on essayait d’afficher par de fines différenciations des pratiques et par l’interprétation que l’on proposait du geste. Les consuls affirmaient cette position non pas en se refusant à remettre des présents, mais en essayant de se démarquer des autres puissances par la composition de ceux-ci et la manière de les présenter. Les consuls français utilisaient les cadeaux comme moyens susceptibles de transmettre des informations symboliques, en insistant particulièrement sur la supériorité technologique de leur pays. Parmi les objets présentés par les consuls, se trouvaient des produits emblématiques de la culture française, comme par exemple des pendules et des montres, de la porcelaine et des textiles des manufactures royales, des bijoux, des armes de parade richement décorées, du vin et des liqueurs.

  • 27 Paul Masson, Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique barbaresque (1560-1 (...)

19C’est à partir des années 1750 qu’une tendance à la fois plus consciente et plus apte à créer l’ambiguïté autour des actes coutumiers de remise de présents semble se dégager de la pratique des consuls français à Tunis. Ainsi, ils devaient séparer la remise de présents des occasions habituelles, afin d’ôter à ces actes leur caractère d’usage. En 1754 les instructions données au nouveau consul français, Jean-Baptiste du Grou de Sulauze, omettaient pour la première fois la question des présents consulaires27.

  • 28 Barthélémy de Saizieu, c.g., au comte de Sartine, m.M. [= ministre de la Marine], Tunis, 11.10.1776 (...)

20Selon certains témoignages du consul Barthélémy de Saizieu, Ali Bey lui-même aurait, au cours des années 1770, commencé à assumer dans ses transactions avec le consul français une logique de dons antagonistiques (potlatch). À l’occasion des mariages du fils et du neveu du bey, Barthélémy de Saizieu fit tirer pendant deux jours les canons des navires français à La Goulette, brûler des feux d’artifice importés de France et visibles depuis le palais du Bardo, et donner une fête nocturne au bruit des salves de l’artillerie – avec une permission particulière du bey. Lorsque le consul refusa un présent du bey qui l’eût dédommagé de ses dépenses, le bey se serait récrié plusieurs fois en demandant pourquoi il voulait être plus généreux et plus grand que lui28.

21La réciprocité d’échanges symboliques d’objets de valeur matérielle réduite paraît s’être établie de l’accord mutuel des interlocuteurs français et tunisiens. Pour les observateurs français, les présents passaient du domaine des relations entre souverains à celui d’une amitié personnelle unissant le consul, le premier commis de la Marine ou, plus rarement, le ministre de la Marine, d’une part, et le bey ou des personnages influents de son entourage, de l’autre. En même temps, les présents coûteux, qui pouvaient rappeler des tributs, étaient remplacés par des produits emblématiques de moindre valeur matérielle, susceptibles cependant d’augmenter, comme capital symbolique, le prestige social des donataires. Ce qui illustre peut-être le mieux l’adoption de produits français de consommation courante par la cour beylicale, c’est le fait qu’à partir de ces années, le consul fut dans l’obligation

« […] de présenter à ce prince des fruits secs et confits de France, et de lui envoyer chaque jour du pain de son four, et toutes les semaines une corbeille de biscuits à la Reine, dont le Bey [Ali] et ses enfants ont pris l’habitude et le goût. »

22Cette attention était, selon le consul, « le faible retour des politesses » qu’il recevait du bey. La capacité des consuls de manipuler la circulation des représentations culturelles, en contribuant à ce que des produits français d’usage quotidien représentent une supériorité sociale, constituait une forme d’emprise particulièrement subtile.

  • 29 Esparron, v.c. [= vice-consul], à de Castries, m.M., Tunis, 13.6. et 26.9.1783 (A.N., AE, B 1150) ;(...)

23On aurait tort d’adopter une vision linéaire de ces tendances. Après l’avènement de Hammouda Bey en 1782, les cours de Danemark et de Suède, les États Généraux et la République de Venise envoyèrent comme d’habitude les présents d’usage, facilement assimilables à des tributs, comme le révèle la circonstance que le bey en refusa une partie, en alléguant leur insuffisance29.

  • 30 Feuille pour le ministre de la Marine, Versailles, 11.12.1785 ; de Castries, m.M., à Durocher, c.g. (...)
  • 31 Esparron, v.c., à de Castries, m.M., Tunis, 24.10.1786 (A.N. AE, BI 1152). Cf. Durocher, c.g., à de (...)
  • 32 Esparron, v.c., à de la Luzerne, m.M., Tunis, 15.7.1788 (A.N., AE, BI 1153, f. 28v).

24Les procédés adoptés dans les rapports franco-tunisiens s’en distinguaient nettement, bien que les contradictions et les ambiguïtés montrent qu’il s’agissait de pratiques qui n’étaient qu’en train d’être négociées. Ainsi, en 1785, on pensait à Versailles accompagner la réponse du roi de présents, selon « l’usage de donner aux nouveaux beys une marque d’attention ». Tout en renouvelant un usage non respecté face aux deux prédécesseurs de Hammouda, on prétendait pourtant se refuser à un autre : ainsi, afin que les Tunisiens ne puissent envisager ces présents comme des « présents consulaires », dont la nation française, contrairement aux autres, serait exempte, leur remise devait précéder l’arrivée d’un nouveau consul30. Le choix des présents et la réaction du bey révèlent les divergences entre les parties. Le bey refusa de recevoir la tabatière d’or enrichie de diamants pour une valeur de 7 000 livres qu’on lui destina. En refusant d’accepter un présent de qualité, mais de valeur réduite en comparaison de ceux que remettaient les autres puissances, le bey maintenait son interprétation du présent comme un tribut. En effet, par sa valeur réduite ainsi que par l’inscription du nom du bey, le présent véhiculait une représentation de l’objet comme témoignage d’« amitié » et de « bienveillance » d’un roi qui se considérait d’un rang bien supérieur à celui du bey : c’était ce point de vue qu’à la suite du refus le consul aurait dû affirmer explicitement31. Il semble que le consul préféra ignorer cette instruction. À une occasion qui n’exigeait pas de présent « d’usage » – le mariage d’une sœur du bey avec son ministre Moustapha Khoudja – la tabatière fut reçue par le bey « avec beaucoup de plaisir »32. C’était bien un gage appréciable d’amitié, mais pas un tribut ; personne ne pouvait en être dupe.

  • 33 De Chaleauneuf, c.g., au comte de la Luzerne, m.M., Tunis, 21.9.1790 (A.N., AE, BI 1153, f. 177v). (...)
  • 34 Traill, c.g., à Lord Sidney, Secretary of State, Tunis, 23.9.1786 (pro, fo 77/3, f. 49r).

25Encore au début des années 1790, le consul français correspondait avec le bureau des Consulats sur les présents que Hammouda Bey avait espéré obtenir lorsqu’il avait succédé à son père en 178233. Seule la Chambre du commerce de Marseille s’était prêtée aux attentes du bey34. La diplomatie française laissait ainsi le respect de l’usage à une institution que l’on commençait à différencier en France d’une sphère étatique en gestation et dont les actions impliquaient moins directement le ministre, le roi et l’État.

  • 35 pro, fo 77/2 et 3 (correspondance du consulat britannique à Tunis).

26L’épisode des présents pour Hammouda Bey s’inscrivait dans une évolution significative des pratiques au cours des dernières décennies de l’Ancien Régime. Il serait trop simple de parler d’« imposition » d’une nouvelle pratique au bey de Tunis. Celle-ci résultait de transactions ambivalentes, au cours desquelles il n’y avait pas toujours une opposition claire entre Européens et Tunisiens. L’attitude du consul commerçant de S.M. britannique était plus proche de celle du bey que de la politique de son gouvernement35. La différence entre le consul français en tant que membre d’un corps public et la Chambre du commerce considérée dans ce cas comme organisme privé était-elle perçue ainsi par tous les interlocuteurs, y compris les Français ? On peut certainement en douter, tant la séparation entre privé et public demeurait peu définie : la Chambre du commerce ne jouait-elle pas un rôle-clé dans la mise en pratique des ordonnances royales sur le commerce et le séjour dans les échelles ? Des présents furent finalement remis par de nouveaux consuls britanniques et français peu après leur arrivée à Tunis. Quelle en était la raison ? L’avènement déjà lointain du bey ou plutôt l’établissement toute récente du consul ? S’agissait-il simplement d’un gage d’amitié et de générosité ? L’implicite et le non-dit de l’acte permettaient ici encore des interprétations diverses ; de la sorte, chacun des interlocuteurs gardait la face. Pourtant, en suscitant cette ambiguïté autour d’actes coutumiers, la diplomatie française, mais aussi britannique réduisaient le caractère d’usage de ceux-ci.

27Les correspondances consulaires françaises et britanniques, mais aussi les comptes présentés par les consuls témoignent de l’omniprésence du don, en 1700 et en 1800. Au cours des transactions que nous avons analysées en introduisant l’échelle d’observation microhistorique dans la perspective – trop linéaire – de l’expansion d’un système international d’origine européenne, c’étaient en tout premier lieu les représentations attachées aux présents qui changeaient. On continuait certes à donner des présents, mais par le choix du moment, la valeur réduite et la sélection des objets ainsi que par les commentaires les désignant comme des gages d’amitié personnelle du donataire, on leur ôtait le caractère coutumier qui leur donnait l’aspect de tributs.

  • 36 Sur l’achat de canons et de fusils par le bey : Talleyrand, m.r.e. [= ministre des Relations extéri (...)

28Les différents acteurs de la diplomatie française et britannique essayaient de convertir des dons qui rappelaient des tributs en des prestations de type antagonistique susceptibles d’obliger le destinataire. Longtemps, les Français avaient soigneusement évité d’inclure des objets associés aux tributs, comme les armes, les munitions et les équipements pour les vaisseaux de guerre. De même, la vente de ces produits au Maghreb ne se faisait qu’en sous-main. Le fait qu’à partir de la fin du XVIIIe siècle, la diplomatie française tendait à autoriser la livraison d’armes et de munitions, en vertu d’un achat, voire d’un don, reflétait les transformations intervenues dans les rapports avec les régences. Fournitures et conseil militaires étaient en train de devenir les symboles tangibles d’une progressive mise en dépendance36.

  • 37 Notes pour diriger M.M. les consuls, jusqu’à ce que le règlement général de S.M. et les nouvelles i (...)

29Sous l’Ancien Régime, la question des présents dépendait pour les gouvernements français et anglais du rang du prince. La correspondance des consuls français, surtout, témoigne de la comparaison constante entre la France et les puissances « mineures ». La diplomatie française n’argumentait pas contre l’obligation faite à certains souverains européens de remettre des présents interprétés comme des tributs ; pour elle, la différenciation faite entre les puissances européennes confirmait la préséance du roi de France, qui, lui, prenait dans les échanges avec l’Empire ottoman et avec les régences le titre de « S.M. Impériale » et ne faisait pas de présents assimilables à des tributs. À Tunis, comme à Alger et Tripoli, les consuls affirmaient cette position moins en se refusant à remettre des présents qu’en se démarquant des autres puissances par la composition de ceux-ci ainsi que l’époque et la manière de les présenter. C’est ainsi que l’acte prenait de nouvelles significations. Comme le demanda le baron de Tott, une conception du présent comme gratification d’un « service rendu » devait en émerger, à la place de l’« humiliation par une espèce de tribut ». Ce n’était plus la morale du don, mais la logique du marché. En même temps, une délimitation nouvelle s’ébauchait entre les affaires publiques suivies par les consuls et les intérêts privés des négociants. Ainsi, selon le baron de Tott, la solution des premières devrait résulter de la fermeté des consuls, alors que « le négociant qui aura éprouvé une faveur » serait « lui-même chargé des frais de la reconnaissance »37. Les nouvelles distinctions du public et du privé qui étaient en train de s’établir en France tendaient à situer le présent dans la sphère privée. La transgression de cette limite sera perçue, comme le montre la dépêche de De Lesseps, comme « corruption ».

Notes

1 Marcel Mauss, « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », in : Société et anthropologie, précédé d’une introduction à l’œuvre de Marcel Mauss par Claude Lévi-Strauss, Paris, puf, 1966, p. 143-279 (1ère édition : 1950 ; le texte de M. Mauss fut publié en 1925) ; Claude Lévi-Strauss, « Introduction à l’œuvre de Marcel Mauss », in : Société et anthropologie, op. cit., 1966, p. I-LII ; Marshall Sahlins, « The Spirit of the Gift », in : Stone Age Economics, London : Tavistock Publications, 1974, p. 149-183 ; Maurice Godelier, L’énigme du don, Paris, Fayard, 1996, avec une ample bibliographie des travaux récents.

2 Voir, par exemple, Fatma Müge Göçek, East Encounters West. France and the Ottoman Empire in the Eighteenth Century, New York : Oxford U.P., 1987. Sur les origines du ministère des Affaires Étrangères de l’Empire Ottoman : Carter Vaughn Findley, Bureaucratic Reform in the Ottoman Empire. The Sublime Porte, 1789-1922, Princeton (NJ) : Princeton U.P., 1980, p. 126-140, et idem, Ottoman Civil Officialdom. A Social History, Princeton (NJ) : Princeton U.P., 1989. Sur les rapports entre Tunis et la Porte : Andreas Tunger-Zanetti, La communication entre Tunis et Istanbul 1860-1913 : Province et métropole, Paris/Montréal : L’Harmattan, 1996.

3 Cf., à titre d’exemples, Hedley Bull (éd.), The Expansion of International Society, Oxford : Clarendon Press, 1984 ; Wilhelm G. Grewe, « Vom europäischen zum universellen Volkerrecht. Zur Frage der Revision des “europazentrischen” Bildes der Völkerrechtsgeschichte », in : Zeitschrift für ausländisches öffentliches Recht und Völkerrecht, 42 (1982), p. 449-479, et Jörg Fisch, Die europäische Expansion und das Völkerrecht. Die Auseinandersetzungen um den Status der überseeischen Gebiete vom 15. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Stuttgart : Franz Steiner Verlag, 1984.

4 Samuel P. Huntington, « The clash of civilizations ? », in : Foreign Affaire, 72, numéro 3 (1993), p. 22-49.

5 Cf. Christian Windler, « Normen aushandeln. Die französische Diplomatie und der muslimische “Andere” (1700-1840) », article à paraître dans Ius Commune, 24 (1997).

6 Cf. Philippe Poutignat/Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité, Paris, puf, 1995, p. 192, sur la notion d’ethnicité ; cet ouvrage présente un état bien informé des débats sur le concept d’ethnicité. Dans ses travaux sur les groupes ethniques et leurs frontières, F. Barth s’est vigoureusement opposé à des conceptions substantialistes de l’identité ethnique ; il y a substitué une vision dynamique qui inspire l’approche suivie ici (voir Fredrik Barth (éd.), Ethnic groups and boundaries. The social organization of culture difference, Bergen/Oslo : Universitetsforlaget, London : George Allen & Unwin, 1969). L’introduction de Barth a été traduite en français, voir Poutignat/Streiff-Fenart, op. cit., 1995, p. 203-249.

7 Cf. Benedict Anderson, Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London (etc.) : Verso, 1991 (1ère édition : 1983).

8 Erving Goffman, Les rites de l’interaction, Paris, Minuit, 1974, p. 8 (édition originale anglaise : Interaction Ritual. Essaye on Face-to-Face Behavior, New York, Doubleday Anchor Books, 1967).

9 Cf. Ann Thomson, Barbary and Enlightenment. European Attitudes towards the Maghreb in the 18th century, Leiden (etc.) : E.J. Brill, 1987.

10 Cf. Barth, op. cit., 1981, p. 205, sur la coexistence des groupes ethniques : l’accord, nécessaire pour rendre possible la coexistence, peut se limiter aux signes et valeurs régissant les situation sociales dans lesquelles les acteurs interagissent effectivement, alors que les interdits sur d’autres situations maintiennent la différenciation.

11 Sur les conceptions musulmanes concernant les rapports avec des chrétiens et des puissances chrétiennes : cf., par exemple, Majid Khadduri, War and Peace in the Law of Islam, Baltimore : John Hopkins Press 1955 (1ère édition : 1940) ; Hans Kruse, lslamische Volkerrechtslehre, Bochum : Studienverlag Dr. N. Brockmeyer, 1979 (1ère édition : 1953) ; Alfred Morabia, Le Gihad dans l’islam médiéval. Le « combat sacré » des origines au xiie siècle, Paris, Albin Michel, 1993 ; Isam Kamel Salem, Islam und Volkerrecht. Das Volkerrecht in der islamischen Weltanschauung, Berlin : Express Edition GmbH., 1984 ; Joseph Schacht, An Introduction to Islamic Law, Oxford : Oxford U.P., 1964 ; Pedro T. Zwahlen, Normative Grundlagen des Rechtsverkehrs zwischen lateinisch-christlicher und islamischer Welt. Eine vergleichende Studie zur vormodernen Völkerrechtsgeschichte im Mittelmeerraum, mémoire inédit de licence, Université de Berne, 1996. Cf., en outre, les entrées « Aman », « Dar al-Cahd », « Dar al-harb », « Dar al-Islam », « Dar al-sulh », « Dhimma », « Djihad », « Imtiyazat », « MuCahada » de l’Encyclopédie de l’islam. Nouvelle Édition, tomes 1, 2, 3, 7, Leiden / New York / Paris, E.J. Brill, 1960, 1965, 1971, 1993.

12 Les auteurs qui se centrent sur l’analyse des textes normatifs européens tendent à sous-estimer l’importance pratique des normes non-européennes (par exemple Fisch, op. cit., 1984).

13 mae [= archives du ministère des Affaires étrangères, Paris], Personnel. 1ère série, carton 206.

14 De Lesseps, c.g. [= consul général, sous l’Empire : commissaire général], au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc [= Correspondance consulaire et commerciale], Tunis, vol. 48, f. 92v).

15 Lévi-Strauss, op. cit., 1966, p. XXXVII-XL, XLVI-XLVIII.

16 De Lesseps au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc Tunis, vol. 48, f. 92r/v).

17 Cf. Mauss, op. cit., 1966, p. 150-151.

18 De Lesseps au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc Tunis, vol. 48, f. 93v).

19 De Lesseps au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc Tunis, vol. 48, f. 93v). Sur le potlatch : Mauss, op. cit., 1966, en particulier p. 151-154, 258-259, 269-271 ; Godelier, op. cit., 1996, p. 20-21, 55-59, 79-109, 202-236.

20 De Lesseps au comte de Portalis, Tunis, 17.4.1829 (mae, ccc Tunis, vol. 48, f. 92v).

21 Voir la correspondance de Devoize in : A.N. [= Archives nationales, Paris], 327 AP 4, 6, 12, 14, 15, 17, 18, 30 et 31.

22 Traités du 30.8.1685, 4.9.1685 et 9.11.1742 (les versions françaises sont publiées dans : Eugène Plantet (éd.), Correspondance des beys de Tunis et des consuls de France avec la Cour, 1577-1700, tome 1, Paris, Félix Alcan, éditeur, 1893, p. 349-357, 366-369, tome 2, Paris, 1894, p. 362-365). Cf. Jörg Manfred Mössner, Die Völkerrechtspersönlichkeit und die Volkerrechtspraxis der Barbareskenstaaten (Algier, Tripolis, Tunis 1518-1830), Berlin, Walter de Gruyter & Co., 1968, p. 139-140.

23 Sorhainde, c. [= consul], au comte de Pontchartrain, Tunis, 7.11. et 15.12.1705 (A.N., AE, B 1127).

24 Perkins Magra, c.g., à Evan Nepean, Esq., Under-Secretary of State, Tunis, 14.9.1791 (pro [= Public Record Office, Kew], fo 77/3, f. 205v).

25 Dans un autre contexte, cf. Jacques Revel, « L’institution et le social », in : Bernard Lepetit, Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 63-84, ici : p. 84.

26 Traité du 8.8.1830, version française in : Plantet, op. cit., 1899, tome 3, p. 706.

27 Paul Masson, Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique barbaresque (1560-1793) (Algérie, Tunisie, Tripolitaine, Maroc), Paris, Hachette, 1903, p. 587.

28 Barthélémy de Saizieu, c.g., au comte de Sartine, m.M. [= ministre de la Marine], Tunis, 11.10.1776 ; État des dépenses faites à Tunis à l’occasion du mariage du fils aîné du Bey, Tunis, 10.10.1776, signé : Chaix, Saizieu (A.N., AE, B 1147, f. 146v-147v, 150r).

29 Esparron, v.c. [= vice-consul], à de Castries, m.M., Tunis, 13.6. et 26.9.1783 (A.N., AE, B 1150) ; idem à idem, Tunis, 4.6.1784, Note des présents envoyés par la cour de Suède au bey de Tunis (A.N., AE, B 1151).

30 Feuille pour le ministre de la Marine, Versailles, 11.12.1785 ; de Castries, m.M., à Durocher, c.g. à Tunis, Versailles, 16.12.1785 (A.N., AE, B 30, f. 538r, 540r).

31 Esparron, v.c., à de Castries, m.M., Tunis, 24.10.1786 (A.N. AE, BI 1152). Cf. Durocher, c.g., à de Castries, Paris, 13.1.1786 ; de Castries à Durocher, Versailles, 15.1.1786 ; Esparron à de Castries, Tunis, 30.7.1786 (ibid.).

32 Esparron, v.c., à de la Luzerne, m.M., Tunis, 15.7.1788 (A.N., AE, BI 1153, f. 28v).

33 De Chaleauneuf, c.g., au comte de la Luzerne, m.M., Tunis, 21.9.1790 (A.N., AE, BI 1153, f. 177v). Le consul de l’époque avait été instruit d’éluder toute demande de présents (de Castries, m.M., à Durocher, c.g., Versailles, 14.7.1782 ; A.N., AE, BI 27, f. 328r).

34 Traill, c.g., à Lord Sidney, Secretary of State, Tunis, 23.9.1786 (pro, fo 77/3, f. 49r).

35 pro, fo 77/2 et 3 (correspondance du consulat britannique à Tunis).

36 Sur l’achat de canons et de fusils par le bey : Talleyrand, m.r.e. [= ministre des Relations extérieures], à Devoize, c.g., Paris, 7 floréal an 11 [29.4.1803] (mae, ccc Tunis, vol. 37, f. 320v) ; Devoize à Talleyrand, Tunis, 10.12.1806 (Plantet, op. cit., tome 3,1899, p. 469) ; comte de Champagny, m.r.e., à Devoize, Paris, 30.9.1807 (mae., ccc Tunis, vol. 38, f. 271r/v).

37 Notes pour diriger M.M. les consuls, jusqu’à ce que le règlement général de S.M. et les nouvelles instructions qu’ils recevront en conséquence, fixent la conduite qu’ils auront à tenir dans leurs départements, et vis-à-vis les puissances du pays, jointes à la lettre du baron de Tott, datée à la Canée, 26.6.1777 (A.N., AE, B 233, pièce 53).

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search