Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Quatrième partie. Images de l'autre et reconstructions de l'histoire

L’image du barbaresque à Venise au début du XVIe siècle

Bernard Doumerc

Texte intégral

1Les Vénitiens sont des familiers de l’Ifriqiya. Durant tout le Moyen Âge ils entretiennent des relations politiques et économiques soutenues, révélant un climat d’entente cordiale réciproque, surmontant quelques incidents conjoncturels assez rares. Au début du XVIe siècle, la pénétration des Turcs vers le littoral africain provoque un réel malaise au sein du gouvernement de la République, mais de moins grande ampleur que les retombées de la « croisade africaine » entreprise par Ferdinand d’Aragon. Un autre élément déstabilisateur vient troubler les alliances politiques traditionnelles avec les émirs hafsides : il s’agit de l’apparition de flotilles de corsaires barbaresques durablement implantées dans la région. Les Barbaresques sont mal perçus par les chroniqueurs vénitiens, mais très vite une bienveillante neutralité se manifeste à l’égard de ces ennemis acharnés des rivaux de la République, ce qui entraîne une réaction des plus violente orchestrée par le Pape et menée par les puissances chrétiennes contre les Vénitiens entre 1500 et 1518 environ. Ces derniers, menant une politique ambiguë et prudente comme à leur habitude, gardent des contacts amicaux avec les corsaires barbaresques dans la plus grande discrétion. Confrontée à l’ambition de Charles-Quint, cette position devient vite intenable et la Sérénissime, marginalisée, se retrouve vite au ban des nations.

2Quand l’émir hafside Abu Abdallah Muhammad prend le pouvoir à Tunis en 1494, les Vénitiens ne manifestent plus un intérêt soutenu pour cette région de l’Afrique du Nord. La progression des armées ottomanes dans le bassin oriental de la Méditerranée après la chute de Coron et Modon suivant la terrible défaite de la première bataille de Lépante en 1499 confirme un relatif retrait de la présence vénitienne en Ifriqiya. Le premier signe tangible de ce repli est l’abandon de la muda al Trafego qui complétait efficacement le trajet parcouru par la muda de Barbarie. L’émir, qui réclamait depuis plusieurs années un passage régulier des convois de galères marchandes regrette l’interruption des lignes de navigation dont les échanges commerciaux constituaient une ressource primordiale pour l’économie de l’émirat hafside, menacé à l’ouest par les projets d’invasion des troupes ibériques, et à l’est par l’installation de flotilles de corsaires turcs en Tripolitaine.

3Grâce aux documents des archives de Venise et au texte des chroniques contemporaines écrites au sujet des convois des galères de Barbarie, on peut apprécier les difficultés croissantes entre les deux « nations ». Le but de ces quelques pages est d’évoquer la gêne croissante éprouvée par les Vénitiens pour continuer leur commerce face à la montée en puissance des royaumes d’Espagne.

  • 1 Archivio di Stato (par la suite asv), Venise, senato, mar, reg. 15, fol. 127.
  • 2 Ibidem, senato, mar, reg. 15, fol. 147 (mai 1500).

4Un coup sévère est porté au commerce maritime vénitien au cours de la guerre contre les Turcs (1499-1502), car l’État porte tout son effort dans cette entreprise. Les autorités politiques vénitiennes savent qu’il est important de maintenir une certaine activité commerciale pour ne pas perdre des marchés à moyen terme, et d’ailleurs, le Sénat prend des mesures pour inciter les patrons à investir, car le patriciat devient, petit à petit, assez frileux devant l’accumulation des difficultés : « Il est important que les galères de Flandres et de Barbarie partent de Venise »1. La même idée figure dans une autre décision sénatoriale du mois d’avril de la même année 1500. L’État vénitien sait qu’il doit tout faire pour que ce commerce fructueux se poursuive. Les marchands ont du mal à investir pour maintenir le niveau habituel des échanges. Cette mauvaise circulation des marchandises, due notamment à la pénurie de bateaux, est mauvaise pour l’économie vénitienne. Les preuves de ces difficultés sont abondantes dans les archives de la Sérénissime. Déjà, en mai 1500, le Sénat signale que Benedetto Dolfin, un citoyen vénitien, a acheté de la laine à Tortosa et ne peut la ramener à Venise faute de galères vénitiennes2. En plus, les Espagnols saisissent l’occasion pour repousser l’influence de ces marchands italiens dans les ports des Rois Catholiques qui entendent défendre leur commerce et contrôler les débouchés de leurs produits. Les marchands castillans veulent se débarrasser des Vénitiens qui contrôlent beaucoup de marchés en Espagne et la muda de Barbarie n’a pas la partie facile lorsqu’elle accoste dans les ports espagnols ou barbaresques.

  • 3 asv , senato, mar, reg. 15, fol. 129 et B. Doumerc, « La ville et la mer : Tunis au xve siècle » da (...)

5Dès mai 1502, le Sénat signale le retour de marchandises invendues des galères de Barbarie. L’addition de certains facteurs défavorables aux Vénitiens commence à avoir de sérieuses répercussions sur le commerce vénitien dans l’ouest méditerranéen. Les autorités politiques connaissent la vitalité de ce marché, surtout à cause de la montée en puissance des Turcs dans l’orient méditerranéen. C’est pour cela que le Sénat décide que les marchandises invendues des galères de Barbarie sont exemptées de repayer les nolis au départ de Venise3. La Sérénissime veut continuer à entretenir de bonnes relations avec les musulmans de Barbarie comme avec les chrétiens espagnols pour conserver des marchés importants et jouer leur traditionnel rôle d’intermédiaire.

6La mentalité vénitienne est différente de celle des Ibériques surtout de celle des Castillans ou des Portugais au sujet des relations avec les musulmans d’Afrique du Nord, et cela pour des raisons historiques. Deux grands principes différencient les politiques extérieures espagnole et vénitienne. Les Espagnols ne veulent pas commercer avec les musulmans de la même façon qu’avec les chrétiens. D’autre part, ils entendent s’approprier de nouveaux territoires en Afrique, pour surveiller le commerce par la présence militaire et la perception de taxes sur les transactions. Les politiques commerciales sont antithétiques : la confrontation est inévitable. La couronne d’Espagne veut renverser les rapports de force avec les Vénitiens qui avaient les bonnes cartes en main, mais le nouveau contexte offre une nouvelle donne, et l’État espagnol est le mieux servi. Les Castillans veulent jouer les premiers rôles sur le plan commercial en Méditerranée. Pour cela, ils doivent repousser l’influence et les monopoles des Italiens (Génois, Vénitiens…) installés depuis plusieurs siècles dans les villes de Barbarie. Cette ambition mercantile est revigorée par l’idéal de croisade et la volonté politique des Rois Catholiques de ne plus être dépendants des marchands italiens pour la commercialisation de leurs produits (laine, céréales, etc.).

7La prise du port de Mers-El-Kébir en 1505 renforce l’ardeur des Ibériques. Un incident rapporté au Sénat vénitien résume la situation conflictuelle entre Vénitiens et Espagnols :

  • 4 asv , senato, mar, reg. 17, fol. 18 ν’.

« À propos de l’Incanto de 1505, on a décidé que les laines apportées à Venise devraient payer la moitié du nolis aux galères de Barbarie. Sont arrivés des navires de marchands castillans et sujets de La Majesté Catholique d’Espagne. Ils doivent payer 499 ducats mais ils refusent… »4.

  • 5 Voir les travaux de Jérôme Cathala menés au sein du cirejed et B. Doumerc : « Le consulat vénitien (...)

8Une recherche plus poussée permettrait de multiplier ce type d’exemple. Cet affrontement commercial ne s’est pas seulement déroulé en Barbarie mais aussi en Adriatique. C’est un aspect essentiel pour comprendre « les croisades africaines ». Les marchands castillans veulent s’emparer du rôle d’intermédiaire que jouent les Vénitiens. Ils poussent la logique jusqu’au bout, en apportant eux-mêmes la laine d’Aragon dans le port italien. Ils veulent vendre les marchandises directement, pour obtenir de substantiels bénéfices et diminuer la mainmise vénitienne sur certains circuits, avec l’aide de l’État espagnol5.

9Les premiers signes de la politique impérialiste espagnole sont visibles dès le début du XVIe siècle et la Méditerranée occidentale est un lieu privilégié de cette politique. Mais le commerce vénitien, malgré son recul, reste important surtout grâce aux riches convois du Levant : le commerce vénitien en Barbarie, malgré les efforts consentis, est en crise, en grande partie à cause de l’expansion ibérique. Malgré les décisions du Sénat en faveur des mude de Barbarie, les Vénitiens ont du mal à maintenir cette ligne. Les convois sont moins fréquents, et sont arrêtés momentanément pendant la guerre contre les Turcs. Ils reprennent en 1502. Cette année-là, un convoi de deux galères quitte Venise pour la Barbarie et l’Espagne. L’année suivante, deux convois de deux galères quittent Venise avec Andrea Mocenigo et Pietro Bragadin à leur bord. La volonté de relancer cette ligne reste vivace dans l’esprit des autorités vénitiennes.

10En 1504 et 1505, un seul convoi quitte la cité italienne. Pire, en 1506, les Vénitiens sont dans l’incapacité d’en organiser un. Le convoi de 1508 est le dernier d’une longue série. Il s’inscrit dans un changement de contexte international radical, et fatal à la primauté commerciale de l’État vénitien. La ligue contre la Sérénissime (1509-1510) est un coup fatal porté à son dynamisme commercial dans l’occident méditerranéen. Mais comme nous l’avons vu, de nombreuses banderilles avaient été soigneusement posées par les Ibériques contre les Italiens omniprésents en Barbarie et en Espagne. Voyons comment ont évolué les relations vénéto-espagnoles pendant et après les grandes campagnes des « croisades africaines ».

11Jusqu’en 1508, les assauts espagnols concernent uniquement l’ouest maghrébin. Les différentes conquêtes se font au coup par coup, avec un objectif précis constitué par la prise d’une cité portuaire. Les Espagnols sont attachés à la poursuite de la Reconquista sur le continent africain. Ces premières expéditions sont bien préparées, et l’on peut dire que leurs résultats sont probants. Ces attaques justifiées par l’idéal de croisade trouvent l’appui de la papauté et du haut clergé séculier espagnol. Par ailleurs, les Ibériques cherchent à sécuriser les côtes espagnoles exposées aux raids des pirates musulmans, plus nombreux depuis la chute de Grenade, et à maîtriser pleinement la circulation maritime. En plus, le contrôle du littoral africain jusqu’à Oran ou Alger semble être un objectif raisonnable et conforme aux mentalités castillanes. Mais dès 1509, la politique espagnole en Barbarie change d’objectif et de méthode.

12L’échec des troupes espagnoles dirigées par Pedro Navarro à Honein, à cause de l’aide apportée par les Génois aux musulmans, n’est pas un gros obstacle pour continuer cette entreprise. Une armée de plus de 20 000 hommes avec à sa tête Pedro Navarro et le cardinal-archevêque Ximenes de Cisneros quitte Carthagène le 16 mai 1509. Quelques jours après, Oran tombe sous les assauts de l’armée espagnole : un objectif majeur des autorités espagnoles est réalisé. Pourtant, ce n’est que le début d’une folle course vers l’Est. Désormais, les troupes de Pedro Navarro développent une politique de conquêtes et de pillages, soutenue par le roi Ferdinand et Ximenes de Cisneros. La politique expansionniste et impérialiste des Espagnols connaît ses premiers coups d’éclat qui se soldent par la prise de Bougie et d’Alger en janvier 1510. Mais les dirigeants de l’État castillan soutenus par le Pape sentent qu’il faut profiter de la dynamique pour prendre d’autres villes et maîtriser l’ensemble du bassin occidental de la Méditerranée.

13Les Vénitiens empêtrés dans des luttes vitales au nord de la péninsule italienne ne peuvent pas réagir, et c’est pour cela que les Espagnols profitent du contexte pour continuer à s’emparer des grandes cités portuaires de Barbarie. Désormais, les dirigeants castillans veulent maintenir ces ports qui sont les points d’arrivée des caravanes africaines chargées d’or et d’autres marchandises. Les Vénitiens sentent que l’objectif principal des Espagnols est de diminuer leur présence en Barbarie en usant de tous les moyens possibles. Les chroniqueurs italiens pensent que la ligue des souverains chrétiens est un moyen terrible pour diminuer la force de l’État vénitien. Ils sentent que la religion est devenue un prétexte pour maîtriser la péninsule italienne et asphyxier la seule puissance politique capable de résister. Profitant du contexte favorable, les Espagnols lancent des attaques pour contrôler le commerce en Barbarie. Le chroniqueur vénitien, installé en Sicile décrit sa vision de l’expansion espagnole :

  • 6 Marino Sanudo, I. Diarii, deuxième édition, Bologne, 1989, 58 volumes, tome 10, c. 117, et Nicolas (...)

« On a publié la ligue de Sa Majesté d’Espagne avec l’Empereur et on a fait des festivités pour la conquête de Bougie. Et l’on dit de façon certaine que la France aurait adhéré à cette ligue et que le roi d’Espagne a constitué la ligue à sa façon avec le roi d’Angleterre et le roi de France, sans rien dire au Saint-Père. Ainsi, leurs quatre couronnes seraient alliées pour toujours pour faire fonctionner l’Église à la façon de Saint-Pierre. Et ils veulent défaire les communautés et seigneuries d’Italie et puis veulent aller contre les infidèles »6.

14Les Vénitiens comprennent que l’objectif des souverains « chrétiens occidentaux » est de se partager la péninsule italienne. Pour cela, ils misent sur le morcellement politique et sur l’appui de la papauté qu’ils entendent servir. Venise, à ce moment-là, est la première puissance politique en Italie. L’objectif est évident : faire reculer Venise, c’est éliminer le seul État vraiment gênant pour dominer politiquement le territoire italien. Pietro Venier pense que cet objectif est prioritaire dans la constitution de la Sainte Ligue. Selon lui, l’objectif de guerre sainte est secondaire, lié à l’entente politique avec le Pape. Le Roi Catholique est le chef de cette union, ce qui lui permet de ne pas consacrer tous ses moyens financiers et humains pour les guerres d’Italie. Ainsi, il peut continuer avec vigueur la conquête de l’Afrique, fidèle à la politique extérieure de l’État castillan. Par ailleurs, Ferdinand veut posséder d’autres points d’appui pour sécuriser la navigation entre la péninsule ibérique et le sud de l’Italie. Le chroniqueur vénitien sent que l’objectif de la ligue est l’Italie alors que l’Espagne vise plus loin : l’Italie et l’Afrique.

15Les Catalans ne veulent pas participer financièrement à ces expéditions dont ils ne voient pas les retombées pour leur commerce :

  • 7 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 10, c. 116, et J. Guiral-Hadziossif, « L’expansion catalane en Mé (...)

« Sa Majesté est à Monçon en Aragon pour les cortes qui ne sont pas terminées car il y a eu des altercations, mais la fin semble proche »7.

16C’est le début d’une politique impérialiste et protectionniste de l’État castillan : Ferdinand est le premier défenseur de cette politique ambitieuse. Profitant du contexte favorable, Ferdinand veut poursuivre la conquête africaine en utilisant les ressources financières du royaume d’Aragon-Catalogne. D’un autre côté, le trésorier général de la couronne de Castille, Alphonso Sanchez organise l’exploitation des présides espagnols. Quelques serviteurs zélés castillans cherchent à écarter la concurrence des Catalans, des Génois et des Vénitiens pour s’approprier la plupart des affaires avec les seigneurs et les marchands musulmans. On comprend pourquoi l’État castillan cherche par tous les moyens à poursuivre la conquête, même après la prise de Tripoli.

17La Castille va choisir la « préférence européenne ». Ce tournant dans la politique extérieure espagnole se produit à la fin 1510. Ferdinand, qui a réaffirmé son autorité sur le pays, dirige de main de maître les royaumes d’Espagne. Les victoires politiques et militaires donnent une excellente image de la Castille. Le problème de la succession au trône espagnol se pose, et l’on négocie entre souverains chrétiens pour désigner un successeur qui soit le meilleur possible. Il est incontestable que les royaumes d’Espagne jouent un rôle prépondérant dans l’occident chrétien. Les Espagnols ont créé une ligue puissante pour attaquer Venise et pour continuer les conquêtes africaines en même temps, par leurs propres moyens et pour leurs propres intérêts. Les Vénitiens sont effrayés par ce consensus international contre leur Seigneurie :

  • 8 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 10, c. 117 et J. Perez, Isabelle et Ferdinand : rois catholiques (...)

« Et beaucoup disent que le roi de France, ta Bretagne, Gênes et la Riviera, la Provence préparent une grosse armée. Tout cela veut dire que la guerre ne sera pas finie tant qu’ils n’auront pas défait notre patrie et tant que le Pape n’en aura pas une »8.

18Le chef de guerre, Pedro Navarro, corsaire devenu capitaine général d’une armée de 20 000 hommes, n’a pas changé d’objectif au fond de lui-même. Il agit seulement pour son intérêt pensant s’enrichir en pillant les cités musulmanes de Barbarie. Toutefois, les émirs entretiennent encore de bonnes relations avec les marchands chrétiens, tant qu’ils ne sont pas directement menacés, tel celui de Tunis :

  • 9 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 11, c. 708.

« Certains marchands expédiés là-bas sont revenus, ce dernier leur a fait bonne compagnie. Il les a sollicités pour qu’ils envoient du froment. Il les payerait bien et il les recevrait convenablement. Ainsi aurait agi l’émir de Tunis »9.

19Par ailleurs, ces attaques incessantes de Pedro Navarro sans un réel objectif politique diminuent sérieusement les chances des Espagnols de s’installer durablement en Ifriqiya. Il semble que les Espagnols pourraient s’installer dans certaines villes grâce aux querelles entre les différents caïds locaux, mais la situation se dégrade à cause de ces attaques permanentes de Pedro Navarro, compromettant toute chance d’installer des protectorats politiques :

  • 10 Ibidem, 11, c. 709.

« L’émir de Djerba a écrit au Vice-Roi pour se plaindre du capitaine du Roi qui a agi sans ordre de Sa Majesté comme si c’était un ennemi… »10.

20Comme d’habitude, les autorités politiques musulmanes sont plus indulgentes que le peuple à l’égard des chrétiens, malgré quelques accrochages par voie diplomatique. Le commerce avec les Vénitiens est capital pour les ressources financières de l’émirat. Les attaques destructrices de l’armée espagnole sur Tripoli ou Djerba mettent en colère le peuple qui a peur d’une éventuelle intervention contre la capitale. Le sentiment religieux stimule une réaction communautaire du peuple musulman face à ces attaques au nom de la foi chrétienne. Les marchands chrétiens présents dans la capitale hafside sont pris pour cible par la populace. L’émir doit prendre des mesures pour protéger ces marchands dont il connaît l’importance pour la vie économique de son pays. Par lettre de Tunis, on apprend :

  • 11 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 11, c. 709.

« […] que le roi a fait bonne compagnie à tous les marchands chrétiens, malgré la perte de Tripoli. Et les Maures avec leurs chefs voulaient tuer tous les chrétiens. Le roi montant à cheval a dit qu’il allait les protéger. Et la nuit, trente à quarante personnes protégeaient les fondoucs chrétiens jusqu’à ce qu’arrive la nouvelle de la défaite de l’armée de La Majesté Catholique par les Maures. À ce moment-là, ils firent la fête. Les barrages furent levés et personne ne nuit aux Chrétiens »11.

  • 12 Ibidem,, 11, c. 710-.711.

21Malgré l’attitude bienveillante des autorités politiques hafsides, les Vénitiens font les frais de l’attitude belliqueuse des Espagnols. Une fois de plus, le commerce vénitien rencontre des difficultés pour maintenir son activité en Barbarie : « Cet émir ne veut pas payer notre nation comme il est de son devoir. Et nos marchands n’ont rien obtenu »12.

22Les Vénitiens sérieusement affaiblis sentent qu’ils doivent rejoindre à tout prix le camp de La Majesté Catholique. Les négociations qui se déroulent à la morte saison réjouissent les chroniqueurs vénitiens :

  • 13 Marine Danudo, Diarii, op. cit., 11, c. 712.

« … des lettres de Barcelone disent que bientôt La Majesté Catholique se liguera contre la France, des personnes dignes de foi le disent. Le Roi Catholique sera en bonne compagnie et agira intelligemment avec Notre Seigneurie »13.

23Les Italiens ont un double intérêt à pousser les Espagnols à changer leur politique extérieure. D’une part, ils ne veulent plus lutter pour défendre le Dogado. D’autre part, les Espagnols engagés fermement en Italie, auraient moins d’énergie à reporter en Afrique du Nord. Ils espèrent secrètement que les « croisades africaines » s’arrêtent pour que le commerce puisse bénéficier de meilleures conditions entre Italie du Sud et en Barbarie. D’ailleurs, les Vénitiens saisissent l’occasion pour reprendre de bonnes relations diplomatiques avec les royaumes de Naples et de Sicile qui, plus que jamais, sont importants pour réactiver le commerce. Le consul Vénitien de Palerme applique à la lettre cette nouvelle stratégie :

  • 14 Ibidem, 11, c. 714.

« .. J’ai présenté une lettre de Notre Seigneurie à cet Illustrissime Vice-Roi. Dans son Conseil, il l’a fait lire et se réjouit de sa venue. Il ne peut pas faire la réponse pour l’instant, mais bientôt il la fera »14.

24Une lettre de Pietro Venier, du 24 décembre 1510, donne le point de vue d’un citoyen de la Sérénissime sur ces « croisades africaines ». Il pense que les Espagnols ne poursuivront pas l’aventure africaine à cause des échecs et des désertions dans l’armée de Pedro Navarro à l’automne. Mais le Roi Catholique entend entretenir l’image de ses royaumes. Il veut constituer une grosse armée pour impressionner les autres nations selon le chroniqueur vénitien. Toutefois, le Vénitien ne comprend pas pourquoi il fait confiance à Pedro Navarro pour diriger ses futures opérations :

  • 15 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 11, c. 736.

« Pour ce qui s’est passé à Tripoli, les soldats l’accusent et le condamnent car il ne sait pas diriger et gouverner. Cependant, La Majesté Catholique a approuvé chaque opération, et pire elle entend continuer avec ardeur la conquête. Que Notre Seigneur Dieu lui donne une belle victoire »15.

25Les Vénitiens redoutent la poursuite des opérations militaires espagnoles qui compromettraient encore plus la situation pour les chrétiens en Ifriqiya. Leur démarche politique et diplomatique va dans ce sens.

26Au-delà de ces négociations et de ces rumeurs, on peut citer des exemples concrets de conflits financiers liés au commerce maritime. L’agresseur est l’État castillan qui agit en s’appuyant sur ses « colonies italiennes ». Pietro Venier décrit un événement qui résume cette situation :

  • 16 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 11, c. 831.

« Avant-hier, je me suis retrouvé devant cet Illustrissime Vice-Roi. Il me dit qu’une représaille contre les Vénitiens de 30 000 ducats sur ordre royal lui était parvenue et qu’il l’avait remise à l’avocat fiscal. Je lui dis que nous prétendions protester devant Sa Majesté pour la faire suspendre et empêcher qu’elle ne soit de nouveau publiée, car pour une telle représaille notre nation ne pourrait plus naviguer par ici et rester en conflit avec les douanes et les lois de l’Altesse Catholique et du royaume… »16.

27Même si les rapports officiels s’améliorent entre l’État vénitien et l’État espagnol, les délégués au service du Roi Catholique continuent à perturber le commerce vénitien. Les Ibériques maintiennent la pression pour contrôler les échanges économiques avec la Sicile. Une autre indication du chroniqueur vénitien permet de mieux connaître la raison exacte de ce genre d’affrontement. Il dénonce l’attitude des particuliers et des agents espagnols qui profitent de leur position pour s’enrichir personnellement, puisqu’ils reçoivent leur solde en fonction du trafic et des taxes. En plus, ces marchands castillans cherchent à repousser la présence vénitienne en Sicile et en Afrique du Nord par des mesures dissuasives pour mieux contrôler le marché et s’octroyer quelques monopoles :

« Et bien sûr, Sa Majesté, le roi n’en a rien su. Encore, cela s’est passé avec la faveur des particuliers. Et il me répondit qu’il ne doutait pas que ses représentants voulaient lui obéir, mais qu’il était vrai que Sa Majesté ne savait pas grand-chose… Bientôt, Notre Seigneur Dieu donnera un accord entre Sa Sérénissime Couronne et Votre Illustrissime Seigneurie… ».

28Il ne fait pas de doute que les Espagnols continuent à maintenir la pression sur les Vénitiens en profitant de l’incertitude sur la suite des « guerres d’Italie ». Les intérêts privés et publics se confondent dans une même démarche.

29Au mois de mars 1511, comme d’habitude à cette époque de l’année, les mouvements des hommes et des marchandises s’accélèrent. Pelegrin Venier informe la Seigneurie des nouvelles qui arrivent de Sicile. La confirmation des changements d’alliance soulage les Vénitiens qui ont été malmenés par la Ligue (1509-1510). La nouvelle, venue de Naples, arrive rapidement en Sicile : « On a fait une ligue entre le Pape, l’empereur, l’Altesse Catholique et Notre Illustrissime Seigneurie, ce qui contente tout le monde ». L’objectif de poursuivre les « croisades africaines » subsiste chez les dirigeants espagnols, tout en sachant que les affaires d’Italie restent prioritaires. Les Vénitiens craignent que cette armée ne se dirige vers l’Afrique comme le disent les Ibériques :

  • 17 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 12, c. 101, 102.

« Aussi, il écrit que beaucoup de préparatifs se font pour la conquête de l’Afrique. Et l’on dit partout que La Majesté viendra par ici pour cet objectif »17.

30Pendant toutes ces années, le commerce maritime est touché. Même si le climat politique est redevenu favorable aux Vénitiens, il leur faut faire de gros efforts pour relancer certaines lignes commerciales interrompues. Les serviteurs de l’État vénitien accomplissent leur tâche avec rigueur, signalant les opportunités éventuelles pour le commerce. Un rapport de Pietro Venier rend compte de la situation et du rôle que peut jouer la Sérénissime en Sicile :

« Ici, il n’y a pas de tissus qui arrivent de Venise, pas de soie, pas de laine, pas d’épices, pas de parfum, pas de cuivre. Si vous envoyez de toutes ces choses, cela ferait du bien ».

31Le commerce vénitien a considérablement souffert de ce conflit durable. Il est à l’image d’une nation fatiguée, marquée par des années d’effort de guerre difficile à soutenir. L’aristocratie a tendance à se replier sur la terre ferme, dans ses propriétés foncières, investissant beaucoup moins dans le commerce maritime qui lui a permis jadis de bâtir une immense fortune.

32Les nouvelles qui arrivent de Sicile ne font pas de doute ; les observateurs vénitiens l’ont bien compris. Ferdinand veut avant tout renforcer son autorité sur ses terres italiennes et jouer les premiers rôles dans toute la Péninsule. C’est pour cela que les Vénitiens redoutent les Espagnols et se méfient de leurs préparatifs militaires car ils sont réalistes quant aux intentions ibériques :

« La Majesté était à Séville et tout devait être prêt à partir en avril et il devait embarquer à Malaga. On dit que cette armée a trois buts : le premier, pour les affaires d’Italie plutôt contre les Français. La deuxième raison serait le châtiment des Napolitains et des chefs de ce royaume pour leur opposition à l’Inquisition, et l’autre pour les affaires de Barbarie ».

33Le citoyen de la Sérénissime craint un durcissement de la part des Espagnols dans leurs possessions italiennes. Cette éventuelle intervention serait défavorable au commerce vénitien en Italie du Sud, car de nombreux bateaux viennent trafiquer dans les ports du royaume de Naples et de Sicile avec profit.

  • 18 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 12, c. 129.

34Plus les jours passent et plus l’objectif de l’armée espagnole devient clair aux yeux des Vénitiens. Une lettre du 25 mars 1511 du consul vénitien confirme les rumeurs précédentes à propos de l’objectif de cette armée qui viendra : « … en Italie pour les affaires de Naples »18.

35Au fil des jours, l’objectif africain devient de moins en moins probable. Ces préparatifs militaires abondants dans les royaumes d’Espagne permettent au Roi Catholique d’affirmer son autorité sur tous ses sujets. Son attitude préfigure celle de son petit-fils et successeur, Charles Quint, quelques années plus tard. Les représentants du Roi Catholique mobilisent les forces dans chaque partie de son vaste royaume pour mettre en œuvre une politique destinée essentiellement à servir les ambitions du monarque espagnol :

« On attend l’Illustrissime Vice-Roi de Naples avec de l’armée et des chevaux et un grand nombre de soldats. Ici (en Sicile), on organise le recrutement des hommes d’armes et dans quelques jours, ils défileront ».

36En effet, une lettre de Pelegrin Venier, du 14 juin 1511 donne de nouvelles informations à la Seigneurie. Elles concernent le passage des Espagnols en Italie contre les Français. La première conséquence de cette décision est le licenciement de l’armée de Naples et de Sicile qui attendait l’arrivée des Ibériques pour agir. Ferdinand donne des instructions pour que l’armée arrête toutes ses opérations de préparation :

« Il ordonne que cette armée ne parte plus en Sardaigne, qu’elle ne charge plus de provisions ; mais elles étaient déjà achetées… Du coup, ils ont revendu du vin et d’autres nourritures qu’ils avaient achetés ».

37D’autre part, l’autre conséquence majeure de ce revirement de l’armée du Roi Catholique est l’amélioration des rapports entre les Espagnols et la population locale autour du préside de Tripoli. La tension diminue entre chrétiens et musulmans en Ifriqiya suite à ce changement dans la politique extérieure de l’Espagne. Mais elle ne disparaît pas pour autant. Même si la menace espagnole ne pèse plus sur les Hafsides, les marchands italiens pâtissent pendant de nombreuses années de toutes ces années d’affrontements, malgré la volonté des autorités musulmanes de poursuivre le commerce avec les Vénitiens :

« Et pour cela, les marchands ne peuvent avoir les paiements de cette couronne, surtout notre nation, et nous recommandons la clémence de Votre Illustrissime seigneurie, surtout qu’ils désirent nos galères ».

38La tension retombe vraiment après le revers de l’escadre franco-génoise contre Monastir et Sousse au cours de la même année. Cette alerte est suivie quelques années plus tard par le drame de 1517, après un nouvel assaut de Ugo de Moncada et Pedro Navarro contre Mahdia :

  • 19 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 24, c. 240.

« On dit que des prisonniers espagnols, après avoir tué leur maître, un riche marchand, se sont réfugiés dans le fondouc vénitien, et la populace déchaînée saccage le bâtiment et l’église attenante »19.

39Ce grave incident a de lourdes conséquences pour l’avenir et empoisonne le climat entre les deux nations. Malgré tout, un voyage de galères est organisé pour faire le point de la situation sur place.

40Donc, en 1517, les Vénitiens essaient de réactiver la ligne malgré les difficultés considérables pour organiser et mener ce voyage jusqu’au bout. En effet, Venise souhaite obtenir les sauf-conduits nécessaires pour toucher les ports espagnols d’Afrique et aussi ceux du littoral aragonais. L’envoyé de la Sérénissime Francesco Corner tente de contacter Charles Quint, toujours en déplacement, et arrive en mai 1517 à rencontrer un chancelier à Bruxelles. Les discussions s’engagent mais ce sauf-conduit concerne plus les galères de la mude de Flandres que celles de Barbarie. L’orateur vénitien dépité, force le barrage des serviteurs zélés et obtient un sauf-conduit pour l’accueil des bateaux vénitiens en Castille, mais toujours rien pour les ports d’Aragon ou du royaume de Naples. En novembre 1517, le Vénitien poursuit l’empereur jusqu’à Valladolid et présente la même requête ; mais la réponse reste très évasive. Pourtant le gouverneur de Sicile, Francisco Munos appuyait ouvertement cette démarche. Les royaumes sous domination castillane continuent à perdre de leur autonomie politique et économique. Les Italiens essaient de réagir en regroupant leurs forces pour conserver un niveau des échanges commerciaux habituel face à l’interventionnisme espagnol. La monarchie espagnole a une attitude de plus en plus impérialiste et mercantiliste.

  • 20 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 25, c. 83.

41Le convoi de 1517 qui part début juillet de Venise avec Pietro Michel, le capitaine, va durer deux ans à cause des nombreuses difficultés rencontrées. À Tunis, en septembre, il est attaqué et doit s’enfuir à cause de l’assaut mené par Pedro Navarro contre Mahdia. À Syracuse, l’escale fut un succès puisque « cela fait dix ans qu’il n’y avait pas eu de galères »20. Mais les perturbations politiques entre les émirats de Fez et de Tlemcen posent d’autres problèmes dans cette région peu sûre de la Barbarie. À Valence, des corsaires catalans menacent les galères, et le consul représentant les intérêts vénitiens, Alvise Cinto, achète les armes et prévient les autorités de la ville. En plus, le golfe de Sfax en Ifriqiya devient infréquentable.

42L’arrivée de Barberousse dans les eaux barbaresques, et la prise d’Alger par ses hommes en 1516 contribuent à brouiller les « schémas traditionnels ». Il cherche à établir sa suprématie et il envoie des émissaires pour vendre le produit des prises aux patrons vénitiens forts embarrassés par cette démarche. De leur côté, les Espagnols furieux constatent « que les galères de ces maudits vénitiens font plus volontiers leur commerce avec les Maures qu’avec les chrétiens ». En plus, les royaumes chrétiens ont peur de l’expansion ottomane, surtout après la victoire de Sélim 1er contre les Mameloucs d’Égypte. En une vingtaine d’années, le climat entre Vénitiens et musulmans s’est nettement détérioré. Les « croisades africaines » ont participé à ce changement, surtout celles de 1510. Venise est victime de cette évolution du contexte international, son commerce en Barbarie est atteint en plein cœur. Les Espagnols, ne souhaitant pas partager l’activité des échanges commerciaux, découragent par tous les moyens les entrepreneurs vénitiens. Les derniers convois ne sont pas des succès et Venise arrête définitivement cette ligne en 1533, car la Sérénissime ne peut à elle seule maintenir le lien fragile avec ses anciens partenaires.

43Ces « croisades africaines » réalisées au nom de la foi chrétienne avec l’aide de la papauté, ont permis à l’Espagne de réaliser une belle expansion politique et économique en Méditerranée occidentale avec les conséquences que l’on sait pour les Vénitiens.

  • 21 A.S.V., Avogaria di Comun, reg. 179 et Incanti di galere, reg. 2. Voir aussi le mémoire de maîtris (...)

44La ligne de Barbarie est suspendue à plusieurs reprises puisque pendant la période comprise entre 1494 et 1500, il n’y a eu que trois convois (soit six galères), et qu’entre 1502 et 1524 il n’y a eu que onze convois, soit vingt-six galères21. Une longue interruption entre 1509 et 1516, suite aux difficultés de Venise pendant la Ligue de Cambrai, marque une rupture décisive dans les bonnes relations entre la république de Venise et l’émirat hafside de Tunis. Quelques voyages postérieurs en 1524, 1526 et 1533 par exemple sont organisés pour préparer le rapatriement de la communauté italienne et la sauvegarde des intérêts commerciaux. La muda al Trafego quant à elle, est définitivement abandonnée après 1500, au moment où le potentiel naval est sérieusement endommagé par l’escadre turque au large de Zante et de Céphalonie.

  • 22 C’est le même personnage qui se rend à Valence en 1514 pour chercher un compromis, cf. E. Salvador (...)

45L’émir hafside est alors en grande difficulté, et il envoie un ambassadeur à Venise pour réclamer une collaboration économique aussi étroite qu’elle l’était auparavant. Après 1496 il n’y a plus de consul vénitien à Tunis et l’isolement menace le fragile émirat : son ambassadeur El Fachi Simamet Benasfor n’est pas accueilli avec enthousiasme à Venise en 1506. Pourtant en Ifriqiya tout le monde souhaite le succès de cette démarche22. Le déficit du commerce ne cesse de croître malgré l’exportation de l’or du Soudan et des esclaves noirs venus d’Afrique : sur place l’artisanat végète et les exportations sont fortement ralenties par l’irrégularité des passages des navires vénitiens. Hélas pour l’émir, il n’est plus en mesure d’exiger quoi que ce soit car il est désormais en infériorité politique et remet son sort à une collaboration forcée avec les corsaires turcs dépêchés aux avant-postes par le sultan Ottoman Selim I. Celui-ci prépare la grande offensive contre les Mamelouks d’Égypte qui se terminera en 1517 après la prise du Caire. La croisade africaine menée par les troupes venues de la péninsule ibérique modifie en profondeur la position historique de Venise face à l’émirat hafside.

46Les Vénitiens ne soutiennent pas les initiatives de la chrétienté en Afrique du Nord, bien au contraire, car ils comprennent alors que les lignes de navigation sont menacées. En effet les incidents se multiplient à l’encontre des galères marchandes arborant le pavillon de saint Marc. Cette attitude agressive à l’égard des commerçants vénitiens semble tout à fait justifiée. En effet, les démarches entreprises par l’ambassadeur ifriqiyen prouvent bien que les Italiens fournissent régulièrement des matériaux stratégiques et des armes, même si les spécialistes de ce trafic sont les Basques. Ceux-ci importent des armes ou du métal brut en Ifriqiya, et, au retour de leur expédition, s’attaquent aux navires vénitiens car ils veulent, eux aussi, éliminer ces concurrents.

47Tout semble se liguer alors contre les intérêts vénitiens : cette frontière mouvante conditionne les nouveaux axes des flux économiques. Pendant quelques années Venise tente de préserver les positions acquises depuis des siècles puis se retire prudemment non sans avoir tenté l’impossible pari de pactiser avec les corsaires barbaresques.

  • 23 A. Tenenti, « La formation de l’image de Soliman à Venise », dans Soliman le Magnifique et son tem (...)

48À Venise, l’apparition du Barbaresque survit de façon inattendue23. Habitués depuis des siècles à fréquenter les rives de l’Ifriqiya avec profit dans un bon climat de relations cordiales, les Vénitiens créent une image complexe qui perturbe les relations traditionnelles. Après le temps d’hésitation nécessaire à l’établissement de leur opinion, les Vénitiens savent en 1518 que les Barbaresques se sont placés sous la protection du sultan ottoman, ce qui rassure le gouvernement. De fait, l’adversaire est le soldat espagnol et le partenaire est le corsaire barbaresque. La politique décidée au bord de la lagune allait une fois de plus surprendre l’Europe chrétienne !

49Pour Venise, après 1509, l’ennemi n’est pas le Barbaresque, cela est avéré : submergée par les attaques venues de toutes parts, la Seigneurie veut garder l’essentiel de ses lignes maritimes, et en ce début du XVIe siècle les galères ne sont jamais attaquées ouvertement par les corsaires turcs. Depuis 1508, Aruj et ses frères occupent une base navale sûre en Tripolitaine. En 1510 le chef de la flottille devient gouverneur de Djerba et contrôle le golfe de Sfax : sa marche vers l’ouest à la rencontre des troupes espagnoles est progressive et prudente. Les Vénitiens entrent à plusieurs reprises en contact avec Aruj (Urve) et ensuite avec Khair edDin (Ariodant), le vainqueur d’Andrea Doria, et toute l’ambiguïté de la politique vénitienne dans le bassin méditerranéen refait surface. Le consul vénitien installé à Palerme, Pelegrin Venier, est alors un témoin privilégié pour informer le Sénat des affaires africaines. Dans une lettre précise et bien claire il décrit la bonne volonté de l’émir cherchant à défendre le fondouc vénitien de Tunis assiégé par la populace après une nouvelle attaque des troupes d’invasion en novembre 1510. Avant de partir au combat, Abu Abdallah Muhammad exige qu’un corps de troupe assure la protection de l’établissement vénitien jour et nuit.

  • 24 La Primaudie, « Documents inédits sur l’histoire de l’occupation espagnole en Afrique (1506-1574)  (...)

50On comprend mieux, dans ces conditions, les réticences des marchands vénitiens et du gouvernement de la cité avant d’entreprendre de nouvelles expéditions. Cela d’autant plus que les attaques de l’amiral Villamarin contre les galères marchandes étaient systématiques, et que les autorités pressées par le fermier général Alphonso Sanchez refusaient d’accorder un nouveau sauf-conduit aux Vénitiens dans les presidios d’Afrique. Il souhaitait avant tout garder le monopole des échanges commerciaux entre les ports espagnols et les presidios d’Afrique du Nord24.

  • 25 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 25, c. 427.
  • 26 Ibidem, 27, c. 23.

51Les Vénitiens ne veulent pas entrer dans le conflit contre les corsaires barbaresques installés en Ifriqiya. Après une période d’observation attentive, grâce aux nombreux rapports envoyés par les consuls en poste en Sicile, dans le royaume de Naples, et en Aragon, les patriciens mesurent la force de ces téméraires marins et les identifient avec certitude : « Certes il y a des Maures de Tunis, mais aussi des Turcs car ils se disent de ces deux nations »25. La présence de Barberousse dans ces parages n’inquiète pas outre-mesure le Sénat, puisque c’est en 1517 que la muda de Barbarie reprend le voyage vers l’Afrique après plusieurs années d’interruption. Il y a donc un accord tacite. Ce voyage est très bien connu car la documentation abondante est due aux nombreux rebondissements qui entravent la bonne marche du convoi. Parti de Pola en juillet 1517, le capitaine Pietro Michiel revient à Venise au printemps 1519 : il décrit alors la prise d’Alger par Barberousse, « corsaire turc, (qui) a trouvé (à Alger) plus d’un million et demi de ducats ; et avec à peine deux cents turcs il s’est fait roi d’Alger »26.

52Peu à peu les positions des Barbaresques se renforcent en Ifriqiya et le Sénat sent enfin pointer la menace dans les années 1520, quoiqu’il ne semble pas que des prisonniers vénitiens soient retenus à Tunis, contrairement aux contingents de captifs enlevés en Sardaigne et en Sicile. Une lettre écrite de Corfou par le commandant de l’escadre du Golfe précise l’opinion officielle à l’égard de tous ces corsaires :

  • 27 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 37, c. 128.

« Le grand Cotrugli est allé en Barbarie pour combattre les Espagnols… puis il revient ici ce qui provoque la mobilisation générale… J’ordonne alors qu’on aille à sa rencontre pour manifester nos bonnes intentions à son égard… et lui dire qu’il est le bienvenu… alors on tint un parlement et Bostan Raïs présente une lettre de créance du sultan et une lettre du baile vénitien à Constantinople pour dire le but de sa mission : chasser un corsaire chrétien qui a pris des navires turcs… un rameur fugitif, caché à terre nous a dit qu’à bord de ces navires on ne dit jamais du mal des Vénitiens… »27.

53Au moins d’août 1518, l’ambassadeur Alvise Bon résidant à Buda annonce l’exécution de Barberousse et « la grande fête et la grosse rumeur qui parcourt la ville » ; à Venise on gardera en mémoire cet événement, vécu par le peuple comme une victoire sur le Turc, puisque l’image de la tête du Turc piquée sur une lance en haut des remparts d’Alger servira à composer un plat fort prisé. Les jours de fête, les bonnes tables de Venise s’ornent d’un joli plat fait d’une couronne d’anguilles, garnie de riz cuit au lait d’amande et parfumé de mauménée et de safran. Ainsi on dévore la « testa del turco » avec délectation, compensation dérisoire qui ne trompe personne.

54Le traité de paix vénéto-turc de 1503 n’est pas étranger à la modération des attaques des corsaires barbaresques contre les intérêts vénitiens en Ifriqiya. Depuis les dernières années du XVe siècle, le doge reçoit chaque année un émissaire du sultan ottoman, et en 1520 l’orateur turc réclame l’intervention de la Seigneurie pour obtenir la libération du beau-frère de Khair ed Din, capturé par les Espagnols ! Tout cela confirme les clauses du traité de 1517 qui inaugure une phase de collaboration entre les Turcs et les Vénitiens qui irrite la chrétienté car, de l’aveu même de Sanudo, « le Turc agit en grande amitié ».

55Une fois de plus, c’est de la complexité de la politique étrangère menée par Venise qu’est née l’incompréhension de ses partenaires chrétiens. La République doit négocier avec le Turc vainqueur sur tous les fronts : attaquer les Barbaresques c’est déclencher la colère du Grand Seigneur de Constantinople.

56Le gouvernement vénitien accumule les maladresses : engager des musulmans venus de Serbie, impium fœdus, contre les troupes de la ligue de 1509 ; pactiser avec les corsaires barbaresques pour maintenir les relations commerciales en direction de l’Afrique du Nord. Jusqu’en 1535 le Barbaresque n’est pas l’ennemi, même si c’est un ami encombrant.

Notes

1 Archivio di Stato (par la suite asv), Venise, senato, mar, reg. 15, fol. 127.

2 Ibidem, senato, mar, reg. 15, fol. 147 (mai 1500).

3 asv , senato, mar, reg. 15, fol. 129 et B. Doumerc, « La ville et la mer : Tunis au xve siècle » dans Cahiers de Tunisie, 34,1986, p. 111-130.

4 asv , senato, mar, reg. 17, fol. 18 ν’.

5 Voir les travaux de Jérôme Cathala menés au sein du cirejed et B. Doumerc : « Le consulat vénitien de Tunis » dans, Cahiers de Tunisie, 43,1992, p. 447-478.

6 Marino Sanudo, I. Diarii, deuxième édition, Bologne, 1989, 58 volumes, tome 10, c. 117, et Nicolas Perrot, L’Afrique de Marmol, Paris, 1667, 3 volumes, tome 3, p. 534.

7 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 10, c. 116, et J. Guiral-Hadziossif, « L’expansion catalane en Méditerranée occidentale », dans, Coloniser au Moyen Âge, éd. M. Balard et A. Ducellier, Paris, 1995, p. 50-59.

8 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 10, c. 117 et J. Perez, Isabelle et Ferdinand : rois catholiques d’Espagne, Paris, 1988, p. 243.

9 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 11, c. 708.

10 Ibidem, 11, c. 709.

11 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 11, c. 709.

12 Ibidem,, 11, c. 710-.711.

13 Marine Danudo, Diarii, op. cit., 11, c. 712.

14 Ibidem, 11, c. 714.

15 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 11, c. 736.

16 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 11, c. 831.

17 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 12, c. 101, 102.

18 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 12, c. 129.

19 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 24, c. 240.

20 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 25, c. 83.

21 A.S.V., Avogaria di Comun, reg. 179 et Incanti di galere, reg. 2. Voir aussi le mémoire de maîtrise de Claire Judde de la Rivière : Patrons de galères et prisonniers à Venise à la fin du xve siècle, Toulouse, 1996.

22 C’est le même personnage qui se rend à Valence en 1514 pour chercher un compromis, cf. E. Salvador, La economia valenciana en el siglo xvi , Valence, 1972.

23 A. Tenenti, « La formation de l’image de Soliman à Venise », dans Soliman le Magnifique et son temps, Paris, 1992, p. 39-49 et ibidem, J. Aubin, « Une frontière face au péril ottoman : la Terre d’Otrante (1529-1532) », p. 465-484.

24 La Primaudie, « Documents inédits sur l’histoire de l’occupation espagnole en Afrique (1506-1574) », dans Revue africaine, 21,1877, p. 27.

25 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 25, c. 427.

26 Ibidem, 27, c. 23.

27 Marino Sanudo, Diarii, op. cit., 37, c. 128.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.