Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Troisième partie. Institutions et société

La prostitution en Tunisie au temps de la colonisation

Mohamed Larbi Snoussi

Texte intégral

  • 1 Hérodote, Histoires, IV, 176.
  • 2 Valère Maxime, Faits et paroles mémorables, II, 6, 15.
  • 3 C’est le cas par exemple de l’œuvre de At-Tifachi El Gafsi : Délice des cœurs ou de celle du cheik (...)
  • 4 Voir à ce propos le fonds de Hosni Hassen Abdelwaheb, déposé à la Bibliothèque nationale de Tunis, (...)
  • 5 Abdelhamid et Dalenda Larguèche : Marginales en terre d’islam, Cérès-Productions, Tunis, 1992.

1Comme tout autre pays, la Tunisie n’est pas épargnée par le plus vieux métier du monde. Elle Ta, bien sûr, connu depuis l’Antiquité. Selon Hérodote, les femmes libyques rivalisent à celle qui connaîtra le plus d’amants afin d’être considérée comme la plus méritante, ayant été aimée par le plus d’hommes1. Toujours à propos de l’Antiquité, Valère Maxime signale l’existence à Sicca Veneria d’un temple dédié à Vénus, où les jeunes filles désireuses de se constituer une dot se prostituent pendant quelque temps avant leur mariage2. Nous ne savons pas comment a évolué cette pratique au cours de la période chrétienne puis au début de l’ère musulmane. Peut-être la morale religieuse a-t-elle empêché certains auteurs de la signaler. Néanmoins, au cours du Moyen Âge finissant, on relève l’existence de quelques fatawi (textes de jurisprudence musulmane) où certains cas de prostitutions sont signalés. On constate également la floraison d’une littérature de « sexologie », dont les auteurs sont essentiellement des Maghrébins. Certains de ces ouvrages ont été publiés, voire traduits en plusieurs langues3, d’autres sont encore sous forme de manuscrits, déposés dans la Bibliothèque nationale de Tunis4. Mais cette littérature ne nous fournit aucun renseignement sur le monde de la prostitution. Même pour l’époque moderne, le temps des Mouradites et des Husseinites, nous demeurons quelque peu désarmés pour une telle étude, malgré les documents laissés par les tentatives de l’État pour la contrôler5.

2En effet, le recours même à quelques registres du conseil des Zaptiers (la police urbaine de Tunis), institué dès 1860, demeure inopérant pour nous décrire la réalité de ce monde ou nous aider à le quantifier un tant soit peu. Notre documentation et nos sources sont donc toujours rares, d’autant plus que cette prostitution touche un sujet tabou.

PROBLÈME DES SOURCES

  • 6 Archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politique et commerciale, (...)
  • 7 inhmn  : Bobine 799, archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politi (...)

3Malgré le développement de cette activité « informelle » et les problèmes qu’elle a posés à l’administration coloniale, la rareté des sources se retrouve sous le Protectorat. En effet, on ne trouve pas dans les Archives nationales de Tunis, ni même dans celles du Quai d’Orsay ou dans celles de Nantes suffisamment de dossiers précis ou de rapports sur la question pour répondre à notre enquête. Il n’existe, à notre connaissance, que quelques notes éparses sur la lutte contre le proxénétisme6, dans lesquelles la résidence générale se défend, comme en 1953, contre les accusations formulées par quelques associations féministes qui s’élevaient contre les facilités accordées en Tunisie au trafic des femmes entre l’Afrique du Nord et la métropole, et à la prostitution7.

4Il est vraisemblable que les rapports de la police des mœurs, qui relevait jusqu’aux années cinquante du secrétariat général du gouvernement tunisien et du Cheikh El Médina (préfet de la capitale), pourraient nous être d’un grand secours. Mais on en est démuni et on ne sait absolument pas où ils sont déposés, malgré les recherches que nous avons entreprises.

  • 8 Je remercie à cette occasion le président-maire du Grand Tunis, M. Ahmed Bouleyman, ainsi que le D (...)

5Fort heureusement, nos investigations nous ont permis de découvrir récemment, dans un dispensaire municipal de la capitale, un lot de fiches personnelles concernant des prostituées de la capitale et même de l’intérieur du pays, qui ont été astreintes, à un moment ou un autre de leur activité, à se déplacer à Tunis pour procéder à un contrôle médical. Ces fiches ont été tenues par le service d’hygiène et de salubrité de la municipalité de la capitale8.

  • 9 Il y a, entre autres documents, des bordereaux sur les enfants mort-nés au cours des années 1950.

6Malheureusement, ce lot de fiches, abandonné dans un coin de terrasse avec d’autres lots de documents9, a souffert de la pluie et des intempéries. Constitué au départ d’environ deux mille fiches, il est maintenant incomplet, aussi bien sur le plan qualitatif que quantitatif. Il ne peut, d’autre part, répondre à toutes nos questions, ni même nous fournir un tableau clair et net en tous points.

7Ces fiches semblent se subdiviser en trois séries. L’une concerne les prostituées autochtones, qu’elles soient de confession musulmane ou hébraïque, ainsi que les prostituées originaires des autres pays nord-africains. L’autre série se rapporte aux prostituées européennes ; mais on y trouve quelques fiches de filles d’origine algérienne, juives ou musulmanes, qui semblent avoir obtenu la nationalité française. La troisième série se rapporte aux prostituées clandestines.

8La plus ancienne fiche de la première série dont nous disposons, est celle d’une certaine Douja Jebrine Trabelsi, inscrite le 4 août 1902 sous le numéro 2 548. Parmi les fiches qui concernent les prostituées européennes, la plus ancienne est celle de l’italienne Di Lounzo Lariam, inscrite le 13 avril 1919, sous le numéro 6 441. Ainsi, de prime abord, il nous manque 8 987 fiches.

9D’autre part, ces séries n’ont aucune continuité numérique. Car sur un nombre théorique d’environ 16 000 fiches pour la première série, plus de 13 400 pour la seconde et plus de 600 pour la troisième, s’étalant au total sur une période allant jusqu’en 1956, nous n’avons malheureusement que 1 810 fiches, toutes nationalités confondues, ce qui peut paraître insignifiant pour appréhender la réalité de la prostitution.

10Pourtant, malgré les lacunes de notre documentation, nous allons essayer d’analyser ces matériaux, tout en étant conscient du caractère incomplet de notre travail. Il reste, en effet, beaucoup à faire pour cerner la question et établir un tableau général de la prostitution en Tunisie à l’époque coloniale, connaître cette catégorie de population, l’origine sociale de ses membres, leur situation familiale avant l’entrée dans le monde de la prostitution, leur vie, leur comportement et l’organisation de leur « milieu ».

11Pour cela, il faudrait consulter aussi les archives des tribunaux. L’étude des différents procès impliquant cette population permettrait de préciser ses liens avec la criminalité et la « débauche ». Il faudrait faire de même avec les comptes rendus et les rapports de police rapportés par les chroniques de faits divers, qui peuvent fournir des renseignements utiles.

  • 10 Sexilus Arène : De la criminalité des Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en T (...)
  • 11 Cette maison pour homosexuels a existé en Tunisie et fut fermée juste au moment de l’Indépendance. (...)

12Il serait également intéressant de recourir à l’histoire orale, malgré les limites trop évidentes de cette méthode, pour pouvoir un tant soit peu remédier à la pauvreté de notre documentation. Ces témoignages pourraient nous éclairer non seulement sur la prostitution féminine, mais aussi sur la prostitution masculine, tolérée en Tunisie depuis le XIXe siècle10 et officialisée pendant la colonisation, on ne sait pas au juste quand, mais selon certains au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Car la tradition populaire évoque parfois, l’existence d’une maison pour homosexuels, dénommé l’étage Ouaki11. On voit d’emblée les limites de ce type de source !

13Toutefois, avant de présenter et d’étudier ce fichier, il serait intéressant d’envisager, dans la mesure du possible, l’évolution de la prostitution, les raisons qui ont amené l’administration coloniale à établir ce type de contrôle administratif et médical, ainsi que l’évolution de ce dernier.

ÉTABLISSEMENT DU FICHIER ET CONTRÔLE ADMINISTRATIF

  • 12 Cf. à ce propos les différentes relations de voyage, notamment celle du Dr. Louis Frank : Descript (...)

14Il faut tout d’abord signaler qu’avec la colonisation, un fait nouveau caractérise ce genre d’activité : la propagation de la prostitution européenne, qui était antérieurement limitée. Le développement de ce nouveau genre de prostitution est la conséquence de l’arrivée d’une nouvelle vague de population, composée essentiellement d’Italiens, de Maltais et de Français, ces derniers colons en petit nombre, militaires et fonctionnaires. À cette population nouvelle correspondait une prostitution nouvelle, la chariâ, la loi musulmane, interdisant formellement à une musulmane toute relation sexuelle avec un mécréant12.

  • 13 Voir La dépêche tunisienne du 15 mars 1919.
  • 14 Voir note 15.

15Le développement de cette activité a surtout concerné les Italiennes, qui quittaient la péninsule en quête de moyens de subsistance, provoquant, ainsi, de nombreux problèmes qui relevaient parfois, si ce n’est souvent, de la délinquance. Il n’était même pas étonnant de voir certaines mères de famille livrer leurs filles à la prostitution, comme dans le cas de Maria Salsédo13. Le proxénétisme était aussi le lot des Italiens, voire de quelques Maltais, soumis à la loi du silence à la suite d’altercations entre bandes rivales. C’est le cas par exemple du souteneur maltais, Alfredo Cardona, qui, le 2 septembre 1895, « reçut, dans des circonstances qu’il refusa d’indiquer, deux coups de revolvers de deux souteneurs » italiens, Francesco Bellardello et Ignazio Lachina14. On a même accusés ces Italiens de pratiquer la traite des blanches, à un moment où, dans les années 1890, ils se croyaient les vrais maîtres du pays.

16Le 4 novembre 1896, au cours d’un procès intenté contre le souteneur Domineco Carrouzo, un calabrais de quarante ans, l’avocat général Me Blanchet évoque la traite des blanches organisée à Tunis par des Italiens. Et d’ajouter :

  • 15 Voir La dépêche tunisienne du 14 novembre 1896 ; audience du Tribunal correctionnel de Tunis du 4 (...)

« On peut voir à l’arrivée des bateaux, provenant de Sicile, les trafiquants du métier aller prendre livraison de leurs “pierres de Sicile” »15.

  • 16 Voir La dépêche tunisienne du 12 février 1936.

17Mais au lendemain de la Première Guerre mondiale, de nombreux Corses et Provençaux, en contact avec Marseille et Paris16, ont pu concurrencer ces Italiens, qui ne pouvaient pas encourir le risque d’être expulsés vers la péninsule, selon la convention d’extradition signé entre la France et l’Italie le 12 octobre 1896. Ainsi, dès les débuts de la colonisation, les nouvelles autorités françaises se trouvèrent face à des problèmes de délinquance, de criminalité et de proxénétisme, impliquant surtout des Italiens qui étaient, avant 1896, justiciables devant leur propre autorité consulaire.

  • 17 ishmn  : Bobine 121, archives du Quai d’Orsay, nouvelle série 19, dossier 1, folios 44-64.
  • 18 Cf. Raoul Darmon : La Tunisie criminelle (Études criminologiques), Tunis, La Rapide, 1948, p. 90. (...)
  • 19 Voir les audiences du Tribunal criminel de Tunis du 16 mai 1896, in La dépêche tunisienne du 18 ma (...)
  • 20 Voir les audiences du Tribunal criminel de Tunis du 3 novembre 1896, in La dépêche tunisienne du 9 (...)
  • 21 ishmn  : Bobine 121, archives du quai d’Orsay, Nouvelle série 19, dossier 1, folios 44-64.

18L’étude du monde de la prostitution, du proxénétisme et de la criminalité au lendemain de l’établissement du Protectorat montre donc qu’il concerne essentiellement des Italiens17 : 80 % des prostituées sont originaires de la péninsule, soutenues parfois par des ouvriers siciliens ou calabrais, qui y trouvent des moyens supplémentaires d’assurer l’existence de leurs mères, de leurs sœurs, voire de leurs épouses légitimes et de leurs enfants18. Mais on relève aussi l’existence de quelques proxénètes juifs livournais, comme Abraham Uzan19, Dolorès Sanchez et Salomon Krief20, ainsi que des Maltais, comme Alfredo Cardona21.

  • 22 Lucie Prévost : La prostitution des mineures en Tunisie, des de Sciences criminelles, faculté de d (...)

19Outre ces questions d’ordre public, les autorités coloniales se sont essentiellement intéressées aux conditions sanitaires, aussi bien des Français, militaires ou civils, que des autochtones, parce qu’elles avaient besoin de main d’œuvre. C’est ce qui les a amenées à créer, à cet effet, et pour d’autres raisons, en janvier 1889, un service central d’hygiène et de salubrité, dont l’une des tâches consiste à collaborer avec la police des mœurs, instituée en 1886 et renforcée en 1897, pour soumettre les filles publiques à des visites médicales dans le but de lutter contre les maladies vénériennes. D’autant plus que l’arrêté de 1886 réglementant la police des mœurs reconnaît implicitement l’existence légale des « filles publiques », même mineures22.

  • 23 Muhammed El-Béji El-Massaoudi : Attadbir Al-Mounajji min al-Habb el-Ifranji (Comment se prémunir d (...)

20Il s’agit essentiellement de prémunir la société, et de lutter notamment contre la syphilis, qui faisait des ravages depuis les années 1840, date de la propagation de cette épidémie. L’historien Muhammed El-Béji El-Massaoudi (1810-1880), auteur d’une biographie des émirs ifriqiyens, qui en a été à cette époque lui-même victime, nous a d’ailleurs laissé un fort intéressant manuscrit dans lequel il décrit les différentes thérapies qu’il a utilisées pour se rétablir et qui lui ont été fournies par le médecin juif Youssef El-Qir23.

21C’est donc dans un esprit de salubrité publique que le contrôle de la prostitution s’est instauré. Il est probable que le fichier sanitaire a été établi dès la création de ce service, même si la première fiche dont nous disposons ne remonte qu’à 1902.

22Avant la Grande Guerre de 14-18 la syphilis avait fait de nombreuses victimes. Nous n’avons pu trouver de statistiques assez complètes sur le nombre de décès. Mais les rapports du service d’hygiène, publiés dans le Bulletin municipal, officiel de la ville de Tunis, nous donnent les chiffres suivants :

Nombre des décès suite à la syphilis

Nombre des décès suite à la syphilis
  • 24 Cf. Dr. Dinguizli : Prophylaxie de la syphilis et des maladies contagieuses chez les musulmans de (...)

23Nous ne savons pas les raisons qui ont poussé la municipalité de la capitale à se contenter des chiffres de ces années seulement. Répugnance à évoquer cette maladie honteuse ? Recul du mal ? Pourtant, selon le Dr. Dinguizli, cette maladie connaît en 1920 un développement et une diffusion si inquiétants, que des mesures énergiques deviennent nécessaires. Aussi propose-t-il la mise en place d’une campagne d’information et de prophylaxie auprès des habitants, surtout les musulmans, et même d’instituer des cours d’hygiène pour les élèves, y compris ceux des écoles coraniques24.

  • 25 Voir Tunis soir du 28 avril 1944.
  • 26 Dr. Antoine Cassar : Emploi des préparations arsenicales et bismuthiques dans la lutte contre la s (...)

24Au début, les visites médicales concernant les prostituées ne sont pas régulières. Mais dans les années 1920, les prostituées sont désormais astreintes à deux visites médicales par semaine, surtout après la création dans les différents hôpitaux de la capitale de services antisyphilitiques dirigés par l’animateur de la ligue contre le péril vénérien, le Dr. Antoine Cassar25. D’ailleurs, dans une brochure adressée au corps médical de la Régence, ce même médecin, expliquant les différentes méthodes préconisées pour la lutte contre la syphilis en Tunisie, estime que toute prostituée obligatoirement hospitalisée lors de la survenance d’un accident syphilitique, doit être soumise à un traitement extrêmement énergique tant pour diminuer la durée de son hospitalisation que pour réduire au minimum chez elle les chances de contagiosité : l’intérêt collectif et l’intérêt individuel sont ici concordants26.

  • 27 ishmn  : Bobine 180, archives du Quai d’Orsay, série Tunisie 1917-1940, Carton 301, Dossier 1, Rapp (...)
  • 28 Arrêté du 10 décembre 1927.
  • 29 Voir note 25.

25Jusqu’aux années 1920, cette réglementation sanitaire ne concerne que la capitale et sa banlieue. Dans la quatrième région de Sousse en revanche, qui englobe le Sahel et le Kairouanais, si on établit entre 1921 et 1925 des fiches individuelles pour 709 prostituées et si on procède, en 1925, à 597 prises de sang27, il faudra attendre 192728 pour voir la création d’une police sanitaire spéciale dans les grandes agglomérations. Et cela à la suite de la proposition du Dr. Monnery, qui estime que la nouvelle réglementation de lutte contre la syphilis devrait prendre la forme d’un arrêté municipal adopté par toutes les villes, sauf Tunis, où une législation existait déjà. Le but poursuivi par le Dr. Monnery est sanitaire et non policier, car il prévoit l’examen sérologique biennal des filles, leur hospitalisation et leur traitement d’entretien en dehors de l’hôpital aux frais de la commune, en échange d’une redevance sanitaire29, établie à l’époque à 50 F.

  • 30 Archives de la municipalité de Tunis, document non encore répertorié, Lettre au directeur de la Sû (...)
  • 31 Ibid.

26Il est à noter que l’arrêté du 10 décembre 1927, consacrant par ses articles 3, 4 et 5 la liberté individuelle et le droit pour chacun de disposer de son corps, passe sous silence les sanctions. Cependant, le commissaire divisionnaire de la sûreté, chargé des mœurs estime que le monde des prostituées, plus que tout autre, a besoin, pour se soumettre, de sentir peser la menace d’une sanction30. Il considère également que si elles se contentent d’établir de simples procès-verbaux à l’encontre des prostituées et qu’elles attendent les jugements des tribunaux, les autorités vont se trouver dans une illusion bien naïve. Aussi réclame-t-il, comme d’ailleurs le président de la municipalité, le maintien des sanctions prévues par l’arrêté du 24 novembre 1903, surtout les articles 17, 27 et 2931.

27D’autre part, dans le but de prévenir la débauche et de préserver la moralité publique, cet arrêté municipal du 24 novembre 1903 interdit aux tenanciers de maisons closes de garder les enfants dans leurs établissements et d’y occuper des hommes comme domestiques, à moins d’une autorisation du Commissaire central. Quant aux arrêtés municipaux des 26 avril et 22 mai 1933 ils interdisent aux filles isolées de s’installer dans certaines rues fréquentées, notamment celles où se trouvent des écoles.

  • 32 Arrêté municipal du 26 avril 1930. Cf. également Lucie Prévost, op. cit. p. 12.
  • 33 Voir La dépêche tunisienne du 23 février 1936.
  • 34 Voir La dépêche tunisienne du 12 mai 1897.
  • 35 Voir La dépêche tunisienne du 27 février 1896.
  • 36 Interceptée comme clandestine le 24 décembre 1940, Pierrette Dhermy, née en 1922 à Tunis est offic (...)

28La promulgation de pareilles réglementations dans les années 1930, ainsi que l’interdiction pour les prostituées de fréquenter certains lieux publics ou établissements de loisirs, ou de circuler dans certaines rues et places de la capitale pendant les veillées du mois de Ramadan32, prouvent la propagation du phénomène de la prostitution. Cela démontre également que les prostituées ne sont pas, pendant les trois premières décennies du XXe siècle, marginalisées ni confinées dans des ghettos qui leur sont propres. En 1936, on signale que les prostituées, qui exerçaient en principe dans les quartiers réservés, pratiquaient en fait leur métier dans des logements contigus à des maisons où habitent des familles entières, comprenant femmes et enfants33. Dans sa rubrique des faits divers, La dépêche tunisienne en 1896 signale que la fille Guoffo Dominica demeure au 5 rue des forgerons, tandis que Naziata Grimaldi habite rue Hajjamine34. Rose Prévost, toujours en 1896, s’est installée au 13, rue de la Commission35, dans l’ancien palais qui a abrité Garibaldi, alors que Pierrette Dhermy, tout en travaillant dans les années 1943-1944 dans la maison close la Feria, est domiciliée rue de l’Ancienne douane, près de l’ancien consulat de France, ou au Belvédère36.

QUARTIERS RÉSERVÉS OU « GHETTOS »

  • 37 Le terme bordil en arabe est évidemment la transformation du terme « bordel » de la langue françai (...)
  • 38 Voir La dépêche tunisienne du 23 février 1936, en-Nahdha du 26 février 1936 et al-Wazir du 26 mars (...)

29Où ces prostituées pratiquent-elles métier ? En réalité, il n’y a pas un unique emplacement défini, et par conséquent pas de ghetto. À l’époque coloniale on se trouve en présence de trois grands quartiers. Le premier et le second sont dénommés quartiers musulmans, parce qu’ils abritent les prostituées autochtones et musulmanes d’une façon générale. L’un d’eux se trouve dans le quartier populaire de Bab Souika, au nord de la Médina, jouxtant le mausolée du saint patron de la capitale, Sidi Mehrez et la Hara de Tunis. Il comprend les maisons des rues Sidi Ben Naïm, El Malehef (les couvertures) et des Jerbiens. L’autre se trouve dans le quartier de Bab Jedid, à l’ouest de la Médina. Deux maisons y existent, Tune à la rue El Farsi (le Perse), l’autre à la rue des Oies, non loin du mausolée des beys husseinites de Tunis. Le troisième quartier réservé est le quartier dit européen, car il héberge, en général, les prostituées d’origine européenne, mais aussi les plus belles filles tunisiennes, algériennes et juives. Il se trouve à Test de la Médina, rue Sidi Abdallah Guech, rue Abassi et rue El Adjmi. C’est en fait la même maison, puisque ces trois ruelles s’entrecroisent ; à tel point que, pour l’ensemble de la gent masculine, il ne s’agit que d’un seul ensemble, dénommé bordil Guech37. Remarquons que ces rues, même si elles sont étroites, tortueuses, quelque peu sombres et insalubres, comme la plupart des ruelles populaires de la Médina, n’en débouchent généralement sur pas moins sur d’autres rues et ruelles passantes. D’autre part, plusieurs familles y habitent38. Les maisons ne se trouvent donc pas dans des impasses et dotées d’une seule entrée, facile à contrôler. Elles sont toutes intra muros et ne sont pas confinées dans des ghettos.

30Voilà donc comment se présentent les maisons dans la capitale juste à la veille des années trente. Mais ayant constaté, dès les années vingt, la prolifération des maisons de rendez-vous clandestines, les autorités se sont attelées à réglementer davantage leur activité, même si elle n’avait jamais échappé au contrôle de la police. Car contrairement à ce pue Ton peut imaginer, selon le témoignage d’un « donneur » :

  • 39 Voir La dépêche tunisienne du 12 mars 1936.

« [...] la police en connaît parfaitement l’existence ; les rafles fructueuses qu’elle effectue trois à quatre fois par an le prouvent surabondamment. Les pensionnaires de ces établissements clandestins ne passent pas la visite médicale. Elles sont absolument libres et nous pouvons parfaitement les retrouver, leur « mission » accomplie, dans les immeubles les plus bourgeois de la ville. Elles vont au cinéma, au théâtre, au café, parfois même au bal où les pères de familles conduisent leurs filles en toute tranquillité »39.

  • 40 Ibid.

31En effet, la prostitution, au lendemain de la Grande Guerre, à l’époque de ce qu’on a dénommé les années folles, avait pignon sur rue : au cours de cette décennie le libertinage s’épanouissait aux terrasses des cafés, et surtout dans la rue40.

  • 41 Née le 17 décembre 1907 à Villemomble, Suzanne Lepeuve est inscrite, sous le nom de Ketty, le 7 dé (...)
  • 42 Dispensée de la visite médicale. Sa fiche ne porte aucun numéro d’immatriculation.
  • 43 Voir La dépêche tunisienne du 24 avril 1936.

32Avec la crise économique des années trente et les difficultés qu’elle a engendrées, la prostitution, surtout clandestine, s’est davantage développée : dans les bistrots, les cafés-chantants, les hôtels et les maisons de rendez-vous, et même dans certains appartements, loués à des courtisanes. Aussi les autorités coloniales vont-elles instituer les maisons closes, qui sont assimilées aux maisons du quartier dit européen. Les maisons closes ont, semble-t-il, vu le jour à partir de 1932. La première maison est la Mossa, rue El Maqtar, près des halles aux légumes ou marché central. Elle aurait fermé ses portes, selon la fiche de la dernière gérante de ce local, Suzanne Lepeuve, en juillet 195941. Cette maison est suivie par l’ouverture d’autres. Une rue Zarkoun, Le Sphynx, jouxtant la maison de la rue Abdallah Guech ; les autres sont la Grande maison, le Cythéria, le Chabanais, la Feria et les Palmiers, rue El Maktar. Cette dernière, ayant ouvert ses portes en février 1934, est la propriété d’Aimée Gébaudan, native des Sablières en Ardèche le 27 juillet 189842. L’usage, dans ces maisons closes, est que la fille paye une pension de 30 F par jour, règle les petits frais courants et verse un pourcentage de 10 % sur les toilettes et les chaussures qu’elle achète, ainsi que 50 % de son chiffre d’affaire43.

33Toutes ces maisons ne se trouvent pas dans des impasses ou des ruelles inaccessibles, comme on le laisser entendre, mais dans des ruelles passantes et intra muros.

34Nous ne savons pas au juste combien de prostituées elles renferment, mais, selon un rapport établi, en juin 1957, par le chef du service d’Hygiène et de Salubrité publique de la municipalité de Tunis, le Dr. Hédi Mestiri, ces maisons closes renferment 73 locaux, logeant les prostituées (67 dans les quartiers dit musulmans et 6 dans le quartier dit européen), ainsi que 125 locaux pour les isolées. Tous sont occupés par environ 400 prostituées inscrites sur les registres municipaux.

35D’autre part, selon d’autres fiches, les chambres des filles isolées relevant des maisons des rues Abdallah Guech, El Adjmi et El Abassi sont exiguës, ne dépassant pas les 50 m2 en moyenne, pour la plupart sans aération, sans eau et sans cabinet d’aisance. Elles sont louées, au cours des années cinquante, à raison de 400 à 800 francs le local, par différents propriétaires, qui se répartissent de la manière suivante :

Nom des propriétaires

Nombre de locaux

Héritiers Isaac Pérez

38

Edmond Malloul

4

Boccara

3

Bruno Bernard et Vve Nussy

8

Sion Saâda

7

Antoine Faïola

6

Vve Brouillet

5

Rébaï, agent municipal

11

Ali Azouz

6

Hadj Allala Ben Mahmoud

2

Rosario Migliore

3

Novaro

2

Fondation des Habous

1

36Il faut également signaler que plusieurs propriétaires sont représentés par des gérants : Edmond Malloul et Boccara par Élie Sebag, Antoine Faïola par Novaro et la veuve Brouillet par Joseph Haddad.

POUR LE MAINTIEN OU LA SUPPRESSION DES MAISONS CLOSES ?

  • 44 Cf. Georges Blanchet : Maison close, Roman documentaire et social sur la prostitution en Tunisie, (...)
  • 45 Ibid, pp. 70-71.

37L’institution des maisons closes a soulevé, depuis 1935, une polémique entre les tenants des maisons closes et les abolitionnistes, généralement de gauche. Ces derniers estiment que l’État est responsable de la déchéance des prostituées, « puisqu’il les compartimente, les étiquette, les numérote, leur donne une existence légale, quoiqu’en marge de la société », même s’ils reconnaissent qu’en les soumettant à une visite médicale l’hygiène commune s’en trouve bénéficiaire. D’autre part, ils considèrent que la prostitution est inhérente dans ses origines fondamentales au régime capitaliste44. Aussi proposent-ils l’abolition des maisons de tolérance et leur remplacement par des maisons de relèvement des prostituées45.

38Mais cette question n’a pas préoccupé les pouvoirs publics, ni même les instances municipales. Le principal souci de celles-ci est d’assurer davantage de salubrité et de sécurité à la capitale.

  • 46 Archives de la municipalité de Tunis, documents non encore répertoriés, lettre du vice-président d (...)
  • 47 Contrairement à ce qu’on croit, la Hara de Tunis n’a jamais été un « ghetto » pour les juifs tunis (...)

39La question du contrôle du monde de la prostitution sur le plan de la salubrité commence à se poser, pour atteindre son point culminant en 1936 avec le projet de construction d’un quartier réservé spécial, dans le but de parquer les prostituées. Car selon le général Laignelot, vice-président de la municipalité, « ces femmes habitent des taudis infects qu’elles louent à des exploitants, dans deux ou trois rues passagères où se trouvent parallèlement quelques familles honnêtes »46. Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’assainissement de la Hara des Juifs tunisiens47, dont la démolition, en raison de son insalubrité générale, a commencé le 17 février 1936.

40L’idée de la construction d’un quartier réservé spécial semble avoir été formulée en 1931, à un moment où la police des mœurs commence à manifester quelques difficultés à surveiller la prostitution, surtout clandestine. En effet, le commissaire divisionnaire de la sûreté, chargé des mœurs, estime que l’arrêté du 10 décembre 1927 ne comporte aucune disposition intéressant les sanctions répressives. Il est même entré en conflit avec le Dr. Raynal, médecin en chef du bureau de l’Hygiène, qui met l’accent sur la prophylaxie des maladies vénériennes. Le commissaire considère, lui, que les mesures de police... en sont... le complément indispensable. Et ce même commissaire d’ajouter dans une missive au directeur de la Sûreté publique :

  • 48 Archives de la municipalité de Tunis, documents non encore répertoriées, Lettre du 15 mai 1931.

« Il est difficile de concilier la sauvegarde de la santé publique et le respect de la liberté individuelle. Que la prostitution soit un mal, on ne peut que le constater, mais il faut en même temps y apporter remède. Comme il ne saurait être question d’abolir la réglementation, il faut que cette réglementation soit efficace et elle ne saurait.... être basée sur des arguments de sentimentalisme48. »

  • 49 Ibid, Lettre du président de la municipalité, no 7/D.M du 4 mars 1931.

41Il faut noter qu’il est soutenu en ce sens par le vice-président de la municipalité, pour qui « il est impossible au service de police d’assurer la bonne tenue de la ville et (de) surveiller la prostitution au point de vue de la prophylaxie des maladies vénériennes »49.

42C’est dans cette conjoncture qu’en juillet 1935, deux voyages d’études en Algérie et au Maroc ont eu lieu, le premier effectué par M. Bernard, directeur des Services administratifs de la capitale, le second par M. Eloy, directeur des Travaux de la ville et le général Laignelot, vice-président de la municipalité, pour examiner, entre autres, l’organisation des quartiers réservés d’Alger et de Casablanca. D’où l’élaboration pour Tunis d’un projet de quartier réservé, semblable en réalité à un véritable ghetto.

  • 50 On ne trouve dans le Bulletin municipal, officiel de la ville de Tunis aucune indication sur cette (...)
  • 51 Voir La dépêche tunisienne du 23 février 1936.
  • 52 Voir. an-Nahdha du 26 février 1936.
  • 53 Voir. al-Wazir du 26 mars 1936.

43D’ailleurs, quelques mois auparavant, on avait discuté de l’emplacement de ce nouveau quartier réservé, probablement au cours de la réunion du conseil municipal, tenue le 27 février 193550. La divulgation du projet par La dépêche tunisienne51, avec la publication du plan du futur quartier, suscita l’indignation de l’opinion publique musulmane, exprimée par les journaux an-Nahdha52 et al-Wazir53, qui recommandaient plutôt son installation loin de la ville. Il est vrai que la municipalité projetait la construction de ce quartier entre deux ruelles, la rue Maâouia et la rue Achour, où habitaient des notabilités, notamment la famille de Sidi Hamda Chérif, grand imam de la Grande Mosquée de la Zitouna de 1918 jusqu’à son décès en 1951. Pour minimiser les faits, le vice-président de la municipalité déclara que :

  • 54 Archives nationales : Série A, Carton 2, dossier 20, lettre du vice-président de la municipalité a (...)

« Sidi Hamda Chérif devant céder son immeuble à la commune, il avait, sans doute, à se préoccuper fort peu de la proximité du quartier réservé et davantage de l’utilisation qui serait faite de son immeuble, pourvu qu’elle ait un caractère d’intérêt public »54.

  • 55 Voir La dépêche tunisienne du 23 février 1936.

44Il s’agissait, en fait, d’un vaste terrain de forme rectangulaire, ayant 500 mètres de long et 400 mètres de large, dont l’entrée serait située rue Maâouia. L’ensemble des constructions qui y seraient bâties serait complètement isolé, puisqu’on ne prévoyait qu’une seule entrée, ouvrant sur deux parties bien distinctes, l’une pour les prostituées européennes, l’autre pour les filles musulmanes et autochtones. Ces deux parties seraient elles-mêmes séparées par un mur. Les maisons ou les locaux des prostituées donneraient sur des rues convergeant en étoile vers le centre du quartier, à la seule entrée duquel un poste de police serait ouvert en permanence, nuit et jour. Un agent serait posté dans un mirador, au centre du quartier, pour surveiller facilement les lieux. On avait également prévu l’installation d’un poste militaire, le soir, à l’entrée du quartier pour porter main forte aux policiers55 au cas où certains militaires provoqueraient des rixes.

  • 56 Voir Le relèvement social, 4, avril 1936

45Ce projet suscita également un tollé général auprès de la ligue française pour le relèvement de la moralité publique. Dans le supplément l’Abolitionniste de sa revue Le relèvement social, Michel Plantier signale qu’on projette l’institution d’un marché de femmes, précisant encore qu’une bande de trafiquants tente une nouvelle offensive à Tunis avec la complicité de la municipalité et de la résidence générale56.

46Le vice-président de la municipalité ne resta pas insensible à cette accusation, d’autant plus qu’il était l’un des défenseurs de la création d’un quartier réservé semblable à celui de Casablanca. Pour lui :

« [...] il fallait procéder comme procèdent tous les honnêtes gens. On ne laisse pas les ordures ménagères, les ramassis journaliers, les poussières et les microbes, s’étaler par toute la maison ! On les réunit à l’aide du balai et on les parque dans des récipients hermétiques.

  • 57 Voir Le relèvement social, 7, juillet 1936, lettre du vice-président de la municipalité de Tunis d (...)

47Tout en reconnaissant, par ailleurs, l’existence d’un marché aux femmes, il estime qu’il lui faut un lazaret pour pouvoir contrôler la propagation de ce fléau, diminuer le nombre des prostituées et celui des proxénètes57.

48En commentant cette lettre, Michel Plantier se contenta de rappeler que les autorités municipales tunisiennes voulaient instaurer :

  • 58 Voir Le relèvement social, 7, juillet 1936.

« un système de poubelle ! Une poubelle dorée sur tranche... destinée à devenir le joyau de la cité, oubliant que ces ordures ménagères sont des créatures humaines, pitoyables victimes des trafiquants de la prostitution »58.

  • 59 Voir La Tunisie catholique du 17 mai 1936.

49Il faut rappeler que les catholiques de Tunis, notamment le Diocèse, condamnèrent ce projet, considérant que les mesures projetées par la municipalité n’auraient « aucune influence sur l’état sanitaire des villes, bien au contraire... »59.

  • 60 Voir La dépêche tunisienne du 24 mai 1936.

50Cette campagne abolitionniste, ainsi que l’indignation des musulmans, portèrent quand même leurs fruits, puisque le résident général, le socialiste Armand Guillon, nouvellement nommé à la place du satrape Peyrouton, et chargé par ailleurs, par le gouvernement du Front populaire, d’apaiser la situation en Tunisie à la suite de la féroce répression de son prédécesseur et de l’exil des leaders nationalistes depuis 1934, n’y fut pas insensible. Il reçut les membres de l’Union temporaire contre la prostitution réglementée et leur promit de ne pas ratifier un projet de quartier réservé à la manière de Casablanca60. C’est ainsi que ce projet de ghetto fut abandonné.

VERS UN ABOLITIONNISME MITIGÉ

  • 61 Voir Tunis soir du 20 février 1944.

51Tout en essayant de fermer les yeux sur la prostitution, les autorités coloniales ont tout fait pour renforcer la lutte contre le proxénétisme et le racolage. Plusieurs arrêtés et textes juridiques avaient été publiés dans ce sens entre 1939 et 1942. Mais aussi bien pendant la guerre qu’au lendemain de la libération du pays en mai 1943, la prostitution, surtout clandestine, se propagea d’une façon inouïe. Sa prolifération s’est davantage accentuée entre 1944 et 1946, surtout parmi les Tunisiennes et les Italiennes, notamment en 1944 avec la présence de soldats américains dans la Régence. Quelques journaux citent parfois les aventures de certaines prostituées avec des soldats d’outre-Atlantique. À titre d’exemple, celle d’une jeune fille de dix-sept ans, qui à la Goulette mène en 1944, « la vie d’une grande star et s’exerce à plaire en recevant chez elle des militaires américains »61.

  • 62 Voir Tunis soir du 8 janvier 1946.

52Dans certains quartiers populaires, comme celui de la rue Achour, jouxtant la Hara des Juifs, certaines femmes se livrent impunément à la prostitution devant tous les gosses62. Cela s’explique facilement par les difficultés économiques que connaît à l’époque la Tunisie, et de nombreuses filles eurent recours à la prostitution pour nourrir des familles nombreuses. Pour les Italiens, il ne faut pas oublier qu’en plus de ces difficultés, nombreux étaient ceux qui se retrouvèrent sans ressources dans la mesure où les autorités coloniales, continuant à les soupçonner de sympathies fascistes, avaient entrepris la liquidation de leurs biens au profit des Français.

  • 63 Voir Tunis soir des 19 avril, 14 mai 1945,14 et 19 février 1946.
  • 64 Voir Tunis soir des 15 juillet 1944 et 5 octobre 1945.
  • 65 Voir Tunis soir du 30 janvier 1944.
  • 66 Voir Tunis soir du 30 septembre 1944.
  • 67 Voir Tunis soir des 8 et 16 juin et du 2 juillet 1945.
  • 68 Voir Tunis soir des 3 juillet et 24 novembre 1945.

53Ainsi, les filles de mauvaises mœurs sont signalées un peu partout. On les trouve dans les bars et les cafés de la grande avenue63, dans les hôtels et les meublés64 ouverts par des particuliers65, dans les grandes artères de la ville66 ou dans les banlieues67, voire dans les quartiers chics de la ville comme le Belvédère ou Franceville68.

  • 69 Voir Tunis soir du 25 octobre 1944, qui rapporte le cas d’Abdallah Ben Hassen Ghousca.

54Certains souteneurs n’hésitaient pas à se présenter comme des agents de sécurité pour se maintenir dans le milieu, maîtriser les filles qui travaillaient à leur solde, ou pour en recruter69. On assista à une recrudescence de la criminalité, des vols et des agressions.

  • 70 Voir Tunis soir du 11 janvier 1946.
  • 71 Voir Tunis soir du 10 septembre 1945.
  • 72 Voir Tunis soir du 17 décembre 1945.

55On cite le cas de femmes mariées enlevées au vu et au su de leur mari70. Malgré les lois de 1942 interdisant le proxénétisme et le racolage, des réseaux de proxénètes s’étaient constitués, incitant les filles mineures à la débauche. Ces souteneurs exigeaient de leurs victimes des sommes fabuleuses, pouvant atteindre les 100 000 francs pour se libérer de leur emprise, sous peine d’être lardées71. On n’est cependant pas en mesure d’établir des statistiques sur ces formes de violence pour toute la période coloniale et on ne peut que se contenter de ce que nous disent les journaux. Lesquels, d’ailleurs, ne cessent de se plaindre du manque d’informations fournies par la police72.

  • 73 C’est à partir du dépouillement des collections de Tunis soir pour les années indiquées qu’on a pu (...)

56Toujours est-il que pour limiter ces agressions, la police des mœurs procéda de temps en temps, surtout pendant le printemps et l’été, à des rafles, notamment dans les banlieues balnéaires de la capitale. Dirigées par le commissaire Alfonsi et les inspecteurs Daoud, Borgia, Nina et Sitbon, ces descentes ont recueilli, à titre d’exemple, 70 femmes en 1944, 87 en 1945, et plus de 60 en 194673.

  • 74 Voir J. O. T. du 31 mai 1949.

57Malgré la panoplie des textes juridiques, promulgués, comme on l’a souligné, entre 1939 et 1942, pour lutter contre le proxénétisme et le racolage, les autorités coloniales n’ont pu vaincre ce phénomène. Mais soumises à la pression des abolitionnistes, qui n’ont cessé, depuis le vote de la loi Marthe Richard en France en 1946, de les accuser d’être de mèche avec les proxénètes, ces mêmes autorités ont étendu à la Tunisie les dispositions de cette loi, tout en conservant les maisons closes. En effet, le décret du 26 mai 194974 abroge les articles 231 et 235 du Code pénal qui prévoyaient des sanctions contre les prostituées elles-mêmes, leur permettant d’exercer librement leur métier. Mais ce décret laisse subsister l’arrêté du 30 avril 1942 qui réglemente cette pratique dans les maisons closes.

  • 75 inhmn : Bobine 799, archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politiq (...)
  • 76 Ibid, lettre du délégué à la résidence au ministre des Affaires étrangères du 25 juin 1952.

58Cette situation semble, selon les abolitionnistes, avoir encouragé de nombreux tenanciers de maisons de tolérance de France à transférer leur activité en Afrique du Nord, considérant qu’ils bénéficieraient de plus de facilités en Tunisie75. Jusqu’en 1952, malgré les protestations de plusieurs associations, comme celles du Conseil national des femmes, de l’Association féminine catholique, de l’Armée du Salut et de la Ligue contre le trafic des femmes, les autorités coloniales tergiversent, rappelant qu’un arrêté avait été pris le 30 avril 1952 pour lutter contre le proxénétisme, et que les termes du décret de 1949 avaient déjà sévèrement réprimé le proxénétisme. Ces décrets auraient permis, par des mesures de police préventive, la diminution progressive du nombre des filles venant de la métropole. Entre autres mesures, en effet ; la police exigeait d’une fille son inscription au service des mœurs et la justification de son rattachement à un centre sanitaire de France. Sinon elle était refoulée, tout comme celle qui avait un amant attitré ou ne justifiait pas, à son embarquement en France, d’une vie matérielle honnêtement assurée76.

  • 77 Cf. Lucie Prévost : op. cit. p. 13.
  • 78 inhmn  : Bobine 799, archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politi (...)

59Un arrêté de 1942 les astreignait également, dans le cadre de la lutte contre les maladies vénériennes, à se faire connaître spontanément au chef de service local de la police, pour se faire inscrire dans un registre spécial et recevoir, par conséquent, un livret qui servirait au contrôle sanitaire..., à moins qu’elles ne désirent quitter sans délai le territoire de la Régence dans le cas de femmes non-musulmanes77. D’où, selon la Résidence qui fournissait au Quai d’Orsay les chiffres suivants, la régression enregistrée dans le nombre des filles inscrites depuis 194778 :

Nombre des prostituées inscrites entre 1947 et 1953

Années

Nombre

1947

122

1948

71

1949

39

1950

67

1951

78

1952

40

9 mois 1953

34

  • 79 Ibid, lettre du ministre des Affaires étrangères au résident général du 22 décembre 1953.

60Cela n’a pourtant pas empêché le quai d’Orsay de formuler quelques remarques et de faire quelques suggestions, tout en reconnaissant la difficulté de l’application pure et simple en Tunisie d’une législation inspirée par la loi Marthe Richard de 1946, ordonnant la fermeture des maisons de tolérance. Et cela « d’autant plus que ce texte n’a pas été mis en vigueur en Algérie, et que cette fermeture serait difficilement comprise dans les milieux tunisiens »79. Il souhaite qu’on transfère des municipalités aux services de sécurité le pouvoir d’accorder l’autorisation d’ouverture d’une maison close, les municipalités n’ayant qu’un rôle consultatif. Il convient par ailleurs de donner aux contrôleurs civils l’instruction formelle :

  • 80 Ibid.

« de s’opposer dorénavant à toute autorisation d’ouverture de maisons de tolérance possédée ou gérée par des Européens, embauchant des Européennes et destinées essentiellement à une clientèle européennes »80.

  • 81 Ibid,, note du directeur des contrôleurs civils du 25 février 1954.

61Ce qui fut exécuté par la direction des contrôleurs civils81.

  • 82 Cf. Lucie Prévost : op. cit. p. 30.

62On constate ainsi que la réglementation de la prostitution en Tunisie ne relève pas d’une catégorie classique. Par la dualité des sources de son régime juridique, elle tient à la fois des types réglementaire et abolitionniste82. Ce régime a continué à exister au lendemain de l’Indépendance, quoique plusieurs maisons closes aient fermé leurs portes, surtout dans les années 1970-1980. Seul le quartier réservé de la rue Abdallah Guech, dont la superficie s’est considérablement rétrécie, continue de nos jours à fonctionner.

LE CONTENU DES FICHES DES PROSTITUÉES

63Il est nécessaire de rappeler que les informations recueillies à partir des fiches dont nous disposons restent lacunaires.

64Comme nous l’avons signalé, nous disposons de 1 810 fiches, dont 791 concernent les prostituées autochtones, nord-africaines et arabes. Les nationalités de ces femmes et leur nombre selon les pays d’origine sont les suivants :

Origine des prostituées arabes et autochtones

Nombre

Tunisienne

501

Algérienne

177

Juive tunisienne

74

Juive algérienne

30

Juive tripolitaine

5

Tripolitaine

1

Égyptienne

1

Syrienne

2

Total

791

65Il est à remarquer que nous avons inséré les prostituées juives d’origine algérienne dans cette catégorie, bien qu’elles soient de nationalité française. Elles sont en effet affectées aux quartiers dit européens, mais en réalité mixtes et fréquentés par le menu peuple, et non aux maisons closes réservées aux européennes et aux plus belles filles algériennes de confession musulmane. Ces dernières maisons sont généralement fréquentées par des Européens et quelques privilégiés tunisiens, reflétant ainsi, jusque dans la prostitution, l’esprit de discrimination raciale de l’administration coloniale.

66Pour les prostituées d’origine européenne, les fiches disponibles sont au nombre de 1 019. Elles se répartissent, selon le pays d’origine, de la manière suivante :

Origine des filles européennes

Nombre

Françaises de France

763

Françaises d’Algérie

42

Françaises de Tunisie

31

Française du Maroc

1

Italiennes de la péninsule

29

Italiennes d’Algérie

11

Italiennes de Tunisie

110

Espagnoles

23

Allemandes

3

Suissesses

2

Belge

1

Grecque

1

Russe de Bizerte

1

Tchèque

1

Total

1 019

67Sur cet ensemble, on remarque que le nombre des Françaises originaires de la Métropole est de loin le plus important pour la période de 1919 à 1956, représentant ainsi plus de 75 % des prostituées européennes. Par contre, les Italiennes occupent le second rang avec 150 prostituées, soit environ 14 %, alors qu’à la veille de la Grande Guerre, elle étaient dominantes dans le secteur.

  • 83 Voir La dépêche tunisienne du 26 octobre 1896.

68Remarquons que certains intellectuels de la Métropole, comme Chailley-Bert, avaient proposé, à la fin du siècle dernier, de recourir à une forme déguisée et honorable de la traite des blanches, en encourageant les jeunes filles de France à émigrer en Tunisie. Dans une étude publiée dans Cosmopolis et reproduite par La dépêche tunisienne83, il écrit notamment :

« Nos jeunes filles françaises, à tort ou à raison (à tort, selon moi, car il y a mieux à faire que de se marier à tout prix), sont élevées pour une seule carrière : le mariage. Or, la société, dans le même temps qu’elle les parque dans cette profession de filles à marier, s’évertue à compliquer l’existence et à retarder, peut-être indéfiniment, l’époque souhaitée des justes noces. Pourtant, une foule de filles nubiles passent le meilleur de leur jeunesse à attendre “le mari”. Et, tandis que tout un sexe languit ainsi sur ce bord de la Méditerranée, sur l’autre bord tout un autre se désespère. La France compte des milliers de jeunes filles qui soupirent après un mari, la Tunisie, des centaines de jeunes hommes qui réclament une femme. Ne peut-on donc mettre en présence ces éléments si pleins d’affinité ? Voici, je le crois un moyen qui permettrait d’y arriver. »
« ... Nos mœurs ne permettent point d’embarquer pour Tunis, comme les Anglais le font pour Sidney, des théories de jeunes filles conduites par des matrones ; mais elles toléreraient peut-être qu’on poussât doucement vers les colonies les pensionnés de l’État, en majorant très légèrement le chiffre de pension de ceux qui s’y fixeraient avec leurs familles. Ceci n’est point une boutade ; l’homme d’État qui prendra l’initiative de cette mesure aura bien mérité de la plus Grande France ».

  • 84 Ibid.

69Le seul commentaire de La dépêche tunisienne à ces propositions, c’est qu’elles avaient de quoi « soulever le sourire, surtout des jeunes célibataires »84.

70On ne sait pas si cette proposition fut suivie ou non. Mais ce qu’on peut constater, c’est le renversement de la tendance au profit des prostituées françaises au lendemain de la guerre 1914-1918.

71Parmi les prostituées originaires de la métropole, on trouve 40 Marseillaises, 14 Corses et 15 Juives dont 8 de Paris. Le petit nombre des prostituées originaires de Corse pourrait résulter de ce que le milieu est en partie contrôlé par des gens de l’île. Cela expliquerait aussi peut être pourquoi ces filles ne sont pas longtemps restées dans la Régence.

72De manière générale, les filles arrivées en Tunisie entre 1936 et 1940 et entre 1946 et 1955 n’y ont pas séjourné longtemps. Le nombre de ces arrivées s’établit ainsi.

Nombre des Françaises arrivées en Tunisie

Années

Nombre des filles

Années

Nombre des filles

1936

22

1948

27

1937

23

1949

28

1938

44

1950

57

1939

85

1951

52

1940

43

1952

30

1953

42

1946

54

1954

23

1947

43

1955

33

73Certes, ces chiffres peuvent ne pas décrire la réalité, mais ils sont tout de même significatifs ; 80 % de ces prostituées se sont trouvées dans l’obligation, pour des raisons qui nous sont inconnues, de quitter le plus vite possible le pays.

74Certaines prostituées européennes, surtout les Françaises, s’inscrivent dès leur arrivée sur les registres établis par la municipalité. Après un mois, parfois deux, elles refont le voyage sur Paris. Elles y demeurent quelques jours, probablement pour tâter le terrain, reviennent à Tunis pour liquider leurs affaires et certainement régulariser leur situation et repartent à tout jamais. D’autres, à peine inscrites, prennent congé et regagnent définitivement leur pays ou Paris.

75Parfois les maisons closes de Tunis servent, dans le cadre de la traite des blanches, de filière de passage entre l’Algérie et la France. Dans les années 1950, ce phénomène s’est davantage développé à cause, probablement, de la recrudescence du mouvement de libération algérien. Il n’est pas étonnant, d’autre part, que les prostituées françaises aient été utilisées par le « 2e bureau » pour recueillir des informations concernant les résistants algériens installés en Tunisie.

  • 85 inhmn  : Bobine 799, archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politi (...)

76Il serait intéressant de tenter de connaître l’itinéraire des prostituées et leurs déplacements. Cela pourrait nous aider à saisir le phénomène de la prostitution entre les deux bords de la Méditerranée et à détecter les réseaux de la traite des blanches, sur lesquels les rapports de police demeurent à peu près muets. Pour sa part, le résident général Voizard estime que la traite des blanches ne paraît pas être importante en Tunisie85.

77Selon un autre lot de fiches, on enregistre la floraison, surtout au lendemain de la libération de la Régence par les forces alliées, de la prostitution clandestine, à tel point qu’entre 1930 et 1956, le nombre des prostituées clandestines, dont la majorité a été obligée de regagner les quartiers réservés, s’élève à 689. Elles se répartissent, selon la nationalité, de la manière suivante :

Nationalité des filles clandestines

Nombre

Française

41

Italienne

57

Tunisienne

538

Algérienne

46

Tripolitaine

5

Syrienne

2

Total

689

78On notera la faiblesse du nombre des clandestines parmi les Européennes et surtout les Françaises. Le nombre infime des visites médicales ou des prises de sang qu’elles ont effectuées serait un indice de meilleures précautions d’hygiène préventive.

79Une autre constatation que l’on peut faire, c’est l’exactitude des indications d’état-civil (lieu de naissance et situation familiale des prostituées) surtout pour celles qui sont d’origine européenne ou algérienne. Cela peut nous permettre de connaître l’âge exact à partir duquel une prostituée européenne entre officiellement dans la profession en Tunisie. D’autre part, on peut établir l’âge moyen de ces prostituées. Généralement, il oscille autour de 27-29 ans.

80On en sait moins sur les prostituées tunisiennes ou tripolitaines de confession musulmane et sur quelques juives. Si pour elles le lieu de naissance est bien indiqué, la date de naissance reste imprécise, limitée à l’indication : « Présumée née » en telle date. Par conséquent, il nous est fort difficile de connaître l’âge moyen de ces filles, qui va de 15 à 40 ans. Il est clair, à ce propos, que plusieurs d’entre elles, si ce n’est la majorité, cachent en réalité leur âge véritable, pour ne pas être incarcérées comme mineures et renvoyées à leurs parents. C’est la crainte du déshonneur familial, de la vindicte de proches ou de membres de la tribu qui les incitent à faire de fausses déclarations sur leur âge, voire parfois sur leur véritable nom. D’autre part, même si le lieu de leur naissance est bien indiqué, ce n’est sans doute pas la vraie localité qui est mentionnée. Car plusieurs prostituées, dont le nom suggère l’appartenance à une tribu, sont en réalité d’origine rurale et non citadine. Aussi a-t-on tendance dans le service d’Hygiène et de Salubrité, détenteur de ces fiches, à indiquer la localité la plus proche de la région où ces prostituées ont été mises au monde.

81Ces fiches nous fournissent une autre indication non moins importante, à savoir la situation familiale des prostituées au moment de leur inscription et en particulier leur situation d’orpheline de père ou de mère, ou des deux à la fois. Mais on ne trouve aucune indication sur leur situation sociale. On a ainsi relevé parmi les Européennes 17 filles naturelles, 87 orphelines de père, 27 dont la mère est décédée et 56 orphelines des deux parents à la fois. Par contre, presque 90 % des prostituées musulmanes ont déjà perdu leurs parents.

CONCLUSION

82C’est surtout par ses méfaits sur le plan de la criminalité, de la délinquance et de la salubrité que la prostitution a attiré l’attention des autorités coloniales. Toutefois celles-ci, à côté d’une politique discriminatoire, particulièrement retorse à l’égard des Italiennes, ont pu à la longue mener, avec les deniers de l’État tunisien, une politique de lutte contre les maladies vénériennes. Il faut noter que le rôle des prostituées européennes, par leurs contacts avec les prostituées musulmanes ou les clients tunisiens, fut important dans propagation d’une prophylaxie hygiénique qui permit d’éradiquer complètement la syphilis et une grande partie des maladies vénériennes.

83D’une manière générale, l’étude de la prostitution, même si elle n’a pas suscité beaucoup d’attention du fait qu’elle représente encore un sujet tabou, mérite d’être approfondie. Il reste beaucoup à faire dans ce domaine où il faut tenir compte de l’aspect lacunaire et de la mauvaise conservation des sources d’informations. Cela ne doit pas être une cause de découragement.

Notes

1 Hérodote, Histoires, IV, 176.

2 Valère Maxime, Faits et paroles mémorables, II, 6, 15.

3 C’est le cas par exemple de l’œuvre de At-Tifachi El Gafsi : Délice des cœurs ou de celle du cheikh Ennefzaoui Le jardin parfumé. Tous deux ont été traduites et publiées en France par René Khaouam.

4 Voir à ce propos le fonds de Hosni Hassen Abdelwaheb, déposé à la Bibliothèque nationale de Tunis, et entre autres les manuscrits suivants :
– Mahmoud Ibn Mohamed Gayssouni Zadah El Kosentini (+ 1568) : Les remèdes contre l’impuissance, manuscrit numéro 18 556.
– Bu Abdallah Chamseddine Ibn Marzouk : Prévenir, pour guérir l’impuissance, manuscrit numéro 17 970.
– Ali Ibn Abi El Hazm Ibn Nafis (+ 1288) : Lettre sur les organes génitaux, manuscrit numéro 18 248.
– Anonyme : Traité de la passion entre les amoureux, manuscrit numéro 17 970.

5 Abdelhamid et Dalenda Larguèche : Marginales en terre d’islam, Cérès-Productions, Tunis, 1992.

6 Archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politique et commerciale, Tunisie 1944-1955, Volume 624, lettre du résident général au ministre des Affaires étrangères du 28 octobre 1953. Il est à remarquer que ces archives se trouvent en microfilms à Tunis à l’Institut supérieur de l’histoire du mouvement national ( ishmn ). Le volume en question se trouve à la bobine numéro 799.

7 inhmn  : Bobine 799, archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politique et commerciale, Tunisie 1944-1955, Volume 624, lettre du ministre des Affaires étrangères au résident général du 5 octobre 1953.

8 Je remercie à cette occasion le président-maire du Grand Tunis, M. Ahmed Bouleyman, ainsi que le Dr. Belhassen Languer, directeur de l’Hygiène et de la Protection de l’environnement de la ville de Tunis et son collègue le Dr. Raouf Ben Mahmoud, de m’avoir permis la consultation de ces fiches. Mes remerciements vont aussi aux agents Lyés Bahroune et Lotfi Nasri qui m’ont beaucoup aidé.

9 Il y a, entre autres documents, des bordereaux sur les enfants mort-nés au cours des années 1950.

10 Sexilus Arène : De la criminalité des Arabes au point de vue de la pratique médico-judiciaire en Tunisie, Paris, 1920, p. 153.

11 Cette maison pour homosexuels a existé en Tunisie et fut fermée juste au moment de l’Indépendance. Elle a été ouverte, selon la fiche d’un prostitué, au 15 rue al-Ghariani dans la Médina. Son propriétaire-gérant est un certain Ouaki, dont la petite fille, Serrouf Ndjemia Gilberte, fille d’Isaac et d’Ester Ouaki, domiciliée au 39 rue Sidi Chérif, a été à plusieurs reprises appréhendée entre 1939 et 1944, comme prostituée clandestine. Dans le lot des fiches qu’on a consultées, on a trouvé trois fiches de pédérastes. Il s’agit de Ali Sardjini dit Fatima, un sdf, né à Kairouan en 1927, hospitalisé en 1947 ; de Hamda Rabah, né le 10 mars 1922 à Sétif, hospitalisé en 1946 et d’André Sahal, né le premier juin 1916 à Tunis et hospitalisé en 1944.

12 Cf. à ce propos les différentes relations de voyage, notamment celle du Dr. Louis Frank : Description de la Régence de Tunis, Paris, 1851.

13 Voir La dépêche tunisienne du 15 mars 1919.

14 Voir note 15.

15 Voir La dépêche tunisienne du 14 novembre 1896 ; audience du Tribunal correctionnel de Tunis du 4 novembre 1896.

16 Voir La dépêche tunisienne du 12 février 1936.

17 ishmn  : Bobine 121, archives du Quai d’Orsay, nouvelle série 19, dossier 1, folios 44-64.

18 Cf. Raoul Darmon : La Tunisie criminelle (Études criminologiques), Tunis, La Rapide, 1948, p. 90. Voir également notre étude : « La criminalité italienne dans la Tunisie de la fin du xixe siècle », (à paraître dans les actes du colloque organisé par le département d’histoire de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis I, les 1er et 2 novembre 1996, autour du thème « la Tunisie et ses étrangers ».

19 Voir les audiences du Tribunal criminel de Tunis du 16 mai 1896, in La dépêche tunisienne du 18 mai 1896.

20 Voir les audiences du Tribunal criminel de Tunis du 3 novembre 1896, in La dépêche tunisienne du 9 novembre 1896.

21 ishmn  : Bobine 121, archives du quai d’Orsay, Nouvelle série 19, dossier 1, folios 44-64.

22 Lucie Prévost : La prostitution des mineures en Tunisie, des de Sciences criminelles, faculté de droit et de sciences politiques et économiques, Tunis, ron., p. 11.

23 Muhammed El-Béji El-Massaoudi : Attadbir Al-Mounajji min al-Habb el-Ifranji (Comment se prémunir des boutons d’origine occidentale), manuscrit de la Bibliothèque nationale de Tunis, numéro 17 950. Peut-on penser que la syphilis, considérée dans les années 1840 comme une maladie d’origine européenne, aurait été introduite dans le pays par les immigrés italiens ?

24 Cf. Dr. Dinguizli : Prophylaxie de la syphilis et des maladies contagieuses chez les musulmans de Tunisie, avec préface du Dr. Charles Nicolle, Tunis, 1920,10 pages.

25 Voir Tunis soir du 28 avril 1944.

26 Dr. Antoine Cassar : Emploi des préparations arsenicales et bismuthiques dans la lutte contre la syphilis en Tunisie, Direction générale de l’Intérieur (Hygiène et Santé publique), Tunis, 1926, 30 pages.

27 ishmn  : Bobine 180, archives du Quai d’Orsay, série Tunisie 1917-1940, Carton 301, Dossier 1, Rapport d’Hector Diacono, 1925, folios 90-91.

28 Arrêté du 10 décembre 1927.

29 Voir note 25.

30 Archives de la municipalité de Tunis, document non encore répertorié, Lettre au directeur de la Sûreté du 15 mai 1931.

31 Ibid.

32 Arrêté municipal du 26 avril 1930. Cf. également Lucie Prévost, op. cit. p. 12.

33 Voir La dépêche tunisienne du 23 février 1936.

34 Voir La dépêche tunisienne du 12 mai 1897.

35 Voir La dépêche tunisienne du 27 février 1896.

36 Interceptée comme clandestine le 24 décembre 1940, Pierrette Dhermy, née en 1922 à Tunis est officiellement inscrite comme fille soumise le 5 février 1943, trois mois avant la défaite des troupes allemandes en Tunisie, sous le numéro 11 862. Elle fut radiée, après la libération, le 17 janvier 1944.

37 Le terme bordil en arabe est évidemment la transformation du terme « bordel » de la langue française. Plusieurs termes de celle-ci sont actuellement usités dans l’argot tunisien.

38 Voir La dépêche tunisienne du 23 février 1936, en-Nahdha du 26 février 1936 et al-Wazir du 26 mars 1936.

39 Voir La dépêche tunisienne du 12 mars 1936.

40 Ibid.

41 Née le 17 décembre 1907 à Villemomble, Suzanne Lepeuve est inscrite, sous le nom de Ketty, le 7 décembre 1950, sous le numéro 12 724. Gérante du Mossa à partir de mars 1956.

42 Dispensée de la visite médicale. Sa fiche ne porte aucun numéro d’immatriculation.

43 Voir La dépêche tunisienne du 24 avril 1936.

44 Cf. Georges Blanchet : Maison close, Roman documentaire et social sur la prostitution en Tunisie, Tunis, 1938, p. 48.

45 Ibid, pp. 70-71.

46 Archives de la municipalité de Tunis, documents non encore répertoriés, lettre du vice-président de la municipalité du 19 mai 1936, publiée par le Relèvement social, 7, juillet 1936.

47 Contrairement à ce qu’on croit, la Hara de Tunis n’a jamais été un « ghetto » pour les juifs tunisiens, puisque 118 familles musulmanes y habitent en 1936,. Au cours du conseil municipal du 29 février 1936, le Dr. Cassar a proposé la construction d’un groupe d’immeubles pour le recasement de ces familles. Voir La dépêche tunisienne du 1er mars 1936.

48 Archives de la municipalité de Tunis, documents non encore répertoriées, Lettre du 15 mai 1931.

49 Ibid, Lettre du président de la municipalité, no 7/D.M du 4 mars 1931.

50 On ne trouve dans le Bulletin municipal, officiel de la ville de Tunis aucune indication sur cette discussion. Il semble qu’elle ait été limitée à quelques conseillers français et n’ait pas été soumise aux membres tunisiens du conseil municipal.

51 Voir La dépêche tunisienne du 23 février 1936.

52 Voir. an-Nahdha du 26 février 1936.

53 Voir. al-Wazir du 26 mars 1936.

54 Archives nationales : Série A, Carton 2, dossier 20, lettre du vice-président de la municipalité au directeur général de l’Intérieur du 17 mars 1935. En fait, cette demeure n’a pas été cédée à la municipalité de la capitale, puisque la famille Chérif y a vécu jusqu’aux années 1970. La demeure fut ensuite complètement délaissée. Ce n’est qu’en janvier 1997, selon un bruit qui a couru à Tunis, que les héritiers de la famille l’auraient cédée à la municipalité pour en faire un centre culturel au sein du quartier de la Hafsia.

55 Voir La dépêche tunisienne du 23 février 1936.

56 Voir Le relèvement social, 4, avril 1936

57 Voir Le relèvement social, 7, juillet 1936, lettre du vice-président de la municipalité de Tunis du 19 mai 1936.

58 Voir Le relèvement social, 7, juillet 1936.

59 Voir La Tunisie catholique du 17 mai 1936.

60 Voir La dépêche tunisienne du 24 mai 1936.

61 Voir Tunis soir du 20 février 1944.

62 Voir Tunis soir du 8 janvier 1946.

63 Voir Tunis soir des 19 avril, 14 mai 1945,14 et 19 février 1946.

64 Voir Tunis soir des 15 juillet 1944 et 5 octobre 1945.

65 Voir Tunis soir du 30 janvier 1944.

66 Voir Tunis soir du 30 septembre 1944.

67 Voir Tunis soir des 8 et 16 juin et du 2 juillet 1945.

68 Voir Tunis soir des 3 juillet et 24 novembre 1945.

69 Voir Tunis soir du 25 octobre 1944, qui rapporte le cas d’Abdallah Ben Hassen Ghousca.

70 Voir Tunis soir du 11 janvier 1946.

71 Voir Tunis soir du 10 septembre 1945.

72 Voir Tunis soir du 17 décembre 1945.

73 C’est à partir du dépouillement des collections de Tunis soir pour les années indiquées qu’on a pu obtenir ces chiffres, qui demeurent toujours relativement proches de la réalité. Mais ils devraient être complétés par d’autres sources d’informations.

74 Voir J. O. T. du 31 mai 1949.

75 inhmn : Bobine 799, archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politique et commerciale, Tunisie 1944-1955, Volume 624, lettre du ministre des Affaires étrangères au résident général du 22 décembre 1953.

76 Ibid, lettre du délégué à la résidence au ministre des Affaires étrangères du 25 juin 1952.

77 Cf. Lucie Prévost : op. cit. p. 13.

78 inhmn  : Bobine 799, archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politique et commerciale, Tunisie 1944-1955, volume 624, lettre du délégué à la résidence au ministre des Affaires étrangères du 28 octobre 1952.

79 Ibid, lettre du ministre des Affaires étrangères au résident général du 22 décembre 1953.

80 Ibid.

81 Ibid,, note du directeur des contrôleurs civils du 25 février 1954.

82 Cf. Lucie Prévost : op. cit. p. 30.

83 Voir La dépêche tunisienne du 26 octobre 1896.

84 Ibid.

85 inhmn  : Bobine 799, archives de la résidence : archives diplomatiques, Série correspondance politique et commerciale, Tunisie 1944-1955, volume 624, lettre de Voizard au ministre des Affaires étrangères du 28 octobre 1953.

Table des illustrations

Titre Nombre des décès suite à la syphilis
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Auteur

Université de Sfax

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search