Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Troisième partie. Institutions et société

L’apprentissage pastorien de la mosaïque Tunisie

Anne-Marie Moulin

Texte intégral

1L’apprentissage tunisien de l’Institut Pasteur s’inscrit aisément dans une réflexion sur la mosaïque Tunisie. L’institut, à sa fondation en 1893, doit d’abord se faire une place au sein d’un corps médical d’origine et de formation très diverses, un cas évident de mosaïque. D’autre part, s’il se réclame d’une doctrine scientifique en droit universelle, la doctrine pastorienne, il devra faire l’épreuve de ses conditions d’application. La nouvelle institution, tout en acquérant ses titres scientifiques propres, va adopter le point de vue tunisien : dès que ses membres commencent à explorer les maladies et à organiser le pays face aux épidémies, ils se réfèrent aux catégories qui ont cours pour décrire la société. On verra plus loin comment l’utilisation de ces catégories a pu même favoriser certaines découvertes scientifiques.

REGARDS SUR LA MOSAÏQUE

2Dans les premières années suivant la fondation de l’Institut Pasteur, la société tunisienne reste fortement différenciée et inégalitaire, et le terme harmonieux de mosaïque choisi pour le colloque est un euphémisme, puisqu’il suggère le concours de tous à la création d’une belle image. En fait, si la société tunisienne est en partance pour l’État-nation que nous connaissons, dans la Régence s’enchevêtrent des populations de langues, de cultures et de religions différentes. Que le pouvoir réel soit passé d’un prince musulman à une république laïque ajoute encore à la complexité.

  • 1 J. Ganiage, Les origines du protectorat français de Tunisie, 1861-1881, Paris, 1959.

3Au moment de l’occupation française, les catégories du XVIIIe siècle : couloughlis, morisques, renégats, ne subsistent plus qu’au titre de vestiges culturels. La mosaïque est officiellement structurée par deux jeux d’opposition, entre bédouins et citadins, d’une part, et entre Tunisiens ou autochtones (juifs et musulmans) et européens (Anglo-Maltais, Français et Italiens), de l’autre. En outre, si juifs et chrétiens sont traditionnellement des zimmis, c’est-à-dire des protégés du prince musulman, comme dans l’empire ottoman, l’ancien suzerain de la Tunisie, une partie d’entre eux tendent à devenir des « clients » et des protégés des ambassades, et n’ont cessé de faire l’objet de manœuvres économiques et politiques de la part des grandes puissances, à la fin du XIXe siècle1.

  • 2 Khayr-ed-din, Essai sur les réformes nécessaires aux États musulmans, M. Morsy éd., Aix-en-Provence (...)

4Au cours des premières années du protectorat, fond et forme de la mosaïque sont remaniés, avec l’accession de l’élément français à la suprématie politique2 et les divisions des élites musulmanes face à la situation nouvelle.

5Les pastoriens étaient pragmatiques, ils se sont saisis des catégories de leurs contemporains. Elles leur servaient de repères pour apprécier la résistance inégale aux maladies et saisir une réalité épidémiologique complexe, et de cadre pour élaborer leur politique sanitaire. Ils les appréhendaient simplement et n’étaient pas loin, dans une anthropologie naïve, d’en faire une lecture biologique.

  • 3 G. Noiriel, « Socio-histoire d’un concept. Les usages du mot “nationalité” au XIXe siècle », Genèse (...)
  • 4 L. Davi, Mémoires italiennes en Tunisie, dea, université de Tunis I, 1995.

6Ces catégories étaient pourtant loin d’être essentielles et renvoyaient à une histoire. Rappelons-nous qu’en 1893, le terme de nationalité venait tout juste en France d’acquérir le sens juridique que nous lui donnons aujourd’hui, de sujétion à un état-nation et d’expression d’une solidarité de groupe3. La loi régissant les grandes lignes de la nationalité française jusqu’à nos jours est votée en 1889, et modifiée en 1893, Tannée même de la fondation de l’Institut Pasteur. Par l’accord franco-italien, intervenu en 1896, les Italiens garderont sans changement leur statut privilégié dans la Régence (écoles et hôpitaux communautaires) jusqu’en 1945, date qui marque une rupture et le début de représailles4. Aujourd’hui, la Tunisie a achevé à son tour de se constituer comme nation homogène, arabe et musulmane, et ses chercheurs s’interrogent sur le temps passé de la mosaïque.

LA FONDATION DE L’INSTITUT PASTEUR DE TUNIS ET LA MOSAÏQUE MÉDICALE5

  • 5 M. Zitouna, La médecine en Tunisie, 1881-1994, Simpact, Tunis, 1994.
  • 6 P. Bourde, « La viticulture en Tunisie », Revue générale des sciences, 1896, 7, p. 1101-1104.
  • 7 M. Huet, « Les premiers pas de l’Institut Pasteur de Tunis », archives de l’Institut Pasteur de Tun (...)

7Les circonstances de la création de l’institut de Tunis sont bien connues. Pasteur avait travaillé sur les fermentations alcooliques dans l’industrie. En 1893, à la suite d’une demande faite par Paul Bourde, directeur de l’agriculture en Tunisie6, au grand savant, ce dernier dépêche son propre neveu, Adrien Loir, pour étudier les problèmes posés par la culture viticole. Les colons récemment installés, et profitant de la crise du phylloxéra en France, essaient de conquérir le marché au moment où la production du Midi s’effondre. À Tunis, les levures employées étaient peut-être de mauvaise qualité et la température des cuves sûrement trop élevée pour une fermentation satisfaisante des moûts7.

  • 8 Ibidem.

8Très vite, l’ambition du Dr. Loir s’étend bien au-delà de la simple mission qui lui a été confiée. Il crée un laboratoire antirabique, le noyau idéal de l’entreprise pastorienne, qui prend officieusement le nom d’institut Pasteur. Il entreprend aussi de diffuser la vaccine, il entend même introduire en Tunisie la sérothérapie antidiphtérique, récemment découverte à Paris. Mais la métropole freine cet élan, la production de sérum antidiphtérique est une spécialité parisienne, et la maison de Paris entend fournir à elle seule les « possessions françaises »8.

9Il aurait pu s’agir d’un banal « transfert de science » de la métropole à la périphérie, si simultanément l’institut ne s’engageait dans un authentique apprentissage de la Tunisie.

  • 9 Dossier Constantinople, Lois et règlements, Carton no 536, 46, archives des Affaires étrangères, Na (...)

10À l’arrivée d’Adrien Loir, les médecins de la Régence constituent un groupe hétérogène et bigarré, associant des médecins européens d’origine et de formation très variées, parfois douteuse pour la seconde. Le panorama est très proche de celui que l’on observe dans l’Empire ottoman, où exercent des médecins venus de tous les coins d’Europe. En 1893, le sultan s’efforce de réguler l’exercice de la profession en imposant aux étrangers un examen à la faculté de médecine de Constantinople9. Cette exigence soulève une levée de boucliers des praticiens qui en appellent de leur consulat contre une mesure qu’ils jugent vexatoire et injustifiée.

  • 10 N.F. Gallagher, Medicine and Power in Tunisia, Cambridge University Press, Cambridge, 1983.

11En Tunisie, le gouvernement français n’a pas les mêmes préoccupations que son homologue ottoman. Dès 1889, il a cependant réglementé la profession : seuls sont autorisés à exercer dans la Régence ceux qui disposent d’un diplôme occidental en bonne et due forme, quel que soit le pays d’origine. Le fossé se creuse donc entre les médecins occidentaux et les empiriques locaux qui, pourvu qu’ils aient exercé depuis cinq ans sans susciter de plainte, ne reçoivent que le statut de « médecins autorisés ». L’ensemble de ces mesures fait oublier l’existence en Tunisie d’une tradition de médecine savante présente dans le cursus de la mosquée Zitouna. Fait symptomatique, avec la mort de l’amin at atibba, ou « doyen des médecins » de la Zitouna, les ijaza, ou habilitations en vue d’exercer la médecine, sont désormais signées par le Dr Lombroso, médecin personnel du bey, indice d’un transfert de pouvoirs10.

  • 11 Y. Chatelain, La vie littéraire et intellectuelle en Tunisie de 1900 à 1937, Geuthner, Paris, 1937, (...)
  • 12 L. Bertholon, « La population et les races en Tunisie », Revue générale des sciences, 1896, 7, p. 9 (...)
  • 13 La section demande au gouvernement que des médecins de nationalités différentes soient officielleme (...)

12En 1893, Tannée de l’arrivée de Loir, a été fondée une société savante, l’Institut de Carthage11, avec à sa tête le Dr Lucien Bertholon, médecin des prisons et anthropologue12. En 1898, l’institut inaugure la section de sciences médicales, qui se dote d’une revue, le Bulletin de la société des sciences médicales de Tunis. Adrien Loir en est le secrétaire. Il commente ce milieu médical nouveau pour lui : « L’exercice de la médecine offre des particularités étranges dans ce pays. Les différentes civilisations qui se recentrent dans nos villes cosmopolites obligent le corps médical à être lui-même cosmopolite ». Autrement dit, selon Loir, le cosmopolitisme de la profession est à la fois une réponse aux exigences des différentes clientèles et un reflet de la répartition de la population et de ses divisions13. Mais de ces divisions, Loir retient surtout la distinction entre Français et étrangers, Italiens en premier lieu.

  • 14 Bulletin des hôpitaux civils français de Tunis, 1898, 3, p. 85.

13L’Institut de Carthage offre un terrain d’entente pour oublier les querelles. La section comprend tous les médecins et les pharmaciens pourvus d’un diplôme régulier. Le petit Institut Pasteur a joué un rôle dans cette réconciliation. Loir a organisé les « dîners Pasteur » où se sont déroulés les premiers pas de la section14. Le groupe fondateur, dont Loir énumère les noms, est à lui seul une mosaïque : Bertholon, Braquehaye, Cuénod, Lemanski, Schoull, Funaro, Santillana, Brignone ; de nombreux Italiens, juifs pour la plupart, alternent avec des Français. Fait important, les musulmans sont présents, d’abord avec Bechir Dinguizli, ancien élève et enseignant à Sadiki, premier musulman tunisien à avoir obtenu la thèse de doctorat en médecine en France (à Bordeaux, en 1896), puis, après 1902, avec Hassen Bouhageb.

  • 15 A. Loir, Rapport, p. 251.

14La section s’organise, d’une part en s’assurant les services d’un avocat pour recevoir les plaintes contre les empiriques, et d’autre part en élaborant une déontologie, selon « un code particulier respectant les usages tunisiens, donnant les règles de haute convenance que la coutume impose à la conscience de chacun »15. Parmi ces règles, figure l’alternance de la présidence, donnée chaque année à un français ou à un « étranger ».

  • 16 A. Loir, « Création de l’assistance médicale de nuit », Bulletin de l’hôpital civil de Tunis, 1899, (...)

15Dès son arrivée, Adrien Loir a déployé une intense activité et publié de nombreux articles sur des sujets variés : de la cure de hernie (par la bicyclette) à la diphtérie… Il s’affaire à organiser avec les confrères un tour de garde pour les urgences de nuit, en invoquant la solidarité de la profession et son sens de la santé publique16.

  • 17 A. Loir, « La circoncision chez les indigènes tunisiens », Revue tunisienne, juin 1899, p. 347-352  (...)
  • 18 A. Loir, « Le centre vaccinogène de Tunis », Congrès de l’Association française pour l’avancement d (...)
  • 19 A. M. Moulin éd., L’aventure de la vaccination, Fayard, Paris, 1997, introduction.
  • 20 A. Loir, « La vaccination obligatoire… », op. cit. Voir pour un témoignage analogue A. Prengrueber,(...)
  • 21 A. Loir, « Les conditions sanitaires et l’hygiène en Tunisie », Revue générale des sciences, 1896, (...)

16Mais ce sont ses articles sur des sujets plus spécifiques qui témoignent de son apprentissage du milieu tunisien. Qu’il s’agisse de la circoncision, devenue matière médicale17, ou des incidents et accidents consécutifs à la vaccination antivariolique18, les détails sont précis et sonnent juste. En ce qui concerne la vaccination, Loir note que la résistance du public témoigne moins d’un refus du progrès à l’égard d’une innovation occidentale que des défauts techniques de la vaccine. Qu’un accident survienne, et la foi bascule en la science19. Loir relève, d’autre part, la compétition de la vaccine avec la méthode traditionnelle d’inoculation de la variole. Les habitants appellent en effet variole de Dieu (Djedri Allahi) une variole spontanément bénigne, réduite à quelques boutons qui servent à inoculer l’entourage non immunisé20. Variole du gouvernement contre variole de Dieu ! Selon Loir, la mortalité par variole est plus élevée chez les européens et les musulmans que chez les Juifs, les premiers parce qu’ils oublient de se faire revacciner, les seconds parce qu’ils refusent le vaccin, tandis que les juifs « se précipitent »21.

  • 22 B. Dinguizli, La variole en Tunisie, thèse de doctorat de médecine, Bordeaux, 1896-1897.

17À qui Adrien Loir est-il redevable de cette initiation au milieu tunisien ? La réponse saute aux yeux. Son informateur n’est autre que Bechir Dinguizli, son collègue de la section, lequel, du reste, lui dédicace sa thèse sur la vaccination antivariolique. Certains articles de Loir reprennent d’ailleurs mot pour mot les arguments de la thèse. Les précisions sur la pratique de la circoncision, l’appel aux femmes pour introduire la vaccination dans les familles sont de Dinguizli. C’est Dinguizli qui a posé aux cheikhs de la Zitouna la question de la licéité de la vaccination et traduit la fatwa qui en a résulté22. Dinguizli s’est fait auprès de Loir l’interprète de la société tunisienne.

  • 23 Sur Charles Nicolle, K. Pelis, Pasteur’s imperial missionary, Charles Nicolle (1866-1936), Ph D, Jo (...)
  • 24 E. de Warren : « Ils (les Tunisiens) pouraient acquérir les diplômes nécessaires… On peut à cet éga (...)

18En 1902, Loir est rentré en France, Charles Nicolle23 débarque. Sa gloire scientifique éclipsera les modestes débuts du petit laboratoire devenu Institut Pasteur statutaire par décret beylical. Nicolle ne réactive pas le réseau de relations de son prédécesseur. Le nom de Bechir Dinguizli ne figure qu’une fois, dans sa volumineuse correspondance, comme conférencier populaire sur l’hygiène. Dinguizli ne fait plus partie des familiers de l’institut. Édouard de Warren, président de l’association agricole de la Tunisie, regrettera en 1926 que Dinguizli ait fait aussi peu d’émules en médecine, mais n’en recherchera pas les raisons24.

19Nicolle semble jeter sur la mosaïque un regard quelque peu distant : pour l’écrivain Georges Duhamel, son ami et confident, il décrit :

  • 25 Charles Nicolle à Georges Duhamel, lettre, 10 novembre 1927, archives de l’Institut Pasteur de Pari (...)

« […] ces pauvres indigènes que je connais si mal et qui sont les figurants merveilleux de la féérie africaine, le reste Français veilles, juiverie remuante sans cesse croissante, envahissante, vile et avilissant tout »25.

  • 26 Nicolle à Duhamel, ibidem.
  • 27 Voir par exemple Bastide (directeur de l’Hygiène publique) et Nicolle, « La lèpre en Tunisie », arc (...)
  • 28 K. Pelis, « The Tunisian medical “cosmos” of Charles Nicolle », communication au colloque Médecines (...)

20Il explique lui-même sa réaction : « Éloigné, en outre sourd, j’écris comme un monologue »26. Pourtant il a bâti à son tour son réseau. Son institut s’efforce de centraliser les informations du corps médical tunisien27 et s’appuie sur les structures administratives du Protectorat, le bureau d’Hygiène de la municipalité de Tunis, créé en 1909, d’une part, et la direction générale de l’Hygiène, d’autre part28. Tous les postes-clé y sont tenus par des pastoriens, pour la plupart Français de la métropole, parfois même Normands comme Ernest Conseil. Nicolle concentre donc entre ses mains le pouvoir sanitaire et dépend directement du résident général. Il accroît encore son autonomie par un financement indépendant fondé sur la fourniture d’analyses biologiques et la production de vaccins. En même temps, l’institut amplifie l’exploration de la pathologie de la mosaïque, que Loir n’avait fait qu’inaugurer. Le tableau officiel de la mortalité générale, dressé entre 1909 et 1912 en Tunisie, présente un gradient éloquent :

  • 13,10 pour mille chez les Français

  • 17,94 chez les Italiens

  • 19,07chez les Maltais

  • 20,23 chez les Israélites

    • 29 E. Conseil, « Les progrès de l’hygiène en Tunisie », Association française pour l’avancement des sc (...)

    38,56 chez les musulmans29.

L’INÉGALITÉ FACE À LA MALADIE ET À LA MORT

  • 30 Sur la démographie négative de la Tunisie au XIXe siècle, voir S. Speziale, Sanità, popolazione e s (...)
  • 31 Le roman de Lahbib Chabbi, La Fêlure, Salammbo, Tunis, 1970, a choisi de situer son portrait de Tun (...)
  • 32 E. Roubaud, « Discours en l’honneur de Georges Blanc » [Blanc vécut de 1914 à 1921 à Tunis], Bullet (...)

21Un pays dont la démographie est vacillante30, et soumis à un certain nombre d’affections endémiques, sur lesquelles se plaquent certaines vagues épidémiques31, un « réservoir de maladies exotiques »32, telle était apparue la Tunisie au moment de l’occupation française de 1881.

  • 33 A. M. Moulin, « Les Instituts Pasteur de la méditerranée arabe. Une religion scientifique en pays d (...)
  • 34 A. Loir, « Statistiques de la population de Tunisie », Revue tunisienne, 1898, 5, p. 348-353

22La santé, conformément à une logique coloniale déployée ailleurs, va devenir une façon de découvrir la Tunisie pour une espèce particulière d’explorateurs, les pastoriens33. À la différence de l’Algérie de la conquête, ce ne sont pas les besoins de l’armée d’occupation qui ont dominé l’intervention sanitaire en Tunisie. Les besoins de la population civile sont au premier plan. Pour la population de Tunis, Loir avance les chiffres de 157 040 habitants dont 97 520 musulmans, 30 030 Israélites et 29 490 européens34. Sa statistique porte uniquement sur la mortalité, la déclaration en vue de l’inhumation étant devenue obligatoire depuis 1886. Elle se moule sur les catégories officielles de la « mosaïque » en séparant Italiens, Anglo-Maltais et Français, Israélites et musulmans tunisiens. Loir mentionne encore la catégorie des « protégés » (zimmis) des consulats, mais pour dire qu’ils sont désormais recensés comme « indigènes ». La mortalité indigène tourne autour de 41 pour mille, plus de deux fois celle des Français.

  • 35 A. M. Moulin, « Tropical without Tropics. The turning point of Pastorian medicine in North Africa » (...)
  • 36 A. M. Moulin, « Expatriés français sous les tropiques. Cent ans d’histoire de la santé », Bulletin (...)

23Au XIXe siècle, la question de la morbidité et de la mortalité différentielle est globalement posée comme celle des « Tropiques ». Tropiques au sens métaphorique évidemment. Tropiques ou la catégorie de l’ailleurs35. La question cruciale de la survie des Français en milieu tropical est agitée par tous les naturalistes. Le transformisme fournit Taxe théorique d’une interrogation au fond très pragmatique. Schématiquement, jusque dans les années 1860, la perspective médicale est optimiste, dominée par la théorie dite de l’acclimatation. Les différentes « races » ou variantes d’une espèce unique (monogénisme) peuvent progressivement s’adapter à de nouveaux climats. Cet optimisme se maintient en dépit de la mortalité effroyable des Français en Algérie, où elle dépasse trois fois celle de la métropole, fièvres et dysenteries décimant les nouveaux arrivants36.

24Pourtant, dans un deuxième temps, le pessimisme s’est fait jour vis-à-vis de la colonisation en Afrique et en Asie. Les médecins plus encore que les naturalistes donnent désormais le pas aux considérations de « race ». Les indigènes auraient un avantage naturel, en étant héréditairement adaptés à leur milieu. Puis, au fur et à mesure que la mortalité et la morbidité indigène se dévoilent, la notion de race passe à l’arrière-plan : l’immunité différentielle s’expliquerait plutôt par le comportement et le style de vie. Les textes des pastoriens tunisiens illustrent bien ces différentes facettes et ces revirements.

  • 37 Dr Feuvrier, Huit mois de campagne en Tunisie, du 5 Mai 1881 au 8 Janvier 1882, Relation médico-chi (...)
  • 38 A Loir, « Statistiques de la population en Tunisie », op. cit., p. 349.
  • 39 Ibid.

25En Tunisie, le problème se pose d’emblée différemment de l’Algérie. Le pays est rapidement décrit comme offrant d’excellentes conditions naturelles aux immigrants potentiels. Si la colonne d’occupation en 1881 connaît quelques décès dus aux dysenteries37, la mortalité des expatriés se révèle inférieure à celle de la métropole. « Les Français n’ont pas payé de tribut au début de la colonisation de la Tunisie38 ». Le relevé démographique portant sur les années 1886-1896 révèle même un bénéfice de la mortalité des Français à Tunis sur la métropole (17 pour mille contre 25 pour 1000)39 : il est vrai que dans le premier cas, il s’agit d’une population plus jeune.

  • 40 J. Valensi et E. Conseil, « La création de l’état-civil indigène en Tunisie », Revue politique et p (...)

26L’état-civil indigène est créé en 1909, la même année que le bureau d’hygiène de la municipalité de Tunis. La mortalité d’après l’âge est différente en fonction des catégories : la mortalité italienne frappe surtout la première enfance, alors que la mortalité musulmane atteint surtout l’âge adulte. La mortalité israélite se distingue par la fréquence de décès au-dessus de 60 ans. Le déclin démographique des musulmans est attribué par Ernest Conseil aux maladies infectieuses (typhus, rougeole, variole…) et à la tuberculose, « engendrées par la misère et l’ignorance »40. Au gouvernement de lutter contre la première, aux pastoriens de lutter contre la seconde.

27L’œuvre majeure de l’institut de Tunis porte sur les maladies infectieuses pour lesquelles, conformément à la tradition pastorienne, il s’efforce d’inventer un vaccin. Trois maladies permettent de profiler l’épidémiologie de la Tunisie : le passé est présent avec la peste ; le présent associe la fièvre boutonneuse, dite autrefois fièvre de Marseille et qu’Alfred Conor propose de baptiser fièvre méditerranéenne, la fièvre de Malte et surtout le typhus ; au futur appartiennent ce que les Pastoriens appelaient les néorickettsies, les « Chlamydia », tenues pour responsables du trachome avant d’être incriminées dans les maladies sexuellement transmissibles.

28Mais auparavant, pour illustrer les particularités de la mosaïque tunisienne, disons un mot d’une pandémie et de sa lecture pastorienne.

LE CHOLÉRA DE 1911

  • 41 L. Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe s (...)
  • 42 E. Conseil, Rapport sur l’épidémie de choléra en 1911, réédité dans Tunisie médicale, 1970, 4, p. 2 (...)

29Depuis les travaux de Louis Chevalier, le choléra est connu comme un révélateur de l’inégalité sociale41. Ernest Conseil, présidant le bureau d’Hygiène de la municipalité, décrit la marche du choléra42 en se référant d’emblée aux cinq catégories officielles : Israélites, musulmans, Maltais, Français et Italiens. Ces catégories lui paraissent pertinentes en ce qu’elles correspondent à des quartiers bien individualisés par le relevé épidémiologique sur la carte de la ville. D’emblée, Conseil incrimine deux groupes dans le déclenchement de l’épidémie. Ce sont soit les voyageurs italiens venant de la péninsule contaminée, et dont plusieurs ont réussi à se soustraire au contrôle sanitaire au débarquement ; soit des Juifs en provenance de Tripolitaine. En fait, la communauté italienne ne semble pas touchée, tandis que le quartier juif de la Hara comporte plusieurs foyers. C’est donc la deuxième hypothèse que retient Conseil. Cependant, la marche de l’épidémie se poursuit, et, au gré des relations de voisinage, une musulmane du quartier est contaminée à son tour, et par le jeu des visites aux malades, des cas se déclarent en banlieue. Le village de Ras Tabia est aussitôt cerné par l’armée, mais une femme est déjà partie pour le pèlerinage de Sidi Ali al Hattab…

  • 43 Ibid., p. 256.

30Les musulmans seraient moins touchés : « Les arabes ne craignent point la contagion et n’ont que rarement à constater parmi eux cette fuite apeurée qui fut le plus gros obstacle à la prophylaxie chez les Israélites »43. Pourtant il ne semble pas, au fil du texte, que la peur et la fuite soient inconnues des autres communautés. Les Italiens d’Utique par exemple s’enfuient à Tunis. La mortalité semble inégalement répartie : 81 % chez les Maltais, 71 % chez les musulmans, 64,3 % chez les Israélites, 55,5 % chez les Français, 48,5 % chez les Italiens. Conseil interprète le gradient de mortalité moins en fonction des « races », appelées ailleurs « nationalités », que de la rapidité des soins médicaux : le traitement médical est alors bien codifié et associe réhydratation et cardiotoniques. L’isolement, effectué rapidement à l’hôpital de la Rabta à Tunis, entraîne le regroupement de 1 317 personnes, dont 828 Israélites, 337 musulmans, 136 Italiens, 9 Français, 7 Maltais.

  • 44 Ibid.

31Conseil rapproche ces données des différences de style de vie. Les femmes juives sont plus souvent atteintes car ce sont elles qui vont de maison en maison. Chez les musulmans, par contre, le choléra sévit chez les « célibataires vagabonds vivant sans famille groupés dans des funduqs »44. Pour organiser la prévention, Conseil tient compte des coutumes. Le Conseil d’hygiène fait abréger le temps de lavage des morts afin de limiter les contaminations, il s’efforce d’enrôler à son service la confrérie des Avrim, spécialistes des rituels funéraires, afin d’obtenir la dénonciation des décès suspects. Chez les musulmans, pour vérifier les diagnostics post-mortem, le Conseil d’hygiène a renoncé aux autopsies et se contente d’écouvillonnages de selles.

  • 45 « En raison de leur pusillanimité, et de leur mauvaise volonté, on renonce à les assigner à leur do (...)
  • 46 Ibid., p. 262.
  • 47 Ibid., p. 256.

32Mais Conseil est-il parfaitement objectif lorsqu’il incrimine en premier lieu la communauté juive, son obstination à visiter les malades, et à refuser l’isolement et la désinfection obligatoires ?45. Cette dernière n’était pas une mince affaire, s’agissant de la passation des murs au sublimé ; quant à la désinfection des effets, nul ne sait dans quel état les objets et le mobilier étaient restitués ! Les statistiques journalières permettent-elles vraiment à Conseil d’affirmer le rôle aggravant du shabbath, avec la consommation d’aliment froids, mal conservés, avariés et exposés aux mouches ? Quant à la résistance à l’intervention médicale, si forte que les familles se lieraient entre elles par un pacte de non-dénonciation46 en cas de maladie, elle ne semble pas le fait des seuls israélites. Le bureau d’hygiène recrute en effet des indicateurs indigènes chargés de recueillir les renseignements et de compléter les déclarations insuffisantes des médecins. Les Français eux aussi répugnaient à être enfermés au lazaret, et obtenaient probablement plus facilement d’être isolés à leur domicile. Conseil, attentif aux catégories traditionnelles, ne souligne guère par ailleurs les clivages sociaux à l’intérieur des groupes. Il remarque cependant en passant que « le choléra est presque une exception dans la bourgeoisie musulmane »47. Comme chez les Européens !

LES PESTES DE 1911 ET 1930

33La peste met pourtant en relief les divisions sociales et l’existence d’indésirables.

  • 48 Kmar Annabi Ben Nefissa, « L’organisation sanitaire en Tunisie, à la veille de la création de l’Ins (...)

34La peste n’avait plus fait parler d’elle depuis 1832, peut-être en raison des mesures préventives de quarantaine dues au bey48. En 1911, Ernest Conseil avait dressé sa tente à la Rabta dans des silos abandonnés transformés en lazaret, sur l’emplacement de l’hôpital qui porte aujourd’hui son nom. En 1930, nouvelle alerte. Au centre de la ville arabe, un portefaix de la tribu des Douiret tombe et meurt. Conseil suit sur la carte de Tunis la progression de l’épidémie. La majorité des malades semblent provenir du village des Douiret, vers Matmata. Ce sont des gens pauvres du Sud, qui gardent lorsqu’ils émigrent à Tunis leurs attaches tribales et se mêlent peu au reste de la population. La municipalité où siège Ernest Conseil décide un « enlèvement » intégral du groupe des Douiret pour juguler l’épidémie, avec l’approbation du cheikh de la Médina. Nicolle décrira cette mesure de police sanitaire comme une véritable sortie d’Égypte :

  • 49 C. Nicolle, « Discours prononcé par Charles Nicolle aux obsèques d’Ernest Conseil, le 6 juin 1930 » (...)

« Hier, par un acte inspiré, hardi, irréalisable pour qui n’eût pas possédé, comme vous, l’unanime confiance indigène, vous sortiez de Tunis un peuple entier contaminé et vous sauviez notre ville du plus grave des dangers qu’elle eût connu. »49

35Le lecteur contemporain reste perplexe : n’y eut-il aucune réaction populaire ? Quelques individus isolés durent au moins passer à travers le filet et s’égailler dans la ville… L’installation se fit cette fois dans la prison civile, l’hôpital étant trop petit. L’isolement individuel n’y était pas réalisé, et les malades continuèrent à mourir de la pneumonie pesteuse, qui se transmet directement d’homme à homme. Conseil met en avant ses excellentes relations avec le chef des Douiret, mais la véritable explication tient peut-être à la position sociale des « djebali » :

  • 50 E. Conseil, « La peste pulmonaire de Tunis », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1930,19, p.  (...)

« La population indigène tunisoise les considère comme des étrangers indésirables, ce qui a souvent facilité le dépistage des malades et l’isolement forcé des contacts. »50

LE TYPHUS, MALADIE TUNISIENNE

  • 51 E. Gobert, « Note sur la prophylaxie du typhus en milieu indigène », Bulletin de la Société de path (...)
  • 52 D. Rivet, « La recrudescence des épidémies au Maroc durant la Deuxième Guerre mondiale : essai de m (...)

36En Tunisie, Charles Nicolle n’a « cessé d’inventer » les maladies, comme le lui dit son collègue parisien Mesnil pour honorer son zèle. Mais la maladie proprement tunisienne qui a concentré les efforts de tous51, c’est le typhus qui devient une véritable spécialité scientifique de la Tunisie, alors qu’il sévit ailleurs, en particulier au Maroc52 et en Algérie. Cette fois, il s’agit d’une maladie qui se manifeste par bouffées, à la ville, dans les prisons ou même les hôpitaux, mais frappe surtout, dans les douars, la population rurale et musulmane.

  • 53 Lettre de C. Nicolle à Alfred Conor, 10 Janvier 1909, Fonds Nicolle, Rouen.
  • 54 Conférence Nobel, Särtryck ur Acta societatis medicorum suecanae, 1930, p. 205-209. Récit repris da (...)

37Nicolle avait d’abord souffert de son exil dans une province, pire une « province musulmane »53. C’est peut-être la conviction d’avoir fait une découverte scientifique de premier ordre qui l’aida à s’y enraciner et à y inscrire jusqu’au bout la trajectoire de sa vie. Dans un récit célèbre écrit pour la conférence du prix Nobel qu’il reçut en 1928, Nicolle a campé sa découverte à l’hôpital civil de Tunis, érigé en 1881, Tannée de l’occupation. Un soir, en 1907, retournant à l’hôpital pour la contrevisite, il trébuche sur un bédouin typhique qui s’est effondré sur les marches. Il est alors frappé par l’idée que le typhus s’arrête à la porte des urgences, là où Ton on admet les fiévreux avant de les laver et de changer leur linge. Le typhus ne se propage jamais dans le personnel soignant ou parmi les malades des services, une fois passé le seuil fatidique de l’hôpital. Un maillon de la chaîne cède, quelque chose s’élimine… « Ce ne pouvait être que le pou. C’était le pou »54.

  • 55 Archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1930,25, p. 381.
  • 56 E. Conseil, Le typhus en Tunisie, thèse de doctorat en médecine, Paris, 1907.

38Dans sa découverte du mode de transmission du typhus, Nicolle doit probablement beaucoup à son entourage. Il dira lui-même : « Je ne sais plus, moi-même, dans l’œuvre commune, ce qu’un y apporta et ce qui revient à l’autre »55. On était en pleine découverte des « vecteurs ». Mouches, moustiques, poux et punaises, autant de candidats pour résoudre les paradoxes de la transmission du typhus. Conseil, dans sa thèse sur le typhus de 1908, observait déjà que parmi le personnel européen, le seul à contracter le typhus avait été un infirmier chargé de la désinfection des vêtements56.

39Nicolle, sur la tombe de Conseil évoquait sa dette :

  • 57 Discours de Charles Nicolle aux obsèques d’E Conseil, archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1930 (...)

« Je ne puis taire pourtant les plus grands de ces progrès. Sur cette terre ingrate, égoïste, avant nous inféconde, l’origine du typhus éclairée, une maladie terrible, millénaire, chassée par vous de Tunis… Les millions de vies que ces victoires ont conservées parlent assez haut pour que vous ne craigniez pas l’oubli, cher mort. »57

  • 58 W Jackson, « Immunities of Empire : race, disease and the new tropical medicine », Bulletin of the (...)

40Tout en prônant la désinsectisation pour venir à bout du typhus, Nicolle envisageait les dangers à long terme d’une éradication imparfaite. Cette dernière risquait en effet de faire disparaître « l’immunité différentielle »58 d’une partie de la population.

  • 59 Nicolle à Duhamel, 4 août 1925, archives de l’Institut Pasteur, Paris.

« La civilisation, c’est-à-dire la propreté, sans que vous vous en doutiez, fait disparaître d’un pays le pou, par conséquent le typhus. Jusque là, du fait de la saleté, toutes les générations avaient pris la maladie, peu à peu la résistance était venue à la race indigène (autochtone). Un progrès, plus de poux, vous perdez l’inconsciente immunité. Vous allez dans un pays à typhus, vous le prenez, il est extrêmement grave, vous en mourez »59.

41Au typhus, les Pastoriens allaient appliquer leur programme scientifique de sérovaccination. D’une part, la sérothérapie dès 1920, utilisation de sérum de convalescent pour atténuer la gravité de la maladie. D’autre part la vaccination préventive, d’abord un vaccin tué formolé, puis plus tard un vaccin atténué vivant, avec lequel Paul Durand vaccinera des milliers de Tunisiens en 1940.

LA MOSAÏQUE ET LA DÉCOUVERTE

42Mais si Nicolle a ancré sa découverte de la transmission du typhus par le pou dans le milieu musulman, c’est avec le « kala-azar » que la mosaïque fonctionne véritablement comme un facteur de découverte. En effet, en relevant les cas de cette affection mortelle due à un parasite, la leishmanie, Nicolle constate que les Européens sont beaucoup plus atteints que les musulmans et en vient à suspecter le chien d’être le réservoir de virus. Chez les musulmans, le chien, considéré comme un animal impur, est rarement admis à l’intérieur de la maison. La fréquence de la maladie parmi les enfants est un argument supplémentaire pour suspecter le compagnon de jeu des petits. La ponction de rate confirme la présence de leishmanies chez le chien chez qui l’affection reste longtemps latente. Le mécanisme exact de la transmission (par un moucheron, le phébotome) ne sera explicité que plus tard par les frères Sergent en Algérie.

LES « RACES » DE LA MOSAÏQUE

43L’épidémiologie pastorienne est pragmatique et se moule sur les catégories ordinaires de la mosaïque. Elle n’en entretient pas moins un rapport théorique avec une anthropologie savante, préoccupée de généalogie des races et d’histoire des migrations, à la recherche d’une identification biologique des identités ethniques.

44Ernest Gobert, d’abord médecin à Tozeur, puis directeur du service d’Hygiène pendant plus de trente ans, a publié une revue précise et détaillée des usages alimentaires des Tunisiens :

  • 60 E. Gobert, « Usages et rites alimentaires des Tunisiens », archives de l’Institut Pasteur de Tunis,(...)

« Le médecin appelé à exercer hors de son milieu d’origine ne doit rien ignorer des goûts ni des usages locaux liés à ces goûts. Il ne peut définir un régime dont il ignore les éléments ni apprécier le rôle éventuel des nourritures sur le tempérament ou les déviations de la santé, s’il n’a pas appris à connaître ces nourritures. »60

45L’enquête se déroulait au gré de rencontres amicales : « Mes amis tunisiens, lorsqu’ils m’invitent à déjeuner, ne font jamais de difficultés à me laisser aller vers la cuisine ou le coin de leur demeure en tenant lieu, voir comment les choses se passent. » Et encore :

  • 61 Ibid., p 482 Voir aussi « Les références historiques des nourritures tunisiennes », Cahiers de Tuni (...)

« La table est une grande école et le meilleur laboratoire de la sympathie. Nous avons le devoir de bien connaître la cuisine des peuples auxquels nous nous mêlons et aussi de tenter de l’aimer et d’abord d’en rechercher les origines et les conditions. »61

  • 62 E. Gobert, « Le tempérament arabe », Tunisie médicale, 1913,1, p. 1-5.

46Cependant, c’est le même Gobert qui, s’efforçant absolument d’extraire de la mosaïque la description du « tempérament arabe », retranscrit en 1911 en termes de physiologie les idées couramment reçues dans le milieu colonial. Il interprète, par exemple, le caractère exceptionnel de la syphilis nerveuse chez l’indigène par la rareté chez ce dernier de ce tissu noble qu’est le tissu nerveux. L’indigène ne s’assied pas, il s’affaisse. Sa physiologie est dominée par l’apathie et l’indolence : il a des sécrétions rares et ne digérerait pas si le piment ne venait le stimuler. Ainsi s’explique aussi sa consommation de thé à toute heure du jour : l’abus de thé ruine les hommes et les rend de plus insensibles au charme de leurs épouses !62

  • 63 J.-N. Ferrie et G. Boetsch, « Du Berbère aux yeux clairs à la race eurafricaine, La Méditerranée de (...)
  • 64 R. Collignon, Bulletin de géographie descriptive, 1886, p. 181-353.
  • 65 Ibid., p. 280.

47L’anthropologie française au Maghreb était dominée par l’opposition arabe-berbère63. Mais en Tunisie, Bertholon, puis Collignon, auteur d’une Étude sur l’ethnographie générale de la Tunisie64, admettent que cette opposition renvoie à un idéal-type, peu opérationnel : « Un peuple n’est pas une race, c’est une association »65.

  • 66 Lieutenant Maitrot, « Arabes et Auvergnats », Recueil des notices et mémoires de la Société archéol (...)
  • 67 L. Hirszfeld, « Uber die Konstitutionsserologie im Zusammenhang mit der Blutgruppenforschung », Erg (...)
  • 68 L. Caillon et C. Disdier, « À propos des groupes sanguins. Leurs rapports avec les différentes race (...)

48L’anthropologie physique du tournant du siècle, s’appuyant sur des mensurations anatomiques, n’avait guère donné matière à distinguer les Arabes des Auvergnats et les Tunisiens des Français66. Une occasion se présente de relester ces catégories de science toute fraîche. En 1917, les époux Hirschfeld avaient établi une carte des groupes sanguins dans l’armée d’Orient où se côtoyaient de multiples nationalités et proposé le rapport A+AB/B+AB comme marqueur de « races biochimiques ». Ils avaient avancé l’hypothèse que ce rapport décroît d’Est en Ouest67. En 1930, deux médecins appliquent cette méthode en Tunisie. Ils rappellent que le recensement de 1926 faisait état de deux millions d’hommes dont 55 000 Israélites, 71 000 Français, 8 000 Maltais et 89 000 Italiens. Interprétant le melting pot tunisien, les auteurs citent les conquêtes hilaliennes, l’émigration andalouse, l’arrivée des Ottomans, les captifs et captives de la course : « Ce sont ces éléments plus ou moins mélangés qui constituent l’ethnographie indigène actuelle »68. S’ils évoquent la possibilité d’identifier des « types berbères presque purs » dans l’île de Djerba ou dans les Matmata, ils admettent que, dans les villes, arabes et berbères se sont depuis longtemps mêlés. Ils se bornent donc à reprendre les catégories du recensement et obtiennent les résultats suivants :

Rapport A+AB/B+AB

Italiens

1, 51

Juifs tunisiens

1, 55

Arabes tunisiens

1, 78

Français

2, 91

49Dans cette palette, européens italiens et Juifs tunisiens sont donc les plus proches. On pourrait en tirer la conclusion que l’échantillonnage a porté essentiellement sur des juifs livournais, donc italiens… Les auteurs se bornent à conclure que la sérologie ne fait que confirmer ce que « nous savons déjà » (sic) sur le « mélange des races » qui habitent sur le sol tunisien.

CONCLUSION : MOSAÏQUE OU « MELTING-POT » ?

  • 69 B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La (...)
  • 70 E. de Warren, comptes rendus de l’Académie des sciences coloniales…, p. 273.
  • 71 Ibid., p. 287.

50Mélange en train de s’opérer ou mosaïque laissant aux constituants leur individualité69 ? En 1926, l’agronome Edouard de Warren avait insisté sur le fait que pendant la Grande Guerre « les indigènes avaient vaillamment et glorieusement mêlé leur sang au nôtre »70 : c’était plus qu’une métaphore. De Warren, encore lui, évoquant « le fossé le plus profond qui existe entre l’Européen et l’Africain du nord, entre le chrétien et le musulman », admettait que « deux religions qui vivent côte à côte exercent toujours une réaction l’une sur l’autre par réaction ou endosmose »71.

  • 72 Collignon, op. cit., p. 351.

51Collignon, à l’inverse, avait mis en garde les colons : « Lorsque des collectivités humaines sont arrivées à se constituer en un tout spécialisé par un ensemble commun de caractères physiques, que cette race s’est accommodée à un milieu, elle oppose à tous les éléments qui tenteraient de l’absorber une force de résistance invincible72. »

52Dans l’ensemble, les Pastoriens ont reconnu que la mosaïque était aussi un peuple :

  • 73 C. Nicolle, Destin des maladies infectieuses, Alcan, Paris, 1932, p. 382.

« Dans ce pays, où des nations, des races diverses, se pressent », Nicolle décrit « un désir commun d’union, contre lequel milles fautes, milles jactances ne prévaudront… »73.

  • 74 Kim Pelis développe le thème de la mosaïque qu’elle considère comme central dans l’œuvre de Nicolle (...)

53Dans son œuvre scientifique, lui-même avait, à plusieurs reprises, manié la métaphore de la mosaïque romaine. Frère de l’immunologiste Maurice Nicolle qui avait défini la bactérie comme une « mosaïque d’antigènes », il aimait à rapporter la virulence bactérienne à ce qu’il appelait une « mosaïque de pouvoirs »74, afin de rendre compte de la modification des agents pathogènes dans la nature et entre les mains de l’homme. Il aimait aussi rapporter la civilisation à une mosaïque de populations.

  • 75 E. Gobert, « Mœurs des fumeurs de chanvre », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1925, 4, p. 4 (...)

54Pour les médecins, la mosaïque était fortement présente. Ils inscrivaient leurs données dans les catégories sociales usuelles, quand il s’agissait de la transmission des maladies, sans qu’elles leur permettent de résoudre l’équation complexe de la pathogénie avec ses trois composantes : hérédité, comportement, milieu. Leur représentation de la mosaïque frappe à la fois par la spécificité et la richesse de l’apprentissage, l’œuvre d’un Gobert en témoigne75, mais aussi par l’absence de regard introspectif. Dans la mosaïque, les observateurs pastoriens se situent souvent dans un point aveugle, même lorsqu’ils interagissent fortement et parfois très sympathiquement avec les autres éléments.

  • 76 Burnet, élève et successeur de Charles Nicolle, s’est exprimé sur ce sujet à travers un livre d’ess (...)
  • 77 Lettre de Nicolle à Duhamel, 26 juin 1923, archives privées.
  • 78 Titre d’une nouvelle projetée, lettre de Duhamel à Nicolle, 28 déc1922, Archives de l’Institut Past (...)

55Deux pastoriens se sont cependant efforcés de se situer par rapport à la mosaïque. Pour Etienne Burnet, médecin pastorien et philosophe, la recherche des « essences » n’était pas incompatible avec la reconnaissance d’une durée fluide presque bergsonienne transformant les contours de la mosaïque76. Sa philosophie personnelle de l’histoire permettait à Charles Nicolle de se situer dans l’espace et le temps. S’il ne contestait pas la présence française en Tunisie, et voyait le bey Mohammed comme un « personnage de surface »77, il la relativisait en la situant dans une longue durée où des civilisations s’étaient succédé sur le sol d’une Tunisie tour à tour et simultanément romaine, numide, carthaginoise, arabe et européenne. Un peu à la manière des épidémies, qui elles aussi refluent en laissant quelque chose d’elles-mêmes, l’immunité, « un souvenir qui ne vieillit point »78.

Notes

1 J. Ganiage, Les origines du protectorat français de Tunisie, 1861-1881, Paris, 1959.

2 Khayr-ed-din, Essai sur les réformes nécessaires aux États musulmans, M. Morsy éd., Aix-en-Provence, Edisud, 1897.

3 G. Noiriel, « Socio-histoire d’un concept. Les usages du mot “nationalité” au XIXe siècle », Genèses, 1995, 20, p. 4-23.

4 L. Davi, Mémoires italiennes en Tunisie, dea, université de Tunis I, 1995.

5 M. Zitouna, La médecine en Tunisie, 1881-1994, Simpact, Tunis, 1994.

6 P. Bourde, « La viticulture en Tunisie », Revue générale des sciences, 1896, 7, p. 1101-1104.

7 M. Huet, « Les premiers pas de l’Institut Pasteur de Tunis », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1994, 71, p. 351-353.

8 Ibidem.

9 Dossier Constantinople, Lois et règlements, Carton no 536, 46, archives des Affaires étrangères, Nantes.

10 N.F. Gallagher, Medicine and Power in Tunisia, Cambridge University Press, Cambridge, 1983.

11 Y. Chatelain, La vie littéraire et intellectuelle en Tunisie de 1900 à 1937, Geuthner, Paris, 1937, p. 35-69.

12 L. Bertholon, « La population et les races en Tunisie », Revue générale des sciences, 1896, 7, p. 982.

13 La section demande au gouvernement que des médecins de nationalités différentes soient officiellement chargés de la constatation des décès, « étant donné le polyglottisme tunisien », Bulletin de la Société des sciences médicales de Tunis, 1902, 9, p. 243.

14 Bulletin des hôpitaux civils français de Tunis, 1898, 3, p. 85.

15 A. Loir, Rapport, p. 251.

16 A. Loir, « Création de l’assistance médicale de nuit », Bulletin de l’hôpital civil de Tunis, 1899, 3, p. 179-181.

17 A. Loir, « La circoncision chez les indigènes tunisiens », Revue tunisienne, juin 1899, p. 347-352 ; « Usages et coutumes au moment de la mort chez les Tunisiens », Revue scientifique, 8 mai 1900 ; « Les eaux minérales de la Tunisie », Revue générale des sciences, juin 1900.

18 A. Loir, « Le centre vaccinogène de Tunis », Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences, 1896, p. 742-749 ; « La vaccination obligatoire dans les pays musulmans », Revue scientifique, 1897, 2, p. 367-370 ; « À quelle époque de l’année doit-on pratiquer la vaccination en Tunisie ? », Bulletin des hôpitaux civils français de Tunis, 1898, 3, p. 75-78.

19 A. M. Moulin éd., L’aventure de la vaccination, Fayard, Paris, 1997, introduction.

20 A. Loir, « La vaccination obligatoire… », op. cit. Voir pour un témoignage analogue A. Prengrueber, La variolisation chez les indigènes d’Algérie devant l’Académie de médecine, Jourdan, Alger, 1883 ; J Brault, « Les religions devant l’hygiène dans les pays coloniaux », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1903,49, p. 406-441.

21 A. Loir, « Les conditions sanitaires et l’hygiène en Tunisie », Revue générale des sciences, 1896, 7, p. 1040.

22 B. Dinguizli, La variole en Tunisie, thèse de doctorat de médecine, Bordeaux, 1896-1897.

23 Sur Charles Nicolle, K. Pelis, Pasteur’s imperial missionary, Charles Nicolle (1866-1936), Ph D, Johns Hopkins University, Baltimore 1995, microform edition, Ann Arbor ; M. Huet, Le pommier et l’olivier, Sauramps médical 1995 ; A.M. Moulin, « Charles Nicolle savant tunisien », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1994, 71, p. 355-370.

24 E. de Warren : « Ils (les Tunisiens) pouraient acquérir les diplômes nécessaires… On peut à cet égard déplorer qu’ils n’aient pas suivi l’exemple du Dr Dinguizli, frère du regretté ministre de la plume, qui est aujourd’hui correspondant de l’Académie de médecine », comptes rendus de l’Académie des sciences coloniales, 1926, 8, p. 269-288 [p. 274],

25 Charles Nicolle à Georges Duhamel, lettre, 10 novembre 1927, archives de l’Institut Pasteur de Paris.

26 Nicolle à Duhamel, ibidem.

27 Voir par exemple Bastide (directeur de l’Hygiène publique) et Nicolle, « La lèpre en Tunisie », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1907, 2, p. 55-119. Le rapport fait état d’un véritable réseau médical : 49 médecins pour la ville de Tunis, dont plus de la moitié sont italiens, 57 répartis sur l’ensemble de la Régence.

28 K. Pelis, « The Tunisian medical “cosmos” of Charles Nicolle », communication au colloque Médecines et santé autour de la Méditerranée, Hammamet, juin l994.

29 E. Conseil, « Les progrès de l’hygiène en Tunisie », Association française pour l’avancement des sciences, 1913, 42, p. 954. À comparer à Loir, « Les conditions sanitaires… », Revue générale des sciences, 1896, 7, p. 1038-1046.

30 Sur la démographie négative de la Tunisie au XIXe siècle, voir S. Speziale, Sanità, popolazione e società nella Tunisia husaynita (1705-1956), thèse de doctorat, Istituto universitario orientale di Napoli ; L. Valensi, Fellahs tunisiens. L’économie rurale et la vie des campagnes aux XVIIIe et XIXe siècles, Mouton, Paris, 1977, p. 281-296 ; La démographie historique en Tunisie et dans le monde arabe (coll.), ceres, Tunis, 1993.

31 Le roman de Lahbib Chabbi, La Fêlure, Salammbo, Tunis, 1970, a choisi de situer son portrait de Tunis à la veille du Protectorat dans le cadre de l’épidémie de choléra de 1867. Le roman est présenté comme un journal intime d’un cheikh de la Zitouna, respectable professeur adonné à une vie sage et réglée. L’épidémie secoue profondément la société dont elle défie l’obédience aux règles de vie musulmanes et l’acceptation traditionnelle de la volonté divine. Pour l’écrivain, elle dissout les cadres traditionnels et préfigure l’intervention étrangère dans un pays dépourvu de ressorts moraux et politiques.

32 E. Roubaud, « Discours en l’honneur de Georges Blanc » [Blanc vécut de 1914 à 1921 à Tunis], Bulletin de la société de pathologie exotique, 1938, 31, p. 182.

33 A. M. Moulin, « Les Instituts Pasteur de la méditerranée arabe. Une religion scientifique en pays d’islam », Santé et société dans le monde arabe, E. Longuenesse éd, L’Harmattan, Paris, 1995, p. 129-164.

34 A. Loir, « Statistiques de la population de Tunisie », Revue tunisienne, 1898, 5, p. 348-353

35 A. M. Moulin, « Tropical without Tropics. The turning point of Pastorian medicine in North Africa », Warm Climates and Western Medicine : the emergence of tropical medicine, 1500-1900, D. Arnold ed., Rodopi, Amsterdam, 1996, p. 160-180.

36 A. M. Moulin, « Expatriés français sous les tropiques. Cent ans d’histoire de la santé », Bulletin de la Société de pathologie exotique, à paraître.

37 Dr Feuvrier, Huit mois de campagne en Tunisie, du 5 Mai 1881 au 8 Janvier 1882, Relation médico-chirurgicale, Maloine, Paris, 1882.

38 A Loir, « Statistiques de la population en Tunisie », op. cit., p. 349.

39 Ibid.

40 J. Valensi et E. Conseil, « La création de l’état-civil indigène en Tunisie », Revue politique et parlementaire, Juillet 1913, p. 117.

41 L. Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1969. F. Delaporte, Le savoir de la maladie, PUF, Paris, 1991.

42 E. Conseil, Rapport sur l’épidémie de choléra en 1911, réédité dans Tunisie médicale, 1970, 4, p. 245-273.

43 Ibid., p. 256.

44 Ibid.

45 « En raison de leur pusillanimité, et de leur mauvaise volonté, on renonce à les assigner à leur domicile et on les enlève parfois de force à La Rabta », ibid., p. 263.

46 Ibid., p. 262.

47 Ibid., p. 256.

48 Kmar Annabi Ben Nefissa, « L’organisation sanitaire en Tunisie, à la veille de la création de l’Institut Pasteur de Tunis », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1994, 71, p. 345-349.

49 C. Nicolle, « Discours prononcé par Charles Nicolle aux obsèques d’Ernest Conseil, le 6 juin 1930 », Archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1930, 25, p. 381.

50 E. Conseil, « La peste pulmonaire de Tunis », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1930,19, p. 241.

51 E. Gobert, « Note sur la prophylaxie du typhus en milieu indigène », Bulletin de la Société de pathologie exotique, 1910, 3, p. 764-765.

52 D. Rivet, « La recrudescence des épidémies au Maroc durant la Deuxième Guerre mondiale : essai de mesure et d’interprétation », Hesperis-Tamuda, 1992, p. 93-109.

53 Lettre de C. Nicolle à Alfred Conor, 10 Janvier 1909, Fonds Nicolle, Rouen.

54 Conférence Nobel, Särtryck ur Acta societatis medicorum suecanae, 1930, p. 205-209. Récit repris dans Biologie de l’invention, Alcan, Paris, 1932.

55 Archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1930,25, p. 381.

56 E. Conseil, Le typhus en Tunisie, thèse de doctorat en médecine, Paris, 1907.

57 Discours de Charles Nicolle aux obsèques d’E Conseil, archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1930, 25, p. 381.

58 W Jackson, « Immunities of Empire : race, disease and the new tropical medicine », Bulletin of the History of Medicine, 1996, 70, p. 94-118.

59 Nicolle à Duhamel, 4 août 1925, archives de l’Institut Pasteur, Paris.

60 E. Gobert, « Usages et rites alimentaires des Tunisiens », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1940, 29, p. 477.

61 Ibid., p 482 Voir aussi « Les références historiques des nourritures tunisiennes », Cahiers de Tunisie, 1955, 3, p. 501-542. Comparer avec E. Burnet, « Enquête sur l’alimentation en Tunisie », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1939, p. 1-128.

62 E. Gobert, « Le tempérament arabe », Tunisie médicale, 1913,1, p. 1-5.

63 J.-N. Ferrie et G. Boetsch, « Du Berbère aux yeux clairs à la race eurafricaine, La Méditerranée des anthropologues physiques », Le Maghreb, l’Europe et la France, Ed du CNRS, Paris, 1990, p. 191-207 ; G. Boetsch et J.-N. Ferrié, « Le paradigme berbère : approche de la logique classificatoire des anthropologues français », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 1989, 3, p. 257-276.

64 R. Collignon, Bulletin de géographie descriptive, 1886, p. 181-353.

65 Ibid., p. 280.

66 Lieutenant Maitrot, « Arabes et Auvergnats », Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de Constantine, XII, 4ème série, 1909, p. 23-89 ; H. Martin : « Si l’on habillait ces hommes de vêtements européens, vous ne les distingueriez pas de paysans ou de soldats français », Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 19 mai 1881.

67 L. Hirszfeld, « Uber die Konstitutionsserologie im Zusammenhang mit der Blutgruppenforschung », Ergebnisse der Hygiene, Bakteriologie, Immunitätsforschung und Experimentelle Therapie, 1928, 8, p. 367-512 ; A. M. Moulin, Le dernier langage de la médecine. Histoire de l’immunologie de Pasteur au Sida, PUF, Paris, 1991, chapitre VIII.

68 L. Caillon et C. Disdier, « À propos des groupes sanguins. Leurs rapports avec les différentes races de la Tunisie », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1930, p. 47.

69 B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996

70 E. de Warren, comptes rendus de l’Académie des sciences coloniales…, p. 273.

71 Ibid., p. 287.

72 Collignon, op. cit., p. 351.

73 C. Nicolle, Destin des maladies infectieuses, Alcan, Paris, 1932, p. 382.

74 Kim Pelis développe le thème de la mosaïque qu’elle considère comme central dans l’œuvre de Nicolle, Charles Nicolle…, op. cit., chapitre V, « Mosaics », p. 213-258.

75 E. Gobert, « Mœurs des fumeurs de chanvre », archives de l’Institut Pasteur de Tunis, 1925, 4, p. 422-433 ; « Note sur les tatouages indigènes de la région de Gafsa », Revue tunisienne, 1911, 18, p. 32-41 ; « La magie des restes », Revue tunisienne, 1942, 52, p. 263-309 ; « Tunis et les parfums », Revue africaine, 1961, 105, p. 295-322 ; 1962, 106, p. 75-118. G. Souville, « Bibliographie complète des œuvres de Gobert », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, 1974,17, p. 7-17.

76 Burnet, élève et successeur de Charles Nicolle, s’est exprimé sur ce sujet à travers un livre d’essais, Essences, Proust et le bergsonisme, Seheur, Paris, 1929, p. 165-252.

77 Lettre de Nicolle à Duhamel, 26 juin 1923, archives privées.

78 Titre d’une nouvelle projetée, lettre de Duhamel à Nicolle, 28 déc1922, Archives de l’Institut Pasteur, Paris.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.