Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Troisième partie. Institutions et société

La Franc-maçonnerie en Tunisie à l’aube du protectorat

Hélène Camou

Texte intégral

EN GUISE DE PRÉAMBULE

1Ma présence ici, ou plus exactement le sujet de la communication qu’on m’a demandé de faire, est caractéristique d’une nouvelle tendance des études historiques : la prise en compte du fait maçonnique et de son possible impact sur les évènements concernés. Il s’agit d’une tendance relativement récente, et qui accompagne d’ailleurs une certaine ouverture des obédiences vers le public, et la mise à la disposition des chercheurs de tout ou partie de leurs archives.

2Un autre préambule servira, à défaut d’un glossaire, à éclairer quelque peu mon propos. Loin de moi l’ambition d’expliquer ce qu’est la FM : il suffira de signaler ce qu’elle offre à ceux, ou celles, qui frappent à sa porte. En bref une structure, une méthode et un lieu de convivialité.

3Une structure d’abord. Une loge c’est d’abord un groupe d’hommes ou de femmes réunis pour mener une réflexion sur l’homme et la société dans un cadre défini depuis les bâtisseurs de cathédrales. Une fois constituée, la loge choisit un titre distinctif qui la désignera désormais, puis, dans la plupart des cas, demande à être intégrée dans ce que nous appelons une obédience – soit un regroupement de loges au sein d’une structure administrative. À cela deux raisons : qu’une loge soit « reconnue » comme « régulière » donne à ses membres la possibilité de fréquenter d’autres loges également régulières et reconnues. De plus, l’obédience se charge de résoudre bien des problèmes : les rapports avec les autorités, la mise à disposition de locaux, une information – à travers circulaires et bulletins – sur ce qui se passe dans le Landerneau maçonnique, plus un suivi administratif qui allège la tâche du secrétariat de la loge.

4En contrepartie l’obédience reçoit une part des cotisations de ses membres. Une assemblée générale (on l’appelle convent) réunit annuellement les députés des loges : elle approuve les comptes et le budget et élit un conseil d’administration (CO ou CF), chargé de gérer l’obédience : c’est en son sein qu’est élu son président appelé généralement « grand maître ». En bref une structure banale d’association, genre « loi de 1901 ».

5Une méthode ensuite. La FM n’offre pas de doctrine à ses membres. Elle leur donne des « outils », des moyens de mieux utiliser leurs potentialités dans le but « d’améliorer à la fois l’homme et la société ». Méthode en trois étapes : l’apprentissage sert à approfondir la capacité d’écoute ; le compagnonnage aide à organiser et discipliner la prise de parole au cours d’un débat ; la maîtrise donne l’expérience, au sein d’un groupe fermé, des rapports et des tensions qu’entraînent l’exercice des responsabilités et les enjeux du pouvoir. Des ateliers de hauts grades, coiffés par un suprême conseil, permettent à ceux qui le souhaitent de pousser plus loin leur recherche.

6Enfin, et c’est l’essentiel pour notre propos, la FM offre à ses membres un lieu de sociabilité. Par ses statuts même, elle a vocation de rassembler « de hautes valeurs morales qui sans elle auraient continué de s’ignorer », et « d’être le Centre de l’Union ». De plus, la règle du jeu en FM impose une parfaite tolérance mutuelle et le silence – c’est le fameux secret maçonnique – sur l’identité des participants à une réunion et les propos qui y furent tenus. D’où une rare liberté de pensée et de parole qui s’ajoute à un esprit d’égalité – même sous l’Ancien Régime – et de fraternité entraînant solidarité et entr’aide à l’intérieur de la FM et se traduisant à l’extérieur d’abord par la pratique de la bienfaisance puis, de plus en plus, par le combat social.

7Vous entendrez aussi parler de « Rites », méthodes un peu différentes de conduire les réunions, organisées selon un rituel rarement modifié. On les distingue par une pratique plus ou moins étoffée, plus ou moins solennelle, et par une échelle de degrés dans le perfectionnement initiatique (pour parler pompeusement !) allant de 7 à plus de 90 degrés, le plus souvent 33. Le choix du rite n’influe ni sur la structure, ni sur la méthode, ni sur les principes de la FM, à une exception, il est vrai de taille : l’émergence vers 1876-1877 de la totale liberté de conscience dans les obédiences de Belgique et de France, qui tendra à remplacer un déisme vague se référant à un « grand architecte de l’univers ». Cela va faire entrer nombre de FM dans le combat laïque.

***

8La recherche des tout débuts de la présence maçonnique en Tunisie passe par des témoignages, qui sont peut-être des légendes.

9Après Roger-Xavier Lantéri et Madame Lucette Valensi, Charles Porset a cité le récit de son séjour à Tunis laissé par Rabbi Azoulay qui y passa quelques mois en 1773. Le fils de la maison vint lui demander s’il convenait de sévir contre des francs-maçons livournais. Dans sa sagesse, Rabbi Azoulay répondit :

« Assurément il est défendu de les tuer car nous ne savons pas s’ils commettent un péché… Ce qui n’empêche pas, ajoute le narrateur, que ces hommes fussent découverts et eussent à subir des peines corporelles et financières. »

10L’anecdote n’a rien d’invraisemblable : on signale l’existence de loges maçonniques à Florence, Lucques et Livourne dès 1733, et les grands ducs de Toscane leur accordaient leur protection. Or la présence à Tunis de nombreux commerçants italiens n’est plus à démontrer.

11Plus solidement étayée par plusieurs témoignages est la conservation par la loge « la Nouvelle Carthage » de Tunis d’un diplôme – malheureusement disparu – émanant de la loge « de Saint Jean d’Écosse l’Impériale, les Amis Fidèles du Grand Napoléon », loge fille de la très prolifique « Mère Loge Écossaise » de Marseille. Certes, jusqu’à ce jour les registres et les archives de la Mère Loge, étudiés par Verrier ou Choisey, ne mentionnent pas d’antenne à Tunis – il y en avait pourtant dans nombre des ports de la Méditerranée – mais bien des lacunes subsistent dans la documentation maçonnique et de nouveaux éléments émergent sans cesse de l’oubli. Reste à espérer que « les Amis Fidèles du Grand Napoléon » trouvent un jour confirmée leur place en tête de la liste des loges tunisiennes. Il y a fort à parier que Ton découvrira qu’elle était composée de marins et de commerçants, à l’instar des autres filles de la fameuse « Mère Loge » marseillaise.

12Il semble également que des réfugiés politiques italiens aient créé, dès 1821, des loges-filles, rattachées à « Trionfo Ligure » de Gênes, et « Anner Veri dei Virtuosi » de Libourne : c’est en tout cas ce que soutient un attaché à l’ambassade de Belgique à Tunis dans un article partiellement publié dans le no 101, 1er mai 1979, des feuillets d’information du Grand Orient de Belgique. Et, encore une fois, ce n’est pas invraisemblable, même si les documents manquent encore.

13Historiquement certaine est en tout cas l’existence de la loge « Les Enfants Choisis de Carthage et d’Utique », loge italienne créée à Tunis probablement en 1837 : en effet elle délivrait en 1839 un diplôme de maître à Abram Lumbroso, et en 1840 un autre à Marius Sicard. Mais cette fois ci sous les auspices d’un « Grand Orient de Tunis », dont l’intitulé, à cette date, reste inexpliqué !

14Par la suite, cette loge allait se dédoubler. En avril 1861 un certain nombre de ses membres demandait des constitutions au Grand Orient de France sous le titre distinctif « la Persévérance » : parmi eux Abram Lumbroso. Mais d’autre part, en décembre 1861 – si l’en on croit Le monde maçonnique d’octobre 1863 – la loge « Fils Choisis de Carthagène (sic) et d’Utique », Or ∴ de Tunis, répondait à l’appel visant à constituer le Grand Orient d’Italie.

15« La Persévérance », en tout cas figurera jusqu’en 1866-1867 dans la liste des ateliers sous l’obédience du Grand Orient de France : un chapitre, atelier de hauts grades, est alors signalé comme souché sur la loge… qui disparait ! D’autre part en 1862, cette fois ci sous l’obédience du Suprême Conseil Écossais de France, est créée, sous le no 165, la loge « La Segretezza », probable résurgence d’un atelier italien comme le laisse à penser son titre distinctif. De celle-ci aussi la trace se perd, tout comme celle de la loge italienne « Il Pensiero » constituée à Sousse, vers 1862.

16L’histoire maçonnique de cette période est difficile à cerner : les documents sont rares, fragmentaires. Les obédiences italiennes ont perdu leurs archives, détruites par les fascistes, celles des loges tunisiennes ont pour partie disparu dans l’incendie du temple de Tunis en 1888, pour partie été perdues pendant la Seconde Guerre mondiale et après l’Indépendance. Nous restent, fort heureusement, les articles publiés dans les revues maçonniques de l’époque, qui permettent de combler quelques lacunes. Pour la période postérieure à 1880, d’importants fonds d’archives conservés à la Bibliothèque nationale ou aux sièges des obédiences françaises rendent plus facile la tâche de l’historien. Et les revues maçonniques ne relâchent pas leur intérêt pour les loges tunisiennes.

17N’en reste pas moins inexpliqué le passage sous obédiences françaises de deux loges italiennes vers 1861-1862 ; quant au silence qui s’abat sur la vie maçonnique à Tunis pendant 7 ou 8 ans – avant une résurgence parfois surprenante –, sans doute faut-il l’attribuer aux épidémies de typhus et de choléra et à la grave crise financière qui frappèrent la Tunisie et entraînèrent le départ de bon nombre d’étrangers.

18Belle illustration de « la mosaïque tunisienne », c’est une éclosion cosmopolite d’ateliers maçonniques à laquelle on assistera juste avant et juste après l’instauration du Protectorat.

19Si l’on s’en tient à leur date de fondation officielle, telle qu’elle figure dans les registres de leurs obédiences, la loge anglaise « Ancient Carthage » et son atelier de la Mark – haut grade britannique – furent les premiers à Tunis, en 1877, suivis de près – juillet 1879 – par la loge « William Kingston », à La Goulette. Entre temps étaient immatriculées au Grand Orient d’Italie « Il Risorgimiento » (1879) et « Fede e Costanza » à Tunis, et « Il Progresso Constituzionale » à Sousse : leurs titres distinctifs sont la marque de l’appartenance des fondateurs à la mouvance garibaldienne.

20En somme, un certain nombre de maçons (environ 200), initiés dans des loges anglaises ou italiennes, étaient présents à Tunis à la veille du Protectorat ce qui explique l’un des épisodes les plus pittoresques de l’histoire de la franc-maçonnerie : l’émergence dans la Régence d’une obédience nationale, le Grand Orient de Tunisie qui fut fondée le 23 juillet 1879. Aussitôt le « Souverain Grand Commandeur Grand Maître de la Maçonnerie Tunisienne » – le Dr Nicolo Casanello – inonde les principales obédiences étrangères de correspondances, opuscules, circulaires et décrets, sur un papier à en-tête somptueusement décoré, avec force cachets et sceaux : le fonds maçonnique de la Bibliothèque nationale et les archives du Grand Orient de France en possèdent une jolie collection.

21L’obédience nouvellement créée annonce qu’elle adopte pour ses travaux la langue italienne et qu’elle a choisi dans un premier temps de pratiquer « le Rite égyptien réformé » considéré par elle comme le plus apte à séduire la population indigène. Elle donne également la liste des dignitaires composant le suprême conseil en précisant leur loge d’initiation, leurs qualités et les décorations qui leur furent décernées tant en Tunisie que dans les pays d’Europe. Sur les neuf « très puissants » dirigeants de l’obédience, six sont italiens et proviennent soit de loges d’Italie, soit de loges de Tunis, « Utique » ou « Costanza », un est grec et deux sont français : l’un fût initié en Ariège, le négociant Jean Baptiste Bonrepaux, l’autre Ernest Irénée Gardelle, autre négociant, vient d’une loge italienne dont l’orient n’est pas connu. Le plus représentatif de la liste, adjoint direct du grand commandeur Casanello, est Elias Mussali, « directeur du ministère des Affaires étrangères de SA le Bey de Tunis », grand officier de l’Ordre Iftikhar et officier ou commandeur de neuf ordres européens – dont la Légion d’honneur. Moins pouvu de médailles en tout genre, Casanello se présente comme « médecin, chirurgien, docteur en sciences physicochimiques, professeur d’histoire naturelle ». Quant au grand secrétaire de l’obédience, Odoardo Nurri, il ne serait rien moins que le secrétaire en chef de la chancellerie du tribunal consulaire Italien ; complètent la liste un médecin et chirurgien, un pharmacien, un intendant à la cour du Bey et des négociants. Vue d’Europe, une telle liste de personnages à coup sûr honorables ne peut que faire bonne impression.

22Prestigieuse par la qualité de ses fondateurs, la nouvelle obédience était prospère, si l’on en juge par le montant élevé des cotisations et des droits de passage de l’un à l’autre des degrés maçonniques. Il fallait au moins 81 mois pour passer du 1er au 33e grade, et il devait en coûter quelque 1 220 piastres ! De plus l’administration était structurée et bien organisée : chaque loge devait tenir une vingtaine de registres et payer, bien sûr, un loyer de 600 piastres.

23Une fois avisés de l’apparition de la nouvelle puissance maçonnique, quelques suprêmes conseils lui accordèrent leur reconnaissance, sur pièces, mais d’autres, notamment le Grand Orient de France, furent plus prudents.

24Pourtant Casanello, de passage à Paris, insiste par une lettre longue et détaillée adressée au conseil de l’ordre, le 15 mai 1880, pour obtenir que son obédience soit reconnue par le GODF comme « puissance maçonnique régulière ». Il y fait entre autres valoir le préjudice selon lui porté à la vie maçonnique à Tunis par l’existence de loges divisées par des querelles de nationalité, ce à quoi pourrait seule remédier la création d’une obédience spécifiquement tunisienne. Il en précisait les objectifs : augmenter le bien-être matériel et les conditions morales et intellectuelles d’un peuple si malheureux ;. Les moyens consistaient dans la pratique du Rite Égyptien réformé, ramené de 96 à 33 degrés, susceptible d’être accueilli plus favorablement par la race indigène du pays à laquelle les fondateurs du Grand Orient Tunisien étaient intentionnés de vouer toute leur activité maçonnique. Cette lettre, conservée à la Bibliothèque nationale (Fm2 155), ajoute que la nouvelle obédience, après moins d’une année d’existence, comporte onze corps maçonniques parfaitement organisés et qui travaillent avec la plus grande régularité : un suprême conseil, une grande loge nationale, un consistoire du 32e degré, un aréopage du 30e, un chapitre du 18e, plus six loges travaillant en italien et une en français, au REAA, sous le titre distinctif « Fa Nouvelle Carthage » – un titre voué à un bel avenir. Casanello annonce un effectif d’une trentaine de membres pour chacune de ses loges auxquelles il ajoute cinq loges en cours de formation à Tunis (en langue arabe), à La Goulette et Sfax (en français), à Bizerte (en italien) et à Sousse (en italien et en français), plus deux ateliers des 4e et 9e degrés.

25Il se targue que la nouvelle obédience ait dejà obtenu la reconnaissance du Grand Orient d’Espagne, de la Grande Loge Éclectique ( ?) de Francfort-sur le Main, de la Grande Loge de la Libérie, du GO de Roumainie (sic) et de la Puissance Suprême des Rites de Memphis et de Misraïm pour l’Angleterre – qui en fait état dans son calendrier à la page 131. De plus, il précise que ses négociations sont bien avancées avec le suprême conseil de Belgique, celui d’Islande et celui du Mexique.

26Casanello, pendant son séjour à Paris, a été reçu – c’est lui qui le dit ! – avec des démonstrations de sympathie fraternelle par Thévenot, chef du secrétariat et même par le Dr de Saint-Jean, président du conseil de l’ordre. Il y fait en tout cas allusion dans un nouveau courrier daté de Tunis le 31 août 1880, insistant pour être reconnu par le GODF et signalant d’autres suprêmes conseils qui l’auraient fait à leur tour.

27Malgré l’avis favorable donné au CO par un de ses membres, Antide Martin – qui lui aussi avait rencontré Casanello lors de son passage à Paris et semble avoir été séduit par la faconde du personnage –, le Grand Orient ne se presse pas d’accorder sa reconnaissance à l’obédience tunisienne. En effet, un membre du tribunal mixte de Tunis, Gabriel Médina, lui aussi de passage à Paris, était venu voir le secrétaire général, Thévenot, et lui avait donné de mauvais renseignements sur le GO de Tunisie.

28Presque simultanément, à la fin de Tannée 1880, le GODF reçoit une longue lettre de la loge italienne « Il Risorgimiento » et des informations recueillies auprès des loges anglaises par l’intermédiaire du consul de France à Tunis. Les FF∴ de « Risorgimiento » s’élevaient contre la formation de la nouvelle obédience par un petit nombre de FM qui n’avaient pas informé ni associé à leur projet les loges régulièrement constituées, s’étaient entrenommés grands dignitaires et avaient recruté sans discernement un certain nombre d’adeptes – entre 60 et 100 avance « Il Risorgimiento » –, en tout cas trop peu pour justifier la liste de loges et ateliers de hauts grades dont se targue le GO de Tunisie. Si les FF italiens se refusent à entrer dans des questions de personnes, l’enquête diligentée par Roustan (le consul de France) finira d’édifier le GODF.

29Elle va révéler que Casanello, qui avait été secrétaire adjoint de la loge anglaise « Ancient Carthage », avait eu entre les mains, début 1879, un courrier provenant d’un « Suprême Grand Conseil des 33e du Rite égyptien réformé » constitué à Naples, qui désirait ouvrir une antenne à Tunis. Les grandes loges de Malte et d’Angleterre, consultées, avaient déjà coupé court à toute relation avec les nouveaux venus ; le président de la loge « Ancient Carthage » refusa donc de donner suite au projet… mais Casanello allait le reprenre à son compte. Il quitta la loge en compagnie de Bonrepaux, Nurri et Gardelle et les quatre compères se lancèrent ainsi dans la fondation du GO de Tunisie. Non contents d’y associer, sur le papier, d’honorables personnages complètement étrangers à l’opération, comme Elias Musalli, directeur du ministère des Affaires étrangères à Tunis, l’avocat Élena et le pharmacien Barsotti, ils s’étaient octroyé des positions sociales usurpées : un domestique devenant intendant, un simple commis chef du secrétariat du tribunal consulaire ; un confiseur pâtissier et un cuisinier limonadier étaient présentés comme « négociants » ; quant à Casanello, pharmacien, il avait seulement récemment obtenu à Naples le titre de médecin et n’avait jamais enseigné ni la chimie ni la physique.

30Nous assistons alors dans cette rocambolesque aventure à un étrange retournement de situation. Casanello se démet de ses fonctions le 29 septembre 1881, non sans avoir vidé les caisses de l’obédience dont il laisse la présidence à Burlizzi. Les suprêmes conseils qui avaient reconnu le GO de Tunisie et de grands maçons, comme eux trop crédules, vont tenter de sauver l’honneur. En 1882 un jeune médecin militaire Gustave Desmons – qui sera 36 ans plus tard le grand maître de la Grande Loge de France – prend la tête de l’obédience tunisienne qu’il tente de réorganiser et d’assainir. Il obtiendra la reconnaissance des SC de France, d’Italie, de la juridiction sud des États Unis. Malgré des initiatives remarquées – la création d’une bibliothèque populaire, le recrutement de personnalités importantes – Desmons ne sauvera pas l’obédience tunisienne : il essaiera, sans succès, en juin 1883 de négocier la fusion du GO de Tunisie avec la Grande Loge Italienne « Il Risogimiento », puis le silence retombera sur la tentative d’instaurer une maç∴ tunisienne.

31Ce qui fait l’intérêt d’un épisode somme toute très bref (1879-1883), outre son aspect pittoresque, c’est qu’il est le révélateur de ce qu’était la FM en Tunisie au moment où s’instaurait le Protectorat. Il y avait des maçons assez nombreux, venus d’horizons différents, qui se connaissaient tous et, semble-t-il, s’entendaient bien et qui travaillaient, en plusieurs langues et à plusieurs rites dans des loges qui, curieusement, changeaient de temps en temps de titre distinctif, de nationalité et d’obédience, sans que cela ait l’air d’avoir de l’importance : un bel exemple, à coup sûr, de ce que l’on désigne si joliment comme la « mosaïque tunisienne ».

32C’est encore cet aspect cosmopolite qui va présider en 1885 à la création de la plus brillante des loges de Tunisie : « La Nouvelle Carthage », probable résurgence de la loge no 7 de l’obédience de Casanello qui portait le même titre distinctif et n’avait cessé ses travaux que deux ans auparavant. D’ailleurs, parmi les dix huit membres fondateurs de la nouvelle loge, quatre avaient été initiés dans la « Nouvelle Carthage » 1ère du nom, quatre autres avaient reçu la lumière dans un autre atelier du GO de Tunisie « L’Avenir tunisien », deux dans la loge « Bélisaire » à Alger, un à Saigon, un à Constantinople, un à Genève et les autres dans divers orients de la France métropolitaine. De la nationalité des fondateurs nous ne savons rien. Il n’est fait mention qu’une seule fois de ce genre de détail dans les tableaux de loges en notre possession (1885-1888 et 1894-1896) et c’est pour un « sujet espagnol », natif de La Goulette. Toutefois si l’un est né à Pantelleria en Sicile, un autre à Constantinople, un troisième à Genève, deux à Tunis et un à Constantine, les douze autres sont originaires de divers départements français. Grande variété par contre dans leur position sociale : ingénieur civil, professeur de langues vivantes, viticulteur, conducteur des Ponts et Chaussées, adjoint au génie, employé d’administration, libraire, employé aux finances, expert en douane, agent principal de la Compagnie Générale Transatlantique, armuriers, deux négociants, deux mécaniciens, un peintre, un interprète, un cordonnier… bref une liste moins ronflante que celle de Casanello, mais à coup sûr plus proche de la réalité. L’effectif de la nouvelle loge atteignit en trois ans la cinquantaine de membres, toujours aussi représentatifs de la diversité tunisienne. Parmi eux, le docteur Michel Bastide, né à Cahors en 1847, et dont les diplômes, heureusement presque tous conservés, permettent de suivre un de ces itinéraires maçonniques singuliers déjà évoqués : l’un, daté de 1879, de la loge « Il Risorgimiento » de la « famiglia italiana », un autre, de 1885, de la loge « Ancient Carthage » sous l’obédience de la Grande Loge Unie d’Angleterre accompagné d’un diplôme de Mark-Master délivré le 10 mars 1885 par la « Kingston Lodge no 222 », orient de Tunis… et enfin un bref de chevalier Rose Croix que lui délivrera en 1898 le chapitre souché sur « La Nouvelle Carthage ».

33Les dernières années du XIXe siècle virent le déclin des loges anglaises et italiennes, accéléré par l’incendie en 1888 du temple où les unes et les autres se réunissaient. La loge de La Goulette est rayée en 1890 des listes de la Grande Loge Unie d’Angleterre, celle de Tunis s’éteint peu à peu. « Il Risorgimiento » et « Fide y Costanza » maintiennent une activité réduite. Entre temps, l’afflux des fonctionnaires, colons et commerçants français tend à déséquilibrer la communauté européenne vivant en Tunisie, ce qui se traduit dans les faits par une floraison de loges françaises au tournant du siècle, tant à Tunis qu’à Bizerte, Sousse, Sfax, à laquelle réagit le GO d’Italie en ouvrant des antennes à Gabès, Monastir et de nouvelles loges à Tunis.

34Le souvenir de l’union fraternelle des maçons de Tunis est ravivé en 1910 par une cérémonie organisée conjointement par les ateliers français et italiens pour le cinquantenaire maçonnique du T∴ Ill. F∴ Funaro qui avait fréquenté les uns et les autres. Pourtant ce qui faisait l’originalité tunisienne avait disparu. Les ateliers français n’étaient plus que des loges coloniales, analogues à bien d’autres et comme les autres elles furent balayées dans les années 1960 par le grand vent de l’Indépendance. Sur ce que fut leur action Charles Porset, au colloque La Révolution française et le monde arabo-musulman tenu à Tunis en 1989, fit un brillant exposé sous le titre « La franc-maçonnerie tunisienne et l’héritage révolutionnaire ». J’y renvoie ceux que la suite de la vie maçonnique à Tunis intéressent Ils y verront les loges engagées, comme ailleurs, dans la lutte pour le progrès social et le combat laïque. Le souvenir de leur action n’est donc pas perdu. Le colloque de Tunis le prouve. Bien plus, dans une certaine mesure, la FM de là-bas se survit. En 1981 des francs maçons qui avaient appartenu à « La Nouvelle Carthage » réveillèrent la loge à Paris. Elle conserve à travers son esprit de convivialité et l’accent ensoleillé de ses fondateurs comme un reflet de temps aujourd’hui révolus.

Annexes

ANNEXE

Essai de chronologie

1812

les Amis Fidèles du Grand Napoléon (mère-loge écossaise de Marseille)

Tunis

1837 (?)

loge « irrégulière »

Sousse

1839

loge « italienne » Cartagine e Utica

Tunis

1840

les Enfants Choisis de Carthage et d’Utique

Tunis

1850

“ “ “ “ “ “ “

1861

la Persévérance (GODF) ===>1866

1862

la Segretezza (no 165 GLDF)

1877

Ancient Carthage (GL d’Angleterre)

1879

Il Risorgimiento (GO d’Italie)

oct. 79

Il Progresso Constituzionale (GO d’Italie) à Sousse

juil. 79

William Kingston (GL d’Angleterre) à La Goulette

1880

GO de Tunisie (23 juillet 1879)
-no 1 Gran Maestranza Suprême Conseil (2. 5. 81) 33e
-no 2 Independenza
-no 3 Avenire Tunisino
-no 4 Emancipazione
-no 7 Nouvelle Carthage (REAA)
-no 8 Stella della Tunisia

1881

Ancient Carthage (GL d’Angleterre)
William Kingston (GL d’Angleterre) no 222 fondée en 1879 (3 juil.), démolie en 1890 en 1896 on signale aussi no 254. St Louis
Il Resorgimiento (GO d’Italie)
Il Progresso Constituzionale (GO d’Italie)

1882

La Renaissance (no 204 GL) (Rome)

1885

Nouvelle Carthage (GODF) ==> jusqu’à l’indépendance (réveillée, à Paris, en 1981)
Fede e Costanza (GO d’Italie)
En 1888 incendie du Temple de Tunis

1894

Ancient Carthage (toujours en exercice)

1899

Il Progresso à Sousse (GO Italie)

1900

Aurore du XXe siècle (GODP) Bizerte
Antica Tagape (GO Italie) Gabès
Nuova Ruspina (GO Italie) Monastir

1903

Nouvelle Hadrumète (GODF) Sousse
La Volonté no 351 (GLDF) Tunis

1904

Veritas (GO Italie) + chapitre 18e

1905

Le Phare de la Thyna (GODF) Sfax

1906

Giuseppe Mazzini (GO Italie)
Concordia (GO Italie) Tunis

Auteur

Bibliothécaire, Grand Orient de France

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search