Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Troisième partie. Institutions et société

Les activités et les œuvres des congrégations religieuses catholiques en Tunisie à l’époque du protectorat français (fin XIXe - milieu XXe siècle)

Pierre Soumille

Texte intégral

1Il est difficile de traiter un tel sujet sans évoquer d’abord le cadre historique dans lequel ces congrégations ont existé et ont œuvré, c’est-à-dire celui de l’Église catholique de l’époque coloniale. Mais pour ne pas dévier de notre propos, il suffira de fournir en annexe un petit historique de la question du catholicisme en Tunisie à cette époque : il s’agit là du résumé d’une intervention faite par l’auteur à Tunis en novembre 1996 lors d’un colloque universitaire portant sur le thème de la Tunisie et de ses étrangers. Dans ce résumé au plan chronologique figurent les grandes lignes d’une histoire religieuse dans laquelle doivent être replacées les activités et les œuvres de nos congrégations. Dans la présente communication, deux aspects ont été retenus : le premier, chronologique, comporte cinq séquences historiques concernant l’histoire générale des congrégations pendant le Protectorat ; le second étudie de façon plus détaillée le rôle et les activités de quelques congrégations dans le domaine des écoles, des hôpitaux et des œuvres sociales.

CINQ SÉQUENCES CHRONOLOGIQUES DE LA VIE DES CONGRÉGATIONS EN TUNISIE

2Nous examinerons successivement : la situation des congrégations en 1881, à la veille de l’établissement du Protectorat ; la situation à la mort de Lavigerie en novembre 1892 ; la situation en 1902 et 1903, années où les congrégations sont menacées par l’application en Tunisie de la législation anticléricale de la métropole ; la situation en 1935, année où dans sa lettre pastorale, Mgr. Lemaître, alors titulaire du siège de Carthage, dresse le bilan de « Quinze ans de vie catholique (1920-1935) » ; la situation dans les années 1945-1960, des lendemains de la guerre à la période qui suit l’indépendance de la Tunisie (mars 1956).

La situation des congrégations en 1881

3Elles sont peu nombreuses, seulement au nombre de quatre, mais la nationalité de leurs membres révèle déjà le conflit franco-italien en Tunisie. Nous trouvons, par ordre chronologique d’arrivée en Tunisie :

  • 1 Mémoires pour servir à l’histoire de la mission des Capucins dans la Régence de Tunis (1624-1865) (...)

4– les Capucins italiens et maltais, avec des tensions entre eux (les Maltais ont été jusque vers 1870 les Européens les plus nombreux en Tunisie), sont installés dans la Régence depuis 1624 et y sont restés de façon prédominante, l’intermède des Lazaristes français n’ayant duré que peu d’années au milieu du XVIIe siècle, et l’hôpital des Trinitaires espagnols ayant fermé en 1817-1818 (c’est une conséquence de la fin de la course et de l’esclavage des captifs chrétiens). À la tête de ces religieux se trouve un prélat italien, Fidèle Sutter (d’origine alémanique, son père ayant été garde-suisse pontifical), vicaire apostolique (1843) et évêque « in partibus » (1844), né en 1796, âgé de 85 ans en 1881 et voulant démissionner… Ces Capucins sont peu nombreux, 17 prêtres et quelques frères en 1881, en tout 24 à 25 religieux dont un seul est Français, Anselme des Arcs, chancelier de l’évêché jusqu’en 1879, année où il perd la mémoire (il meurt en arrivant à Rome en 1881), auteur en 1865 des Mémoires pour servir à l’histoire de la mission des Capucins dans la Régence de Tunis (1624-1865), ouvrage publié en abrégé dans les Annales de la propagation de la foi de 1867 et repris en 1889 dans un esprit polémique contre Lavigerie1.

  • 2 Archives Œuvres pontificales missionnaires, Lyon (OPM, Lyon), Tunisie, G 125.

5Le rôle de ces Capucins est la desserte des neuf paroisses établies en Tunisie, la plus ancienne étant à Tunis (Sainte-Croix depuis 1662), les autres datant seulement du XIXe siècle et correspondant à l’accroissement de la population européenne et à la politique d’ouverture du pays pratiquée par les beys. Toutes sont installées sur la côte : Sousse (1836), La Goulette (1838), Sfax (1841), Jerba (1847), Mahdia (1848), Bizerte (1851), Porto-Farina, aujourd’hui Ghar el Melh (1853) et Monastir (1862). Les rapports de Sutter à l’Œuvre de la propagation de la foi à Lyon et à Paris indiquent pour 1881 la présence de 23 000 catholiques2 ;

  • 3 Le conflit entre Mgr. Dupuch, évêque d’Alger depuis 1838, et Emilie de Vialar : voir notre article (...)
  • 4 OPM, Lyon, Tunisie, G 124.

6– les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, institut fondé par sainte Emilie de Vialar, sont arrivées en 1840, après des mésaventures en Algérie causées par l’évêque Dupuch3. Ce sont des religieuses françaises mais qui recruteront ensuite des Maltaises. Leur première fondation est à Tunis : écoles et dispensaire dans la médina (elles sont toujours installées rue Sidi Saber, en 1997). Mais elles essaiment à Sousse (1842), à Sfax (1852) et à la Goulette (1855). Un rapport de 1877 mentionne la présence en Tunisie de 30 sœurs, de 5 écoles et d’hôpitaux à Tunis, Sousse et Sfax, avec les soins apportés à domicile aux femmes musulmanes4.

7Ces religieuses ont des relations souvent conflictuelles avec l’évêque Sutter au sujet du financement de leurs activités par l’Œuvre de la propagation de la foi ; le vicaire apostolique reçoit directement de Lyon ou de Paris de l’argent à l’intention des sœurs (c’est la règle), mais il oublie de le leur reverser…, d’où des interventions du consul de France et la décision exceptionnelle de l’œuvre lyonnaise de verser sans l’intermédiaire de l’évêque, dans les années 1876 à 1880, une somme annuelle de 5 à 6 000 F aux sœurs.

  • 5 P. Soumille, « Les multiples activités d’un prêtre français », op. cit.

8Et ces religieuses ont un aumônier que Sutter n’aime guère, l’Abbé François Bourgade, prêtre français originaire du Gers, passé d’abord en Algérie puis venu en Tunisie en 1840 avec les sœurs, et jusqu’en 1858. C’est un esprit curieux, féru d’archéologie, de grec, d’hébreu et d’arabe, voulant dialoguer avec les musulmans et espérant ainsi leur montrer la supériorité du catholicisme sur l’islam : il crée un collège secondaire dont les maîtres sont parfois des francs-maçons, et il assure le service de la chapelle Saint-Louis de Carthage5 ;

  • 6 OPM, Lyon, Tunisie, G 124.

9– les Frères des Écoles chrétiennes, de saint Jean-Baptiste de La Salle, sont des religieux français, mais venus en 1855 à la demande de Sutter pour contrer le collège de Bourgade, ce qui obligera ce dernier à quitter définitivement la Tunisie. Ils ouvrent des écoles à Tunis dans la médina, et à La Goulette. En 1877, selon les sources déjà citées, ils scolarisent 400 garçons à Tunis et une centaine à La Goulette6 ;

  • 7 P. Soumille, « Lavigerie et les Capucins italiens en Tunisie de 1875 à 1891 », Bulletin de littéra (...)

10– les Pères Blancs, missionnaires d’Afrique selon leur nom officiel, sont installés par Lavigerie à Carthage en juin 1875 pour y desservir la chapelle Saint-Louis, à l’abandon depuis le départ de Bourgade. Cette opportunité cachait en réalité des raisons plus profondes chez Lavigerie : prendre pied en Tunisie, y installer ses œuvres menacées en Algérie, diocèse concordataire, par l’anticléricalisme métropolitain, et s’y fixer lui-même après une éphémère démission du siège d’Alger en 1877 ; d’une façon plus générale, contrebalancer l’influence des Capucins italiens dans une Régence qui est susceptible de devenir à la fin des années 1870 une terre sous influence française7.

  • 8 Ibid., p. 201. La lettre de Sutter à la Congrégation de la propagande datée du 5 juillet 1875, se (...)
  • 9 Ibid., p. 205, archives de l’Évêché (Prélature) de Tunis, dossier Sutter, lettre de Lavigerie à Su (...)

11Cette présence des Pères Blancs, quoique numériquement très faible et fort discrète, n’est pas appréciée par Sutter qui écrit en 1875 à la Propagande à Rome qu’il espère qu’il n’aura pas avec les prêtres de Lavigerie les ennuis qu’il a connus en 1843 avec Bourgade !8. Et qui proteste vigoureusement en 1876 quand l’Œuvre lyonnaise de la propagation de la foi lui demande de prélever 5 000 F sur sa subvention annuelle (de 25 000 F) pour les donner aux Pères Blancs, d’où une polémique avec Lavigerie qui décidera de renoncer à cette somme… Sans oublier des remarques acides sur les visites trop fréquentes qu’à son avis les pères rendent aux Sœurs de St Joseph à Tunis9 !

  • 10 Archives Affaires étrangères, Paris, Instruction publique, II, no 308, 1888-1890, contrat de cessi (...)

12En 1879, Lavigerie décide la création d’un collège secondaire à Carthage qui fonctionne à partir d’octobre 1880 sous la direction des Pères Blancs, c’est le collège Saint-Louis qui comprend 65 élèves et qui sera transféré à Tunis en 1882 sous le nom de collège Saint-Charles (100 élèves). En 1886, les Pères Blancs en conservent la responsabilité mais des professeurs laïcs sont nommés par l’État ; en 1889, le collège est vendu à la France, il deviendra le lycée Carnot en 1894 et le restera jusque dans les années quatre-vingt où, cédé à la Tunisie, il prend le nom de lycée Bourguiba10.

13À l’arrivée de Lavigerie à la tête du vicariat apostolique (28 juin 1881), les Pères Blancs servent d’encadrement à ce qui deviendra le diocèse de Carthage (novembre 1884), en attendant la constitution d’un clergé séculier alimenté soit par l’arrivée de prêtres venus d’Algérie, de France et d’Italie, soit par des ordinations sur place : les séminaires, petit et grand, sont tenus à Carthage par les Pères Blancs.

  • 11 Les moines bénédictins de Porto-Farina venaient de Bavière, ce qui peut expliquer qu’ils n’aient p (...)
  • 12 OPM, Lyon, vol. « Répartition », 1853-1881, qui contient de fréquentes remarques pessimistes : « I (...)
  • 13 Ces deux prêtres sont : Bourgade (1840-1858) et Bois, prêtre savoyard qui dessert Jerba de 1855 à  (...)
  • 14 Sur cette question, voir : Dr. F. Arnoulet, « La pénétration intellectuelle en Tunisie avant le Pr (...)

14En conclusion de ce tableau des congrégations à la veille du Protectorat, nous retiendrons leur nombre limité : il n’y en a pas d’autre que les quatre que nous venons de citer, les deux tentatives d’implantation de moines bénédictins à Porto-Farina en 1862-1864 et à Jerba de 1869 à 1879 ont été vite abandonnées11. Et il faut aussi souligner que cette « mission » – qui ne fait pas de conversions parmi les musulmans, au grand désappointement de la Propagation de la foi12 – est entièrement aux mains d’ordres ou d’instituts réguliers. En trente ans (1840-1870), nous n’avons relevé la présence que de deux prêtres séculiers13. Notons enfin l’importance de l’enseignement pratiqué par trois de ces congrégations, les Sœurs de Saint-Joseph, les Frères des Écoles chrétiennes et les Pères Blancs14.

La situation des congrégations à la mort de Lavigerie (novembre 1892)

  • 15 OPM, Lyon, vol. « Répartition », 1853-1881 et 1882-1906.

15Tout change dans l’Église en Tunisie avec Lavigerie qui remplace Sutter mais garde les Capucins jusqu’en 1891 : on assiste en une dizaine d’années à la multiplication des congrégations et de leurs œuvres. Un mémoire adressé par Lavigerie à l’Œuvre lyonnaise de la propagation de la foi, le 12 novembre 1881, donne une idée de son zèle : il prévoit la création de vingt écoles (coût, 300 000 F), d’un orphelinat (55 000 F), d’un séminaire (126 000 F), la construction d’une cathédrale, pour ne pas dépendre de l’église des Capucins (Sainte-Croix), d’un évêché, et l’établissement de dix nouvelles paroisses avec leurs églises, soit une dépense totale de 864 000 F… Mais la Propagation de la foi n’accordera à l’archevêque que 60 000 F en 1881 et 55 000 en 188215.

  • 16 Ordo officii recitandi missaeque celebrandae juxta ritum ac rubricas brevarii et missalis romani a (...)
  • 17 Les conditions et les circonstances du départ de Tunisie des religieux capucins sont étudiées par (...)
  • 18 Ordo, 1893, p. 8-11.

16C’est un document ecclésiastique officiel, l’Ordo, publié au début de l’année 1893, qui permet le mieux, par sa rubrique « Personnel du diocèse de Carthage », de recenser les congrégations alors présentes en Tunisie à la mort de Lavigerie et de cerner, à travers leurs œuvres, les activités qu’elles y exercent16. Le départ des Capucins ayant été déjà mentionné17, nous constatons le maintien des trois autres congrégations qui étaient déjà là au début de 1881 et qui se livrent aux mêmes tâches scolaires ou hospitalières, à savoir les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition à Tunis (une école, deux hôpitaux, un civil et un militaire, un pensionnat, un asile, et les soins des malades à domicile), à La Goulette (une école, un asile, le soin des malades), à Sousse (les mêmes activités), à Monastir, à Mahdia, et à Sfax pareillement ; les Frères des Écoles chrétiennes avec deux écoles à Tunis et une à la Goulette ; les Pères Blancs à Carthage : au grand séminaire, 5 pères, 70 scolastiques et 2 séminaristes, au petit séminaire, 10 pères et 75 élèves18.

17Mais plus nombreux sont les religieuses et religieux d’ordres ou d’instituts nouvellement arrivés après l’établissement du Protectorat : plusieurs se sont installés à Carthage où Lavigerie avait acquis d’importants terrains avant sa nomination en Tunisie. On trouve un couvent de Carmélites cloîtrées à proximité de la cathédrale Saint-Louis ; un pensionnat de filles confié aux Franciscaines missionnaires de Marie (fondatrice : Hélène de Chappotin, Mère Marie de la Passion) qui porte pour nom « Les larmes de Sainte Monique », son emplacement étant au bord de la mer le lieu supposé où la mère d’Augustin avait eu le chagrin de voir partir son fils ; et des Sœurs Blanches (sœurs de la Mission d’Afrique) qui occupent une maison destinée à l’origine à des chanoinesses qui n’y sont jamais venues, et où elles tiennent une école et s’occupent des malades. À côté de Carthage, à La Marsa, d’autres Sœurs Blanches ont également école et asile, avec la responsabilité depuis 1886 d’un « refuge du Bon Pasteur » pour y recueillir les filles et femmes « repenties » (prostituées uniquement européennes). Les religieuses du même institut (appelées aussi parfois Sœurs de la Mission d’Alger) se livrent aux mêmes activités scolaires et sanitaires à Porto-Farina et à Jerba.

18À Tunis, les Sœurs de Notre-Dame de Sion ont un pensionnat payant et une école gratuite, les Sœurs du Bon-Secours de Troyes ont remplacé comme gardes-malades à domicile les Sœurs de Saint-Joseph, et les Petites sœurs des pauvres reçoivent dans leur maison des vieillards sans ressources, uniquement européens. À Sousse et à Sfax, les Frères de la Société de Marie (dont le fondateur était l’abbé Chaminade) ont créé des écoles pour les garçons.

La situation en 1902 et 1903, années où les congrégations en Tunisie sont menacées

  • 19 Les Pères Blancs (missionnaires d’Afrique) figurent parmi les cinq congrégations masculines autori (...)
  • 20 La dépêche tunisienne, vendredi 1er novembre 1901 : « Les Jésuites à Tunis » ; lundi 16 décembre 1 (...)

19La loi métropolitaine de juillet 1901 sur les associations et les congrégations a des incidences en Tunisie : très libérale pour toutes les associations civiles, elle exige pour les congrégations religieuses une demande d’autorisation qui doit être accordée par le vote d’une loi au Parlement, lequel, sur intervention de Combes, va rejeter collectivement, à quelques exceptions près19, toutes les demandes d’autorisation (mars-juin 1903). C’est alors que deux congrégations existantes mais qui n’ont pas demandé d’autorisation – préférant en France même se disperser – les Jésuites et les Dominicains, envisagent, dans le courant de l’été et de l’automne 1901, de s’installer en Tunisie, pays qui par son statut particulier de protectorat, risque d’échapper à la législation de la métropole. La presse locale nous informe de projets d’achat de propriétés dans la banlieue nord de Tunis (Khereddine) ou dans d’autres régions de la Régence : la création d’un collège ou d’une ferme-modèle est envisagée20.

  • 21 Edmond Lecore-Carpentier (1860-1920), d’abord journaliste à Bône (Algérie), arrive à Tunis en 1888 (...)
  • 22 D’après A. Canal, La littérature et la presse tunisienne de l’occupation à 1900, Paris, s.d. (1924 (...)
  • 23 La dépêche tunisienne, mardi 27 août 1901 : « Encore la question des congrégations ». L’article ré (...)
  • 24 La petite Tunisie, vendredi 20 août 1901 : « À la porte les Jésuites ! » et vendredi 7 novembre 19 (...)

20Les réactions des journaux français envers une telle éventualité sont intéressantes à étudier : des articles favorables paraissent d’abord dans La dépêche tunisienne, organe d’un radicalisme très modéré, dirigé par Lecore-Carpentier avec Henri Tridon comme rédacteur en chef21, et qui passe avec raison pour être le porte-parole de la résidence22, ainsi que dans Le courrier de Bizerte et La dépêche Sfaxienne23. Par contre, La petite Tunisie, feuille dirigée par Émile Lacroix, publie des articles aux titres virulents24.

  • 25 Victor Communaux (1849-1932), originaire d’Arnay-le-Duc (Côte d’Or), où il a été conseiller munici (...)

21Mais les attaques les plus violentes contre les congrégations proviendront de la Ligue de l’enseignement, société fondée à Tunis en 1891 et qui avait fonctionné assez discrètement jusqu’en 1895, mais qui reprend une vigoureuse activité à partir de février 1901 sous la direction de Victor Communaux, délégué du 3e collège à la Conférence consultative, libre-penseur et franc-maçon convaincu, qui se proclame lui-même « le vieux lutteur », reprenant à son compte le qualificatif que lui décernent ses adversaires25 ! Un enseignant qui participa à ce renouveau de la Ligue de l’enseignement en Tunisie en a fait plus tard le récit, sans cacher la principale cause du développement de cette association :

  • 26 H. Bec, Ligue française de l’enseignement. Le rôle de la Ligue en Tunisie, Tunis, 1927, 8 p. Citat (...)

« La raison d’être initiale de la fondation des cercles de la Ligue de l’enseignement a été l’impérieuse nécessité de faire obstacle, sur l’heure, à la mainmise des Congrégations sur la Régence. Il était temps d’agir. Les Jésuites étaient sur le point de s’implanter en Tunisie, et, derrière eux, les autres congrégations enseignantes. Des terrains n’avaient-ils pas déjà été achetés ? L’appel des défenseurs de l’enseignement laïque fut entendu partout ; sur tous les points de la Régence se créèrent des cercles de la Ligue »26.

  • 27 La Ligue française de l’enseignement et les Jésuites en Tunisie, Tunis, 1901,11 p.
  • 28 Le Bulletin indique sur sa couverture : « Cette publication est honorée d’une souscription de M. l (...)

22En effet, dès le 10 novembre 1901, se tient une assemblée générale du cercle de Tunis, dont le président est Communaux : lecture y est donnée des démarches entreprises à Paris pour « barrer la route aux Jésuites », et du télégramme adressé au président du conseil, Waldeck-Rousseau, et à cinq de ses ministres (Delcassé, De Lanessan, Millerand, André et Mougeot), qui « proteste énergiquement contre les projets d’installation des congrégations en Tunisie ». Le compte rendu de cette assemblée, au cours de laquelle discours et vœux insistèrent sur l’importance de l’enseignement laïque, sera publié en brochure27. À partir d’avril 1902, la parution d’un Bulletin mensuel du cercle tunisien de la Ligue française de l’enseignement, qui deviendra à compter de son cinquième numéro (octobre 1902) le Bulletin mensuel de la Ligue française de l’enseignement, « organe de la fédération des cercles de la Régence » (Bizerte, Gabès, Kairouan, Sfax, Sousse, Tunis), permettra de continuer et d’amplifier cette campagne contre l’enseignement congréganiste28.

  • 29 La dépêche tunisienne, dimanche 23 février 1902.
  • 30 Sur la culpabilité de Dreyfus, Lecore-Carpentier a changé d’opinion entre 1894 et 1899 : son journ (...)
  • 31 La dépêche tunisienne, samedi 22 novembre 1902, « bulletin », suivi d’une « note de la direction p (...)

23Une telle activité et l’effervescence qu’elle entraîne dans les milieux français ne manquent pas d’exercer rapidement de l’influence sur La dépêche tunisienne, qui change d’attitude quant à la présence des congrégations en Tunisie : encore favorable au début de janvier 1902 au projet d’un collège jésuite, le journal annonce le 23 février que « la Ligue de l’enseignement obtient satisfaction à propos des jésuites », à la suite d’une entrevue à Paris entre le résident Pichon et le président du conseil, ce dernier ayant déclaré que « le gouvernement était résolu à empêcher l’envahissement de la Tunisie, au point de vue de l’enseignement, par les congrégations non autorisées »29. Et Lecore-Carpentier, dont ce n’est pas la première volte-face – l’affaire Dreyfus en avait déjà provoqué une30 – tente de se rapprocher des positions de la Ligue en signant lui-même, le 22 novembre 1902, une note où il déclare rendre hommage au travail des congrégations déjà installées en Tunisie mais s’élève « contre l’envahissement de notre colonie par des associations rebelles aux lois de la métropole », ce qui aurait pour effet de surexciter les passions religieuses et d’atteindre ainsi « les congrégations utiles et même le clergé séculier dont l’attitude est si digne »31.

  • 32 La dépêche tunisienne, mardi 31 décembre 1901 : « Une nouvelle congrégation » ; dimanche 16 novemb (...)
  • 33 À son départ de Tunisie, cette congrégation jouera de malchance : redoutant une confiscation de so (...)
  • 34 Sur l’émergence pendant cette année 1903 des forces républicaines et laïques, voir C. Liauzu et P. (...)

24Devant les remous de l’opinion, tant en France qu’en Tunisie, et en raison de l’attitude de fermeté qu’annonce le gouvernement, Jésuites et Dominicains renoncent vite à leurs projets d’installation dans la Régence, dont il n’est plus question à partir d’octobre 1902. Seule exception : une congrégation non autorisée en métropole, celle des Frères de la Sainte-Famille, de Belley (Ain), arrive en Tunisie en 1902 avec la création d’une école et d’un patronage à Ferryville, en février, et l’acquisition d’un domaine agricole à Mateur. Installation qui ne soulève guère d’échos défavorables32, ladite congrégation étant peu connue, et qui ne durera pas longtemps car elle sera atteinte par la législation beylicale d’août 1903, évoquée plus loin, et obligée de quitter la Tunisie33. L’année 1903 verra culminer en Tunisie l’anticléricalisme des organisations laïques soit traditionnelles, comme la franc-maçonnerie dont les loges se développent, soit nouvelles : à côté de la Ligue de l’enseignement, déjà mentionnée, qui accueille à Tunis en avril 1903 le congrès national avec des personnalités politiques comme Victor Augagneur et Ferdinand Buisson, apparaissent une société de libre-pensée (juin 1903) préconisant les funérailles civiles et la crémation des défunts, et un hebdomadaire anticlérical (novembre 1903), Le Républicain, dirigé par Paul Lambert34. S’opposant aux colons et aux notables, essentiellement conservateurs et catholiques, dont l’organe est La Tunisie française de Victor de Carnières, ces anticléricaux se proposent deux objectifs : la suppression de la subvention de 60 000 F accordée à l’archevêché de Carthage, et la fin de l’enseignement congréganiste au profit de l’extension des écoles laïques.

  • 35 Tous ces chiffres sont extraits du Rapport au président de la République sur la situation de la Tu (...)

25En effet, l’enseignement congréganiste participe d’une façon importante à la scolarisation en Tunisie. D’une part, il a été intégré depuis 1883 à l’organisation même de l’instruction publique, suite à un accord entre le cardinal Lavigerie et le directeur Louis Machuel. En 1901, il y avait encore 16 écoles publiques tenues par des religieuses ou des religieux (6 écoles de garçons et 10 de filles) : cette année-là, 20 % des garçons fréquentant l’enseignement public et 37 % des filles, dans le même cas, se trouvaient dans des écoles dirigées et encadrées par des congréganistes. D’autre part, existait aussi un enseignement privé congréganiste qui, toujours en 1901, recueillait 5 % des garçons et 19 % des filles par rapport au total des élèves scolarisés dans l’enseignement public (laïque et congréganiste ensemble). Au total, pour 1901, sur 120 écoles publiques, 16 – que nous venons de citer – étaient congréganistes, tandis que sur 21 écoles privées, 12 étaient tenues par des religieuses ou des religieux35. Il est intéressant de noter que la répartition des élèves par nationalités varie beaucoup selon les différents types d’enseignement : en 1901, dans le « public congréganiste », où l’enseignement est à la fois gratuit et religieux, 74 % des élèves garçons et 70 % des élèves filles sont de nationalité italienne ou maltaise, tandis que dans le « privé congréganiste » des filles, où l’enseignement est aussi religieux mais le plus souvent payant, les Françaises sont les plus nombreuses (40 %), suivies des Italiennes (38 %) et des Israélites (14 %).

  • 36 Ordo, op. cit., annuaire du clergé, année 1913.

26Après la victoire électorale du « Bloc des Gauches », en avril-mai 1902, et l’installation du ministère d’Émile Combes, en juin, les forces laïques de Tunisie, soutenues par celles de France, obtiennent satisfaction dans le domaine scolaire, malgré l’hésitation de Delcassé et la prudence de Pichon qui redoutaient les conséquences de l’introduction dans la Régence d’une législation hostile aux congrégations : deux décrets beylicaux concernent ces dernières, le premier, du 7 août 1903, interdit en Tunisie les congrégations non autorisées en France, le second, du 2 décembre 1903, réglemente les autorisations d’enseigner pour les congrégations déjà installées en Tunisie et autorisées en France. En conséquence, certains établissements ferment ou deviennent privés, les congréganistes quittant progressivement l’enseignement public : en 1906, les Sœurs de Saint-Joseph à Sfax et à Sousse, les Frères des Écoles chrétiennes à Tunis. Et au cours des années suivantes, les frères et les sœurs se contentent d’organiser des patronages, des chorales ou des ouvroirs et de faire le catéchisme36. Dans la même perspective de laïcisation des institutions, les Sœurs de Saint-Joseph quitteront l’hôpital militaire en 1904 et l’hôpital civil, tous deux à Tunis, en 1910.

  • 37 Il s’agit d’une lettre datée du 22 mai 1903 et lue dans toutes les églises de Tunisie le dimanche (...)

27Mais du côté des autorités civiles comme de celles de l’Église catholique, existent la volonté d’apaisement et le refus d’envenimer la situation : l’archevêque de Carthage, Mgr. Combes, formé à l’école de Lavigerie, reste fidèle à la politique française en Tunisie et ne sortira qu’une seule fois de sa prudente réserve, en mai 1903, pour protester contre le projet de décret visant les congrégations non autorisées37. Le concordat de 1893 et la subvention annuelle ne seront pas remis en cause, à la grande déception des anticléricaux, les résidents Pichon et son successeur Alapetite ne souhaitant pas voir un archevêque italien sur le siège de Carthage, tandis que les directeurs de l’enseignement, Machuel puis Charléty, son successeur, s’efforcent d’appliquer avec modération la nouvelle législation scolaire relative aux congrégations.

La situation des congrégations en 1935 d’après une lettre pastorale de Mgr. Lemaître

  • 38 Quinze ans de vie catholique en Tunisie (1920-1935), lettre pastorale de Mgr. Lemaître, s.l.n.d., (...)

28Dans un document de 18 pages, daté du 1er novembre 1935, l’archevêque de Carthage, arrivé en 1920 comme coadjuteur de Mgr. Combes auquel il a succédé de plein droit à la mort de ce dernier en février 1922, dresse le bilan des quinze années écoulées de la vie catholique et nous fournit ainsi une information à la fois précise et abondante sur les congrégations qui existaient alors dans le diocèse38.

29La rubrique des « établissements d’enseignement congréganistes » nous apprend qu’en 1920 seulement cinq écoles de ce type fonctionnaient encore en Tunisie : deux tenues par les Religieuses de Sion à Tunis et à Bizerte, une troisième par celles de Saint-Joseph à Tunis, une quatrième par les Sœurs Blanches à Thibar et enfin la dernière, dirigée par les Marianistes, à Tunis. Au total, environ un millier d’élèves étaient ainsi scolarisés. À son arrivée, l’archevêque a fait rouvrir les écoles qui avaient été « injustement fermées lors de la persécution au début du siècle » : en 1935, les Sœurs de Saint-Joseph ont 1 659 élèves dans leurs écoles à travers la Tunisie, et les Frères des Écoles chrétiennes plus de 400 à Tunis et plus de 100 à La Goulette. Avec la création de nouvelles écoles par des ordres religieux venus après 1920 en Tunisie, l’enseignement congréganiste reçoit en 1935, 6 525 élèves dont 1 500 fillettes et jeunes filles de religion musulmane.

30D’autres rubriques nous donnent la liste des œuvres scolaires, sociales et éducatives fondées au cours des quinze dernières années par les différentes congrégations, au total dix-sept. Un bilan comparatif du développement de ces institutions religieuses d’hommes et de femmes en 1935, par rapport à 1920, nous est fourni à la fin de cette lettre pastorale :

31Mais pour atténuer la tonalité triomphaliste de cet inventaire, l’archevêque recommande à ses fidèles de ne pas oublier que « cette splendide floraison d’œuvres » est due « avant tout au Sacré-Cœur et aux trois saints qui ont intercédé auprès de lui », et qu’il se plaît à appeler ses « vicaires généraux » : sainte Thérèse de l’Enfant Jésus pour les affaires temporelles, le saint curé d’Ars pour le recrutement du clergé et enfin sainte Bernadette, patronne des œuvres du diocèse.

La situation des congrégations dans les années 1945-1960

  • 39 Ordo, 1946, supplément de l’Ordo, annuaire du clergé de l’archidiocèse de Carthage, 68 p. ; Ordo, (...)

32Nous pouvons l’établir à partir des indications fournies par les annuaires se trouvant dans les Ordo de 1946 et de 1958, dates de référence intéressantes, l’une au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’autre deux années après l’Indépendance mais alors que l’Église n’a pas encore été trop affectée par la nouvelle situation politique39.

33En 1946, les Pères Blancs, au nombre de quarante, sont implantés en quatre points du territoire tunisien : à Carthage où ils desservent la basilique et dirigent le musée archéplogique, à Thibar où un scolasticat a été créé en 1934 et où ils exploitent depuis 1895 un domaine agricole, à Tunis où se trouve la maison de l’IBLA (Institut des belles-lettres arabes), sous la direction du Père Demeerseman, et enfin à Béja. La même année, les Marianistes, au nombre de quatre, dirigent un établissement scolaire à Tunis, et les Salésiens, au nombre de trois, un autre à La Marsa, l’Institut Perret. Les Frères des Écoles chrétiennes tiennent toujours deux écoles, une à Tunis et une à la Goulette. Une congrégation venue du Massif-Central, les Frères de saint François-Régis, ont un orphelinat agricole à Sainte-Marie du Zit, dans une vallée au sud du Ressas, où ils ont repris l’œuvre de l’abbé Boisard.

  • 40 Sur le rôle et l’action des Sœurs Blanches dans la formation des filles et femmes tunisiennes, voi (...)

34Quant aux religieuses, nous constatons que les Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition se trouvent dans huit localités avec des activités scolaires, hospitalières et des œuvres paroissiales (ouvroirs, catéchismes) : à Tunis, à Carthage, à La Goulette, à Sousse (où elles sont à l’hôpital civil), à Sfax (avec le dispensaire de la Croix-Rouge), à Métlaoui, à Monastir (où elles tiennent un sanatorium) et à Mateur (hôpital et œuvres paroissiales). Les Sœurs de Notre-Dame de Sion tiennent pensionnats et écoles à Tunis et à La Manouba. Les Sœurs Blanches (sœurs de la Mission d’Afrique), implantées en cinq endroits, se sont tournées depuis des années déjà vers la scolarisation, la formation artisanale (dentelles, tissages), les soins aux malades des filles et des femmes tunisiennes, à Carthage, à La Marsa, à Tunis, à Thibar et à Kairouan40.

  • 41 Les Sœurs missionnaires de Saint-Norbert tiennent un dispensaire à Bizerte, les Sœurs du Très Sain (...)

35Les Sœurs franciscaines missionnaires de Marie tiennent un orphelinat à Sainte-Monique de Carthage, des hôpitaux, des ouvroirs et des dispensaires à Tunis, à Souk-el-Khemis, à Aïn-Draham (apprentissage des tapis) et à Sidi-Bou-Saïd. Les Sœurs du Bon-Secours de Troyes font toujours la garde des malades à domicile, les Petites sœurs des pauvres ont un asile pour vieillards, ces deux congrégations n’étant installées qu’à Tunis. Les Sœurs de Notre-Dame Auxiliatrice, les Sœurs du Saint Cœur de Marie, les Sœurs de Nevers et les Sœurs de Notre-Dame des Apôtres s’occupent essentiellement d’écoles, de collèges et de pensionnats soit à Tunis ou dans sa banlieue (La Manouba, Bellevue, La Marsa), soit à Ferryville et à Bizerte. Les Filles de la Charité (Sœurs de Saint-Vincent de Paul) ont aussi des écoles et des orphelinats, à Tunis et à la Marsa, mais sont aussi responsables de diverses œuvres sociales à Tunis : protection de l’enfance, protection de la jeune fille, fourneau des pauvres, vestiaires, garderies ; sans oublier les œuvres paroissiales et le catéchisme. D’autres congrégations féminines sont spécialisées dans le service des malades, des maisons de retraite, des dispensaires et des cliniques : les Sœurs de Saint-Norbert, les Sœurs de Niederbronn et les Petites sœurs de l’Assomption41.

36En 1958, peu ou pas de changements sont apparus dans la vie et les activités de ces congrégations religieuses. Les Pères Blancs, au nombre de trente-cinq, se situent aux mêmes endroits qu’en 1946, avec en plus un collège secondaire à Tunis (El Menzah), mais le scolasticat de Thibar a été ramené à Carthage. Il en est de même pour les Marianistes (sept membres) et les Salésiens (cinq membres). Les Frères des Écoles chrétiennes n’ont gardé que leur école de Tunis. Il y a même des présences nouvelles : les Pères ermites de saint-Augustin, venus de Malte, assurent totalement le service paroissial de La Goulette et partiellement celui du Sacré-Cœur de Tunis, un père franciscain dessert El-Aouina, à côté de l’aéroport. La situation est identique chez les religieuses quant à leurs maisons et leurs activités : il y a encore un couvent de Carmélites à Carthage. Et nous trouvons en plus les Petites sœurs du Sacré-Cœur du Père de Foucauld, installées à Tunis.

37L’enseignement libre diocésain, assuré uniquement par les congrégations tant masculines que féminines, fonctionne dans les mêmes conditions qu’en 1946, avec des programmes surtout français qui continuent, la tunisification scolaire ne faisant que s’ébaucher, les enseignants de nationalité française demeurant très majoritaires dans les écoles aussi bien publiques que privées. Nous relevons en 1958 comme établissements privés catholiques : dans le secondaire, quatre établissements de garçons, douze de filles ; dans le primaire, quatre écoles de garçons, dix-sept de filles et une école mixte à Nabeul accueillant garçons et filles de la 12e à la 7e. Quant aux jardins d’enfants et aux garderies, leur nombre en 1958 demeure identique à celui de 1946.

  • 42 Le Modus Vivendi du 9 juillet 1964, signé entre la Tunisie et le Vatican, prévoit en son article 9 (...)

38Mais si l’enseignement privé se tunisifie lentement, cette évolution du système scolaire correspond aussi aux changements – liés aux événements politiques – qui s’opèrent dans la composition des effectifs : les enfants tunisiens vont progressivement devenir plus nombreux que ceux d’origine européenne. En conclusion de cette comparaison entre 1946 et 1958, il ressort que les grands bouleversements dans les institutions et les œuvres religieuses en Tunisie se situeront plus tard : en 1961, avec la crise de Bizerte, et surtout en 1964, avec d’abord la nationalisation des terres des colons, et ensuite avec la signature du Modus Vivendi (juillet) qui règle le sort de l’Église catholique, mettant fin au diocèse de Carthage, et qui, s’il garantit la présence d’écoles congréganistes, limite les activités de l’enseignement privé et fragilise sa situation juridique42.

ÉTUDE PLUS SPÉCIFIQUE DU RÔLE ET DES ACTIVITÉS DE QUELQUES CONGRÉGATIONS RELIGIEUSES DANS LE DOMAINE SCOLAIRE, HOSPITALIER ET SOCIAL

  • 43 Nous avons pu consulter à Tunis, 31 rue de la Kasbah, avant la fermeture récente de cette « École (...)
  • 44 Voir supra, notes 5 et 6.
  • 45 « Registre historique (1855-1907) », p. 14, mai 1865, chiffres publiés à l’occasion de la visite à (...)

39Nous étudierons tout d’abord l’enseignement assuré à Tunis depuis 1855 par les Frères des Écoles chrétiennes, sur lequel nous disposons d’une bonne documentation43. Nous savons que leurs écoles avaient été créées en concurrence avec le collège de l’abbé Bourgade et que ce dernier, n’ayant pas reçu l’appui de Rome où il avait porté l’affaire, avait quitté la Tunisie44. Si nous dressons le bilan de l’activité scolaire des frères dix ans après leur installation, nous constatons qu’en 1865, ils tiennent à Tunis deux écoles, l’une dite « française » à cause de la langue qu’on y utilise, et qui comprend 139 élèves répartis en trois classes, l’autre dite « italienne » parce que l’enseignement s’y fait dans cette langue et qui compte 148 élèves en deux classes. Au total, 287 élèves sont ainsi scolarisés, mais la répartition de ces élèves par nationalité est révélatrice de la faible présence à cette date de la colonie française de Tunis, par rapport aux communautés maltaise d’une part, et italienne d’autre part, puisqu’on peut dénombrer : 27 Français, 81 Italiens, 118 Maltais, 2 Autrichiens, 2 Grecs « unis » (catholiques), 9 Grecs « schismatiques » (orthodoxes), 46 juifs et 2 musulmans45.

  • 46 Texte de cette convention rédigée en trois exemplaires, l’un déposé au consulat de France, l’autre (...)
  • 47 « Registre », p. 12 : « rétribution mensuelle de 5 piastres (3 F) de tous les élèves fréquentant l (...)
  • 48 « Registre », p. 13, janvier 1865, allocation annuelle de 700 F de l’Œuvre des écoles d’Orient ; p (...)
  • 49 « Registre », p. 24-29.

40L’enseignement ainsi dispensé par les frères reçoit plusieurs financements : d’abord, celui de l’évêque Sutter qui, par une convention signée le 1er mai 1855, s’est engagé à fournir les locaux et le matériel nécessaires aux frères et à verser un traitement à ces derniers46 ; ensuite, par une rétribution perçue auprès de certains parents : les Français aisés, mais pour les Italiens l’école restera gratuite47 ; et enfin, par des subventions extérieures, celles de l’Œuvre des écoles d’Orient, celles de Malte et après 1870, celles du consulat de France : en 1879, c’est le consul Roustan qui se substituera à l’évêque, défaillant à ses engagements, pour rétribuer un dixième frère destiné à l’école française, et qui en 1880 obtiendra de Paris un secours de 6 000 F « pour aider à l’extension de la langue française dans les écoles de Tunis »48. En juillet 1881, Lavigerie annonce aux frères que désormais « ils font partie de son administration apostolique », et le 25 du même mois les frères rendent une visite d’adieu à l’évêque Sutter quittant le lendemain la Tunisie. Mais ils regrettent de n’avoir pu saluer avant son départ, en décembre 1881, le père Anselme des Arcs, « leur grand protecteur », qui va mourir à Rome quelques jours après son arrivée49.

  • 50 Ibid., p. 30-32. Les trois directeurs sont : Édouard Badet (Frère Angel), Jean-Étienne Cabanel (Fr (...)

41Le 2 novembre 1883, Machuel, directeur de l’enseignement en Tunisie, annonce aux frères que, suite à une décision ministérielle du 23 juillet et par un arrêté du 21 octobre signé par le résident Paul Cambon, « les écoles françaises créées en Tunisie sont déclarées écoles publiques », et qu’en conséquence trois frères sont nommés directeurs de leurs trois écoles de Tunis et dix autres désignés comme adjoints50. Dans la même lettre, Machuel demande des renseignements sur le nombre des élèves, classés par nationalités, fréquentant ces écoles, sur le nombre des classes, sur les livres et les méthodes employés, sur les exercices pratiqués chaque jour et sur la nature des récompenses et des punitions données. Et de conclure par cette déclaration fort prometteuse :

  • 51 Ibid. Sur l’attitude favorable de Machuel envers les congrégations au début du Protectorat, et qui (...)

« Je me félicite des rapports que nous allons avoir ensemble, je tâcherai, quant à moi, de les rendre aussi cordiaux que possible, heureux de pouvoir vous aider par mes conseils et mon appui dans la tâche noble et difficile dont vous êtes chargés en Tunisie »51.

  • 52 Ibid., p. 32-33, avec cette note marginale : « Son Éminence [Lavigerie] vit ce rapport et en fut s (...)

42Dans sa réponse, Badet (Frère Angel), directeur de l’école centrale, remercie Machuel et lui fournit les renseignements demandés quant aux effectifs, aux livres et aux méthodes utilisés. Nous relevons les chiffres suivants en ce qui concerne la scolarisation dans les trois écoles tenues à Tunis par les frères en 1883 : un total de 447 élèves dont 44 Français, 204 Italiens, 167 Maltais, 17 Juifs, 8 Grecs et 7 Arabes52.

43À propos des 204 élèves de nationalité italienne, Frère Angel remarque :

« Ces enfants appartiennent la plupart à des familles pauvres et illettrées. Il importe qu’ils sachent bien faire la petite correspondance de leurs parents. De là vient la nécessité de ne pas négliger tout à fait l’étude de la langue italienne dans nos classes. Outre que cette négligence nous ferait perdre beaucoup de ces enfants, nous savons d’autre part que ceux de nos anciens élèves qui rendent le plus de services à la cause française en ce moment, sont justement ceux qui s’étaient le plus appliqués à étudier les langues en usage dans le pays ».

44Et de terminer ainsi :

  • 53 Ibid.

« Notre désir, Monsieur le Directeur, est de continuer et de perfectionner l’œuvre commencée depuis plus de 28 ans. Nous serons heureux de nous servir de vos conseils et de votre appui dans cette œuvre qui, nous l’espérons, sera à l’honneur de notre chère patrie, et pour le plus grand bien des enfants qui nous sont confiés »53.

  • 54 Ibid., p. 50-51. Machuel « fait l’éloge des frères dont il n’a qu’à se louer ». Auparavant, selon (...)
  • 55 « Registre », p. 53.

45Mais la direction de l’Instruction publique manifeste des exigences en matière de diplômes pour les maîtres : en 1885, elle fait savoir qu’à partir de l’année scolaire 1886-1887, seuls les titulaires du brevet élémentaire bénéficieront d’un traitement annuel de 1 000 F, les autres ne percevant que 600 francs. Mais une transaction intervient : seuls les jeunes frères passeront le brevet (quatre admis en 1884, trois en 1885), les plus âgés, dont le directeur, seront rétribués comme auparavant, mesure prise en raison de leur expérience. En 1889, le Frère Angel est remplacé par le Frère Arbon qui sera directeur jusqu’à 1906, année où l’enseignement s’interrompt, nous l’avons vu plus haut. En 1890-1891, l’école de la rue de la Kasbah est agrandie, et en 1893 elle reçoit la visite de Poincaré, ministre de l’Instruction publique, venu inaugurer le port de Tunis : accueilli par les élèves aux cris de « Vive la France », le ministre remercie « au nom du gouvernement de la République, les frères de leur zèle et de leur dévouement désintéressé » et décore le directeur54. À la fin de cette même année 1893, la communauté compte 17 frères qui scolarisent dans leurs trois écoles 750 élèves55.

  • 56 Ibid., p. 61-65. Il est intéressant de noter que parmi les douze anciens élèves qui ont fondé cett (...)

46En juin 1900, douze anciens élèves créent une « Association amicale des anciens élèves des frères des Écoles chrétiennes de Tunisie » qui dès ses premiers mois regroupe plus de 150 membres. Ses deux buts : maintenir la fidélité envers une école qui leur a permis d’occuper des positions honorables dans la société, et lui apporter à l’occasion un soutien financier, comme le fait à chaque rentrée scolaire le libraire-imprimeur Saliba qui fournit gratuitement un millier de cahiers ; établir un réseau de solidarité entre les anciens et les jeunes quittant l’école et qui, sur recommandation des frères, trouvent plus facilement des emplois dans les sociétés ou les entreprises dirigées par des hommes qui ont fréquenté, à une ou deux générations d’intervalle, la même école56. En octobre 1910 sera créée une société de gymnastique, la « Jeanne d’Arc ».

  • 57 « Registre », passim, années 1905-1906. La Tunisie française de Victor de Carnières défend les frè (...)
  • 58 Il s’agit du rapport de Paul Lafitte, alors rédacteur en chef de La dépêche tunisienne, qui demand (...)

47Le registre historique de la maison narre avec beaucoup de détails les circonstances qui ont amené, dans les années 1903-1904, la détérioration des relations entre les frères et Machuel, ce dernier souhaitant que l’école de la rue de la Kasbah devienne privée, ce que refuse son directeur qui veut conserver son statut public. Après la suppression des subventions gouvernementales en 1902, le transfert de l’école dans l’île de Malte est envisagé en avril 1903. Après les décrets beylicaux de 1903 sur l’enseignement congréganiste et privé, les frères, considérant que cette législation ne les concerne pas, leur établissement n’étant pas nouveau, décident d’ouvrir leur école à la rentrée d’octobre 1904, ce qui provoque une enquête de police et pendant Tannée 1905 des polémiques importantes aussi bien dans la presse locale que pendant les séances de la Conférence consultative57. L’école pourra encore effectuer la rentrée d’octobre 1905, le ministère des Affaires étrangères lui ayant accordé un sursis à la demande de Denys Cochin, et en janvier 1906, 253 élèves la fréquentent, dont 55 Français, 91 Italiens, 93 Maltais et 14 autres. Mais la fermeture est définitive à l’automne 1906, ce qui correspond aux exigences formulées en avril précédent par le Congrès républicain, radical et socialiste de Tunis58.

  • 59 « Registre historique (1907-1965) », année 1915.
  • 60 Ibid., année 1921, 17 décembre.

48Après avoir organisé dans l’immeuble de la rue de la Kasbah, qui est la propriété du diocèse et que l’État ne peut donc pas reprendre, à la différence d’autres locaux où des congréganistes tenaient des écoles publiques, des œuvres pour la jeunesse (patronages et catéchismes), les frères maintiendront à titre privé un enseignement restreint – 14 élèves en 1912, 22 en 1913-avant de rouvrir discrètement l’école à la fin de 1914 et de présenter à nouveau des candidats en 1915 au certificat d’études primaires : quatre candidats sont reçus sur cinq présentés59. C’est Mgr. Lemaître, nous le savons, qui rétablit en 1921 le fonctionnement normal de l’école qui compte déjà en décembre de cette année-là 223 élèves, répartis en cinq classes, parmi lesquels figurent 112 Français, 83 Italiens, 22 Maltais et 6 Tunisiens60.

  • 61 Nous avons pu consulter, dans les années soixante-dix, en Tunisie, les archives des maisons de Tun (...)
  • 62 ASSJ Tunis, registre « Historique Sidi-Saber », école de filles de la rue Sidi-Saber, Tunis.
  • 63 Voir supra, note 4.
  • 64 Ibid.

49Ce sont maintenant les activités polyvalentes des Sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition que nous allons étudier. Nous le pouvons grâce à leurs nombreuses archives conservées soit dans leurs maisons de Tunisie, soit à la maison mère de Marseille, et qui se trouvent désormais dans la région parisienne61. Nous connaissons déjà leur implantation fort ancienne en Tunisie, puisqu’elle remonte à juillet 1840, date à laquelle la fondatrice de l’institut, sainte Émilie de Vialar, vient elle-même installer à Tunis cinq de ses religieuses. Accueillies et soutenues par les de Lagau, le consul de France de l’époque et sa femme, et logées par des familles françaises (les Van Gaver, les Gandolphe, les Gaspary), les sœurs vont se consacrer, dès septembre de la même année, à l’enseignement dans une école créée rue Sidi-Saber, en pleine médina de Tunis62. Dans les années qui suivent, elles organisent des soins aux malades, soit dans leurs locaux, soit à domicile63. Nous savons aussi qu’elles ouvrent ensuite d’autres établissements, scolaires comme hospitaliers, dans d’autres villes de Tunisie64.

  • 65 assj Tunis, registre « Historique ».

50L’examen du registre Historique de Sidi-Saber, école de filles à Tunis, nous fournit une intéressante statistique portant sur la période de 1843 à 1886 et concernant la nationalité des élèves fréquentant cet établissement65 : en 1843, sur 25 élèves, 15 sont italiennes et 10 maltaises ; aucune élève française ne figure avant 1855, année où sur 100 élèves, 75 sont italiennes, 18 maltaises, 5 Israélites et seulement 2 françaises ; en 1865, sur 137 élèves, 4 sont françaises, 70 italiennes, 56 maltaises, 7 Israélites ; en 1870, sur 150 élèves, 69 sont italiennes, 78 maltaises, 2 Israélites et 1 française ; en 1875, sur 153 élèves, 64 italiennes, 79 maltaises, 8 Israélites et 2 françaises ; en 1880, sur 167 élèves, 86 italiennes, 73 maltaises, 7 Israélites et 1 française ; en 1886, sur 102 élèves, 40 italiennes, 53 maltaises, 5 Israélites, 4 françaises. À partir de 1883, le nombre total des élèves de Sidi-Saber diminue nettement (80 en 1883, 62 en 1884, 89 en 1885 et 102 en 1886) en raison de l’ouverture par les sœurs d’une nouvelle école à Bab-Carthagène, autre quartier de Tunis. En résumé, une analyse plus fine de ces chiffres montre que les élèves françaises ne sont qu’une poignée (toujours moins de dix) jusqu’en 1886, et que de 1843 à 1880, les élèves italiennes représentent, suivant les années, de 50 à 75 % des effectifs, l’autre partie étant constituée de Maltaises qui, à partir de 1870, deviennent les plus nombreuses. Quant aux élèves israélites, elles sont à peine, pendant toute la période concernée, plus nombreuses que les françaises. Aucune mention n’apparaît d’élèves « tunisiennes » ou « arabes ».

51Avant le rattachement de ces écoles à l’enseignement public en 1883, existent, selon l’usage de l’époque, des classes gratuites pour les élèves pauvres et des classes payantes pour les autres. Toujours au cours de ces années précédant l’installation française en Tunisie, les familles les plus pauvres attachaient autant d’importance dans l’éducation de leurs filles aux travaux manuels qu’à l’instruction, d’où la nécessité pour les sœurs d’utiliser parfois la langue italienne, la plus courante dans le pays. Mais l’enseignement proprement dit se fait en français, langue que les élèves doivent uniquement parler en classe.

  • 66 assj Tunis, Vieux registre des écoles et pensionnats (1882-1946).

52D’autres documents nous renseignent sur les effectifs des élèves, avec leur nationalité, des trois écoles, deux primaires gratuites et un pensionnat privé payant, tenues à Tunis par les Sœurs de Saint-Joseph à la veille des mesures de laïcisation appliquées en 1905-1906, lesquelles d’ailleurs ne concerneront pas le pensionnat qui continuera à fonctionner avec le statut d’établissement privé : en 1905-1906, 721 élèves dans les deux écoles primaires dont 8 % sont françaises, 57 % italiennes, 30 % maltaises et 5 % Israélites ; en 1905, dans le pensionnat payant, 335 élèves dont 26,2 % sont françaises, 25,1 % italiennes, 24,7 % maltaises, 21,4 % Israélites, 0,6 % musulmanes et 2 % d’autres nationalités. Il est évident que dans ce pensionnat l’argent joue un rôle sélectif, contribuant à hisser le pourcentage des élèves françaises au niveau des Italiennes ou des Maltaises, et permettant aussi aux élèves Israélites d’être nombreuses. L’apparition d’élèves tunisiennes, qualifiées de « musulmanes », est intéressante mais encore trop faible pour être significative66.

  • 67 assj Tunis, registre Correspondance (1867-1893).
  • 68 Ibid.

53Avec le développement de leurs écoles et l’augmentation du nombre de leurs élèves, les effectifs des sœurs se sont évidemment accrus : en octobre 1887, un « État du personnel enseignant dans les écoles publiques dirigées par les Sœurs de Saint-Joseph » nous apprend qu’à cette date 31 sœurs enseignent en Tunisie dans les écoles relevant de Machuel, le directeur de l’enseignement, 6 à Tunis, 5 à la Goulette, 5 à Sousse, 3 à Monastir, 3 à Mahdia, 4 à Sfax, 2 à Jerba et 3 à Bizerte. Mais sur ces 31 sœurs, 8 seulement sont titulaires du brevet67, alors que l’arrêté du 13 février 1886 concernant les écoles publiques congréganistes, signé du même Machuel, stipulait dans son article trois : « Les maîtres et maîtresses non pourvus du brevet de capacité seront tenus de prendre ce titre dans un délai de trois ans ». Toutefois l’article quatre apportait un correctif : « Les instituteurs et institutrices ayant 45 ans d’âge et 15 ans d’exercice en Tunisie seront autorisés à continuer leurs fonctions »68. Mesure dont bénéficièrent, nous l’avons vu, les Frères des Écoles chrétiennes.

  • 69 Ibid. Arrêté du 13 février 1886, article 6.
  • 70 Ibid. Article 5 du même arrêté.
  • 71 assj Tunis, registre « Direction de l’enseignement (1888-1955) », p. 68. Vieux registre des écoles (...)

54Selon le même texte, les appointements annuels des religieuses enseignantes étaient fixés d’après leurs titres : 1 500 piastres (900 F) pour celles ayant le brevet supérieur, 1 008 piastres (604,8 F) pour celles ayant le brevet simple, et 660 piastres (396 F) pour celles n’ayant aucun brevet69. Remarquons, au passage, que les maîtres congréganistes bénéficiaient de traitements plus élevés : 2 008 piastres (1204,8 francs) pour les titulaires du brevet supérieur, 1 608 piastres (964,8 F) pour les brevetés simples, 1 008 piastres (604,8 F) pour les non-brevetés70. Par ailleurs, à la date du 1er novembre 1901, le pensionnat des Sœurs de Saint-Joseph à Tunis emploie 23 personnes, toutes congréganistes, dont 15 enseignantes, pour un ensemble de 355 élèves allant de l’école maternelle au cours supérieur après la deuxième année du cours moyen primaire71.

  • 72 assj Tunis, registre « Personnel de la Maison ».
  • 73 Ces religieuses sont ainsi réparties par départements d’origine : Aveyron 23, Tarn 6, Lot 2, Arièg (...)
  • 74 Morbihan 2, Ille et Vilaine 3.
  • 75 Hérault 1, Bouches-du-Rhône 2, Var 1, Basses-Alpes 1.

55Il est intéressant d’étudier les origines géographiques des Sœurs de Saint Joseph : sur 100 religieuses ayant passé en Tunisie entre 1840 et 190072, nous constatons que 34 d’entre elles, soit plus du tiers, sont nées en France dans les départements montagneux du Massif Central et du Sud-Ouest73, avec le chiffre record de 23 originaires pour le seul département de l’Aveyron où existent trois maisons de la congrégation à Saint-Affrique, à Millau et à Réquista ; 16 proviennent du département des Côtes-du-Nord, dans lequel il y a un noviciat à Plouguenast, et 5 d’autres départements bretons74. Malgré la présence de la maison mère à Marseille, les régions méditerranéennes et bas-alpines françaises ne fournissent que 5 religieuses75. En ce qui concerne les sœurs venant des pays situés hors de France, 21 sont italiennes (4 sont nées avant 1870 dans les États du Pape), 6 maltaises, 2 tripolitaines, 2 syriennes ou libanaises, 2 grecques et 2 nées en Tunisie de parents maltais, à Sousse et à Sfax.

  • 76 assj Tunis, registre « Historique ».
  • 77 Ibidem.
  • 78 Rapport sur l’hôpital européen de Tunis adressé à MM. les Consuls des diverses puissances en Tunis (...)
  • 79 P. Soumille, Européens de Tunisie…, op. cit., p. 57-58.

56Nous savons qu’en dehors de l’enseignement, les Sœurs de Saint-Joseph ont pratiqué des activités charitables : dès 1842, elles ouvrent dans la médina de Tunis un dispensaire où les malades peuvent se rendre tous les matins pour s’y faire soigner et y recevoir des médicaments. Mais au XIXe siècle les épidémies sont encore fréquentes et les sœurs essayent d’y faire face, sans tenir compte du danger : en 1850, c’est le choléra qui emporte une jeune religieuse de vingt-cinq ans, en 1868, c’est le typhus qui tue quatre sœurs dont la directrice du dispensaire, Sœur Rosalie Lagrange, née en 1808, et qui était arrivée à Tunis avec la fondatrice en 1840, originaire comme elle de Gaillac dans le Tarn76. Les sœurs se rendent aussi à domicile pour y soigner les femmes et les enfants Israélites et arabes. En 1843, un hôpital portant le nom de Saint-Louis est créé, toujours dans la médina de Tunis, à l’initiative de l’abbé Bourgade : il est tenu par deux sœurs et financé par un comité de personnalités européennes. Jusqu’en 1875, on ne comptait guère à Saint-Louis que 25 malades à la fois « mais toutes les misères de Tunis s’y donnaient rendez-vous et y trouvaient asile »77. Trop exigu et manquant de moyens, l’hôpital menaçait de fermer ses portes en 187878. En 1882, Lavigerie obtient des autorités beylicales, grâce au résident Cambon, une caserne, proche du premier local, où l’hôpital s’installe et fonctionne jusqu’au 21 novembre 1898, date de l’inauguration d’un nouvel hôpital civil français à la périphérie de la ville, à Bab-el-Allouche79. Hors de Tunis, nous avons vu plus haut que les Sœurs de Saint-Joseph ont développé le même type de soins hospitaliers à La Goulette, à Sousse, à Monastir, à Mahdia et à Sfax.

  • 80 Voir supra, note 40.

57En conclusion de cette communication qui a tenté de montrer l’importance des œuvres conduites dans la Tunisie de l’époque coloniale par les congrégations religieuses catholiques, tant masculines que féminines, deux aspects concernant leurs actions peuvent être retenus. Dans le domaine scolaire, le rôle des religieuses fut important auprès de la jeunesse féminine, surtout au cours des décennies qui ont précédé l’indépendance du pays ; aujourd’hui de nombreuses femmes tunisiennes rappellent volontiers qu’elles ont bénéficié de l’enseignement des sœurs dont elles gardent un bon souvenir quant aux résultats obtenus. En 1994, plus de 6 000 élèves dont plus de la moitié de filles sont ainsi scolarisés. Dans le domaine social, les soins apportés dans les dispensaires par les sœurs ont profité à la population autochtone, tandis que l’apprentissage de la broderie ou du tissage, déjà évoqué80, a été favorable à des générations de jeunes filles ou de femmes tunisiennes. Cette action sociale se poursuit malgré le changement de situation intervenu dans l’Église catholique, conséquence de la fin de l’ère coloniale : il faut souligner la place qu’occupent encore dans les projets sociaux les 171 religieuses présentes en Tunisie en 1995.

Annexes

ANNEXE

Le catholicisme pendant la période du protectorat francais (1881-1956)

Introduction : Les catholiques sont devenus étrangers et minoritaires en Tunisie au XIIe siècle, suite à l’effondrement du christianisme de l’Antiquité. Importance de ce « passé glorieux » de l’Antiquité chrétienne dans l’imaginaire de l’épiscopat et du clergé séculier et régulier de la fin du XIXe et début XXe siècles.

1. Ce qu’était l’Église en 1881 avant l’établissement du protectorat français.

Une Église modeste par son nombre de fidèles, humble dans son comportement et qui entretient de bons rapports avec les souverains tunisiens du XIXe siècle :

  • des religieux capucins depuis 1624 ;
  • un évêque italien (Sutter) depuis 1843, soutenu par le consul de France et aidé financièrement par l’Œuvre de la propagation de la foi (Lyon, Paris) ;
  • neuf paroisses, toutes sur la côte et à Tunis (Sainte-Croix) ;
  • bons rapports entre l’évêque et les beys (dons de terrains pour les églises) et entre les beys et les papes (correspondance entre Ahmed-Bey et Pie IX) ;
  • prudence à l’égard des musulmans, pas de prosélytisme, pas de conversions ;
  • quelques œuvres éducatives et charitables : l’abbé Bourgade (1840-1856), les sœurs de St-Joseph d’Émilie de Vialar (1840), les Frères des Écoles chrétiennes (1855) ;
  • quelques chiffres : à Tunis, en 1840 : 9 000 Européens ; en 1856 : 11 000 dont 7 000 Maltais, 4 000 Italiens ; en Tunisie : 1875 : 16 000 catholiques ; 1881 : 23 000 (Italiens majoritaires).

2. De 1881 à 1920 : l’installation d’une Église française : « La nouvelle Église d’Afrique » (d’après le titre du livre de Mgr. Pons, 1930) :

  • l’acteur essentiel : Lavigerie, personnage incontournable… La meilleure et dernière biographie : François Renault, Le cardinal Lavigerie (1825-1892) l’Église, l’Afrique et la France, Paris, Fayard, 1992, 698 pages ;
  • quelques points de repère sur l’action de Lavigerie en Tunisie ;
  • un long processus entrepris pour s’installer à Carthage, moyen de prendre pied en Tunisie ;
  • Lavigerie a favorisé l’installation du protectorat français ;
  • Lavigerie organise solidement son nouveau diocèse : 1884, restauration par Léon XIII du siège de Carthage, création de nouvelles paroisses (9 en 1881, 24 en 1892), départ des Capucins (1891), création de multiples œuvres scolaires, hospitalières et charitables ;
  • Lavigerie avait-il le projet et l’intention de convertir les musulmans ? On peut répondre non, du moins pas dans l’immédiat… : il a tiré la leçon de l’échec algérien ;
  • L’épiscopat de Mgr. Combes (1893-1920) ;

1893 : signature d’une convention entre France et Vatican, concordat de 1893 :

  • un archevêque français ;
  • une subvention annuelle (sur budget tunisien).

Mgr. Combes

  • l’action apostolique de Mgr. Combes ;
  • conséquences pour les congrégations religieuses des lois anticléricales (1903) ;
  • conséquences pour les congrégations religieuses des lois anticléricales (1903) ;
  • malgré les tensions, maintien de relations correctes entre l’archevêque et la résidence générale, et surtout maintien du concordat de 1893 (crainte d’un évêque italien) ;
  • attitude incertaine devant l’islam ;
  • situation difficile du diocèse en 1920 : vie matérielle ? Une équipe âgée.

3. De 1920 à 1956 : une Église bien installée, qui se développe (avec un certain triomphalisme), mais reste toujours en marge du pays

  • un nouvel archevêque, Mgr. Lemaître (1920-1939), l’homme, ses idées, son comportement - le caractère français de l’Église s’accentue encore - son attitude à l’égard des musulmans ? - développement du diocèse mais des ennuis financiers assombrissent la fin de l’épiscopat de Mgr. Lemaître… ;
  • les deux derniers archevêques de Carthage ;
  • Mgr. Gounot (1939-1953) ;
  • personnalité effacée, peu conscient des événements ;
  • indifférence à l’islam et au mouvement nationaliste ;
  • situation du diocèse en 1953 : de bons chiffres… mais texte prémonitoire de l’Agence Fides (Vatican) ;
  • a pris un coadjuteur en 1947 ;
  • Mgr. Perrin (1953-1964) ;
  • appartient à une autre génération ;
  • volonté de modération et d’apaisement favorable à l’autonomie interne. accepte l’indépendance de 1956 ;
  • un diocèse qui perd progressivement ses fidèles (1961 : 40 000 catholiques).

Conclusion : la situation nouvelle du catholicisme avec le « modus vivendi » (1964) la situation en 1995 : 47 prêtres et frères, 171 religieuses, 18 écoles, 6 320 élèves. Environ 20 000 catholiques. La nomination en 1992 par Rome d’un évêque arabe (jordanien) est le signe que l’Église en Tunisie en a bien terminé avec l’ère coloniale française et ses conséquences…

Notes

1 Mémoires pour servir à l’histoire de la mission des Capucins dans la Régence de Tunis (1624-1865) par le R.P. Anselme des Arcs, revus et publiés par le R.P. Apollinaire de Valence, Casterman, Tournai, 1889, 188 p. Sur les circonstances de cette publication, nous renvoyons à notre article dans la Revue d’histoire maghrébine, Tunis, no 33-34, juin 1984, p. 165-170.

2 Archives Œuvres pontificales missionnaires, Lyon (OPM, Lyon), Tunisie, G 125.

3 Le conflit entre Mgr. Dupuch, évêque d’Alger depuis 1838, et Emilie de Vialar : voir notre article « Les multiples activités d’un prêtre français au Maghreb : l’Abbé François Bourgade en Algérie et en Tunisie de 1838 à 1858 », Histoires d’outre-mer. Mélanges en l’honneur de Jean-Louis Miège, offerts par l’Institut d’histoire des pays d’outre-mer, université de Provence, Aix-en-Provence, 1992,2 vol., t. 1, p. 233-272.

4 OPM, Lyon, Tunisie, G 124.

5 P. Soumille, « Les multiples activités d’un prêtre français », op. cit.

6 OPM, Lyon, Tunisie, G 124.

7 P. Soumille, « Lavigerie et les Capucins italiens en Tunisie de 1875 à 1891 », Bulletin de littérature ecclésiastique, Institut catholique de Toulouse, t. XCV, 1994, p. 197-231.

8 Ibid., p. 201. La lettre de Sutter à la Congrégation de la propagande datée du 5 juillet 1875, se trouve dans Scritture Riferite nei Congressi, « Barbaria », vol. 20, ff. 841-842.

9 Ibid., p. 205, archives de l’Évêché (Prélature) de Tunis, dossier Sutter, lettre de Lavigerie à Sutter, 2 mai 1880, qui réfute de façon cinglante ces « vulgaires calomnies ».

10 Archives Affaires étrangères, Paris, Instruction publique, II, no 308, 1888-1890, contrat de cession du collège Saint-Charles, 9 octobre 1889, art. 4, remise d’une somme de 500 000 F directement à Lavigerie et ensuite versement pendant seize ans d’une rente annuelle de 75 000 piastres tunisiennes (valeur de la piastre : 0,75 F) soit 56 250 F. Ce versement annuel, destiné à payer les traitements du clergé paroissial, est à l’origine de la subvention établie par le concordat du 7 novembre 1893, signé entre la France et le Vatican et par lequel l’archevêque de Carthage ne sera nommé par Rome qu’après l’accord de Paris, ce qui écarte toute nomination d’un prélat italien. Le second article confirme que le gouvernement français « continuera d’allouer une subvention spéciale à l’archevêque de Carthage ». Subvention qui se monte alors à 60 000 F.

11 Les moines bénédictins de Porto-Farina venaient de Bavière, ce qui peut expliquer qu’ils n’aient pu s’adapter au milieu maltais de cette paroisse. Ceux de Jerba étaient italiens mais furent envoyés en 1879 dans d’autres missions. Dans les deux cas, les Capucins ont repris le service paroissial.

12 OPM, Lyon, vol. « Répartition », 1853-1881, qui contient de fréquentes remarques pessimistes : « Il n’y a guère de progrès à espérer dans cette mission quant à l’accroissement du nombre des catholiques » (1864) ; « Les progrès paraissent à peu près nuls dans cette mission » (1859) ; « La force des choses rend cette mission à peu près stationnaire » (1871).

13 Ces deux prêtres sont : Bourgade (1840-1858) et Bois, prêtre savoyard qui dessert Jerba de 1855 à 1869, mais qui est peut-être un Capucin sécularisé.

14 Sur cette question, voir : Dr. F. Arnoulet, « La pénétration intellectuelle en Tunisie avant le Protectorat », Revue africaine, 1er-2e trimestre 1954, p. 140-182.

15 OPM, Lyon, vol. « Répartition », 1853-1881 et 1882-1906.

16 Ordo officii recitandi missaeque celebrandae juxta ritum ac rubricas brevarii et missalis romani ad usum sanctae primatialis ecclesiae Carthaginensis, Alger, 1893, Jourdan. À la suite de ce calendrier liturgique, publié sous l’autorité de Mgr. Tournier, administrateur apostolique, le siège de Carthage vacant (mort de Lavigerie), figure toujours un annuaire comportant la liste des membres du clergé séculier et des congrégations religieuses présentes dans le diocèse.

17 Les conditions et les circonstances du départ de Tunisie des religieux capucins sont étudiées par P. Soumille, Bulletin de littérature ecclésiastique, 1994, op. cit.

18 Ordo, 1893, p. 8-11.

19 Les Pères Blancs (missionnaires d’Afrique) figurent parmi les cinq congrégations masculines autorisées.

20 La dépêche tunisienne, vendredi 1er novembre 1901 : « Les Jésuites à Tunis » ; lundi 16 décembre 1901 « Les congrégations » ; mercredi 1er janvier 1902 : « Les Jésuites transforment la propriété de Khereddine en collège ».

21 Edmond Lecore-Carpentier (1860-1920), d’abord journaliste à Bône (Algérie), arrive à Tunis en 1888 où il fonde en décembre 1889, avec l’appui de la résidence, un journal moderne, quotidien dont le titre même indique que l’information, reposant sur un service télégraphique développé, constitue la base de cet organe de presse. Henri Tridon (1856-1930), ancien officier de cavalerie, arrivé en Tunisie en 1892, d’abord rédacteur en chef de La dépêche tunisienne de mars 1893 à février 1896, retourne à Paris jusqu’en 1900 pour s’occuper de la Tunisie à l’Union coloniale française. Il est à nouveau rédacteur en chef de La dépêche tunisienne d’avril 1901 jusqu’en avril 1904 ; il devient alors rédacteur en chef de La Tunisie française quotidienne. Il publie en 1913 Comment la France perdra ses colonies, une brochure qui dénonce les dangers de l’instruction des Tunisiens.

22 D’après A. Canal, La littérature et la presse tunisienne de l’occupation à 1900, Paris, s.d. (1924), p. 173, Massicault aurait dit à Lecore-Carpentier : « Faites-moi un journal tel que les Français, les étrangers, les Arabes et les Juifs, les francs-maçons et les catholiques, n’éprouvent, en l’ouvrant, aucun frisson ; un journal amorphe qui ne blesse les convictions de personne, et tout le monde le lira ».

23 La dépêche tunisienne, mardi 27 août 1901 : « Encore la question des congrégations ». L’article réfute les arguments des adversaires de l’installation en Tunisie de ces congrégations et conclut : « La question a beaucoup de faces. Quant à nous, journal républicain, sans rien sacrifier de nos convictions, nous eussions vu sans inquiétude s’installer ici Jésuites ou Dominicains, et nous n’aurions tiré de cet événement que d’heureux pronostics pour notre pays d’adoption ». Le mardi 26 novembre 1901, un article intitulé « Nuages à l’horizon » affirme que « leur donner l’hospitalité qu’ils [ces religieux] demandent, c’est conserver à la plus grande France quelques-uns de ses enfants, c’est les empêcher d’aller porter à l’étranger leurs activités, c’est éviter à notre chère patrie une déperdition de ses forces vives ». Même attitude favorable à l’installation des congrégations non autorisées dans La dépêche sfaxienne, dimanche 17 novembre 1901, qui s’aligne sur la position de La dépêche tunisienne, comme L’avenir de Sousse, dimanche 1er décembre 1901 et Le courrier de Bizerte, jeudi 7 novembre 1901.

24 La petite Tunisie, vendredi 20 août 1901 : « À la porte les Jésuites ! » et vendredi 7 novembre 1901 : « Bizerte s’encapucine », à propos de l’ouverture de nouvelles écoles congréganistes.

25 Victor Communaux (1849-1932), originaire d’Arnay-le-Duc (Côte d’Or), où il a été conseiller municipal, a résidé en Algérie de 1883 à 1889 comme géomètre et commissaire-priseur, et est arrivé en Tunisie comme commissaire-priseur en octobre 1889. Ce titre de « vieux lutteur » lui avait été attribué par un article sous forme de parodie de La Tunisie française, samedi 29 mai 1897, signé GSC, abréviation de Georges Sadnac, pseudonyme de Georges Candas. Article paru quelques semaines après l’inauguration du port de Sfax (24 avril 1897), cérémonie au cours de laquelle Communaux, au nom du 3e collège, avait prononcé un discours par lequel il revendiquait « le monopole des idées républicaines en Tunisie ».

26 H. Bec, Ligue française de l’enseignement. Le rôle de la Ligue en Tunisie, Tunis, 1927, 8 p. Citation extraite de la p. 1 : « Une œuvre d’un quart de siècle ».

27 La Ligue française de l’enseignement et les Jésuites en Tunisie, Tunis, 1901,11 p.

28 Le Bulletin indique sur sa couverture : « Cette publication est honorée d’une souscription de M. le résident général et de la direction de l’Enseignement ». Stephen Pichon, alors résident, a été proclamé « président d’honneur ». Mais les relations entre la Ligue et Louis Machuel, directeur de l’enseignement en Tunisie (1883-1907), n’étaient pas chaleureuses en raison du soutien apporté par ce dernier à l’enseignement congréganiste : en 1899, Communaux avait publié une Note sur l’enseignement primaire, le lycée, l’école secondaire (Tunis, 22 p.), qui dénonçait l’emprise des congrégations sur les écoles de la Régence et la faiblesse de l’instruction laïque dans le pays. On peut penser que, par cette souscription en faveur de la Ligue, Machuel veut se faire pardonner l’attitude qu’il avait eue dans un passé récent à l’égard des congrégations.

29 La dépêche tunisienne, dimanche 23 février 1902.

30 Sur la culpabilité de Dreyfus, Lecore-Carpentier a changé d’opinion entre 1894 et 1899 : son journal qui dénonçait « le traître » jusqu’à la fin de 1896 devient plus objectif en 1897 et admet l’innocence de l’accusé à la veille du procès de Rennes (juin 1899).

31 La dépêche tunisienne, samedi 22 novembre 1902, « bulletin », suivi d’une « note de la direction politique » signée E.L-C.

32 La dépêche tunisienne, mardi 31 décembre 1901 : « Une nouvelle congrégation » ; dimanche 16 novembre 1902 : « Ferryville, écoles », article qui admet même que sans cette école congréganiste qui a reçu de nombreux élèves, « les instituteurs laïques auraient probablement été débordés ».

33 À son départ de Tunisie, cette congrégation jouera de malchance : redoutant une confiscation de son domaine de Mateur, elle le vend à une société allemande qui sera mise sous séquestre pendant l’été 1914 !

34 Sur l’émergence pendant cette année 1903 des forces républicaines et laïques, voir C. Liauzu et P. Soumille, « La gauche française en Tunisie au printemps 1906 : le congrès républicain, radical et socialiste de Tunis », Le mouvement social, no 86, janvier-mars 1974, p. 55-78. Particulièrement p. 57-69 sur les circonstances du congrès et les forces qui y sont représentées.

35 Tous ces chiffres sont extraits du Rapport au président de la République sur la situation de la Tunisie en 1901, Paris, 1902, chap. 5, enseignement public, et annexe K, p. 186-197. Chiffres déjà publiés par P. Soumille, Européens de Tunisie et questions religieuses (1892-1901), étude d’une opinion publique, Paris, CNRS, 1975, p. 149 et sq.

36 Ordo, op. cit., annuaire du clergé, année 1913.

37 Il s’agit d’une lettre datée du 22 mai 1903 et lue dans toutes les églises de Tunisie le dimanche 24 mai, pour protester contre le projet d’expulser les congrégations non autorisées, y dénonçant « les sectaires » et particulièrement « la secte toute-puissante » par cette citation de l’archevêque d’Aix, Gouthe-Soulard, qui avait dit naguère : « Nous ne sommes pas en République, mais en franc-maçonnerie ».

38 Quinze ans de vie catholique en Tunisie (1920-1935), lettre pastorale de Mgr. Lemaître, s.l.n.d., Tunis, 18 p.

39 Ordo, 1946, supplément de l’Ordo, annuaire du clergé de l’archidiocèse de Carthage, 68 p. ; Ordo, 1958, annuaire du clergé, 94 p.

40 Sur le rôle et l’action des Sœurs Blanches dans la formation des filles et femmes tunisiennes, voir P. Soumille : « Du rôle et de l’action des religieuses catholiques dans la formation quotidienne, artisanale et professionnelle, des jeunes filles et des femmes tunisiennes au temps du Protectorat », communication au colloque Histoire des femmes au Maghreb, Tunis, octobre 1996.

41 Les Sœurs missionnaires de Saint-Norbert tiennent un dispensaire à Bizerte, les Sœurs du Très Saint Sauveur (de Niederbronn) ont une maison de retraite à La Marsa et une clinique (Saint-Augustin) à Tunis, les Petites sœurs de l’Assomption s’occupent à Tunis, à Sfax et à La Marsa des soins des malades pauvres à domicile.

42 Le Modus Vivendi du 9 juillet 1964, signé entre la Tunisie et le Vatican, prévoit en son article 9 que « le gouvernement de la République tunisienne autorise les établissements scolaires (école, collège, jardin d’enfants, pouponnière) ou hospitaliers (clinique et dispensaire) appartenant à des associations, des sociétés civiles ou anonymes à participation religieuse et dont la liste figure à l’annexe VI, à continuer à exercer leur activité et leur accordera le bénéfice de sa bienveillance tant qu’ils se conformeront aux lois, règlements et programmes en vigueur en Tunisie ». Cette annexe VI comporte une liste de trente-trois établissements d’enseignement privé et une autre liste de huit établissements hospitaliers et garderies. Dans les établissements scolaires de Tunisie, la première réforme des programmes allant vers leur tunisification, par l’abandon des programmes de type français, a été appliquée à la rentrée d’octobre 1958. D’autres réformes suivront dans les années soixante.

43 Nous avons pu consulter à Tunis, 31 rue de la Kasbah, avant la fermeture récente de cette « École de l’Étoile », les archives qui comprenaient : un « registre destiné à l’historique de cette communauté de Tunis (1855-1907) » ; un « registre destiné à continuer l’historique de la maison de Tunis (1907-1965) » ; plusieurs registres d’inscription des élèves 1855-1921 ; le Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves des Frères des écoles chrétiennes de Tunisie, à partir de 1925, ladite association datant de 1900.

44 Voir supra, notes 5 et 6.

45 « Registre historique (1855-1907) », p. 14, mai 1865, chiffres publiés à l’occasion de la visite à Tunis d’un supérieur, le Frère Sylvestre.

46 Texte de cette convention rédigée en trois exemplaires, l’un déposé au consulat de France, l’autre à la mission catholique, et le dernier envoyé au supérieur général des frères, dans le « Registre historique (1855-1907) ». L’évêque verse 700 F pour chacun des quatre frères qui enseignent et 600 F pour celui qui gère le temporel, au total 3 400 F par an.

47 « Registre », p. 12 : « rétribution mensuelle de 5 piastres (3 F) de tous les élèves fréquentant le quartier français (école française) ».

48 « Registre », p. 13, janvier 1865, allocation annuelle de 700 F de l’Œuvre des écoles d’Orient ; p. 14, le consul anglais Wood obtient du Conseil de Malte une somme annuelle de 250 F pour les élèves pauvres maltais ; p. 19-23, interventions du consul français Roustan.

49 « Registre », p. 24-29.

50 Ibid., p. 30-32. Les trois directeurs sont : Édouard Badet (Frère Angel), Jean-Étienne Cabanel (Frère Longils) et Pierre Neugan (Frère Géraud de Jésus).

51 Ibid. Sur l’attitude favorable de Machuel envers les congrégations au début du Protectorat, et qui lui sera reprochée par les milieux laïques dans les années 1900, voir supra, note 28.

52 Ibid., p. 32-33, avec cette note marginale : « Son Éminence [Lavigerie] vit ce rapport et en fut satisfait ».

53 Ibid.

54 Ibid., p. 50-51. Machuel « fait l’éloge des frères dont il n’a qu’à se louer ». Auparavant, selon La dépêche tunisienne, mercredi 7 juin 1893, p. 3, le directeur de l’établissement énumère « par nationalité, le nombre des élèves qui viennent dans les écoles des frères étudier la langue française et apprendre, en même temps, à connaître et à aimer la France ».

55 « Registre », p. 53.

56 Ibid., p. 61-65. Il est intéressant de noter que parmi les douze anciens élèves qui ont fondé cette association, onze sont Maltais ou Italiens et que seul le président, Albert de Matteis, avocat, a acquis la nationalité française en 1890, alors qu’il était sujet anglais, d’origine maltaise.

57 « Registre », passim, années 1905-1906. La Tunisie française de Victor de Carnières défend les frères tandis que La dépêche tunisienne soutient la législation contre les congrégations. Le courrier tunisien, radical-socialiste, Le Républicain et La petite Tunisie publient des articles d’un ton violent, voire agressif, contre le maintien de l’école de la rue de la Kasbah. La conférence consultative a consacré deux séances le 2 juin 1905, matin et après-midi, à discuter de la laïcisation, au cours desquelles de Carnières s’est opposé à Communaux et à Lecore-Carpentier.

58 Il s’agit du rapport de Paul Lafitte, alors rédacteur en chef de La dépêche tunisienne, qui demande « la laïcisation de toutes les écoles en Tunisie ».

59 « Registre historique (1907-1965) », année 1915.

60 Ibid., année 1921, 17 décembre.

61 Nous avons pu consulter, dans les années soixante-dix, en Tunisie, les archives des maisons de Tunis (Sidi-Saber), de Sousse, de Monastir et de Sfax ; en France, celles de la maison-mère, alors avenue de la Capelette à Marseille, aujourd’hui à Fontenay-sous-Bois. Nous les citerons en référence sous le sigle assj.

62 ASSJ Tunis, registre « Historique Sidi-Saber », école de filles de la rue Sidi-Saber, Tunis.

63 Voir supra, note 4.

64 Ibid.

65 assj Tunis, registre « Historique ».

66 assj Tunis, Vieux registre des écoles et pensionnats (1882-1946).

67 assj Tunis, registre Correspondance (1867-1893).

68 Ibid.

69 Ibid. Arrêté du 13 février 1886, article 6.

70 Ibid. Article 5 du même arrêté.

71 assj Tunis, registre « Direction de l’enseignement (1888-1955) », p. 68. Vieux registre des écoles et pensionnats.

72 assj Tunis, registre « Personnel de la Maison ».

73 Ces religieuses sont ainsi réparties par départements d’origine : Aveyron 23, Tarn 6, Lot 2, Ariège 1, Hautes-Pyrénées 1, Ardèche 1.

74 Morbihan 2, Ille et Vilaine 3.

75 Hérault 1, Bouches-du-Rhône 2, Var 1, Basses-Alpes 1.

76 assj Tunis, registre « Historique ».

77 Ibidem.

78 Rapport sur l’hôpital européen de Tunis adressé à MM. les Consuls des diverses puissances en Tunisie, Tunis, 1878, 4 p. L’auteur est L. Van Gaver. L’hôpital a accueilli 133 malades pendant l’année 1877 mais fermera sans le secours financiers des consulats.

79 P. Soumille, Européens de Tunisie…, op. cit., p. 57-58.

80 Voir supra, note 40.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5018/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

Auteur

IHCC, Université de Provence

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.