Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Deuxième partie. Parcours politique

Les relations entre les syndicalismes tunisien et européens de 1944 à 1956

Abdesslem Ben Hamida

Texte intégral

1Parmi les institutions qui ont fleuri à l’époque coloniale, et qui ont profondément marqué l’histoire contemporaine de la Tunisie, le syndicat, dont la précocité de l’implantation dans ce pays a souvent retenu l’attention, occupe une place de premier plan. L’insertion de la solidarité syndicale dans une société en mutation, où le noyau de prolétariat naissant, parcouru de clivages plus ou moins profonds, appartient à des communautés variées, en fait d’emblée un enjeu majeur dépassant largement le niveau social. Ainsi, l’étude des relations du syndicalisme tunisien avec les mouvements similaires européens à l’époque coloniale est étroitement liée à celle des rapports entre les différentes communautés de la Régence, du seul fait déjà que les centrales syndicales françaises disposent de sections en Tunisie, organisant des salariés appartenant à diverses nationalités.

2Il s’agit d’abord de l’Union départementale de la CGT, qui regroupait au lendemain de la Seconde Guerre mondiale l’essentiel des syndiqués du pays et d’où sont issus les syndicats tunisiens dits « autonomes » à la suite de la scission consécutive au congrès de l’Union départementale des 18 et 19 mars 1944. C’est ce qui explique le choix de notre première date limite, dont l’importance réside également dans le fait que les « autonomistes » sont à l’origine de la constitution de l’Union générale des travailleurs de Tunisie (UGTT), fondée le 20 janvier 1946, et qui s’est imposée comme la principale centrale syndicale à l’époque coloniale, et Tunique depuis. L’Union départementale de la CGT a connu une seconde scission en octobre 1946, lors de sa transformation en Union syndicale des travailleurs de Tunisie (USTT), qui a donné naissance le 23 février 1947 au Cartel des syndicats fédérés. Au début de 1948, cette organisation rejoindra les scissionnistes métropolitains de décembre 1947, suite à la fondation de Force ouvrière, pour former l’Union des syndicats de Tunisie CGT-FO. Quand on rappelle qu’il existe également une section de la Confédération française des syndicats chrétiens (CFTC), on saisit fort bien que les débats du mouvement ouvrier français et par là-même européen sont présents et ne sont pas toujours perçus comme étrangers aux préoccupations tunisiennes, au moins pour ce qui est de la période coloniale qui se prolonge jusqu’au 20 mars 1956, date de l’indépendance du pays et autre date limite de cette communication.

3En prenant pour point de départ Tannée 1944, nous pouvons insister sur la nature de la rupture avec la CGT opérée par le groupe de syndicalistes tunisiens formés au sein de cette centrale, et qui se sont identifiés avec les objectifs du mouvement ouvrier français, pendant de longues années. C’est là l’objet de notre première partie. Quant à la seconde, elle portera sur les relations entre les syndicats tunisiens et français de Tunisie au lendemain de la scission de 1944. La troisième présentera l’évolution des rapports de l’UGTT avec les centrales européennes à partir de l’adhésion de la centrale tunisienne à la Fédération syndicale mondiale, alors que la dernière partie sera consacrée aux répercussions du changement d’affiliation du syndicalisme tunisien – qui opte en mars 1951 pour la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) –, sur ses rapports avec les syndicats européens.

DU SYNDICALISME FRANÇAIS AU SYNDICALISME TUNISIEN : RUPTURE ET CONTINUITÉ

  • 1 Il s’agit de l’ouvrage de Tahar Haddad, imprimé à l’Imprimerie arabe en 1927, qui est disponible e (...)

4Implantée dans le pays dès la première décennie du XXe siècle, la CGT a incontestablement joué un rôle majeur dans la formation d’une élite indigène, dont quelques militants se sont initiés au combat ouvrier aux côtés d’activistes internationalistes, notamment d’anarchistes italiens qui se sont illustrés dans les premières grandes grèves du début du siècle. Bien que dominante, l’influence de la centrale syndicale française n’est pas, au début, exclusive. En effet, le principal leader de la première centrale syndicale tunisienne, la Confédération générale tunisienne du travail (CGTT), fondée en 1924, M’Hamed Ali, s’est formé en Allemagne où il avait suivi des cours d’économie politique, et il a pu transmettre une partie de son expérience grâce à l’ouvrage de l’un de ses compagnons, Tahar Haddad, publié à Tunis en 19271. Toutefois, la CGTT reconstituée en 1937 n’a pas pu attirer à elle la génération de syndicalistes tunisiens formée au sein de la CGT à partir du milieu des années trente. Elle n’a pas non plus, de par l’indigence de son programme, élaboré une pensée syndicale susceptible de remettre en cause durablement l’approche cégétiste. C’est pourquoi seule la rupture de mars 1944 a pu fournir l’élan décisif au syndicalisme tunisien, puisque les principaux promoteurs de cette décision se retrouvent à la tête de l’UGTT au-delà même de la période coloniale, jusqu’à un passé très proche. Ce qui donne une importance particulière aux arguments invoqués lors de cette rupture, car ils constituent la principale composante de ce que Ton pourrait appeler le discours « fondateur » du syndicalisme tunisien, qui va être en tant que tel auréolé et valorisé.

5Il est d’ailleurs significatif qu’un des premiers actes qui ont suivi la rupture soit la rédaction d’un tract, daté du 6 novembre 1944, et intitulé « La vérité sur le syndicalisme de 1936 à nos jours ». Il est non moins significatif qu’on y parle de syndicalisme au singulier. On y suit la politisation croissante des syndicats CGT en France et en Afrique du Nord, que les auteurs du document appellent « l’évolution dangereuse et progressive, […] du syndicalisme vers la politique ». On y évoque la Charte d’Amiens de 1906, « qui consacre d’une manière totale et sans équivoque aucune l’indépendance du mouvement syndical à l’égard de toute ingérence de politique de parti ou de politique générale ». On remarque que :

« […] pour la deuxième année, le syndicalisme renonce délibérément à la fête du 1er mai, journée des travailleurs, sous prétexte de ne pas vouloir diminuer l’effort de guerre, alors que les jours fériés officiels sont toujours chômés ».

6Et on ajoute :

  • 2 Ce document, dont un des originaux se trouve dans des archives privées, figure parmi les annexes a (...)

« Il serait bon de rappeler à ce sujet qu’en 1917, au beau milieu de la Grande Guerre, la cgt ordonnait la grève générale pour soutenir de légitimes revendications, faisant ainsi la démonstration de sa vitalité et de son indépendance. Il y a quelques mois à peine en Angleterre, des milliers d’ouvriers mineurs déclaraient la grève, continuant ainsi la tradition révolutionnaire du syndicalisme qui, tout en s’adaptant aux circonstances, n’entend pas moins conserver sa pleine liberté d’action en ne renonçant en rien aux principes sacrés qui font sa force et conditionnent sa raison d’être »2.

7Un autre tract daté du même jour – 6 novembre 1944 –, et signé par le bureau provisoire de l’Union des syndicats autonomes des travailleurs du Sud-Tunisien en formation, annonce :

  • 3 Ibid., p. 115-116.

« Nos statuts seront sensiblement les mêmes que ceux des syndicats de la cgt avec la seule différence qu’ils seront respectés dans l’action »3.

8En somme, non seulement le syndicalisme tunisien se proclame d’emblée comme l’authentique continuateur de l’œuvre syndicale commencée par les Européens, mais il se présente aussi avec les mêmes idéaux, les mêmes principes, la même structure et un discours reprenant les concepts ainsi que les slogans du mouvement ouvrier internationaliste. Ce qui suppose évidemment beaucoup de syncrétisme. Survenue lors d’un congrès marqué par la mainmise communiste sur les syndicats, la scission qui se fait essentiellement contre une stratégie politique mettant au premier plan l’effort de guerre, avec comme slogan majeur « Produire ! Produire ! », amène ses promoteurs, dont plusieurs militent à la CGT au moins depuis 1936, à tenter de limiter les allusions à ce qui les oppose aux adversaires des communistes. Il s’est trouvé dans le noyau de militants de Sfax, au sein duquel émerge la personnalité de Farhat Hached, des personnes pour qui le syndicalisme français n’a pas constitué seulement une école inculquant un certain nombre de principes, mais aussi une pratique syndicale n’excluant pas les manœuvres politiques.

9Doté d’un sens tactique aigu, Hached s’allie dans un premier temps avec un petit syndicat tunisien à direction foncièrement corporatiste créé dès janvier 1944, en dehors de la CGT, avec lequel il constitue en octobre 1944 l’Union des syndicats autonomes du Sud à Sfax. Puis, le 20 janvier 1946, le Congrès constitutif de l’Union générale du travail (UGTT) regroupe avec les syndicats autonomes des différentes régions du pays la Fédération générale des fonctionnaires tunisiens, dont la fondation remonte à 1936. La nouvelle centrale tunisienne est d’abord confrontée à l’Union départementale, qui, dès 1945, se fait appeler Union syndicale de Tunisie de la CGT pour confirmer sa prétention à représenter l’ensemble du « prolétariat » du pays. Ce qui va évidemment marquer les relations du syndicalisme tunisien avec les sections de centrales françaises installées dans la Régence.

LES RELATIONS AVEC LES SYNDICATS FRANÇAIS AU LENDEMAIN DE LA SCISSION

10Pour circonscrire l’influence de la CGT, devenue en octobre 1946 Union syndicale des travailleurs de Tunisie (USTT) en Tunisie, l’UGTT s’empresse de nouer des liens avec ses rivaux présents dans le pays. Il s’agit d’une part des syndicats qui se sont séparés de l’Union des syndicats de Tunisie (CGT), à la suite de sa transformation en USTT et qui ont pris le nom, après leur congrès tenu le 23 février 1947, de Cartel des syndicats fédérés. Bien qu’il s’agisse là d’une organisation regroupant surtout des fonctionnaires français, catégorie sociale de plus en plus perçue comme incarnation tangible du pouvoir colonial, il a été possible de collaborer avec elle à certaines reprises, notamment au sein de la « Commission centrale des salaires », où des positions communes ont été défendues en juillet 1947. Après les événements sanglants du 5 août 1947 :

  • 4 Révolution prolétarienne, no 306-307, août-septembre 1947, p. 34.

« […] la Commission administrative du Cartel de la cgt réunie le 18 août […] s’élève contre l’attitude de l’ ustt qui n’a pas voulu se joindre aux autres centrales sur la position unitaire de défense du minimum vital à 6 000 francs, estimé plus que nécessaire en raison du coût de la vie. Dénonce cette attitude à l’ensemble du prolétariat de Tunisie […]. Stigmatise l’action de l’ ustt , qui, avant que la grève générale de l’ ugtt ait eu lieu, a demandé aux pouvoirs publics l’appui de la force armée pour assurer la sécurité du travail […]. Salue les malheureuses victimes qui rejoignent celles d’un passé lourd en sacrifices »4.

  • 5 Ibid.

11À son tour, dans un communiqué publié par l’UGTT, celle-ci se plaît à « rendre hommage à l’attitude syndicaliste adoptée par la délégation du Cartel et de la CFTC qui n’a pas participé aux travaux de la commission des salaires de laquelle l’administration Ta injustement évincée »5.

  • 6 Georges Lefranc, Le mouvement syndical de la libération aux événements de mai-juin 1968, Paris, Pa (...)

12Au début de Tannée 1948, à la suite de la scission survenue en France en décembre 1947, et de la naissance de la CGT- Force ouvrière (FO), le Cartel des syndicats fédérés rejoint les nouveaux scissionnistes et se transforme en Union des syndicats de Tunisie CGT- FO. Au cours de cette année 1948, l’évolution des revendications des fonctionnaires tunisiens, qui réclament désormais la tunisification de la fonction publique, les amène à se désolidariser de la grève de leurs collègues français du 13 avril 1948, déclenchée conjointement par FO, l’USTT et la CFTC. Les luttes communes entre I’UGTT et FO, présente surtout chez les fonctionnaires français, se trouvent de ce fait pratiquement limitées aux mines du Sud-Ouest, où cette organisation française revendique, en exagérant certainement, 1 500 mineurs tunisiens. Quant à la filiale de la CFTC qui a été reconstituée en Tunisie immédiatement après la guerre, elle ne peut constituer, de par son caractère confessionnel, un véritable concurrent pour I’UGTT. D’autre part, son attachement au pluralisme syndical, que son congrès métropolitain de septembre 1945 « considère comme Tune des expressions les plus hautes de l’exercice de la liberté et de la démocratie », a rendu possible l’établissement de rapports corrects quoique limités6. En juillet 1947, lors des réunions des commissions de révision de salaires, la CFTC, après avoir proposé un salaire minimum de 8 000 F, se rallie à la proposition de l’UGTT, pour revendiquer avec l’organisation tunisienne 6 000 F comme salaire minimum, contrairement à l’USTT, qui demande seulement 5 000 F.

  • 7 Archives de la cftc, Tunis, citées par Pierre Mamet, Les expériences syndicales en Tunisie de 1881 (...)

13Toutefois, bien que plusieurs syndicats chrétiens aient parfois proclamé leur volonté de regrouper des Tunisiens et affirmé la présence de musulmans dans leurs rangs, les congrès de l’Union tunisienne des syndicats chrétiens (CFTC) semblent faire peu de cas des questions spécifiquement tunisiennes. Celui des 7 et 8 décembre 1947, par exemple, se plaint essentiellement du fait qu’il n’y a « plus de tourisme, pas d’hôtels, rien pour attirer les touristes »7. C’est seulement dans le secteur du chemin de fer, où les syndiqués chrétiens sont assez nombreux, que des luttes communes sont signalées, notamment quelques grèves. Les rapports restent limités du fait que l’islam a pris un caractère « nationalitaire », mais aussi par le fait que la Confédération internationale des syndicats chrétiens (CISC) n’a jamais constitué pour l’UGTT une alternative viable.

14Le souci d’être représentée à l’échelle internationale impose à l’UGTT de ménager surtout son adversaire, la CGT à dominante communiste, bien que cette dernière ait déversé un flot d’injures à l’encontre de ses anciens militants. Les nouveaux syndicats tunisiens sont traités de « syndicats jaunes », de « diviseurs de la classe ouvrière », « d’organisations créées à l’instigation des grosses compagnies minières et de transports », et j’en passe. Mais face à la progression rapide des effectifs de la centrale tunisienne, quelque six mois après la constitution de l’UGTT, la commission administrative des syndicats CGT propose l’unité d’action. Les ugététistes répliquent en parlant d’unité organique et les entrevues entre délégations se multiplient. Ainsi, tout en se critiquant, les deux directions syndicales discutent de la réalisation d’une fusion encouragée par la Fédération syndicale mondiale, dominée par les communistes, et qui regroupe alors l’essentiel des organisations syndicales de par le monde. Au mois d’août 1946, un délégué de la FSM, Mac Whinnie, arrive à Tunis pour participer aux discussions. Il sera suivi par un second délégué, un Libanais, mais en vain. On assiste alors à une alternance de manœuvres révélant un sens tactique exceptionnel, à un débat au cours duquel les retournements d’arguments sont fréquents, et à des luttes communes entrecoupées de grèves séparées suivies de courtes ruptures.

15Le fait que la plupart des syndicats CGT se transforment en octobre 1946 en USTT prenant une allure tunisienne n’arrête pas le processus. Les cégétistes tunisiens visent alors notamment à priver l’UGTT de son argument favori, à savoir le caractère étranger de leur organisation. Puis, après la crise qui a suivi la grève générale lancée par l’UGTT le 4 août 1947, et qui a débouché sur les événements sanglants du 5 août à Sfax, au cours desquels la direction de l’USTT s’est désolidarisée des grévistes, les ugététistes soucieux d’obtenir l’affiliation à la FSM, qui ne pouvait pas se faire sans l’aval de la CGT, sont amenés à renouer avec les dirigeants communistes. Ces derniers, sensibles à l’évolution du contexte international, font un geste de leur côté dès le mois d’octobre 1947. Les grèves communes se multiplient alors et contribuent à faire accepter l’UGTT à la FSM.

LES RELATIONS SYNDICALES TUNISO-EUROPÉENNES AU SEIN DE LA FSM

16Dès sa constitution, l’UGTT s’est empressée de demander son adhésion à la Fédération syndicale mondiale, qui ne sera pas acceptée avant le mois de janvier 1949, c’est-à-dire au bout de trois ans. Ce qui témoigne du poids de la CGT à direction communiste au sein de cette structure, dont le secrétaire général était le cégétiste français Louis Saillant. La centrale syndicale tunisienne accède à cette Internationale juste au lendemain du retrait de certaines organisations ouvrières du monde occidental, aux États-Unis et en Europe, notamment en Angleterre, Hollande et Belgique. L’adhésion de l’UGTT n’a été possible que grâce à l’amélioration de ses relations avec l’USTT, qui a déjà été autorisée à représenter la Tunisie, juste après sa constitution. La CGT semblait même espérer faire aboutir par ce biais des pourparlers entamés depuis 1947, sous l’égide de la FSM, et censés unifier les deux centrales syndicales de la Régence.

17L’année 1949 permet de déclencher de nombreuses grèves communes, dont l’une des plus imposantes dure 45 jours dans les mines de phosphates du Sud, mobilisant 4 000 grévistes d’obédience syndicale UGTT, USTT et FO à partir du 18 février. Mais on assiste aussi à une rencontre des stratégies syndicales de la centrale tunisienne avec l’USTT Cette dernière, s’identifiant avec les intérêts du bloc communiste, renforce son combat anticolonial et perd de ce fait beaucoup de ses militants français, surtout des fonctionnaires qui, par un processus commencé déjà au cours des années trente, s’éloignent des forces de gauche. Elle n’arrête pas pour autant l’hémorragie de Tunisiens que le renforcement du nationalisme pousse vers l’UGTT. En position de force, la centrale tunisienne semble avoir hérité de la CGT, comme d’ailleurs sa rivale, une doctrine en matière syndicale qui peut se résumer en un slogan, « Une seule classe ouvrière, une seule organisation syndicale », bien qu’elle participe avec les communistes au Mouvement mondial des partisans de la paix. Elle n’est plus enthousiaste à l’idée de réaliser une unité organique. Elle cherche tout simplement à attirer dans ses rangs les militants qui restent à l’USTT, dont la présence en milieu tunisien est réduite, à l’exception de la région des mines du Sud-Ouest.

18Qui plus est, la politisation croissante du syndicalisme tunisien l’amène à mettre au premier plan l’intérêt du mouvement de libération nationale qui, estime-t-on alors, a surtout besoin du soutien du bloc occidental, lequel venait de se doter, à partir de 1949, d’une Internationale opposée à la FSM. Les rangs de cette dernière ne comportent plus, à côté des syndicats des Démocraties populaires, que les syndicats occidentaux à direction communiste. Les démêlés avec les cégétistes deviennent d’autant plus inacceptables que le fait de rester à la FSM, qui a toujours préféré l’USTT à l’UGTT, risque de priver du dialogue avec les autres syndicats européens. Il y a en quelque sorte un refus du face à face, auquel est confinée dorénavant la centrale tunisienne, qui a toujours cherché à sortir de la médiation exclusive de la CGT dans ses relations avec le monde occidental, dont le chef de file incontesté et incontestable, les États-Unis d’Amérique, joue un rôle important au sein de la CISL. D’ailleurs, c’est, entre autres, par le biais d’Irving Brown, représentant des syndicats américains en Europe, que les liens vont être noués avec la Confédération internationale du monde dit libre.

19Il faudrait peut-être ajouter que parmi les syndicats avec lesquels l’UGTT instaure un dialogue, au sein de la FSM, les Yougoslaves occupent une position particulière. Ainsi, leur exclusion prononcée le 14 mars 1950 n’a pas manqué d’aggraver le malaise ressenti par les ugététistes. Ils critiqueront une année plus tard, lors de leur congrès de mars 1951, cette mesure prise d’après eux :

  • 8 Rapport sur les relations extérieures, p. 11.

« […] pour l’unique raison que le gouvernement du maréchal Tito n’a pas suivi la voie des autres Démocraties populaires dans leur soumission à la politique de Moscou »8.

20Dans tous les cas, l’adhésion à la CISL vise incontestablement, entre autres, l’élargissement de l’éventail des alliances de l’UGTT en Europe. Qu’en sera-t-il dans les faits ?

L’ADHÉSION DE L’UGTT À LA CISL ET SON IMPACT SUR SES RELATIONS AVEC LES SYNDICATS EUROPÉENS

21L’adhésion à la CISL constitue un tournant décisif dans l’histoire syndicale tunisienne. Les ugététistes l’ont bien compris, puisqu’il a fallu réunir successivement la commission administrative, le conseil national, puis le congrès, pour discuter de la rupture avec la FSM, et c’est à la plus haute instance, à savoir le congrès, qu’à été directement dévolue la tâche de se prononcer sur l’adhésion à la CISL. Le rapport sur les relations extérieures présenté au quatrième congrès national de mars 1951, explique que le choix d’adhérer à la CISL n’est pas dû à un alignement idéologique. Il résulte avant tout de la nécessité de privilégier ce qu’il appelle :

  • 9 Ibid., p. 17.

« L’appui de la classe ouvrière qui exerce une influence réelle sur la politique qui nous asservit […] Et par elle nous nous assurerons des alliés et des appuis à l’extérieur tout en en privant notre adversaire »9.

22Au cours de l’année 1952, bien que les ugététistes soient victimes d’une répression, d’autant plus brutale que leur participation à la lutte de libération nationale était considérable, et malgré des rapports particulièrement tendus entre la plupart des dirigeants syndicalistes français et tunisiens, Hached ne désespère pas de la solidarité ouvrière. Il lance un appel aux travailleurs français se trouvant en Tunisie :

  • 10 La presse du 22 mars 1952.

« Nous avons pris l’engagement solennel […] de ne jamais permettre que des considérations raciales, religieuses ou autres puissent prévaloir sur le droit imprescriptible au travail et à la sécurité de l’emploi […]. Notre organisation syndicale qui se réclame de la réelle solidarité ouvrière qui unit les travailleurs du monde entier, avait le devoir d’attirer l’attention de la masse des travailleurs et salariés français et de toutes conditions, afin de les mettre en garde contre les manœuvres des mauvais bergers »10.

23Le 26 juillet 1952, Hached s’exprime, dans un appel à tous les travailleurs de Tunisie, en ces termes :

  • 11 Cité par N. Fenniche, Farhat Hached et le syndicalisme tunisien, thèse de 3e cycle préparée sous l (...)

« Le syndicalisme tunisien […] entend associer tous les salariés, sans distinction d’aucune sorte, dans la défense de leurs intérêts, pour un travail digne, pour une vie meilleure, pour un avenir plus serein […]. Le syndicalisme international nous trace la voie de la fraternité, sachons nous y engager sans préjugés […]. La Tunisie […] ne sera ni la Tunisie raciste, ni la Tunisie inhospitalière telle que vous la dépeint chaque jour une propagande intéressée […]. La Tunisie que nous voulons, ce sera donc la Tunisie tolérante et accueillante, où seront cultivés l’amitié et l’amour du prochain »11.

24Hached trouve beaucoup de difficultés dans ses relations avec FO, dont la doctrine en matière de politique coloniale est difficile à concilier avec les intérêts tunisiens. Il maintiendra cependant le dialogue avec cet autre membre de l’Internationale du monde occidental, tout en insistant auprès de la CISL pour exercer des pressions. Ce qui dans l’ensemble a été plus ou moins bien réalisé et a nécessité un renforcement des liens avec une organisation anti-communiste, qui voulait faire de la centrale tunisienne une sorte de fer de lance pour son projet de s’implanter dans le monde colonial.

25Toutefois, les relations avec des organisations syndicales, même à direction communiste, n’ont pas totalement cessé. C’est le cas avec l’USTT, avec laquelle des grèves communes sont signalées notamment dans les mines. Cette collaboration, dont se plaint FO, est parfois démentie dans la correspondance du secrétaire général de l’UGTT avec celui de la CISL, pour des raisons tactiques évidentes. En décembre 1951, par exemple, Hached écrit à Oldenbroeck : « Nous n’avons aucun contact ni direct, ni indirect avec l’USTT ». D’ailleurs, pratiquement toutes les centrales syndicales du monde dénonceront l’assassinat de Hached le 5 décembre 1952.

26À partir de 1954, les contacts directs avec les Européens se multiplient. Pour le seul mois de septembre 1954, Ahmed Ben Salah se rend à Bruxelles, siège de la CISL ; Mustapha Filali assiste en Hollande à une rencontre syndicale consacrée à des études concernant l’économie européenne, alors que Mohamed Kraïem et Béchir Bellagha vont étudier les coopératives en Yougoslavie. Juste après, en octobre Ahmed Ben Hamida se rend en France.

  • 12 P. 86. Cette brochure étant rédigée en arabe, il s’agit ici d’une traduction personnelle.
  • 13 P. 84.
  • 14 Ibid.

27Commentant la présence d’Ahmed Ben Salah, en avril 1955, au Congrès de la Confédération italienne des syndicats de travailleurs (CISL), le rapport moral présenté au sixième congrès national tenu en septembre 1956, la qualifie « d’autre occasion que le secrétaire général a exploitée pour renforcer les liens d’amitié qui unissent les mouvements syndicaux en Méditerranée »12. Ahmed Ben Salah est également présent au Congrès des syndicats yougoslaves en mai 1955, alors qu’en 1956 c’est au tour d’Ahmed Ben Hamida de représenter l’UGTT au Congrès des syndicats à Malte. Ce même rapport moral de 1956 parle d’un Congrès européen du travail, tenu à l’instigation de « socialistes », et auquel Ahmed Ben Salah a assisté à la fin du mois d’avril 1956. Les principaux thèmes présentés au cours de cette rencontre par le responsable syndical tunisien font référence à la nécessité de créer « un bloc nord-africain constitué de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc, unifiant les efforts de ces pays pour faciliter l’établissement de relations d’amitié et d’alliance avec l’Europe »13. Il fait appel à la compréhension envers l’Afrique du Nord pour que cette dernière réalise « sa révolution politique et sa révolution économique en accord avec l’Europe et non contre elle. » Dans ces conditions, l’alliance de ces pays, dit-il, pourrait se faire « dans l’intérêt des forces progressistes des deux continents »14.

28Au-delà de l’étonnante actualité de ces propos, il faudrait peut-être retenir, en conclusion, que le discours solidariste s’accompagne souvent d’une demande de réciprocité. C’est à ce prix que la solidarité syndicale internationale est perçue comme pouvant enjamber les clivages entre les différentes communautés, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Il importe également de noter que, malgré la colonisation, le dialogue entre les salariés appartenant aux différents syndicats n’a jamais cessé. Qui plus est, le langage, en partie codé, utilisé, les principes affirmés, les slogans affichés, sont pratiquement les mêmes. Ils ont été forgés par le mouvement syndical européen, dont la CGT a longtemps constitué, en tant que principale école du syndicalisme en Tunisie, le médiateur exclusif. Toutefois, il a appartenu à l’UGTT d’élaborer à partir des concepts et des principes retenus, une stratégie qui tout en affirmant sa fidélité au syndicalisme international, a tenté de le concilier avec les préoccupations nationales populaires. Ainsi s’est enracinée dans le pays une solidarité globale garante de la poursuite du dialogue avec d’autres peuples, et transcendant les différents clivages.

Notes

1 Il s’agit de l’ouvrage de Tahar Haddad, imprimé à l’Imprimerie arabe en 1927, qui est disponible en langue française depuis 1985 grâce à la traduction de Abderrazak Halioui, Les travailleurs tunisiens et l’émergence du mouvement syndical, Éd. Maison arabe du livre et Beit Al-hikma.

2 Ce document, dont un des originaux se trouve dans des archives privées, figure parmi les annexes accompagnant notre mémoire de maîtrise d’histoire soutenu à Nice en 1971, p. 117-122. Notre travail est intitulé : Les débuts du syndicalisme tunisien de 1944 au 5 août 1947 à Sfax.

3 Ibid., p. 115-116.

4 Révolution prolétarienne, no 306-307, août-septembre 1947, p. 34.

5 Ibid.

6 Georges Lefranc, Le mouvement syndical de la libération aux événements de mai-juin 1968, Paris, Payot, 1969, p. 98.

7 Archives de la cftc, Tunis, citées par Pierre Mamet, Les expériences syndicales en Tunisie de 1881 à 1956, diplôme préparé sous la direction de J. Berque, École pratique des hautes études, Paris, 1966, p. 206.

8 Rapport sur les relations extérieures, p. 11.

9 Ibid., p. 17.

10 La presse du 22 mars 1952.

11 Cité par N. Fenniche, Farhat Hached et le syndicalisme tunisien, thèse de 3e cycle préparée sous la direction de Robert Mantran, Aix-Marseille, 1972, p. 213-214.

12 P. 86. Cette brochure étant rédigée en arabe, il s’agit ici d’une traduction personnelle.

13 P. 84.

14 Ibid.

Auteur

Université de Tunis I, La Manouba

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540