Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Deuxième partie. Parcours politique

La Tunisie de l’amiral Estéva

Jacques Cantier

Texte intégral

1La décennie inaugurée en Tunisie par les célébrations du cinquantenaire du Protectorat et la visite du président Doumergue s’achève par l’effondrement français de 1940. Le simple rapprochement de ces événements suggère l’altération qui a pu affecter l’image de l’État protecteur. C’est dans ces circonstances difficiles que la Tunisie est confiée pour la première fois de son histoire à un amiral, Jean-Pierre Estéva, nommé à la fin du mois de juillet 1940 en remplacement de Marcel Peyrouton appelé à Vichy. Résident général en principe à titre provisoire, Estéva reste en poste jusqu’en mai 1943, au moment où les forces allemandes évacuant la Tunisie l’obligent à rentrer en France. Il ne saurait être question de prétendre résumer ici l’histoire extraordinairement complexe de la Tunisie en guerre, mais plus modestement d’évoquer à travers l’action d’un des dignitaires du régime de Vichy – le premier qui sera traduit devant la Haute cour de justice en 1945 – quelques-unes des questions posées par cette période complexe.

TUNISIE, ANNÉE 1940

2La première de ces questions concerne la latitude d’action dont pouvait disposer en juillet 1940 le résident général de France en Tunisie. Pour y répondre, il faut brosser un rapide tableau de la situation dont hérite l’amiral Estéva avant de s’interroger sur ses moyens d’action et ses aptitudes administratives.

État des lieux au lendemain de l’armistice : une souveraineté française fragilisée

  • 1 Pour l’historique du mouvement national tunisien, on peut renvoyer aux études classiques de Charle (...)

3Deux menaces pouvaient contribuer à fragiliser la présence française en Tunisie. La première, liée à la situation intérieure du Protectorat, semble provisoirement contenue. Depuis 1938, le nationalisme tunisien, qui avait connu un essor important au lendemain du congrès de Ksar-Hellal dans le sillage de son leader charismatique Habib Bourguiba, semble en effet sur la défensive. La tentative de dialogue entre les autorités et les nationalistes amorcée au début du Front populaire est rompue depuis les événements d’avril 1938. Au lendemain des émeutes de Tunis, la résidence générale a choisi le retour à la répression, à la grande satisfaction des « Prépondérants ». Le parti libéral constitutionnel – et donc les deux Destour qui en étaient issus – est alors dissous, une vingtaine de leaders, dont Bourguiba, sont arrêtés et inculpés pour complot contre la sûreté intérieure de l’État1. En mai 1940, ils sont transférés du fort Saint-Nicolas à Marseille, dans l’attente d’un procès qui n’aura jamais lieu. Du côté français, la déclaration de guerre et les nécessités de la défense nationale apportent une nouvelle légitimité à la lutte contre toute remise en cause de l’ordre colonial. La proclamation de l’état de siège et le rétablissement de la censure donnent ainsi de nouvelles armes au pouvoir et la pression policière se renforce autour des militants du Néo-destour qui ont mis en place une organisation clandestine dont la principale figure est le docteur Thameur. Dans ces conditions, la défaite française n’a pas de conséquences immédiates en Tunisie. Toutefois, de 1940 à 1942, tracts, pétitions, manifestations et sabotages attestent du maintien d’une agitation tunisienne entretenue par un mouvement nationaliste privé de ses chefs et dans lequel une nouvelle génération placée précocement à des postes de responsabilité est tentée par une radicalisation de l’action.

4En 1941, à l’occasion de l’anniversaire du traité de protectorat, un tract tire ainsi les leçons de la défaite française :

  • 2 Cité par l’historien italien Romain-H. Rainero dans La commission italienne d’armistice avec la Fr (...)

« Ayant été définitivement défaite, la France ne peut plus justifier sa présence en Tunisie, bien qu’elle prétende encore protéger cette terre. Cette prétention a perdu toute justification : n’étant pas en mesure de se défendre elle-même, comment la France pourrait-elle défendre les autres ? [] Le protecteur est mort, noyé dans les eaux de Dunkerque »2.

  • 3 Ibidem.

5Rassurées pourtant par les succès apparents de la politique autoritaire de compression du mouvement national, les autorités françaises semblent plus sensibles depuis l’automne 1938 à la menace extérieure représentée par l’Italie. Les revendications italiennes sur la Tunisie, la Corse et Djibouti sont à l’origine du voyage en Afrique du Nord effectué en janvier 1939 par Édouard Daladier. L’accueil triomphal réservé alors au président du conseil contribue à réaffirmer la volonté française de se maintenir en Tunisie. Conscient de ne pas avoir remporté une victoire militaire suffisante, Mussolini renonce en juin 1940 à subordonner la signature d’un armistice avec la France à l’acceptation de cessions territoriales en Afrique du Nord. Toutefois, la Méditerranée étant reconnue dans la stratégie de l’Axe comme le domaine réservé de l’allié italien, c’est à lui qu’échoit le rôle d’y contrôler l’application des armistices. L’installation en Tunisie de commissions d’armistice italiennes peut être un moyen de préparer la mainmise sur le Protectorat que Mussolini espère obtenir lors du traité de paix final3.

Un marin à la barre de la Tunisie

6Au lendemain de la défaite, la place prise par la marine et par son chef François Darlan dans le nouveau régime se manifeste par la nomination d’un certain nombre d’amiraux à des postes clefs. Arguant de la tradition coloniale de la marine, Darlan fait ainsi placer un certain nombre de ses proches à la tête des grands commandements de l’Outre-mer. Tandis qu’Estéva est promu à la résidence générale en Tunisie, l’amiral Abrial hérite du gouvernement général de l’Algérie, l’amiral Decoux est nommé en Indochine et l’amiral Robert aux Antilles ; quelques mois plus tard, l’amiral Platon obtient le ministère des Colonies. Ces marins aux états de service souvent prestigieux étaient-ils les hommes qui convenaient à la situation ? Estéva en tout cas ne semble pas en avoir douté si Ton en croit le portrait brossé par le docteur Materi, membre en 1943 du gouvernement tunisien :

  • 4 Cité par François Arnoulet dans Résidents généraux de France en Tunisie, Marseille, Narration édit (...)

« Barbe luisante, front obstiné, petits yeux enfoncés dans les orbites, démarche lente et balancée, un vieux loup de mer… Esprit aussi lourd que la démarche… Sa réflexion : commander un bateau en guerre est la meilleure chose pour apprendre à diriger un pays… Il croit dur comme fer que c’est l’homme qu’il faut à ce poste… »4.

  • 5 Géo London, L’amiral Estéva et le général Dentz devant la Haute cour de justice, Lyon, Roger Bonne (...)
  • 6 Cité par François Arnoulet dans Résidents généraux de France en Tunisie, op. cit., p. 174.

7Commandant des forces navales de Méditerranée pendant la drôle de guerre, préfet maritime de Bizerte au lendemain de l’armistice, ce célibataire de soixante ans connu pour sa ferveur religieuse et sa vie ascétique semble appartenir à la catégorie des moines soldats. « Sert avec fanatisme. Ne vit que pour son métier qu’il connaît admirablement. Modèle de conscience », notait en 1932 le ministre de la Marine5. Durant l’été 1940, De Gaulle en appellera à ses valeurs morales – « Vous Estéva le saint de la Marine ! » – pour lui enjoindre de rallier la France libre. En réalité, la conception doloriste de la religion qui semble caractériser Estéva l’amène plutôt à se retrouver dans le culte de l’expiation par la souffrance et le sacrifice consenti que véhicule le discours pétainiste. « Je suis né le 14 décembre 1880, jour de l’Exaltation de la Sainte Croix. Dieu a voulu par là je pense m’associer à la mémoire du grand sacrifice qui a fondé notre religion et qui soutient notre croyance », écrivait-il ainsi en 19246.

8Mal préparé par une carrière effectuée loin des cabinets ministériels à affronter les problèmes soulevés par la gestion d’un territoire de plusieurs millions d’habitants, Estéva a-t-il su s’entourer de collaborateurs efficaces ? Jacques Vimont, son chef de cabinet, Pierre Laffont et Jean Binoche, respectivement secrétaires généraux de la résidence générale et du gouvernement tunisien, apparaissent comme des diplomates de qualité, d’esprit relativement ouvert, qui tous tenteront en 1942 de convaincre l’amiral de résister à l’installation des Allemands en Tunisie. Assuré toutefois de la justesse de ses intentions, Estéva, imperméable aux critiques, ne semble pas avoir tiré le meilleur parti de ses collaborateurs. Un fonctionnaire de la résidence a pu ainsi noter :

  • 7 Pierre de Font-Réaulx, lettre à René de Chambrun publiée par l’Institut Hoover (Stanford Universit (...)

« L’amiral Estéva était un travailleur acharné ; il avait une méthode assez particulière de commandement consistant à faire le plus possible de choses par lui-même, au lieu de superviser les travaux de ses collaborateurs et de ses directeurs »7.

9Estéva, selon plusieurs témoignages, n’aurait donc vraiment donné sa confiance qu’à Mgr Gounot, archevêque de Carthage, et au directeur de la justice tunisienne, Lamotte, avec qui il assiste chaque matin à la messe de 7 heures à la cathédrale de Tunis.

10À l’intérieur du cadre ainsi défini, la volonté d’affirmer la naissance d’un ordre nouveau se manifeste moins par la définition d’une politique coloniale originale que par les références permanentes à la nécessité d’étendre à l’Empire la Révolution nationale voulue par le Maréchal Pétain.

LA TUNISIE AU TEMPS DE LA RÉVOLUTION NATIONALE

11Est-il légitime de parler de Révolution nationale en Tunisie ? Il est évident que ce terme s’inscrit avant tout dans le contexte de la France métropolitaine traumatisée par le désastre de 1940. Par son rejet de l’égalitarisme démocratique et de l’individualisme libéral dont la IIIe République constituait la synthèse, ce mouvement révèle avant tout la résurgence de vieilles rancœurs hexagonales. Il existe pourtant des affinités évidentes entre le message élitiste, hiérarchique et autoritaire véhiculé par la Révolution nationale et les structures mêmes de la société coloniale. Le rejet de « l’idée fausse de l’égalité naturelle des hommes » vient conforter au niveau des principes Tordre colonial. Lorsque le Maréchal Pétain déclare :

« Il ne suffira plus de compter les voix ; il faudra peser leur valeur pour déterminer leur part de responsabilité dans la communauté »,

12il résume de façon abrupte l’argumentaire sur lequel repose la bonne conscience de l’élite coloniale qui invoque traditionnellement l’œuvre accomplie au service de la mise en valeur du pays pour justifier la légitimité de sa domination.

Aspects de la Révolution nationale

13Dès l’automne 1940, la vie publique est mise en sommeil en Tunisie. Un décret beylical du 21 novembre suspend les sessions du Grand Conseil. Estéva estime en effet que dans les circonstances résultant de l’armistice et de la diminution des échanges commerciaux avec la métropole, les solutions économiques doivent être imposées par l’autorité publique et non discutées au niveau local ; conseils de caïdat et conseils régionaux sont eux aussi suspendus. Partis politiques et syndicats sont également invités à cesser leur activité.

14Si les organismes représentatifs sont mis en sommeil, le régime cherche à mettre en place des relais sociaux. Le principal sera la Légion française des combattants chargée de regrouper au sein d’un même organisme les combattants des deux guerres, appelés à devenir les « chevaliers du Maréchal ». Un échelon nord-africain regroupe les Légions algérienne, marocaine et tunisienne sous la présidence du général François. Cette réunion de l’Algérie, réputée prolongement du territoire métropolitain, et des deux protectorats provoque un certain nombre de critiques, d’ailleurs plus virulentes au Maroc qu’en Tunisie, et entraîne la suppression de cet échelon en décembre 1941.

  • 8 Service historique de l’armée de terre de Vincennes, 1 p. 215 : Institutions du régime de Vichy en (...)

15La Légion tunisienne présidée par le général Goubaux est divisée en cinq régions : Bizerte, Tunis, Le Kef, Sousse et Sfax. En avril 1941, la Légion française des combattants compte 14 000 membres en Tunisie, ce qui indique un engagement relativement important de la communauté française car, contrairement à ce qui se passe en Algérie où ils représentent 40 % de l’effectif, les musulmans sont très minoritaires dans la LFC tunisienne. Sans rencontrer l’enthousiasme ni atteindre l’importance numérique qu’elle a acquis rapidement en Algérie, la Légion tunisienne constitue donc une organisation de masse dont les défilés, les prestations de serment et la présence sur les marchés marquent la période. En 1942 se constitue un noyau dur d’extrémistes, le Service d’ordre légionnaire, que Ton retrouvera au moment de l’occupation allemande8.

  • 9 Archives nationales, AJ 39-68 et 69 : Chantiers de jeunesse en Afrique du Nord.

16Les pouvoirs publics vont également tenter de trouver des appuis auprès de la jeunesse. L’institution la plus importante à cet égard est sans doute constituée par les chantiers de la jeunesse créés durant l’été 1940 pour se substituer au service militaire interdit par l’armistice. Après une période de tâtonnements, les chantiers d’Afrique du Nord sont confiés au début de 1941 au colonel Van Heck qui va leur imposer très fortement sa marque. Deux groupements sont installés en Tunisie : le premier pour les Européens dans la région de Tabarka, l’autre destiné à accueillir de jeunes musulmans dans la région de Sbeïtla. Il s’agit d’un « groupe-pilote » voulu par Van Heck qui aspire à étendre la formule des chantiers à toute la jeunesse d’Afrique du Nord. Créé le 15 mai 1941, le groupement de Sbeïtla a d’abord dû former ses cadres. Afin d’éviter les préjugés pouvant résulter de « l’esprit colon », ceux-ci sont en majorité de jeunes métropolitains qu’un stage de trois mois s’efforce de familiariser avec le pays. Parmi les formateurs, on compte notamment un agrégé d’histoire du lycée Carnot, Charles-Emmanuel Dufourcq. Les consignes sont d’œuvrer à placer les jeunes Tunisiens dans « une atmosphère française adaptée », susceptible de les rallier à la cause du Protectorat et au culte du Maréchal9.

  • 10 Patrie. Revue mensuelle illustrée de l’Empire, novembre 1941.

« Plus de 300 jeunes Tunisiens appartenant aux tribus des Fraïchiches, des Madjeurs, des Hamama et des Ouled-Ayar ont rejoint Sbeïtla cet été. Le groupement s’est fixé un vaste et magnifique programme. Il assure l’exploitation d’une propriété de 1 300 hectares, le domaine de Glaat-El-Attech : pour assurer une meilleure répartition de l’eau de pluie et enrayer le ravinement, il a commencé la réfection des terrasses romaines du Djebel M’Rhila, il construit des routes et des pistes autour de Sbeïtla, capte de nouvelles sources. Dans un prochain avenir, on peut espérer que l’antique Suffetula, dont l’arc de triomphe tout doré par le soleil des siècles rappelle la splendeur, renaîtra parmi les eaux vives et la verdure des jardins et des vergers »10,

17note la revue Patrie, illustrant une fois de plus l’usage illimité des références antiques.

18Une direction régionale de la Jeunesse est par ailleurs créée à Tunis et confiée au chef de Marolles, représentant de Georges Lamirand, délégué général à la Jeunesse de Vichy et subordonné du directeur de l’Enseignement en Tunisie. Sa mission est de contrôler les Mouvements de jeunesse déjà existants et dont le statut est réglementé par un décret beylical du 5 juin 1941. Renonçant à imposer une jeunesse unique, le régime n’en cherche pas moins à imposer sa marque à la formation de la jeunesse, comme le souligne la création d’une école des cadres, saluée par le mensuel Patrie :

  • 11 Ibid.

« À 25 kilomètres de Tunis, dans l’ombre d’un bois de pins, au bord de la mer, dans l’isolement nécessaire à la méditation et dans un site où les activités sportives peuvent se développer sans contrainte en pleine nature, s’est installée l’École des cadres qui deviendra sans doute l’École unique de la jeunesse et des sports. Déjà plusieurs stages conçus sur le modèle qui a été mis au point par l’École nationale d’Uriage ont été organisés à Bir-el-Bey. Professeurs, instituteurs, ingénieurs, moniteurs d’éducation physique ont écouté des conférences, participé à des veillées, manié des outils, ont goûté à la vie simple et rude de l’homme qui retrouve dans la nature les joies élémentaires du jeu et de l’effort physique »11.

19Enfin, une direction régionale à l’Éducation générale et aux Sports œuvre à promouvoir l’enseignement sportif dans le cadre scolaire et à réorganiser le monde du sport fédéral de Tunisie dans l’esprit de la charte rédigée à Vichy par Jean Borotra. Le passage en Tunisie de ce dernier constitue sans doute la plus grande des manifestations de la Révolution nationale, comme le note avec une certaine irritation le consul général d’Italie :

  • 12 Cité par Romain-H. Rainero dans La commission italienne d’armistice…, op. cit., rapport du consul (...)

« Le commissaire à l’Éducation nationale et aux Sports, qui achevait en Tunisie son voyage de propagande en Afrique du Nord, a reçu ici un accueil officiel grandiose, et, aux yeux mêmes de nombreux Français, totalement disproportionné. En réalité, on voulait créer un enthousiasme autour de la manifestation du dimanche 4 mai, qui a réuni tous les jeunes des écoles françaises et arabes, en tenue de gymnastique, rangés en colonne et encadrés par leurs professeurs. La manifestation était prévue de longue date, et la préparation des jeunes avait commencé depuis trois mois. On voulait donner l’impression d’une grande masse juvénile, française et arabe, fraternellement unie, brillante et présente en Tunisie12 ».

20À côté de cette volonté de rassemblement autour du nouveau régime, il est également possible de distinguer en Tunisie la mise en œuvre de logiques d’exclusion qui constituent le deuxième versant de la Révolution nationale. « Il n’y a pas de neutralité possible entre le vrai et le faux, entre le bien et le mal, entre la santé et la maladie, entre l’ordre et le désordre, entre la France et l’anti-France », avait annoncé le maréchal Pétain dès le 15 août 1940. La lutte contre « l’anti-France » ne manque pas de trouver ses prolongements en Tunisie.

  • 13 Voir Claude Nataf : « Les Juifs de Tunisie face à Vichy et aux persécutions allemandes », Pardès, (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid. Contrairement à ce qui se passe en Algérie, les médecins exclus gardent la possibilité d’exe (...)

21La communauté juive de Tunisie est ainsi touchée par l’abondante législation antisémite mise en place par le nouveau régime. Les historiens Michel Abitbol et Claude Nataf ont noté les scrupules manifestés en ce domaine par un résident général qui souligne souvent la filiation juive du christianisme et qui aura à l’égard de la communauté juive plusieurs gestes de sympathie que Ton chercherait en vain chez les autres responsables de Vichy13. On trouve pourtant peu de nuances entre le décret beylical du 30 novembre 1940 et la loi métropolitaine du 3 octobre 1940 portant statut des Juifs. Pour les non-Tunisiens, la loi française est reprise en l’état, pour les Tunisiens on a renoncé par contre à la notion de « race juive » pour se référer à une notion confessionnelle14. Le décret prononce ensuite l’exclusion des Juifs de la fonction publique et leur interdit de siéger dans les conseils des ordres professionnels et d’être propriétaires de journaux ou de cinémas. En métropole, un nouveau statut du 2 juin 1941 élargit la définition du Juif et renforce les exclusions professionnelles en les étendant aux professions libérales. Le décret beylical du 26 juin 1941 enregistre la nouvelle définition et ordonne le recensement des Juifs en Tunisie mais ne contient aucune nouvelle interdiction professionnelle. Toutefois, toutes les organisations de jeunesse juives sont interdites le 5 juin 1941 et un numerus clausus est imposé dans l’enseignement primaire : le nombre des élèves juifs est limité à 20 % du nombre total des élèves. Après le voyage du commissaire général aux questions juives, Xavier Vallat, en août 1941, la législation en matière d’exclusion professionnelle est étendue à la Tunisie : un arrêté du 9 octobre 1941 exclut les avocats défenseurs juifs, tandis qu’un texte du 16 octobre 1941 limite à 5 % du corps médical le nombre de médecins Israélites15. L’occupation allemande de novembre 1942 renforcera cette persécution : rançons, prises d’otages, arrestations toucheront alors la communauté juive.

  • 16 Juliette Bessis, Lu Méditerranée fasciste - L’Italie mussolinienne et la Tunisie, Paris, Karthala, (...)

22Les francs-maçons sont eux aussi visés. Dès le 22 août 1940, un décret beylical a supprimé les sociétés secrètes. À partir de l’été 1941, la presse publie la liste des personnalités inscrites à la Grande loge de Carthage ou au Grand Orient. Les fonctionnaires dont l’affiliation est ainsi révélée sont révoqués ; le caïd de Bizerte et le caïd de Sfax font partie des épurés. Au bout de l’exclusion se trouve enfin l’internement. Les étrangers en surnombre dans l’économie ou jugés indésirables ont été intégrés d’autorité dans des groupements de travailleurs utilisés dans le sud du pays ou envoyés en Algérie. La répression touche aussi les milieux communistes français et italiens. Depuis le début de la guerre, plusieurs vagues d’arrestations ont rempli les camps d’internement, en particulier celui du Kef. Des sections spéciales sont constituées en octobre 1941 pour juger les communistes arrêtés : trois grands procès sont ainsi instruits en 1942 par le tribunal militaire de Bizerte16.

23L’écho important que l’on cherche à donner à la Révolution nationale et la fermeté de la répression sont sans doute destinés à illustrer la volonté de l’État protecteur de continuer à exercer l’ensemble de ses prérogatives malgré les ambitions non dissimulées du concurrent italien.

Sous le regard des Italiens…

  • 17 Ibid.

24Les relations franco-italiennes en Tunisie pendant la période de l’armistice tournent surtout autour de trois questions. La première concerne le sort de la communauté italienne que les autorités fascistes s’efforcent d’assister et de défendre face aux brimades dont elles feraient l’objet de la part des Français. De façon assez paradoxale, les autorités italiennes essaient ainsi de soustraire leurs ressortissants aux effets de la législation antisémite de Vichy. Il s’agit d’ailleurs moins de philanthropie que de la crainte de voir la résidence se servir de ce biais pour réduire l’influence italienne dans certains secteurs de l’économie et enlever ainsi à l’Italie une des justifications de ses revendications17.

  • 18 Christine Levisse Touze, L’Afrique du Nord - Recours ou secours ? Septembre 1939 - juin 1943, thès (...)
  • 19 Romain-H. Rainero, La commission italienne d’armistice,.., οp. cit.

25La deuxième question concerne l’utilisation de la Tunisie au service de l’effort de guerre italien en Libye. Christine Levisse-Touze a retracé dans sa thèse l’ensemble des négociations et le bilan des livraisons consenties par le régime de Vichy18. La dernière question concerne enfin le statut futur de la Tunisie lors du traité de paix final. Face aux visées italiennes, Estéva s’efforce de montrer que l’État protecteur poursuit une politique à long terme excluant tout départ de Tunisie. Des crédits importants sont ainsi consacrés à des travaux d’utilité publique montrant que la France continue à investir dans la Régence. Un plan d’aménagement rural de la région de Kassérine devant permettre l’irrigation de 4 038 ha est ainsi établi. Des mesures administratives sont également prises dans le même sens : en juin 1941 une cour d’appel est instituée à Tunis, création souhaitée depuis de nombreuses années dans les milieux judiciaires. En octobre 1940, aux obsèques de l’aviateur corse Gaudiani, président de la section française du Grand conseil, Estéva insiste sur le maintien « éternel » de la France sur ce territoire. La résidence fait d’ailleurs éditer des brochures de propagande célébrant les différents aspects de « l’œuvre française » en Tunisie19.

26Les Français de Tunisie, parmi lesquels existe un vieux fonds laïque et républicain qui les rend moins enthousiastes que leurs voisins d’Algérie à l’égard du nouveau régime, espèrent toutefois qu’il sera en mesure d’éviter une occupation italienne. Le consul général d’Italie décrit ainsi leur état d’esprit dans un rapport du 21 mai 1941 :

  • 20 Ibid., document 20.

« On suit la politique officielle, parce que, dans le fond, on a plus confiance dans le maréchal Pétain qu’en tout autre ; on le suit toutefois à contrecœur sur la voie de la collaboration avec l’Allemagne […]. Avec Pétain et avec l’Angleterre : tel est peut-être l’idéal qui satisferait le plus l’esprit des Français de Tunisie. Le seul espoir que suscite en eux la politique de collaboration, c’est l’espoir absurde autant que naïf, que l’Italie puisse faire les frais d’une telle collaboration, de telle sorte que nos revendications ne soient pas satisfaites, en Tunisie en premier lieu »20.

L’avènement du Bey Moncef

  • 21 Juliette Bessis, « Moncef Bey et le Moncifisme - La Tunisie de 1942 à 1948 », Revue française d’hi (...)

27Pendant les deux premières années de sa mission, Estéva apparaît comme le maître du jeu tunisien face au Bey Ahmed, vieil homme indifférent aux questions politiques, qui règne depuis 1929. La mort de ce dernier le 26 juin 1942 modifie les rapports de force au sein des institutions du Protectorat. Son successeur le Bey Moncef, plus jeune, arrive sur le trône précédé d’une réputation de sympathisant du parti libéral constitutionnel. On sait qu’il a joué un rôle dans la crise de 1922 lorsque son père le Bey Naceur avait menacé d’abdiquer à la veille du voyage officiel du président Millerand. Malgré l’isolement dû à sa surdité, Moncef veut être le Bey de son peuple et moderniser la monarchie tunisienne. Il assouplit le protocole, supprime ainsi l’archaïque baise-mains et effectue plusieurs déplacements qui lui valent une forte popularité. En août 1942, il fait parvenir au maréchal Pétain un programme en douze points exigeant notamment une représentation plus importante de l’élément tunisien et une refonte de l’administration centrale intégrant l’égalité de traitement entre Français et Tunisiens. Vichy accuse réception de ces propositions mais renvoie à l’après-guerre l’examen d’éventuelles réformes. En septembre 1942, Moncef rappelle aux caïds qu’ils sont ses représentants et que les contrôleurs civils ne doivent pas entraver leur action. Ces prises de position ne peuvent qu’irriter un résident général jaloux de son autorité. Un incident survient le 12 octobre 1942 lors de l’Aïd-es-seghir qui marque la fin du Ramadan, lorsque les autorités constituées viennent présenter leurs vœux au souverain. Le Bey commence par regretter l’absence des Tunisiens dans la haute administration, puis il rappelle aux fonctionnaires présents qu’ils doivent être respectueux de son autorité. Ces allusions provoquent la colère de l’amiral Estéva qui déclare que tous les chefs de l’administration tunisienne disposent de sa confiance et qu’ils resteront en poste tant qu’ils la conserveront. Offensé, le Bey écrit le lendemain à Vichy pour demander le rappel d’Estéva21. Le débarquement américain du 8 novembre 1942 vient bouleverser le cours de cette crise institutionnelle.

LA FIN DE LA TUNISIE DE L’AMIRAL ESTÉVA : L’OCCUPATION ALLEMANDE (NOVEMBRE 1942 - MAI 1943)

  • 22 Géo London, L’amiral Estéva et le général Dentz…, op. cit.

28Les événements de novembre 1942 bouleversent le sort du Maghreb dans la Seconde Guerre mondiale. Du 8 au 13 novembre 1942, tandis que l’amiral Darlan présent fortuitement à Alger négocie un accord avec les forces américaines qui viennent de prendre pied au Maroc et en Algérie, la Tunisie est progressivement occupée par les forces de l’Axe. Partagé entre les appels à la résistance que lui envoie Darlan et les messages de Vichy qui lui ordonnent de ne pas s’opposer à l’arrivée des avions allemands, Estéva choisit la fidélité au maréchal Pétain. Le 14 novembre 1942, alors que les Allemands pénètrent dans Tunis, il autorise toutefois, sur la demande, semble-t-il, de Mgr Gounot lui-même sollicité par des membres du groupe Esprit, la libération des prisonniers politiques communistes ou gaullistes. Il a également favorisé le départ vers l’Algérie du consul américain Doolitle. Ces deux gestes lui permettront de sauver sa tête en Haute cour22.

L’heure des Ultras

  • 23 René Soulmagnon, Le chemin de la dissidence, Tunis, sapi, s.d..

29Estéva doit alors accepter de partager son pouvoir avec le conseiller d’ambassade Otto Rahn, envoyé par Ribbentrop pour assurer les arrières de l’armée allemande en Tunisie. Rahn épure l’entourage du résident général et fait arrêter ceux de ses collaborateurs qui, comme Jacques Vimont, Pierre Laffont ou René Soulmagnon, le directeur de l’économie tunisienne, refusent de coopérer. Estéva doit accepter comme chef de cabinet le colonel Santon du Jonchay, un ultra de la collaboration23. Les différents services de la résidence sont placés sous le contrôle de commissions de contrôle mixtes, où les problèmes techniques sont débattus entre Allemands, Italiens, Français et Tunisiens. Rahn écrit à Ribbentrop que le choix de traiter sur un pied d’égalité Français et Tunisiens est un moyen de donner satisfaction aux musulmans.

  • 24 Centre des archives de l’Outre-mer, 19 apo M6 : Fonds Thery. Ce fonds privé constitué en 1943-1944 (...)

30Apparaît également un Comité d’unité et d’action révolutionnaire, le CUAR, qui va contribuer à dépouiller Estéva d’une partie de ses attributions. L’animateur de ce comité est un ancien cheminot passé du parti communiste au PPF, Georges Guilbaud. Au service de Paul Marion, secrétaire d’État à l’Information et à la Propagande, il a été nommé en 1942 à la tête des services de la propagande en Algérie. Il profite de ce poste pour relancer l’activisme du PPF et les autorités du gouvernement général demandent son rappel en octobre 1942. Envoyé plus tard en Tunisie, il va réunir autour de lui les ultras de la collaboration pour constituer ce que le chef du PPF local, Joseph Serdane, appelle « le dernier carré de la France en Tunisie ». Outre le PPF, le CUAR comprend quelques cadres de la Légion française des combattants, les membres du Service d’ordre légionnaire qui constituent le noyau dur du mouvement légionnaire, quelques cadres des chantiers et des mouvements de jeunesse. Au total ce doit être un millier de militants qui se trouvent rassemblés dans ces différentes organisations24.

31Les fonds de la résidence générale permettent la création d’un quotidien, Tunis-Journal, surnommé sur place le Tuniser-Zeitung, et dont 183 numéros paraîtront entre le 16 novembre 1942 et le 5 mai 1943. Dans ce journal dirigé par deux professeurs d’histoire, Claude Martin et C.-E. Dufourcq, Guilbaud écrit :

« Sur ce coin de terre tunisienne se joue le sort de notre peuple […] sol, ppf, lfc, Compagnons de France forment un faisceau d’acier et leur volonté révolutionnaire est prête à ce surhumain effort pour desserrer l’étau qui étreint leur pays et risque de le faire mourir ».

32Toujours grâce aux fonds de la résidence générale, une école des cadres de la jeunesse révolutionnaire est mise en place ; les sessions se poursuivront jusqu’à la veille de la libération de Tunis. Le CUAR apporte également son soutien pour le recrutement d’une Phalange africaine chargée d’aller combattre les Alliés. Les effectifs réels de cette petite unité ne semblent pas avoir dépassé 200 hommes. L’État ppf rêvé par les ultras de la collaboration parisienne est donc en train de se réaliser en Tunisie.

33Par son maintien à la résidence générale, Estéva cautionne cette radicalisation des débris de la Révolution nationale, même si l’amiral, comme l’écrit sans détours Guilbaud dans Tunis-Journal, n’est plus qu’un symbole. Visitant les Compagnons de France à la fin de décembre 1942, Estéva leur déclare :

« La douceur de vivre est un leurre… La vie est faite de difficultés et de sacrifices, c’est dans le sacrifice seulement que les âmes bien nées trouvent une satisfaction ».

34En février 1943, il rend hommage à la mémoire d’un chef de la marine tsariste qui vient de décéder, l’amiral Berhens, ancien héros des armées blanches. Restant fidèle jusqu’au bout à une cause perdue, l’amiral Berhens avait préféré voir pourrir sa flotte en rade de Bizerte plutôt que la restituer à l’URSS.

« Dans les circonstances présentes il nous plaît de prendre exemple sur la loyauté et la droiture de cet homme de bien qui fut un chef avec des qualités de cœur, et qui n’hésita pas à faire passer son devoir avant toute autre considération. Plus heureux que l’amiral Berhens qui n’avait plus que l’idée de sa patrie pour le soutenir, nous avons, en France, un vrai chef digne de toute notre affection et de tout notre dévouement… »,

35écrit Estéva.

La renaissance du nationalisme tunisien

  • 25 Annie Rey-Goldziguer, « L’occupation germano-italienne de la Tunisie : un tournant dans la vie pol (...)

36La déliquescence du pouvoir français favorise les visées du Bey Moncef. Après avoir affirmé la neutralité de la Tunisie dans le conflit se déroulant sur son sol, il impose le 31 décembre 1942 un nouveau gouvernement d’Union nationale présidé par M’Hamed Chenik, président de la chambre de commerce tunisienne et membre du Grand conseil, que Ton sait sympathisant du Néo-destour. Le docteur Materi, lui aussi proche du Néo-destour, reçoit le portefeuille de l’Intérieur, tandis que la présence de Salah Ferhat assure l’appui du Vieux-destour. Le choix d’éléments modérés permet au Bey de faire accepter la constitution de ce cabinet à la résidence générale, de toute façon affaiblie. Pour l’historienne Annie Rey-Goldziguer, il s’agit bien d’une « première tentative de gouvernement tunisien autonome, préfigurateur de l’indépendance politique »25.

37Dans le même temps, les chefs du Néo-destour internés à Marseille ont été libérés par les forces italiennes et amenés à Rome. Habib Bourguiba, qui depuis sa cellule a toujours mis en garde ses partisans contre un engagement aux côtés de l’Axe, essaie d’obtenir son retour en Tunisie sans avoir à donner de gages trop importants à ses « libérateurs ». Le 6 avril 1943, il prononce un discours à la radio de Rome dans lequel il fait allusion aux excès du colonialisme français et met en garde ses compatriotes contre « certaines convoitises étrangères ». Cinq ans jour pour jour après son arrestation, Bourguiba peut alors rejoindre la Tunisie. Le pays est toujours le théâtre d’affrontements entre les forces de l’Axe et les Alliés. Après une dure campagne d’hiver, l’avantage va désormais aux Alliés. L’assaut contre Tunis est donné le 6 mai et se solde par une capitulation des forces de l’Axe.

  • 26 Jacques Berque, Mémoires des deux rives, Paris, Le Seuil, 1989.

38Emmené de force par les Allemands, Estéva est accueilli à Paris par un détachement SS qui lui présente les armes. Traduit en Haute cour de justice en mars 1945, il est condamné à la détention perpétuelle et meurt en 1951, quelques mois après avoir été gracié par le président Auriol. Son itinéraire illustre le dévoiement d’un patriotisme égaré par la fidélité au Maréchal et le choix du devoir d’obéissance comme seule ligne de conduite. Au-delà, ces années de guerre qui ont révélé la faiblesse de l’État protecteur et se soldent par l’humiliante déposition du Bey Moncef contribuent au mûrissement de la crise franco-tunisienne. « L’image traditionnelle de la France est morte au Maghreb après le débarquement américain de novembre 1942 », note dans ses mémoires Jacques Berque26.

Notes

1 Pour l’historique du mouvement national tunisien, on peut renvoyer aux études classiques de Charles-André Julien L’Afrique du Nord en marche - Nationalismes musulmans et souveraineté française, Paris, Julliard, 1952, ou de Roger Le Tourneau, Évolution politique de l’Afrique du Nord musulmane (1920-1961), Paris, 1962. Voir aussi l’étude exhaustive d’Ali Mahjoubi, Les origines du mouvement national en Tunisie (1904-1934), Tunis, 1982, 698 p.

2 Cité par l’historien italien Romain-H. Rainero dans La commission italienne d’armistice avec la France - Les rapports entre la France de Vichy et l’Italie de Mussolini (10 juin 1940-8 sept. 1943), Document 20 (Paris, shat, 1995).

3 Ibidem.

4 Cité par François Arnoulet dans Résidents généraux de France en Tunisie, Marseille, Narration éditions, p. 174.

5 Géo London, L’amiral Estéva et le général Dentz devant la Haute cour de justice, Lyon, Roger Bonnefon, 1945. Basé sur la sténographie du procès, cet ouvrage permet de reconstituer la carrière d’Estéva. Né en 1880 à Reims dans une famille de marchands de liège d’origine catalane, Estéva entre en 1898 à l’école navale où il côtoie François Darlan, futur amiral de la flotte, et Émile Muselier qui dirigera un temps la marine des Forces françaises libres. Pendant la Première Guerre mondiale, Estéva a commandé le Jeanne et Geneviève, bateau piège destiné à lutter contre les sous-marins ennemis en Méditerranée. Durant l’entre-deux-guerres, il a commandé à deux reprises la flotte française d’Extrême-Orient. Un dicton de la marine évoque Abrial : « L’amiral qui n’a pas connu la peur » ; Darlan « L’amiral qui n’a pas connu la mer », et Estéva « L’amiral qui n’a pas connu l’amour »…

6 Cité par François Arnoulet dans Résidents généraux de France en Tunisie, op. cit., p. 174.

7 Pierre de Font-Réaulx, lettre à René de Chambrun publiée par l’Institut Hoover (Stanford University), La vie de la France pendant l’Occupation, 3 volumes, Paris, Plon, 1957. Ancien chef de cabinet du ministre de la Justice, Raphaël Alibert — auteur du premier statut des Juifs — Pierre de Font-Réaulx exerce à partir de février 1941 les fonctions de conseiller juridique et de législation du gouvernement tunisien.

8 Service historique de l’armée de terre de Vincennes, 1 p. 215 : Institutions du régime de Vichy en Afrique du Nord.

9 Archives nationales, AJ 39-68 et 69 : Chantiers de jeunesse en Afrique du Nord.

10 Patrie. Revue mensuelle illustrée de l’Empire, novembre 1941.

11 Ibid.

12 Cité par Romain-H. Rainero dans La commission italienne d’armistice…, op. cit., rapport du consul général Silimbani, 21 mai 1941.

13 Voir Claude Nataf : « Les Juifs de Tunisie face à Vichy et aux persécutions allemandes », Pardès, no 16 (1992) (Les juifs de France dans la Seconde Guerre mondiale, sous la direction d’André Kaspi, Annie Kriegel, Annette Wievorka).

14 Ibid.

15 Ibid. Contrairement à ce qui se passe en Algérie, les médecins exclus gardent la possibilité d’exercer auprès de leurs coreligionnaires. Voir aussi Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, Paris, Maisonneuve et Larose, 1983.

16 Juliette Bessis, Lu Méditerranée fasciste - L’Italie mussolinienne et la Tunisie, Paris, Karthala, 1981, p. 218 et suivantes.

17 Ibid.

18 Christine Levisse Touze, L’Afrique du Nord - Recours ou secours ? Septembre 1939 - juin 1943, thèse d’État, janvier 1991, p. 300 et suivantes.

19 Romain-H. Rainero, La commission italienne d’armistice,.., οp. cit.

20 Ibid., document 20.

21 Juliette Bessis, « Moncef Bey et le Moncifisme - La Tunisie de 1942 à 1948 », Revue française d’histoire d’outre-mer, no 260-261, 1983.

22 Géo London, L’amiral Estéva et le général Dentz…, op. cit.

23 René Soulmagnon, Le chemin de la dissidence, Tunis, sapi, s.d..

24 Centre des archives de l’Outre-mer, 19 apo M6 : Fonds Thery. Ce fonds privé constitué en 1943-1944 par un Dominicain ayant participé à la résistance en Algérie, contient un dossier constitué de coupures de presse et de témoignages consacrés aux événements de Tunisie.

25 Annie Rey-Goldziguer, « L’occupation germano-italienne de la Tunisie : un tournant dans la vie politique tunisienne », Les chemins de la décolonisation de l’Empire colonial français, colloque organisé par l’ihtp, Paris, Éditions du CNRS, 1986.

26 Jacques Berque, Mémoires des deux rives, Paris, Le Seuil, 1989.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search