Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Deuxième partie. Parcours politique

Une commémoration détournée : le voyage en Tunisie du président Doumergue (1931)

Jean Rives

Texte intégral

  • 1 Archives de la mairie d’Aigues-Vives (Gard) (désormais : amav], dossier comprenant : une lettre de (...)
  • 2 amav, lettre du 24 mars 1926.
  • 3 amav, lettre de Jouvenel du 10 avril 1926.
  • 4 Cahier des vœux des Annamites, imp. l’Écho Annamite, 1925.
  • 5 amav, lettre de Varenne à G. Doumergue, le 20 juin 1926.

1À la fin des années vingt, l’Empire colonial français traverse ses premières crises. Certes, on avait connu régulièrement un certain nombre de soulèvements, mais dans l’ensemble ils avaient été vite réprimés et bien circonscrits. Cette fois on peut, avec le recul, voir s’amorcer un véritable processus d’émancipation qui annonce la décolonisation. Après l’insurrection marocaine de 1925, c’est toute l’Afrique du nord qui entre en effervescence. Le 24 octobre 1925, le gouverneur général de l’Algérie, Viollette, adresse à Gaston Doumergue, président de la République, un rapport1 dans lequel il se plaint de la propagande communiste. La troisième Conférence nord-africaine qui se tient à Tunis en 1926 lance à nouveau une sorte d’appel dont ressort la gravité de notre situation militaire au Maroc. La lettre est contresignée du gouverneur général d’Algérie, du commissaire général de la République française au Maroc, du résident général de la République française à Tunis, enfin du représentant du gouverneur général de l’AOF2. À la même date, Jouvenel fait part à Doumergue de ses impressions en Syrie et se montre pessimiste sur notre avenir dans cette région3. En Indochine, un cahier des vœux4 est présenté par les jeunes Annamites au gouverneur général Varenne, partisan d’une politique libérale. Ce dernier, en butte aux « puissants intérêts engagés dans les affaires de caoutchouc », en appelle également au président de la République, dont il sait qu’il est un spécialiste des questions coloniales5. Un peu plus tard, le 10 février 1930, éclatait la révolte des tirailleurs de Yen Bay.

2Ainsi, c’est tout l’Empire qui bouge, et l’on comprend mieux la portée des voyages effectués par le président de la République Gaston Doumergue en 1930 et 1931 au Maroc, en Algérie et en Tunisie. Par ces visites, l’homme d’État entend conforter la présence française en Afrique du nord. Ces voyages s’inscrivent en même temps dans une série de commémorations, celle du centenaire de la conquête de l’Algérie en mai 1930 et, en avril 1931, celle du cinquantenaire du traité du Bardo qui plaçait la Tunisie sous le Protectorat français. L’exposition coloniale de 1931 couronnera le tout en se voulant le témoignage de la grandeur coloniale de la Troisième République.

3Évidemment, pour les populations du Maghreb, ces commémorations sont vécues comme autant d’humiliations dont les conséquences ne sont pas immédiatement perçues par les Français, mais dont l’avenir devait révéler toute l’importance. À juste titre, Jacques Cantier cite ce passage des souvenirs de Gabriel Audisio, romancier proche de Camus et de Jules Roy qui dans son livre, L’opéra fabuleux, publié en 1970, écrit à propos du centenaire :

  • 6 Cité par Jacques Cantier, « Une fête coloniale. Les fêtes du centenaire de l’Algérie », Revue de s (...)

« Plus je considère cette époque avec le recul des ans, plus je me persuade que 1930 fut une date cruciale, le pinacle d’où tout a basculé brusquement… Comment ne pas admettre que l’exaltation de la conquête en 1930 agit comme un révulsif sur le peuple indigène ? Foule française éblouie par les feux d’artifice de la fiesta, tu n’imaginais pas qu’ils puissent avoir pour retombée une crise de conscience pour les Algériens, suscitée par le cérémonial de leur défaite passée, par sa provocation, le sentiment que tout à coup l’heure de la contestation inéluctable et définitive avait sonné l’espérance pour eux, le glas pour les autres6. »

  • 7 amav, lettre de l’archevêque de Carthage, le 17 mai 1930.

4Il ne pouvait manquer d’en être autant en Tunisie. De surcroît, la visite du président de la République avait été précédée Tannée auparavant par une autre manifestation : le Congrès eucharistique que l’Église catholique avait organisé au mois de mai 1930 avec le concours des autorités laïques de la République. Outre-mer, la République fait exception à quelques-uns de ses principes. On en veut pour preuves les lettres de remerciements que Gaston Doumergue reçoit pour son « Haut patronage au Congrès eucharistique7 », ou encore le fait que le président de la République décerne la Légion d’honneur au cardinal Lépicier, en la circonstance légat du Pape. Ce congrès est ressenti par de larges secteurs de l’opinion publique comme une offense de la France contre l’islam. Religion et politique se confondent aux yeux de la population musulmane pour laquelle l’Église vise comme l’État l’affermissement du colonialisme français au Maghreb, d’autant que Ton fête cette même année le centenaire de la conquête française en Algérie. Le 16 mai 1930, cinq jours après la clôture du Congrès de Carthage, est promulgué le dahir berbère qui soustrait les tribus berbères du Maroc à la législation canonique du Charaa. Une telle mesure est perçue comme la volonté d’opposer Berbères et Arabes et de soustraire une partie des croyants à la « justice de Dieu ». Maladroitement, le Congrès évoque un passé qui ne peut que blesser les populations indigènes. C’est ainsi que Ton rappelle la grandeur de l’ancienne Église de Carthage, ou que Ton se réfère aux croisades destinées à combattre les infidèles. On parle de résurrection de l’Église de Carthage, et Ton n’hésite pas à opposer à ces temps de civilisation les « quatorze siècles de désolation et de mort apportés par l’islam ».

  • 8 Ali Mahjoubi, Les origines du mouvement national en Tunisie (1904-1934), Publications de l’univers (...)

5Les provocations se multiplient tant de la part du légat du Pape, le cardinal Lépicier, que de l’archevêque de Carthage, Mgr Lemaître, avec pour résultat la mobilisation des nationalistes tunisiens. Comme l’écrit Ali Mahjoubi, ils saisirent cette opportunité pour dresser la population contre le système colonial. Invitant le Bey à décliner la présidence d’honneur, ils demandent à plusieurs personnalités tunisiennes de boycotter la cérémonie. Si ces appels furent peu entendus, les nationalistes réussirent à organiser des manifestations de plus en plus radicales (grèves, meetings). Aussi Ali Mahjoubi estime-t-il que ce Congrès a offert l’occasion de sensibiliser de nouvelles forces qui devaient par la suite jouer un rôle important dans l’encadrement et la radicalisation du nationalisme tunisien8. Pour le mouvement nationaliste, ce fut une répétition générale à un an de la commémoration du cinquantenaire du traité du Bardo.

6Le voyage entrepris alors par Gaston Doumergue entend en effet fêter la signature du traité signé le 12 mai 1881. Dans ce but, et sur proposition du parlementaire Édouard de Warren appuyé par 165 députés, une somme de dix millions de francs fut votée pour la participation de la Métropole à cette commémoration. Comme à la veille de chaque voyage présidentiel, les services de l’Élysée et des Affaires étrangères préparent minutieusement le déroulement des festivités. Une somme de 30 793,55 F est prévue pour les cadeaux qui sont hiérarchisés en fonction du rang de chacun. À son Altesse le Bey, on offrira un fusil de chasse (8 000 F), au prince Taieb une montre bracelet (5 500 F), aux beyas une broche et une robe (3 800 F), au premier ministre un service de Sèvres (3 205 F), au résident général un vase de Sèvres (la naissance de Bacchus, 6 000 F), etc. En échange, le président et sa suite recevront des tapis.

  • 9 Archives nationales (Paris), AG 1-39.
  • 10 Archives nationales, AG 1-87 et L’Illustration, 18 avril 1931.

7Doumergue est en effet accompagné par les membres de la commission de l’Algérie, des Colonies et des Protectorats, présidée par le député Taittinger et qui compte une vingtaine de parlementaires. De même vingt-cinq journalistes métropolitains et cinq journalistes coloniaux sont-ils de la partie. Les préparatifs comportent une documentation précise qui concerne aussi bien le port de Bizerte que le fonctionnement de la justice en Tunisie, en passant par l’œuvre financière du Protectorat9. L’ordre du jour, comme à chaque fois, est fixé avec beaucoup de minutie. L’embarquement se fera sur le croiseur le Colbert, encadré par un autre croiseur, le Duguay-Trouin, et trois torpilleurs, le Foudroyant, le Brestois et le Forbin. Cette flotte commandée par le contre-amiral Darlan doit donner plus de lustre à la visite. Elle doit arriver à Bizerte le 10 avril ; elle y sera accueillie par le résident général Manceron, qui déjeunera à bord avec le président et sa suite. Puis ce sera le départ en chemin de fer pour Tunis. Le Bey les rejoindra à quelques kilomètres de la ville pour prendre place à leurs côtés. Ce sera ensuite la traversée de la ville avant le dîner offert par S.A. le Bey. Le lendemain, 11 avril, le président passera en revue les troupes sur le champ de course de Kassar Saïd, à une dizaine de kilomètres de Tunis. Puis, il se rendra aux divers monuments aux morts pour honorer les combattants de toutes les races, nationalités et confessions. Après un autre arrêt au monument élevé à Jules Ferry, il participera à un déjeuner intime offert par le Bey dans son palais. L’après-midi, il fera une longue excursion dans les alentours de Tunis. En revanche, on a renoncé à la visite des souks, qui offrait, dit-on, « trop de difficultés ». C’est ensuite la visite des hôpitaux avant la réception organisée par le résident général. Le 12 avril, Doumergue se rendra à Kairouan, puis dans le milieu de l’après-midi à Sousse. Le 13, direction Sfax en chemin de fer avec quelques haltes durant le parcours. Départ ensuite pour Gabès, avec enfin le 14 avril les visites de Medenine et Djerba10.

8Évidemment ce voyage, tout comme le Congrès eucharistique de Carthage, est ressenti comme une nouvelle humiliation par de nombreux Tunisiens.

  • 11 Ali Mahjoubi, Les origines du mouvement…, op. cit.

« On supporte d’autant moins cette manifestation que, survenue après le centenaire de la conquête d’Alger, elle dénote la volonté du gouvernement français de placer sur le même plan la Tunisie, simple protectorat, et l’Algérie qui est une colonie »11.

9On est d’autant plus scandalisé que pour organiser les festivités du cinquantenaire, les autorités du Protectorat font peser sur le budget tunisien une somme de trois cents millions de francs, à une époque où la famine fait des ravages en divers points de la Régence. Aussi le Destour envisage-t-il dès septembre 1930 le boycott des cérémonies, et engage-t-il les populations à rester chez elles. Le journal La voix du Tunisien mène une violente campagne remettant en cause « l’action civilisatrice de la France en Tunisie », et s’indignant du coût de cette commémoration. Des placards émanant de mouvements extrémistes sont affichés parfois au sein même de mosquées, appelant les musulmans à sacrifier leur vie pour s’opposer à ces cérémonies.

10Pourtant, ce voyage ne saurait être analysé de la même manière que ceux que Gaston Doumergue a précédemment effectués au Maroc et en Algérie. Certes, la dimension coloniale existe bien et il suffit pour s’en persuader d’analyser quelques-uns des discours prononcés, mais un événement en Europe va lui conférer une autre portée. La dimension coloniale ressort des multiples interventions du président de la République. Le 10 avril, à l’issue du dîner offert par S.A. le Bey, il déclare :

  • 12 Archives nationales, AG 1-87.

« Il m’a été déjà donné de me rendre compte des résultat féconds obtenus dans tous les domaines grâce au génie créateur de la France et à la collaboration loyale de la population indigène12 ».

11Le lendemain, au banquet donné à la résidence générale, ses propos sont encore plus explicites :

  • 13 Ibid.

« Je voulais, moi, marquer par ma présence à la veille du 50e anniversaire du traité de Kassar-Said, la continuité de la politique inaugurée par la politique féconde de Jules Ferry, le grand patriote républicain dont la France célébrera le centenaire en 1932. L’œuvre que les Français ont accomplie en ces cinquante années est une œuvre considérable… En un espace de temps relativement court la vaillance de nos soldats a établi la paix et l’ordre, nos administrateurs ont affermi et développé les bases de la constitution politique et sociale du pays ; nos agriculteurs, nos commerçants, nos ingénieurs multiplient les entreprises vivifiantes… tandis que nos médecins et nos maîtres s’occupaient des besoins corporels et spirituels… La France n’a pas failli à la mission civilisatrice que la Tunisie lui avait confiée… Principe de justice impartiale et respect scrupuleux des croyances, des mœurs et des traditions13 ».

12On remarquera, en dépit de la longueur de cette citation, l’absence totale du peuple tunisien. Il n’est question que de nos soldats, nos ingénieurs, nos médecins, nos maîtres… Que la dimension coloniale du voyage soit un fait, on ne saurait le nier, ne serait-ce que parce qu’il fut ainsi compris des diverses populations de Tunisie. Les deux partis se confrontent : le colonisateur qui exalte son œuvre avec des références nombreuses à la colonisation romaine, et le colonisé humilié qui conteste le droit et l’œuvre de l’occupant.

13Pourtant ce voyage est différent des deux précédents. Pour les autorités françaises, il se situe dans une conjoncture qui dépasse l’histoire coloniale. À la veille de s’embarquer, le président de la République apprend la tentative d’Anschluss économique faite par l’Allemagne sur l’Autriche, et ce en violation des traités de paix signés à l’issue de la Grande Guerre. À Nice, à l’issue d’un banquet offert par le maire Jean Médecin, Doumergue prononce le discours le plus important de sa présidence. La portée et la gravité de la nouvelle qui remet en jeu l’équilibre européen, mais aussi le fait qu’il est au terme de son mandat, expliquent la liberté de cette intervention inhabituelle dans la tradition présidentielle de la Troisième République. Après quelques remarques courtoises adressées à « la capitale de tourisme », c’est avec solennité qu’il poursuit son discours :

  • 14 Ibid.

« La France est en droit de penser que tant que la sdn – à l’existence de laquelle elle est si fidèlement attachée – n’aura pas à sa disposition une force suffisante pour imposer l’exécution de ses décisions à ceux qui ne seraient pas disposés à s’incliner volontairement devant elle, il lui faudra veiller à se tenir sur ses gardes et compter beaucoup sur elle-même. Elle a d’autant plus le droit de penser ainsi qu’elle vient de se trouver subitement en présence d’un événement brusqué dont il n’est pas permis de méconnaître, ni l’importance dans le présent, ni les conséquences dans l’avenir, parce que l’histoire même du pays où il s’est produit contient un précédent plein d’enseignements qu’il serait dangereux pour nous d’oublier. Je ne veux rien dramatiser, mais il faut mettre les choses exactement au point car c’est ainsi qu’on se prémunira contre d’autres surprises et contre les dangers qu’elles pourraient comporter14 ».

  • 15 Pour tout ce qui concerne les débats autour de la note du 17 avril 1934, cf. J.-B. Duroselle, La d (...)

14Ce discours contraste avec les discours habituels. Il constitue une mise en garde ferme adressée à l’Allemagne, même si cette dernière n’est jamais nommée. Doumergue n’ignore pas que le Zollverein a préparé l’unité allemande, aussi ne se trompe-t-il pas sur l’union douanière que les deux pays entendent construire, d’où l’avertissement solennel qu’il adresse et que les contemporains ont d’ailleurs perçu comme tel. Dans les conseils qu’il formule ensuite, il y a déjà toute sa future politique étrangère après son retour aux affaires en 1934. C’est déjà l’annonce de la nouvelle politique de la France, celle de la note du 17 avril 1934. En demandant au pays de « ne pas se laisser aller à détruire sa propre force matérielle au dessous de ce qu’exigent les besoins de sa sécurité et l’intégrité de son domaine métropolitain et colonial », le président annonce une politique étrangère nouvelle bien différente de celle qui était conduite par Aristide Briand. Après l’échec de la Conférence du désarmement, ce sera en 1934 le retour du vieux système des alliances, le temps de « l’intermède Doumergue15 ».

15La référence au territoire métropolitain et colonial prend ainsi une nouvelle signification. La France menacée est forte de son Empire, et ne manque pas de le rappeler à ceux qui la menaceraient. Dès lors, l’Empire n’est pas seulement terre de colonisation, il est aussi un élément de la grande France et c’est le deuxième sens à donner à la visite de Doumergue et plus tard à l’exposition coloniale qu’il inaugurera le premier en compagnie du maréchal Lyautey. Le voyage en Tunisie ne sera pas seulement l’occasion de célébrer l’œuvre colonisatrice française, il sera également le prétexte à une démonstration de la force que représente la France avec ses cent millions d’habitants. L’Empire devient un enjeu de la grandeur nationale. Il le sera bien davantage durant la Seconde Guerre mondiale, mais c’est en 1931 qu’il entre dans les desseins géopolitiques de la France comme une pièce maîtresse.

Notes

1 Archives de la mairie d’Aigues-Vives (Gard) (désormais : amav], dossier comprenant : une lettre de Viollette (24/10/25), un rapport du directeur de la Sécurité générale de l’Algérie (18/10/25), un tract d’un comité communiste, enfin un journal La lutte sociale (23/10/25).

2 amav, lettre du 24 mars 1926.

3 amav, lettre de Jouvenel du 10 avril 1926.

4 Cahier des vœux des Annamites, imp. l’Écho Annamite, 1925.

5 amav, lettre de Varenne à G. Doumergue, le 20 juin 1926.

6 Cité par Jacques Cantier, « Une fête coloniale. Les fêtes du centenaire de l’Algérie », Revue de sciences politiques, no 36, 2e semestre, 1996.

7 amav, lettre de l’archevêque de Carthage, le 17 mai 1930.

8 Ali Mahjoubi, Les origines du mouvement national en Tunisie (1904-1934), Publications de l’université de Tunis, faculté des Lettres, 1982.

9 Archives nationales (Paris), AG 1-39.

10 Archives nationales, AG 1-87 et L’Illustration, 18 avril 1931.

11 Ali Mahjoubi, Les origines du mouvement…, op. cit.

12 Archives nationales, AG 1-87.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Pour tout ce qui concerne les débats autour de la note du 17 avril 1934, cf. J.-B. Duroselle, La décadence, 1932-1939, Paris, coll. Points, Le Seuil, 1979 ; M. Vaïsse, Sécurité d’abord, la politique française en matière de désarment, 1930-1934, Paris, Pédone, 1981 ; J. Rives, Gaston Doumergue, du modèle républicain au sauveur suprême, Toulouse, Presses de l’Institut d’études politiques de Toulouse, 1993.

Auteur

Université de Toulouse-Le Mirail

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.