Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Deuxième partie. Parcours politique

Charles-Félix Monchicourt (1873-1937) : un intellectuel franco-tunisien ou un théoricien de l’assimilation ?

Hassen El Annabi

Texte intégral

  • 1 Rappelons que c’est au cours des années 1880-1900 que le mot intellectuel a acquis en France son p (...)

1Parler de Charles Monchicourt, c’est évoquer le rôle qu’une catégorie de Français dans la Tunisie des années 1890-1940 ont joué à la fois comme cadres supérieurs du régime du Protectorat et comme animateurs du mouvement scientifique et culturel au début de ce siècle. C’est à ce dernier titre qu’on les considère ici comme des intellectuels1. On trouve entre autres parmi eux deux ou trois générations d’historiens, de géographes, d’ethnologues, d’arabisants comme William Marçais, Léon Bercher, Charles Saumagne, Pierre Granchamp, Charles-Félix Monchicourt et d’autres. Originaires de métropole, d’Algérie ou même de Tunisie, ils ont fait carrière dans la Régence de Tunis et ont participé au renouvellement des recherches dans les différents domaines des sciences humaines.

  • 2 A. Memmi, Portrait du colonisé précédé du Portrait du colonisateur, Paris, 1973, p. 75-76.

2Cependant, ce qui attire l’attention, c’est que leur implication dans la recherche scientifique et dans l’étude des caractères originaux de la civilisation tunisienne n’a eu d’égal que leur engagement dans le processus de colonisation. Ceci est clair en ce qui concerne Monchicourt, par exemple. À lire Albert Memmi, il n’y a là aucun paradoxe, car, en fin de compte, ces intellectuels (en même temps hauts cadres), n’échappent point au portrait type de ce qu’il appelle « le colonisateur qui s’accepte », c’est-à-dire celui qui, « porteur des valeurs de la civilisation et de l’histoire », se croit chargé d’une grande mission, celle « d’éclairer les ténèbres infamantes du colonisé »2.

  • 3 Histoire de la pensée européenne. 3 : Des humanistes aux hommes de science, XVIe-XVIIe s, Paris, 1 (...)

3Ce jugement est probablement à nuancer, car le profil du colonisateur, qu’il soit Prépondérant (appartenant à l’aile droite du parti de la colonisation) ou modéré, gagnerait à être cerné avec précision si on veut mieux saisir la dynamique de l’évolution au sein même de la population française de Tunisie. Adopté comme postulat, ce jugement risquerait donc d’orienter les recherches dans un sens bien déterminé. Ne pourrait-on pas d’ailleurs considérer autrement la question ? En se demandant, par exemple, dans quelle mesure la carrière (même engagée dans le sens de la colonisation) de ces acteurs a favorisé la révélation de leurs capacités intellectuelles. Ceci étant, il vaut mieux, comme le dit Robert Mandrou, « reconstituer le rôle des intellectuels dans les institutions qui leur sont dévouées et en marge de celles-ci afin de prendre la mesure, autant que faire se peut, de leur audience en leur temps »3. Dans cette optique, l’exemple de Monchicourt présente un intérêt particulier. On peut remarquer que Tannée 1997 correspond au soixantième anniversaire de sa mort, mais ma communication ne se veut pas vraiment une commémoration. Il s’agit plutôt d’étudier la trajectoire de celui qui aura été longtemps, par certains de ses écrits au moins, une référence pour les géographes et pour les historiens de la Tunisie moderne et contemporaine. Je fais là allusion, notamment, à la réédition en 1974, par la revue des Cahiers de Tunisie, d’une étude particulièrement intéressante sur la région de Tunis, et que Monchicourt avait rédigée en 1904, ou à ses travaux sur le XVIe siècle tunisien. Évidemment, il y a aussi ses analyses concernant le problème italien en Tunisie dans l’entre-deux-guerres qui, quoique constituant encore une source incontournable sur la question, ont débouché à l’époque sur une législation très impopulaire, relative à la question des naturalisations.

  • 4 Remercions à ce propos Anne-Marie Planel (Centre de documentation Tunisie-Maghreb) pour son aide.

4Qui est donc Charles-Félix Monchicourt ? Quel rôle a pu jouer sa carrière administrative tunisienne dans le développement de ses qualités de chercheur ? Et quels sont les caractères originaux de son œuvre ? Il faut dire que ce type de recherches est moins facile qu’il n’y paraît au premier abord, car déjà le recensement exhaustif de l’œuvre suppose le rassemblement de données qui sont éparpillées dans un grand nombre de revues spécialisées, souvent métropolitaines et dont certaines sont difficilement trouvables4 : les Annales de géographie, la Revue maritime, le Bulletin archéologique, le Bulletin du Comité de l’Afrique française, la Revue africaine, Questions Nord-africaines… En outre, faute d’actes d’état civil ou d’archives privées, la documentation qui se rapporte au profil social du personnage se révèle souvent insuffisante, pour ne pas dire inexistante.

LA CARRIÈRE D’UN LABORIEUX COMMIS DE L’ÉTAT

  • 5 Institut national d’histoire du mouvement national (inhmn), Fonds Quai d’Orsay. Série Tunisie (191 (...)

5Un document daté de juin 1926, relatif à la candidature de Monchicourt au grade de chevalier de la Légion d’honneur, résume parfaitement les principales étapes d’une carrière qui approchait alors de sa fin. Ce document le présente à la fois comme le spécialiste des questions musulmanes, l’homme des missions difficiles et le défenseur de la cause coloniale5. Âgé de 53 ans, titulaire du doctorat ès lettres, de la licence en droit, du brevet d’études arabes et nanti de diverses distinctions honorifiques (officier de l’instruction publique, officier du mérite agricole, officier du Nichan Iftikhar, lauréat de l’Institut, etc.), il est à cette date contrôleur civil de classe exceptionnelle à Tunis.

  • 6 Les proconsulats sous lesquels il poursuit sa carrière sont ceux de Benoît (1901), Pichon (1902-19 (...)
  • 7 Y. Châtelain, La vie littéraire et intellectuelle en Tunisie de 1900 à 1937, Paris, 1937, p. 170.
  • 8 A. Destrées, « Recrutement et rôle des agents français de la province tunisienne », Revue tunisien (...)

6Ce brillant cursus commence en novembre 1898 sous le proconsulat du résident général Millet (1894-1900)6. Le Parisien de vingt-cinq ans qui débarque alors à Tunis n’est pas étranger au monde méditerranéen, car il a vécu quelques années de son enfance en Italie et a consacré son mémoire de diplôme d’études supérieures à l’étude de L’expédition du duc de Beaufort contre Djidjelli en 16647. Il est maintenant d’autant plus décidé à réussir qu’il vient de se remettre d’une grave maladie qui l’a empêché de continuer ses études et de préparer l’agrégation d’histoire-géographie. Nous sommes en 1898, dix-sept ans se sont déjà écoulés depuis l’institution du Protectorat et le système administratif français en Tunisie, qui est relativement bien installé dans la totalité du territoire, a maintenant besoin d’étoffer ses services de contrôle pour réduire encore plus l’action de l’autorité militaire et pour prospecter les meilleures terres à lotir en faveur des colons. Les administrateurs de la première heure ayant jusque-là été pris parmi les officiers et les interprètes militaires8, on s’oriente maintenant vers le renouvellement des hauts cadres dans les milieux des intellectuels. Dans ce contexte, notre jeune licencié en droit, qui, de surcroît, est imprégné de culture italienne (référence précieuse dans un pays où le nombre des Italiens dépasse encore de loin celui des Français) trouve sans peine à intégrer les services du contrôle civil du Protectorat.

  • 9 Notice sur l’organisation du contrôle civil en Tunisie, Tunis, 1904. Le décret organisant le corps (...)
  • 10 Ibidem, p. 7-20.

7L’institution du contrôle civil fonctionne à l’époque depuis déjà une quinzaine d’années, quoique l’arrêté résidentiel relatif aux conditions d’admission et d’avancement dans le corps ne date que d’un an à peine9. Les contrôleurs civils, qui sont fonctionnaires français nommés par décret du président de la République sur proposition du ministre des Affaires étrangères, sont recrutés, d’après l’arrêté de 1897, sur concours. Or, ce concours – appelé diplôme d’aptitudes administratives –, demande une bonne connaissance de l’histoire de la Tunisie depuis Carthage jusqu’à l’établissement du Protectorat, en passant par les époques romaine, byzantine, arabe et turque. Le programme comporte aussi la géographie générale du monde islamique et en particulier celle de l’Afrique du Nord, ainsi que des notions de législation tunisienne et évidemment l’étude de l’organisation et du fonctionnement de l’administration du Protectorat. Notons que l’avancement dans le corps reste en partie tributaire de la connaissance de la langue arabe, les titulaires du brevet d’études arabes bénéficiant d’une sorte de bonus10.

  • 11 inhmn, fonds cité ; Y. Châtelain, op. cit.
  • 12 Annuaire de la Tunisie, 1938, p. 6.
  • 13 inhmn, fonds cité.

8Nommé au début contrôleur civil stagiaire à Maktar (Centre-Ouest), puis contrôleur suppléant attaché au bureau des contrôles civils à la Résidence, Charles Monchicourt est promu en 1908 contrôleur civil à Kairouan, où il passe une dizaine d’années. Il est par la suite muté avec les mêmes fonctions d’abord à Béja (Nord-Ouest), puis, au bout de sept ans, à Tunis. Il conserve ce dernier poste jusqu’à sa retraite, en 193311. Au cours de ce long parcours, il s’acquitte convenablement de sa tâche. Celle-ci, rappelons-le, consiste à contrôler les autorités autochtones, notamment les caïds, et à informer le résident général de la situation dans sa circonscription. Au point de vue de la colonisation, le contrôleur civil a pour mission de tenir le pouvoir central au courant de toutes les ressources de sa circonscription, et d’aider de son conseil et de son appui les colons qui désirent s’établir en Tunisie12. Monchicourt se distingue même à deux reprises. D’abord au moment de la révolte de 1906, parce que, se trouvant par hasard sur les lieux en tournée d’inspection, il n’hésite pas à prêter main forte aux colons français de Thala qui sont assaillis, durant la nuit du 26 au 27 avril, par les révoltés Fréchiche. Ensuite pendant la guerre, puisqu’il ne ménage pas ses efforts pour faciliter les opérations de ravitaillement. Ces deux actions lui valent d’ailleurs la médaille d’argent qu’il reçoit à deux reprises pour services rendus à l’État13.

  • 14 « Le massif de Mactar. Tunisie centrale », Annales de géographie, t. X, 1901, p. 369.

9Tout compte fait, Monchicourt apparaît comme « un fonctionnaire d’élite », pour reprendre les propres termes du rapport de 1926. Ce document précise qu’à Kairouan, « il a réussi – ce que n’avaient jamais réalisé ses devanciers –, à maintenir une union parfaite entre les divers éléments d’une population remuante », et qu’il a montré « les mêmes qualités à Béja où il a su se faire aimer des indigènes comme des Français ». Faut-il trouver là simplement une manière de gérer les affaires publiques, ou peut-on considérer que Monchicourt a une plus grande sensibilité que d’autres aux rapports humains ? Visiblement, ce témoignage montre surtout un tempérament modéré et un esprit curieux. Ceci dit, pour Montchicourt, le choix est clair : il s’agit de tout faire pour favoriser la colonisation française (le contraire serait d’ailleurs étonnant de la part d’un contrôleur civil). Des conclusions formulées dans quelques-unes de ses études le montrent bien. On peut citer, à titre d’exemple, une recherche sur Maktar dans laquelle il affirme que cette localité se présente comme « un des points stratégiques pour la colonisation de l’intérieur. De plus, dit-il, il est à prévoir que les Européens, une fois établis au milieu du massif rayonneront sur les plaines qu’il commande »14. Une autre étude, intitulée « La steppe tunisienne chez les Fréchiche et les Majeur » se termine par la conclusion suivante :

  • 15 Bulletin de la direction de l’Agriculture et du Commerce, 1906, p. 85.

« Il n’était peut-être pas superflu d’expliquer la nature de ce pays et d’en dresser en quelque sorte l’inventaire à la veille du jour où le chemin de fer va favoriser la visite de la contrée et permettre le genre de mise en valeur dont elle est susceptible »15.

  • 16 Y. Châtelain, La vie littéraire…, op. cit., p. 171.

10De quoi s’agit-il ? On l’ignore. À côté de ces bribes, il y a des développements importants et même un combat qui se rapporte à une idée chère à Monchicourt, à savoir la colonisation de peuplement, analyses qui sont parues sous les pseudonymes de Rodd Balek et de Cave, qui signifient tous deux, l’un en arabe, l’autre en latin : « Fais attention »16.

11Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la colonisation française en Tunisie se trouve à la croisée des chemins, la seule alternative à son étiolement étant la mise en route d’un train de mesures d’envergure pour rattraper le temps perdu. Or, personne mieux que Charles Monchicourt n’exprime les enjeux et n’ose dire tout haut ce que d’autres pensent tout bas. Le contrôleur attire l’attention sur les deux périls qui, d’après lui, guettent les Français de Tunisie, à savoir, « le péril italien » et le « péril indigène ». C’est que, d’un côté il y a les ambitions politiques de l’Italie fasciste qui s’appuient sur une population italienne plus nombreuse que la colonie française, et, de l’autre, on trouve les revendications du Destour (le parti nationaliste tunisien) qui est fondé en 1920. Revendications qui se réclament du principe wilsonien du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », et qui sont d’autant plus menaçantes pour la prépondérance française qu’elles jouissent de la sympathie de certains milieux politiques métropolitains.

  • 17 Cave, Sur les traces de Rodd Balek. Les problèmes tunisiens après 1921, Paris, 1921, p. 474.

12Pour Monchicourt, ces deux périls appellent un seul et même remède. Il faut, en effet, développer la colonisation de peuplement, notamment par la naturalisation des Européens et des autochtones. Celle-ci, déclare-t-il, est « une nécessité absolue, tant pour égaler un jour les Italiens que pour permettre à notre groupe national de jouer son rôle civilisateur »17. Frappé par l’insigne privilège qu’ont encore les Italiens de Tunisie de pouvoir conserver leur nationalité alors que dans l’Algérie voisine tous les Européens deviennent automatiquement Français à la troisième génération, et convaincu que la faiblesse de l’effectif des colons découle de ce qu’il appelle « une débilité congénitale singulière », Monchicourt en arrive à préconiser deux solutions :

  • 18 Ibidem, p. 104.

« D’abord, dit-il, accroître le nombre des Européens et les fondre petit à petit avec les Français en joignant à ce mélange une quantité appréciable d’Indigènes musulmans »18.

  • 19 Ibid., p. 279.

13Ensuite, enraciner à la terre tunisienne 15 000 nouveaux agriculteurs français, et, à raison de cinq personnes par famille, créer 3 000 lots, c’est-à-dire 200 lots par an19.

  • 20 Louis Aguesse, Souveraineté et nationalité en Tunisie, Paris, 1930, p. 308.
  • 21 Y. El Ghoul, Naturalisation française et mouvement national tunisien, mémoire pour le Certificat d (...)
  • 22 Les raisons de cet échec remontent à l’époque de la promulgation de la loi du 23 décembre 1923. Vo (...)
  • 23 Y. El Ghoul, op. cit., p. 162-163.

14La démonstration de Monchicourt porte ses fruits. En effet, il réussit à entraîner une évolution rapide de la législation dans le sens de sa thèse. Ainsi, le 20 décembre 1923, une loi est-elle promulguée, qui ouvre largement les portes de la nationalité française aux étrangers de Tunisie et surtout aux autochtones. Le résultat est spectaculaire au début, puisque de 1921 à 1926, 11 265 individus sont naturalisés français (dont 5 160 naturalisés automatiquement : brusque apport dû à l’application aux Maltais de la loi de 1923). À partir de 1926, la cadence se régularise, et s’établit entre 2 500 et 3 000 naturalisations par an20, mais la proportion des Tunisiens musulmans naturalisés français reste faible et ce malgré la création avec quelque tapage d’une Ligue des musulmans français21. En revanche, en ce qui concerne la colonisation des terres, Monchicourt ne peut que déchanter, car force est de reconnaître que le problème des surfaces cultivables est difficile à surmonter. À longue échéance, l’opération Monchicourt va finalement aboutir à un succès très relatif, d’une manière générale, et même à un véritable échec en ce qui concerne la naturalisation des musulmans. Mais, en vérité, la responsabilité en revient surtout à la propagande officielle qui commet plusieurs maladresses, dont la décision de baptiser « croisade » la campagne entreprise. Une idée « saugrenue », comme le remarque à juste titre Cohen-Hadria, et qu’à aucun moment Monchicourt n’a du reste défendue22. Dès Tannée 1930, l’inhumation dans le cimetière musulman de Tunisiens musulmans naturalisés français provoque des remous dans quelques villages du Sahel, comme Akouda et Hammam Sousse. La question des naturalisations va servir de cheval de bataille au mouvement national qui mobilise les foules. Ainsi, en décembre 1932, l’affrontement entre les forces de Tordre et la foule rassemblée au cimetière est évité de justesse, et cela à l’occasion de l’inhumation d’un dénommé Châabane, Tunisien naturalisé français et marié à une Française23. Finalement, c’est aux autorités du Protectorat de faire marche arrière, puisqu’on finit par réserver des emplacements particuliers à la sépulture des musulmans naturalisés français, ce qui consacre leur statut social de parias.

  • 24 Ouvrage édité à Tunis en 1933. Voir p. 3.

15C’est un échec que Monchicourt ressent comme une faillite de la politique du Protectorat. En 1933, faisant le point après trente-cinq ans de bons et loyaux services, il se montre plutôt pessimiste. La célébration du cinquantenaire du Protectorat, avec son cortège de louanges, de rubans et de boutonnières éclatant de splendeur, ne lui fait pas oublier une réalité amère qu’il exprime en guise de préface à l’ouvrage d’Abribat, Atha Allah, fils de caïd. « En Tunisie, dit-il, après plus de cinquante ans de cohabitation, les deux populations, européenne et musulmane, respirent le même air Tune à côté de l’autre, sans guère se mêler ni même se comprendre. Chacune constitue un monde spécial et le monde indigène est impénétrable à l’immense majorité des Français. Seuls quelques-uns de ceux-ci, sachant la langue arabe et placés par leur fonction ou leur métier en contact permanent avec nos protégés possèdent des antennes dans ce bloc si proche et à la fois si lointain et pourront servir d’agents de liaison lorsqu’on voudra avoir recours à eux. Malheureusement, la cohorte de ces renseignés est exiguë et elle a plutôt tendance à diminuer24. » De ce constat se dégage un sentiment de déception que Monchicourt ne trouve pas de gêne à exprimer, lui dont l’effort a été de montrer que la meilleure voie pour cohabiter avec un peuple colonisé était de le connaître en étudiant son histoire, ses mœurs et ses spécificités. Cette curiosité scientifique, quelle que soit la motivation qui la sous-tend, est en elle-même un engagement qui mérite qu’on s’y arrête ; qui plus est, cet effort débouche sur une œuvre à la fois originale et de qualité.

L’ŒUVRE SCIENTIFIQUE DE CHARLES MONCHICOURT

16Évidemment, il n’est pas question d’étudier ici d’une manière détaillée tout l’apport de Charles Monchicourt dans le domaine de la recherche. Contentons nous de dégager les aspects fondamentaux de son œuvre. Le premier aspect se rapporte à l’ampleur de son érudition. La préparation de sa thèse de doctorat, intitulée La région du Haut Tell en Tunisie, et qu’il soutient en 1913 à la Sorbonne, lui demande une dizaine d’années de travail pendant lesquelles il recueille des renseignements de tout genre, visitant, en bon géographe, les lieux, scrutant les paysages et étudiant l’adaptation de l’homme au milieu. Mais les autres études de moindre envergure, avant ou après 1913, sont menées avec le même sérieux : recherche assidue de documents dans les différentes bibliothèques, celles des archives de la Marine, des Affaires étrangères en France, de Tolède, de la Ricardiana de Florence, de l’Ambrosiana de Milan, et bien sûr la Bibliothèque nationale à Paris ; utilisation de sources arabes, espagnoles, italiennes appartenant à des genres différents (récits de chroniqueurs, parchemins et papiers d’archives, inscriptions et monnaies) ; documentation fouillée sur des sujets aussi variés que ceux concernant les voyageurs européens en Tunisie, la région de Tunis, l’expédition espagnole de 1560 contre l’île de Djerba, la politique ifriqyenne au XVIe siècle, la toponymie de la localité de Kalaat Senane, la répugnance ou le respect relatif à certaines paroles ou certains animaux, la fête de l’Achoura, les sauterelles, les rogations pour la pluie. Il lui est arrivé aussi de rédiger un papier sur la stèle votive du procurateur Marcus Ulpius Menophon (époque de Septime Sévère), la faisant, par la suite, incruster dans le mur de la piscine de Hammam Syala (Aquæ Traianae). Évidemment, de par ses fonctions, Monchicourt ne trouve pas de difficulté à consulter différents types de documents (rapports, statistiques, papiers législatifs et administratifs, etc.) ; il n’en reste pas moins que tout ceci lui demande un effort soutenu.

17Le deuxième aspect de cette œuvre concerne son souci de renouveler les recherches, soit en montrant l’apport de certains documents inconnus, telle cette narration alors inédite de Peyssonnel sur son voyage en Tunisie ; soit en adoptant les méthodes nouvelles, celles de la géographie moderne par exemple, à l’instar des géographes de la métropole ; soit encore en ouvrant de nouvelles perspectives de recherches comme l’étude du Nord-Ouest tunisien ou l’analyse du rayonnement géographique d’une grande ville, en l’occurrence Tunis.

  • 25 Études Kairouanaises…, Tunis, 1939. Préface, p. III.

18Toutes ces études comportent un appareil critique très élaboré et se fondent sur la comparaison des documents et une analyse rigoureuse des sources. Il faut faire une place à part à un ensemble de travaux réalisés par Monchicourt lorsqu’il était contrôleur civil à Kairouan et qui ont été rassemblés et publiés à titre posthume en 1939 sous le titre Études kairouanaises. Kairouan et la Chabbia (1450-1522). Reconnaissant leur grand intérêt, l’historien Robert Brunschwig montre que l’auteur ne se contente pas d’aborder l’agonie de la monarchie hafside à partir d’un éclairage extérieur, mais qu’il introduit dans son analyse des acteurs jusqu’alors négligés, comme les tribus, les confréries, le monde des villes, etc.25.

  • 26 A. Arrouas, Livre d’or, 1ère éd., 1932, p. 135-136 (information due à Mme K. Ben-DanaKchir).

19Le troisième aspect qui caractérise l’œuvre de Monchicourt est l’apport qu’il a su tirer de la culture populaire orale, sans céder pour autant à des considérations folkloriques. Le parler, le vêtement, les habitudes culinaires sont rattachés à l’histoire et aux croyances religieuses. Le Livre d’or le cite comme le « premier rénovateur à Kairouan de l’industrie du tapis. Il a lancé le type “Allouche”26 ».

  • 27 « Mœurs indigènes », La revue tunisienne, 1908, p. 3.
  • 28 « L’insécurité en Méditerranée durant l’été de 1550 », La revue tunisienne, 1917, no 120, p. 317.
  • 29 « De la nécessité d’adopter pour la triade Algérie, Tunisie, Maroc, un nom propre d’ensemble », Re (...)

20Bref, l’apport scientifique est indiscutable, mais on peut tout de même relever la « résurgence » dans ses études de certains préjugés, comme l’idée que l’insécurité en Méditerranée fut la règle entre la chute de l’Empire romain et la conquête d’Alger, c’est-à-dire avant l’intervention de la France d’une manière directe dans les affaires de l’Afrique du Nord27, ou encore la conviction que la société tunisienne rurale appartient à la catégorie des sociétés primitives dans lesquelles prévaut la superstition28. Ces réflexions nous rappellent que l’intellectuel reste, malgré tout, le produit de son temps et n’échappe pas toujours aux courants d’idées dominants dans son milieu. En revanche, notons que Monchicourt est tout de même l’un des rares intellectuels à avoir réfléchi à un vocable nouveau pour désigner la triade Algérie, Tunisie et Maroc, et qui remplacerait les mots, quelque peu boiteux à son goût, de « Barbarie », « Berbérie », « Maghreb », « Africa », « Ifriqya », « Afrique du Nord » : il a proposé le mot « Altuma », forgé par assemblage des syllabes initiales des noms des trois pays29. Voici une préoccupation commune à nombre d’intellectuels tunisiens d’hier, d’aujourd’hui, et probablement de demain aussi.

  • 30 A. Arrouas, Livre d’Or, 2e éd., 1942, p. 74.

21Enfin, il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’être un intellectuel, c’est être fidèle à soi-même. C’est ce qui ressort de la note qu’on peut lire dans le Livre d’or : « Magnanime et charitable [Ch.-F. Monchicourt] sut faire admirer le vrai visage de la France. Les Musulmans l’aimèrent parce qu’il les aimait, il les aimait parce qu’il les comprenait. Son souvenir est toujours vivant en Tunisie »30.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE DE L’ŒUVRE SCIENTIFIQUE DE CHARLES MONCHICOURT31

1898. « L’expédition de Djidjelli (1664) », Revue maritime, 65 p.

1901. « Le massif de Mactar. Tunisie centrale », Annales de géographie, t. X, 25 p.

1904. « La région de Tunis », Annales de géographie, t. XIII. Cette étude est réimprimée sous le même titre dans Les Cahiers de Tunisie, 3e-4e trim. 1974, p. 199-230.

1905. « La Tunisie et l’Europe, quelques documents relatifs aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles », Revue tunisienne, 122 p.

1906. « Kalaat Senane. Note sur l’orthographe et le sens de ce dernier mot », Revue tunisienne, 6 p.

1906. « La steppe tunisienne chez les Fréchiche et les Majeur (régions de Fériana, Kasserine, Sbeïtla, Djilma) », Bulletin de la direction de l’Agriculture et du Commerce, 85 p.

1908. « Répugnance ou respect relatifs à certaines paroles ou à certains animaux », Revue tunisienne, 19 p.

1909. « Mœurs et croyances relatives aux sauterelles », Revue tunisienne, 16 p.

1910. « La fête de l’achoura », Revue tunisienne, 1910, 26 p.

1911. « Règlements d’irrigation dans le Haut Tell (régions du Kef, Téboursouk, Mactar et Thala) », Bulletin de la direction de l’Agriculture et du Commerce, 23 p.

1913. L’expédition espagnole de 1560 contre l’île de Djerba, Paris, 1913, 271 p. 1913. La région du Haut Tell en Tunisie, Paris, 1913,487 p.

1915. « Les rogations pour la pluie (tholb-en-nô) », Revue tunisienne, 19 p.

1916. « Le voyageur Peyssonnel de Kairouan au Kef et à Dougga (août 1724) », Revue tunisienne, 23 p.

1917. « La Mhalla d’Ahmed Zarrouq dans le Sahel (1864) », Revue tunisienne, 11 p.

1917. « L’insécurité en Méditerranée durant l’été de 1550 », Revue tunisienne, no 120, p. 317-324.

1918. « Épisodes de la carrière tunisienne de Dragut (1550-1551) », Revue tunisienne, 30 p. Version développée de l’article qui vient d’être cité.

1919. « Note sur Hammam Syala (Aquae Traianae) - région de Béja », Bulletin archéologique, 14 p.

1922. Rodd-Balek (pseudonyme), La Tunisie après la guerre (1919-21). Problèmes politiques, Paris, 1922. Cet ouvrage est réedité en 1929 : Cavé (pseudonyme) : Sur les traces de Rodd-Balek. Les problèmes tunisiens après 1921, Paris, 1929, VIII-520 p.

1923. « Un autre texte du “Mémoire sur Tunis” publié par Chateaubriand », Revue de l’histoire des colonies françaises, t. XVI, 37 p.

1925. « Essai bibliographique sur les plans imprimés de Tripoli, Djerba et Tunis-Goulette au XVIe siècle et note sur un plan d’Alger », Revue africaine, 32 p.

1929. Documents historiques sur la Tunisie : relations insolites de Nyssen, Filippi et Calligaris, Paris, 1929.

1936. « De la nécessité d’adopter pour la triade Algérie-Tunisie-Maroc un nom propre d’ensemble », Revue africaine, 3e-4e trim. 1936, no 368-369, p. 217-226.

1938. « La frontière algéro-tunisienne dans le Tell et la steppe », Revue africaine, 29 p.

1938. Les Italiens de Tunisie et l’accord Laval-Mussolini de 1935, Paris, 1938, 233 p.

1939. « Études kairouanaises. Kairouan et la Chabbia (1450-1592) », Revue tunisienne, 249 p.

Notes

1 Rappelons que c’est au cours des années 1880-1900 que le mot intellectuel a acquis en France son plein sens de catégorie politique, en plus du sens sociologique qu’il avait jusque-là, et ceci en rapport avec l’affaire Dreyfus. Voir Ch. Charle, Naissance des intellectuels (1880-1900), Paris, Minuit, 1990, p. 7.

2 A. Memmi, Portrait du colonisé précédé du Portrait du colonisateur, Paris, 1973, p. 75-76.

3 Histoire de la pensée européenne. 3 : Des humanistes aux hommes de science, XVIe-XVIIe s, Paris, 1973, cité dans Ch. Charte, op. cit., p. 10, note 4.

4 Remercions à ce propos Anne-Marie Planel (Centre de documentation Tunisie-Maghreb) pour son aide.

5 Institut national d’histoire du mouvement national (inhmn), Fonds Quai d’Orsay. Série Tunisie (1917-40). Bobine 6, fol. 188.

6 Les proconsulats sous lesquels il poursuit sa carrière sont ceux de Benoît (1901), Pichon (1902-1906), Alapetite (1907-1918), Lucien Saint (1918-1929) et Manceron (1929-1933).

7 Y. Châtelain, La vie littéraire et intellectuelle en Tunisie de 1900 à 1937, Paris, 1937, p. 170.

8 A. Destrées, « Recrutement et rôle des agents français de la province tunisienne », Revue tunisienne, 1901, p. 49-51.

9 Notice sur l’organisation du contrôle civil en Tunisie, Tunis, 1904. Le décret organisant le corps des contrôleurs civils date du 4 octobre 1884 ; l’arrêté résidentiel dont il est question est promulgué le 27 octobre 1897.

10 Ibidem, p. 7-20.

11 inhmn, fonds cité ; Y. Châtelain, op. cit.

12 Annuaire de la Tunisie, 1938, p. 6.

13 inhmn, fonds cité.

14 « Le massif de Mactar. Tunisie centrale », Annales de géographie, t. X, 1901, p. 369.

15 Bulletin de la direction de l’Agriculture et du Commerce, 1906, p. 85.

16 Y. Châtelain, La vie littéraire…, op. cit., p. 171.

17 Cave, Sur les traces de Rodd Balek. Les problèmes tunisiens après 1921, Paris, 1921, p. 474.

18 Ibidem, p. 104.

19 Ibid., p. 279.

20 Louis Aguesse, Souveraineté et nationalité en Tunisie, Paris, 1930, p. 308.

21 Y. El Ghoul, Naturalisation française et mouvement national tunisien, mémoire pour le Certificat d’aptitude à la recherche, Tunis, 1973, p. 55.

22 Les raisons de cet échec remontent à l’époque de la promulgation de la loi du 23 décembre 1923. Voir E. Cohen-Hadria, Du Protectorat français à l’indépendance tunisienne. Souvenirs d’un témoin socialiste, Nice, 1976, p. 79.

23 Y. El Ghoul, op. cit., p. 162-163.

24 Ouvrage édité à Tunis en 1933. Voir p. 3.

25 Études Kairouanaises…, Tunis, 1939. Préface, p. III.

26 A. Arrouas, Livre d’or, 1ère éd., 1932, p. 135-136 (information due à Mme K. Ben-DanaKchir).

27 « Mœurs indigènes », La revue tunisienne, 1908, p. 3.

28 « L’insécurité en Méditerranée durant l’été de 1550 », La revue tunisienne, 1917, no 120, p. 317.

29 « De la nécessité d’adopter pour la triade Algérie, Tunisie, Maroc, un nom propre d’ensemble », Revue africaine, 3e-4e trimestres 1936, p. 217-226.

30 A. Arrouas, Livre d’Or, 2e éd., 1942, p. 74.

31 Sauf spécification contraire, le lieu d’édition est Tunis.

Auteur

Université de Tunis I, 9 avril

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search