Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Deuxième partie. Parcours politique

Logique ethnique et logique coloniale à travers les associations en Tunisie entre les deux guerres

Habib Belaid

Texte intégral

1La Tunisie de l’entre-deux-guerres offre un terrain privilégié pour l’étude d’une société « cosmopolite », au moins dans sa composante urbaine. Elle est partagée entre des communautés ayant des parcours historiques différents et occupant des situations dictées par une colonisation qui cherche à imposer une hégémonie univoque. Les distinctions se font à plusieurs niveaux : au niveau de la communauté d’origine au sens large (Européens / « indigènes ») ou au sens limité (Français / Italiens / Maltais / Grecs / Algériens, etc.), entre Tunisiens musulmans et Israélites (Tunisiens et Livournais). Des distinctions encore plus fines sont à déterminer à l’intérieur de chaque ethnie. La phénoménologie des groupes révèle donc une diversité de situations et de statuts.

  • 1 A.C. Taylor, « Ethnies », P. Bonte et alii, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Pa (...)
  • 2 D’après les statistiques établies par les contrôleurs civils et les services des renseignements mi (...)

2Signifiant flottant par excellence, « l’ethnie n’est rien en soi, sinon ce qu’en font les uns ou les autres1 ». C’est dans les rapports que ces différentes ethnies entretiennent entre elles, selon leur situation historique, qu’il faut placer le débat. Se distinguent de la communauté tunisienne musulmane majoritaire plusieurs minorités : des « indigènes » d’abord (les Israélites), puis les Italiens et les Maltais, les plus nombreux2 et les plus anciennement installés dans la Régence de Tunis, suivis par les Français arrivés surtout après l’occupation française de la Tunisie (1881). De par leur situation d’occupant, les Français ont le statut le plus élevé ; ils tentent d’imposer leur influence, politique, économique, sociale et culturelle, aux autres groupes, en ménageant particulièrement les susceptibilités de l’Italie, « la sœur latine ».

3Des rapports complexes de domination ou d’alliance, de conflits ou de concurrence, vont s’établir entre ces différentes ethnies. Expression d’une diversité sociale et culturelle, des associations naissent et se développent, épousant parfois les modèles culturels imposés par le milieu colonial : ces associations sont au nombre de quelques centaines au cours des années vingt, elles seront plus de 1 700, de tous genres, à être reconnues à la fin des années trente ; les trois quarts sont françaises, ce qui est évidemment disproportionné par rapport à la taille de la colonie française de Tunisie. Une question se pose à cet égard : sur quelle base se constituent les associations en milieu colonial ? Question complexe qui renvoie en fait à des problèmes relatifs à la constitution des associations, à leur mode de recrutement, à la mission qu’elles poursuivent et à leurs pratiques. S’agit-il d’associations « suscitées » (par l’administration) ou « spontanées » ? Une autre dimension est à prendre en compte : certains groupements naissent comme prolongement d’associations métropolitaines, « s’autonomisent » ou se « tunisifient », ou simplement disparaissent. Nous tenterons, à travers certains exemples d’associations culturelles et sportives, à partir des archives officielles et de la presse, de répondre à quelques-unes de ces interrogations.

ASSOCIATIONS CULTURELLES : UNE POLITIQUE COLONIALE DIFFÉRENTIELLE

  • 3 Voir le décret beylical établissant la liste des écoles et des associations italiennes, respective (...)
  • 4 Note au Directeur général adjoint (de l’Intérieur ?), s. d. (1930), archives du ministère français (...)
  • 5 Note au sg du gouvernement tunisien, du 10.10.1936. Archives nationales de Tunisie (ant), série E, (...)
  • 6 Maison des Italiens, à Hammam-Lif, voir note d’information du 20.4.1936. Archives du mae, série Tu (...)

4Établie dans un contexte de concurrence entre la France et l’Italie, la première législation sur les associations date du 15 septembre 1888. Décrétée le même jour que la législation relative à l’organisation de l’enseignement en Tunisie (soutenu ou entretenu par des associations ou des particuliers), cette législation tend avant tout à limiter l’influence italienne dans la Régence. Un « arrangement » a été conclu entre la partie française et la partie italienne (convention de 1896), maintenant le statu quo pour les écoles italiennes3 et les associations constituées avant 1896. Dans la pratique, la politique coloniale vis-à-vis des Italiens est complexe, du fait du nombre relativement élevé d’Italiens en Tunisie et de la montée du fascisme au cours des années vingt. Deux cas illustrent ce comportement. Le Cercle italien de Béja est autorisé par le résident général Lucien Saint par un arrêté du 16 octobre 1925, malgré « le but politique évident de ce groupement »4. Cinq ans plus tard, on refuse à ce cercle les modifications demandées qui seraient susceptibles de consolider ses buts « nationaux et culturels », et de lui fournir un « budget spécial » échappant au contrôle de l’État. Le contexte marqué par la montée du fascisme expliquerait cette hésitation. La même attitude contradictoire a été adoptée vis-à-vis de la section des Giovani esploratori italiani (scouts), qui a été autorisée le 22 mai 1918 pour la seule durée des hostilités5. L’administration coloniale cherchait en 1936 à « se débarrasser » de cette association acquise depuis au fascisme. Au Cercle franco-italien Pie X, qui œuvre pour « le rapprochement franco-italien par des manifestations amicales », l’avocat de Lorières, président des Jeunesses patriotes de Tunis, a fait « l’apologie du fascisme6 » devant un auditoire composé essentiellement d’Italiens (300 à 400 personnes). Toutefois, une tolérance relative est pratiquée vis-à-vis d’associations diffusant une culture européenne comme la Dante Alighieri ou le Cercle artistique Italien.

5Par ailleurs, depuis la fin des capitulations, les autorités coloniales affichent une politique de « neutralité » vis-à-vis des autres communautés européennes étrangères de Tunisie. À l’égard de la communauté grecque, elles se considèrent comme ayant « un simple droit de regard et de contrôle sur les applications des statuts » des associations qu’elles ont approuvés, et confirment la souveraineté des décrets tunisiens qu’elles ont elles-mêmes promulgués.

  • 7 « Où les musulmans avaient été volontairement laissés dans l’ignorance et où les Israélites avaien (...)
  • 8 Ibid.
  • 9 Dès 1895, les Israélites avaient la population scolaire (enseignement public) la plus élevée : 3 9 (...)

6Quant à l’attitude à l’égard des Tunisiens, elle consiste à trouver un « équilibre » entre musulmans et Israélites. L’enseignement, comme moyen « d’initiation à la civilisation française », doit être dispensé, mais à des doses réduites selon les ethnies : il fallait éviter les erreurs de l’expérience algérienne7, sans songer à donner aux musulmans (Tunisiens) une instruction trop développée, mais sans les placer, selon le résident général, « dans une situation inférieure à celle des Israélites. Ceux-ci paraissaient devoir chercher à s’instruire, à se rapprocher de nous, afin de tirer profit de notre présence en Tunisie »8. Dans un milieu israélite où l’instruction est relativement développée9, et où les naturalisations françaises sont plus fréquentes, notamment pendant les années vingt, il est aisé de comprendre la floraison précoce d’amicales post-scolaires, comme la Société des anciens élèves de l’Alliance israélite, née en 1899 autour de l’Alliance israélite (1878), très active depuis le début du XXe siècle et patronnée par les résidents généraux Pichon et Alapetite ; ou encore les premières associations d’étudiants, comme l’Association générale des étudiants de Tunisie fondée par Théodore Valensi en 1907.

  • 10 Notamment en vue d’inverser le déséquilibre favorable aux Italiens jusqu’au début des années trent (...)
  • 11 Un premier inventaire rapide de ces associations a été fait : voir H. Belaid, « Les sociétés régio (...)

7Les Français, eux, constituent un groupe hétérogène à l’intérieur duquel chaque sous-groupe conserve ses références culturelles propres. Les naturalisations ont certes augmenté le nombre de Français en Tunisie10 (7 000 Israélites tunisiens et un millier de musulmans entre 1924 et 1947, dont la moitié entre 1928 et 1934 ; 5 000 Maltais en 1921), mais la différenciation se fait à l’intérieur de cette communauté entre Français de souche et Français par adoption ou mariage, et parmi ces derniers entre Européens et musulmans. Ces derniers constituent leur propre association : la Ligue des musulmans français, encouragée par Charles Monchicourt et soutenue par les résidents généraux ; elle va se heurter à l’opposition farouche des nationalistes, dès le début des années trente. En outre, dès la première période du Protectorat en Tunisie, des sociétés régionales (ou d’originaires) vont regrouper uniquement des Français (de souche) et cultiver le mythe de l’appartenance et de la distinction, bâti sur la naissance et l’origine : on en compte une trentaine en 193711, outre des cercles ou unions, sortes de clubs politiques réservés aux Français comme le Cercle civil français de Gabès (1897), les Cercles de Sousse, de Djerba, etc., et qui font suite à des clubs plus anciens d’Européens ou d’Italiens ou à des cercles mixtes comme le Cercle international « l’Union » (1895) groupant à Monastir des Italiens et des Tunisiens musulmans.

  • 12 Albert Canal, La littérature et la presse tunisiennes de l’Occupation à 1900, Paris, Éditions la R (...)

8Considérées souvent comme des canaux de diffusion de la civilisation française dans le pays colonisé, les associations françaises bénéficient de la sollicitude des autorités coloniales. Dès 1898, le résident général R. Millet a mis un espace approprié à la disposition des personnes, sociétés et comités qui « dans un but patriotique, littéraire et artistique, scientifique ou de charité, désirent y donner des réunions »12 : il s’agit du Palais (puis Hôtel) des sociétés françaises géré par la direction générale des Travaux publics. Ce lieu est resté longtemps un espace français : obéissant à une logique socio-politique, la ville est bien découpée selon le paramètre ethnique. Dans ce cadre, certaines associations françaises, littéraires, musicales ou théâtrales, épousent l’idéologie coloniale : coloniser, diffuser la culture française en Tunisie, constitue pour elles un devoir « national » ou « patriotique ». Elles s’identifient avec le groupe dominant, ce qui pose le problème de leur mission et de leur influence en milieu tunisien. Trois exemples illustrent ce courant.

  • 13 Lettre de J.-C. Bonici au résident général en date du 25 mai 1925, mae, fr (Nantes), carton 1588/c
  • 14 Voir la lettre de la Société des écrivains de l’Afrique du Nord au résident général, lui demandant (...)
  • 15 État des subventions accordées par la résidence générale sur l’exercice de 1939 à des associations (...)

9La chorale de Tunis, société française de musique fondée en 1885, se propose selon son président de se rendre en Alsace en août 1925 (avec 40 membres), « pour y donner des concerts et des conférences, dans un but de propagande afin d’attirer sur notre sol tunisien des jeunes gens pour la colonisation »13. Est-ce pour « plaire » au résident général et obtenir une subvention ? En tout cas, cette association se place dans l’air du temps. La Société des écrivains de l’Afrique du Nord (constituée en 1921), qui complète, mais sur un autre plan, l’œuvre de L’Alliance française en Tunisie, se propose quant à elle « d’encourager les lettres et de propager la langue française dans les pays nord-africains ». Elle organise des manifestations culturelles qui tendent, selon Arthur Pellegrin, son secrétaire général, « à faire de l’Afrique du Nord le prolongement du génie français ». Le résident général accepte avec empressement la présidence d’honneur de la société dont il apprécie « hautement les efforts en vue du rayonnement de la pensée française dans les pays d’islam, prolongement de la mère patrie »14. Cette association est classée en 1939 parmi les 22 sociétés « d’intérêt public », dont dix métropolitaines, subventionnées par la résidence générale et bénéficiant de la subvention la plus élevée (20 000 francs)15.

10Il en est de même pour L’Essor (1905), société littéraire et théâtrale qui n’a joué que des pièces du répertoire français, du moins jusqu’au début des années quarante. Toutefois, ses conférences littéraires ont pu attirer quelques intellectuels tunisiens. Soutenues par les autorités coloniales, ces associations dominaient la vie culturelle de la Tunisie de l’entre-deux-guerres. Ceci n’exclut pas certains abus : c’est le cas de l’Académie des jeux floraux de Tunisie. Constituée en 1934, elle se propose, selon ses statuts, « de favoriser l’expansion de la littérature et l’esprit français en Tunisie ». Elle est connue surtout par ses concours de poésie et de prose pour amateurs. Les droits de participation à ces concours sont relativement élevés (de 5 à 10 F), ce qui fait dire au résident général que cette association est une « société commerciale et n’a rien d’académique ».

  • 16 Voir la notice présentée par L’Alliance israélite dans la Revue de la section de Tunisie de la sgc (...)
  • 17 La Presse (de Tunisie) du 12.7.1938.

11Par ailleurs, de nombreuses associations culturelles françaises sont constituées par des Israélites naturalisés français, encouragés par L’Alliance Israélite qui se considère comme un « moyen de propagande de l’influence française en Orient », où elle possède 170 écoles dont 8 en Tunisie16. Réaction à la politique de francisation engagée depuis longtemps par L’Alliance Israélite en Tunisie ou repli nationaliste ? La société artistique hébraïque constituée en 1938 par Joseph Bijaoui se propose de donner des représentations de pièces en hébreu moderne et vise à la diffusion de la langue hébraïque17. Doublée d’une logique culturelle, la logique ethnique est complexe. Les quelques associations tunisiennes (musulmanes) n’ont pu subsister qu’en affichant leur « loyalisme » – du moins dans un premier temps - envers la puissance protectrice : c’est le cas de la société musicale Al-asria de Sfax, ou Al-adab, société théâtrale à Tunis. Cette dernière s’empare de ce cadre pour donner des pièces qui tournent parfois le colonisateur en dérision.

Des identités « mouvantes »

  • 18 Parmi les fondateurs du Destour en 1919, on note des israélites tunisiens de Béja. Voir Wathaiq, n(...)
  • 19 J. Berque, Il reste un avenir. Entretiens avec Jean Sur, Paris, Aléa, 1993, p. 69.
  • 20 Extrait de l’article I des statuts de cette association (17, rue Jules Ferry à Tunis).
  • 21 Voir les statuts de ces associations dans ant, Série E, carton no 260, D.5.
  • 22 H. Belaid, « Les mouvements scouts en Tunisie dans les années trente », Les mouvements politiques (...)

12Sémantique de groupe, l’identité peut se référer à un territoire comme c’est le cas de certains groupements tunisiens musulmans dont certains éléments Israélites ont cru, jusqu’au début des années vingt au moins18, à un destin politique commun, ou du moins à une même stratégie d’émancipation. Cet aspect apparaît dans la revendication commune de la Tunisianité face à la colonisation française. Mais « il n’est pas d’identité seulement par référence à un territoire existant, selon les termes de Jacques Berque, il peut y avoir identité par rapport à un territoire à venir, à une terre promise19 ». C’est le cas, entre autres, de l’association israélite scoute Berit trumpeldor, autorisée en janvier 1932, qui a pour but, d’après ses statuts, « l’éducation physique et intellectuelle de la jeunesse juive et [la contribution] également à la renaissance juive en Palestine par des causeries et par une aide matérielle »20. Encadrant de jeunes Juifs de Tunisie, les scouts Israélites sont rattachés directement à des fédérations juives métropolitaines comme L’union universelle de la jeunesse juive, section autorisée le 15 mars 1925, ou les Éclaireurs israélites de France-Région de Tunisie en 1938, association qui n’admet que les garçons ayant au moins un parent juif ; il en est de même pour les Scouts olympiques, section créée en 1939, au sein de la société sportive Le club olympique21. Ici, la logique ethnique dépasse la logique coloniale ou du moins l’utilise. Alors que le scoutisme musulman, marqué par le nationalisme, a évolué, dès 1934, en marge des scoutismes métropolitain et mondial22.

  • 23 Filiale de L’association des anciens élèves du collège Sadiki, créée en 1905.
  • 24 Voir Youssef Ben Achour, « Les Jeunes musulmans (filiale de la Khaldounia) », Revue de la section (...)

13Se considérant comme la source principale, sinon exclusive, d’influence en Tunisie, la France coloniale a fait écran à toutes les influences culturelles provenant du Moyen-Orient. Pourtant, la société tunisienne musulmane puise ses références et ses modèles partout, notamment en Orient. L’association des Jeunes musulmans s’est constituée au début des années trente sur un modèle égyptien. On s’intéresse beaucoup plus à l’homme, au « musulman » qu’au projet de « l’Unité islamique » qui a échoué avec l’effritement du Khalifat d’Istanbul. Créée parallèlement ou en opposition au mouvement de la Jeunesse scolaire23 sous l’égide de « l’association-académie » la Khaldounia (1896), elle se propose en 1936 les objectifs suivants : rassembler les zeitouniens, les sadikiens, les lycéens et autres, divisés par la politique coloniale de l’enseignement – elle se veut un cadre unificateur, un « groupement purement islamique et jeune » ; lutter contre les « stéréotypes » imposés par la situation coloniale et repris et intériorisés par la société tunisienne musulmane elle-même ; réduire, enfin, l’opposition entre le zeitounien « fanatique » et le lycéen aux « idées libres » (ou libérales)24. Dans ce cas, la logique ethnique s’oppose à la logique coloniale d’assimilation et de différenciation sociale et culturelle.

Des échanges possibles

  • 25 Ce comité gère dès 1935 les Diar el Askri (maison du combattant, du soldat). Voir à ce propos H. B (...)
  • 26 Voir Kmar Kchir-Bendana, « André Demeerseman : prêtre, savant et intellectuel, 1901-1993 », ibla ,(...)
  • 27 Cette Union pratiquait essentiellement l’apostolat social. Voir La Tunisie catholique, Tunis, no 7 (...)
  • 28 Op.cit. p. 118.

14Des rencontres et des échanges entre Français et Tunisiens ont eu lieu dans certains cercles échappant au cadre colonial officiel ou au cadre religieux classique : exemple d’action discrète mais efficace. Le cercle des amitiés tunisiennes, différent du Comité de Tunisie des amitiés africaines destiné à encadrer les militaires et anciens combattants tunisiens25, réunit dès 1934 des intellectuels français et tunisiens sur l’initiative d’André Demeerseman26, autour de conférences littéraires et autres manifestations artistiques. De même, au sein de L’union féminine civique et sociale, groupement catholique constitué à Tunis en 192527, une section d’Amitiés féminines franco-musulmanes a été constituée sous la direction du même Demeerseman, fondateur de l’ ibla . Cette section regroupe « des adhérentes désireuses d’établir entre femmes françaises et femmes musulmanes de cordiales relations basées sur la compréhension mutuelle et l’estime réciproque »28.

ASSOCIATIONS SPORTIVES : UNE COHABITATION SOUS CONTRÔLE

  • 29 Par exemple, La Sfaxienne, Société française de gymnastique, de tir et de préparation militaire, e (...)
  • 30 Des clubs français comme le Racing club de Tunis (1904) ou Le stade gaulois (1911) ; des clubs ita (...)

15Émanation et parfois porte-parole des différentes ethnies, des sociétés gymniques et sportives naissent en Tunisie dès la fin du XIXe siècle parmi les Français et les Italiens d’abord29, puis parmi les Tunisiens. Il s’agit d’abord de sociétés patriotiques liées à des besoins militaires. Les Tunisiens constituent à leur tour leurs propres associations : La musulmane, Société de gymnastique et musicale, en 1905, et, pour les Israélites, La Maccabi, société franco-tunisienne fondée en 1913, ou l’Alliance sportive dirigée par le banquier Jules Bessis, puis par Samuel Bellaiche. Des clubs de football nés à la veille de la Grande Guerre se développent au cours des années vingt, avec le triomphe des jeux de plein air30. Devenu un enjeu politique et social, à la fin des années vingt, le sport s’officialise et s’étatise. Des structures hiérarchisées de gestion et de contrôle intègrent la Régence dans la métropole ; elles permettent aux Français d’évoluer dans les différents championnats (d’Afrique du Nord ou de France, comme les frères Gouttenoire en tennis), mais elles constituent une « impasse » pour les Tunisiens : en leur qualité de « protégés français » (et non de sujets français) les Tunisiens, comme les Marocains, ne peuvent représenter la France dans les compétitions internationales. D’autre part, affiliés obligatoirement à des fédérations françaises, les Tunisiens ne peuvent rejoindre les fédérations internationales : dans ce cas, le statut sportif s’oppose à la « patrie sportive ».

  • 31 Lettre en date du 19.4.1921, Arch. mae, fr, carton no 1532, D3, f° 578.

16La réalité est encore plus complexe : les Tunisiens sont exclus de la pratique de certains sports exercés uniquement par des Européens. L’escrime est pratiquée par des notables italiens et français, souvent des militaires : c’est un affrontement symbolique entre deux communautés concurrentes et parfois en conflit. « L’œuvre de la Fédération d’escrime [de Tunisie], écrit le lieutenant-colonel Félici au résident général, en établissant et en fortifiant l’excellent accord des escrimeurs des colonies française et italienne, sous le principe intangible de la prépondérance française, dépasse la portée d’une œuvre purement sportive »31. Le tennis, sport « d’élite », n’est pratiqué que par des Français (dont des Israélites). D’autres sports, liés aux armes, donc à la souveraineté, comme le tir, sont réservés aux Français. Enfin, l’accès aux équipements sportifs départage colonisateurs et colonisés ; en plus des subventions accordées aux sociétés agréées par le gouvernement (SAG), chaque société doit avoir (en principe) son terrain de jeu.

17Tous ces obstacles n’ont pas empêché le développement du sport parmi les Tunisiens, mais ils l’ont orienté vers des disciplines ne demandant pas d’équipements coûteux ni une haute technicité, comme le cyclisme, la course à pied, le football, etc. Mais d’autres obstacles, d’ordre culturel essentiellement, empêchent le développement de la natation, notamment féminine, parmi les musulmans ; le rapport au corps est plus complexe que dans les autres ethnies : les champions des deux sexes sont en majorité Israélites ; certains d’entre eux se sont même illustrés en Métropole, comme les Taieb du Cercle des nageurs de Tunis. La multiplication des clubs de football à la fin des années vingt (86 clubs affiliés à la Ligue tunisienne du football association en 1928, groupant 3 000 joueurs environ) va permettre une compétition entre les différentes ethnies qui s’identifient à un ou plusieurs clubs ; les couleurs de ces derniers apparaissent comme des signes distinctifs, mais révèlent le plus souvent des valeurs symboliques : rouge et blanc pour les Tunisiens musulmans, bleu et blanc, ou jaune et noir, ou parfois « l’étoile de David » affichée par certains boxeurs comme Edmond Zerbib, pour les Israélites.

  • 32 « Sports. Incidents du Belvédère », Note de la résidence générale (vers février 1928), Arch. du ma (...)

18La différenciation entre les ethnies s’est accentuée essentiellement au lendemain de la Grande Guerre. Entre musulmans et Israélites ont eu lieu des tentatives de constitution d’associations communes, de musique au début du siècle, ensuite de sport, puisque l’Union sportive tunisienne (UST) a été constituée en 1919 par la fusion d’une société musulmane constituée en 1915, Le stade africain, et d’une société israélite, Le stade tunisois. Avec le désistement des joueurs musulmans, l’UST est devenue un club exclusivement israélite. En 1928, « elle a derrière elle toute la colonie israélite de Tunis depuis les personnalités les plus riches et les haut placées jusqu’au plus humble boutiquier des souks »32. Les Tunisiens musulmans, eux, ont constitué leurs propres clubs (Espérance sportive en 1919, Club africain en 1920, à Tunis ; Étoile sportive du Sahel à Sousse en 1925, Club sportif tunisien en 1927 à Sfax, etc.).

  • 33 Voir H. Belaid, « Le phénomène sportif... », op.cit.

19Le football en Tunisie a connu au moins trois moments importants. Dans un premier temps, c’est la naissance de clubs français, dès 1904 (viennent ensuite des clubs italiens et maltais), qui vont dominer la scène jusqu’à la fins des années vingt. Dans un deuxième temps, le relais est pris par les clubs Israélites (l’UST notamment, qui devient le club le plus important de la Régence entre les deux guerres, avec d’autres clubs plus politisés comme le Football club sioniste). On note enfin l’émergence de clubs musulmans dans les années trente. La compétition entre ces différents clubs constitue parfois un affrontement, réel et symbolique, entre les différentes ethnies. Les incidents (altercations, bagarres, etc.), enregistrés surtout à partir de 1928, lorsque le leadership des clubs français est franchement contesté, révèlent une tension permanente, parfois lointaine, entre les communautés. Le leadership sportif de clubs tunisiens (israélites puis musulmans) se heurte au leadership politique de la communauté française dominante33, d’autant plus que le public des stades est devenu à majorité tunisienne. À la suite d’incidents entre Français et Italiens (mai 1929), les matchs internationaux de football sont interdits en Tunisie à la veille du match Sète-Gênes.

CONCLUSION

20L’exemple des associations en milieu colonial montre la complexité de la situation dans une société cosmopolite, où les identités sont « mouvantes » et où les références changent parfois au sein d’un même groupe. Logique coloniale et logique ethnique concordent quand les groupements français ou assimilés poursuivent une politique coloniale ou s’y intègrent, les deux logiques s’opposent quand ces groupements s’autonomisent et revendiquent une identité autre que celle imposée par le modèle colonial dominant. Dans le domaine du sport, en encourageant ce dernier et en gérant au mieux les conflits nés pendant (ou après) les compétitions (football et boxe notamment), les autorités coloniales cherchent à bâtir une cohabitation pacifique entre des ethnies sous contrôle. Mais au milieu des années trente, elles ne contrôlent que le tiers des associations sportives. Cependant, la vie associative n’est pas faite uniquement de conflits et d’affrontements, elle est faite aussi de complicités qui permettent un échange durable, et de séduction réciproque. Des emprunts, choisis ou imposés, ont eu lieu, il serait pertinent de les identifier et de mesurer les influences réciproques de ces différentes communautés.

Notes

1 A.C. Taylor, « Ethnies », P. Bonte et alii, Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, Paris, PUF, 1991, p. 244.

2 D’après les statistiques établies par les contrôleurs civils et les services des renseignements militaires, la population totale de la Tunisie a été évaluée en 1894 à 1 100 000 habitants. Elle comporte 60 000 Israélites environ (dont 40 000 dans la ville de Tunis) et 50 000 Européens : 19 000 Italiens, 15 000 Français, 8 000 Anglo-Maltais, 2 000 Grecs et 6 000 personnes de nationalités diverses. Voir Guide annuaire tunisien, Tunis, 1894, p. 17. D’après le recensement de 1936, on compte 108 068 Français, 94 289 Italiens, 7 279 Maltais, 454 Grecs, 328 Espagnols. Ces Européens sont surtout des citadins. Revue de la section de Tunisie de la société de géographie commerciale et d’études coloniales (sgcec), 1936, p. 104. Cette section a été créée le 11 mars 1904.

3 Voir le décret beylical établissant la liste des écoles et des associations italiennes, respectivement au nombre de 23 et 9, annexée à la Convention du 28 septembre 1896, Journal officiel tunisien ( jot ) du 5.2.1898.

4 Note au Directeur général adjoint (de l’Intérieur ?), s. d. (1930), archives du ministère français des Affaires étrangères ( mae ), Fonds de la résidence ( fr ), Nantes, carton no 2 508, D2, f° 307-308. Ce cercle a demandé des modifications de statut et d’appellation (Cercle italien de culture et de bienfaisance).

5 Note au sg du gouvernement tunisien, du 10.10.1936. Archives nationales de Tunisie (ant), série E, carton no 509, D1/2, pièce 19.

6 Maison des Italiens, à Hammam-Lif, voir note d’information du 20.4.1936. Archives du mae, série Tunisie 1917-1940, carton no 674, f° 119.

7 « Où les musulmans avaient été volontairement laissés dans l’ignorance et où les Israélites avaient pris une place si prépondérante », écrit le résident général Benoît au ministre des Affaires étrangères, le 18.11.1901, Arch. du mae, nouvelle série Tunisie, carton no 311.

8 Ibid.

9 Dès 1895, les Israélites avaient la population scolaire (enseignement public) la plus élevée : 3 914, contre 3 585 musulmans, 2 361 Français, 2 334 Italiens, et 1 508 Maltais. Voir Rapport au président de République française, chap. V, jot du 9.4.1898, p. 257.

10 Notamment en vue d’inverser le déséquilibre favorable aux Italiens jusqu’au début des années trente. Voir Denise Bouche (qui reprend A. Chouraqui), Histoire de la colonisation française, tome 2, Paris, Fayard, 1991, p. 127 ; pour les Maltais, voir Carmel Sammut, « La minorité maltaise de Tunisie », Dynamique de l’évolution interne et des influences externes dans l’histoire culturelle de la Méditerranée, sned, Alger, 1973, p. 428. En outre, 8 500 d’entre eux sont restés anglo-maltais.

11 Un premier inventaire rapide de ces associations a été fait : voir H. Belaid, « Les sociétés régionales françaises en Tunisie », Mélanges Charles-Robert Ageron, tome I, ftersi, Zaghouan, 1996.

12 Albert Canal, La littérature et la presse tunisiennes de l’Occupation à 1900, Paris, Éditions la Renaissance du Livre, 1923.

13 Lettre de J.-C. Bonici au résident général en date du 25 mai 1925, mae, fr (Nantes), carton 1588/c.

14 Voir la lettre de la Société des écrivains de l’Afrique du Nord au résident général, lui demandant d’accepter la présidence d’honneur de la société (le 6.2.1921) et la réponse de ce dernier (le 15.2.1921), mae, fr, carton 1533 (1), f° 74-75.

15 État des subventions accordées par la résidence générale sur l’exercice de 1939 à des associations et sociétés d’intérêt public, mae, fr carton no 1511, D3, f° 599.

16 Voir la notice présentée par L’Alliance israélite dans la Revue de la section de Tunisie de la sgcec , 1936, Tunis, p. 351-354.

17 La Presse (de Tunisie) du 12.7.1938.

18 Parmi les fondateurs du Destour en 1919, on note des israélites tunisiens de Béja. Voir Wathaiq, no 13, cshtf, Tunis, 1990, p. 29 et 52.

19 J. Berque, Il reste un avenir. Entretiens avec Jean Sur, Paris, Aléa, 1993, p. 69.

20 Extrait de l’article I des statuts de cette association (17, rue Jules Ferry à Tunis).

21 Voir les statuts de ces associations dans ant, Série E, carton no 260, D.5.

22 H. Belaid, « Les mouvements scouts en Tunisie dans les années trente », Les mouvements politiques et sociaux dans la Tunisie des années trente, Actes du 3e séminaire sur l’Histoire du mouvement national (1985), Publ. meers, cnudst, Tunis, 1987, p. 713-741.

23 Filiale de L’association des anciens élèves du collège Sadiki, créée en 1905.

24 Voir Youssef Ben Achour, « Les Jeunes musulmans (filiale de la Khaldounia) », Revue de la section de Tunisie de la sgcec , Tunis, 1936, p. 344.

25 Ce comité gère dès 1935 les Diar el Askri (maison du combattant, du soldat). Voir à ce propos H. Belaid, « Un exemple d’association d’encadrement : les anciens combattants de Tunisie (1950-1951) », in Actes du VIe Colloque international : La Tunisie de 1950-1951, Publication de l’ishmn, Tunis, 1993, p. 191-192.

26 Voir Kmar Kchir-Bendana, « André Demeerseman : prêtre, savant et intellectuel, 1901-1993 », ibla , 1995, t. 58, no 176, p. 207-222.

27 Cette Union pratiquait essentiellement l’apostolat social. Voir La Tunisie catholique, Tunis, no 7, du 13.2.1942.

28 Op.cit. p. 118.

29 Par exemple, La Sfaxienne, Société française de gymnastique, de tir et de préparation militaire, est fondée à Sfax en 1893.

30 Des clubs français comme le Racing club de Tunis (1904) ou Le stade gaulois (1911) ; des clubs italiens : L’Italia et La Savoia ; maltais comme Melita sports, etc. Voir H. Belaid, « Le phénomène sportif dans la Tunisie coloniale : l’exemple du football et de la boxe entre les deux guerres », séminaire sur Pratiques culturelles au Maghreb : techniques de communication et image de soi, irmc, Casablanca, 29-30.9.1995.

31 Lettre en date du 19.4.1921, Arch. mae, fr, carton no 1532, D3, f° 578.

32 « Sports. Incidents du Belvédère », Note de la résidence générale (vers février 1928), Arch. du mae, fr, carton no 1609.

33 Voir H. Belaid, « Le phénomène sportif... », op.cit.

Auteur

ISHMN, Tunis

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.