Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Deuxième partie. Parcours politique

À propos de l’histoire du Maghreb : idéologies et dépassements

Ammar Mahjoubi

Texte intégral

1Sans doute savez-vous déjà qu’à l’époque coloniale, les programmes des enseignements primaire et secondaire étaient partout identiques, en France et dans les colonies. La première leçon d’histoire commençait immanquablement par la fameuse phrase : « Il y a 2000 ans notre pays s’appelait la Gaule et ses habitants les Gaulois… ». Dans la bouche d’un petit écolier d’AOF, d’AEF ou d’Afrique française du Nord – ainsi désignait-on les possessions françaises sur le continent africain – elle fait aujourd’hui sourire. Mais l’idéologie véhiculée par l’enseignement en occultait l’humour. Aussi ai-je choisi de commencer par le souvenir que j’ai gardé de mes leçons d’histoire, les premières au début des années quarante à l’annexe du collège Sadiki et, par la suite, dans cet établissement vénérable créé en 1875, six années avant l’établissement du Protectorat français, par le ministre réformateur de Sadok Bey, Khaïreddine.

2À l’Annexe de Sadiki, les instituteurs tunisiens étaient confinés à cette époque dans l’enseignement de l’arabe, tandis que leurs collègues français assuraient, avec l’enseignement de la langue française, celui des autres matières qu’elle véhiculait : le calcul, les sciences naturelles, l’histoire et la géographie. On apprenait ainsi, la mémorisation étant de règle, la liste des départements de la Métropole, celle de ses villes et de ses ports, de ses fleuves et de leurs affluents ; on savait que la Seine, longue de 776 km, prend sa source au plateau de Langres et la Loire au mont Gerbier des Joncs. De la géographie de la Tunisie il n’était question, par contre, que de façon générale dans le cadre global des possessions françaises des quatre continents. Plus attrayantes, avec un livre bien illustré, les leçons d’histoire m’avaient fait connaître Vercingétorix et du Guesclin, Bayard, « le chevalier sans peur et sans reproche » et le bon roi Henri IV. Mais de l’histoire près de trois fois millénaire de la Tunisie, on ne savait pratiquement rien. De façon générale ces instituteurs français accomplissaient cependant leur tâche de façon exemplaire, certains, auxquels on ne rendra jamais assez hommage, en faisaient même un véritable sacerdoce ; mais le système éducatif et les programmes étaient ainsi faits. Ils n’étaient d’ailleurs pas contraignants au point d’empêcher les instituteurs tunisiens d’évoquer, à l’occasion d’un exercice de lecture ou de grammaire arabe, l’histoire des Empires omayyade et abbasside, ou les hauts faits de Khaled Ibn El-Oualid et Okba Ibn Nafâa ; et je me souviens encore du jour où notre instituteur, en classe de première, nous émut jusqu’aux larmes en nous parlant de Tarak Ibn Ziyad et des splendeurs de l’Andalousie arabe et en comparant, en la magnifiant, la grandeur de cette époque à la déchéance de notre pays colonisé et d’un monde arabe décadent. Agés de onze ou douze ans, nous percevions déjà, quoique confusément, les orientations opposées de ces images d’Épinal et l’inconfort de vivre, à l’école comme au quotidien, dans un pays qui voyait s’aggraver les contradictions et les antagonismes. Plus perspicace que ses collègues, ou peut être alarmé par quelque réflexion qui ne manquait pas parfois de nous échapper, malgré notre circonspection et la rigueur de la discipline, l’instituteur français de la même classe de première faisait souvent des efforts louables pour nous convaincre de l’avènement prochain, après la guerre, d’une ère nouvelle qui prônerait les valeurs universelles et imposerait l’intérêt supérieur de l’humanité. Plus convaincant était notre instituteur tunisien qui nous remplissait de fierté en exaltant notre vocation de futurs élèves du collège Sadiki créé, disait-il, pour participer à la renaissance de notre pays.

3L’accès au collège marqua, en effet, un véritable tournant ; surtout pour ceux qui purent fréquenter le siège des « Anciens élèves du collège Sadiki » et adhérer aux associations qui gravitaient autour du Néo-destour, prélude à un militantisme politique qui ne tarda pas à les passionner. Au collège cependant, l’enseignement de l’histoire était toujours conforme aux programmes français ; mais trois ou quatre années durant des professeurs « d’histoire musulmane », vénérables cheikhs de la Zitouna, dispensaient un cours parallèle qui commençait par un aperçu sur l’origine des tribus arabes, la généalogie et le combat du prophète Mohamed. La période de ses quatre successeurs et de la propagation de l’islam n’était qu’une suite de conquêtes glorieuses et d’épisodes édifiants illustrant la piété, la vertu et l’équité, notamment sous le règne du calife Omar. Celle des Abbassides était surtout l’occasion d’exalter la puissance de l’Empire musulman sous Haroune Ar-Rachid et le règne éclairé d’Al-Maâmoun, qui favorisa le développement des sciences et de la philosophie en ordonnant la traduction du legs culturel et scientifique des Grecs et des Perses. L’histoire du Maghreb était abordée par la suite ; mais elle ne commençait, curieusement, qu’au moment de la conquête arabe, en s’éternisant sur ses péripéties puis sur certains épisodes dûment sélectionnés. Le caractère désuet de cet enseignement, émaillant les événements d’anecdotes édifiantes ponctuées de certitudes, d’affirmations péremptoires et de jugements sans appel, ne tarda pas à nous rebuter. Nous finîmes par nous en désintéresser et à ne réagir que par des réflexions sceptiques ou même ironiques, car les critères des sentences étant des plus variables, l’argumentation devenait souvent déroutante. Il était affirmé, par exemple, que le soulèvement dirigé par Abou Yazid Makhled Ibn Mokdad contre le pouvoir établi et son corollaire, l’obéissance due aux gouvernants, devait être vigoureusement dénoncé et condamné, bien qu’il recueillît l’adhésion la plus large d’une population sunnite opposée aux califes Fatimides adeptes du chiisme. Par contre, la rébellion et la rupture des gouverneurs Zirides avec leurs suzerains, les mêmes califes Fatimides qui, en choisissant Le Caire pour capitale, leur avaient confié l’Ifriqiya, étaient ostensiblement approuvées. Deux poids deux mesures avait-on objecté ? Non, répondait le maître avec la même assurance, car la révolte contre les gouvernants impies était légitime. Ainsi, alors que le nom même du chef de la rébellion précédente, celle de Abou Yazid, était frappé d’interdit et remplacé par celui de « l’homme à l’âne », qui n’était qu’un sobriquet méprisant, il fallait se réjouir du départ définitif des Chiites et ne pas avoir de mots assez durs pour qualifier le geste de vengeance du calife, qui avait lâché sur l’Ifriqiya les hordes hilaliennes tenues pour responsables de l’instauration de l’insécurité et l’extension du nomadisme. Était-ce à cause des origines berbères de « l’homme à l’âne » ?

4Probablement pas, car les Zirides, quoique tout aussi berbères, n’encouraient pas les mêmes foudres. Était-ce plutôt parce qu’il professait le kharidjisme ? De partis-pris politico-religieux en jugements catégoriques ce cours, fidèle à la tradition historique la plus conservatrice, entremêlait ainsi une histoire partisane de l’islam et du monde arabe avec l’histoire du Maghreb et de la Tunisie.

5L’intérêt pour l’autre cours d’histoire, dont le volume horaire était plus conséquent, était beaucoup plus grand, surtout lorsqu’en classe de seconde l’enseignant, comme ce jeune professeur frais émoulu de l’agrégation, expliquait une situation socio-politique ou montrait l’importance d’une conjoncture économique. En classe de 6e, près des deux tiers du programme étaient répartis entre l’histoire de la Grèce et celle de Rome ; le reste, partagé entre l’Égypte, la Mésopotamie et les Hébreux, consacrait aussi une leçon aux Phéniciens. C’est là qu’était inséré un paragraphe sur la fondation de Carthage, avec, à propos de la conquête romaine et de la domination du monde méditerranéen, celui qui était consacré aux guerres puniques et qui prenait à son compte les partis-pris puisés dans l’annalistique romaine. Ces deux paragraphes résumaient, dans une vision européo-centriste de l’Antiquité, toute l’histoire ancienne de la Tunisie. En 5e, le Moyen Âge était essentiellement, de Clovis aux Capétiens et du monde féodal et ses croisades à la France du XIVe siècle, celui de l’Hexagone et de l’Europe. Il y avait cependant trois ou quatre leçons du manuel – le fameux Mallet et Isaac – sur Byzance et l’islam. Mais on était autant rebuté par la présentation partisane des croisades que par celle d’un islam caricatural, réduit à la formule de la Shahada et à des pratiques rituelles. On le fut d’autant plus que, plus tard, des lectures, des discussions avec nos professeurs et des conférences données au siège des « Anciens de Sadiki » par des hommes de lettres tunisiens ou, très rarement, maghrébins, nous faisaient entrevoir une pensée islamique des plus complexes. Lectures, conférences et discussions nous faisaient connaître, tant bien que mal – car nous étions encore bien mal préparés – des courants d’opinion divergeants. Nous assistions ainsi à des discussions à propos du livre du penseur pakistanais Mohamed Iqbal Reconstruire la pensée de l’islam, comme à des échanges animés et plutôt vifs sur le fondamentalisme rénové de Mohamed Abduh, qui prônait l’insertion du modernisme, surtout dans ses manifestations matérielles, dans le corps immuable de la société musulmane et des institutions islamiques.

6Par la suite et au fil des années, on finit par accepter et souvent apprécier les cours d’histoire consacrés essentiellement à la France et au monde occidental, centre du monde, foyer et axe de la civilisation contemporaine. On s’intéressa en particulier à l’histoire des idées et à l’histoire sociale, à la Révolution française de 89, à celle de 48 et à la Commune de Paris ; et on se passionna pour le marxisme et la révolution bolchevique. On prit aussi l’habitude de compenser par des lectures l’absence, dans les programmes officiels, d’enseignement consacré à l’histoire du Maghreb et du Machrek arabes ; je me rappelle cependant que notre curiosité ne put se satisfaire, après la déception du cours indigent et anachronique d’histoire musulmane, de « l’Abrégé d’histoire de la Tunisie » de H.H. Abdulwahab, schématique à souhait et passant rapidement en revue les dynasties et les règnes pour distribuer, après les quelques considérations sommaires habituelles aux abréviateurs, les bons et les mauvais points. La soif d’en savoir plus sur notre histoire ne fut véritablement assouvie que lorsqu’un condisciple, fils de libraire, fit connaître L’histoire de l’Afrique du Nord de Ch.-A. Julien dans sa première édition. C’est grâce à cet ouvrage, dont on put acquérir plus tard la seconde édition revue par Chr. Courtois et R. Le Tourneau, qu’on put disposer, en abordant l’enseignement supérieur, sinon d’une synthèse de l’histoire du Maghreb, du moins d’un exposé dont la périodisation permettait d’appréhender l’ensemble du passé de la Tunisie – à défaut d’en saisir l’unité et la continuité – depuis Carthage, les Numides et la période romano-africaine, jusqu’à l’arrivée des Turcs et l’époque hussaïnide. Pour la première fois, on prit aussi connaissance du passé maghrébin dans sa globalité, celui des royaumes et des Empires berbères comme celui des dynasties chérifiennes ; on s’intéressa en particulier aux tentatives d’unification du Maghreb, celle que Ton prête à Massinissa comme celles qui furent menées par les Fatimides et les Zirides de l’Est ou par les Almoravides et les Almohades de l’Ouest. Mais peu de temps après, et dès les premières années de l’Indépendance, c’est la lecture ou plutôt les différentes lectures de ce passé qui passionnèrent les jeunes historiens tunisiens et ne manquèrent pas de les interpeller, depuis les images répandues par une certaine vision de l’Antiquité jusqu’aux analyses et conclusions non exemptes de préjugés de J. Ganiage sur « les origines du Protectorat français en Tunisie ». Je m’en tiendrai ici à l’histoire ancienne.

  • 1 A.T. al Madani, Carthage en quatre époques, Tunis, 1927.

7À ce propos, une première constatation s’impose : par une sorte de connivence entre les extrêmes – historiens traditionnalistes formés à la Zitouna et historiens français du début du siècle et même plus tard – le passé antique du Maghreb et tout particulièrement la période romaine étaient, dans les écrits des uns et des autres, isolés et comme écartés d’un processus historique qui, pour les premiers, ne trouvait sa cohérence qu’à partir de la conquête arabe et, pour les seconds, n’était – si on en excluait un cycle occidental romain, dont la France coloniale aurait recueilli l’héritage – que celui, chaotique, d’un pays oriental, punique avant d’être arabe. Ainsi partagée et en quelque sorte communément admise de part et d’autre, cette lecture de l’histoire avait exclu globalement l’Antiquité maghrébine de l’enseignement zitounien. La lecture de nos professeurs d’histoire musulmane du secondaire, ignorant superbement tout ce qui avait précédé l’islam et la conquête arabe, faisait commencer l’histoire de la Tunisie et du Maghreb par l’incursion des sept Abdallah puis la fondation de Kairouan. Il arrivait cependant que la période punique trouvât grâce à leurs yeux et que fût évoquée l’épopée d’Hannibal : par exemple par l’écrivain nationaliste algérien Ahmed Taoufik al Madani, qui ne manqua pas de réserver un traitement particulièrement favorable à l’histoire de Carthage dans un ouvrage de langue arabe1 qui lui était consacré. C’était également, en 1936, la lecture de Ch. Saumagne comme celle, en 1950, de G. Picard. Le premier concluait un aperçu sur la période romaine par cette phrase :

  • 2 Atlas historique géographique et économique de la Tunisie, Paris, 1936, p. 27

« l’islam fonde Kairouan (en 670), destitue Carthage (en 698) et rejette l’Afrique pour douze siècles (c’est-à-dire jusqu’au Protectorat français) dans le cycle oriental et sémite de l’histoire »2.

8et le second renchérissait :

  • 3 Initiation à la Tunisie (ouvrage collectif), Paris, 1950, p. 69-70

« […] mais en 698, Hassan Ibn El Noman enlève Carthage. Dès lors l’Afrique échappe complètement et pour des siècles aux influences occidentales… l’histoire ancienne de Tunisie s’achève ainsi sur un cataclysme comparable à ceux que Cuvier imaginait entre les époques géologiques »3.

  • 4 P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, Aix-en-Provence, 1989, t. I, ch. I et II, p. 23-89.
  • 5 Cf. ce qu’écrivait le cardinal Lavigerie dans une lettre circulaire : « Plaise à Dieu que ce triom (...)
  • 6 Cf., à propos du site de Cuicul (Djemila), les remarques de Février, op. cit., p. 75.

9Il est inutile de s’étendre sur cette dernière vision de l’histoire maghrébine : dans la rétrospective qui introduit ses Approches du Maghreb romain, le regretté P.-A. Février en a donné une bonne analyse4. Il suffit de rappeler que le passé romano-africain, ses sites et ses monuments étaient tenus, depuis la conquête de l’Algérie et jusqu’au milieu de ce siècle, par les militaires, l’Église, les colons et nombre de chercheurs français pour un héritage légué par Rome à la France. L’Empire romain devenu chrétien ne lui avait-il pas légué sa langue, sa religion et ce que Romains hier, prétendait-on, et Français d’alors, à leur tour, considéraient comme leur mission civilisatrice5 ? Tandis que le Maghreb islamisé et arabisé n’avait pas hérité de l’Afrique romaine la langue d’Apulée et avait enregistré l’extinction du christianisme de saint Augustin. Dès lors, l’engouement pour l’archéologie romaine n’avait cessé d’augmenter ; mais si on s’intéressait particulièrement aux monuments publics et, surtout, aux basiliques chrétiennes, tout ce que les sites archéologiques recelaient de postérieur à la période romaine, ou tout ce qui était jugé comme tel, était le plus souvent négligé et, s’il venait à être abordé, était l’objet d’appréciations plus ou moins négatives. Malgré son importance dans nombre de sites, toute une tranche d’un passé urbain postérieur aux niveaux du IIe siècle – dont les campagnes de construction renouvelèrent le paysage urbain des cités romano-africaines – disparut ainsi à jamais, quitte alors, pour le fouilleur, à conclure à l’abandon des villes réduites à l’état de ruines, même si les textes arabes comme la céramique vernissée médiévale conservée dans les dépôts des fouilles prouvaient le contraire6.

  • 7 Cf., par exemple les sondages pratiqués sous les niveaux romains à Belalis Maior, dans Z.A. Mahjou (...)

10Les fouilleurs ne s’intéressèrent pas plus au passé pré-romain ; urbanisation et urbanisme étant considérés comme un fait essentiellement romain, il fallut attendre très longtemps pour que l’importance de la sédentarisation et de l’urbanisation, avant la conquête romaine, fussent acceptées et communément admises. Pourtant, la fréquence des nécropoles pré-romaines et la toponymie libyque de la plupart des cités auraient dû inciter les chercheurs à procéder aux vérifications et à pratiquer les sondages qui, plus tard, ont montré l’existence de niveaux antérieurs à l’occupation romaine dans les plus petites des cités du pays numide7 ; sans compter, bien entendu, les niveaux puniques des villes de la frange côtière.

11De leur côté, nos professeurs d’histoire musulmane du secondaire partageaient une idéologie similaire dans sa logique mais inverse dans ses présuppositions. L’Antiquité, et tout particulièrement la période romaine, n’étaient plus une époque d’épanouissement et de plénitude de la civilisation dans l’histoire de la Tunisie et du Maghreb. Au contraire, et malgré le triomphe du christianisme et l’importance accordée par le Coran aux monothéismes qui avaient précédé l’islam et tout particulièrement à Jésus, l’époque romaine était une ère de « Jahl », d’ignorance antérieure à la révélation islamique, dans une interprétation de l’histoire qui assimilait le passé antique du pays à la période de la « Jahilia », c’est-à-dire de l’ignorance et de la barbarie dans l’Arabie antéislamique. Quoi qu’inconsciemment, les paysans de nos campagnes ne disaient pas autre chose lorsque, pour désigner les vestiges antiques, ils parlaient, il n’y a pas si longtemps, de « constructions des Ignorants » ou des « Barbares » Efficacement combattue dès la fin de l’époque coloniale et presque complètement oubliée, cette vision de l’histoire a été comme ressuscitée et publiquement affichée dans les proclamations des étudiants fondamentalistes de la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis vers la fin des années quatre-vingts, lorsque la Tunisie vécut les années pénibles d’une sorte d’inter-règne. Il est vrai qu’il s’agissait alors beaucoup plus d’une manipulation politico-religieuse, à la faveur d’une situation de crise extrêmement aiguë, que d’une véritable interprétation de l’histoire. Il n’en est pas moins vrai que pour certains courants fondamentalistes – tel celui des « Frères musulmans » égyptiens – l’islam, considéré comme la synthèse finale et le point d’orgue des religions monothéistes ne peut se situer qu’au commencement de l’histoire. Ce qui lui était antérieur était donc susceptible d’être passé sous silence ou, s’il venait à être évoqué, ne pouvait au mieux qu’être taxé d’imperfection et d’inachèvement, au pire qu’être l’objet des jugements les plus négatifs.

12Fort heureusement, l’époque de ces lectures passionnées de l’histoire du Maghreb et des orientations insidieuses qu’elles ont données à l’enseignement est aujourd’hui révolue et largement dépassée. Depuis l’Indépendance, l’accent a été mis par beaucoup d’historiens tunisiens sur la recherche d’une continuité historique certes complexe et non exempte de ruptures, mais combien riche d’imbrications entre le poids des forces de conservation, voire de conservatisme et la dynamique des facteurs d’évolution et de changement. Mais peut-on dire pour autant que l’influence des idéologies, qui avaient longtemps sous-tendu les approches de notre histoire, a complètement disparu des études du passé maghrébin ? Du moins, les progrès enregistrés par l’archéologie, l’accroissement considérable des connaissances et la rigueur requise dans tout travail de recherche permettent-ils d’en contenir les effets. En évitant les hypothèses hasardeuses et les conclusions hâtives, les simplifications réductrices et les généralisations abusives, que d’errements qui ont longtemps alimenté nombre d’interprétations n’aurait-on pas évités ! Quelques exemples pourraient suffire à le montrer.

  • 8 B.H. Warmington, « La période carthaginoise », dans Histoire de l’Afrique, unesco, Paris, 1980, ch (...)
  • 9 Fr. Racob, « Deutsche Ausgrabungen In karthago. Die punischen Befunde », Mitteilungen des Deutsche (...)

13Prenons celui de l’urbanisme antérieurement comme postérieurement à la période romano-africaine. On y décèle des continuités dont, auparavant, les travaux n’avaient cure. Ainsi, bien avant les campagnes de fouilles et de sondages successives, entreprises depuis une vingtaine d’années dans le cadre du plan de sauvegarde du site de Carthage patronné par l’UNESCO, que n’avait-on écrit à propos de la topographie de la métropole punique, alors qu’elle était encore pratiquement inconnue ! En refusant à l’urbanisme carthaginois tout aspect planifié ou imposant qui, pensait-on, ne pouvait caractériser que les cités romaines, n’affirmait-on pas que « son caractère oriental » faisait sans doute de Carthage une ville qui « parait s’être développée de façon anarchique, dans un dédale de ruelles tortueuses8. Depuis, les fouilles de la mission allemande, en bordure du rivage et face à l’ancien palais beylical, ont montré que les urbanistes carthaginois avaient adopté un plan parfaitement orthogonal dans la ville basse ; axé sur le front de mer, avec une inclinaison à 30° vers le nord-est et quadrillé de rues se recoupant à angle droit, c’est ce plan punique qui fut, à peu de choses près, repris lors de la cadastration de la ville augustéenne ; à tel point que les axes des murs d’époque impériale romaine se superposèrent aux axes des murs puniques9. Les derniers développements des sondages ont même montré que les urbanistes carthaginois avaient commencé, dès le Ve siècle, à harmoniser cette orientation de la plaine côtière avec celle « en éventail » que les contraintes du relief avaient imposée sur les pentes sud et est de la colline de Byrsa, régissant ainsi un développement urbain « concerté ».

  • 10 Cf. par exemple le mémoire de car (Certificat d’aptitude à la recherche) présenté en 1975 par H. J (...)
  • 11 Ibn Hauqal, trad. J.H. Kramers et G. Wiet, I, p. 69.
  • 12 Voir A. Mahjoubi, « De la fin de l’Antiquité au Haut Moyen Âge : héritages et changements dans l’u (...)

14De même, alors que les travaux des médiévistes n’avaient pas manqué de relever, en s’appuyant sur les textes arabes, la pérennité de l’urbanisation et de la vie urbaine de L’Ifriqiya après la conquête musulmane, souvent on avait continué à penser que les tranches de ce passé médiéval dans les sites archéologiques n’étaient que des témoins jugés indignes d’être conservés d’une époque où, pensait-on, on devait camper dans les ruines. Certes, les auteurs arabes n’avaient pas manqué de signaler qu’à l’exemple de Carthage, des cités parfois importantes comme Thugga, Thysdrus et Sufetula se trouvaient à leur époque dans un état de délabrement avancé ou même consommé10. D’autres, par contre, comme Vaga – Béja, Lares – Lurbus, Capsa – Gafsa et les oasis de Qastiliya – le Jérid d’aujourd’hui – connaissaient un développement probablement supérieur à celui de la période romaine ; sans parler de Tunis et Sfax, qui n’étaient auparavant que de simples bourgades, ni des nouvelles créations urbaines comme Kairouan, promue au rang de capitale et Manzil Bassu, chef lieu de la péninsule du Cap-Bon qui, assure Ibn Hauqal, avait vers le milieu du Xe siècle plus d’habitants que Sousse11. Plutôt qu’un recul considérable de l’urbanisation, c’est un phénomène de géographie historique qui a donc provoqué une réorganisation totale des réseaux urbains, comme le montrent les données des cartes routières des géographes arabes, même s’ils n’avaient retenu que les itinéraires principaux ; à lui seul, le remplacement des grands nœuds routiers de Carthage et Theveste par les deux nouveaux pôles, Kairouan et Tunis, suggère bien des changements. Après la conquête arabe, en effet, les anciennes relations de fonctions, de dépendance ou de hiérarchie entre les villes, qui n’avaient d’ailleurs cessé d’évoluer depuis le IIe siècle, ne pouvaient qu’être bouleversées. Le pays vit ainsi l’émergence de certains centres et l’effacement d’autres, le démembrement de beaucoup de circonscriptions et l’agrandissement de quelques unes, définies toutes par les données nouvelles de l’économie, la nouvelle carte administrative ou la nouvelle répartition des garnisons militaires12. Mais les données textuelles qui documentent ces changements ne donnent souvent qu’une information générale, que des programmes archéologiques pourraient compléter, tout en proposant une chronologie vérifiable.

  • 13 A. Mahjoubi, « Permanences et transformations de l’urbanisme africain à la fin de l’Antiquité ; l’ (...)

15Par ailleurs, l’urbanisme des villes de l’époque arabe n’avait guère échappé aux jugements négatifs. On avait déploré l’absence de tout programme d’aménagement, les constructions anarchiques et les rues tortueuses et étroites, les remplois qui avaient défiguré les édifices antiques, la disparition de la voirie, remblayée ou obstruée par des « verrues »… Or il s’est avéré depuis, chaque fois qu’on a « interrogé » les strates archéologiques de cette époque, que la topographie et le paysage urbains des cités romano-africaines avaient marqué progressivement, à partir de la fin du IVe siècle, une évolution ininterrompue, qui avait abouti à une rupture totale entre la cité antique et la ville paléo-chrétienne puis arabo-musulmane. Les « carences » urbanistiques déplorées n’étaient ainsi que la conséquence de ces transformations : des cités florissantes à l’époque romaine, comme Thugga, avaient commencé à péricliter depuis le Ve siècle ; d’autres comme Thuburbo Majus avaient été peu à peu réduites à l’état de bourgades rurales ; d’autres encore, plus nombreuses, avaient été prises dans une dynamique de changements structurels, qui avaient affecté aussi bien la fonction de la ville que sa topographie et son architecture. Les pôles essentiels de la cité antique, comme le forum et ses annexes, les thermes, les temples et les monuments des jeux avaient été progressivement désaffectés et réaménagés ; s’y étaient installées alors églises et habitations plus ou moins précaires. Les rues dallées et le réseau d’égouts avaient disparu sous les remblais et avaient été remplacés par une voirie nouvelle de rues étroites ; des tombes, éparses ou groupées autour de chapelles funéraires, avaient envahi le périmètre urbain. Le triomphe du christianisme et l’importance grandissante du rôle et de l’autorité des évêques, dont le pouvoir avait remplacé peu à peu celui des curies, s’étaient ainsi traduits peu à peu, dans le paysage urbain, par l’apparition des nouveaux pôles de la ville paléo-chrétienne, centrée autour du groupe épiscopal et de son église cathédrale, et rythmée de basiliques, baptistères, martyria et autres édifices du culte chrétien. Souvent aussi, le paysage avait été affecté par la construction de fortifications, pour protéger le cœur de l’agglomération, son accès ou l’ensemble de la ville13. C’est de cette situation qu’hérita la ville de l’époque arabe, chaque fois qu’elle prit la suite de la ville antique.

16À partir de la conquête arabe cependant, et surtout aux IXe et Xe siècles, le processus d’évolution n’a point connu dans ces vieilles cités antiques de répit. Bâtiments administratifs et forteresses de l’époque byzantine avaient fini par faire place aux palais des gouverneurs et aux bureaux de leurs services ; la mosquée-cathédrale avait remplacé l’église épiscopale et les mosquées de quartier les autres constructions chrétiennes. Avec, en sus, la construction de nombreux hammams, qui renouait avec celle des thermes et une nouvelle conception économique, matérialisée par les souks spécialisés, l’urbanisme médiéval ne faisait que poursuivre une évolution des cités antiques déjà largement entamée.

  • 14 H. Djaït, « L’Afrique arabe au VIIIe siècle », dans Annales esc , mai juin, 1973, p. 601 sq.

17Quant aux villes construites ex nihilo à l’époque médiévale, la reconnaissance de leur topographie attend encore un programme de fouilles susceptible de vérifier ce que H. Djaït a tiré des textes, à propos de l’urbanisme de Kairouan14. Selon cet auteur, la capitale maghrébine adopta à l’exemple d’al Kufa, la première en date des grandes capitales arabes dans les provinces conquises, le Takhtit, système de délimitation du noyau monumental et des lots collectifs assignés aux membres des différentes tribus ; l’aire publique, au centre, groupa la mosquée-cathédrale, le palais du Wâli et divers bâtiments administratifs. Puis c’était le souk central ordonné, spécialisé selon les métiers et largement ouvert sur le Simât, large avenue qui coupait la ville en deux. À partir de ce noyau central rayonnaient les Sikaks, rues qui convergeaient vers les Rihabs (places) et séparaient les quartiers urbains ou durabs avec, chacun, son souk et sa mosquée de quartier. Toujours à l’exemple d’al Kufa, la ville fut enfin délimitée par un rempart circulaire. Ainsi, l’urbanisme de L’Ifriqiya arabe avait, dans la continuité, récupéré, malaxé, mais aussi appauvri par certains aspects et enrichi par d’autres, les héritages de la Basse Antiquité.

Notes

1 A.T. al Madani, Carthage en quatre époques, Tunis, 1927.

2 Atlas historique géographique et économique de la Tunisie, Paris, 1936, p. 27

3 Initiation à la Tunisie (ouvrage collectif), Paris, 1950, p. 69-70

4 P.-A. Février, Approches du Maghreb romain, Aix-en-Provence, 1989, t. I, ch. I et II, p. 23-89.

5 Cf. ce qu’écrivait le cardinal Lavigerie dans une lettre circulaire : « Plaise à Dieu que ce triomphe de la France, soit le triomphe définitif de la civilisation chrétienne dans ces pays barbares ». Cité par P.-A. Février, op. cit., p. 57-58, qui cite aussi, p. 89, un passage du discours de Gaston Boissier devant le Congrès des sociétés savantes de 1891 avec cette phrase : « Les indigènes nous appellent des Roumis : ils nous regardent comme les descendants et les héritiers de ceux qui ont si longtemps gouverné et dont ils gardent confusément le souvenir. Acceptons l’héritage, Messieurs, nous y trouverons notre profit… Nous venons continuer une grande œuvre de civilisation interrompue pendant des siècles. »

6 Cf., à propos du site de Cuicul (Djemila), les remarques de Février, op. cit., p. 75.

7 Cf., par exemple les sondages pratiqués sous les niveaux romains à Belalis Maior, dans Z.A. Mahjoubi, Recherches d’archéologie et d’histoire à Hr. El Faouar, Tunis, 1978, p. 46-74.

8 B.H. Warmington, « La période carthaginoise », dans Histoire de l’Afrique, unesco, Paris, 1980, ch. 18, p. 487.

9 Fr. Racob, « Deutsche Ausgrabungen In karthago. Die punischen Befunde », Mitteilungen des Deutschen archäologischen Instituts, Rom. Abt., 91,1984, p. 1-22.

10 Cf. par exemple le mémoire de car (Certificat d’aptitude à la recherche) présenté en 1975 par H. Jaïdi (texte dactylographié, conserve à la fac. des sciences humaines et sociales de l’université de Tunis I).

11 Ibn Hauqal, trad. J.H. Kramers et G. Wiet, I, p. 69.

12 Voir A. Mahjoubi, « De la fin de l’Antiquité au Haut Moyen Âge : héritages et changements dans l’urbanisme africain », 110e Congrès des soc. Sav. ; Montpellier, 1985, IIIe colloque sur l’histoire et l’archéologie d’Afrique du Nord., p. 391-406.

13 A. Mahjoubi, « Permanences et transformations de l’urbanisme africain à la fin de l’Antiquité ; l’exemple de Belalis Maior », mdal , 25,1982, p. 17-83.

14 H. Djaït, « L’Afrique arabe au VIIIe siècle », dans Annales esc , mai juin, 1973, p. 601 sq.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search