Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

Hommage à Alexandre Roubtzoff, peintre de la mosaïque-Tunisie

Paul Boglio

Texte intégral

1Alexandre Roubtzoff, artiste-peintre, naquit en 1884 dans les brumes de Saint-Pétersbourg. Naturalisé en 1925, il disait alors de lui : « Je suis Français né en Russie », mais il fut Tunisien dans l’âme, jusqu’à sa mort, en 1949.

2Lauréat de l’Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, sa bourse de quatre ans (équivalent à notre Prix de Rome) le guida vers Tunis le 1er avril 1914, pour y savourer ce parfum de l’islam et capter cette lumière qu’il n’aura de cesse de traquer tout au long de sa vie.

3Après une jeunesse taciturne, il devint par la suite plus ouvert, mais jamais mondain, ni éloquent si ce n’est « sur la surface de la toile ». Cet homme cultivé fréquenta aussi bien les dignitaires que les autochtones les plus démunis et les plus humbles. Calme, posé et réfléchi, il était apprécié, adulé de tous.

4Il considérait que Dieu l’avait mis sur terre pour être le témoin du passé et du présent. Sa mission fut de tout noter, tout immortaliser en Tunisie, pays petit, mais d’une histoire riche en péripéties, et carrefour obligé en Méditerranée. Je ne pense pas que d’autres passionnés aient autant parcouru ce pays en tous sens, en toutes saisons, en aiguisant à tout propos leur curiosité. Il faut savoir « regarder », mais aussi savoir « voir », et pour cela il fixait tout sur sa toile. Il fut confronté à toutes les mosaïques : celle du temps tunisien, qui va de la Préhistoire et de l’époque romaine à nos jours ; celle de la dualité des cultures occidentales et orientales ; celle des communautés présentes en Tunisie ; celle des us, coutumes et traditions maintenant disparues ; celle de la diversité des villages, des paysages, des couleurs et bien sûr des subtiles lumières. Pour remplir sa tâche et accomplir son art, il migra sans cesse de la Tunisie à l’Europe, apprit cinq langues afin de vivre en symbiose parfaite avec ceux qu’il côtoyait. Un carnet toujours à portée de la main, il y griffonnait quelques esquisses qui étaient pour lui bien plus expressives et évocatrices qu’une photographie.

5Il était catastrophé par l’européanisation, l’urbanisation sauvage, la disparition des costumes locaux :

« Tel Arabe, dans son burnous n’est-il pas digne, par les plis de ce dernier, d’une sculpture romaine ? Nous, dans nos complet-vestons comme nous sommes fagotés ! »

6Les beautés de la Tunisie ne sont qu’une mosaïque de tableaux. Tableaux visuels par les nuances, gradations, contrastes et subtilités de la lumière ; tableaux auditifs par les langues, les fameux « sabirs » pleins de charme, et les musiques ; tableaux olfactifs par les odeurs du lac, des souks et des kanouns ; tableaux gustatifs par les spécialités culinaires locales dont le « vrai café tunisien », le « ftaïr », les gâteaux ; tableaux « tactiles » par le travail des hommes, la sculpture, les tissus, les tapis ; et cela sans compter les tableaux à eux seuls que forment les éléments de l’art tunisien : les portes andalouses, les grilles, les poteries, les « zliz », les tatouages, les bijoux, les nattes, tout cela aux coloris multiples et variés.

7Les vraies beautés de l’Orient sont moins conventionnelles que les nôtres et plus subtiles. L’œuvre d’Alexandre Roubtzoff montre la persévérance minutieuse de son observation et de sa recherche récompensées par l’épanouissement des qualités exigées par le rendu d’un paysage, d’un simple objet, d’un témoignage du passé, d’un portrait, d’un détail, d’une scène.

8Non content d’être devenu un « prêtre de l’art », il écrivit, pour que nous gardions un témoignage des choses disparues par la faute de l’homme, des articles sur « les visions colorées des quartiers curieux de Tunis », puis sur « Maktar, pays de surprises » et enfin des « réflexions sur les vieilles portes arabes de Tunis ».

9Amoureux de la Tunisie, Alexandre a su traduire sur la toile ses beautés. Il a eu le souci d’exprimer son message dans la langue la plus simple, la plus limpide, la plus classique. Il ne vécut pas de sa peinture, mais pour sa peinture :

« Lors d’un cambriolage on m’a tout volé. Je n’ai plus rien sauf mes œuvres, c’est sans doute pour cela que je suis heureux ».

10Dans le monde de l’Art, est-ce un nom qui glorifie une œuvre ou plutôt une œuvre qui devrait glorifier un nom ? Notre société a malheureusement bien vite oublié Alexandre Roubtzoff. Je suis heureux qu’une occasion me soit donnée de contribuer à pérenniser sa mémoire.

Auteur

Président de l’Association artistique Alexandre Roubtzoff

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540