Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

Les Russes en Tunisie (1920-1925)

Samir Mathlouthi

Texte intégral

1Si l’on devait caractériser la Tunisie d’après-guerre, du point de vue ethnique, rien ne serait plus approprié que l’image d’une mosaïque. Outre les représentants des communautés classiques, c’est-à-dire les Français, les Italiens et les Maltais, nous y rencontrons en effet des Russes, des Polonais, des Tchèques, des Serbes, des Croates… Parmi les éléments constitutifs de ce cosmopolitisme tunisien, nous avons choisi la composante russe parce qu’elle nous a paru digne d’intérêt, à plus d’un titre : les conditions tragiques de son immigration en Tunisie, la fatalité qui s’appesantit sur elle et l’échec final de l’implantation dans la Régence confèrent à cette expérience une grande originalité.

  • 1 La Tunisie française, no 5 580 du 6/2/1921.
  • 2 La flotte commerciale a été dirigée sur Marseille.

2L’histoire des Russes de Tunisie commence à l’automne 1920, en Crimée. C’est là que se déroule le dernier acte de la guerre civile en Russie, dernier acte qui consacre la victoire des Bolcheviks et la débandade des Blancs. Dès lors, il n’y avait plus de choix pour ces derniers : il fallait fuir, ou tomber entre les mains de leurs adversaires. Grâce à un effort extraordinaire, le général Wrangel va évacuer, en peu de jours, les débris de l’armée et les civils qui ont pu trouver place sur les bateaux. Une première escale a lieu à Constantinople où se fait la répartition des réfugiés, avant le départ vers la destination qui leur est fixée. C’est l’amiral Dumesnil, commandant de l’escadre d’Orient, qui, en accord avec Wrangel et les autorités françaises, a pris la décision de l’évacuation des réfugiés et des équipages russes vers un port français. Il semble que le choix se soit porté, en premier lieu, sur un port algérien. Mais l’Algérie, « mieux défendue au Parlement », selon La Tunisie française, s’y est opposée et a réussi à « écarter les wrangeliens1 ». Le choix se porta donc sur Bizerte, et le 3 décembre 1920, la flotte russe de guerre2, convoyée par le cuirassé La France et le croiseur cuirassé Edgard Quinet, quitte Constantinople, en direction de la Régence de Tunis. Au préalable, la préfecture maritime de Bizerte avait été avisée par le ministre de la Marine de la prochaine arrivée des réfugiés russes, au nombre de 7 000 environ.

  • 3 C’est le Bar-Le-Duc qui a coulé au large de la Grèce.

3La traversée fut longue et difficile. En effet, par suite d’avaries en cours de route et du mauvais état de la mer, les diverses unités du convoi durent relâcher dans plusieurs ports. Le passage de la mer ionienne fut particulièrement dur et l’escorte française y perdit une de ses unités3. Un autre handicap fut le manque de marins de métier, la flotte de Wrangel ayant embarqué de nombreux soldats et officiers de l’armée de terre. Pour remédier à cette situation, plusieurs officiers de la Marine russe durent remplir des fonctions de simples matelots. Finalement, et après maintes péripéties, le samedi 25 décembre, à midi, les premières unités de la flotte russe firent leur entrée dans la rade de Bizerte. Le même jour, les remorqueurs français Taillebourg et Pigeon partirent vers la côte sud de la Sicile pour remorquer d’autres navires en relâche sur cette côte, à cause du mauvais temps.

  • 4 Seuls les malades et les blessés ont été débarqués et transportés immédiatement à l’hôpital mariti (...)

4L’arrivée à Bizerte signifia-t-elle pour les Russes la fin des épreuves endurées et l’aube d’une existence nouvelle ? Rien n’est moins sûr si l’on en juge par le sort qui leur fut réservé par la suite. Après la fuite, la longue traversée et les avatars de la guerre civile, les Russes durent subir la désinfection, la quarantaine et la vie précaire, à bord, pendant trois mois4. D’ailleurs, avant même qu’ils ne fassent leurs apparition dans la Régence, ils avaient suscité l’inquiétude, la méfiance et les supputations les plus fantaisistes. Ainsi L’Avenir social écrivait-il, le 23 décembre 1920, soit deux jours avant leur arrivée :

  • 5 L’Avenir social, no 142 du jeudi 23/12/1923.

« D’excellentes nouvelles viennent de nous parvenir. […] Six mille Russes de l’armée Wrangel vont arriver incessamment à Bizerte. […] Mais que viennent faire sur le territoire de S.A. le Bey ces aventuriers notoires ? D’après les bruits qui sont en circulation, il paraît que le gouvernement de la République les aurait envoyés en Tunisie pour mâter, le cas échéant, les délégués protestataires de la conférence consultative, ceux de la signature qui ont refusé de voter le budget, les fonctionnaires syndiqués, les indigènes qui réclament des droits, les membres du parti socialiste, en un mot tous les bolcheviks tunisiens (sic)5 ».

5L’inquiétude et la suspicion n’ont fait que s’accentuer, au fur et à mesure que les réfugiés russes affluaient à Bizerte. La Tunisie Française parle d’une invasion pacifique et elle ajoute : « Que nous réserve-t-elle dans l’avenir, surtout au point de vue sanitaire ? Mystère encore ! ». Et le journal conclut :

  • 6 La Tunisie Française, no 5 544 du 2/1/1921.

« Il est permis, cependant, d’éprouver des craintes quant on saura que la Marine, pour l’arrivée des premiers contingents, a commandé aux menuisiers de Bizerte un premier lot de deux mille cercueils à livrer d’urgence6 ».

  • 7 Le Réveil bônois du 29/12/1920, cité par La Tunisie française du 2/1/1921.

6Enfin, le journal algérien Le Réveil bônois se réjouit du fait que l’Algérie ait refusé d’accueillir les réfugiés russes, car, écrit-il, « si nos renseignements sont exacts, la mortalité, parmi eux, devient considérable et elle crée autour de Bizerte une situation sanitaire des plus inquiétantes7 ».

  • 8 Archives du quai d’Orsay, copie déposée à l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (i (...)

7C’est donc dans cette ambiance peu accueillante, sinon franchement hostile, que les Russes firent leurs premiers pas en Tunisie ; et dans quelles conditions ! Après la quarantaine et le cantonnement à bord des navires, ce fut la dispersion dans les camps, à travers la Régence. Au printemps 1921, les autorités du Protectorat décidèrent de ne garder sur les bateaux que le personnel de commandement et d’entretien, avec les familles ; les autres passagers furent débarqués et mis dans des camps, autour de Bizerte et à l’intérieur du pays, à Aïn Draham, à Tabarca et à Djebel Djeloud, notamment. La vie dans les camps n’était guère attrayante. Le camp de Nador (proche de Bizerte), par exemple, avait abrité en 1916 quelques milliers de Serbes8. Il était ensuite tombé en ruines. Les Russes qui y furent internés avaient pour habitation des coins de baraques avec des couvertures tendues en guise de cloisons. Ceux qui furent dirigés sur Ain Draham n’étaient pas mieux lotis. Ils logèrent dans des casernements militaires désaffectés. De plus, les Russes n’avaient rien à faire dans ces camps ; ils menaient une existence morne, vivant avec les maigres subsides qu’on leur fournissait ou vendant un par un leurs derniers objets. Heureusement, les réfugiés ne s’y éternisèrent pas. Les camps n’abritèrent plus que les blessés, les malades ou les irréductibles, c’est-à-dire ceux qui n’avaient qu’une force réduite à vendre ou ceux qui, par orgueil, refusaient de s’abaisser jusqu’à accepter la nouvelle condition qui leur était faite.

  • 9 L’Avenir social, no 177 du 24/4/1921.
  • 10 L’Avenir social, no 178 du 28/4/1921.
  • 11 Ibid.
  • 12 Étienne Burnet, Loin des icônes, roman des émigrés russes, Paris, Flammarion, 1923.

8Les autres cherchèrent à gagner leur vie, en offrant leurs compétences, mais la partie ne fut pas aisée pour eux. Ceux qui connaissaient un métier, électriciens, mécaniciens, cuisiniers, trouvèrent des places, généralement au rabais. La compagnie Sfax-Gafsa en employa quelques-uns ; les Grands moulins de Tunis, également. L’usine d’électricité de la Poste de Tunis en recruta un petit nombre9. À l’hôpital civil français, cinq femmes russes trouvèrent à s’employer, comme infirmières10 ; quelques médecins allèrent exercer leurs talents à l’intérieur du pays. Certains réfugiés fondèrent des restaurants, des coopératives, et même un bureau de placement. Tous n’eurent pas, cependant, la chance d’avoir un emploi en rapport avec leur qualification. Les intellectuels et les officiers, notamment, durent se contenter de peu. Tel général prit une place de concierge au lycée Carnot de Tunis, tel autre occupa un poste d’infirmier à l’hôpital civil français11. Un étudiant en droit devint garçon d’hôpital, un professeur, ouvrier municipal, un ingénieur, veilleur de nuit dans un hôtel et un poète, marchand de gâteaux…12. Mais la plupart des Russes ne purent s’employer que comme manœuvres ou domestiques, soit parce qu’ils n’avaient pas de qualifications, soit parce qu’ils ne trouvaient pas de places. La domesticité fut, d’ailleurs, le débouché par excellence ; et comme si la fatalité s’appesantissait sur eux, beaucoup n’eurent pas même la chance de trouver des besognes subalternes.

  • 13 Cave, Sur les traces de Rodd Balek. Les problèmes tunisiens après 1921, Paris, 1921, p. 117.
  • 14 Ibid., p. 118.
  • 15 La dépêche tunisienne du 9/4/1921.
  • 16 Ibid.

9L’ennui, les déboires et les privations poussèrent certains à entrer dans la police pour surveiller les faits et gestes de leurs compagnons13, ou, enfin, à s’engager dans la Légion étrangère dont on forma deux régiments pour les accueillir, l’un à Sousse et l’autre à Sidi el Hani14. La détresse des réfugiés russes en Tunisie ne se lit pas seulement à travers les chroniques des journaux, les petites annonces, les faits divers : elle se lit également à travers les tentatives dérisoires pour échapper à la misère quotidienne. On peut citer, dans ce sens, l’ouverture, début avril 1921, au 106, rue de Serbie à Tunis, d’un bureau de vente d’objets russes, appartenant aux réfugiés de Bizerte et tenu par le couple des Viourief15. Poussée par le besoin, la communauté russe se débarrassait de ses souvenirs les plus chers, cédait des morceaux de vie, proposait pêle-mêle les objets les plus précieux et les plus futiles : dentelles de Bruxelles et de Chantilly, fourrures de toutes sortes, argenterie, éventails chinois et russes, rivière de diamants, châle de cachemire, manteau de loutre, phonographe et téléphone portatif, complet de pilote aviateur, service à dessert, tentures, etc.16.

10Paradoxalement, les Russes qui avaient fui leur pays parce qu’ils refusaient l’ordre nouveau établi par les Bolcheviks, découvraient la question sociale en Tunisie. Ces gens qui appartenaient, pour la plupart aux classes aisées de la société (haute noblesse, bourgeoisie, petite noblesse) se retrouvaient, du jour au lendemain, contraints de gagner leur vie dans des tâches subalternes et de subsister au jour le jour avec le spectre du chômage et les affres de la faim.

***

11On peut se demander pour quelles raison les Russes n’ont pas réussi à s’intégrer à la société Tunisienne, pourquoi ils n’ont pas cessé d’être une population flottante, pourquoi, enfin, ils ont donné l’impression moins de vivre que de camper en terre africaine. La réponse à ces différentes questions est à chercher dans plusieurs directions à la fois. En premier lieu, si les Russes ne se sont pas fondus dans le milieu local, c’est qu’on n’a rien fait pour eux dans ce sens-là. Certes, le gouvernement français s’est efforcé, très tôt, d’aider les réfugiés. Le 31 décembre 1920, à la deuxième séance, le cabinet déposait un projet ouvrant un crédit de cent millions de francs sur l’exercice 1920. Ce crédit constituait en fait des avances, en partie récupérables, et dont le gouvernement français envisageait la récupération par le versement effectif d’une première somme de 6 millions par les représentants du gouvernement Wrangel, par la remise à la disposition du ministre de la Guerre de matériel de guerre déjà payé par le gouvernement Wrangel, enfin par la réalisation du gage constitué par les bâtiments de commerce et de guerre appartenant au même gouvernement Wrangel et mis par ce dernier à la disposition du gouvernement français. Il y a lieu de préciser, toutefois, que cette assistance était destinée à parer au plus pressé, et qu’elle devait être relayée par une association de bienfaisance russe qui prendrait en main l’œuvre de secours.

12En tout état de cause, ni le gouvernement de la République, ni les autorités du Protectorat n’ont cherché sérieusement à faire de la communauté russe une colonie agricole ou industrielle. Et lorsque la métropole a montré quelques velléités dans ce sens, la presse des Prépondérants a crié au scandale :

  • 17 La Tunisie française, no 5 580 du 6/2/1921.

« Il ne suffit pas, écrit La Tunisie française, que nous soyons obligés de partager avec des gens que nous ne connaissons ni d’Eve ni d’Adam les vivres peu surabondants dont nous disposons, ne voilà-t-il pas que la Métropole nous convierait à donner des terres à un certain nombre de ces hôtes inattendus. […] Nous ne voulons même pas envisager cette hypothèse qui soulèverait littéralement l’opinion publique17 ».

  • 18 La Tunisie française, no 5 581 du 7/2/1921.
  • 19 L’avenir social est l’organe hebdomadaire de la Fédération socialiste de Tunisie. Il a paru pour l (...)
  • 20 L’avenir social, 10/4/1921.
  • 21 La dépêche tunisienne, no 11 171 du 30/3/1921. Il s’agit d’une grève déclenchée par les travailleu (...)

13Il faut dire que si les Russes attirèrent l’attention de tous, en Tunisie, ils ne recueillirent que peu de sympathie. Les Israélites leur en voulaient en tant qu’anciens fauteurs de pogroms ; les extrémistes de la colonisation n’en voulaient à aucun prix. « Nous en avons assez d’être submergés par la lie du monde entier », écrit Pierre Broué à leur sujet, dans La Tunisie française18. Pour les socialistes de L’avenir social19, les Russes de Wrangel sont des hommes à tout faire de la réaction internationale, prêts à trahir les ouvriers, aussi bien ceux du pays qui les héberge que ceux de leur propre pays20. Il est vrai que les réfugiés ont prêté parfois le flanc à ce genre d’attaques, en prenant la place d’ouvriers licenciés ou en acceptant d’aller briser une grève, comme cela a été le cas lors de la grève des ouvriers municipaux de Sfax21. Cette dernière action soulève l’indignation de L’avenir social, qui lance un appel au boycott des réfugiés russes :

  • 22 L’avenir social, no 172 du 10/4/1921.

« Les soldats de Wrangel actuellement à Bizerte, écrit le journal, acceptent d’aller à Sfax comme briseurs de grèves. Ne donnez pas un sou pour eux. Les aider à subsister, ce serait trahir vos intérêts. Ce sont des jaunes22 ».

  • 23 L’avenir social, no 184 du 19/5/1921.

14Le 19 mai 1921, ce sont trois organisations, le conseil syndical, la Ligue des droits de l’homme et la section française de l’Internationale communiste, qui s’unissent pour lancer un appel à la population de Ferryville, visant à « boycotter la main-d’œuvre russe qui tend à nous affamer » et à « faire, sur les pouvoirs publics et sur les employeurs, la pression nécessaire qui les obligera à faire cesser cet état des choses23 ».

  • 24 Al wazir, no 49 du 28/3/1921.

15À peine moins véhémentes sont les protestations de la presse arabe. Le licenciement de quatre-vingts travailleurs tunisiens de la compagnie Bône-Guelma est une occasion pour le journal Al wazir de dénoncer « la politique criminelle qui consiste à favoriser l’étranger, au détriment de l’autochtone24 ». Le même journal se demande dans son numéro du 4 avril 1921 :

  • 25 Al Wazir, no 49 du 4/4/1921.

« […] quel tort ont eu les Tunisiens dans l’effondrement de l’armée de Wrangel pour subir les conséquences de sa défaite ? Les débris de cette armée ont été proposés successivement a la France et à l’Algérie qui ont refusé de les recevoir, par crainte des épidémies. Alors, on n’a rien trouvé de mieux que la Tunisie pour les accueillir, mettant ainsi la santé publique en danger, et comme la contagion n’a pas été assez meurtrière, on a eu recours à la famine, par l’emploi des Russes à la place des Tunisiens25 ».

  • 26 E. Burnet, op. cit., p. 134.
  • 27 La dépêche tunisienne du 5/4/1921.
  • 28 La dépêche tunisienne du 11/4/1921.
  • 29 Ibid.
  • 30 La dépêche tunisienne du 6/3/1921 publie, en première page, un article d’Anatoli Amine, intitulé : (...)
  • 31 Nous voulons parler du médecin et humaniste français de Tunisie, Etienne Burnet, auteur d’un roman (...)

16Apparemment, donc, les réfugiés russes et les gens du pays ont constitué deux mondes impénétrables l’un pour l’autre26. Il serait faux, cependant, d’en conclure que les Russes ont été les pestiférés de la Régence ; leur détresse n’a pas laissé indifférent tout le monde. À preuve les nombreuses marques de solidarité dont ils ont fait l’objet, de la part d’organisations charitables ou de simples particuliers. Ainsi la Société française de secours aux blessés de guerre organise-t-elle, début avril 1921, un bal au Tunisia Palace, avec la participation d’un orchestre russe de balalaïkas, et le concours de danseuses russes et des chœurs de la Marine, de Wrangel. Cette manifestation a donné lieu à une collecte en faveur des réfugiés qui a rapporté la somme de huit cents francs27. De son côté, l’agent consulaire américain à Bizerte, Morton, fonde une caisse américaine pour les secours aux réfugiés russes. Il se dépense sans compter, organisant des fêtes de bienfaisance28 et collectant des dons en nature et en argent29. La presse tunisienne a ouvert ses colonnes aux Russes30, et les intellectuels français de Tunisie se sont penchés sur leur misère31.

  • 32 Cave, op. cit., p 119.
  • 33 Cave, op. cit., p 118.

17Malgré tout, les réfugiés ne se sentirent jamais à Taise en terre tunisienne. Obsédés par l’idée du retour prochain, ils ont toujours considéré la Tunisie comme une étape. Leur rêve était, sinon de retourner dans la mère-patrie, tout au moins de s’en rapprocher, en allant en Europe où se trouvaient déjà des groupes importants de leurs compatriotes. L’occasion allait leur être donnée par le gouvernement français, lui même, après qu’il eut reconnu le gouvernement soviétique. Le 29 octobre 1924, en effet, le cabinet Herriot décide de reconnaître le gouvernement des Soviets. Pour les Russes, l’illusion, qui avait persisté jusqu’alors, s’évanouit et le reflux vers l’Europe commence. Des six à sept mille réfugies entrés dans la rade de Bizerte, un jour de décembre de Tannée 1920, il en resta à peine un demi millier dans la Régence32. L’Algérie et le Maroc en retinrent quelques centaines33, mais le gros des troupes rejoignit la France ou se dispersa dans différents pays d’Europe.

  • 34 Télégramme de Litvinoff au gouvernement français en date du 8/3/1923, Archives du Quai d’Orsay, sé (...)
  • 35 Le 27/2/1923 le sloop russe Grozny, amarré en baie de la Carouba, fut coulé par deux officiers du (...)
  • 36 Archives du Quai d’Orsay, ISHMN, bobine 543 : Herriot aux Ambassadeurs français à Rome, Londres et (...)
  • 37 Les refugiés russes ont vécu très douloureusement cet événement. Le jour où le pavillon à la croix (...)

18Restait la flotte de guerre. À un moment, la France avait eu l’intention de vendre les vaisseaux russes pour couvrir une partie des dépenses engagées par elle. Poincaré aurait même présenté un projet de loi, dans ce sens, à la Chambre34. Cette initiative suscita une véhémente protestation de la part du gouvernement soviétique. En Tunisie, elle provoqua une réaction désespérée de deux marins russes qui préférèrent saboter leur vaisseau plutôt que de le laisser vendre35. L’arrivée du Cartel des gauches au pouvoir, en 1924, mit fin à ce contentieux. Le gouvernement Herriot prit la décision de remettre au gouvernement soviétique les bâtiments de la flotte russe36, en raison, dit-il, « de l’intérêt que la prise de possession de ces bâtiments par la Russie présente au point de vue international, notamment en ce qui concerne la convention des Détroits et dans un esprit de bonne entente entre alliés37 ».

19Ainsi prit fin l’aventure des réfugiés russes en terre tunisienne, ces réfugiés qui, selon le mot d’Etienne Burnet, furent comme une graine jetée au vent et qui n’arriva pas à germer.

Notes

1 La Tunisie française, no 5 580 du 6/2/1921.

2 La flotte commerciale a été dirigée sur Marseille.

3 C’est le Bar-Le-Duc qui a coulé au large de la Grèce.

4 Seuls les malades et les blessés ont été débarqués et transportés immédiatement à l’hôpital maritime.

5 L’Avenir social, no 142 du jeudi 23/12/1923.

6 La Tunisie Française, no 5 544 du 2/1/1921.

7 Le Réveil bônois du 29/12/1920, cité par La Tunisie française du 2/1/1921.

8 Archives du quai d’Orsay, copie déposée à l’Institut supérieur d’histoire du mouvement national (ishmn), bobine 9.

9 L’Avenir social, no 177 du 24/4/1921.

10 L’Avenir social, no 178 du 28/4/1921.

11 Ibid.

12 Étienne Burnet, Loin des icônes, roman des émigrés russes, Paris, Flammarion, 1923.

13 Cave, Sur les traces de Rodd Balek. Les problèmes tunisiens après 1921, Paris, 1921, p. 117.

14 Ibid., p. 118.

15 La dépêche tunisienne du 9/4/1921.

16 Ibid.

17 La Tunisie française, no 5 580 du 6/2/1921.

18 La Tunisie française, no 5 581 du 7/2/1921.

19 L’avenir social est l’organe hebdomadaire de la Fédération socialiste de Tunisie. Il a paru pour la première fois le 9 mars 1919 ; il devient organe communiste après le retrait de l’équipe socialiste en février 1921.

20 L’avenir social, 10/4/1921.

21 La dépêche tunisienne, no 11 171 du 30/3/1921. Il s’agit d’une grève déclenchée par les travailleurs de l’usine d’électricité de Sfax, d’une part, et ceux de la voirie de l’autre. Le vendredi 25 mars 1921, la municipalité a fait appel au gouvernement tunisien qui a fait partir immédiatement le remorqueur Taillebourg, ayant à son bord 16 marins électriciens et une équipe de cinquante ouvriers : les Russes arrivent à Sfax le dimanche 27 à 9 heures. Le soir même, la ville est éclairée. Quant à l’équipe d’ouvriers, elle se met au travail dès le lundi matin. Commentant l’événement, La Tunisie française a eu ce mot : « À quelque chose, les Russes sont bons » !

22 L’avenir social, no 172 du 10/4/1921.

23 L’avenir social, no 184 du 19/5/1921.

24 Al wazir, no 49 du 28/3/1921.

25 Al Wazir, no 49 du 4/4/1921.

26 E. Burnet, op. cit., p. 134.

27 La dépêche tunisienne du 5/4/1921.

28 La dépêche tunisienne du 11/4/1921.

29 Ibid.

30 La dépêche tunisienne du 6/3/1921 publie, en première page, un article d’Anatoli Amine, intitulé : « Pourquoi échoua Wrangel ? », une analyse des causes de la déconfiture des Russes blancs.

31 Nous voulons parler du médecin et humaniste français de Tunisie, Etienne Burnet, auteur d’un roman émouvant, déjà cité.

32 Cave, op. cit., p 119.

33 Cave, op. cit., p 118.

34 Télégramme de Litvinoff au gouvernement français en date du 8/3/1923, Archives du Quai d’Orsay, série K Afrique 1918-1940, carton 4, dossier 1.

35 Le 27/2/1923 le sloop russe Grozny, amarré en baie de la Carouba, fut coulé par deux officiers du bord qui ont ouvert deux soupapes pour laisser entrer l’eau de mer. Les deux enseignes furent mis aux arrêts puis expulsés vers Constantinople ; l’amiral Beherens réprouva leur geste.

36 Archives du Quai d’Orsay, ISHMN, bobine 543 : Herriot aux Ambassadeurs français à Rome, Londres et Tokyo, télégramme du 20/6/24.

37 Les refugiés russes ont vécu très douloureusement cet événement. Le jour où le pavillon à la croix de Saint André fut amené a été un jour de deuil pour tous les Russes, raconte Madame Anastasia Cherenski. Témoignage recueilli par l’unité d’histoire orale de l’ishmn à Tunis.

Auteur

Université de Sousse

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.