Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

La communauté grecque de Tunisie entre les deux guerres (1920-1930)

Fayçal El Ghoul

Texte intégral

  • 1 Les historiens ont travaillé sur des communautés beaucoup plus inportantes numériquement et plus p (...)
  • 2 Voir la série Histoire du mouvement national, carton 7, dossier 2 (Colonie grecque de Sfax et de T (...)
  • 3 Voir le Fonds de la résidence, carton 2 125, bobine R 382. Cf. surtout le dossier no 2 (Situation (...)

1Présenter un travail complet sur la communauté grecque vivant dans la Tunisie des années vingt n’est pas chose facile. En effet, l’état lacunaire de la documentation, son indigence et son éparpillement nous empêchent d’avoir une vue générale sur la question. De ce fait, on se contentera de déblayer le chemin pour des travaux ultérieurs, et d’apporter des éclairages sur une colonie européenne peu nombreuse et trop ignorée des historiens tunisiens1. Cette étude se veut donc une contribution modeste à l’histoire des minorités dans la société coloniale et plus précisément dans l’entre-deux-guerres. La documentation sur le sujet se distingue par son extrême indigence. Nous avons travaillé sur un dossier déposé aux Archives nationales2, et sur un carton du Fonds de la résidence, conservé à l’Institut supérieur de l’histoire du mouvement national3. Nous avons divisé ce travail en trois points. Le premier s’attache à présenter cette communauté, avec ses effectifs, sa répartition dans la Régence, etc. ; le deuxième s’intéresse à son organisation et à ses problèmes ; le dernier évoque les positions politiques des Grecs de Tunisie et des Tunisiens face aux événements locaux et internationaux.

LA COMMUNAUTÉ GRECQUE DE TUNISIE : EFFECTIFS ET RÉPARTITION

  • 4 Cf. Les origines du Protectorat français en Tunisie.1861-1881, Paris, 1968, 2e éd., p. 43. Voir au (...)
  • 5 Cf. Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie. 1881-1911, Paris, puf, 1962, tome 2.
  • 6 Voir en annexe le tableau II : Statistique comparée des dénombrements de 1926, 1931 et 1936. La co (...)
  • 7 En 1913, on comptait 358 pêcheurs arrivés de Grèce et qui s’adonnaient à la cueillette des éponges (...)

2Les Grecs n’ont jamais été nombreux dans la Régence. On en comptait, selon Jean Ganiage, 250 vers 18654. André Martel estime leur nombre à 340 en 1906 et 696 en 19115. Depuis, leur nombre n’a cessé de décroître : la chute est de près de 45 % entre 1926 et 19366. Ces estimations et dénombrements ne reflètent pas la réalité et doivent être corrigés. En effet, la colonie grecque de Tunisie comportait un assez grand nombre d’éléments flottants. Ils arrivaient, tout comme les Siciliens, les Maltais, les Corses et les autres insulaires, sur des barques de pêcheurs. Beaucoup ne séjournaient que quelques semaines ou quelques mois dans la Régence. Pendant la campagne de pêche des éponges, des dizaines de barques grecques envahissaient les bancs d’éponges dans le golfe de Gabès, autour de Jerba et des îles Kerkena7.

  • 8 Voir le tableau IV, Répartition géographique de la communauté grecque dans la Régence de Tunis en  (...)
  • 9 La présence grecque à Jerba et dans le golfe de Gabès était saisonnière. Elle était liée à la camp (...)
  • 10 À titre d’exemple, les 79 Grecs recensés à Jerba en 1911 par A. Martel se répartissaient comme sui (...)

3La colonie grecque de Tunisie se concentrait essentiellement sur la côte orientale du pays et plus particulièrement à Sfax, Tunis et Jerba8. La seule ville de Sfax concentrait 53 % de la communauté grecque en 1926, 48,3 % en 1931 et 60,2 % en 1936. Tunis arrivait en deuxième position avec 28,9 % des Grecs en 1926, 34,9 % en 1931, et 29,6 % en 1936. Jerba se situait loin derrière ces deux pôles avec 4,33 % en 1926, 1,29 % en 1931 et 1,83 % en 19369. La forte concentration sur la côte orientale et plus particulièrement à Sfax s’explique aisément. Cette ville était le siège des grandes maisons de commerce des éponges et de diverses activités industrielles et commerciales. Par ailleurs, Sfax était le centre de ramassage de tous les produits destinés à l’exportation. À côté de la pêche, les Grecs de Tunisie exerçaient des activités diverses. Ils étaient artisans, manœuvres, maçons, etc.10. Les membres les plus en vue de la communauté exerçaient quant à eux des activités plus lucratives. Ils étaient propriétaires, colons, industriels, médecins, restaurateurs, etc. Leur position économique et sociale en faisait, de fait, les interlocuteurs du consulat de Grèce et les dirigeants des associations et organisations grecques de la Régence.

LA COMMUNAUTÉ GRECQUE DE TUNISIE : ORGANISATION ET PROBLÈMES

  • 11 Les donations consistaient en biens immobiliers qui devaient servir à des établissements du culte. (...)
  • 12 A côté de ce groupement, considéré comme le plus actif et le plus en vue, il y avait d’autres asso (...)
  • 13 Ibid., note s.l.n.d., f° 171-190.
  • 14 Ibid., lettre au résident général en date du 4 août 1929, f° 167 et suiv. L’affaire est toujours à (...)
  • 15 Un document datant de juin 1930 nous apprend que la communauté de Tunis possédait : un vaste terra (...)

4Jusqu’à l’installation du Protectorat français en Tunisie, la communauté grecque orthodoxe vivant dans la Régence était considérée comme un groupement ethnique et confessionnel. Sujets d’Istambul, les Grecs bénéficièrent des largesses des beys en 1740 et en 186011, et d’une large autonomie dans la gestion de leurs biens et de leurs affaires cultuelles. Après 1881, et plus précisément avec la promulgation du décret beylical du 15 septembre sur les associations, les Grecs de Tunis, regroupés en une association appelée la « Communauté grecque de Tunis », en firent approuver les statuts par arrêté du 30 mai 189812. À partir de cette date et jusqu’à la veille de la Grande Guerre, l’association fonctionna selon des statuts rédigés en français ; les autorités du Protectorat la considéraient comme un « groupement confessionnel destiné à assurer l’exercice moral et matériel d’un culte »13. Au lendemain de la guerre, les autorités françaises de Tunisie s’aperçurent du caractère tronqué et très inexact de la traduction en français de ces statuts. En effet, le texte grec faisait de l’association un « groupement national de citoyens grecs demeurant à l’étranger ». « La communauté cesse d’être religieuse, écrit le directeur général de l’Intérieur, pour devenir nationale »14. En dépit de cet épineux problème juridique et des assauts répétés du consulat de Grèce cherchant à mettre la main sur les avoirs et les biens de la communauté15, l’association continua à fonctionner normalement aussi longtemps que les membres de la colonie restèrent de nationalité hellénique.

  • 16 Voir le tableau III : Nombre de Grecs naturalisés français dans la Régence de Tunis entre 1891 et (...)
  • 17 Cf. Inst. sup. mouv. nat., Ibid. Rapport au résident général (août 1929), f° 167-170.
  • 18 Ibid., note du 3 juin 1930, f° 238-239.

5La promulgation des décrets du 8 novembre 1921 et de décembre 1923 facilitant l’acquisition de la nationalité française en Tunisie, la gratuité de la procédure et les nombreux privilèges promis du point de vue du travail, des salaires, des indemnités, des droits politiques, etc., poussèrent de nombreux Grecs à devenir Français16. De 1924 à 1933, 264 Grecs, c’est-à-dire plus du tiers de la communauté, obtinrent la naturalisation. Cette évolution allait occasionner une fracture au sein de la communauté, et l’on assista à l’apparition d’un « véritable nationalisme » qui se manifesta lors des élections des membres dirigeants du groupement. Il faut dire que l’enjeu était important. Le conflit portait sur la gestion des biens de la communauté. La justice fut saisie afin d’annuler ces élections, et le directeur général de l’Intérieur envisagea même la dissolution du nouveau comité directeur et la gestion par un séquestre judiciaire du patrimoine de la communauté17. C’est que certains craignaient de voir la fortune foncière et immobilière dilapidée par les nouveaux administrateurs, dont ils contestaient la légitimité. Une pétition signée par trente Grecs (dont quatorze naturalisés français) expose les principaux griefs à l’encontre des administrateurs issus des élections de 192818 : la vente d’un terrain de 9 000 m2, situé dans le quartier du Belvédère, pour la somme modique de 16 F le mètre carré ; la vente de deux immeubles, sis rue de la Kasbah ; la construction de deux étages à la rue de Rome ; le refus de délivrer les quittances des cotisations à leurs adversaires, etc.

6Incapables de trouver une solution à ce problème, les autorités du Protectorat conseillèrent aux plaignants de se pourvoir en justice. Les choses en restèrent là jusqu’à l’été de 1931, qui coïncide avec la visite du chef des orthodoxes, le patriarche d’Alexandrie Mélétios II. Ce voyage était motivé, selon certains, par les querelles et les dissensions qui agitaient la communauté grecque. Du reste, au cours des deux messes dites l’une à Sfax et l’autre à Tunis, le patriarche prononça :

  • 19 Ibid., rapport au ministre des Affaires étrangères A. Briand (juillet 1931), f° 209-211.

« […] des allocutions qui ont plutôt eu te caractère de discours politiques que de sermons. Il a prodigué les meilleurs conseils à ses fidèles, leur recommandant avant tout de se montrer respectueux des autorités du Protectorat. […] Il n’a fait qu’une allusion discrète aux divisions qui se sont produites au sein de la colonie hellénique au cours des dernières années. Il n’a pas incité ses auditeurs h faire preuve de nationalisme. Il s’est borné à les inviter à se montrer fidèles à l’Église orthodoxe »19.

  • 20 Il s’agit de MM. Charissiadis Théodore, Couvopoulos Constantin, Couyotopoulos Lycurgue, dr Pachis (...)
  • 21 Ibid., f°. 263 et suiv. Nos documents ne nous indiquent pas comment cette affaire fut réglée. On s (...)

7Comme le patriarche d’Alexandrie ne pouvait exposer publiquement l’objet réel de sa visite (la conciliation des parties en conflit), il chercha à réunir les protagonistes afin d’apaiser les esprits et de réorganiser la colonie grecque. Usant de son pouvoir spirituel, il réunit en assemblée générale, le 31 juillet 1931, tous les membres de la communauté et réussit à faire admettre l’idée de la constitution d’un comité provisoire de sept membres20, pour apurer les comptes et réviser les statuts de la communauté. Cette décision fut homologuée par les autorités judiciaires et administratives, et six mois furent accordés à la communauté pour déposer de nouveaux statuts. Passé ce délai, l’association dite Communauté grecque de Tunis serait dissoute et ses biens placés sous contrôle d’un agent du gouvernement Tunisien. Mais les divisions au sein de la communauté réapparurent très vite, c’est-à-dire quelques mois seulement après la formation du comité provisoire chargé de la gestion des biens de l’association. En effet, c’est à la suite des tentatives de Constantin Catzaratis, archevêque de Cartagène et délégué de l’Église d’Alexandrie pour l’administration des fidèles en Tunisie, Algérie et Maroc, pour s’emparer de la présidence du Comité provisoire Grec, que les autorités françaises de Tunisie furent saisies par un groupe de Grecs naturalisés français. Dans leur pétition, les signataires contestent les prétentions du représentant du patriarche d’Égypte, observent « que la fortune de la communauté est exclusivement d’origine laïque », et redoutent de voir ce prélat « mettre la main sur le temporel de la communauté »21. À dire vrai, il semble bien que dès le début du siècle, la fortune de la communauté soit à l’origine de toutes les divisions. À cela étaient venus s’ajouter d’autres motifs de discorde, dont la naturalisation, et surtout les événements qui agitèrent la Grèce pendant et au lendemain de la Première Guerre mondiale.

L’ÉVOLUTION POLITIQUE DANS LES BALKANS ET LES RÉACTIONS DES GRECS DE TUNISIE ET DES TUNISIENS

8Les Balkans et plus particulièrement la Grèce et l’Empire ottoman furent gravement troublés par la Première Guerre mondiale et ses conséquences. En Grèce, la crise commença par une véritable division intérieure, entre, d’une part, les germanophiles et la famille royale (le roi Constantin était le beau-frère de Guillaume II), qui préconisaient la neutralité, et, d’autre part, les forces libérales, orientées vers l’Entente et favorables à l’entrée en guerre du royaume à ses côtés. Le leader libéral, Eleuthéros Vénizélos, réussit à chasser le roi et les germanophiles du pays et à faire entrer la Grèce dans la guerre. C’est ainsi que le pays prit part à la grande offensive balkanique du 15 septembre 1918. Par les traités de Neuilly (1919) et de Sèvres (1920), Vénizélos obtint pour son pays de nombreux avantages territoriaux : la Thrace orientale, les îles Imbros, Ténédos et l’administration d’une partie de l’Asie Mineure occidentale (la région de Smyrne). Mais au moment de faire appliquer les traités, la Grèce se heurta aux ambitions de l’Italie, aux rivalités franco-anglaises et surtout au mouvement national turc dirigé par Mustapha Kémal. La Grèce dut donc continuer, seule, la guerre contre la Turquie pour imposer les traités. La campagne, incertaine à ses débuts, devint, après l’échec de Vénizélos aux élections du 14 novembre 1920, désastreuse pour la Grèce. Elle se termina par l’évacuation de l’Asie Mineure en 1922. La Turquie récupéra par le traité de Lausanne (juillet 1923) toute l’Ionie, la Thrace orientale, etc.

  • 22 a.n. ibid., rapport du commissaire Guilly au contrôleur civil de Sfax (22 novembre 1920).
  • 23 Ibid., note du 17 janvier 1921.
  • 24 Parmi ces journaux il y avait L’ethnos, Le kathimerini et L’hesperini, tous partisans de Constanti (...)

9La colonie grecque de Tunisie suivait de près ce qui se passait sur la scène internationale et plus particulièrement les événements qui agitaient les Balkans. Les rapports de police nous informent de l’état d’esprit de cette communauté, et de ses activités et positions à propos de la crise politique qui secouait la Grèce. Ainsi la défaite électorale de Vénizélos et de ses partisans, en novembre 1920, suscita-t-elle une « profonde émotion » au sein de la colonie grecque de la Régence. Les Vénizélistes étaient, selon un rapport de police, majoritaires à Sfax : cent cinquante contre une quarantaine de royalistes22. À Tunis, les membres du conseil d’administration de la communauté hellénique, réunis dans une dépendance de l’église, rue de Rome, refusèrent la demande du consul de Grèce visant à faire célébrer un Te Deum en l’honneur du retour du roi Constantin en Grèce. La majorité des Grecs de Tunisie s’avérait vénizéliste. De ce fait, les rapports avec le consul se détériorèrent. Devant ce refus, quelques constantinistes, accompagnés de l’archimandrite Konissis, se rendirent au siège du consulat pour assister à une messe et présenter au consul leurs vœux à l’occasion de la fête nationale. On aurait crié, selon la police, « Vive Constantin ! », et chanté l’hymne constantiniste23. Bien que minoritaires, les partisans du roi s’activaient et se réunissaient assez régulièrement au café Saint-Georges, rue de Rome. Il était tenu par le nommé Pondikis Panayoti, qui mettait à la disposition de ses clients des journaux grecs contenant des articles très violents contre la France24.

  • 25 Ibid.

10L’évolution de la guerre en faveur de Mustapha Kémal et de ses troupes et l’occupation de Smyrne par les Turcs rétablirent l’unité au sein de la communauté grecque. Elle assista, presque au complet, à la cérémonie religieuse célébrée en faveur du maintien de l’armée grecque dans les territoires acquis par les traités de Neuilly et de Sèvres. Quelques jours plus tard, au cours d’un Te Deum célébré à l’occasion de la fête de l’indépendance grecque, l’archimandrite prononça un discours dans lequel il préconisa « l’union de tous les Grecs en présence des difficultés que traverse la patrie »25. Mais cette unité retrouvée était de pure circonstance. En effet, les royalistes cherchèrent à tirer profit de cette conjoncture et à renforcer leurs positions au sein du comité d’administration des biens de la communauté. Ils s’empressèrent d’appuyer la proposition du consul de Grèce en vue d’ouvrir une souscription en faveur des orphelins de guerre, et de soutenir sa demande en faveur d’une inscription de « tous les immeubles appartenant à celle-ci [la communauté] au nom du Gouvernement hellénique ». Cette tentative échoua. Elle n’empêchera pas le consul de revenir à la charge au début des années trente.

  • 26 Ibid., traduction d’une affiche trouvée rue Bab Souika.
  • 27 L’arrivée de 7 000 réfugiés russes à Bizerte, vers la fin de 1920, avait suscité de nombreuses réa (...)
  • 28 La dépêche tunisienne du 13 octobre 1922 évoque le réembarquement pour l’Orient de 1 200 Grecs. Un (...)
  • 29 Cette question continuera à agiter les esprits jusqu’à la fin des années vingt. En effet, la Tunis (...)

11Les événements de Grèce et plus particulièrement la guerre turco-grecque avaient eu des incidences en Tunisie et suscitèrent des réactions et des prises de position de la part des Tunisiens. En effet, au cours de l’été et de l’automne 1922, les « nationalistes », les « communistes » et les étudiants de la Zitouna se mobilisèrent pour dénoncer le massacre des civils turcs par les armées grecques. La réaction des Tunisiens commença par l’apposition de placards et de tracts sur les murs de la Médina. À titre d’exemple, celui qui est découvert rue Bab Souika appelle au boycott des Grecs accusés d’avoir « incendié les mosquées et les croyants, tué les enfants, les femmes et les infirmes, détruit les maisons », et de s’être emparé arbitrairement des biens musulmans26. L’évolution de la situation dans les Balkans, et surtout la crainte de voir s’établir en Tunisie quelques centaines de réfugiés grecs et arméniens, suscitèrent une fermentation dans les milieux zeitouniens et nationalistes. L’arrivée d’environ 2 100 réfugiés de Smyrne provoqua une vive émotion au sein de la population tunisienne et même française27. Le rapatriement d’une partie de ces réfugiés vers l’Orient ne calma point les esprits28. Ce que les Tunisiens craignaient par dessus tout était la concurrence des réfugiés, généralement qualifiés, sur le marché du travail. Ne venaient-ils pas de connaître, quelques mois auparavant, l’afflux des Russes avec toutes ses conséquences sur l’emploi des autochtones29 ? Un rapport du commissaire Farfal, daté du 14 avril 1921, nous apprend que « la population musulmane s’est émue de ce que certaines administrations publiques et privées : municipalité de Sfax, compagnie Bône-Guelma, arsenal de Sidi Abdallah [à Ferryville], etc., auraient licencié une partie de leur personnel indigène qui aurait été remplacé par des Russes. »

  • 30 a.n., Série Hist. mouv. nat., carton 7, dossier 3, rapport du commissaire Farfal, daté du 14 avril (...)
  • 31 Ibid., rapport du commissaire Fartal du 6 octobre 1922.

12Les nationalistes en profitèrent pour orchestrer une campagne de protestations et de critiques à l’adresse des autorités coloniales et du gouvernement. Ils envisagèrent même de solliciter l’intervention de l’Union des syndicats de Tunisie et du résident général30. Lorsque la menace de voir s’établir quelques centaines de réfugiés grecs et arméniens dans la Régence se fit sentir, l’inquiétude gagna l’opinion publique qui se mobilisa. Le 5 octobre 1922, quelques personnes, qu’un rapport de police qualifie de « communistes indigènes », se réunirent dans le bureau de Abdelaziz El Mahjoub, place Halfaouine. On décida, après de longues discussions, de protester auprès du Bey et de la résidence générale « contre la présence dans la Régence de nombreux réfugiés, actuellement à Bizerte ». On envisagea aussi la préparation, pour le lendemain, d’une manifestation publique. Pour cela, on envoya dans les souks des « propagandistes » pour dire « que l’arrivée des Grecs en Tunisie est une provocation du gouvernement », et que « la Tunisie n’est pas assez riche pour héberger des étrangers dénués de toutes ressources »31.

  • 32 Ibid., rapport du 7 octobre 1922.

13La manifestation eut lieu le 6 octobre dans l’après-midi. On s’était rassemblé à Bab Jédid et Ton décida de prendre la direction de la Kasbah, Bab Souika et Halfaouine pour arriver devant la résidence générale où une délégation devait tenter d’être reçue pour « exposer le mécontentement de la population tunisienne de ce que la France avait envoyé en Tunisie des Grecs qui, chassés par Kémal des territoires turcs, allaient s’installer dans le pays et porter préjudice à la main d’oeuvre tunisienne. » Au nombre de 250 à 300, dont quelques-uns portaient le drapeau tunisien, les manifestants réussirent à parcourir la rue Bab Jédid, la place de la Kasbah, mais ils furent dispersés au niveau de Bab Benat, avant d’atteindre Bab Souika et les mosquées de Halfaouine. Cette manifestation, facilement dispersée, s’acheva par l’arrestation de deux personnes, vite relâchées « pour éviter un conflit certain »32.

  • 33 Ibid., extraits de La Tunisie française du 9 octobre 1922, article intitulé : « Les réfugiés grecs (...)

14La presse française, d’habitude hostile aux milieux nationalistes, se montra très compréhensive et adopta même une attitude favorable aux positions tunisiennes. À titre d’exemple, La Tunisie française du 9 octobre 1922 reconnut la légitimité de l’inquiétude des Tunisiens. On peut lire dans ce long article : « Venir installer ces réfugiés en terre musulmane, c’est de notre part une maladresse invraisemblable et une gageure vraiment folle. Amener des Grecs et des Arméniens en Tunisie est actuellement un geste de gratuite provocation. Nos protégés musulmans méritent qu’on tienne compte de leurs sentiments légitimes. Et nous, Français de Tunisie, méritons qu’on ne nous crée pas avec eux des difficultés. L’opinion des Français est, au surplus, sur cette question, entièrement d’accord avec celle des indigènes »33.

CONCLUSION

  • 34 Voir à ce propos Inst. sup. mouv. nat., Fonds de la résidence, carton 2 125, bobine 382, f° 277 et (...)

15Au terme de cette modeste contribution, il ressort que la communauté grecque vivant en Tunisie, malgré ses effectifs réduits, jouait un rôle non négligeable dans certains secteurs de l’économie. La concentration des Grecs à Sfax, Tunis et dans une moindre mesure à Jerba, s’explique par les activités auxquelles ils s’adonnaient : cueillette et commerce des éponges, pêche, commerce, artisanat, etc. Tout comme les autres minorités vivant dans la Régence, les Grecs étaient sensibles à ce qui se passait dans leur pays d’origine. Ils prenaient position, manifestaient leur adhésion ou leur rejet à l’égard des politiques suivies. De ce fait, ils étaient soumis à une étroite surveillance de la part des autorités du Protectorat. Ces dernières usaient de tous les moyens pour les affaiblir et mieux les contrôler : surveillance policière, bannissement et surtout naturalisation en masse à partir de 1924. Cette politique eut pour résultat une division, un « schisme » au sein de la communauté entre naturalisés français et Grecs restés attachés à leur nationalité d’origine. Tensions et conflits ont alors émaillé l’histoire d’une association dont les objectifs auraient dû rester strictement culturels. L’indigence de la documentation ne nous permet pas de suivre l’évolution de la communauté grecque dans les années trente. On sait toutefois qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Grecs de Tunisie essayèrent de se réorganiser. Dès 1945, des communautés ou associations se constituèrent à Sfax, Bizerte, etc. Elles essayèrent de se tenir éloignées de la politique et cherchèrent à s’assurer du bon fonctionnement des lieux de culte et des écoles, et à apporter aide morale et matérielle à ceux des leurs que touchaient la pauvreté ou la maladie34.

Annexes

ANNEXES

Tableau I : Principaux lieux de concentration de la communauté grecque*

Tableau I : Principaux lieux de concentration de la communauté grecque*

* Source : A. Martel, Les confins…, op. cit., t. 2, et dénombrements de la population de 1926, 1931 et 1936

Tableau II : La population européenne de Tunisie d’après les dénombrements de 1926,1931 et 1936. *

Années

Nombre

Observations

1926

173 281

1931

195 293

+ 22 012

1936

213 205

+ 17 912

* Source : Dénombrements de la population de 1926,1931 et 1936.

Tableau III : Statistique comparée des dénombrements de 1926,1931 et 1936 concernant les Français, les Italiens et les Grecs de Tunisie*

Tableau III : Statistique comparée des dénombrements de 1926,1931 et 1936 concernant les Français, les Italiens et les Grecs de Tunisie*

* Source : Annuaire statistique de la Tunisie, 1946, p. 62.

Tableau IV : Nombre de Grecs naturalisés français dans la Régence de Tunis entre 1891 et 1939*

Années

Nombre

1891 à 1898

20

1899 à 1910

8

1911 à 1923

17

1924 à 1928

148

1929 à 1933

116

1934 à 1938

19

1939

11

[total]

[339]

* Source : Dénombrements de la population de 1931 et 1936.

Tableau V : Répartition géographique de la colonie grecque dans la Régence de Tunis en 1926,1931 et 1936*

Circonscriptions des contrôles civils

1926

1931

1936

Béja

11

0

0

Mejez el Bab

2

2

0

Bizerte

19

10

14

Gabès

0

3

5

Jerba

28

6

10

Gafsa

19

30

3

Tozeur

0

0

0

Grombalia

11

4

3

Kairouan

0

0

0

Le Kef

8

4

3

Teboursouk

3

6

3

Maktar

0

0

0

Sfax

343

224

274

Souk el Arba

0

0

0

Tabarka

0

0

0

Sousse

8

8

5

Thala

0

0

0

Tunis

187

162

135

Zaghouan

4

2

0

Territoires du sud

3

2

0

Total

646

463

455

* Source : Dénombrement de la population de 1926,1931 et 1936.

Notes

1 Les historiens ont travaillé sur des communautés beaucoup plus inportantes numériquement et plus présentes sur la scène politique et sociale. Italiens, Maltais, Espagnols, etc., ont fait l’objet de mémoires de maîtrise, d’articles, de thèses, etc.

2 Voir la série Histoire du mouvement national, carton 7, dossier 2 (Colonie grecque de Sfax et de Tunis), 19 pièces.

3 Voir le Fonds de la résidence, carton 2 125, bobine R 382. Cf. surtout le dossier no 2 (Situation de la communauté grecque de tunisie.)

4 Cf. Les origines du Protectorat français en Tunisie.1861-1881, Paris, 1968, 2e éd., p. 43. Voir aussi, du même auteur, La population européenne de Tunis au milieu du xixe siècle. Étude démographique, Paris, puf, 1960, p. 19.

5 Cf. Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie. 1881-1911, Paris, puf, 1962, tome 2.

6 Voir en annexe le tableau II : Statistique comparée des dénombrements de 1926, 1931 et 1936. La communauté grecque ne représentait qu’une infime minorité de la colonie européenne (1926 : 0,37 % de la colonie européenne ; 1931 : 0,23 % ; 1936 : 0,21 %)

7 En 1913, on comptait 358 pêcheurs arrivés de Grèce et qui s’adonnaient à la cueillette des éponges dans le golfe de Gabès. Voir à ce sujet notre étude sur « La pêche des éponges et la rivalité franco-italienne dans le golfe de Gabès (1900-1914) », Cahiers de Tunisie, no 165, 3e trimestre 1993, p. 88-89. En 1914, on en comptait 400, selon La dépêche tunisienne. Cf. Ibid.

8 Voir le tableau IV, Répartition géographique de la communauté grecque dans la Régence de Tunis en 1926, 1931 et 1936.

9 La présence grecque à Jerba et dans le golfe de Gabès était saisonnière. Elle était liée à la campagne de pêche des éponges. C’est vers la fin décembre que des dizaines de barques grecques regagnaient leur pays. Cette date correspondait à la fin de la campagne de la cueillette des éponges. Pour plus de détails, voir le rapport du commissaire Guilli adressé au contrôleur civil de Sfax (22/11/1920.), Archives nationales (Tunis), Série Hist. mouv. nat., carton 7, dossier 2.

10 À titre d’exemple, les 79 Grecs recensés à Jerba en 1911 par A. Martel se répartissaient comme suit : 57 commerçants, 7 industriels, 11 professions libérales et 3 divers. Cf. Les confins saharo-tripolitains, op. cit., t. 2.

11 Les donations consistaient en biens immobiliers qui devaient servir à des établissements du culte. Voir à ce sujet : Inst. sup. hist. mouv. nat., Fonds de la résid., carton 2 125, bob. R 382. Lettre du patriarche d’Alexandrie au résident général. (6 août 1931, f° 213-213 bis).

12 A côté de ce groupement, considéré comme le plus actif et le plus en vue, il y avait d’autres associations de moindre importance comme « L’union hellénique de Sfax », fondée le 21 mars 1931 et « L’union des dames et demoiselles grecques de Tunis de Sainte-Hélène », fondée le 24 novembre 1931.

13 Ibid., note s.l.n.d., f° 171-190.

14 Ibid., lettre au résident général en date du 4 août 1929, f° 167 et suiv. L’affaire est toujours à l’ordre du jour en 1930. Le 10 mai 1930, le directeur général de l’Intérieur reçut l’avis du procureur de la République sur ce dossier. On peut lire : « Après examen de ce dossier, j’estime : 1° Que les statuts approuvés par le Gouvernement Tunisien peuvent seuls servir de base d’appréciation pour le règlement des difficultés qui se manifestent et qui se manifesteront. Les statuts en langue grecque ne sauraient être pris en considération, malgré l’approbation du Gouvernement Hellénique qui n’avait d’ailleurs pas qualité pour la donner, puisque leur application devait avoir lieu sur un territoire étranger à la Grèce. 2° Que, d’après l’esprit du décret du 15 septembre 1888 sur les associations, le Gouvernement Tunisien a un simple droit de regard et de contrôle sur l’application des statuts par lui approuvés ». Voir à ce propos a.n., Série E, carton 509, dossier 1/2 (Tunis, 10 mai 1930).

15 Un document datant de juin 1930 nous apprend que la communauté de Tunis possédait : un vaste terrain de 9 000 m2 situé près du quartier Jeanne d’Arc (Belvédère), deux immeubles sis rue de la Kasbah et une construction de deux étages sise rue de Rome. Cf. à ce propos Ibid., f° 238-240, pétition adressée au résident général, signée par trente membres de la communauté grecque orthodoxe de Tunis (30 juin 1930). Sur les tentatives du consulat de Grèce pour s’approprier les biens de la communauté, les documents évoquent les dates de 1910, 1914 et 1922. Pour les deux premiers essais, voir ibid., f° 256-258 (Note confidentielle pour M. le directeur général de l’Intérieur, s.d.). En 1922, profitant de l’unité retrouvée des Grecs de Tunisie à l’occasion des difficultés que connaissait la Grèce, le consul demanda l’inscription de tous les biens au profit de son gouvernement. Cf. a.n., Série Hist. mouv. nat., carton 7, dossier 2, rapport du commissaire Clapier (8 avril 1922).

16 Voir le tableau III : Nombre de Grecs naturalisés français dans la Régence de Tunis entre 1891 et 1939.

17 Cf. Inst. sup. mouv. nat., Ibid. Rapport au résident général (août 1929), f° 167-170.

18 Ibid., note du 3 juin 1930, f° 238-239.

19 Ibid., rapport au ministre des Affaires étrangères A. Briand (juillet 1931), f° 209-211.

20 Il s’agit de MM. Charissiadis Théodore, Couvopoulos Constantin, Couyotopoulos Lycurgue, dr Pachis Evangelos, Rosmaris (archimandrite Authimos), Siganakis Alfred et Tsonidès Paul. Certains faisaient partie de l’ancien bureau contesté, d’autres figuraient parmi les opposants. Cf. à ce propos ibid., note confidentielle (22 avril 1932.), f° 254 et suiv.

21 Ibid., f°. 263 et suiv. Nos documents ne nous indiquent pas comment cette affaire fut réglée. On sait seulement qu’au lendemain de la guerre la communauté essaya de s’organiser sur des bases plus solides.

22 a.n. ibid., rapport du commissaire Guilly au contrôleur civil de Sfax (22 novembre 1920).

23 Ibid., note du 17 janvier 1921.

24 Parmi ces journaux il y avait L’ethnos, Le kathimerini et L’hesperini, tous partisans de Constantin. Selon la police, ces journaux arrivaient d’Italie et auraient été envoyés par les frères Salapata, expulsés de la Régence et résidant à Athènes. Cf. ibid., rapport du commissaire Clapier (8 mars 1922)

25 Ibid.

26 Ibid., traduction d’une affiche trouvée rue Bab Souika.

27 L’arrivée de 7 000 réfugiés russes à Bizerte, vers la fin de 1920, avait suscité de nombreuses réactions : les nationalistes interpelèrent les autorités du Protectorat et commencèrent une campagne de presse. De leur côté, les socialistes protestèrent, le 18 décembre 1920, contre la présence de la flotte russe à Bizerte. Cf. à ce sujet a.n., Série Hist. mouv. nat., carton 7, dossier 3, notes et rapports des commissaires Clapier et Farfal (fin décembre 1920 et début 1921). Voir aussi, dans le présent volume, le texte de S. Mathlouti.

28 La dépêche tunisienne du 13 octobre 1922 évoque le réembarquement pour l’Orient de 1 200 Grecs. Une centaine de leurs compatriotes, restés à Bizerte, suivront les 800 autres réfugiés, sujets ottomans ou syriens, protégés français. Ils posèrent problème car, catholiques, ils avaient refusé un rapatriement en Grèce.

29 Cette question continuera à agiter les esprits jusqu’à la fin des années vingt. En effet, la Tunisie était l’objet de convoitises de la part de nombreux Européens en difficulté dans leurs pays (Russes, Grecs, Polonais, Portugais, Espagnols, Belges, Allemands, sans compter les Italiens, les Maltais, etc.). Tous cherchent « un exutoire à leurs energies en surcroît » et « pensent le trouver en Afrique du Nord. [Mais] la petite Tunisie n’est pas le Brésil et déjà ses deux millions d’autochtones vivent à l’étroit sur les terres maigres qui leur restent après de multiples prélèvements », extrait de La Tunisie nouvelle du 16 août 1928. Cf. à ce sujet Inst. sup. mouv. nat., bobine R 457 (relations Tunisie-Belgique et colonies belges. 1928-1933).

30 a.n., Série Hist. mouv. nat., carton 7, dossier 3, rapport du commissaire Farfal, daté du 14 avril 1921.

31 Ibid., rapport du commissaire Fartal du 6 octobre 1922.

32 Ibid., rapport du 7 octobre 1922.

33 Ibid., extraits de La Tunisie française du 9 octobre 1922, article intitulé : « Les réfugiés grecs en Tunisie ». Voir aussi le numéro du 15 octobre, dans lequel il est question du rapatriement de quelque 800 Grecs restés à Bizerte. L’auteur de l’article insiste encore une fois sur la similitude des positions entre les opinions tunisienne et française.

34 Voir à ce propos Inst. sup. mouv. nat., Fonds de la résidence, carton 2 125, bobine 382, f° 277 et suiv.

Table des illustrations

Titre Tableau I : Principaux lieux de concentration de la communauté grecque*
Légende * Source : A. Martel, Les confins…, op. cit., t. 2, et dénombrements de la population de 1926, 1931 et 1936
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau III : Statistique comparée des dénombrements de 1926,1931 et 1936 concernant les Français, les Italiens et les Grecs de Tunisie*
Légende * Source : Annuaire statistique de la Tunisie, 1946, p. 62.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4931/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.