Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

Les Maltais en Tunisie à la veille du Protectorat : une population intermédiaire*

Andrea L. Smith

Texte intégral

  • * Conformément à l’usage américain, notre collègue a accompagné sa communication d’une brève bibliog (...)
  • 1 Les épidémies de choléra de 1813 et 1837 ont décimé des milliers de Maltais et ont entravé le comm (...)
  • 2 Un recensement de 1842 a compté 112 500 Maltais et 5 000 étrangers ; c’est-à-dire une densité de p (...)

1L’émigration maltaise au début du XIXe siècle a été motivée par une série d’épidémies, de chocs économiques1 et de problèmes liés à une haute densité de population2 aggravée par un manque notable de ressources naturelles. Mille à deux mille Maltais ont émigré chaque année entre 1818 et 1832 (Price 1954, p. 59). Ils choisissaient surtout les rivages de l’est et du sud de la Méditerranée. Dès dans les années 1840, 20 000 Maltais vivaient en Algérie, en Tunisie, en Égypte, à Constantinople, en Grèce ou à Tripoli ; approximativement 15 % de la population maltaise vivait outre-mer à cette époque (ibid., p. 61). Cette migration était caractérisée par un haut degré de spontanéité et de mobilité. Les migrants partaient pour une ville tunisienne, par exemple, se dirigeant ensuite vers l’Algérie ou l’Égypte. Il y avait aussi un taux très élevé de retours au pays : à peu près 85 % des émigrants des années 1840 à 1890 sont retournés à Malte (ibid., p. 189).

  • 3 Voir Ganiage 1960, p. 19.
  • 4 A partir d’une étude des fichiers paroissiaux de l’église de Ste-Croix à Tunis,]. Ganiage a examin (...)
  • 5 L’Italie a été formée en 1861. Pour plus de simplicité envers le lecteur moderne, j’identifie ici (...)

2Les chiffres de la population européenne en Tunisie au XIXe siècle montrent le volume de l’immigration en provenance d’Europe, mais ils ne sont pas très exacts. Les témoins contemporains nous donnent des chiffres divers3. Après avoir analysé ces sources et les registres de catholicité de Ste-Croix, J. Ganiage a estimé qu’au milieu du XIXe siècle, il y avait 6 à 7 000 Maltais en Tunisie, formant 60 % de la population européenne4. Il y avait aussi 4 000 Italiens5, et quelque 250 Grecs pendant la période 1850-1860. Dans les villes côtières, les Maltais ont été largement majoritaires. À Sfax, par exemple, ils représentaient 77 % de la population catholique entre 1841 et 1879, et on en comptait 900 en 1885 sur un total de 1 200 catholiques (Soumille, 1993, p. 9-13).

  • 6 Voir Pellissier 1858, p. 54.

3L’image des Maltais qu’on trouve dans les récits des voyageurs européens contemporains, et répétée dans plusieurs sources, comme celle qu’utilise J. Ganiage, est assez négative. Pellissier décrit « une masse » de Maltais qui « exercent diverses industries boiteuses, la contrebande surtout ». Cette population croissante d’immigrants européens avait besoin d’être hébergée, et c’est dans la ville de Tunis que le manque de logements était le plus aigu, et que le niveau de vie des Européens pauvres a le plus choqué les écrivains contemporains6. Les quartiers maltais étaient décrits comme parmi les moins bien entretenus de la ville. Dunant écrit en 1858 :

  • 7 Il faut dire que Dunant a décrit d’une façon beaucoup plus positive les autres quartiers de la vil (...)

« Il s’y trouve, pour les familles d’ouvriers pauvres, des fondouks… dont les habitants sont pour la plupart maltais… Ces gens sont entassés au nombre de cinquante ou soixante familles et leurs enfants vivent pêle-mêle, durant le jour, au milieu de femmes sales et mal peignées7 ».

4Parce que le quartier européen était situé au bas de la pente de la médina, il était réputé boueux et déplaisant pendant l’hiver. À cette époque, les rues de Tunis n’étaient pas encore goudronnées, et elles devenaient infranchissables. Un témoin de 1868 a décrit le quartier maltais à Tunis comme suit :

  • 8 15 avril 1868. Public Record Office (PRO), Colonial Office (CO), 158/217/6825.

« La grande rue de Tunis dite des Maltais… est tenue dans un état de saleté révoltante… Les immondices les plus infects y séjournent constamment sans que personne se mette en peine de les enlever. Dernièrement encore des « Kanakes » (sic) sont restés ouverts pendant plusieurs jours, et les matières qui ont été retirées, déposées sur la voie publique et n’ayant point été enlevées immédiatement, se sont mélangées aux boues… et ont produit un amalgame sans nom, d’une odeur repoussante.8 »

  • 9 Dunant ne sait pas vraiement s’ils devaient être considérés comme Européens ou non (p. 254). Voir (...)

5Cette population décrite par J. Ganiage comme un « prolétariat misérable » (1960, p. 28) avait apparemment un niveau d’instruction très bas. Utilisant comme indices les signatures sur les actes de mariage, J. Ganiage a déterminé que 95 % des hommes maltais et 98 % des femmes étaient illettrés lors de leur mariage ; parmi les Italiens, les proportions étaient respectivement de 59 et 62 % (ibid.). Les gens du nord de l’Europe voyageant en Tunisie ont vu dans les Maltais du pays une population assez difficile à définir. Ils les ont souvent décrit comme une sorte de mélange, manifestant une culture mixte, et servant de pont entre l’Occident et l’Orient9. Dans l’optique de N. Faucon, par exemple, la religiosité des Maltais était une caractéristique qui les rendait plus proches des Tunisiens que des Européens :

« Ils sont sur le chapitre de la foi d’une intolérance égale à celle des Arabes. Ce n’est pas d’ailleurs le seul trait de ressemblance qu’ils aient avec ces derniers. On les a appelés des Arabes chrétiens et la définition ne manque pas d’exactitude. L’ossature, les traits, la langue, le tempérament, les mœurs, tout révèle en eux le sang arabe » (Faucon, 1893, p. 301).

6Dans les documents de l’époque, le lien est souvent fait entre les Maltais et la population locale, et les images qu’on trouve concernant ces deux populations sont plus ou moins racistes et stéréotypées. En revanche, les correspondances du consul britannique en Tunisie nous fournissent des indications nouvelles, qui nous amènent au-delà de ces images stéréotypées. Ces sources font avancer notre connaissance des Maltais, et donc de l’histoire de la « mosaïque tunisienne » à la veille du Protectorat.

  • 10 Les Italiens seraient les plus nombreux à partir des années 1870.
  • 11 Richard Wood a été consul général britannique à Tunis d’août 1855 à 1879. Né à Constantinople, il (...)

7L’information tirée des archives des agents consulaires britanniques pendant les dernières décennies avant le Protectorat présente une image relativement nouvelle des Maltais en Tunisie. À cette époque, ils dominaient numériquement la population européenne10. Ils jouissaient d’une certaine liberté, établissant des colonies maltaises considérables à travers la Régence. Il y avait déjà une large population de deuxième génération maltaise, née en Tunisie. C’est aussi une période durant laquelle les Maltais ont eu un champion au sein du personnel consulaire britannique, le consul général Richard Wood11. Les efforts incessants que faisait Wood pour aider les plus pauvres de ses ressortissants étaient remarquables, et son modèle a été suivi par le personnel consulaire pendant son mandat à Tunis.

  • 12 Voir Smith, 1996 pour une discussion de l’assimilation juridique des étrangers en Algérie à la fin (...)

8L’assimilation des Maltais, par des observateurs européens, à une population intermédiaire, reposait certainement en partie sur la similitude entre leur langue sémitique et la langue parlée des Tunisiens. Cette habileté à communiquer avec la population locale leur a octroyé de grands avantages. Ils ont pu établir des réseaux de commerce internationaux dès leur arrivée, dont le moindre n’était pas un commerce de contrebande assez actif. Même si la position intermédiaire de leurs concitoyens s’installant en Algérie présentait un handicap12, comme elle le serait pour certains en Tunisie pendant le Protectorat, il y avait avant ce dernier de nets avantages dans cette position sociale ambiguë. Les documents de cette période permettent de dépasser les portraits plutôt lugubres des enfants maltais sans chaussures avec leurs mères dépeignées, et décrivent plutôt un peuple qui se sentait assez à Taise dans son nouveau pays.

9Honnêtes et travailleurs : tels étaient certainement l’immense majorité des Maltais en Tunisie à cette époque, mais les archives ne fournissent que quelques détails sur cette majorité. Ceux qui étaient instruits avaient eu peu de temps libre pour écrire des mémoires ou des lettres, et ont disparu sans laisser de trace personnelle. Donc, ce sont seulement ceux qui se trouvaient dans une période de malchance qui apparaissent dans ces documents : les agriculteurs incapables de payer leurs impôts, les véritablement très pauvres qui recevaient de l’assistance pour retourner à Malte, ou les victimes ou auteurs de crimes.

  • 13 Foreign Office (FO) 339/119, PRO.
  • 14 En préparant les statistiques suivantes, j’ai d’abord énuméré chaque cas et le nom des délinquants (...)

10En l’absence de sources plus « neutres », on est donc réduit à consulter les documents concernant les Maltais en difficulté avec les autorités diverses. Les registres de la Cour consulaire britannique basée à Tunis fournissent des informations non seulement sur les crimes commis, mais aussi d’autres détails sur les individus concernés et la vie quotidienne maltaise. Un volume énumérant tous les cas présentés devant les fonctionnaires consulaires vers la fin des années 1870 a été examiné en détail pour les années 1875 à 187713. Les individus convoqués étaient presque toujours des Maltais ; de rares cas impliquaient des sujets britanniques de Gibraltar ou de Grèce. Ces registres identifient aussi les métiers des délinquants, et donc fournissent une description très détaillée des activités des Maltais à Tunis avant le Protectorat14.

  • 15 Artisan est une catégorie composée des métiers suivants : menuisier, forgeron, tonnelier, maçon, p (...)

11On n’a pas beaucoup d’informations sur les métiers que pratiquaient les Maltais dans la régence à cette époque. Selon J. Ganiage, les Maltais à Tunis étaient connus comme étant principalement des cochers, et ceux des villes côtières s’engageaient aussi dans la contrebande des huiles, du coton ou des armes (1959 : 48-9). Dans son recensement des professions trouvées sur des registres paroissiaux de Ste-Croix entre 1845 et 1864, l’historien a observé que les métiers des Maltais étaient rarement notés. Il a trouvé seulement 67 cas, et donne l’énumération suivante : 16 menuisiers, 5 forgerons, 11 commerçants, 4 garçons ou tenanciers de taverne, et 2 charretiers. Les casiers judiciaires indiquent les métiers des individus convoqués par la Cour consulaire. Ces métiers étaient, pour les années 1875 à 1877 : les conducteurs d’équipages, 25 cas (17,86 %) ; petits commerçants, 21 (15 %) ; agriculteurs et journaliers, 20 (14,29 %) ; vendeurs ambulants (marchands ambulants de poissons ou de fruits, collecteurs de chiffon, musiciens), 18 (12,86 %) ; artisans15, 17 (12,14 %) ; ceux dont le métier n’est pas indiqué, 13 ; et vagabonds, 4 (12 % pour ces deux catégories) ; et garçons ou tenanciers de bars et tavernes, 12 (8,6 %).

  • 16 2 juillet 1852, Baynes à Ahmed Bey, 58/638, article 70087, Archives nationales, Tunis (ant).

12Le métier le plus répandu parmi les accusés maltais était celui de conducteur, et ces statistiques confirment les observations de l’époque. Mais il n’est pas toujours noté la grande proportion de Maltais artisans. J. Ganiage avait indiqué des menuisiers et forgerons ; ici, les occupations énumérées sont plus diverses, et incluent aussi des constructeurs de charrette, des tonneliers, des maçons, des peintres et des selliers. Le nombre de petits commerçants est aussi relativement surprenant. Cette catégorie a été créée en groupant les métiers suivants : coiffeur (1), boulanger (1), boucher (2), confiseur (1), commerçants non spécifiés (7), négociants (5), tailleur (2), cordonnier (1), et meunier (2). Plusieurs Maltais travaillaient comme garçon ou propriétaires de bars et tavernes. Cette information est confirmée par d’autres sources qui attestent qu’un grand nombre de ces établissements étaient tenus par des Maltais. Déjà, en 1852, il y avait 59 de ces établissements à Tunis et à La Goulette16.

13Treize des délinquants n’avaient pas de métier identifié. C’étaient presque tous de jeunes contrevenants, accusés souvent de « comportement tapageur » par la police locale, ou pour avoir insulté autrui en état d’ivresse. Ce chiffre inclut trois femmes accusées par d’autres femmes maltaises. Pensant aux descriptions plutôt dramatiques des quartiers maltais au milieu du siècle, il est intéressant de noter le petit nombre des accusés identifiés comme chômeurs ou vagabonds. Ces données nous donnent donc l’impression d’une population largement munie d’emplois, et qui participait dans sa majeure partie à des entreprises tout à fait respectables de l’économie locale. D’ailleurs, il faut se rappeler que ces données concernent seulement les Maltais accusés de divers crimes.

  • 17 Les procès pour les cas d’homicide ont été menés à Malte, et les peines y ont été appliquées.
  • 18 Par exemple, deux vagabonds accusés d’avoir volé le pain d’un enfant, et deux autres ayant essayé (...)

14Presque les deux tiers des cas énumérés par le consulat entre 1875 et 1877 concernaient diverses sortes d’agression (en anglais, assault, stabbing, beating or wounding) : 90 cas sur 140. Ces chiffres nous offrent l’image d’une population assez violente. Par contre, il y eut seulement trois cas d’homicide. À cette époque, les Maltais coupables d’homicide du premier degré ont été condamnés à la peine de mort. Peut-être pour cette raison, les cas d’homicide à Tunis étaient rares, mais très soigneusement répertoriés par les agents consulaires17. Le vol était invariablement traité sévèrement, avec une peine d’un an de travail forcé et le bannissement de la Régence à perpétuité. Treize personnes sur 140 ont subi cette peine. Quatre ont été jugées coupables, tandis que six ont été seulement soupçonnées. Un commerçant accusé d’avoir accepté du fil en coton qu’il savait avoir été volé a été condamné à trois mois de prison et à une amende de 1 000 piastres. Un homme accusé d’avoir volé des vêtements d’un co-locataire a reçu une peine de six mois. C’était la pratique du consulat britannique que d’exiger que ceux qui troublaient la paix puissent fournir une caution, une somme significative d’argent, pour garantir leur futur bon comportement. Ceux qui ne pouvaient pas fournir cette caution et qui étaient censés causer davantage de troubles étaient bannis18.

15En examinant les accusateurs, souvent les victimes des crimes (identifiées par leur nom), nous pouvons obtenir une meilleure explication des rapports entre les Maltais et les membres des autres ethnies vivant à Tunis à cette époque. En éliminant les cas où les victimes n’étaient pas indiquées, ou ceux dans lesquels c’était plutôt le gouvernement anglais qui portait plainte, on trouve 131 cas avec des accusateurs individuels identifiés. Un grand nombre de ces derniers étaient des représentants du gouvernement tunisien : la police et d’autres officiels comptaient 22 des accusateurs, soit 16,8 %. Les Maltais portaient aussi plainte contre d’autres Maltais : on trouve 37 cas concernant 25 hommes et 12 femmes, ou 28 % des cas au total. Mais ce qui est à noter, c’est le petit nombre des accusateurs des autres nationalités européennes. Seulement un Anglais, un Grec, et 4 Italiens ont porté plainte. En revanche, le nombre des accusateurs tunisiens est frappant : il s’agissait de 66 personnes, soit environ 50 % des accusateurs en général. Au sein de ce groupe, on compte un tiers de Juifs et deux tiers de musulmans. Il faut noter ici la différence entre ces chiffres et ceux qui ont été relevés par M. Noureddine sur la criminalité sicilienne à Sousse dans les années 1888-1898. Même si les chiffres de Sousse concernent une décennie plus tardive et une autre ville tunisienne, on voit quand même une différence de comportement assez nette. Un grand nombre des victimes de la criminalité sicilienne étaient de nationalité italienne ; 9 % étaient des Tunisiens, 6 % des Maltais, et 13 % des Français. Dans le cas des Maltais, par contre, seulement 28 % des délits concernaient d’autres Maltais, 5 % d’autres Européens, et plus de la moitié concernaient des Tunisiens. La comparaison de ces chiffres montre bien que les Maltais vivaient davantage que les Siciliens de l’époque au contact de la population locale, et étaient par conséquent plus mêlés dans des rixes avec elle.

  • 19 Observation due à M. Boquet.

16La fréquence des agressions contre les Tunisiens peut être interprétée de façons diverses. Dans le cas où une bande de trois ou quatre jeunes Maltais est accusée d’agression collective et en même temps d’ivresse, on peut imaginer que c’est le résultat d’une bagarre générale dans un bar ou un endroit semblable. Le cas de Tunisiens frappés à coup de chaise, par exemple, suggère que les victimes tunisiennes et les agresseurs maltais fréquentaient les mêmes endroits juste avant l’attaque19. Le grand nombre de femmes tunisiennes – musulmanes ou juives – ayant été attaquées (onze) est assez surprenant. Parfois il est indiqué que ce sont des prostituées, mais souvent on apprend simplement que le Maltais a essayé de forcer la porte de la victime ou Ta blessée.

  • 20 Voir Brown, 1974, p. 246.

17Quel est le pourcentage des agressions qui étaient motivées par les différences religieuses ou ethniques des victimes, ou par des animosités ethniques ? On ne le saura probablement pas. Mais de nombreux cas impliquant des Maltais accusés de blasphèmes montrent au moins quelques tensions. Le chiffre élevé des Juifs attaqués (un tiers des Tunisiens), suggère un certain sentiment antisémite. Cependant, la victime a parfois décidé de ne pas porter plainte, ou il est indiqué que la dispute a été résolue amicalement. Cela suggère soit qu’il était assez difficile de porter plainte contre un Européen à cette époque20, soit que ces incidents étaient issus de bagarres entre amis ou collègues, ce qui révèle par conséquent la proximité dans laquelle vivaient ces gens d’ethnies différentes à Tunis.

  • 21 Ces lettres se trouve dans les ant, section H, « Historique, » Cartons 227 et 228, Dossiers 411 à (...)

18Une autre source pour examiner la vie quotidienne des Maltais avant le Protectorat se trouve dans les lettres écrites par les agents consulaires britanniques aux Premiers ministres tunisiens21. Ces lettres évoquent, pour la plupart, les cas où les Maltais se sont adressés directement au consul général pour qu’il rectifie ce qu’ils ont perçu comme des injustices commises à leur encontre par des fonctionnaires tunisiens ou d’autres sujets du pays. Une proportion significative de ces lettres concerne le commerce et des négociants. Cependant, ce qui est surprenant, c’est le nombre de lettres qui concernent les plus pauvres des ressortissants du consul. Ces lettres sont ainsi doublement intéressantes : leur ton montre un haut degré de sympathie du consul général envers les Maltais, et elles offrent une source unique pour mieux comprendre les préoccupations des Maltais et Tunisiens pauvres de l’époque.

  • 22 17 octobre 1873, Wood no 232 au Premier ministre, 228/413, ant.
  • 23 26 février 1878, Wood no 61 au Premier ministre (p.m.) 228/414, ant ; 3 mars 1878, Dupuis no 3 à W (...)
  • 24 23 mars 1872, Wood no 104 au P.m. 228/413, ant.
  • 25 12 février 1875, Wood no 54 au P.m. 228/413, ant.

19Par cette correspondance, on apprend que des Maltais étaient aussi bergers. Le Premier ministre tunisien informe le consul en 1872 que des Maltais ont fait paître leurs moutons dans les vergers d’oliviers appartenant à des sujets tunisiens, dans les environs de Sousse. Une autre fois, deux Maltais de Sfax se plaignent d’un vol de 97 moutons22. Ils étaient aussi des agriculteurs. A plusieurs occasions, le Premier ministre se plaint de Maltais qui n’ont pas encore réglé leurs impôts sur les récoltes. En 1878, il y a un si grand nombre de propriétaires maltais à Sousse et Monastir qui n’ont pas encore payé le « canoun » sur leurs oliviers que la somme due se monte à 10 761 piastres23. Ces lettres indiquent aussi la proximité dans laquelle vivaient Tunisiens et Maltais. Nous apprenons ainsi qu’une dispute a retenu l’attention du Premier ministre : un Maltais n’a-t-il pas négligé d’édifier une haie de cactus pour séparer sa propriété de celle de son voisin tunisien24 ? Ailleurs, un troupeau de chèvres est possédé conjointement par un Maltais et un Tunisien. Cette information est ressortie car le consul Wood a dû régler une bagarre entre les deux hommes25.

  • 26 13 avril 1874, Wood no 100 au P.m. 228/413, ant.

20Un groupe de lettres pittoresques concerne les plus humbles des habitants de la Tunisie. Ces lettres montrent la confiance qu’éprouvaient certains Tunisiens et Maltais lorsqu’ils contactaient les autorités locales et leur demandaient d’intervenir dans des affaires que nous considérerions aujourd’hui comme très mineures. Un Tunisien à Sfax se plaint de ce qu’un sujet britannique l’ennuie quand il pêche ; cette plainte est envoyée au Premier ministre26. En revanche, un pêcheur maltais de Sousse se plaint du vol de son filet ; cette affaire est minutieusement examinée par l’agent consulaire Britannique à Sousse, d’où une longue correspondance avec le consul général, et entre ce dernier et le Premier ministre. Selon l’enquête, une moitié du filet en question a été trouvée en possession d’un pêcheur tunisien, qui dit l’avoir acheté d’un pêcheur sicilien. Mais le Tunisien ne peut plus se rappeler le nom du Sicilien, et l’affaire est soumise au Khalifa de Monastir, qui, à son tour, la soumet au Khalifa de Sousse. Le consul britannique poursuit l’affaire, cependant, en écrivant au Premier ministre qu’il trouve hautement invraisemblable que le Tunisien « ait acheté le filet d’un pêcheur qu’il ne connaît guère », et il pense plus vraisemblable que le « Tunisien est soit le complice du voleur, soit le voleur lui-même ».

  • 27 On voit ici une distinction nette entre l’attitude envers les Maltais des agents consulaires dans (...)
  • 28 2 avril 1874, Dupuis no 12 à Wood, 228/413, ant.

21Alors qu’il semble remarquable que tant de notables et autorités, y compris le Premier ministre, se soient préoccupés de ce genre de problème, il est aussi surprenant que le consul général britannique ait continué de les suivre27. Le cas le plus frappant de ce genre est celui qui s’est passé dans la région de Sousse en 1874, concernant un mulet volé. Un Maltais signalait que son mulet, volé il y avait à peu près dix-huit mois, était actuellement détenu par un Tunisien. L’agent consulaire britannique de Sousse a donc fait une enquête. Il écrit à Wood que le Tunisien avait présenté une pétition signée par 35 personnes disant que le mulet avait été le sien durant six ans, « tandis que le Maltais ne pouvait produire que 16 témoins, la plupart des Maltais ». Le Maltais déclare donc à l’agent consulaire que « l’animal n’était pas aussi bien connu ici qu’à Enfida, où il avait été élevé ». L’agent consulaire, après des « difficultés considérables », reçut la permission du Khalifa local d’envoyer le mulet à Enfida avec une caution de 500 piastres. Le Maltais revint de ce voyage avec une pétition signée par « un nombre immense d’habitants d’Enfida » qui avaient reconnu le mulet et avaient déclaré qu’il lui appartenait. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En regardant les diverses opinions concernant la description du mulet, l’agent consulaire écrit à son supérieur que « dans le document du Tunisien, la couleur est décrite comme noir ou bordant sur le noir, alors que dans celui du Maltais elle est donnée comme “Kharubi” ou brun bordant sur noir, que je conçois comme sa vraie couleur ». Cette affaire s’est terminée quand l’agent consulaire et le Khalifa ont reconnu que, étant impossible d’arriver à une claire et impartiale décision, l’affaire ne pouvait trouver de solution qu’à Tunis, et l’agent écrit que « les deux plaideurs ensemble avec le mulet procèdent ce jour en cet endroit28 ».

  • 29 16 août 1872, Wood no 253 au Bey, 228/413, ant.
  • 30 29 mars 1878, Wood no 88 au p.m., 228/414, ant.
  • 31 6 septembre 1871, Wood no 278 au p.m., 228/413, ant.
  • 32 22 mars 1871, Wood au Bey, 228/413, ant.

22Bien sûr, les agents consulaires situés dans les villes lointaines devaient affronter des plaintes de Maltais plutôt « espiègles ». Parfois, ces plaintes pouvaient être liées à l’alcool ou à d’autres vices : des Maltais sont attaqués à Monastir pour avoir joué une musique trop forte29, et une femme maltaise à Monastir est accusée de garder une « maison désordonnée » (il s’agit en fait d’un lieu de prostitution)30. Certains étaient courageux, trop même, d’après la version des policiers et gardiens tunisiens qui les accusaient de les avoir agressés31. Une plainte est déposée par le Bey lui-même en 1871, au sujet des Maltais qui erraient « près de la plage de l’île de Gerba, menaçant les Gardes pendant la nuit32 ». Ce genre de plainte nous mène à un autre sujet passionnant lié aux Maltais : la contrebande.

23Pendant la période examinée ici, les taxes sur les produits importés dans la Régence étaient fixées à 3 %, tandis que celles sur les produits exportés atteignaient 25 à 50 %. D’ailleurs, une permission spéciale était nécessaire pour les produits contingentés comme le tabac, le vin, et l’alcool (Frank, 1885, p. 83). Il n’est donc pas surprenant qu’il y ait eu un commerce actif de contrebande. Les denrées comme les huiles, les peaux et les grains, étaient exportées illégalement du Sahel vers les villes côtières et ensuite par mer à Malte, ou vers l’Algérie (Ganiage, 1959, p. 58). Une contrebande active des armes et de la poudre allait dans l’autre sens, de Malte ou l’Europe vers la Tunisie ou l’Algérie. Il était assez facile d’embarquer et de débarquer de la contrebande sur les petits bateaux de pêche (spenoreras), dans les coins éloignés de la plage. Ce n’est peut-être pas pure coïncidence si Ton trouve des communautés maltaises assez nombreuses tout le long de la côte tunisienne, à Mahdia, Sfax, Sousse, ou Djerba.

  • 33 Vice-consul Stevens 7 juillet 1858, 94/117, ant.
  • 34 Carton 94, dossier 117, ant.

24Un commerce de contrebande des huiles est pratiqué presque ouvertement à Mahdia dans les années 1850, par exemple. Les disputes entre la population chrétienne essentiellement maltaise et les fonctionnaires et notables locaux augmentent à un tel point qu’une investigation collective doit être organisée en 185833. Le Cheikh local signale que les Maltais sont souvent attrapés en train de décharger les tonneaux d’huile, et ont à plusieurs reprises attaqué et blessé les gardes essayant de les arrêter. Ces allégations ont été nettement réfutées par les Maltais, mais le vice-consul britannique admet cependant que le commerce de contrebande à Mahdia est presque entièrement sous le contrôle des Maltais34.

  • 35 Wood no 28, 30 janvier 1871, à vice-consul Stevens, Sousse, Foreign Office (fo) 339/108, PRO.

25Les Maltais étaient si impliqués dans la contrebande que pendant les années 1870, il y avait de nombreux bateaux maltais dans les ports tunisiens qui attendaient pour servir comme « dépôts flottants de contre-bande »35. Certains de ces bateaux étaient dépourvus de papiers et d’autres étaient inaptes à naviguer. Beaucoup possédaient, outre le drapeau britannique, ceux de Jérusalem, de Tunis et de Turquie, « qu’ils abordent dans divers ports et criques qu’ils visitent selon des circonstances locales ». Le consul général Wood écrit en 1871 que tout vaisseau naviguant sans papiers réguliers peut être traité par les agents consulaires britanniques comme un bateau pirate.

  • 36 Comme faisait Juiseppe ben Andrea, accusé de « comportement imprudent » pour avoir provoqué un inc (...)

26Cette documentation nous donne aussi des détails importants sur les relations entre les Maltais et les Tunisiens. Ils se sont fréquentés ou ont travaillé souvent ensemble, partageant des troupeaux de chèvres, ou marchant dans les champs avec des camarades charretiers tunisiens après le travail36. Ils pêchaient aux mêmes endroits. Les Maltais se sentaient à ce point à leur aise qu’ils se promenaient dans les régions éloignées et étaient souvent dans la médina de Tunis après la chute du jour, ou jouaient de la musique bruyante la nuit : ce n’est pas là le comportement de gens très inquiets. Les sources montrent que les Maltais occupaient une place sociale et économique d’intermédiaire pendant cette période. L’exemple classique est celui des Maltais contrebandiers, capables de servir de pont entre l’Occident et l’Orient. Cette habileté était presque nécessaire pour réussir dans une telle carrière, car ces contrebandiers devaient participer aux réseaux d’échanges avec d’autres partenaires en Tunisie ainsi qu’à Malte (ou en Algérie). Les Tunisiens leur apportaient les huiles, les peaux et d’autres denrées que les Maltais vendaient aux commerçants maltais ou européens à Malte ; les marchands tunisiens étaient indispensables aussi pour leur acheter des produits de contrebande venant de l’Europe comme les armes ou le tabac, fournis aux Maltais par les commerçants européens.

27Ce statut intermédiaire semble avoir été largement favorable aux Maltais en Tunisie avant le Protectorat. À côté des relations assez solides qu’ils avaient soit avec les prêtres catholiques, soit avec leurs représentants britanniques du consulat, ils étaient aussi capables de communiquer effectivement avec la population locale, et il semble qu’ils aient été assez bien admis par les Tunisiens. Vadala écrit en 1911 qu’en dépit du fait que les Maltais aient été capturés au XVIIIe siècle, et haïs par les musulmans parce que bons chrétiens, dès lors que la piraterie a été abolie, les Nord-Africains « ne tardèrent pas à les considérer comme des demi-frères et à utiliser leurs services comme intermédiaires avec les peuples d’Europe » (1911, p. 59). À son avis, ce rôle des Maltais comme premiers négociants en Afrique du Nord, comme pionniers, « n’(a) pas été suffisamment relevé et il est temps de leur rendre cette justice » (ibid.).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BOURNAND, François, Tunisie et Tunisiens, Paris, J. Lefort Imprimerie, 1893.

CAMILLERI, Carmel, « Une communauté maltaise en Tunisie entre les groupes arabo-berbère et francais », Les Temps Modernes, 475 (1985), p. 486-513.

CHARMES, Gabriel. La Tunisie et la Tripolitaine, Paris, Calmann Levy, 1888.

CUBISOL, Charles, Notices abregées sur la Régence de Tunis, Bône, Dagand, 1867.

DUNANT, J. Henry, Notice sur la Régence de Tunis, Genève, Jules Gme. Fick, 1858.

FAUCON, Narcisse, La Tunisie avant et depuis l’occupation francaise. Histoire et colonisation. Vol. Il, Colonisation, Paris, Augustin Challamel, 1893.

FRANK, Louis, « Tunis. Description de cette régence », Algérie, États Tripolitains, Tunis. Capitaines Rozet et Carette, Paris, Firmin-Didot, 1885.

GANIAGE, Jean, Les origines du Protectorat francais en Tunisie, 1861-1881, Paris, Presses universitaires de France, 1959.

GANIAGE, Jean, La population européenne de Tunis au milieu du XIXe siècle. Étude démographique, Paris, Presses Universitaires de France, 1960.

GUERIN, V., Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, 2 vol., Paris, Plon, 1862.

PRICE, Charles, Malta and the Maltese. A Study in Nineteenth Century Migration, Melbourne, Australia, Georgian House, 1954.

SAMMUT, Carmel. « La minorité maltaise de Tunisie : ethnie arabe ou européenne ? », Actes du premier congrès international d’étude des cultures méditerranéennes d’influence arabo-berbère, Alger, SNFD, 1972, p. 486-513

SMITH, Andrea. « Citizenship in the colony : Naturalization law and legal assimilation in 19th century Algeria », Political and Legal Anthropology Review, 19(1), 1996, p. 33-49.

SOUMILLE, Pierre, « Petite étude rétrospective sur l’histoire de la paroisse catholique de Sfax », La Diaspora sfaxienne, no. 27, p. 9, juin 1993.

VADALA, Ramiro. Les Maltais hors de Malte. Étude sur l’émigration maltaise, Paris, Arthur Rousseau, 1911.

WOODFORD, J. S., The City of Tunis. Évolution of an Urban System, Cambridgeshire, England : Middle East and North African Studies Press, Ltd., 1990.

Notes

1 Les épidémies de choléra de 1813 et 1837 ont décimé des milliers de Maltais et ont entravé le commerce par l’imposition des restrictions de quarantaine ; la production de coton, restée jusqu’en 1800 la deuxième source de revenu après les dépenses faites par les chevaliers, a été frappée par des restrictions sur son importation en Espagne et par la concurrence du coton d’Égypte ; et une sécheresse majeure en 1840-1841a encouragé le départ des agriculteurs déjà appauvris (Price 1954, 2-6).

2 Un recensement de 1842 a compté 112 500 Maltais et 5 000 étrangers ; c’est-à-dire une densité de population de 371,83 au km2.

3 Voir Ganiage 1960, p. 19.

4 A partir d’une étude des fichiers paroissiaux de l’église de Ste-Croix à Tunis,]. Ganiage a examiné des aspects démographiques de la population européenne de Tunis au milieu du xixe siècle. Son travail est encore l’étude la plus détaillée des communautés européennes de Tunis pour cette période.

5 L’Italie a été formée en 1861. Pour plus de simplicité envers le lecteur moderne, j’identifie ici tout individu signalé dans les sources comme « Toscan », « Napolitain », etc., comme Italien.

6 Voir Pellissier 1858, p. 54.

7 Il faut dire que Dunant a décrit d’une façon beaucoup plus positive les autres quartiers de la ville.

8 15 avril 1868. Public Record Office (PRO), Colonial Office (CO), 158/217/6825.

9 Dunant ne sait pas vraiement s’ils devaient être considérés comme Européens ou non (p. 254). Voir aussi Bournand, 1893, p. 159 et Charmes, 1888, p. 29-31.

10 Les Italiens seraient les plus nombreux à partir des années 1870.

11 Richard Wood a été consul général britannique à Tunis d’août 1855 à 1879. Né à Constantinople, il avait été attaché à l’ambassade de cette ville en 1824, où il est devenu drogman en 1834. Il était consul à Damas en 1841. Voir J. Ganiage, 1959, p. 24-27.

12 Voir Smith, 1996 pour une discussion de l’assimilation juridique des étrangers en Algérie à la fin du xixe siècle.

13 Foreign Office (FO) 339/119, PRO.

14 En préparant les statistiques suivantes, j’ai d’abord énuméré chaque cas et le nom des délinquants. Après avoir éliminé les récidivistes dans le but d’empêcher la répétition dans les statistiques de leurs professions, j’ai identifié 34 occupations différentes énumérées pour les 140 individus maltais amenés devant les fonctionnaires consulaires entre 1875 et 1877.

15 Artisan est une catégorie composée des métiers suivants : menuisier, forgeron, tonnelier, maçon, peintre, et sellier.

16 2 juillet 1852, Baynes à Ahmed Bey, 58/638, article 70087, Archives nationales, Tunis (ant).

17 Les procès pour les cas d’homicide ont été menés à Malte, et les peines y ont été appliquées.

18 Par exemple, deux vagabonds accusés d’avoir volé le pain d’un enfant, et deux autres ayant essayé de voler une veuve, aucun ne pouvant cautionner son comportement futur, ont été bannis. Quatre autres personnes ont été seulement bannies (sans peine) parce qu’elles ne pouvaient pas produire cette caution.

19 Observation due à M. Boquet.

20 Voir Brown, 1974, p. 246.

21 Ces lettres se trouve dans les ant, section H, « Historique, » Cartons 227 et 228, Dossiers 411 à 414, 1850-1883.

22 17 octobre 1873, Wood no 232 au Premier ministre, 228/413, ant.

23 26 février 1878, Wood no 61 au Premier ministre (p.m.) 228/414, ant ; 3 mars 1878, Dupuis no 3 à Wood, Tunis, 228/414, ant ; et 22 mars 1878, Wood no 80 au P.m., 228/414, ant.

24 23 mars 1872, Wood no 104 au P.m. 228/413, ant.

25 12 février 1875, Wood no 54 au P.m. 228/413, ant.

26 13 avril 1874, Wood no 100 au P.m. 228/413, ant.

27 On voit ici une distinction nette entre l’attitude envers les Maltais des agents consulaires dans les premières décennies du siècle, selon J. Ganiage et celle de Wood.

28 2 avril 1874, Dupuis no 12 à Wood, 228/413, ant.

29 16 août 1872, Wood no 253 au Bey, 228/413, ant.

30 29 mars 1878, Wood no 88 au p.m., 228/414, ant.

31 6 septembre 1871, Wood no 278 au p.m., 228/413, ant.

32 22 mars 1871, Wood au Bey, 228/413, ant.

33 Vice-consul Stevens 7 juillet 1858, 94/117, ant.

34 Carton 94, dossier 117, ant.

35 Wood no 28, 30 janvier 1871, à vice-consul Stevens, Sousse, Foreign Office (fo) 339/108, PRO.

36 Comme faisait Juiseppe ben Andrea, accusé de « comportement imprudent » pour avoir provoqué un incendie après avoir vidé sa pipe en marchant le long d’une route dans la campagne avec des charretiers tunisiens.

Notes de fin

* Conformément à l’usage américain, notre collègue a accompagné sa communication d’une brève bibliographie, et a utilisé dans son texte des renvois à cette bibliographie (le passage auquel elle se réfère est identifié par le nom de l’auteur, l’année de la publication et la page concernée). Nous avons respecté cette disposition.

Auteur

Université de Tucson, Arizona

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search