Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

Entre colonisateurs et colonisés : les Italiens de Tunisie (XIXe-XXe siècle)

Laura Davi

Texte intégral

1Un jour, un ami tunisien m’a dit que sa grand-mère, qui habitait Bizerte près du quartier italien, n’aurait jamais cru qu’une intellectuelle comme moi – je cite ses propres mots – pût être italienne. Elle ne travaillait pas, mais son mari était coiffeur, dentiste, et pratiquait les circoncisions : bref, c’était quelqu’un de coté et de respecté dans la communauté et dans le quartier. D’après elle, tous les Italiens étaient des mécaniciens ou des pêcheurs, et leurs enfants étaient sales, au point qu’à chaque fois qu’elle voyait un enfant sale, elle disait : « Regarde, c’est comme un Italien ! ». Et quand on lui disait que les images qu’on était en train de montrer à la télévision étaient celles de l’Italie, elle ne le croyait pas, puisqu’elle était allée une fois en Sicile avec ses parents et en gardait un souvenir qui confirmait l’idée de l’Italie et des Italiens qu’elle s’était faite à Bizerte. Au-delà du fait que la plupart des grands-mères et des mères italiennes, pour ne pas dire des Italiens en général, auraient sans doute aujourd’hui la même réaction face à mes nombreux amis tunisiens qui en fait méritent beaucoup plus que moi le titre d’intellectuels, j’imagine que la grand-mère de mon ami n’avait jamais su, ou n’avait jamais pris au sérieux, ou encore avait déjà refoulé, qu’au moins quelques-uns des Italiens dont elle se souvenait crurent, à un moment donné, qu’ils auraient dû et auraient pu être les maîtres de la Tunisie à la place des Français.

  • 1 G. Loth, Le peuplement italien en Tunisie et en Algérie, Paris, Armand Colin, 1905, p. 77.
  • 2 J. Bessis, La Méditerranée fasciste. L’Italie mussolinienne et la Tunisie, Paris, Karthala, 1981, (...)
  • 3 Ministère de l’Information, La question des Italiens de Tunisie, Notes documentaires et études, no(...)

2Cette idée, répandue parmi les masses italiennes de Tunisie par la propagande fasciste, était bien plus ancienne que l’affirmation du fascisme en Italie, et enfonçait ses racines dans la période précédant l’installation du Protectorat. Le fait est qu’en 1881 les Italiens étaient beaucoup plus nombreux que les Français, soit 11 200 contre à peine 700 si Ton s’en tient aux données françaises ; mais il faut tenir compte que dès 1905, et du côté français, Loth contesta ces chiffres en affirmant que « les 11 106 Italiens inscrits sur les registres de l’état civil ne formaient pas la moitié du nombre des Italiens résidant en Tunisie lors de l’occupation française »1, se rapprochant ainsi du chiffre de 30 000 résidents avancé par les sources italiennes de l’époque. Si Ton s’en tient aux résultats invariablement contestés des recensement français, la supériorité numérique de la colonie italienne par rapport à la colonie française ne cessa qu’en 1931, et seulement grâce à l’offensive en faveur de la naturalisation lancée au début des années vingt. Cependant, Juliette Bessis affirme qu’il est impossible de connaître la consistance réelle de la collectivité italienne, puisque le premier recensement officiel date de 1906, et que, même ensuite, toutes les données statistiques sont lacunaires et contradictoires ou ne rendent pas compte des réalités, évoluant en fonction des conjonctures diplomatiques et de la véritable guerre des chiffres que se livrent Rome et Paris dès 18812. Selon les évaluations présentées par les autorités françaises, l’évolution quantitative des deux populations européennes majoritaires dans le pays aurait été la suivante3 :

Français

Italiens

1881

700

11200

1891

10 000

21 000

1896

16 000

55 000

1901

24 000

71 000

1906

34 000

81 000

1911

46 000

88 000

1921

54 475

85 000

1926

71 000

89 000

1931

91 450

91 200

1936

108 000

94 300

  • 4 J. Bessis, op. cit., p. 19.

3Toutefois, si les sources italiennes pour la même période se limitent toujours à fournir des estimations supérieures mais approximatives et incohérentes, les calculs effectués par J. Bessis l’amènent à évaluer entre 130 000 et 180 000 le nombre des Italiens à la fin de 1938 : ils auraient donc été encore une fois et demie plus nombreux que les Français4.

  • 5 Voir à ce propos E. Michel, Esuli italiani in Tunisia : 1815-1861, Milano, Ispi, 1941.
  • 6 Sur les médecins italiens en Tunisie au milieu du xixe siècle : Speziale S., « Medici italiani e i (...)

4La composition de la collectivité italienne s’était toutefois totalement transformée à la suite de l’affirmation du Protectorat, comme le montrera un bref historique de son installation. Au début du XIXe siècle, même si Ton ne connaît pas exactement leur nombre, les gens de langue italienne constituaient vraisemblablement à eux seuls une notable partie de la colonie européenne, s’agissant aussi bien de marchands, d’ouvriers et de matelots dont de petites colonies avaient existé dans le pays dès le Moyen Âge, que d’esclaves affranchis et de descendants de médecins et de commerçants génois établis à Tunis aux XVIIe et XVIIIe siècles. Autour de 1820 commença une vague d’émigrations politiques animée par quelques protagonistes des premières insurrections constitutionnalistes italiennes, qui se retrouvant à Tunis dans les années suivantes, la transformèrent en un centre important de conspiration mazziniana et garibaldienne5 : une plaque, au numéro 23 de rue de la Commission, rappelle encore aujourd’hui le passage de Giuseppe Garibaldi à Tunis, en 1836. La fin de la course favorisa l’installation de plusieurs commerçants, notamment génois et livournais, tandis que la campagne de réformes promues par Ahmed Bey appela à Tunis d’autres professionisti de langue italienne, destinés à jouer un rôle important à la Cour comme conseillers et médecins du Bey6, et à devenir des points de repère pour un groupe italien qui commençait à apparaître comme une véritable collectivité.

  • 7 L. Paladini, La difesa del vascello o villa Giraud-Fuori Porta S. Pancrazio Fatta del comandante G (...)

5En 1849, d’après Leone Paladini, « certaines localités sont déjà plus italiennes qu’arabes. À La Goulette presque tous les fonctionnaires d’un certain rang sont d’origine italienne ou, tout au moins, connaissent la langue italienne. Dans les cafés, dans les tavernes, dans les bureaux, dans les corps de garde, à la douane, partout on entend résonner les “parlers” de la Péninsule. C’est que la colonie est subdivisée en autant de régions qu’il y a d’Etats italiens, et Ton compte des groupements génois, toscans, livournais, napolitains et siciliens. Les premiers comprennent tout le haut commerce, les derniers, au contraire, représentent le petit trafic et sont composés presque exclusivement de marins, de pêcheurs et de piccoli mestieranti »7. Pour ce qui est de Tunis et de la composante italienne de sa population catholique, Jean Ganiage a recensé 290 professions exercées par des Italiens entre 1845 et 1864 :

  • 8 J. Ganiage, « Étude démographique sur les Européens de Tunis », Cahiers de Tunisie, 1957, p. 172.

« Les maçons représentaient 27 % de cette population active ; avec les menuisiers, les charpentiers, les ébénistes (13 %), les peintres, 42 % des Italiens de Tunis travaillaient dans le bâtiment. Venaient ensuite les marins et les pêcheurs (près de 10 %), les négociants, commerçants et leurs employés (moins de 8 %), les meuniers, boulangers et fabricants de pâtes (5 %). Au total, 88 % des Italiens exerçaient des métiers manuels »8.

  • 9 Ibid., p. 173.
  • 10 G. Loth, op. cit., p. 316-317.

6L’historien note également que « la masse de la population européenne n’était qu’un prolétariat misérable croupissant dans un indicible dénuement », et que 59 % des Italiens et 82 % des Italiennes étaient illettrés lors de leur mariage9. Mais il faut aussi tenir compte du fait que dans les mêmes années, comme l’écrit Gaston Loth, « à la Cour beylicale et dans les diverses administrations, les plus hautes fonctions semblaient réservées aux Italiens, par droit d’ancienneté dans le pays »10. L’italien représente la deuxième langue après l’arabe, même s’il n’est souvent parlé que sous la forme de dialectes siciliens.

  • 11 G. Loth, op. cit., p. 17-18,142-143 et 170. Plus généralement, voir p. 129-170.

7Si l’installation du Protectorat impliqua une sévère perte d’influence des élites italiennes, qui surent toutefois défendre et même consolider leurs positions économiques, tant en développant les relations d’affaires avec leurs homologues français qu’en invoquant le soutien de la mère-patrie lorsque leurs intérêts étaient menacés, l’importance numérique de la collectivité fut accrue par l’immigration de dizaines de milliers de prolétaires fuyant devant la misère de leur terre d’origine vers la demande de main-d’œuvre créée par les besoins de la colonisation sur le rivage voisin de l’Afrique du Nord : l’élément ouvrier et paysan, originaire notamment de la Sicile, devint ainsi prépondérant à l’intérieur de la colonie, dont il représentait déjà plus de 85 % en 1900. Exploités aussi bien par leurs compatriotes que par les Français, ces nouveaux immigrants étaient prêts à travailler pour des salaires à peine plus élevés que ceux perçus par la masse des colonisés, considérée cependant comme moins productive et non toujours apte aux tâches requises. Après avoir affirmé qu’« issu du mélange de races diverses… l’homme du Midi italien, le Sicilien surtout, semble avoir gardé comme trait principal de caractère la résignation fataliste de ses anciens maîtres arabes », et que, « subissant, d’ordinaire sans se plaindre, les rigueurs du sort, il a parfois, comme l’Arabe, de brusques réveils, des colères subites, puis il retombe dans sa morne résignation », Loth souligne, au début du siècle, que « c’est grâce au bon marché exceptionnel » des services des terrassiers et des manœuvres italiens, « les véritables prolétaires… que le gouvernement du Protectorat a pu faire exécuter tant de remarquables travaux », invitant donc ses compatriotes à se garder de prendre des mesures qui puissent les « priver de cette main-d’œuvre italienne si précieuse et si bien adaptée aux conditions générales du pays »11.

  • 12 Pour un historique des différents accords concernant la communauté italienne de Tunisie et des nég (...)
  • 13 Ch. Monchicourt, op. cit., p. 3.

8Certes, tous ces Italiens jouissaient, en tant que tels, d’un statut spécial garanti par les conventions franco-italiennes de 1896 qui, remplaçant le traité tuniso-italien de 1868, stipulaient entre autres le principe de l’égalité de traitement pour l’exercice des droits civils entre Français, Tunisiens et Italiens, ce qui permettait à ces derniers de conserver indéfiniment leur nationalité, d’exercer toutes sortes d’arts, professions et industries, et de maintenir les établissements d’enseignement existant sous l’autorité du gouvernement italien12. D’ailleurs, la colonie s’était dotée, dès avant l’établissement du Protectorat, de plusieurs institutions, sociétés et associations pour la défense d’intérêts économiques spécifiques, la diffusion de la culture italienne et l’assistance charitable, que les traités de 1896 avaient permis de maintenir et même de multiplier. À tel point qu’en 1935 encore, l’un de leurs critiques les plus acharnés dénonçait le fait qu’il était « loisible à chaque Italien de dérouler tout le cycle de sa vie civile, de sa naissance à sa mort, sans sortir du milieu italien : il se marie au consulat d’Italie, y déclare ses enfants qu’il instruit dans les écoles italiennes, est soigné à l’hôpital italien par des médecins italiens, il est défendu par des avocats italiens, il lit des journaux italiens, il est membre de sociétés italiennes, etc. Sans limitation dans le temps, sa descendance demeure italienne. Situation véritablement extraordinaire dont on ne rencontre le pendant dans aucun autre pays en dehors de l’Orient13 ».

  • 14 Voir R. Rainero, La rivendicazione fascista sulla Tunisia, Milano, Marzorati, 1978, p. 46-54. Pour (...)

9Toutefois, animés par quelques dizaines de réfugiés anarchistes, socialistes et syndicalistes, ou par de simples travailleurs, diverses feuilles ouvrières parues notamment au début du siècle témoignent des divisions existant à l’intérieur de la communauté ; elles dénoncent le patriotisme trop étroitement lié aux intérêts bourgeois des institutions parrainées par le consulat, et parfois même invitent au dépassement des cloisons artificielles entre les diverses nationalités au nom de l’émancipation des prolétaires italiens, français et tunisiens unis contre leurs patrons14. L’importance de cette activité a permis d’écrire que « les Italiens ont été le fer de lance du mouvement ouvrier au moins dans ses débuts. Ils ont fourni… la masse des grévistes, de nombreux dirigeants et… une presse qui s’affirme souvent et fièrement « entièrement rédigée par des ouvriers » ».

  • 15 C. Liauzu, « La presse ouvrière européenne en Tunisie (1881-1939) », Annuaire de l’Afrique du Nord (...)

« Les Italiens contribuèrent fortement à créer en Tunisie le fait social, luttant dès 1905 pour la formation de syndicats internationaux “sans distinction de race, de couleur, de nationalité” […]. Les Tunisiens avec lesquels les Italiens ont des contacts plus fréquents que les Français sont parfois associés à leurs espoirs »15.

  • 16 Ibid., p. 953-955.
  • 17 Sur la fascisation de la colonie italienne et les débuts de l’antifascisme, voir J. Bessis, op. ci (...)
  • 18 R. Rainero, « Observations sur les antifascistes italiens en Tunisie et la lutte politique du Néo- (...)

10Mais on a remarqué que ce mouvement s’affaiblit de manière définitive dès avant la Première Guerre mondiale, et cela notamment pour deux ordres de raisons : parce que le prolétariat italien, en grande partie illettré, nourrissant l’espoir d’une ascension sociale ou trop écrasé par la misère pour protester, se désintéressait de la lutte sauf en quelques rares occasions ; et parce que l’ensemble des rapports sociaux en situation coloniale favorisa plutôt l’affirmation d’une « conscience de race » qui correspondait à la position ambiguë des travailleurs italiens, exclus des privilèges dont jouissaient ceux qui leur proposaient la solution de la naturalisation tout en contestant leur nationalisme, menacés par la concurrence économique des colonisés (qui proposent une main-d’œuvre à meilleur marché), et destinés par leur condition presque métisse à jouer en maintes occasions le rôle de bouc émissaire ayant comme seul refuge le paternalisme des notables de la colonie16. Ces derniers, animés souvent par un patriotisme qui enfonçait ses racines dans la tradition laïque, libérale et même républicaine du Risorgimento, furent les premières cibles de la mainmise fasciste sur la communauté, qui devait assurer aux émissaires du régime le contrôle de toutes ses institutions et les transformer en de simples instruments de sa propagande chauvine. À côté de la dénonciation de la trop grande place occupée par les juifs livournais à la tête de la colonie – une accusation dont tentèrent de profiter les nouveaux riches catholiques, originaires de Sicile ou de Pantelleria, représentants de la grosse entreprise du bâtiment et de la production viticole plutôt que du commerce et des industries traditionnelles –, et du fait qu’ils étaient trop « amis des Français », nous retrouvons le thème de l’usurpation française, une constante du nationalisme italien dès 1881. Une partie de l’élite de la colonie adhéra tout de suite au fascisme, une autre partie s’y résigna après avoir cherché à réaliser des formules de compromis inspirées par la réalité locale et surtout par le désir de garder les positions acquises, mais une autre partie encore lui opposa une résistance farouche, se retrouvant avec quelques militants d’origine ouvrière dans l’animation de l’important noyau antifasciste qui s’organisa en Tunisie autour de 1930, à partir de contacts noués avec les antifascistes italiens réfugiés à Paris17. Cette opposition ne réunit l’adhésion active que de trois à quatre mille membres de la colonie italienne, mais elle sut, comme l’écrit R. Rainero, « réaliser avec les forces politiques locales des rapports de coopération qui, malgré leurs différences, reprenaient les desseins des syndicalistes… et réagissaient à la hargne chauvine de la plupart des Italiens bernés et isolés par le fascisme… (Sa) rencontre avec les Tunisiens devint alors un élément nouveau d’une tradition établie »18.

  • 19 M. Isnenghi, Intellettuali militanti e intellettuali funzionari. Appunti sulla cultura fascista, T (...)
  • 20 Le sémaphore, 5 janvier 1921, et M. Sarfatti, Tunisiaca, Milano, Mondadori, 1924. Cités par Bessis (...)
  • 21 R. Rainero, « Le gouvernement français et les Italiens de Tunisie (1938-1945) », dans P. Milza et (...)

11Cependant, les masses italiennes se trouvèrent écrasées entre les pressions visant à leur francisation volontaire, au nom et en faveur d’une supériorité française dont les tenants utilisaient souvent des accents racistes, et le poids d’une propagande minutieuse qui mêlait l’exaltation instrumentale du binôme fascisme-italianité à celle de la fécondité du travail italien, glorifiant ainsi de façon mystificatrice l’exploitation dont elles étaient victimes et proposant l’ambition impérialiste comme revanche aux humiliations subies. En Tunisie comme en Italie, en effet, le fascisme s’adonna à « une œuvre de restructuration idéologique du corps de la nation, de conquête des âmes, de remodelage national des comportements, visant à impliquer, à des degrés différents et avec des modalités et des rôles diversifiés, des collectivités (immenses), qui avant la Grande Guerre n’avaient jamais été touchées par la politique – même pas dans cette forme d’association grégaire et subalterne »19. Et tout cela dans le cadre d’un pays dont, dans les années vingt, on écrivait, du côté français, qu’on n’avait « su faire qu’un pays privilégié pour capitalistes français et ce sont les Italiens qui le peuplent » et, du côté italien, qu’il était « une colonie italienne administrée par des fonctionnaires français »20. Le résultat des pressions exercées dans de telles conditions fut que ces masses parurent de plus en plus incarner le « péril italien » dénoncé par les tenants de la colonisation française ; et ces analyses simplistes semblèrent trouver une confirmation dans les revendications de la fin des années trente, de même que dans les événements de la Seconde Guerre mondiale. En tout cas, le boycott des travailleurs italiens qui, sur le plan local, fut Tune des conséquences immédiates de l’exaspération de la tension italo-française, rappela violemment à beaucoup de ceux qui avaient cru aux flatteries du fascisme que leur sort était dans la plupart des cas très strictement lié aux capitaux et aux entreprises français. Une fois exclus, en effet, de ces entreprises, les Italiens n’eurent pas d’alternative au chômage : malgré les rapatriements et l’augmentation des demandes de naturalisation, au lendemain de la déclaration de guerre du 10 juin 1940 le nombre des Italiens frappés par la crise économique et financière au point de se retrouver dans une situation de profonde détresse fut évalué à plus de 60 00021. Pour mieux comprendre l’impact dramatique de ce chiffre, il faut certainement rappeler que de nombreuses familles, de génération en génération, avaient réussi à améliorer leur situation dans le cadre créé par l’affirmation du Protectorat, et que la rupture des conditions de la cohabitation franco-italienne pour des raisons qui n’avaient rien à voir avec le bien-être de la colonie la frappa tout juste au moment de l’apogée de sa prospérité.

  • 22 Note au sujet du règlement de la question italienne en Tunisie. Confidentiel. 31.10.1944, archives (...)
  • 23 Ibid., p. 8, f° 14.

12Ce fut donc une communauté presque complètement repliée sur elle-même que la fin de l’aventure fasciste livra à une véritable revanche française, manifestation parfois brouillonne d’un dessein fort précis, qui entendait la réduire au rôle de partenaire obéissant de la colonisation, à travers l’adoption de mesures visant à sa désitalianisation et à la destruction des positions économiques atteintes par quelques-uns de ses membres. Si le patrimoine immobilier détenu par les Italiens était évalué à « plus de quatre milliards de francs (3 000 propriétaires fonciers possèdent 87 000 hectares de terres dont 47 000 dans la seule région du Cap Bon) »22, sa dénationalisation, portant « essentiellement sur le rachat par des Français des propriétés rurales italiennes »23, était l’un des points principaux du programme d’action élaboré par les autorités françaises. Parmi les autres volets de ce programme, on trouve aussi l’assimilation des « meilleurs éléments » du bloc italien désagrégé. Cette assimilation devait être poursuivie non pas à travers des naturalisations massives à partir de règles absolues, mais par l’examen de cas d’espèce qui – comme le souligne un rapport secret de la résidence générale rédigé en 1944 – devait tenir compte du fait que les facultés d’adaptation au mœurs françaises n’étaient :

  • 24 La question italienne en Tunisie et son état au 31 octobre 1944. Secret, archives du Quai d’Orsay, (...)

« […] évidemment pas les mêmes pour tous ; les prédispositions d’ordre physique, moral ou intellectuel à l’assimilation peuvent varier selon leurs origines et même selon leur densité dans les régions qu’ils habitent. Si l’Italien originaire du Nord ou de la Sardaigne, en particulier, est un bon élément, facilement assimilable, on ne peut en dire autant des Siciliens qui constituent cependant la majorité des Italiens fixés dans le pays »24.

  • 25 Ibid., p. 10, f° 25.
  • 26 Note au sujet du règlement de la question italienne en Tunisie,op. cit., p. 7, f° 13.
  • 27 La question italienne en Tunisie…, op ; cit., p. 17, f° 32.

13Il fallait donc s’entourer « des garanties désirables, de manière à n’admettre dans la grande famille française que des éléments sains présentant un intérêt social et politique indiscutable »25. Si l’abrogation des conventions de 1896 devait ramener la colonie au statut commun aux autres étrangers, les expulsions et les rapatriements s’inspiraient généralement du souci « d’éliminer avant tout les Italiens que leur position sociale mettrait à même de fournir les cadres d’un “risorgimento” dès que les circonstances permettraient à l’Italie de relever la tête »26. On soulignait toutefois, dans le même temps, le désir de ne pas voir partir la masse des Italiens qui avaient « pris depuis plus d’un demi-siècle une place importante dans l’économie du pays », en fournissant « une main-d’œuvre… indispensable »27.

  • 28 N. Pasotti, op. cit., p. 145. Les Français seraient au nombre de 143 977, sur une population total (...)
  • 29 Sur l’après-guerre, voir : L. Davì, « Les Italiens de Tunisie dans l’après-guerre », Catalogue de (...)
  • 30 M. Voir Brondino, « Préliminaires pour une étude de la presse en langue italienne en Tunisie », Ac (...)
  • 31 La question italienne en Tunisie et son état au 31 octobre 1944, cit., p. 21 (f° 36) et p. 26 (f°  (...)

14Le recensement réalisé en 1946 dénombra encore 84 935 Italiens, dont 63 611 dans l’agglomération de Tunis et ses alentours, plus de 6 000 dans la région de Bizerte, 4 500 dans celle de Grombalia, 2 500 à Sousse, 1 850 à Sfax, 1 500 au Kef, 1 200 à Zaghouan, 1 100 à Béjà, et des groupes de quelques centaines d’individus dans d’autres régions, avec un minimum de 4 à Tozeur28. La plupart d’entre eux étaient nés en Tunisie, où ils cherchèrent donc à reconstruire leur vie sous le regard attentif des autorités coloniales, qui n’acceptèrent qu’en 1951, soit trois ans après la réouverture du consulat général d’Italie à Tunis, la création de la Société italienne d’assistance, présidée par un antifasciste connu (Enrico Calò) et ayant pour seul but de prêter aide et assistance aux nombreux indigents italiens29. Toute tentative de redonner au moins une voix à cette communauté privée de ses anciennes institutions fut bloquée par les autorités françaises jusqu’à la veille de l’Indépendance, parce qu’un journal en langue italienne aurait pu à leur avis compromettre l’œuvre de désitalianisation qu’elles avaient entreprise. Les autorités redoutaient aussi qu’un tel journal soulevât le problème du nationalisme tunisien, aussi bien à cause des positions traditionnelles des représentants de la gauche locale qui avaient demandé l’autorisation de parution, que parce que l’Italie avait assumé dès 1949 une position favorable aux indépendances des pays colonisés30. Après la guerre, donc, les deux grandes menaces pesant sur la stabilité du Protectorat français en Tunisie furent encore une fois abordées par les autorités coloniales de façon simultanée. Si le programme élaboré en 1944 prévoyait expressément que le rachat des biens immobiliers italiens servirait « au développement de la colonisation et du peuplement français en Tunisie »31, si bien qu’« une politique d’immigration française d’une part, d’assimilation de l’autre, parviendront peut-être un jour à rétablir en notre faveur le déséquilibre démographique actuel », son échec contribua sûrement à la normalisation de la situation dans les années où ces mêmes autorités commencèrent à considérer les Italiens comme une composante importante de la colonie européenne, qui pouvait les soutenir dans la lutte contre un mouvement nationaliste de plus en plus menaçant.

15Les rapports politiques de la résidence générale au début des années cinquante observent en effet que pendant toute cette période les Italiens se sont montrés fort réservés, exprimant seulement le désir de voir revenir ceux qui avaient été éloignés et d’assister à un règlement favorable des questions nées de la défaite de l’Italie. Les Italiens suivent l’évolution de la politique tunisienne attentivement ; la majorité d’entre eux redoutent qu’un amoindrissement de l’autorité française n’ait des répercussions fâcheuses pour leurs intérêts ; certains pensent que l’avènement de l’Indépendance entraînerait une spoliation de leurs biens et les obligerait peut-être à regagner l’Italie, et plusieurs manifestent le désir d’acquérir la nationalité française pour sauvegarder autant que possible leurs propriétés. Le différend franco-tunisien paraît cependant avoir eu quelque influence sur les demandes de naturalisation, car certains hésitent à se faire naturaliser, de crainte que la France ne les abandonne si elle se décidait à quitter la Régence. Par ailleurs, toujours selon ces rapports, dans l’éventualité d’une action directe contre le Destour, les Italiens se déclareraient prêts à appuyer les Français en cas de demande dans ce sens. Au consulat d’Italie, on estime que le chantage de quelques exaltés du Néodestour ne saurait venir à bout d’une nation comme la France, et le consul général a approuvé les mesures prises par les autorités militaires, notamment dans la région du Cap Bon, où les colons italiens ont manifesté leur satisfaction.

  • 32 Voir les rapports politiques de la résidence générale, archives diplomatiques, Tunisie 1950-52, Sé (...)
  • 33 Outre les quelques témoignages dans ce sens que j’ai personnellement recueillis dans ce qui reste (...)

16Avant de quitter son poste, en novembre 1952, le consul général Prato a recommandé aux Italiens de travailler en parfaite union et en collaboration étroite tant avec les Français qu’avec les autres éléments de la population. Déclarant savoir que beaucoup d’entre eux hésitaient à se dire Italiens lorsqu’ils se trouvaient en présence de Français, il les invitait à ne pas craindre de le faire, et s’adressant aux naturalisés qui faisaient modifier leur nom pour cacher leur origine, il les incitait à ne pas avoir honte de ce qu’ils étaient32. Toutefois, s’ils témoignent de l’attitude d’une partie de la collectivité, à savoir, et ce n’est pas un hasard, celle qu’on pouvait manifester sans crainte de gêner les autorités du Protectorat, ces rapports ne font pas allusion à l’attitude de tous ceux qui, après avoir subi les brimades françaises et avoir pris conscience de la précarité de leur situation, ou développé le simple désir d’une revanche, avaient commencé à sympathiser de façon plus ou moins active avec les revendications tunisiennes et le mouvement nationaliste, qui fut certainement soutenu par au moins quelques membres de la colonie italienne33.

  • 34 Pour un approfondissement même des positions adoptées par la suite, voir, outre le journal, S. Fin (...)
  • 35 Sur la base des témoignages recueillis au début des années soixante parmi les Italiens de Tunisie (...)
  • 36 N. Pasotti, op. cit., p. 166 et 180.
  • 37 Ces données m’ont été aimablement fournies par M. le consul italien, Roberto Berna.

17Deux prises de position en faveur de l’Indépendance se sont fait jour dans la communauté italienne. L’éditorial du premier numéro du Corriere di Tunisi, paru en février 1956, la salue avec respect, rappelant explicitement les idéaux du Risorgimento, et promettant de contribuer par son travail à la croissance et à la prospérité du pays dans l’ère nouvelle, et souhaitant un avenir d’intense collaboration affective et idéologique entre toutes les communautés qui l’habitent34. L’Italo-Tunisino, paru en septembre 1956, s’en réjouit surtout du point de vue de la revanche antifrançaise, souhaitée par les fascistes irréductibles. Cependant, l’histoire de la communauté italienne après l’Indépendance est surtout une histoire de départs, liés notamment aux effets sur le marché de l’emploi qu’eurent la dispersion de la majeure partie de la colonie française et les mesures pour la tunisification de l’économie nationale, mais aussi à des raisons d’ordre psychologique, comme la crainte pour l’avenir développée parfois à partir de considérations racistes35. Des 66 909 Italiens recensés en 1956, on est passé ainsi à 51 700 en 1959, à 33 000 en 1962, à 19 000 en 1964, à 10 500 en 1966 et à 7 ou 8 000 en 196936, tandis que sur les quelque 2 800 Italiens résidant aujourd’hui en Tunisie, seuls 800 environ tiennent à l’ancienne communauté : leur âge moyen peut être déduit du fait que depuis des années le consulat n’enregistre aucun acte de naissance37.

18C’est précisément en interviewant longuement une quarantaine de ces vieux Italiens, et en m’adonnant à l’observation participante de ce qui reste de l’ancienne colonie, que je me suis convaincue de la nécessité de chercher à comprendre ce qu’elle a été, au-delà des lieux communs et des stéréotypes dont sont pleins presque tous les documents d’une époque où le regard sur soi et sur l’autre était vicié, aussi bien du côté français que du côté italien, par les contingences de la rivalité expansionniste et par la conscience présumée du rôle civilisateur et donc, dominateur, que sa propre nation était appelée à jouer dans le monde. Je vais donc conclure ma communication d’aujourd’hui avec une première série de réflexions que je compte approfondir dans mon travail de recherche.

  • 38 A. Memmi, Portrait du colonisé précédé du Portrait du colonisateur, Paris, Gallimard, 1985, p. 42.
  • 39 Ibid.

19Dans son Portrait du colonisateur, Albert Memmi classe les Italiens de Tunisie parmi les « autres mystifiés de la colonisation »38, c’est-à-dire ceux qui n’étaient « ni colonisateurs ni colonisés »39. D’après lui, en effet :

  • 40 Ibid., p. 42-43.

« La pauvreté des Italiens… est telle qu’il peut sembler risible de parler à leur sujet de privilèges. Pourtant, s’ils sont souvent misérables, les petites miettes qu’on leur accorde sans y penser contribuent à les différencier, à les séparer sérieusement des colonisés. Plus ou moins avantagés par rapport aux masses colonisées, ils ont tendance à établir avec elles des relations du style colonisateur-colonisé. En même temps, ne coïncidant pas avec le groupement colonisateur, n’en ayant pas le même rôle dans le complexe colonial, ils s’en distinguent chacun à leur manière. Toutes ces nuances sont aisément lisibles dans l’analyse de leurs relations avec le fait colonial. Si les Italiens de Tunisie ont toujours envié aux Français leurs privilèges juridiques et administratifs, ils sont tout de même en meilleure posture que les colonisés. Ils sont protégés par des lois internationales et un consulat fort présent, sous le constant regard d’une métropole attentive. Souvent, loin d’être refusés par le colonisateur, ce sont eux qui hésitent entre l’assimilation et la fidélité à leur patrie. Enfin, une même origine européenne, une religion commune, une majorité de traits de mœurs identiques les rapprochent sentimentalement du colonisateur. Il résulte de tout cela des avantages certains, que ne possède certes pas le colonisé : une embauche plus aisée, une insécurité moins grande contre la totale misère et la maladie, une scolarisation moins précaire ; quelques égards enfin de la part du colonisateur, une dignité à peu près respectée. On comprendra que, pour déshérités qu’ils soient dans l’absolu, ils auront vis-à-vis du colonisé plusieurs conduites communes avec le colonisateur. Contre-épreuve : ne bénéficiant de la colonisation que par emprunt, par leur cousinage avec le colonisateur, les Italiens sont bien moins éloignés des colonisés que ne le sont les Français. Ils n’ont pas avec eux ces relations guindées, formelles, ce ton qui sent toujours le maître s’adressant à l’esclave, dont ne peut se débarrasser tout à fait le Français. Contrairement aux Français, les Italiens parlent presque tous la langue des colonisés, contractent avec eux des amitiés durables et même, signe particulièrement révélateur, des mariages mixtes. En somme, n’y trouvant pas grand intérêt, les Italiens ne maintiennent pas une grande distance entre eux et les colonisés. »40

20Or, certains Italiens n’étaient pas pauvres du tout, mais j’y ai déjà fait allusion dans la première partie de ma communication. Par ailleurs, la description des assimilés de fraîche date correspond parfaitement à l’image de la plupart des naturalisés italiens en période coloniale, telle qu’elle a été ébauchée par tous les interviewés, qu’ils aient aujourd’hui la nationalité italienne, française ou tunisienne, deux d’entre elles ou les trois. La seule différence est que dans ce cas la surenchère colonisatrice et le mépris orgueilleux assumaient notamment un caractère anti-tunisien.

  • 41 Ibid., p. 44.

« Les assimilés de fraîche date se situent généralement bien au-delà du colonisateur moyen. Ils pratiquent une surenchère colonisatrice ; étalent un mépris orgueilleux du colonisé et rappellent avec insistance leur noblesse d’emprunt, que vient démentir souvent une brutalité roturière et leur avidité. Trop étonnés encore de leurs privilèges, ils les savourent et les défendent avec inquiétude et âpreté. Et lorsque la colonisation vient à être en péril, ils lui fournissent ses défenseurs les plus dynamiques, ses troupes de choc, et quelquefois ses provocateurs. »41

21Or, la voie de la naturalisation s’avérait en général attractive pour tous les salariés qui voulaient améliorer du jour au lendemain leur situation économique, et presque obligatoire pour tous ceux à qui le chantage de leurs patrons français l’imposait comme seule alternative sûre au chômage. Et c’est justement dans les récits concernant les raisons de la résistance à la francisation ou les modalités de son acceptation que j’ai trouvé, chez tous les témoins aux origines modestes, une peur très forte d’être confondus avec les colonisés à cause de leur propre condition économique et sociale, mais aussi l’orgueil de défendre leur propre identité contre le racisme et l’arrogance des colonisateurs : un orgueil que beaucoup d’entre eux déclarent avoir retrouvé « grâce à Mussolini », et qui paraît puiser sa légitimation essentielle dans l’affirmation répétée et presque universellement partagée du fait que « ce sont les Italiens qui ont fait la Tunisie telle qu’elle est », avec leur dur travail d’un côté et leur esprit même de pionniers de l’autre. Plusieurs témoins unissent cette exaltation du caractère italien, qui en Tunisie a pu et a su déployer ses potentialités, au fait d’avoir été déçus aussi bien par l’Italie que par les Italiens d’Italie. Comme ce que beaucoup d’entre eux regrettent est en réalité un monde gouverné par les Français, mais peuplé notamment, au moins pour ce qui les concerne, par des Siciliens, ils en viennent à se revendiquer d’une sicilianité primordiale, tout en déclarant que si un jour ils devaient quitter la Tunisie, ils ne voudraient s’installer qu’en France.

  • 42 C. Liauzu, art. cit., p. 955.

22Du reste, à côté d’Italiens qui encore aujourd’hui incarnent le type parfait du colonisateur qu’ils n’ont jamais pu être pleinement, on retrouve en Tunisie des Italiens qu’on a du mal à identifier comme tels, tant ils se confondent avec la population majoritaire du pays. Entre ces deux extrêmes, émergent majoritairement beaucoup de positions et d’attitudes hybrides, issues de différents mélanges des traits du colonisateur et du colonisé tels que les a décrits Albert Memmi. C’est surtout sur de telles attitudes que je suis en train de réfléchir, pour chercher à comprendre les composantes des diverses réactions à la « situation historique impossible » dont parle Claude Liauzu à propos des Italiens de Tunisie42.

Notes

1 G. Loth, Le peuplement italien en Tunisie et en Algérie, Paris, Armand Colin, 1905, p. 77.

2 J. Bessis, La Méditerranée fasciste. L’Italie mussolinienne et la Tunisie, Paris, Karthala, 1981, p. 11-19.

3 Ministère de l’Information, La question des Italiens de Tunisie, Notes documentaires et études, no 47 (série internationale – XIV), 10 avril 1945, archives du quai d’Orsay, Série 13, Tunisie 1944-49, Bobine 600, Carton 52, p. 8, f° 63 bis.

4 J. Bessis, op. cit., p. 19.

5 Voir à ce propos E. Michel, Esuli italiani in Tunisia : 1815-1861, Milano, Ispi, 1941.

6 Sur les médecins italiens en Tunisie au milieu du xixe siècle : Speziale S., « Medici italiani e istituzioni sanitarie nella Reggenza di Tunisa a metà ottocento », Atti del convegno “Medicina musulmane in Italia”, S. Servolo, Venezia, 26 marzo 1994, p. 64-88.

7 L. Paladini, La difesa del vascello o villa Giraud-Fuori Porta S. Pancrazio Fatta del comandante Giacomo Medici e la sua Legione Durante l’assedio di Roma intrapreso dai Francesi nel 1849, Roma, Ripamonti, 1897, p. 153. Cité par G. Loth, op. cit., p. 69.

8 J. Ganiage, « Étude démographique sur les Européens de Tunis », Cahiers de Tunisie, 1957, p. 172.

9 Ibid., p. 173.

10 G. Loth, op. cit., p. 316-317.

11 G. Loth, op. cit., p. 17-18,142-143 et 170. Plus généralement, voir p. 129-170.

12 Pour un historique des différents accords concernant la communauté italienne de Tunisie et des négociations dont furent l’objet les Conventions de 1896 jusqu’à leur abrogation en 1943, voir par exemple : G. Castellini, Tunisi e Tripoli, Torino, Fratelli Bocca, 1911 ; M. Minozzi, Sulla questione tunisina, Roma, Signorelli, 1933 ; G. Morpurgo, Italia Francia Tunisia : la condizione giuridica degli Italiani in Tunisia, Livorno, Augustea, 1938 ; Ch. Monchicourt, Les Italiens de Tunisie et l’accord Laval-Mussolini de 1935, Paris, Sirey, 1938 ; Ch.-A. Julien, La question italienne en Tunisie (1868-1938), Paris, Jouve, 1939.

13 Ch. Monchicourt, op. cit., p. 3.

14 Voir R. Rainero, La rivendicazione fascista sulla Tunisia, Milano, Marzorati, 1978, p. 46-54. Pour une revue de l’étendue de l’activité de la presse italienne en Tunisie : M. Brondino, Periodici in lingua italiana editi in Tunisia (1838-1988). Elenco provvisorio, Università degli Studi di Pavia, 1990.

15 C. Liauzu, « La presse ouvrière européenne en Tunisie (1881-1939) », Annuaire de l’Afrique du Nord 1970, p. 952-953.

16 Ibid., p. 953-955.

17 Sur la fascisation de la colonie italienne et les débuts de l’antifascisme, voir J. Bessis, op. cit., p. 33-77.

18 R. Rainero, « Observations sur les antifascistes italiens en Tunisie et la lutte politique du Néo-destour », Les mouvements politiques et sociaux dans la Tunisie des années trente, Actes du 3e séminaire sur l’Histoire du Mouvement national (Tunis, 17-19 mai 1985), Tunis, Publications de l’ishmn, 1987, p. 356 et 358. Auparavant, en effet, Rainero écrit : « Le caractère exceptionnel des positions politiques fascistes consiste bien dans leur refus de dialogue avec d’autres ethnies et dans la négation de toute une tradition de rencontre, d’affinité et de solidarité que les éléments italiens fixés en pays maghrébins ont représentée pendant longtemps, soit à la ville, soit à la campagne, dans un climat de cordialité avec les autochtones rarement dépassé par d’autres minorités. Le phénomène est maghrébin mais c’est évidemment en Tunisie que se manifeste sa dimension majeure grâce sans doute à l’importance de cette présence italienne dans le pays. Dès ses débuts, la présence italienne s’érigea, dans sa fraction la plus humble mais aussi la plus nombreuse, en défenseur des droits des déshérités, sans réserve quant à leur origine ethnique : bras-nus indigènes, prolétaires français ou italiens, tous trouvèrent auprès des groupes d’immigrés italiens des formes de solidarité et de rencontre qui allaient bien au-delà des “nécessités tactiques” d’une présence ou d’une simple cohabitation d’intérêts. Le patrimoine national si souvent évoqué par les bourgeois italiens restait pour la plupart des Italiens un élément secondaire d’union interne, certes valable pour la langue et les mœurs, mais vécu sans préjugés envers quiconque. La force de cette présence italienne demeurait grande dans son ouverture sociale, dans sa disponibilité au labeur en commun et dans sa parfaite intégration dans le nouveau milieu. Les origines de cette situation se perdent dans celles de la venue des premiers immigrés » (p. 254). Sur l’antifascisme, voir aussi : B. Tlili, L’antifascisme en Tunisie (1939), Tunis, 1980.

19 M. Isnenghi, Intellettuali militanti e intellettuali funzionari. Appunti sulla cultura fascista, Torino, Einaudi, p. 20.

20 Le sémaphore, 5 janvier 1921, et M. Sarfatti, Tunisiaca, Milano, Mondadori, 1924. Cités par Bessis J., op. cit., p. 22 et 19.

21 R. Rainero, « Le gouvernement français et les Italiens de Tunisie (1938-1945) », dans P. Milza et D. Peschanski, dir., Exils et migrations. Italiens et Espagnols en France 1938-1946, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 163-165.

22 Note au sujet du règlement de la question italienne en Tunisie. Confidentiel. 31.10.1944, archives du Quai d’Orsay, Série 13, Tunisie 1944-1949, Bobine 600, Carton 52, p. 6-7, f° 12-13.

23 Ibid., p. 8, f° 14.

24 La question italienne en Tunisie et son état au 31 octobre 1944. Secret, archives du Quai d’Orsay, Série 13, Tunisie 1944-1949, Bobine 600, carton 52, p. 7-8, f° 22-23.

25 Ibid., p. 10, f° 25.

26 Note au sujet du règlement de la question italienne en Tunisie,op. cit., p. 7, f° 13.

27 La question italienne en Tunisie…, op ; cit., p. 17, f° 32.

28 N. Pasotti, op. cit., p. 145. Les Français seraient au nombre de 143 977, sur une population totale de 3 230 952 personnes.

29 Sur l’après-guerre, voir : L. Davì, « Les Italiens de Tunisie dans l’après-guerre », Catalogue de l’exposition documentaire retraçant les rapports tuniso-italiens du Moyen Age à nos jours, Tunis, Imprimerie Finzi, 1996 ; Rainero R., « L’Italie et la question tunisienne dans l’après-guerre : du dépassement des revendications à une politique d’amitié », Actes du 5e Colloque international sur la Tunisie de l’après-guerre 1945-1950 (Tunis, 26-28 mai 1989), Tunis, Publications de l’ishmn, 1991, p. 369-383 ; M. Tomassetti, « Gli Italiani di Tunisia dal 1944 agli anni sessanta » dans R. Rainero, éd., L’Italia e il Nordafrica contemporaneo, Milano, Marzorati, 1988, p. 237-243.

30 M. Voir Brondino, « Préliminaires pour une étude de la presse en langue italienne en Tunisie », Actes du 5e Colloque international sur la Tunisie de l’après-guerre, op. cit., p. 171-180.

31 La question italienne en Tunisie et son état au 31 octobre 1944, cit., p. 21 (f° 36) et p. 26 (f° 41).

32 Voir les rapports politiques de la résidence générale, archives diplomatiques, Tunisie 1950-52, Série Correspondance politique et commerciale, Bobines 653-654, volumes 326-328 et 330.

33 Outre les quelques témoignages dans ce sens que j’ai personnellement recueillis dans ce qui reste aujourd’hui de l’ancienne communauté italienne de Tunisie, sans avoir approfondi mes recherches sur ce point, j’ai trouvé dans les fonds de la résidence générale une remarque à propos de sommes d’argent données par des agriculteurs italiens à des militants nationalistes en 1954. Et Mozzati, sur la base de témoignages recueillis au début des années soixante parmi des Italiens rentrés en Italie, parle d’une aide économique certaine au mouvement national tunisien de la part de la partie la plus aisée de la colonie italienne : M. Mozzati, La collettività italiana di Tunisi dal 1956 ai giorni nostri (Tesi di laurea, soutenue à l’université de Pavie en 1962, non publiée), p. 48. Voir aussi la position soutenue par G. Wian, In Tunisie a ciascuno il suo, Pescar, Livio Stracca Editore, 1954, notamment p. 89-92.

34 Pour un approfondissement même des positions adoptées par la suite, voir, outre le journal, S. Finzi-Bouslah, « Le Corriere di Tunisi », Catalogue de l’exposition documentaire…, op. cit.

35 Sur la base des témoignages recueillis au début des années soixante parmi les Italiens de Tunisie rentrés en Italie, Mozzati écrit : « Malgré le fait qu’une grande partie de nos compatriotes fût dans une position sociale inférieure à celle de plusieurs Tunisiens, ils se sentaient membres d’une civilisation plus élévée, et en tout cas plus civilisés que n’importe quel Tunisien… Il est donc évident que le “changement de patron”, comme presque tous les interviewés eurent à le dire, mettait plusieurs de nos compatriotes dans un état de malaise du fait de ne plus se sentir “chez eux”, et de souci pour l’avenir de leurs enfants, dans la crainte de mariages mixtes, etc. Ces faits déterminèrent, au lendemain de l’indépendance de la Tunisie, un nombre considérable de rapatriements », M. Mozzati, op. cit., p. 57.

36 N. Pasotti, op. cit., p. 166 et 180.

37 Ces données m’ont été aimablement fournies par M. le consul italien, Roberto Berna.

38 A. Memmi, Portrait du colonisé précédé du Portrait du colonisateur, Paris, Gallimard, 1985, p. 42.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 42-43.

41 Ibid., p. 44.

42 C. Liauzu, art. cit., p. 955.

Auteur

Université de Tucson, Arizona

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540