Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

La mémoire et la légende les mutins du 17e d’Infanterie à Gafsa (1907-1908)

Rémy Pech

Texte intégral

  • 1 Lire les ouvrages récents de J. Rougerie, Paris insurgé, la Commune de 1871, Découvertes/Gallimard, (...)

1Entre la Commune de 1871, qui représente avant tout une gigantesque mutinerie de la Garde nationale de Paris (sans compter les mutineries de province comme celle des régiments de Narbonne1,) et les mutineries de 1917, l’armée française obéit aux ordres, à une seule exception près, en 1907.

  • 2 L’analyse la plus récente de la mutinerie a été présentée par J. Sagnes, R. et M. Pech, 1907 en Lan (...)

2La mutinerie du 17e de ligne constitue un épisode majeur de la révolte des vignerons du Languedoc et du Roussillon. Déclenchée à Agde, le soir du jeudi 20 juin 1907, à la nouvelle de la fusillade qui coucha dans l’après-midi de ce jour cinq civils sur le pavé de la place de l’hôtel de ville à Narbonne, elle a été réduite pacifiquement dès le lendemain 21 juin à Béziers. Accueillie comme un acte d’une exceptionnelle gravité, elle permit d’un seul coup à Clemenceau, en pleine séance de la Chambre, de ressouder autour de lui sa majorité et de trouver au sein des viticulteurs des interlocuteurs moins intransigeants2.

  • 3 A. Marty, À la gloire des lutteurs du 17e, Causse, Graille et Castelnau, Montpellier, 1947, 45 p., (...)
  • 4 Témoignage transmis par le regretté Jean Bruhat. La chanson de Montéhus figure dans F. Napo, op. ci (...)
  • 5 Témoignage de M. Blanchetière de Domfront, recueilli en octobre 1968.
  • 6 Lo pais que vol viure, et Lengadoc roge, ce dernier texte publié par J. Sagnes, « La révolte de 190 (...)
  • 7 « Le cahier d’Elie Castan mutin du 17e », Études sur l’Hérault XIII, no 2,1982, p. 14.
  • 8 J. Maurin, Armée – Guerre - Société, soldats languedociens (1889-1919), Publications de la Sorbonne (...)

3La mutinerie du 17e a été mythifiée par les discours de la gauche anarchiste, syndicaliste, socialiste et plus tard communiste3, et le déplacement de la plus grande partie du régiment à Gafsa n’a pas manqué d’y contribuer. Déportation arbitraire, décès massifs par maladie ou mauvais traitements, sont les éléments les plus connus de cette légende noire. L’odyssée du 17e passe même pour avoir eu un épilogue sanglant quelques années plus tard avec l’envoi au massacre des mutins remobilisés pour la Grande Guerre. Les chansons ont beaucoup contribué à la légende de la mutinerie, à partir du très fameux Gloire au 17e de Montéhus, chanté par Lénine dans son exil parisien4, puis dans les tranchées5, enfin dans les défilés revendicatifs jusqu’aux années 1950. Après 1968, les compositions émouvantes dédiées aux vignerons en lutte par Claude Marti6 ont renforcé et popularisé le culte des soldats languedociens, solidaires de leur frères en révolte, et qui auraient refusé d’appliquer les ordres répressifs qui leur auraient été intimés au nom du gouvernement. Les mutins avaient dès 1907 contribué à forger ce dernier mythe, comme le montre le poème Lettre de Biribi recopié le 13 septembre 1907 à Gafsa par Elie Castan7. Justice a été faite des éléments purement mythiques de cette affaire8, mais il reste encore à dépoussiérer quelques épisodes, parmi lesquels le séjour à Gafsa.

  • 9 « A 6 heures nous prenions possession du camp des disciplinaires qui sont partis pour nous faire pl (...)
  • 10 G. Darien (1862-1921) a publié son roman-témoignage en 1888.
  • 11 J. Sagnes, « Un témoin de la révolte du 17è en 1907 : le Commandant Louis Vilarem », Études sur Péz (...)

4Gafsa, c’est le Sud tunisien, une oasis au bord du désert saharien. C’était aussi, déclassé mais depuis peu et précisément afin d’accueillir les mutins9, le siège du bagne militaire dont l’exécrable réputation avait été popularisée par Georges Darien dans son livre Biribi10. Jean Sagnes a analysé avec précision une brochure éditée en 1910 par le commandant Vilarem, qui avait commandé le fameux régiment pendant la mutinerie et le transfert à Gafsa11.

5Ayant eu le privilège de me voir confier par Michel Christol deux des témoignages parmi les plus copieux sur cet événement, et surtout celui de rencontrer en 1982 le dernier mutin vivant, François-Joseph Rabat, je suis particulièrement heureux, moi qui ai été bercé par la geste des Gueux de 1907, d’aider au rétablissement, fût-il partiel, contradictoire et momentané, de la vérité. Effectuant actuellement, afin de marquer le quatre-vingt-dixième anniversaire de la révolte, quelques recherches sur celle-ci, je livre ici des réflexions fondées sur cinq éléments d’une publication de sources qui devrait comporter une dizaine de textes originaux.

6Voici la liste des témoignages ici utilisés :

  • Georges Durand, de Siran, inédit, rédigé à Gafsa. Récit portant sur la période du 19 septembre au 11 décembre 1907 ;

  • Joseph Guiraud, de Castelnau de Guers, inédit, rédigé à Gafsa le 1er juillet 1907. Récit portant sur la période du 3 juin au 1er juillet 1907 ;

  • Elie Castan, d’Alignan du Vent, publié sous le titre « Le cahier d’Elie Castan, mutin du 17e. Poèmes et souvenirs de la révolte rédigés à Gafsa en 1907 », Études sur l’Hérault, XIII, no 2, 1982, Pézenas, 47 p. Y compris des articles de Rémy Pech, Catherine Vigneau-Rouayrenc et Claude Achard. Rédigé à Gafsa le 23 septembre 1907, portant sur la période du 18 juin au 14 juillet 1907 ;

  • François-Joseph Rabat, de Béziers. Texte J’ai vécu 1907, publié par La Marseillaise des 21, 22 et 23 juin 1979, aimablement communiqué par Jean Sagnes. Rédigé en juin 1979 à Béziers, portant sur la période du 18 juin 1907 à mai-juin 1908. Entretien télévisé par Jules Maurin et Rémy Pech, mars 1982 ;

    • 12 Durand et Castan appartiennent à la classe 1904 (nés en 1884), Guiraud, Rabat et Bozon à la classe (...)

    Jacques Bozon, de Lespignan. Entretien, Viure a l’escola, no 24, avril 1979 (en occitan pour l’essentiel), p. 7-9, Carcassonne12. Récit portant sur la période du 18 juin 1907 à mai-juin 1908.

  • 13 Aucun des cinq témoins utilisés ici ne revendique un rôle personnel dans le déclenchement ou le dér (...)

7Parmi ces anciens mutins, ou supposés tels13, les trois premiers ont rédigé à Gafsa un ou plusieurs cahiers de poèmes et de souvenirs. Rabat et Bozon, de leur côté, ont accordé des entretiens en tant que survivants au cours des dernières décennies, complétés dans le cas de Rabat par la rédaction d’un texte destiné à la presse. Très logiquement, étant donnée la prédominance du recrutement local, nos cinq informateurs sont originaires de villages situés dans l’arrondissement de Béziers, sauf Rabat, né à Rodome (Pyrénées audoises) et vivant à Béziers même. Au point de vue professionnel, on recense trois viticulteurs (Guiraud, Castan, Bozon), un bourrelier (Durand) et un laitier (Rabat). Durand et Guiraud ont l’un et l’autre exercé le métier de cordonnier pendant leur service. Enfin, on peut relever que les cinq soldats sont des hommes du rang, avec un seul caporal, Élie Castan.

  • 14 Témoignages de nos regrettés grand-pères Noël Albert (1896-1987) et André Pech (1897-1976). La chan (...)
  • 15 Lire « Le cahier d’Élie Castan, mutin du 17e », cité en note 7.

8Poèmes et chansons représentent un corpus hétéroclite, alimenté pour une bonne part par la mémoire du bagne militaire et de ses chaouchs, transmise on ne sait comment (maintien sur place de certains condamnés, cahier retrouvé dans une chambrée et recopié ?). Sur ce corpus originel se greffent des créations récentes qui nous permettent d’appréhender non pas tellement la réalité mais l’image que les soldats transportés voulaient se donner à eux-mêmes, et donner d’eux-mêmes, puisque la chanson Le 17e à Gafsa, par exemple, créée sur place dès l’été 1907, a connu une réelle diffusion, une popularité durable en Languedoc, attestée par la transmission orale dans ma famille et celle de mon épouse14. La synthèse tentée ici est essentiellement fondée sur les récits de la vie à Gafsa, une première analyse des poèmes et chansons ayant déjà été publiée et devant être reprise dans l’édition prochaine des textes15.

GAFSA N’ÉTAIT PAS UN BAGNE

Onze mois au cœur du désert

9Avec sa modestie délicieuse et sa sincérité, François-Joseph Rabat résume ainsi son séjour à Gafsa : « On était exilés, mais pas punis ». Plus impatients ou moins optimistes, Durand comme Bozon insistent davantage sur la dureté des conditions de vie, exhalant à plusieurs reprises leur souhait de revenir au pays. Déçu de n’avoir pas été libéré ou rapatrié à la mi-novembre comme il l’escomptait, Durand se résigne, non sans quelque amertume : « Que faire à tout cela, nous sommes collés à faire nos trois ans, cependant je ne suis pas malheureux. » Quant à Guiraud, il se proclame, à la fin de son cahier, « victime du devoir ».

10Clemenceau, ou plutôt le général Bailloud qui avait obtenu la reddition des mutins sur les allées Paul Riquet de Béziers, s’était engagé à ne pas infliger aux soldats insubordonnés des punitions individuelles. De fait, après une rapide reprise en mains – mais ils eurent tout de même une soirée de quartier libre à Béziers ! –, les mutins furent dirigés sur Gap, où eurent lieu, dans des conditions encore mal connues, des interrogatoires qui permirent de les « trier », de les constituer en « bataillon d’épreuve » et de les embarquer sur deux bateaux de guerre qui les amenèrent à Sfax.

11De là, ils furent immédiatement convoyés, par chemin de fer, à Gafsa où ils arrivèrent au matin du 29 juin, soit une semaine à peine après la mutinerie. Ils y menèrent, la plupart d’entre eux pendant près de onze mois, sous l’autorité paternelle du commandant Vilarem, une vie de caserne adaptée au climat chaud. Guiraud fait mention de 45° à l’ombre et Rabat, qui situe l’arrêt des exercices à 8 heures du matin, affirme : « Cela tapait dans les 50 degrés ! », tandis que Bozon, peut-être emporté par l’émotion de l’entretien, assène : « Nous avions quelque chose comme cinquante-cinq à l’ombre ! ». Le lendemain de l’arrivée est marqué par une tempête ainsi décrite par Guiraud :

« Le soir à 5 heures le sirocco se met à souffler charriant des nuages de sable qui nous pénètre dans la bouche, le nez, les yeux et nous brûle, l’on dirait que le ciel est en feu. Tout est rouge, les habitants ferment portes et fenêtres et restent dedans, l’on dirait que tout est désert… »

  • 16 Les classes 1903 et 1904 incorporées respectivement, selon J.Maurin, op. cit., en nov. 1904 et oct. (...)

12Diverses tribulations virent, en novembre 1907, une partie des mutins, « pardonnés » (F.J. Rabat), être rapatriés en France ; d’autres au contraire, considérés comme « meneurs » (Durand), être versés dans des régiments réputés durs, avant d’être les uns et les autres renvoyés finalement à Gafsa après quelques semaines. Jacques Bozon fut pour sa part muté temporairement dans un cantonnement proche de Tunis. Il semble que l’unité du bataillon, après cette tentative de dispersion, ait été pour l’essentiel préservée. Ramenés en France en mai 1908, les soldats du bataillon d’épreuve furent ensuite libérés avec la simple mention « campagne de Tunisie 1907 » sur leur livret militaire16.

La vie militaire

13Les sources sont étonnamment discrètes sur ce chapitre. Le récit de la marche entre la gare d’arrivée et le cantonnement (Castan, Durand, Bozon) sur une « route superbe, bordée de palmiers, de figuiers et de grenadiers » (Guiraud) ne manifeste aucun effroi quant aux conditions d’hébergement. C’est Joseph Guiraud qui décrit le plus précisément le camp de Gafsa :

« L’aspect du camp est assez pittoresque. Il est grand comme presque notre terrain de manœuvre de Béziers, entouré d’un grand fossé et se compose d’une trentaine de chambres pouvant contenir une quarantaine d’hommes chacune. Ces chambres sont séparées d’une quinzaine de mètres les unes des autres et forment chacune une construction à part. »

14Jacques Bozon est plus laconique :

  • 17 Traduit de l’occitan.

« Y avait des baraques, c’était pas des casernes, c’était des baraquements. Y en avait seize, quatre pour chaque compagnie. »17

  • 18 La photographie figure dans la première publication, « Le cahier d’Élie Castan mutin du 17e », op. (...)
  • 19 Nous avons choisi de l’évoquer à propos des contacts avec la population.
  • 20 Ex. Durand (21.09) : « J’ai fait le défilé du samedi. Nous sommes partis de la caserne avec la musi (...)

15La nourriture régimentaire est évoquée fugitivement, sans faire l’objet d’enthousiasme ni, sauf chez Bozon, de dégoût particulier. Il est question de la « soupe du soir » chez Elie Castan, de viande (mal cuite) et de haricots en vinaigrette chez Bozon, tandis que G. Durand évoque la distribution des aliments par les chefs d’escouade. Les soldats fatigués du voyage maritime (trois jours et deux nuits) ont reçu à leur arrivée à Sfax un quart de vin et ont inauguré leur séjour à Gafsa par la consommation d’un café distribué sur la place. Ajoutons une photo plutôt optimiste prise dans les cuisines (Castan)18, et notons que la quête des poulets et des pigeons auprès des tribus nomades résulte probablement autant de l’insuffisance de la cantine militaire que du désœuvrement et de la curiosité des soldats19. Quelques exercices, des « corvées de lavage à l’oued », des revues et des défilés sont furtivement évoqués20. Bozon souligne la normalité des retraites hebdomadaires :

  • 21 Défilé militaire, musique en tête, dans les rues d’une ville.
  • 22 Traduit de l’occitan.

« Le samedi il y avait la musique qui faisait la retraite21 comme à Béziers. Musique en tête, nous faisions le tour du village. »22

16Le récit des journées des 13 et 14 juillet 1907 laisse libre cours à l’enthousiasme d’Elie Castan :

« Fête nationale a gafsa
La veille du 14 juillet il y eut dans Gafsa une grande retraite grâce au commandant Vilarem et au lieutenant Rouanet, qui avaient su remonter la musique avec les musiciens ou élèves qui aidés des tambours firent le tour de ville aux accents des pas redoublés connus de tous et exécutés avec un brio remarquable sous la direction du musicien Durand nommé chef de musique pour l’occasion. Nous étions accompagnés par les Spahis qui étaient fiers d’une telle fête caracolant sur leurs petits chevaux, les uns ouvrant la marche les autres en arrière, le tout entouré d’un peloton du 17ed’infanterie.

Revue. Distractions du 14 juillet
Au lever de l’aube de ce jour où bien des surprises nous attendaient, les tambours et les clairons sonnèrent le réveil en fantaisie tandis que la musique joua un morceau de son inépuisable répertoire… »

  • 23 Ph. Gumpolwicz, Les travaux d’Orphée, Aubier, Paris, 1987, 307 p., analyse l’engouement populaire p (...)

17Les soldats du 17e ont donc, semble-t-il, servi de faire valoir au défilé des cavaliers coloniaux, les spahis, installés dans la casbah de Gafsa pour surveiller le Sud tunisien, bien avant leur arrivée. La musique, dont les mutins soulignent volontiers la qualité, présente un élément d’activité, mais aussi un loisir intégré à la vie militaire, une permanence, un lien avec la vie antérieure à leur transfert en Tunisie. Les développements qui lui sont consacrés témoignent à la fois de la « normalité » du séjour régimentaire et de l’importance de la culture musicale dans le Languedoc viticole23.

18L’impression de normalité qui se dégage des récits de l’arrivée du 17e et des différents défilés et revues à l’occasion du 14 juillet, doit toutefois être nuancée. Un passage du mémoire Durand paraît indiquer des fluctuations dans le statut des soldats. Évoquant, le 25 septembre 1907, la libération prochaine de la classe 1903, il y associe une récupération du statut militaire qui suppose évidemment une suspension préalable de celui-ci :

« … ce soir ceux qui restons sortirons sans canne, mais avec la baïonnette, nous semblerons des soldats, et ça fait plaisir, le Bataillon n’est plus puni et nous avons nous aussi l’espoir de repartir bientôt. »

  • 24 Celle-ci n’intervient pour le bataillon que le 14 mai 1908 (Durand).
  • 25 Le cahier porte mention de ces travaux avec la somme correspondante.
  • 26 D’après ses notes, les sommes récoltées par Durand s’élèvent à 16,80 F (atelier Zanca, nov-déc. 190 (...)

19La réattribution des armes est donc accueillie comme un signe positif présageant la fin du séjour en Tunisie24. Un autre indice des hésitations de l’autorité quant au sort du Bataillon nous paraît fourni par le récit de Durand, corrélé à la liste des hommes affectés à l’atelier de cordonnerie du 17e stationné à Béziers, que livre Guiraud, et qui comporte sept individus. Durand « prend possession » du poste de chef de l’atelier de cordonnerie de Gafsa très tardivement (le 27 septembre). Sous l’autorité « du lieutenant Frickers qui ne vient presque jamais à l’atelier, libre à moi de faire ce que je veux ». Solitaire et désœuvré, Durand emploie son temps à rédiger son mémoire et à effectuer, moyennant rémunération, de menus travaux pour le compte des musiciens et officiers du régiment25, voire pour des gendarmes ou des civils de Gafsa. Il est évident qu’un tel atelier ne correspond pas à une activité régimentaire normale, et d’ailleurs, Durand finit par mettre à profit ses heures de liberté, à partir du 29 novembre, pour travailler occasionnellement en ville, chez le cordonnier italien Zanca26.

  • 27 J. Maurin, op. cit, p. 315, évalue les pertes à 15 hommes sur 589, soit une proportion de 2,55 %, « (...)
  • 28 Il s’agit du « sergent-major de la discipline », Mercier, décédé le 25 septembre à 4 h du soir, du (...)

20Une des légendes attachées au séjour à Gafsa concerne la mortalité des soldats. Jules Maurin a établi avec précision la surmortalité résultant des « fièvres tropicales et des entérites chroniques »27. Les maladies relevées dans les cahiers n’ont, pour certaines, rien d’alarmant : Gafsa disposait d’un hôpital militaire (désigné parfois plus simplement par le terme infirmerie) et les mémoires font mention de médecins-majors et de visites. Les furonculoses (les clous de Gafsa mentionnés par Castan) sont évoquées, curieusement, plutôt pour illustrer les méfaits des « sources sulfureuses » qu’en elles-mêmes. Beaucoup plus sérieuse est la dysenterie qui a sévi au sein du régiment à la fin septembre et au début octobre 1907. Intervenant au moment précis du départ pour la France de quelques dizaines de soldats (et cette simultanéité était bien propre à dramatiser l’événement), elle aurait causé trois morts seulement, dont un sous-officier, tous nommément désignés par G. Durand28. Le petit nombre des décès laisse planer un doute sur la réalité même de cette épidémie, qui a tout de même motivé des recommandations sanitaires de la part des médecins militaires (éviter de manger des fruits verts et de boire l’eau des puits arabes). Une émouvante page du cahier de G. Durand, datée du 9 octobre 1907, donne la mesure de l’angoisse ressentie alors par les mutins : bouleversé par l’enterrement d’un camarade qui le conduisit à examiner les tombes d’autres soldats « morts lors de l’expédition de la conquête de la Tunisie en 1881 […] pas seulement aux coups de l’ennemi mais de l’épidémie de fièvre qui y sévit », il imagine des parents apprenant le décès de leur fils, puis, rappelant la mévente et les toutes récentes inondations qui viennent de ravager le Biterrois, il envisage un possible châtiment divin et se livre à une invocation presque mystique :

« Ô Dieu toi si grand et si bon, permettras-tu que de pareils malheurs se succèdent ?

Quelle est donc la faute terrible que nous avons faite pour nous punir si sévèrement. Est-ce parce que nous sommes trop orgueilleux que tu nous plonges dans la misère ou bien parce que le peuple n’aime pas assez servir Dieu et que la religion, ce culte si beau entre tous tend à se dissoudre ?

L’un et l’autre sûrement sont cause de nos malheurs.

Oh ! Quand tu frappes tu le fais sûrement. Après la mévente des vins, la seule ressource du Midi qui permette de vivre, les inondations, terrible catastrophe qui anéantit tout sur son passage dans les journées des 25, 26 et 27 septembre, ne laissant derrière elle que ruines et cadavres, anéantissant l’espoir et le bien-être de chacun.

Ô ! Dieu, je t’en supplie, que ta colère s’apaise ; fasse l’exemple de la leçon que chacun revienne à l’esprit du bien, c’est par là que tu ramèneras le peuple à l’humanité. Si le riche aide le pauvre, si celui qui n’est pas malheureux vient au secours de son frère qui est dans la misère, par là peuvent venir des sentiments d’humanité et ce ne sera pas seulement l’argent donné qui rendra content, mais les bonnes paroles de solidarité et d’espoir en l’avenir qui nous ramèneront à la piété. »

  • 29 « Le cahier… », op. cit., p. 16-17.

21Le poème La mort d’un camisard, copié respectivement par Joseph Guiraud et Élie Castan29, a pu être inspiré à un soldat par l’épidémie. Il était propre en tous cas à exprimer l’angoisse des soldats devant la mort alors menaçante. Plus banalement, Jacques Bozon se plaint des punaises qui troublent le repos et salissent les cantonnements, imposant de fréquents blanchissages des murs. Il décrit ainsi les procédés utilisés pour s’en protéger :

  • 30 Traduit de l’occitan.

« Pour ne pas qu’elles te tombent dans la bouche, tu mettais le drap plié sous la paillasse et d’ici la muraille avec un clou tu faisais comme une guitoune et tu te foutais là dessous. »30

22Au total donc, une évocation très évasive de la vie militaire proprement dite, il est vrai forcément limitée par les conditions climatiques (chaleur, sirocco), unanimement déplorées dans les récits et les poèmes. Pourquoi ce quasi silence ? L’hypothèse de la censure devant être écartée compte tenu du caractère révolutionnaire ou démoralisant de certains poèmes ou chansons, c’est celle d’une normalité quasi absolue qui doit prévaloir.

L’ennui et les distractions

23La tenue de cahiers où le soldat consigne, de manière plus ou moins ordonnée, chansons, poèmes et souvenirs, est une pratique fréquente durant le temps régimentaire. On peut voir dans cette coutume un témoignage d’ennui, de temps vide, indispensable pour cette écriture, qui est, en outre, un hommage à l’enseignement primaire et à la société viticole languedocienne. Mais on doit relever que les « pioupious » ont, pour la plupart tenu à raconter l’épopée que constitue la mutinerie des 20 et 21 juin, à la fixer comme un « mémorable souvenir », suivant la formule d’Elie Castan. Nous avons déjà évoqué le caractère revendicatif, voire subversif, de plusieurs chansons et poèmes. Grâce à G. Durand, nous nous rendons compte que cette pratique a suscité l’inquiétude des officiers, et a donné lieu en octobre 1907 à un début de répression qui a probablement entraîné la destruction de nombreux documents, et qui n’en rend que plus précieuse la transmission de ceux qui ont subsisté :

  • 31 Ce texte ayant été rédigé début novembre fait apparaître le cahier d’Élie Castan, rédigé en septemb (...)

« Je dois mentionner la bêtise commise par un peu tout le monde et qui a failli entraîner deux hommes de ma compagnie, Lac et Babeau, à une grave punition, peut-être même le conseil de guerre. Je veux parler des cahiers de chansons que bêtement, je le répète, on s’était amusés à copier et dans la plupart desquels se trouvaient des traités antimilitaristes. Il a fallu que le lieutenant Gras de ma compagnie en chope deux, ce qui a été cause que le commandant a réuni le Bataillon dans le jardin pour faire une petite allocution qui n’a pas été sans émotionner la plupart de nous, en nous supprimant l’envie d’en recopier. Je suis sûr que ceux qui en avaient les ont fait disparaître. Moi même qui avais eu la faiblesse de faire comme les autres n’ai pas à me reprocher de les avoir gardés ; je m’amuse à mes moments de loisir à garnir un autre cahier qui m’a coûté quinze sous avec cartonnage. Pendant ces trois jours de fête repos qui ont suivi la Toussaint j’en ai recopié quelques unes d’assez jolies…31 »

  • 32 « Il y avait de l’argent en masse » (traduit de l’occitan).

24Les activités en marge de la vie militaire consistent essentiellement à rechercher, généralement en équipes de trois ou quatre camarades, de la nourriture auprès des populations locales. Ce souci du complément à apporter aux rations régimentaires prend chez Durand la dimension d’une préoccupation fondamentale. À peu près la moitié de son mémoire est constitué par le récit des expéditions dans les « gourbis », à la recherche des volailles (poulets, poules, pigeons). Les prix, âprement marchandés, font l’objet de commentaires et de comparaisons. Il est également question de l’arrivée de colis, qui donnent lieu immanquablement à des ripailles collectives. Bozon, qui, de son côté, avoue sans honte son impécuniosité, d’ailleurs largement compensée par la générosité de ses camarades32, évoque plusieurs bombances effectuées soit au camp, soit dans quelque gargote des environs.

  • 33 Recopiée par Castan et souvent évoquée en Languedoc. Lire le texte complet en annexe.

25Les jeux de cartes, même s’ils sont l’objet de menus paris, contribuent à souder les groupes. On peut en effet observer, à travers les récits de Durand, une coïncidence entre les partenaires du piquet et de la manille et ceux des expéditions de ravitaillement dans les gourbis. Plus originale nous semble, à l’initiative du sergent Laget, l’organisation d’un cours gratuit d’espéranto à partir du 3 décembre, « deux leçons par semaine les mardi et vendredi », qui suscite un vif intérêt chez Durand, dont nous pourrons observer l’application à apprendre des rudiments d’arabe. La chanson emblématique Le 17e à Gafsa33 exprime à merveille le désœuvrement et l’ennui ressentis par les soldats exilés, la lassitude envers le climat du désert, et la persistance d’un ressentiment envers le chef du gouvernement :

Phébus chante
Sur la tente
Et chauffe le sirocco
Le jour dehors y a personne
Chacun dort boit ou ronchonne
Pas de fête
On s’embête
On s’empiffre de coco
On voit passer des chameaux
Et l’on pense à Clemenceau

LA CURIOSITÉ POUR LA TUNISIE

Le fait colonial

26Il est facile de retrouver, dans les récits des mutins, les éléments caractéristiques de la vie coloniale de ce temps. Les cadres administratifs apparaissent furtivement, mais sans connotations négatives. Le contrôleur civil, qui surveille le caïd, comme le résident surveille le Bey, représente l’autorité politique réelle, celle de la France, puissance coloniale. É. Castan qualifie assez justement ce personnage d’« agent intermédiaire de la France » et apprécie beaucoup de s’être vu offrir « du café » à son arrivée à Gafsa devant « la maison du contrôleur » qui réapparaît à la fin de son récit lorsqu’il évoque le « feu d’artifice » du 14 juillet. Il est fait également mention d’un « consul de France » qui assiste au défilé du 14 juillet aux côtés du caïd et des principales notabilités de la ville (Castan). Nous avons déjà évoqué les défilés et les revues en place publique, ainsi que les patrouilles de maintien de l’ordre qui manifestent l’utilisation du bataillon d’épreuve au service de la colonisation, l’autorité de la France étant en fin de compte fortifiée par ce transfert de forces militaires.

27L’islam, avec « les minarets et les marabouts », présents dans tous les récits, manifeste l’irréductible altérité de la Tunisie, soulignée d’emblée par Castan qui note au soir de son arrivée :

« Après la soupe du soir irons sortions tous pour voir l’aspect de la ville qui (ne) ressemblait en rien à celles de France ».

28Les mobiles de la colonisation transparaissent dans les récits de la traversée de l’oasis, qui font état de ressources agricoles, et l’exploitation des phosphates est aussi mentionnée, avec l’existence d’une navette ferroviaire quotidienne entre Gafsa et Sfax (Bozon). Ce sont des chaloupes de la compagnie minière qui assurent, remorquées par un torpilleur, le transbordement des mutins sur les plages de Sfax (Castan). Les civils européens présents à Gafsa sont, d’après les textes, peu nombreux : les Italiens apparaissent avec le cordonnier Girolamo Zanca, qui emploie occasionnellement G. Durand dans sa Cordonnerie tunisienne, et divers cabaretiers (Bozon). Les Français mentionnés sont un huissier, Barry, et deux cafetiers, Guintran (Bozon) et Reboul (Durand, Bozon), celui-ci du reste assez suspect selon Bozon qui le pense réfugié en Tunisie.

Racisme ordinaire et rapports marchands

  • 34 Poème reproduit en annexe.

29On chercherait en vain un engagement anticolonial dans ces textes d’hommes du rang. Tous reflètent ce qu’on pourrait appeler le « racisme ordinaire », tristement banal. « Adieu peuple bicot encore à demi sauvage », s’écrie Élie Castan à la veille de son départ, dans le seul poème qu’il ait signé de son nom. Et ce poème se termine pourtant par : « Vive le drapeau rouge. Vive la liberté34 ». On ne saurait mieux résumer la perception des Tunisiens par ces occupants d’un genre spécial, réprouvés eux-mêmes mais conservant à l’égard de plus faibles les réflexes de leurs persécuteurs : le « peuple bicot » est identifié, distinct racialement et méprisé comme appartenant à une humanité primitive. Mais l’adverbe encore est révélateur de la force de l’enseignement inculqué à l’école primaire d’Alignan : la mission civilisatrice s’exerce, le peuple bicot, qui n’est déjà qu’à demi sauvage, le sera de moins en moins en fonction évidemment de l’effet bénéfique de la colonisation…

30Le terme d’indigène (Durand) désigne tous les non-Européens, y compris les Juifs. Ceux-ci font l’objet d’appréciations mitigées, dont l’antisémitisme n’est probablement pas absent. Si leur mise, leur accessibilité, voire la beauté de leurs femmes sont soulignées, Durand ne manque pas de signaler la rapacité des marchands :

« Les Juifs qui y sont en assez grande partie sont riches pour la plupart. Ce sont eux qui tiennent les magasins importants de la ville. Personne mieux que nous ne peut juger de leur avarice. Ils profitent de ce que nous avons de l’argent pour nous faire bien payer leur marchandise, malgré cela ils sont gentils avec nous, on voit qu’ils ont du savoir-vivre. Beaucoup connaissent le français et le parlent très bien. ».

31Immédiatement après ce passage, Durand exprime l’opinion commune des soldats français à l’égard de la population tunisienne :

« La majeure partie des habitants sont maures ou bédouins, leurs mœurs sont à l’égard des nôtres tout à fait primitifs » (sic).

32Suit l’explicitation de ce dédain :

« Ils vivent dans des gourbis plus ou moins sales. Ils ne font pas beaucoup de dépenses. La plupart possèdent un coin de terre dans l’oasis, qui leur procure les légumes et les fruits… »

  • 35 Selon A. Ruscio, « Glossaire des mots indigènes », p. 949 de son anthologie Amours coloniales, Comp (...)

33Niveau de l’habitat, hygiène et facultés pécuniaires sont donc bien l’étalon utilisé par les paysans habitués au confort matériel et à la circulation de l’argent que sont devenus les vignerons languedociens, pour justifier leur condescendance, voire leur mépris à l’égard de ces paysans tunisiens moins favorisés par la nature et par l’histoire. Appelés bicots (Castan, Durand, Bozon) ou Arabes (Guiraud, mais celui-ci utilise une fois arbicots)35, les Tunisiens sont décrits comme sales, et paresseux (Castan). Plus « neutre », Guiraud décrit ainsi le premier contact, la marche de trois kilomètres sur Gafsa :

« En route on rencontre bon nombre d’Arabes qui nous regardent curieusement et nous les regardons aussi avec étonnement ».

34De son côté, Durand manifeste à plusieurs reprises un intérêt presque ethnographique à entrer en contact avec la population :

  • 36 « Ils mangent beaucoup de pastèques, poivrons, comme nourriture ils mangent beaucoup de couscous, u (...)

« J’ai eu l’occasion de pénétrer souvent dans les gourbis nomades. Là on voit la vie qu’ils font, et leurs occupations. » Et le bourrelier n’hésite pas à goûter la cuisine, à détailler quelques recettes36.

35Il s’applique à apprendre l’arabe, non seulement pour être en mesure de marchander ses achats (les premières pages de son cahier sont couvertes par un lexique arabo-français des chiffres), mais aussi dans le but de dialoguer avec ses partenaires. Le voici en action avec ses camarades :

« Devant la porte nous saluons du traditionnel Esselama. Ici ce sont des nomades qui nous connaissent. Nous rentrons sans plus de façons sous la tente, je m’assieds sur les jambes comme eux et nous entamons la conversation. L’Arabe aime beaucoup à causer et est particulièrement aimable, si on l’est avec eux. Mais souvent je le fais arrêter pour lui faire répéter un mot et à force de gestes et en liant plusieurs paroles je comprends ce qu’ils m’ont dit. Il veut savoir si notre belle France est riche, si l’on y travaille, le mouvement qui s’y fait, ce à quoi je me prête de bonne façon, mais je parle un peu français et un peu arabe… »

  • 37 Notre collègue A. Mahjoubi a fait état, au cours de la discussion du colloque, du mauvais souvenir (...)

36Les relations ne sont hélas pas toujours aussi confiantes. Pestant contre un ordre supérieur qui lui impose de marcher alors qu’il essayait de se soustraire à toute activité pour conjurer l’épidémie de dysenterie, Castan évoque une période de vive tension. Au passage, il juge sévèrement les mauvais traitements dont les Tunisiens ont été l’objet37 :

« Il a fallu que mon adjudant me fasse marcher hier soir à la patrouille que nous avons faite à la gare. Ces patrouilles sont le résultat de la méchanceté de quelque imbécile qui, ayant battu les bicos, ont fait révolter ceux-ci à tel point que le chemin de la gare était dangereux le soir. Certains ayant été attaqués, des plaintes se sont faites qui ont abouti à nous faire faire des patrouilles tous les soirs pour maintenir l’ordre. Ce qui ne nous a pas empêchés de prendre notre verre à la gare. » (11.10.1907).

  • 38 Terme occitan désignant les habitants des montagnes environnant le Languedoc, supposés frustes voir (...)

37Stupidement – mais son interlocuteur l’oblige à reconnaître sa vilenie –, Bozon se vante d’avoir bousculé des Tunisiens qui regardaient passer une colonne de soldats sur le pas de leur porte. Le même Bozon évoque sans trop de honte les indélicatesses vis-à-vis des « gabachs »38 qui venaient vendre, dans le Biterrois, des châtaignes et des perdrix. Outre le relâchement de discipline qu’elle révèle, cette anecdote apporte une transposition du chauvinisme bas-languedocien qui peut certes à la rigueur faire figure d’intégration de la Tunisie à l’horizon français. Dans les deux cas, l’autorité militaire agit pour protéger les Tunisiens des vexations qui leur sont infligées, davantage sans doute pour assurer le maintien de Tordre que dans un but humanitaire. Ainsi, et faut-il en être étonné ?, le mépris racial paraît fréquent chez les mutins.

  • 39 Lire à ce sujet la récente anthologie de romans « coloniaux » présentée par A. Ruscio, Amours colon (...)

38En revanche, mais c’est aussi un topique de la mentalité coloniale39, les femmes sont l’objet de maints compliments. Elles motivent, dans un registre érotique, mais révélateur aussi d’un racisme savamment hiérarchisé, un couplet fameux du 17e à Gafsa :

« Nous avons ici des Berbères…
Et des mou mou et des mou mou et des moukères
Des mauresques plébéiennes
Et des juives patriciennes
Ça ne vaut pas les Agathoises
Ni les Bibi ni les Bibi les Biterroises
Sur ce point malgré Fatma
Béziers enfonce Gafsa »

39La mention, en termes laudatifs, des Juifs et surtout des « Juives superbes » qui appellent la comparaison avec « les femmes européennes » (Castan), confirme bien une classification des « races » très usuelle. Moins superficielle, et pénétrée d’une réelle sympathie nous paraît l’évocation des « jeunes mouquères » que Durand et ses amis rencontrent dans un « gourbi nomade » :

  • 40 Occitanisme pour « sur la figure ».
  • 41 Il s’agit ici de femmes berbères, différenciées dans Le 17e à Gafsa des moukères résidant dans la v (...)

« Parmi celles-ci il en est de jolies. J’en ai distingué une particulièrement jolie. Elles mettent leur coquetterie à avoir de beaux tatouages par la figure40, elles se teignent le bord des yeux en noir ce qui les fait paraître plus jolies et de temps en temps elles se passent une couenne sur les dents pour se les entretenir, aussi toutes ont de belles dents blanches ; leur rire est franc, ce qui leur permet de mieux les montrer. Les femmes sont habillées d’une étoffe bleue, serrée à la taille par une cordelette, celles qui sont riches ont les mains et pieds garnis d’anneaux d’argent de toutes dimensions. Aux oreilles, en guise de fines boucles comme nos Françaises, elles ont plusieurs anneaux qui atteignent une quinzaine de centimètres de long sur dix de diamètre, entourés de perles à couleurs criardes. Autour du cou sont suspendus un tas de bibelots, qui doivent être autant de fétiches, coquilles, perles, pierres coloriées, petits sachets en cuir sali, et une glace de deux sous. Aussi comme elles sont curieuses, il faut leur faire voir la montre qui est un bijou inconnu pour eux. Il faudrait voir leur étonnement quand elles entendent le tic tac régulier de cette machine. Ensuite c’est le tour de la bague. Comme ça luit, comme c’est beau, quelles voudraient être à la place du Sidi, Monsieur. Elles vous demandent le prix, comme il doit être riche ! se disent-elles. Aussi, quel regard, elles vous admirent, et vous offrent gracieusement tout ce que vous leur demandez, les œufs à un sou pièce, les poulets et les pigeons. » Outre la curiosité des soldats et la séduction exercée par les jeunes Tunisiennes, ce passage laisse entrevoir une liberté de mœurs assez étonnante en terre d’islam : les femmes ne portent pas le voile, et elles ont la possibilité de converser et de commercer en toute liberté avec des étrangers41. »

40La liste, dressée par Guiraud, des pièces jouées, dansées ou chantées au soir du 14 juillet, offre une double illustration de la vision exotique que pouvaient avoir alors de la Tunisie les militaires français et des possibilités offertes bon gré mal gré par le milieu local. Ici se donne libre cours un exotisme aux connotations érotiques assez crues :

  • 42 Bordel ?
  • 43 On retrouve la fameuse Fatma, symbole sexuel de Gafsa, dans la chanson Le 17e à Gafsa, reproduite c (...)

« Programme Tam-Tam. 1. Kalacous marche à reculons. 2. Ouverture couscous. 3. Fantasia sur la belle Fatma. 4. Kif kif polka. 5. Valse scorpion. 6. Danse du ventre. 7. La peau de bouc. 8. La marche du chameau. 9. Aubade au fondouk arabe (B)42.10. Les mangeurs de couscous. La soirée se termine par un concours de nicquage au fondouk arabe par les arbicos et les moresques Fatma43, etc. Bal donné par la musique du 17e de ligne. »

Le tourisme en marge de la caserne

41La curiosité envers les gens, déjà relevée, s’étend aux paysages, aux cultures, aux ressources :

  • 44 Traduit de l’occitan.

« Il fallait traverser l’oasis, une grande oasis tu sais, elle avait au moins trois km de large sur seize de long, c’était une des plus grandes oasis qui soient.44 » (Bozon). « Nous voyons de grands champs d’oliviers et de figuiers, de grands troupeaux de chameaux chargés d’eau ou de bois et conduits par des Arabes » (Guiraud).

42À ces notations assez banales de la part de paysans, s’ajoute une vive curiosité pour les monuments, peut-être dictée par le souvenir des villes monumentales du Midi. Castan observe les minarets, « sorte de tours élevées qui servent aux marabouts pour appeler les hommes à la prière ». Guiraud récapitule les neuf cartes postales expédiées le 14 juillet à « mesdemoiselles Elisa M., Marie-Louise M., Thérèse M : » :

Arabe faisant la prière ; Salon mauresque ; Galerie d’une maison ; Devant une maison arabe ; Vue vers l’oasis de la casbah ; Le marché ; Intérieur arabe ; Marabout à El Ksar ; Vue de l’oasis.

43Il s’agit bien sûr de « chromos » destinés avant tout à « épater » les amies laissées au pays ou bien à rassurer des parents inquiets. Les descriptions des maisons arabes restent sommaires :

« […] rues étroites et sales, maisons […] construites en pierre sèches et rien que d’un étage, toutes blanchies extérieurement à la chaux. » (Guiraud).

44Depuis le pont du bateau qui le ramène en France en mai 1908, Durand ne cesse d’observer le pays, qu’il semble presque quitter à regret. Il note l’embarquement de l’huile à Sousse, dont il décrit « la belle ville française renommée pour ses monuments, ses squares et ses jardins. » Puis c’est une escale à Tunis :

« Très belle ville, avenue Jules Ferry, Porte de France, souk (ville arabe). Ville très commerçante. La Goulette est reliée à Tunis par un canal de 10 km. Belle caserne de tirailleurs. On distingue les ruines de Carthage ».

  • 45 Il s’agit de la clôture du Ramadan.

45De nombreux passages évoquent les coutumes. Castan fait figurer en bonne place dans son récit des festivités du 14 juillet, après « les diverses attractions telles que mât de cocagne, danses du pays », une « fantasia arabe », montrant ainsi une volonté d’intégrer des coutumes locales à la fête nationale. Durand décrit avec chaleur, au début novembre 1907 « la fête du Rammdam »45. Il évoque d’abord la coutume des étrennes :

« Dans les cafés arabes on dresse des tables garnies de bouquets et là une souscription se fait au profit du cafetier, ce sont ses étrennes ».

46Puis il décrit les préparatifs :

« Tous les Arabes sont en fête. Pour mieux les voir, nous sommes sortis avec Taussat […]. On croise à tout instant les voituriers qui trimballent de pleines voitures de bicos chantant à tue-tête. Je remarque qu’ils sont la plupart richement vêtus. J’en connais quelques uns de très gentils et d’une politesse extrême. Leur fête va durer ainsi trois jours. De mon atelier où j’écris ceci, j’entends le son perçant de leurs tam-tams et cornemuses. »

47Ces passages concernant les fêtes dégagent une impression positive, de considération et de respect, sans doute dictée par le propre attachement des Languedociens aux manifestations collectives.

CONCLUSION. UN BILAN DE LA MUTINERIE. UNE VISION DE LA TUNISIE

48Un bilan pourra être esquissé à partir des souvenirs (écrits et oraux, chaque forme présentant ses inconvénients) mais aussi en interprétant les (rares) poèmes consacrés à la mutinerie. « Victime du devoir » (Guiraud), un devoir supérieur à celui de l’obéissance militaire, le mutin du 17e est fier de son geste. Il l’évalue lui-même comme un acte humanitaire, de bon droit, qui comme le vin naturel est immortel. Il souligne contradictoirement l’iniquité du traitement à lui infligé et la mansuétude des officiers, des marins, de tous finalement, sauf Clemenceau, nommément attaqué dans plusieurs chansons et poèmes. Si beaucoup de ces pièces exhalent un antimilitarisme et parfois un antipatriotisme évident, d’autres chansons affirment simplement :

  • 46 In Le 17e à Gafsa, texte reproduit ci-après.

« Plus de peine
Plus de haine
Tous en chœur nous reprendrons
Les modestes prétentions
Des malheureux vignerons
 »46

49Le sentiment de dépossession éprouvé lors du transfert à Agde et de la substitution aux régiments autochtones des régiments répressifs est finalement le grand motif d’une révolte assumée presque comme une révolte civique. À ce titre, le poème Lettre de Biribi transcrit par Castan est illustratif :

« Je devais servir la patrie
Contre l’étranger seulement
Mais non contre une populace
Qui nous clamait soldats j’ai faim
Et qui par milliers sur la place
Demandait des fraudes la fin »

50Ni troupe de délinquants purgeant leur peine, ni phalange révolutionnaire préparant la revanche pendant le temps de la répression, les mutins du 17e nous apparaissent comme des citoyens, debout face à l’adversité. Vis-à-vis des Tunisiens, ils ne manifestent ni sympathie ni hostilité particulières, se contentant de porter sur eux le regard des Français de leur temps. De leur côté, les Tunisiens ont-ils seulement su que ces militaires arrivés au son des clairons et des tambours constituaient un bataillon d’épreuve ? Rien n’est moins sûr, et il est à craindre que la menue monnaie des échanges entre les vignerons exilés et les « gabachs » des montagnes tunisiennes soit, avec quelques airs de polka, le seul élément positif que leur ont offert les soldats du 17e. Du moins ne nous est-il pas indifférent que l’épilogue de la révolte des Gueux ait eu lieu, sous un soleil à peine plus chaud que celui du Languedoc, dans une Tunisie dont un quart de siècle de colonisation n’avait pu entamer l’identité.

Annexes

ANNEXES

Le 17e à Gafsa

Air : La Tonkinoise1

L’ministère
En colère
Sur notre geste hardi,
Pour fair’ sentir sa puissance
A prononcé la sentence
Sans un’ plainte
Et sans crainte
Pour Gafsa nous sont’ partis !
Adieu parents et amis,
Adieu notre beau pays !

Refrain

Nous avons ici des Berbères
Et des mou-mou, et des mou-mou, et des moukères,
Des Mauresques plébéiennes
Et des Juives patriciennes !
Ça n’vaut pas les Agathoises
Ni les Bibi… ni les Bibi, les Biterroises !
Sur ce point, malgré Fatma,
Béziers enfonce Gafsa.

Phébus chante
Sur la tente
Et chauffe le sirocco.
Le jour il n’y a personne,
Chacun dort, boit ou ronchonne.
Pas de fête,
On s’embête,
On s’empiffre de coco,
On voit passer les chameaux,
… Et l’on pense à Clemenceau !

Refrain

Tandis que dans la métropole
Les dépupu… les députés se la gondolent.
Pour eux : festins et ripaille !
Pour nous : la botte de paille !
Les repus dans la verdure
Vont se gaga… vont se ga-garantir la hure !
Et ces ultimes farceurs
Nous mettent sous l’Equateur !

Mais tout passe !
Et tout casse !
En France nous reviendrons.
Nous poserons not ‘bagage
Nous r’ verrons notre village.
Plus de peine !
Plus de haine !
Tous en chœur nous reprendrons
Les modestes prétentions
Des malheureux vignerons !

Refrain

Nous chanterons l’air à la mode ;
Guerre à la frau… Guerre à la frau… Guerre à la fraude !
A bas l’infâme sucrage !
Pour toujours sus au mouillage.
Nous n’voulons que la Justice.
Il faudra bien, il faudra bien que ça finisse !
Comme le vin naturel,
Le bon droit est immortel.

Poème incomplet copié par Élie Castan le 17 septembre 1907 (peu avant son retour en France)

[…]
Adieu peuple bicot encore à demi sauvage
Hier j’avais la viscope
47 et vous me trahissiez
Recevez mon mépris et ma haine comme gage
Car je vous quitte et le fais sans le regretter

Adieu MM. les officiers de la camise48
De vous je ne subirai plus l’infâme joug
Pour vous engraisser tous je ne mouillerai plus ma chemise
J’en suis tellement heureux que j’en deviens fou

Et vous les rempilés buveurs de sang traîneurs de sabre
À présent je ne vous verrai plus faire les zigotos
De vous je ne conserve qu’un souvenir macabre
Car vous avez eu la graisse mais j’emporte la peau

Quant à vous tas de cressons49 MM. les sous-officiers
L’article 218
50 pour moi n’existe plus
Vous vouliez tant m’avoir vous vous mettez la torche
Adieu cœur sans entrailles aux instincts corrompus

Et vous autres au revoir et à bientôt chers camarades
Du courage et du sang et vous en sortirez
Surtout ne faites pas trop de tornades
Car il faut maudire et très souvent la boucler

Faites plutôt les agneaux devant un tas de lâches
Qui ne cessent chaque jour de vous opprimer
Unissez-vous à moi crions tous mort aux vaches
Vive le drapeau rouge, vive la liberté.

Castan Élie

Notes

1 Lire les ouvrages récents de J. Rougerie, Paris insurgé, la Commune de 1871, Découvertes/Gallimard, 1995 et M. César, La Commune de Narbonne, Presses de l’Université de Perpignan, 1996.

2 L’analyse la plus récente de la mutinerie a été présentée par J. Sagnes, R. et M. Pech, 1907 en Languedoc et en Roussillon, Espace-Sud Éditions, Montpellier 1997, p. 63-66 et 80-83 et 188-195, à travers le commentaire de plusieurs documents cartographiques et iconographiques évoquant l’événement. On se référera aussi aux récits de G. Bechtel, 1907, la grande révolte du Midi, Laffont, Paris, 1976, p. 233-260 et 335-342 (rapports des officiers commandant le régiment, publiés en annexes) et F. Napo, 1907. La Révolte des vignerons, Privat, Toulouse, 1971, rééd. 1981, p. 127-138.

3 A. Marty, À la gloire des lutteurs du 17e, Causse, Graille et Castelnau, Montpellier, 1947, 45 p., rééd. par Norman, Béthune, 1972.

4 Témoignage transmis par le regretté Jean Bruhat. La chanson de Montéhus figure dans F. Napo, op. cit., p. 236.

5 Témoignage de M. Blanchetière de Domfront, recueilli en octobre 1968.

6 Lo pais que vol viure, et Lengadoc roge, ce dernier texte publié par J. Sagnes, « La révolte de 1907 dans la chanson d’hier et d’aujourd’hui », La vigne et la civilisation du vin en pays languedocien et catalan, colloque de Béziers, Montpellier 1984, p. 188.

7 « Le cahier d’Elie Castan mutin du 17e », Études sur l’Hérault XIII, no 2,1982, p. 14.

8 J. Maurin, Armée – Guerre - Société, soldats languedociens (1889-1919), Publications de la Sorbonne, Paris, 1982, p. 315-316.

9 « A 6 heures nous prenions possession du camp des disciplinaires qui sont partis pour nous faire place » (Guiraud).

10 G. Darien (1862-1921) a publié son roman-témoignage en 1888.

11 J. Sagnes, « Un témoin de la révolte du 17è en 1907 : le Commandant Louis Vilarem », Études sur Pézenas et sa région, VI, no 1,1975, p. 23-30.

12 Durand et Castan appartiennent à la classe 1904 (nés en 1884), Guiraud, Rabat et Bozon à la classe 1905 (nés en 1885).

13 Aucun des cinq témoins utilisés ici ne revendique un rôle personnel dans le déclenchement ou le déroulement de la mutinerie. Même si l’acte collectif qu’elle représente est pleinement assumé par chacun d’eux, on peut relever maintes différences. De Georges Durand, qui, aux dires de son fils, n’était pas mutin et n’a été incorporé au bataillon d’épreuve qu’à sa demande, à Jacques Bozon, dont le tempérament rebelle apparaît nettement, en passant par F.-J. Rabat qui invoque toujours l’effet d’entraînement, les nuances sont notables.

14 Témoignages de nos regrettés grand-pères Noël Albert (1896-1987) et André Pech (1897-1976). La chanson Le 17e à Gafsa est reproduite en annexe.

15 Lire « Le cahier d’Élie Castan, mutin du 17e », cité en note 7.

16 Les classes 1903 et 1904 incorporées respectivement, selon J.Maurin, op. cit., en nov. 1904 et oct. 1905, effectuèrent suivant les termes de F.-J. Rabat un rabiot de 8 mois. La classe 1905, incorporée en oct. 1906 fut libérée à sa date en sept. 1908.

17 Traduit de l’occitan.

18 La photographie figure dans la première publication, « Le cahier d’Élie Castan mutin du 17e », op. cit, p. 25 et dans J. Sagnes, R. et M. Pech, 1907 en Languedoc et en Roussillon, op. cit., p. 195.

19 Nous avons choisi de l’évoquer à propos des contacts avec la population.

20 Ex. Durand (21.09) : « J’ai fait le défilé du samedi. Nous sommes partis de la caserne avec la musique en tête, vers le terrain de manœuvre du côté de la piscine sulfureuse, nous avons fait quelques mouvements d’attaque au pas gymnastique, et, pendant la pause, la musique nous a égayés de deux morceaux fort jolis. Que c’est beau de voir toute cette jeunesse habillée la même chose ! »

21 Défilé militaire, musique en tête, dans les rues d’une ville.

22 Traduit de l’occitan.

23 Ph. Gumpolwicz, Les travaux d’Orphée, Aubier, Paris, 1987, 307 p., analyse l’engouement populaire pour la musique depuis le milieu du XIXe siècle en France, avec, hélas, peu de références languedociennes.

24 Celle-ci n’intervient pour le bataillon que le 14 mai 1908 (Durand).

25 Le cahier porte mention de ces travaux avec la somme correspondante.

26 D’après ses notes, les sommes récoltées par Durand s’élèvent à 16,80 F (atelier Zanca, nov-déc. 1907), et, pour l’ensemble des travaux effectués au camp pour des soldats et des particuliers (de sept. 1907 à février 1908), 73,50 F.

27 J. Maurin, op. cit, p. 315, évalue les pertes à 15 hommes sur 589, soit une proportion de 2,55 %, « nettement supérieure à la normale ».

28 Il s’agit du « sergent-major de la discipline », Mercier, décédé le 25 septembre à 4 h du soir, du soldat Caux de la 14e Cie, décédé le dimanche 27, enfin du soldat Cinière d’Olargues, décédé le 9 octobre. Ce même jour, Durand indique : « D’autres camarades sont atteints, dont paraît-il un officier, le capitaine Bridou ».

29 « Le cahier… », op. cit., p. 16-17.

30 Traduit de l’occitan.

31 Ce texte ayant été rédigé début novembre fait apparaître le cahier d’Élie Castan, rédigé en septembre et aussitôt emporté en France, comme une relique. Quant aux poèmes recopiés par J. Guiraud, sans doute ultérieurement, ils comportent quelques textes antimilitaristes, mais il est possible qu’une autocensure, telle que la décrit Durand, se soit exercée. Le cahier de chansons de G. Durand, ramené à Siran, a été égaré.

32 « Il y avait de l’argent en masse » (traduit de l’occitan).

33 Recopiée par Castan et souvent évoquée en Languedoc. Lire le texte complet en annexe.

34 Poème reproduit en annexe.

35 Selon A. Ruscio, « Glossaire des mots indigènes », p. 949 de son anthologie Amours coloniales, Complexe, Bruxelles, 1996, les termes bicot et arbico viennent de l’espagnol arabico.

36 « Ils mangent beaucoup de pastèques, poivrons, comme nourriture ils mangent beaucoup de couscous, un plat préféré qu’ils font souvent. C’est un mélange de pastèques, piments, tomates, cuit dans l’huile, qui paraît très bon. […] Les femmes préparent le pain, elles le font cuire dans un plat et une fois cuit quoique très lourd il est bien bon. J’ai eu l’occasion d’en goûter en allant acheter des poulets ».

37 Notre collègue A. Mahjoubi a fait état, au cours de la discussion du colloque, du mauvais souvenir laissé dans la mémoire locale par le passage du 17e à Gafsa.

38 Terme occitan désignant les habitants des montagnes environnant le Languedoc, supposés frustes voire arriérés.

39 Lire à ce sujet la récente anthologie de romans « coloniaux » présentée par A. Ruscio, Amours coloniales, op. cit.

40 Occitanisme pour « sur la figure ».

41 Il s’agit ici de femmes berbères, différenciées dans Le 17e à Gafsa des moukères résidant dans la ville arabe.

42 Bordel ?

43 On retrouve la fameuse Fatma, symbole sexuel de Gafsa, dans la chanson Le 17e à Gafsa, reproduite ci-après.

44 Traduit de l’occitan.

45 Il s’agit de la clôture du Ramadan.

46 In Le 17e à Gafsa, texte reproduit ci-après.

47 Viscope : visière d’une casquette ou d’un képi.

48 Camise : tenue disciplinaire. Symbole des bataillons d’Afrique.

49 Cressons : arrogants (argot).

50 Article 218 du Code pénal : concerne les cas de rébellion des prisonniers ou condamnés.

Notes de fin

1 La Tonkinoise a été créée en 1906 par le parolier Henri Christiné et le parolier Vincent Scotto. Elle fut popularisée par le célèbre comique troupier Polin. Partition, Editions H.Christiné, Paris 1906. Le 17e à Gafsa est ici repris de F. Napo, op. cit., p. 234-35.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.