Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

Les Bretons de Tunisie entre les deux guerres (1921-1937)

Fayçal El Ghoul

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet Amira Aleya Sghaier, « Contribution à l’étude des associations françaises non poli (...)

1Au lendemain de l’établissement du Protectorat français en Tunisie, et avec les premières vagues de l’émigration française vers la Régence, de nombreuses associations, non politiques, réservées aux Français, allaient se constituer et se multiplier. En effet, les premières associations apparurent vers la fin des années 1880, et plus précisément dès 1889. Depuis, leur nombre ne cessa de croître. Elles couvraient toutes les activités : économiques, culturelles, professionnelles, cultuelles, sportives, de bienfaisance, etc. Bref, plus de 450 associations virent le jour entre 1881 et 19391.

  • 2 Archives nationales (Tunisie), série E, carton 509, dossier 1/3. Voir aussi Habib Belaid, « Les as (...)

2Parmi elles, il y eut pas moins de 38 sociétés ou associations régionales, dont 31 pour Tunis. Elles regroupaient les Français, installés en Tunisie, originaires d’une même région. La première daterait du 2 mars 1889, et regroupait les Alsaciens-Lorrains de Tunisie2.

  • 3 Archives nationales (Tunisie), série E…, liste des sociétés régionales.
  • 4 Voir à ce propos l’aticle X des statuts du groupement.
  • 5 Voir à ce propos L’Armorique, no 2, p. 11. Au cours du banquet annuel de la société des Bretons, t (...)

3À partir de cette date, un véritable réseau d’associations régionales se constitua. La quasi-totalité des régions et départements français étaient représentés. Parmi les sociétés régionales les plus en vue, on comptait celles qui représentaient la Corse, l’Auvergne, l’Algérie (plus exactement, les Français d’Algérie), la Gironde, la Bretagne, etc.3. Ces différentes associations régionales entretenaient les relations les plus cordiales4. Cette cordialité se manifestait surtout à l’occasion des activités qui se déroulaient à Tunis et à l’intérieur de la Régence (réceptions, bals, banquets, fêtes, etc.), et auxquelles elles se conviaient réciproquement. Par ailleurs elles faisaient partie de l’Union des sociétés françaises de Tunisie. En 1922, l’élection du président de l’association bretonne comme membre de cette Union apporta une vive satisfaction aux milieux bretons de la Régence5.

  • 6 C’est le 21 janvier 1902 que cette association fut fondée. Cf. Archives nationales, ibid.
  • 7 Il s’agit de Doualas, dessinateur ; Graignic, architecte ; Mgr Raoul, curé de la cathédrale de Tun (...)
  • 8 Né à Dinan (1868) et mort à Pont-Aven (1925), Botrel est l’auteur de nombreux recueils de chansons (...)

4L’association des Bretons de Tunisie va retenir notre attention. Cette société portait, dans l’entre-deux-guerres, le nom de l’Armorique. Elle fut fondée au sortir de la Grande Guerre, plus précisément en 1921. Ses origines remonteraient au début de ce siècle. En effet, c’est au cours de l’hiver 1901-1902 qu’un petit groupe de Bretons, installés à Tunis6, constitua le noyau de cette société appelée alors Groupe amical des Bretons de Tunisie, ou Amicale des Bretons7. Les membres de ce groupement organisaient des réunions mensuelles à Tunis, à la brasserie Phénix, sise rue Amilcar, dans une salle du premier étage. Le nombre des personnes présentes ne dépassait guère la trentaine. Réunis autour d’une table, ils évoquaient la Bretagne, parlaient breton, chantaient des chansons du pays, etc. Tout ceci dans une ambiance chaleureuse, marquée par une grande cordialité. Le comité directeur du groupement organisait, par ailleurs, un banquet annuel à la même brasserie. Il essayait d’en faire une grande fête bretonne en invitant tous les Bretons de la Régence à manger des plats bretons, à écouter une musique et des poèmes bretons, etc. Toutes les occasions étaient saisies pour organiser des rassemblements de Bretons. Parmi les « assemblées les plus remarquables », nous pouvons citer celle qui se tint au cours du printemps de l’année 1912, à l’occasion du passage, à Tunis, du poète et chanteur breton Théodore Botrel8. Tous les Bretons de Tunisie furent conviés à un grand apéritif à la brasserie Phénix.

  • 9 Selon une note de police, en date du 2 juin 1924, cette mutuelle formée d’ouvriers de l’arsenal de (...)
  • 10 Ce bulletin a été autorisé par arrêté du 30 juin 1920. Cf. à ce propos le no 2 du bulletin.
  • 11 Les numéros 1, 7 et 13 manquent à notre collection.

5Dans les années 1910-1911, les Bretons s’organisèrent à Ferryville où la colonie bretonne était bien représentée à l’arsenal de Sidi Abdallah. En effet, le 30 septembre 1910 se constitua l’Association amicale des Bretons de Ferryville, suivie par la Société de secours mutuels des Bretons de Ferryville, fondée le 3 avril 19119. Pendant la guerre, toutes les activités cessèrent faute de sociétaires. Et ce n’est que quelques années après la fin du conflit qu’une poignée de Bretons dévoués réussirent à faire renaître l’association. En effet, c’est au début de 1920 qu’un certain nombre de Bretons se regroupèrent pour relancer leur société qui prit une nouvelle dénomination : l’Armorique. À partir de 1921, le groupement publia régulièrement un bulletin annuel : L’Armorique10. La collection, conservée à la Bibliothèque nationale (Tunis), comprend douze numéros publiés entre 1923 et 193711. Les premiers numéros sont peu volumineux, mais dès le numéro 9 (1930), la couverture change et le bulletin s’enrichit de nouvelles rubriques. Nous nous proposons précisément d’étudier cette association à travers son bulletin. Cette communication s’articulera autour de deux axes : le premier s’intéressera aux statuts, à l’organisation, au recrutement et au budget de la société. Le second tournera autour de ses activités.

LA SOCIÉTÉ DES BRETONS DE TUNISIE

  • 12 Cette loi établit un régime relativement sévère au point de vue associationnel. Tous les groupemen (...)
  • 13 Ces modifications concernent l’institution d’un second vice-président et la création de sections d (...)

6Tout comme ses semblables, l’Armorique était régie par le décret beylical du 15 septembre 188812. Ses statuts, adoptés en assemblée générale le 28 mars 1920, et approuvés le 30 juin de la même année, se composent de 17 articles. Ils furent légèrement modifiés et adoptés en assemblée générale le 1er février 192513. Les articles III, IV et V fixent les modalités d’adhésion et le montant des cotisations annuelles. La composition et l’élection du bureau sont précisées par les articles VI, VII et IX. Quant à l’article X, il précise le rôle du comité directeur qui a pour tâche : « 1) de faire exécuter les statuts ; 2) de mettre la société en règle avec les lois et décrets ; 3) de convoquer les membres du groupe aux réunions extraordinaires ; 4) de présider les réunions ; 5) de recevoir les demandes d’admission ; 6) de recevoir les communications des sociétaires et d’y répondre ; 7) de tenir à jour la liste des adhérents ; 8) de tenir également au courant, autant que possible, la liste générale des Bretons de Tunisie ; 9) d’organiser chaque année une fête ; 10) d’entretenir des relations amicales avec les sociétés similaires de France et des colonies ; 11) de représenter la société dans les cérémonies officielles ; 12) de recueillir par l’entremise du trésorier les cotisations prévues aux articles IV et V et en rendre compte au bureau ».

7Le but premier de cette association est contenu dans l’article XII des statuts : il s’agit de « resserrer les liens de camaraderie existant entre les membres du groupe, en leur permettant de se retrouver à intervalles réguliers ». Le président de la section de l’Armorique de Bizerte est plus explicite quant aux buts de cette société :

  • 14 Ibid., no 5 (1925-1926), p. 20-21.

« Venir en aide à celui d’entre nous qui se trouverait dans le besoin, s’entraider les uns les autres dans les moments difficiles. Le groupement en seul faisceau de tous les Bretons présente un tel intérêt qu’il est inutile d’en faire la démonstration. La nécessité de se tenir les coudes, le besoin de s’appuyer sur une grande et puissante association, se révèlent plus impérieux tous les jours. Si une étroite collaboration des membres d’une même famille s’impose plus particulièrement dans les petits centres, elle n’en est pas moins très utile dans les grandes villes14 ».

  • 15 Cette estimation a été avancée lors de la première réunion de la section de La Goulette. Cf. le co (...)
  • 16 Ibid., p. 5.
  • 17 Cf. l’article IV des statuts.

8L’histoire de l’Armorique est intimement liée à celle de la colonie bretonne établie dans la Régence. Ses effectifs ne dépasseraient pas les 1500 vers 192215. Le premier critère de recrutement est l’appartenance à la Bretagne. L’article III des statuts porte ainsi : « Pour être membre actif, il faut : 1) être originaire de Bretagne, c’est-à-dire né, ou issu de parents bretons ; 2) être présenté par deux membres admis par le bureau ; 3° verser une cotisation annuelle de 12 F pour faire face aux frais de l’administration16 ». Pouvaient être admis comme membres honoraires les épouses des membres actifs, et « tous les compatriotes qui désirent témoigner leur sympathie au groupement17 ».

  • 18 Idem.

9L’examen de la liste des professions déclarées par les sociétaires en 1922-1923, et de celle des membres de la section de Tunis en 1937, montre que la majorité était formée de fonctionnaires (entre 28 et 38 %), de militaires (entre 10 et 14 %), et d’employés (entre 15 et 24 %). Ces trois catégories constituaient à elles seules plus de 60 % des adhérents. Ces Bretons venaient travailler en Tunisie dans l’administration (enseignement, police, douanes, etc.), la marine, l’armée, et dans diverses entreprises. Ils s’installaient de ce fait provisoirement dans la Régence. Et lorsqu’ils atteignaient l’âge de la retraite, ils préféraient rentrer en Bretagne. Ceux qui choisissaient de rester en Tunisie ne représentaient que 3 % des sociétaires18.

  • 19 Voir le bulletin no 3 (1923), p. 1
  • 20 Ibid., no 9 (1930), éditorial du président du groupement.
  • 21 Voir les cartes ci-jointes.
  • 22 Voir le bulletin no 3 (1930), p. 14.

10Les propriétaires fonciers ou colons étaient peu nombreux. Cette faiblesse numérique est diversement expliquée. Pour certains dirigeants, de nombreux Bretons « se trouvent trop éloignés de Tunis et ne peuvent assister » ni aux fêtes ni aux réunions19. D’autres déplorent une « certaine apathie de la part d’un grand nombre de Bretons de la Régence » installés dans les campagnes et dans les villes de l’intérieur20. Les deux cartes, ci-après, représentant la répartition géographique des sociétaires en 1922 et en 1937, montrent bien que cette association, tout comme ses semblables, était urbaine. En effet, presque tous ses membres vivaient dans les villes et banlieues du Nord-Est de la Régence. Les villes dont les activités étaient liées à l’agriculture, telles que Béja, Le Kef, Kairouan, etc., étaient peu représentées21. Bref, les Bretons de l’intérieur semblaient insensibles aux appels pressants des dirigeants en vue d’une plus grande solidarité entre les « Armoricains ». Leur rêve de voir « se grouper au sein de l’Armorique tous les Bretons établis en Tunisie », semble difficile à réaliser. On accusait tour à tour l’indécision, l’indifférence, l’éloignement et l’amour de la solitude de certains22.

Répartition géographique des sociétaires dans la régence de Tunisie (1922)

Répartition géographique des sociétaires dans la régence de Tunisie (1922)

Répartition géographique des sociétaires de la section de Tunis (1937)

Répartition géographique des sociétaires de la section de Tunis (1937)
  • 23 Ibid., no 2 (1922), p. 4.
  • 24 Ibid., no 5 (1925-1926), p. 20-21.
  • 25 La section plafonna au 1er janvier 1932 à 218 membres.
  • 26 Voir le bulletin, no 11 (1932-1933), compte rendu sur la section de Bizerte, p. 40.

11Les deux années qui suivirent la renaissance de l’Armorique furent marquées par des effectifs relativement faibles (1922 : 78 membres ; janvier 1924 : 55 membres). Après ce départ timide, la société des Bretons de Tunisie connut un essor assez prodigieux à partir des années 1924-1925. Ceci s’explique par le développement de la section centrale (Tunis) et par la création de sections locales à la suite des efforts fournis par les membres du comité dirigeant en vue de regrouper tous les Bretons de la Régence. En effet, pour accroître « le renom », « le prestige » et « la force » de l’Armorique, et pour que la Bretagne, « même en pays étranger ait l’influence qu’elle mérite par le nombre et la valeur de ses sujets, des projets de création de sections furent proposés régulièrement23. Les Bretons de Bizerte furent les premiers à répondre à l’appel24. Emmanuel Guénédal, maître de port, créa le 25 janvier 1925 la section de Bizerte. En trois mois, ses effectifs s’élevèrent à 50 membres, et à la fin de Tannée la section se vantait d’avoir 99 membres actifs et 23 honoraires. Malgré une activité débordante, la section de Bizerte vit ses effectifs stagner à 137 membres au 1er janvier 193425. Ce résultat médiocre s’expliquerait par les nombreux départs dans la marine et par le fait que « la propagande n’est pas toujours faite comme elle devait l’être26 ».

  • 27 Ibid., p. 52. Depuis cette date, la section de Sousse allait végéter ; ses activités ne seront plu (...)

12Les sections de Sousse et de Gabès, fondées respectivement en 1928 et en 1930, connurent une évolution très lente, avec des effectifs dérisoires, dépassant rarement la cinquantaine. Ainsi la section de Sousse connaîtra-t-elle, quatre années seulement après sa fondation, un ralentissement de ses activités, « par suite du départ de nombreux compatriotes et en raison du décès de son regretté secrétaire M. Gouzien27 ». La section de Gabès, quant à elle, fut dissoute entre 1932 et 1933, « faute d’éléments suffisants » et à la suite du « départ simultané de plusieurs membres influents », dont M. Gouin, contrôleur civil et président d’honneur de la section, M. Brouhouet, instituteur, président de la section, et le médecin capitaine Bescourt, ancien président du comité des fêtes. À partir de cette époque, la section a vainement tenté de se relever. Le bulletin annuel du groupement renferme, en effet, de moins en moins d’informations sur cette section réduite à l’impuissance et vouée à la disparition. La dernière section créée fut celle de Ferryville, en 1933. Les Bretons de cette ville étaient déjà regroupés en une mutuelle dont le président, le docteur Lahellec, et M. Perron, officier, jouèrent un rôle majeur dans la création de la section. Très vite, le nombre des adhérents dépassa la soixantaine.

13Pour conclure à ce propos, on peut noter que l’évolution de l’Armorique et de ses multiples sections de province a été marquée par le rôle moteur de quelques propagandistes dévoués qui, une fois mutés ou rentrés au pays, laissaient un vide difficile à combler, ce qui handicapait lourdement le groupement. Les exemples des sections de Sousse et Gabès le montrent aisément. Elle a été marquée également par l’incapacité de l’association à regrouper l’ensemble de la colonie bretonne de Tunisie. En effet, les dirigeants regrettaient le trop grand nombre de « compatriotes réfractaires ». En 1930, l’Armorique semble avoir atteint son apogée avec 465 membres sur quelque 1 500 à 2 000 Bretons vivant dans la Régence.

Tableau I : effectifs des sociétaires de l’Armorique (1922-1930)

Année

Nombre de sociétaires

1922

78

1923

73

1924 (1er janvier)

55

1925 (1er février)

97

1925 (31 décembre)

217 (dont 105 affiliés à la section de Bizerte)

1927 (1er janvier)

325

1928

350

1930

465 (dont 205 affiliés à la section de Tunis.)

Tableau II : effectifs de la section de Bizerte

Année

Nombre de sociétaires

1925

50

1926

125 (dont 99 actifs et 23 honoraires)

1926-1927

173

1928-1929

136 (dont 115 actifs et 21 honoraires)

1930 (1er janvier)

142 (dont 124 actifs etl8 honoraires)

1932 (1er janvier)

218 (dont 198 actifs et 20 honoraires)

1933 (1er janvier)

198 (dont 176 actifs et 22 honoraires)

1934 (1er janvier)

137 (dont 120 actifs et 17 honoraires)

1935

170 (dont 161 actifs et 9 honoraires)

Tableau III : effectifs de la section de Sousse

Année

Nombre de sociétaires

1929 (octobre)

37 (dont 7 honoraires)

1930

58 (dont 7 honoraires)

1931-1932

58 (dont 7 honoraires)

1932-1933

57 (dont 6 honoraires)

1933-1934

58 (dont 5 honoraires)

Tableau IV : effectifs de la section de Gabès

Année

Nombre de sociétaires

1929 (fin décembre)

50 membres fondateurs

1930 (5 janvier)

60

1931-1932

47 (dont 14 honoraires)

1932-1933

51 (dont 4 honoraires)

1933-1934

77 (dont 9 honoraires)

1937

48 (dont 9 honoraires)

Tableau V : professions exercées par les sociétaires (1922-1923)

Professions

Nombre

%

Fonctionnaires

22

28,57

Employés

19

24,67

Militaires

11

14,28

Propr. ou colons

7

9,09

Professions libérales et services

6

7,79

Retraités

6

2,59

Autres

3

3,89

Sans indication

7

9,09

Tableau VI : professions exercées par les sociétaires de la section de Tunis en 1937

Professions

Nombre

%

Fonctionnaires

102

38,34

Employés

42

15,78

Militaires

27

10,15

Propriétaires ou colons

8

3

Prof. libérales ou services

15

5,63

Retraités

9

3,38

Autres

7

2,63

Sans indication

56

21,05

  • 28 Au cours de ces fêtes, on vendait des objets divers, des enveloppes surprises, etc.
  • 29 Voir le tableau joint en annexe (État des finances…)

14La société des Bretons de Tunisie disposait d’un petit budget ou plutôt d’une caisse, alimentée par les cotisations de ses membres actifs et honoraires et par les recettes des fêtes qu’elle organisait28. Par ailleurs, de « généreux donateurs » participaient au financement de l’association. L’examen du compte rendu sommaire de la situation financière de la société, pour l’année 1923, permet faire quelques constatations. Pour les recettes : les cotisations encaissées pendant l’année 1923 constituaient 31,28 % de leur total. Le produit de la fête annuelle formait quant à lui à peu près le même taux, avec 31,50 % du total. Le reste de la somme contenue dans la caisse provenait de l’encaisse de 1922 et des intérêts sur dépôt en banque, soit 37,22 %. Les dépenses se ventilaient ainsi : la fête annuelle du 23 décembre, appelée fête de l’arbre de Noël, nécessita une dépense importante, dépassant les 76 % du total. Les autres rubriques, secours et frais divers, dépassaient à peine les 348 F, soit 23,8 % du total. Il ressort de cet examen rapide du budget de 1923 que la situation financière était bonne, en dépit du nombre relativement faible de sociétaires. Le bureau avait réussi à laisser un solde en caisse de près de 883 francs. En regardant de près l’évolution générale des finances de l’Armorique entre 1922 et 193729, ce constat de bonne santé se confirme nettement. En effet, le bureau chargé de la direction et les différents trésoriers avaient su maintenir une caisse en excédent.

15Malgré cette prospérité relative, le groupement ne disposait pas de local. La question de la location d’un siège social était souvent à l’ordre du jour des assemblées générales annuelles. Ainsi, ce projet fut inscrit comme une priorité lors de l’assemblée du 7 février 1937. L’idée fut approuvée mais aucune suite ne fut donnée pour sa concrétisation. Le « seul obstacle à la réalisation de cet intéressant projet reste cependant la question financière ». Cette trop grande prudence ou incapacité des dirigeants à résoudre un pareil problème montre bien les limites financières de l’organisation. En effet, les quelques milliers de francs qui restaient en caisse à la fin de chaque année ne pouvaient suffire à faire face aux multiples dépenses nécessitées par un pareil projet.

LES ACTIVITÉS DE L’ARMORIQUE

  • 30 Les journalistes étaient cordialement invités à ces fêtes pour en rendre compte dans leurs journau (...)

16La société des Bretons de Tunisie débordait d’activités : fêtes, banquets, bals, apéritifs d’honneur, pique-niques à la campagne ou au bord de l’eau, sorties en mer, conférences, etc. Il y avait d’autres types d’activités liées à des gestes d’entraide et de solidarité entre membres d’une même association régionale : distribution de secours aux plus démunis, envoi de couronnes à l’occasion du décès d’un membre du groupement, collecte de fonds pour des sinistrés etc. Toutes ces activités avaient pour but de montrer l’importance de la société et l’esprit de solidarité et de fraternité régnant entre ses membres. Le bulletin de l’Armorique consacre des pages et des pages à ces activités. Il publie souvent des comptes rendus et échos parus dans la presse locale30. C’est en ces termes que La dépêche tunisienne évoque, sous le titre « La fête de l’Armorique », la fête annuelle de l’arbre de Noël tenue le 23 décembre 1923 :

  • 31 Cf. le no 3 du bulletin (1923), p. 7-8.

« Les Bretons de Tunisie ont célébré, dimanche 23 décembre, au Palais des sociétés françaises, leur fête annuelle de l’arbre de Noël. Cette fête a été placée, comme l’an dernier, sous la présidence d’honneur de M. Le Troquer, ministre des Travaux publics, et de Mgr Raoul, curé de la cathédrale, et sous le haut patronage de M. Lucien Saint, résident général. Les Armoricains et leurs invités sont venus nombreux à cette fête de famille31 ».

17Les personnes présentes à ces fêtes et rencontres dépassaient régulièrement la centaine. À titre d’exemple, le pique-nique du 17 mai 1925, qui avait eu lieu au Bardo, réunit plus de deux cents personnes. Au programme, il y avait des courses, des jeux divers, des danses, des tombolas, etc.

  • 32 Ibid., no 14 (1935-1936), p. 19-27.
  • 33 Ibid., p. 72-73.

18De temps à autre, les dirigeants de cette association convoquaient une réunion de toutes les sections à Tunis pour un grand banquet général. Parmi les plus réussis, on note celui qui fut organisé le 19 avril 1936 et qui eut droit à des articles élogieux dans toute la presse bretonne et plus particulièrement dans La Bretagne, en France et dans les colonies. Le journal évoque cette « manifestation imposante », menée par l’Armorique, et qui montre bien « sa puissance et sa cohésion ». Le banquet réussit à drainer près de quatre cents personnes, dont la moitié représentait les sections de Bizerte et de Ferryville. Arrivés dans cinq autocars surmontés du drapeau breton, ils causèrent « une certaine surprise parmi les nombreux promeneurs qui arpentaient la si large et si belle avenue Jules Ferry que nos compatriotes traversèrent au ralenti, en chantant de vieux airs de chez nous ». L’arrivée du cortège devant le Tunisia Palace suscita la même surprise. Les invités furent accueillis par Antoine Guillemot, président de la section de Tunis, connu pour son dévouement et son activité débordante32. Une année auparavant, plus exactement le 19 mai 1935, sept à huit cents Bretons s’étaient donné rendez-vous à Jdeida. Au cours de cette imposante rencontre, les personnes présentes « ont pu apprécier combien il est doux et réconfortant de se trouver groupés en une grande et belle famille33. »

  • 34 Le 24 février 1924, Mme Gicquel, professeur au lycée Armand Fallières à Tunis, fit une conférence (...)
  • 35 Ibid., no 10 (1931-1932), p. 78.
  • 36 Ibid., no 14 (1935-1936), p. 13-19.

19Outre ces activités destinées, comme nous l’avons déjà indiqué, à renforcer les liens de solidarité et d’amitié entre les « Armoricains », le bureau central de Tunis et les sections de l’intérieur essayaient d’inscrire à leurs programmes des activités culturelles. En effet, dès 1924-1925, c’est-à-dire quelques années seulement après la formation de l’association, Ton avait cherché à multiplier les conférences portant sur la Bretagne, son histoire, ses particularités, la beauté de ses paysages, sa poésie, sa musique, etc.34. C’est surtout au début des années trente que les activités culturelles allaient connaître un développement inhabituel. C’est ainsi qu’au cours des années 1931 et 1932, deux séries de conférences filmées sur la Bretagne eurent lieu à Tunis, Sousse et Sfax. Deux autres conférences, placées sous le patronage de l’Armorique, furent faites à Tunis et à Bizerte par l’abbé Guéguen, membre de la Société archéologique du Finistère35. Le genre de conférences qui attirait le plus de monde était celui qui s’appuyait sur la projection de films documentaires. À titre d’exemple, la conférence faite par le président du groupement de Tunis, dans la salle de L’Empire, avec le concours de la section locale du Touring club de France, eut un grand succès. Ceci détermina les organisateurs à prévoir une nouvelle rencontre36.

  • 37 À titre d’exemple, le budget de l’année 1931-1932 indique que 50 F ont été versés à un sociétaire (...)
  • 38 Le budget de 1931-1932 indique la somme de 750 francs pour l’achat de couronnes.
  • 39 Il faut toutefois noter que cette somme a été multipliée par 10 en moins de dix ans (1923 : 110 F  (...)
  • 40 Le bilan fut très lourd : 207 morts, 126 veuves, 204 orphelins, 27 bateaux perdus, 53 complètement (...)
  • 41 Cf. le bulletin no 9 (1930).
  • 42 Par les conférences, les concerts, etc., on cultivait le mythe de la Bretagne en faisant « revivre (...)
  • 43 « Pas un seul peuple de France ne possède dans ses souvenirs une histoire comparable à celle de la (...)
  • 44 « Un pour tous, tous pour un », tel était le slogan des promoteurs de ce groupement. Cf. ibid., no(...)

20Le second type d’activité est relatif à l’entraide et à la solidarité. Tous les rapports financiers du groupement font état de secours distribués à divers sociétaires tombés dans la misère à la suite de la perte d’un emploi, d’une maladie, d’un veuvage, etc.37. Autre forme de solidarité, l’envoi de couronnes de fleurs à l’occasion du décès d’un « Armoricain » vivant dans la Régence38. L’association participait aussi aux œuvres d’assistance et de bienfaisance de l’Église, de l’enfance, etc. Dans ce cas, les sommes versées ne dépassaient guère les 100 F39. Les élans de solidarité dépassaient parfois le cadre de la Régence pour intéresser la métropole et plus particulièrement la Bretagne. Ainsi, à la suite de la terrible tempête de septembre 1930 qui frappa les côtes bretonnes40, les différentes sections de l’Armorique organisèrent des fêtes de bienfaisance au profit des sinistrés. Des sommes importantes furent collectées et envoyées au « Comité national de secours aux victimes ». La section de Bizerte, très active, réussit à recueillir 5 000 F, suivie par celle de Tunis avec 4 000 F. Seule la section de Gabès, alors en crise, n’envoya que la somme modique de 370 F41. Au total, à travers toutes ces activités, Ton cherchait à faire revivre les coutumes bretonnes42, à entretenir le souvenir du pays43, et surtout à développer les liens de fraternité et de solidarité entre les Bretons44.

CONCLUSION

  • 45 « Certains ne reconnaissent pas l’utilité de notre société… C’est auprès de ces derniers qu’il fau (...)

21Au terme de cet exposé, on peut noter que l’Armorique, société régionale, tout comme ses sœurs jumelles fondées en Tunisie, a manifesté une grande vitalité au cours de la période étudiée. Les membres les plus actifs du groupement usèrent de tous les moyens pour réunir « l’unanimité des compatriotes ». Mais les résultats obtenus furent en deçà des ambitions. En effet, de nombreux Bretons ignorèrent, pour des raisons diverses, l’Armorique45, l’empêchant ainsi de démontrer sa force et la cohésion de tous les Armoricains vivant en Tunisie face aux autres sociétés régionales et aux autorités coloniales.

  • 46 À titre d’exemple, le 4 novembre 1936, la section de Ferryville organisa une réception en l’honneu (...)
  • 47 Armand Guillon, résident général, assista à un grand concert, organisé par l’Armorique. Cf. Ibid.,(...)
  • 48 On retrouve cet article dans les statuts de toutes les sociétés régionales et associations régies (...)
  • 49 Cf. le no 14 (1935-1936), p. 26. On peut déceler, de temps à autre, dans certains discours et arti (...)

22Les rapports de la société avec ces autorités paraissaient et étaient cordiales. Le comité directeur était régulièrement reçu par le résident général et par les hommes politiques métropolitains de passage à Tunis46. Par ailleurs, les grands commis de l’administration coloniale, représentants de la résidence générale, magistrats, grands officiers, dignitaires de l’Église locale, etc., assistaient régulièrement aux réceptions, banquets et autres fêtes organisés par cette société47. Ses dirigeants affichaient un apolitisme de façade, conformément à l’article XIII de ses statuts qui précisait que « toutes discussions politiques ou religieuses sont interdites »48. Dans leurs discours et écrits, ils affirmaient que l’association était ouverte aux Bretons « de tous les partis, de toutes les idées », à la seule condition « qu’un seul et même esprit les anime, l’amour de la Bretagne et la conservation des mœurs et traditions léguées par nos ancêtres49 ».

23L’étude d’autres sociétés régionales, telles que la Corse, la Dauphinoise, l’Algérienne, etc., devrait permettre une meilleure connaissance de ces groupements en milieu colonial et plus particulièrement de leur rôle social, culturel et politique.

ANNEXE

Tableau VIII : état des finances de l’Armorique entre 1922 et 1937

ANNÉES

RECETTES
(FRANCS)

DÉPENSES
(FRANCS)

SOLDE EN CAISSE AU 31 DÉCEMBRE

1922

1 426,55

543,65

882,90

1923

2 407,85

1 457,20

950,65

1924

1 821,30

750,60

1 070,70

1925

3 068,75

1 572,30

1 250

1926 (31 décembre)

2 691,70

non indiqué

non indiqué

1928 (Tunis)

4 523,25

1 248,35

3 274,90

1930 (Tunis)

6 038,10

2 483,75

3 554,35

1931-1932 (Tunis)

8 430,35

4 475,45

3 955,30 (au 31 mars 1932)

1932-1933 (Tunis)

8 949,90

3 622,05

5 327,85 (au 31 mars 1933)

1933-1934 (Tunis)

9 425,50

3 200,30

6 225,2 (au 31 mai 1934)

1935-1936 (Tunis)

11 321

7 332,50

3 989,2 (au 30 juin 1936)

1936-1937 (Tunis)

7 499,89

3 505,60

3 994,29 (au 30 juin 1937)

Notes

1 Voir à ce sujet Amira Aleya Sghaier, « Contribution à l’étude des associations françaises non politiques en Tunisie entre 1881 et 1939 (sources, bibliographie et présentation) », Revue d’histoire maghrébine, mai 1994, no 75-76, p. 272.

2 Archives nationales (Tunisie), série E, carton 509, dossier 1/3. Voir aussi Habib Belaid, « Les associations régionales françaises en Tunisie pendant l’époque coloniale », Mélanges Charles-Robert Ageron, études réunies et préfacées par A. Temimi, Zaghouan, juin 1996, p. 67.

3 Archives nationales (Tunisie), série E…, liste des sociétés régionales.

4 Voir à ce propos l’aticle X des statuts du groupement.

5 Voir à ce propos L’Armorique, no 2, p. 11. Au cours du banquet annuel de la société des Bretons, tenu le 21 mars 1931, M. Jeandot, rédacteur en chef de la Tunisie française, souligna « la nécessité d’une union plus forte entre les Français de Tunisie, sous l’égide par exemple d’une fédération de toutes les sociétés régionales de la Régence ». Cf. à ce sujet le même bulletin, no 10 (1931-1932), p. 29-30.

6 C’est le 21 janvier 1902 que cette association fut fondée. Cf. Archives nationales, ibid.

7 Il s’agit de Doualas, dessinateur ; Graignic, architecte ; Mgr Raoul, curé de la cathédrale de Tunis ; Boismenu, fonctionnaire à la direction de l’Agriculture ; Corfdir, commis et plus tard contrôleur des Postes ; Guillemot, receveur des Postes ; Perrin, commis principal des hypothèques ; Radenac, employé au Comptoir national d’escompte. Voir à ce sujet L’Armorique, no 14 (1935-1936), p. 10-12.

8 Né à Dinan (1868) et mort à Pont-Aven (1925), Botrel est l’auteur de nombreux recueils de chansons. Sa réputation dépassait sa Bretagne natale.

9 Selon une note de police, en date du 2 juin 1924, cette mutuelle formée d’ouvriers de l’arsenal de Sidi Abdallah était « malgré sa nomination officielle… un simple groupement régional ». Cité par H. Belaid, « Les associations… », op. cit., p. 67

10 Ce bulletin a été autorisé par arrêté du 30 juin 1920. Cf. à ce propos le no 2 du bulletin.

11 Les numéros 1, 7 et 13 manquent à notre collection.

12 Cette loi établit un régime relativement sévère au point de vue associationnel. Tous les groupements, sociétés, mutuelles, amicales, etc., étaient soumis à l’autorisation des autorités compétentes. Des peines sévères (amendes et emprisonnement) étaient prévues contre les dirigeants et les membres de ces associations en cas de contravention à la loi. Voir à ce sujet l’article V du décret du 15 septembre 1888 (Archives nationales, série E, carton 509, dossier 1/1, Extrait du Journal officiel).

13 Ces modifications concernent l’institution d’un second vice-président et la création de sections de l’Armorique dans les villes de province. Cf. le no 4 du bulletin de l’association (1924-1925).

14 Ibid., no 5 (1925-1926), p. 20-21.

15 Cette estimation a été avancée lors de la première réunion de la section de La Goulette. Cf. le compte rendu de la réunion, L’Armorique, no 2 (1922), avril 1923, p. 4.

16 Ibid., p. 5.

17 Cf. l’article IV des statuts.

18 Idem.

19 Voir le bulletin no 3 (1923), p. 1

20 Ibid., no 9 (1930), éditorial du président du groupement.

21 Voir les cartes ci-jointes.

22 Voir le bulletin no 3 (1930), p. 14.

23 Ibid., no 2 (1922), p. 4.

24 Ibid., no 5 (1925-1926), p. 20-21.

25 La section plafonna au 1er janvier 1932 à 218 membres.

26 Voir le bulletin, no 11 (1932-1933), compte rendu sur la section de Bizerte, p. 40.

27 Ibid., p. 52. Depuis cette date, la section de Sousse allait végéter ; ses activités ne seront plus couvertes par le bulletin des Bretons de Tunisie.

28 Au cours de ces fêtes, on vendait des objets divers, des enveloppes surprises, etc.

29 Voir le tableau joint en annexe (État des finances…)

30 Les journalistes étaient cordialement invités à ces fêtes pour en rendre compte dans leurs journaux.

31 Cf. le no 3 du bulletin (1923), p. 7-8.

32 Ibid., no 14 (1935-1936), p. 19-27.

33 Ibid., p. 72-73.

34 Le 24 février 1924, Mme Gicquel, professeur au lycée Armand Fallières à Tunis, fit une conférence sur « La Bretagne et les Bretons », avec projections fixes et cinématographiques pour illustrer cette causerie. Cf. à ce sujet le no 4 du bulletin (1924-1925), p. 16.

35 Ibid., no 10 (1931-1932), p. 78.

36 Ibid., no 14 (1935-1936), p. 13-19.

37 À titre d’exemple, le budget de l’année 1931-1932 indique que 50 F ont été versés à un sociétaire rapatrié. Cf. le bulletin no 10 (1931-1932), et les différents rapports financiers contenus dans les bulletins.

38 Le budget de 1931-1932 indique la somme de 750 francs pour l’achat de couronnes.

39 Il faut toutefois noter que cette somme a été multipliée par 10 en moins de dix ans (1923 : 110 F ; 1931-1932 : près de 1 000 F.

40 Le bilan fut très lourd : 207 morts, 126 veuves, 204 orphelins, 27 bateaux perdus, 53 complètement détruits et 437 endommagés.

41 Cf. le bulletin no 9 (1930).

42 Par les conférences, les concerts, etc., on cultivait le mythe de la Bretagne en faisant « revivre en Tunisie la patrie lointaine ». Ibid., no 6 (1926-1927), p. 29.

43 « Pas un seul peuple de France ne possède dans ses souvenirs une histoire comparable à celle de la Bretagne, et pas un Breton ne doit l’ignorer », extrait du discours du président de la section de Bizerte, prononcé lors du grand banquet général, tenu à Tunis. Cf. ibid., no 14, p. 19-27.

44 « Un pour tous, tous pour un », tel était le slogan des promoteurs de ce groupement. Cf. ibid., no 3 (1923), p. 7.

45 « Certains ne reconnaissent pas l’utilité de notre société… C’est auprès de ces derniers qu’il faut agir en leur faisant ressortir les avantages matériels et moraux qui découlent d’une société régionale bien organisée », extrait de l’éditorial du no 6 (1926-1927).

46 À titre d’exemple, le 4 novembre 1936, la section de Ferryville organisa une réception en l’honneur de deux parlementaires de passage en Tunisie.

47 Armand Guillon, résident général, assista à un grand concert, organisé par l’Armorique. Cf. Ibid., p. 8.

48 On retrouve cet article dans les statuts de toutes les sociétés régionales et associations régies par la loi du 15 septembre 1888.

49 Cf. le no 14 (1935-1936), p. 26. On peut déceler, de temps à autre, dans certains discours et articles du bulletin du groupement, le désir de constituer un véritable groupe de pression afin de faire aboutir « les revendications de tous ordres qu’ils [les Bretons] pourraient avoir à formuler auprès des pouvoirs publics de la Régence ». Cf. ibid., no 2 (1922), p. 11.

Table des illustrations

Titre Répartition géographique des sociétaires dans la régence de Tunisie (1922)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Répartition géographique des sociétaires de la section de Tunis (1937)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.