Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

Les Français de Tunisie à travers le Dictionnaire Lambert, 1912 : le cas d’une « minorité dominante »

Habib Kazdaghli

Texte intégral

« … Le Français qui s’expatrie en Tunisie veut commander. Il a l’esprit conquérant et sollicite pour le moins des emplois de surveillance ou de direction qui lui permettent d’exercer ses facultés de supériorité raciale, nationale parfois technique, sur le bas peuple des terrassiers, dockers, charretiers ou goujats de maçons, postes réservés aux indigènes ou aux étrangers ».
André Durand-angliviel
Les Cheminements de Dieu, Souvenirs d’un ancien pasteur, p. 209.

1La formation de la communauté française en Tunisie remonte au XVIe siècle, à l’époque où la France était l’un des rares pays européens à bénéficier du régime des « capitulations », grâce à l’alliance qui lia à partir de 1534 le roi François Ier au sultan Soliman le Magnifique, et qui accorda à la France le droit de protéger les chrétiens établis dans tout l’Empire ottoman. Ainsi, à la suite de l’établissement des Turcs à Tunis en 1573, Henri II y nomme en 1577 un consul de France. Le rôle de ce représentant du roi est de veiller à l’application des accords antérieurement conclus avec Constantinople. Le consul a été pendant longtemps le chef d’un petit groupe très actif de négociants le plus souvent originaires de Provence et du Languedoc, et a résidé avec eux dans une maison collective, « le fondouk », situé dans la basse ville. Ce premier noyau d’habitation va s’agrandir à partir du XIXe siècle pour constituer le premier quartier européen ou « quartier franc ». Mais ce groupe de Français ne commence sa véritable ascension qu’avec l’occupation d’Alger en 1830, et surtout avec l’établissement du Protectorat en 1881. Nous allons essayer de présenter ici les caractéristiques de cette « nation française » de Tunisie, qui va devenir, trente-trois ans après l’installation officielle de la France dans ce pays, une « minorité dominante », contrôlant toutes les rênes du pouvoir politique et économique.

  • 1 P. Lambert, Choses et gens de Tunisie, Dictionnaire illustré de la Tunisie, C. Saliba et fils Ed. (...)
  • 2 Dans son Dictionnaire, P. Lambert se présente lui-même comme « membre de la Conférence consultativ (...)
  • 3 Les « bâtisseurs » du Protectorat français en Tunisie, actes du colloque tenu à la Manouba les 1er(...)
  • 4 Il est difficile d’appliquer ici la notion d’échantillon telle qu’elle est définie par les sociolo (...)

2La reconstitution de cette communauté s’appuie sur une étude des personnes d’origine française auxquelles une notice est consacrée dans le Dictionnaire illustré de la Tunisie, édité à Tunis en 19121. C’est un travail qui vient prolonger une réflexion précédente que nous avons menée à partir du même Dictionnaire Lambert2, et qui portait sur les élites de la Tunisie à la veille de la Première Guerre mondiale3, et avait pris pour base d’étude l’ensemble des 1 102 notices incluses dans le Lambert. Nous nous sommes limité ici à l’élément français, et avons retenu un échantillon4 de 500 noms sur un total de 603 notices consacrées à des Français.

Fig. 1 : Origine géographique des personnes citées dans le Dictionnaire Lambert

Fig. 1 : Origine géographique des personnes citées dans le Dictionnaire Lambert
  • 5 Les premières statistiques démographiques remontent à 1906, mais elles ne concernent que les popul (...)
  • 6 Initialement appelé Foxpro, ce logiciel est développé à partir de 1987 sous le nom de Foxbase, il (...)

3Comme le montre bien la figure 1, représentant l’origine géographique des personnes citées dans le Dictionnaire, la population française se taille la première place avec 54,7 % de l’ensemble de la population de l’échantillon. Alors que les autochtones, même s’ils arrivent en seconde position, ne représentent que 12,8 % du total. Les originaires d’Algérie, musulmans et Français, viennent en troisième place avec 5,4 %, suivis par les Italiens qui forment le quatrième groupe important, avec 4,2 % du total. Une telle répartition reflète une évidente surreprésentation sociale, la promotion d’un groupe d’individus aux dépens d’autres groupes. Elle confirme l’existence de disparités au niveau des privilèges accordés aux différentes communautés, car ces pourcentages ne sont pas le reflet du poids démographique réel de chacune d’entre elles. En effet, même si le premier recensement général n’intervient en Tunisie qu’en 1921, nous disposons au moins de statistiques approximatives, et qui ne sont pas toujours neutres, mais qui montrent que la population française vient en troisième position après les Italiens et surtout après les autochtones dont le nombre est estimé à 1,5 million5. Ces remarques, qui servent à situer l’opération menée par l’auteur en 1912, n’ont pas pour objet de mettre en cause l’intérêt du Dictionnaire Lambert. Celui-ci, au contraire, nous a fourni une matière biographique riche en renseignements et comportant des rubriques répétitives, ce qui présente l’avantage de rendre possible le recours à l’outil informatique par la manipulation d’un logiciel de base de données : Foxbase6.

ÉLABORATION D’UN QUESTIONNAIRE ET SAISIE INFORMATIQUE

  • 7 Pour l’élaboration de mon questionnaire, je me suis inspiré de la méthode préconisée par F. De Sin (...)
  • 8 Afin de réaliser rapidement cette saisie manuelle, j’ai bénéficié du concours de mes étudiants de (...)

4Les informations contenues dans ces notices ont constitué la source principale qui a alimenté le fichier nommé « France » que j’ai élaboré et dont l’unité de base est l’identité de la personne. La structure de ce fichier est composée de 23 champs. Chaque champ donne une indication précise qui aide à mieux reconstituer la trajectoire individuelle du « Français de Tunisie ». Pour rendre disponibles ces données, nous avons élaboré un questionnaire7 qui a interrogé chaque notice comme s’il s’agissait d’une personne réelle8. Ainsi avons-nous pu suivre chaque « Français de Tunisie » depuis sa naissance dans son département de métropole, et avoir une idée sur la nature de sa formation, son niveau d’instruction, ses diplômes et qualifications, ses activités en France avant qu’il ne décide de partir tenter sa chance à l’extérieur. Nous avons pu identifier les autres destinations vers lesquelles il a pu s’orienter lorsque la Tunisie n’est pas sa première et unique destination. Nous nous sommes intéressé aussi à l’année d’arrivée en Tunisie, ce qui nous a permis de saisir le rythme du flux migratoire durant cette première période coloniale. Les notices ont rendu possible l’établissement de l’âge de ces émigrants et la détermination de l’état réel de leur activité, ainsi que leur profession en 1912, au moment où ils ont livré les informations qui devaient permettre à Lambert de rédiger ses biographies. Outre leur activité principale, certaines personnes se sont lancées dans une activité publique, associative ou politique, que les pouvoirs n’ont pas tardé à apprécier par le biais de décorations, tant tunisiennes que françaises, qu’ils ont décernées. De même a-t-il été possible de localiser le lieu de résidence des personnes composant notre échantillon et de constater une forte concentration dans la ville de Tunis et sa banlieue.

  • 9 Sur les 500 notices biographiques concernées par le présent travail, seules 44 notices, soit 8,8 % (...)
  • 10 J’ai porté moi-même sur ordinateur les résultats de l’enquête. Cependant je dois exprimer toute ma (...)

5Avant d’entamer notre travail, nous avons effectué un sondage à travers quelques notices, qui a vite révélé bien des inégalités au niveau des informations qu’elles peuvent fournir au chercheur. C’est pour cette raison que nous avons réservé dans notre questionnaire une case en vue d’apprécier la qualité des données auxquelles nous avons pu avoir accès en lisant les notices. Ainsi a-t-on mentionné à la fin de chaque fiche s’il a été question d’une information de bonne, moyenne ou mauvaise qualité9. Les réponses obtenues à l’aide de cette enquête par questionnaire ont été portées sur la base de données pour former le fichier « France ». Une fois la saisie informatique terminée10, j’ai procédé au traitement des données en effectuant un certain nombre de calculs. Les différents résultats dégagés vont servir de base aux représentations graphiques, cartes, histogrammes, camemberts, proposées dans les pages suivantes. L’analyse de ces représentations va permettre, d’une part, de donner une idée sur les ordres de grandeur des phénomènes distinctifs de cette communauté française de Tunisie, et, d’autre part, de voir les tendances collectives du comportement de ce groupe et d’éclairer sur les trajectoires des individus. Ce groupe minoritaire vient de diverses régions françaises et s’installe en Tunisie à un rythme qui suit une progression continue, au fur et à mesure que se consolide la présence française dans le pays.

LE RYTHME D’ARRIVÉE DES FRANÇAIS EN TUNISIE ET LEUR RÉGION DE DÉPART

6Les historiens de l’économie française s’accordent à reconnaître que la croissance de cette dernière a connu un ralentissement à partir de 1873, ce qui se traduit au niveau économique par la réduction des investissements et au niveau social par le rétrécissement du marché de l’emploi en France. Comme nous le remarquerons plus loin, un nombre important des Français qui vont choisir la Tunisie comme pays de destination n’ont jamais exercé de travail dans leur propre pays. Ils vont mettre à profit la situation nouvelle créée en Tunisie à la suite de l’établissement du Protectorat, en 1881, pour tenter leur chance dans ce pays. Ainsi leur nombre va-t-il connaître un accroissement au fil des années. Partant de la date d’arrivée indiquée sur chaque fiche, nous avons pu établir un ordre de grandeur du mouvement d’installation des Français en Tunisie entre 1881 et 1911. Comme le montre la figure 3, le nombre des arrivées est en progression constante au moins jusqu’en 1905. Il est même facile de constater que presque les deux tiers de notre échantillon, soit 330 personnes, se sont installées en Tunisie entre 1881 et 1900. Cette tendance est confirmée par les statistiques officielles qui montrent que le nombre des ressortissants français en Tunisie est passé de 708 à 46 044 personnes entre 1881 et 1911.

Fig. 3 : Mouvement d’installation des Français en Tunisie entre 1881 et 1911

Fig. 3 : Mouvement d’installation des Français en Tunisie entre 1881 et 1911
  • 11 Pour la Région Rhône-Alpes, il faut signaler l’inégalité entre les départements : ainsi l’Isère ar (...)
  • 12 L’importance numérique de l’Ile de France est due bien évidemment à Paris.

7Mais cette évolution n’intéresse pas toutes les régions de France de la même manière. L’examen des lieu de naissance et leur regroupement par département et par région font ressortir des différences au niveau du nombre des départs selon les zones. La représentation graphique de ces chiffres à l’aide d’une carte (figure 2), donne une vue d’ensemble de la répartition géographique de ce mouvement migratoire de la France vers la Tunisie, et confirme l’existence d’une inégalité régionale au niveau de l’attrait exercé par la Régence sur les Français. La carte fait apparaître un premier groupe de régions qui se détachent, en ayant envoyé plus de 40 personnes en Tunisie. Il s’agit successivement de la région Rhône-Alpes avec 71 personnes11, de l’Ile de France avec 52 personnes12, de la Corse avec 41 personnes et de Midi-Pyrénées avec 40 personnes. Le second groupe est formé de trois Régions : Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Languedoc-Roussillon et Aquitaine. Si Ton ajoute ces dernières aux quatre régions du premier groupe, on obtient une ceinture englobant toute la France méridionale, de la côte atlantique aux Alpes. Au niveau quantitatif, les émigrants originaires des six régions du Sud totalisent à eux seuls 247 personnes, soit 53,4 % du nombre global des partants, qui est de 462. Ainsi, il apparaît clairement que les provinces qui ont fourni le plus grand nombre d’émigrants sont celles qui ont une ouverture ancienne sur le monde méditerranéen, et dont les habitants ont eu l’écho, à travers l’histoire mouvementée des siècles précédents, de l’existence de ce pays de Tunisie sur la rive sud de la Méditerranée. Nous avons déjà vu plus haut que la plupart des Français qui s’établirent les premiers dans la Régence étaient originaires du Midi de la France, et qu’avec le Protectorat ce mouvement se renforce, encouragé d’une part par le statut colonial de la Tunisie, de l’autre par les difficultés économiques que ces régions ont connues à la fin du XIXe siècle.

  • 13 Nous pensons surtout aux villes de Bizerte, de Sousse et de Sfax.
  • 14 H. Skik, La phonologie du français chez les élèves de l’enseignement primaire tunisien, thèse de 3(...)

8L’importance de cette émigration à partir des rives nord de la Méditerranée donne des caractéristiques spécifiques à cette communauté française de Tunisie, qui se manifestent dans plusieurs domaines. C’est ainsi que l’architecture et les décorations des nouveaux quartiers européens qui ont été construits en Tunisie à proximité des villes existantes, ou encore les cités qui ont été créées de toute pièce, portent des empreintes qui rappellent les villes portuaires du sud de la France13. Ces signes particuliers s’observent également au niveau culturel et linguistique. Certains collègues linguistes vont jusqu’à soutenir l’hypothèse que cette forte présence des gens du sud a laissé des traces dans la phonétique du français en Tunisie jusqu’à nos jours14.

Fig. 2 : Répartition des Français de Tunisie selon la région de départ en métropole.

Fig. 2 : Répartition des Français de Tunisie selon la région de départ en métropole.

9Un troisième groupe d’immigrants est formé des originaires de départements qui n’ont jamais eu beaucoup de relations avec les côtes méditerranéennes, mais dont l’orientation de leurs ressortissants vers la Tunisie a été motivée par l’existence de problèmes spécifiques dans ces territoires. C’est le cas des régions de l’Est, affectées directement ou indirectement par les suites de la défaite de 1870 et le déplacement de milliers de familles d’Alsace et de Lorraine en direction des autres régions de la métropole ou vers les nouveaux territoires conquis par la France. C’est aussi le cas du Nord-Pas-de-Calais, vieille région minière et industrielle, alors touchée par le marasme économique. Deux autres régions des côtes atlantiques, la Bretagne et la Charente, contribuent d’une manière modeste à l’immigration vers la Tunisie : leurs originaires sont surtout des pêcheurs et des fonctionnaires dont l’installation en Tunisie s’est le plus souvent limitée aux années de labeur, et a pris fin avec la retraite. Un quatrième groupe est formé des ressortissants des autres régions françaises, qui ont peu succombé à l’attrait de la Tunisie, puisque leur nombre a varié de une à dix personnes.

  • 15 A. Pellegrin, « La formation de la communauté française en Tunisie », Communautés en terres d’Afri (...)
  • 16 A. Mahjoubi, L’Établissement du Protectorat français en Tunisie, Tunis, Publications de l’universi (...)
  • 17 Ibid., p. 68. A. Mahjoubi cite une lettre particulière de Roustan à Courcel, datée du 14 mai 1881, (...)

10Un cinquième groupe, qui n’apparaît pas sur la carte, est constitué de Français nés en Tunisie avant même l’établissement du Protectorat. Nous savons qu’à la date du 31 décembre 1880, le nombre de Français établis dans la Régence s’élevait à 708 personnes15. Avec l’intervention militaire et le nouveau statut de la Régence, cette petite colonie voit s’ouvrir devant elle et surtout devant ses enfants, nés en Tunisie, de nouvelles perspectives. Traditionnellement cantonnés dans le négoce, dans les activités consulaires et religieuses, les membres de cette colonie vont désormais s’investir dans les services et les administrations nouvellement créés dans le pays. En fait, c’est pour consolider la position juridique de cette communauté, protéger ses intérêts et mettre fin aux obstacles qui ont freiné son développement, que la France a décidé d’intervenir en Tunisie16. Même si certains membres de ce groupe expriment leur déception devant le fait que le Traité du Bardo n’a pas donné lieu à une annexion pure et simple de la Tunisie17, ils seront les premiers bénéficiaires de la nouvelle conjoncture.

11Quoi qu’il en soit, pour être encouragés à venir s’installer en Tunisie, les Français candidats à l’émigration ont dû présenter un profil pouvant cadrer avec les objectifs économiques et les besoins en hommes de l’administration du Protectorat dans cette première période de mise en route.

PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE DES FRANÇAIS DE TUNISIE

Figure 4 : Niveau d’instruction des Français de Tunisie.

Figure 4 : Niveau d’instruction des Français de Tunisie.

Figure 5 : Nature des diplômes des Français de Tunisie

Figure 5 : Nature des diplômes des Français de Tunisie
  • 18 J. Ozouf, Nous les maîtres d’école, Autobiographies d’instituteurs de la Belle Époque, Gallimard, (...)

12Trois questions prévues dans notre enquête ont permis de mieux cerner le profil intellectuel des Français de Tunisie : niveau d’instruction, nature des diplômes et activités accomplies avant de venir s’établir en Tunisie. Une première remarque, générale : nous sommes en face d’une population instruite, pur produit de la Troisième République dans laquelle « le surgissement de ces écoles neuves promet une révolution culturelle ; comme autrefois d’églises, la France, entre 1880 et 1914, se couvre d’écoles »18. Ainsi, comme on le voit dans la figure 4, 399 personnes, soit 79,8 % de l’ensemble de l’échantillon, ont fréquenté l’école pendant une longue période, puisque 30 % d’entre elles ont reçu un enseignement secondaire, et 49,8 % ont poursuivi jusqu’à l’enseignement supérieur. Nous sommes donc devant une population fortement instruite qui a acquis le plus souvent une formation spécialisée lui permettant de répondre aux offres d’emplois qui ne vont pas manquer d’apparaître au fur et mesure de la mise en route des grands travaux publics et des besoins d’une population en accroissement constant. La figure 5 montre en effet que les deux tiers des membres de notre échantillon ont reçu une formation spécialisée dans des domaines variés : lettres et sciences humaines (35,4 %), commerce, finances et comptabilité (8,6 %), médecine et pharmacie (8,2 %), études d’ingénieur (6,2 %), agronomie (4,2 %).

Figure 6. Occupations des Français avant leur arrivée en Tunisie

Figure 6. Occupations des Français avant leur arrivée en Tunisie
  • 19 Dans une « Note sur l’immigration française en Tunisie », parue dans La Revue tunisienne, no 7, ju (...)

13L’examen des occupations de ces Français avant leur arrivée en Tunisie – figure 6 – révèle que 299 individus, soit 59,8 % du total, n’ont mentionné aucune activité précise en métropole. Il s’agit probablement d’anciens chômeurs, ou de personnes qui n’ont pas voulu évoquer un métier antérieur qui ne correspondrait plus au statut supérieur acquis depuis lors. Pour ceux qui ont déclaré une occupation préalable en France, nous pouvons constater qu’il s’agit d’une population qualifiée, capable de gérer des administrations et des secteurs de service, puisque 172 personnes, soit 34,4 % du total, ont déclaré avoir été dans le secteur tertiaire, tandis que seule une petite proportion ont été embauchés dans l’industrie et l’agriculture. Ces chiffres confirment l’existence d’une conception précise du peuplement français de la Régence : au cours de cette première phase de la présence française en Tunisie, qui s’étale de 1881 à 1914, les autorités optent beaucoup plus pour une politique d’encadrement administratif que pour une colonisation classique ; il s’agit d’abord de fournir un corps de fonctionnaires et d’agents de maîtrise capables d’assurer le contrôle du pays et sa modernisation19. De nombreux fonctionnaires de la métropole sont donc détachés et mis à disposition des directions et services installés dans le pays par les premiers résidents généraux : Finances, Travaux publics, Poste, Enseignement, Sécurité, Corps d’occupation…

Figure 7. Destination des Français au départ de la Métropole.

Figure 7. Destination des Français au départ de la Métropole.
  • 20 Dans d’autres documents, nous avons trouvé le chiffre de 102 885 personnes. En fait, le nombre des (...)
  • 21 A. Pellegrin, La formation de la communauté…, op. cit., p. 103.
  • 22 Au début du Protectorat, la publication des journaux n’était pas autorisée. Le premier titre, Tuni (...)

14Pour ce qui est des tâches manuelles, on fait appel à une main-d’œuvre italienne abondante et à bon marché, qui fuit la misère de la Sicile en particulier, et de l’Italie méridionale en général. Il va en résulter un accroissement rapide de la population italienne. Cette dernière, qui était déjà importante en 1880 avec 11 206 personnes, s’élève au chiffre de 81 156 ressortissants en 190620. En privilégiant cette solution, les hauts fonctionnaires du Protectorat ont voulu éviter de se trouver confrontés aux critiques émanant de leurs compatriotes21. C’est ce qui explique le fait que la colonie française a mis du temps à se lancer dans la défense passionnée de ses intérêts à l’aide de journaux22, de Chambres d’agriculture, ou encore par la mise en place de la Conférence consultative qui n’était ouverte au départ qu’à ses représentants. Inversement, les premières attaques contre les excès de la politique coloniale viennent des militants anarchistes et syndicalistes italiens qui dénoncent l’exploitation que subissait la main-d’œuvre italienne, à un moment où les Français semblaient être perçus comme une catégorie bénéficiant des avantages de l’ordre colonial. Ainsi, le rythme d’arrivée des Français obéit avant tout aux besoins du pays en cadres.

LA TUNISIE, TERRE DE PRÉDILECTION

15En examinant l’itinéraire géographique qui a conduit ces Français à venir s’installer en Tunisie, nous remarquons à travers la figure 7 que pour la majorité d’entre-eux, ce pays a été la première et unique destination. En effet, 383 personnes, soit 76,6 % du total, sont venues s’installer directement en Tunisie. Ce chiffre confirme l’hypothèse avancée plus haut, selon laquelle une bonne partie de cette colonie a été mise à la disposition de l’administration du Protectorat par le biais du détachement. Il s’agit en quelque sorte d’une émigration contrôlée par la métropole, qui espère ainsi assurer plus d’efficacité à son entreprise coloniale et tirer profit de l’expérience acquise en Algérie. Nous constatons également qu’un second groupe est composé de 105 personnes venues en Tunisie après avoir résidé au préalable dans au moins un autre pays. La figure 8 montre que 67 d’entre elles, soit 63,8 %, ont séjourné en Algérie. Deux autres destinations ont également intéressé ces Français, mais dans une proportion beaucoup moins importante que l’Algérie : ce sont l’Asie et l’Afrique, où la France bâtit également une partie de son aventure coloniale. On peut affirmer qu’il s’agit de fonctionnaires passés par ces pays avant d’être appelés à exercer en Tunisie. Nous savons d’autre part qu’un certain nombre de Français, après avoir eu une expérience non concluante en Algérie, sont venus s’installer en Tunisie pour oublier leur première mésaventure.

Figure 8 : Lieux de séjour des Français ayant eu la Tunisie comme seconde destination.

Figure 8 : Lieux de séjour des Français ayant eu la Tunisie comme seconde destination.
  • 23 P. Lambert, Dictionnaire illustré de la Tunisie, op. cit., Préface.
  • 24 Ibid.

16Une autre « chance » pour la Tunisie tient à ce qu’elle accueille une population française très jeune et donc entreprenante. Un recoupement des dates de naissance, puis d’arrivée en Tunisie, nous a permis de calculer l’âge de chaque Français au moment de cette arrivée. La figure 9 montre que la plus forte proportion est constituée de personnes qui avaient entre 20 et 30 ans (221 personnes, soit 44,2 % du total). Le second groupe est composé de personnes âgées de 30 à 40 ans (123 personnes, soit 24,6 % du total). On constate donc que ces deux classes d’âges ont fourni l’essentiel des nouveaux arrivants (68,8 % du total), avec la promesse de la disponibilité, du labeur et de la bonne santé. Leur jeunesse les destine à une longue carrière : la figure 10, qui représente l’état d’activité des Français de Tunisie en 1912, montre que la majeure partie d’entre eux sont encore en pleine activité. En effet, 401 personnes, soit 80,2 % du total, continuent à exercer un travail, même si bon nombre d’entre elles sont déjà en Tunisie depuis les premières années du Protectorat. Seules 54 personnes, soit 10,8 % du total, ont déclaré être à la retraite. Et si elles sont toujours là, c’est qu’elles se considèrent désormais du pays, et qu’elles ont des intérêts et des liens qui les obligent à y rester jusqu’à leurs derniers jours. Certes, le nombre de personnes déclarées « déjà décédées » est relativement faible, car nous ne devons pas oublier que le Dictionnaire Lambert est avant tout destiné « aux nouveaux venus dans la Régence », et qu’il se propose de leur fournir des portraits des personnalités avec « l’énumération des titres, qualités, fonctions, travaux, œuvres, distinctions… »23, ainsi que des informations sur le pays qu’il « est nécessaire de connaître », pour une meilleure insertion dans « ce beau pays qui se développe magnifiquement sous le Protectorat de la France »24. Bien que les Français n’aient pas formé la plus nombreuse des communautés d’origine étrangère installées en Tunisie, ils devaient occuper des fonctions pouvant leur garantir une position de premier plan dans tous les domaines d’activités.

Figure 9 : Tranches d’âge des Français à leur arrivée en Tunisie

Figure 9 : Tranches d’âge des Français à leur arrivée en Tunisie

Figure 10. Etat d’activité des Français de Tunisie en 1912

Figure 10. Etat d’activité des Français de Tunisie en 1912

LES FRANÇAIS DE TUNISIE : UNE ARMATURE POLITIQUE, ADMINISTRATIVE ET ÉCONOMIQUE

  • 25 Contrôle civil : nom donné à la circonscription placée sous la surveillance d’un contrôleur civil. (...)
  • 26 Revue tunisienne, no 7, juillet 1895, « Note sur l’immigration française en Tunisie » L’auteur fai (...)
  • 27 Outre le lieu de naissance, les policiers sont reconnaissables par leurs noms de famille.
  • 28 M. Bousnina, Développement scolaire et disparités régionales en Tunisie, Tunis, Publications de la (...)

17Si on examine la structure socioprofessionnelle des Français de Tunisie telle que la fait apparaître la figure 11, on constate que le nombre de fonctionnaires est plus élevé que celui de toutes les autres activités agricoles ou industrielles. Le corps des fonctionnaires couvre les domaines les plus divers, son nombre s’élevant à 377 personnes, soit 75,4 % du total. Nous trouvons tout d’abord les hauts fonctionnaires (92 personnes, 24,4 % du sous-ensemble) : ce sont les directeurs de l’administration centrale à Tunis, le personnel de la résidence générale, les responsables des sociétés privées, les contrôleurs civils25 dans les régions intérieures du pays. Le maintien de la présence française se fait par une armée d’occupation26. Cette dernière est représentée dans notre échantillon par 61 militaires et policiers, soit 16,18 % ; ce sont souvent des originaires de la Corse27. La gestion courante des affaires administratives est confiée à des cadres moyens, représentés par 103 personnes dans notre échantillon (27,32 %) : ce sont les petits fonctionnaires, les employés des administrations publiques et privées, les employés du commerce… L’accroissement du nombre des enfants dans la colonie française a rendu nécessaire l’extension du réseau des écoles primaires28, outre une poignée d’établissements secondaires et professionnels. Ce réseau, en grande majorité concentré dans les zones urbaines du littoral, fait appel au service d’un corps enseignant - 75 instituteurs et professeurs dans notre échantillon-, qui aura un « rôle intellectuel et moral important ». L’école est appelée à démontrer la « suprématie de la culture française » et à contribuer « à assimiler en son sein les enfants des différentes communautés qui vivent dans ce pays ».

18Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la majorité des fonctionnaires sont d’origine française. L’accession progressive et très prudente de Tunisiens musulmans à la fonction publique sera le résultat d’une action revendicative animée par le mouvement « Jeunes-Tunisiens », dont l’objectif principal a été la participation ou « association » à l’œuvre de modernisation entreprise par la France en Tunisie. Pour les membres des autres communautés européennes qui résidaient en Tunisie, l’entrée dans le corps des fonctionnaires ne se fait qu’au prix de la naturalisation. Ainsi, c’est par cette « armada de fonctionnaires » que la communauté française de Tunisie va concrétiser sa vocation « d’encadrement », bien plus que de peuplement, et ce au moins jusqu’au lendemain du premier conflit mondial. La colonisation française est donc essentiellement urbaine, la plus forte concentration se remarquant – figure 13 – dans la région de Tunis et sa banlieue, où résident 328 personnes, soit 65,6 % du total. La seconde zone est formée des régions littorales : Sahel (46 personnes, soit 9 2 % du total), Sfax-Gafsa (33 personnes, soit 6,6 %) et enfin le Nord-Est avec 27 personnes (5,4 %).

Figure 11 : Dernières activités exercées par les Français de Tunisie en 1912.

Figure 11 : Dernières activités exercées par les Français de Tunisie en 1912.

Fig. 13 : Répartition des Français sur le territoire tunisien

Fig. 13 : Répartition des Français sur le territoire tunisien
  • 29 Citons le plus célèbre d’entre eux pour la période étudiée : Charles Nicolle, auquel le Dictionnai (...)
  • 30 Nous avons signalé plus haut que l’auteur du Dictionnaire était le président du Syndicat de la pre (...)
  • 31 M. Bousnina, « Développement scolaire et disparité régionale… », op. cit., p. 41. L’auteur note qu (...)
  • 32 Voir l’ensemble des travaux de Pierre Soumille sur le rôle et la place de l’Église catholique en T (...)

19Les autres activités comprennent les professions libérales : médecins29, pharmaciens, architectes, journalistes30, négociants… Nous trouvons également des agriculteurs-colons, qui ne sont représentés que par 31 personnes31, les industriels, les ingénieurs techniciens et les entrepreneurs… Enfin, on remarque un corps de religieux qui s’occupent de l’encadrement des chrétiens de toutes les nationalités. En effet, l’Église catholique française va prendre une part importante dans la réalisation des objectifs de la politique coloniale, aussi bien avant qu’après l’établissement du régime du Protectorat en Tunisie32.

  • 33 Citons à titre d’exemple : Société française de bienfaisance de Tunis créée en 1882, Société franç (...)
  • 34 Extrait des statuts de l’association « Les enfants de l’Aude », fondée le 9 mai 1907. Citons encor (...)

20La communauté française de Tunisie a développé un riche réseau d’activités associatives. Notre échantillon montre qu’une part relativement importante de ses membres, 197 personnes, soit 39,4 % du total, ont déclaré appartenir à au moins une association. L’examen de la nature des groupements fréquentés par les Français de Tunisie – figure 12 – fait ressortir une nette préférence pour les associations à caractère corporatiste. Ainsi, 68 personnes sur 197 (34,5 %) adhèrent à une association qui a un lien direct avec leur profession principale : Chambres d’agriculture, Chambres de commerce, Associations de colons, Syndicats professionnels, Ligue de l’enseignement… Les autres associations ne bénéficient pas du même engouement. L’échantillon représente surtout une élite, ce qui explique que nous allons voir défiler un certain nombre d’associations à caractères scientifique, politique, local, identitaire, de solidarité ou sportif. On trouve d’abord des sociétés de solidarité et d’assistance mutuelles, destinées à « assister les membres en cas de maladie, resserrer les liens, aider les jeunes à se créer une situation »33. Mais le Français de Tunisie peut aspirer aussi à être soutenu par les enfants du pays dont il est originaire. Des sociétés que Ton peut qualifier d’« identitaires » ont vu le jour pour « fournir des renseignements sur le pays aux nouveaux venus en Tunisie et aux compatriotes qui auraient l’intention d’y venir34 ».

Figure 12. Associations fréquentées par les Français de Tunisie

Figure 12. Associations fréquentées par les Français de Tunisie
  • 35 Association tunisienne des lettres, sciences et arts, fondée en 1893. Le 5 janvier 1894, l’associa (...)
  • 36 Section tunisienne du « Théâtre pour tous », créée pour la vulgarisation de la littérature françai (...)
  • 37 C’est le cas notamment de l’hebdomadaire Le colon français, fondé le 14 avril 1907 et qui a pris l (...)
  • 38 Les membres français sont élus directement par circonscription, au suffrage universel et par collè (...)
  • 39 A. Durand-Angliviel, Les cheminements de Dieu…, op. cit., p. 211.

21Nombre de Français animent des associations scientifiques et culturelles qui sont propres à la Tunisie, tel l’Institut de Carthage35, ou bien des filiales d’associations métropolitaines comme l’Essor36 ou encore la section tunisienne de la Société de géographie commerciale de Paris, fondée en 1896. Ils peuvent être également membres de sections locales de partis politiques métropolitains. Ainsi a été fondée, en 1908, la Fédération socialiste de Tunisie avec un organe de presse : Le socialiste, après la section du Parti radical-socialiste et son organe hebdomadaire, Le républicain, publié depuis 1903 et dont le directeur-fondateur n’est autre que l’auteur de notre Dictionnaire. D’autres Français choisissent de défendre leurs intérêts de manière raciste et « musclée » et de faire prévaloir leur suprématie « raciale » aux dépens des habitants du pays, ou « indigènes »37. Ces cercles locaux servent à tisser des liens avec la vie politique française et permettent à leurs adhérents d’investir les structures politiques créées en Tunisie, telle la Conférence consultative instituée en 1896, pour « permettre à l’administration de recevoir les opinions de la colonie française ». Au départ, la Conférence était réservée exclusivement aux Français, mais à partir de 1907 les autochtones, musulmans et Israélites, seront autorisés à y siéger. Mais pour conforter la domination de la communauté française de Tunisie, la conférence est divisée en deux sections, l’une tunisienne et l’autre française, qui délibèrent séparément avec un mode d’élection différent, suivant la nationalité à laquelle on appartient38. Ces différentes structures servent d’instruments supplémentaires pour asseoir la domination de la communauté française. Cette dernière fait prévaloir de surcroît son droit légitime à une place distincte dans la hiérarchie sociale en prenant orgueilleusement pour titre « La prépondérance française », et en se donnant pour devise : « La justice pour tous, les faveurs pour les Français »39.

  • 40 Les ordres conférés par le Bey sont le Nichan-Iftikhar (Ordre de la gloire), qui a été créé par Ah (...)

22Deux systèmes de décorations ont coexisté dans le pays : les décorations tunisiennes et les décorations françaises. L’autorité beylicale s’est manifestement montrée très reconnaissante à l’égard de la majorité des personnes constituant notre échantillon. En effet, 334 individus, soit 66,8 % du total, ont reçu généreusement le Nichan Iftikhar40 qui constitue le plus haut signe de considération octroyé par la famille beylicale. Il semble que les critères deviennent plus rationnels lorsqu’il s’agit d’attribuer une décoration française. En effet, comme le montre la figure 14, seuls 52,8 % des Français de Tunisie se sont vu conférer une décoration française. Un regard sur leur nature laisse penser que l’octroi de ces titres honorifiques s’est fait d’une façon bien étudiée, en fonction du mérite et du succès de la personne dans un domaine précis d’activité. Ainsi la Légion d’honneur a-t-elle surtout été donnée aux militaires et aux policiers (21,2 % du total), et le Mérite agricole à ceux qui se sont distingués dans ce domaine, colons, ingénieurs, avec 18,5 % du total ; 14,3 % des membres de l’échantillon ont été honorés du titre d’officier de l’Instruction publique, et près de 40 % de celui d’officier d’Académie.

Figure 14. Décorations françaises décernées aux Français de Tunisie

Figure 14. Décorations françaises décernées aux Français de Tunisie

23Au terme de cette étude, il apparaît que le recoupement des éléments composant les itinéraires individuels a permis de reconstituer une biographie collective de ces Français de Tunisie à la veille de la Première Guerre mondiale. L’assemblage des caractères répétitifs largement facilité par l’outil informatique et la comparaison des résultats obtenus avec les autres sources ont fait ressortir les caractéristiques d’un groupe politiquement et socialement dominant, tout en étant numériquement minoritaire, et qui a pu asseoir les bases de son hégémonie dans tous les domaines. La question est de savoir si cette « minorité dominante » pourra maintenir sa prépondérance au cours des phases ultérieures qui connaîtront un réveil et une prise de conscience nationale de plus en plus marqués au sein de la population majoritaire.

Notes

1 P. Lambert, Choses et gens de Tunisie, Dictionnaire illustré de la Tunisie, C. Saliba et fils Ed. Tunis, 1912, 465 pages.

2 Dans son Dictionnaire, P. Lambert se présente lui-même comme « membre de la Conférence consultative de Tunisie, président du syndicat de la presse tunisienne, officier de l’Instruction publique, chevalier du Mérite agricole, commandeur du Nichan-Iftikhar ». Dans ses mémoires, son ami André Durand-Angliviel fournit d’autres renseignements : Lambert a été pasteur protestant, comme lui, avant de venir en Tunisie en 1904 pour se lancer dans le monde du journalisme et de la politique. A. Durand-Angliviel, Les Cheminements de Dieu, Souvenirs d’un ancien pasteur, St-Georges de Didonne, oct. 1952, mémoires inédits, p. 147. Une copie de ces mémoires m’a été remise par Mme Fayet (Paris, septembre 1995). Je l’ai déposée à mon tour à la bibliothèque de l’ishmn (Tunis).

3 Les « bâtisseurs » du Protectorat français en Tunisie, actes du colloque tenu à la Manouba les 1er et 2 décembre 1994. Je dois rappeler qu’il s’agit là d’une réflexion menée dans le cadre d’une action intégrée qui a réuni pendant trois années (1992-1994), une équipe d’historiens de la faculté de la Manouba avec des collègues de l’université de Reims autour du thème : « Le rôle des élites dans les relations tuniso-françaises ».

4 Il est difficile d’appliquer ici la notion d’échantillon telle qu’elle est définie par les sociologues. En effet, ces derniers ont l’habitude de prendre un « quota » au sein d’une population de référence. Pour cette étude, nous avons retenu la majeure partie des personnes citées, mais non les notices auxquelles manquent des informations essentielles telles que la date et le lieu de naissance, la date d’arrivée en Tunisie, l’activité et le lieu de résidence.

5 Les premières statistiques démographiques remontent à 1906, mais elles ne concernent que les populations d’origine étrangère établies en Tunisie. Il apparaît clairement que les Italiens viennent en tête avec 102 885 personnes, suivis par les Français (34 610 personnes) et les Maltais (12 162 personnes).

6 Initialement appelé Foxpro, ce logiciel est développé à partir de 1987 sous le nom de Foxbase, il est distribué par Microsoft, et est disponible aujourd’hui sous Windows. Voir J.-L. Pinol et A. Zysberg, Le métier d’historien avec un ordinateur, Paris, Nathan Université, 1995.

7 Pour l’élaboration de mon questionnaire, je me suis inspiré de la méthode préconisée par F. De Singly, L’enquête et ses méthodes : Le questionnaire, Paris, Nathan, 1992, p. 48. L’auteur conseille d’utiliser trois séries d’indicateurs des déterminants sociaux. En premier lieu, il s’agit d’identifier les variables dont les intitulés renvoient directement à une désignation biologique (le sexe, l’âge, le lieu de la naissance). Ensuite, il faut déterminer les variables servant à approcher le montant des capitaux, socioculturels et économiques, des personnes interrogées. Enfin, regarder les variables indiquant le mode d’organisation de la vie privée.

8 Afin de réaliser rapidement cette saisie manuelle, j’ai bénéficié du concours de mes étudiants de la Faculté des lettres de La Manouba. Je remercie tout particulièrement S. Rimi, K. Karoui, N. Soltani, I. Ben Salah, Ch. Médiouni et S. El Arbi, pour leur précieuse collaboration.

9 Sur les 500 notices biographiques concernées par le présent travail, seules 44 notices, soit 8,8 % du total, ont été jugées de bonne qualité, 244 notices (44,8 %), de qualité moyenne, et 232 notices (46,4 %), de mauvaise qualité.

10 J’ai porté moi-même sur ordinateur les résultats de l’enquête. Cependant je dois exprimer toute ma gratitude à mon collègue historien Ali Noureddine de la Faculté des lettres de Sousse (Tunisie), qui a volé à mon secours toutes les fois que je lui ai signalé un blocage quelconque devant cette machine magique !

11 Pour la Région Rhône-Alpes, il faut signaler l’inégalité entre les départements : ainsi l’Isère arrive en tête avec 24 personnes, suivie par le Rhône (19 personnes), la Loire (11), l’Ardèche (8) et l’Ain (1).

12 L’importance numérique de l’Ile de France est due bien évidemment à Paris.

13 Nous pensons surtout aux villes de Bizerte, de Sousse et de Sfax.

14 H. Skik, La phonologie du français chez les élèves de l’enseignement primaire tunisien, thèse de 3e cycle, Université Paris V, 1975, p. 101-104. L’auteur constate la double prononciation de la lettre « r » en Tunisie, qui est généralement roulée chez les hommes et grasseyée chez les femmes. Pour expliquer ce phénomène, H. Skik émet une hypothèse relative à l’origine géographique de la première population française de Tunisie, au sein de laquelle dominait l’élément méridional et corse. Or, à la fin du xixe siècle, beaucoup de Français du Sud roulaient encore le « r ». Ainsi, le processus de passage du « r » apical au « r » uvulaire était en France même tout à fait à ses débuts, au moment où les Tunisiens eurent les premiers contacts intensifs avec le français. Bien évidemment, ce premier contact s’est fait tout d’abord avec les hommes, au négoce, dans la rue et dans les premières écoles qui sont fréquentées par les jeunes garçons. Pour les jeunes filles musulmanes, ce contact se fera beaucoup plus tard, à partir de 1908 et surtout après la Première Guerre mondiale, à un moment où la prononciation du « r » s’est homogénéisée dans toute la France.

15 A. Pellegrin, « La formation de la communauté française en Tunisie », Communautés en terres d’Afrique. L’auteur qui rédige son article en 1946, précise à la page 102, mais sans citer ses sources, que cette communauté se composait en 1880 de 344 hommes, 186 femmes et 178 enfants.

16 A. Mahjoubi, L’Établissement du Protectorat français en Tunisie, Tunis, Publications de l’université de Tunis, 1977, p. 67.

17 Ibid., p. 68. A. Mahjoubi cite une lettre particulière de Roustan à Courcel, datée du 14 mai 1881, dans laquelle le consul de France résume l’état d’esprit de cette colonie qui pense que le contenu du Traité du Bardo a trahi ses espoirs.

18 J. Ozouf, Nous les maîtres d’école, Autobiographies d’instituteurs de la Belle Époque, Gallimard, Folio-Histoire, 1993, p. 9.

19 Dans une « Note sur l’immigration française en Tunisie », parue dans La Revue tunisienne, no 7, juillet 1895, l’auteur, anonyme, annonce que la population française de Tunisie est passée de 708 personnes en 1880 à 10 030 personnes en 1891. Au bout de dix ans, le chiffre aurait donc plus que décuplé. L’auteur remarque que « ce chiffre n’offre rien dont la France ait à rougir, surtout lorsqu’on songe aux conditions économiques spéciales dans lesquelles se débattait la Régence en 1881… Le peuplement de l’Algérie, pendant les 10 premières années qui ont suivi la conquête d’Alger, n’a pas marché plus vite ».

20 Dans d’autres documents, nous avons trouvé le chiffre de 102 885 personnes. En fait, le nombre des Italiens de Tunisie est l’objet de manipulations en raison de rapports franco-italiens très sensibles. Une chose est sûre : ce nombre a toujours été, jusqu’en 1939, plus important que celui des Français.

21 A. Pellegrin, La formation de la communauté…, op. cit., p. 103.

22 Au début du Protectorat, la publication des journaux n’était pas autorisée. Le premier titre, Tunis journal, de Jules Montel, paraît le 28 février 1884. Le premier décret sur la presse est promulgué par Paul Cambon le 16 octobre 1884. Tout en acceptant l’existence de ce journal, le premier résident essaye d’en faire son organe officieux. Voir l’article de C. Liauzu, « Des précurseurs du mouvement ouvrier : Les libertaires de Tunisie à la fin du xixe siècle », Les Cahiers de Tunisie, no 81-82 (1973), p. 123-152.

23 P. Lambert, Dictionnaire illustré de la Tunisie, op. cit., Préface.

24 Ibid.

25 Contrôle civil : nom donné à la circonscription placée sous la surveillance d’un contrôleur civil. Le territoire des « contrôles civils » comprend toute la Tunisie, à l’exception du territoire de l’extrême-sud, soumis à la surveillance de l’autorité militaire.

26 Revue tunisienne, no 7, juillet 1895, « Note sur l’immigration française en Tunisie » L’auteur fait remarquer que ce corps d’occupation a été réduit en Tunisie à une dizaine de milliers de soldats peu de temps après l’établissement du Protectorat. Il précise qu’à la même époque on comptait 50 000 soldats en Algérie.

27 Outre le lieu de naissance, les policiers sont reconnaissables par leurs noms de famille.

28 M. Bousnina, Développement scolaire et disparités régionales en Tunisie, Tunis, Publications de la Faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, 1991, tome I, p. 38. L’auteur note qu’au début de la colonisation, il y avait 60 écoles publiques. Ce nombre connaît un accroissement relativement rapide, au rythme de 3,6 % par an entre 1889 et 1920, date à laquelle on compte 184 écoles primaires.

29 Citons le plus célèbre d’entre eux pour la période étudiée : Charles Nicolle, auquel le Dictionnaire n’a consacré que quatre lignes, car il n’était pas encore très connu. Le futur Prix Nobel arrive en Tunisie en 1903 pour travailler à l’Institut Pasteur de Tunis pendant plus de trente ans. Grâce à sa carrière tunisienne, il obtient en 1928 la prestigieuse récompense pour sa découverte relative au rôle du pou dans la transmission du typhus, maladie très répandue à l’époque en Tunisie. Voir l’excellente biographie que vient de lui consacrer le Dr M. Huet, Le pommier et l’olivier, Sauramps Médical, Paris, 1995, 242 p., et, dans le présent volume, l’article d’Anne-Marie Moulin.

30 Nous avons signalé plus haut que l’auteur du Dictionnaire était le président du Syndicat de la presse tunisienne.

31 M. Bousnina, « Développement scolaire et disparité régionale… », op. cit., p. 41. L’auteur note que le taux de la population européenne occupée dans l’agriculture n’a d’ailleurs cessé de baisser, pour atteindre 8 % du total en 1936. Ce chiffre est certainement plus bas encore pour la communauté française.

32 Voir l’ensemble des travaux de Pierre Soumille sur le rôle et la place de l’Église catholique en Tunisie aux xixe et xxe siècles, et en particulier sa thèse publiée en 1975 sous le titre : Européens de Tunisie et questions religieuses (1892-1901), Paris, Éditions du CNRS, 1975, 264 p., ou sa communication dans le présent volume.

33 Citons à titre d’exemple : Société française de bienfaisance de Tunis créée en 1882, Société française de bienfaisance de Bizerte fondée en 1901 et qui compte 80 membres, Société amicale et d’assistance du personnel des Travaux publics fondée en 1905 et qui a déclaré 300 membres, Société amicale et d’assistance mutuelle du personnel dirigeant des chemins de fer du Bône-Guelma autorisée en 1909. Dictionnaire Lambert, op. cit., p. 376-380.

34 Extrait des statuts de l’association « Les enfants de l’Aude », fondée le 9 mai 1907. Citons encore Les enfants du Centre (1908), Les enfants du Limousin (1893), la Société amicale des Deux-Charentes (1905), la Société des Alsaciens et Lorrains en Tunisie (1889).

35 Association tunisienne des lettres, sciences et arts, fondée en 1893. Le 5 janvier 1894, l’association prend le titre d’« Institut de Carthage ». En 1911, il compte 350 membres qui constituent l’élite intellectuelle de la Régence. Depuis sa fondation, l’Institut a été présidé entre autres par le Dr Loir, directeur de l’Institut Pasteur de Tunis, Merlin, directeur du service des Antiquités, ou Loth, directeur du collège Alaoui. Il fait paraître un organe bimestriel, La Revue tunisienne, et organise annuellement le Salon tunisien de la peinture. Dictionnaire Lambert, p. 237.

36 Section tunisienne du « Théâtre pour tous », créée pour la vulgarisation de la littérature française en Tunisie. Organisation d’auditions littéraires et musicales et représentations théâtrales. Ibid., p. 183.

37 C’est le cas notamment de l’hebdomadaire Le colon français, fondé le 14 avril 1907 et qui a pris la suite d’un autre journal, La Tunisie française, qui défendait la même option. Il est dirigé par Victor de Carnières, qui sera le porte-parole de la droite française en Tunisie jusqu’à la Première Guerre.

38 Les membres français sont élus directement par circonscription, au suffrage universel et par collèges séparés. Quant aux seize autochtones, ils sont désignés par le résident général et sont choisis parmi les notables des diverses régions de la Régence. Dictionnaire Lambert, p. 129-131.

39 A. Durand-Angliviel, Les cheminements de Dieu…, op. cit., p. 211.

40 Les ordres conférés par le Bey sont le Nichan-Iftikhar (Ordre de la gloire), qui a été créé par Ahmed Bey en 1837 et dont la réglementation a été modifiée en 1844, en 1855 et en 1898 ; il est conféré sur proposition du Premier ministre pour les Tunisiens et du résident général de France dans tous les autres cas ; le Nichan-el-Ahd (ou Insigne du pacte), institué par Med Sadok Bey en 1860, en l’honneur du pacte fondamental ; enfin, aux princes de la famille beylicale est décerné l’ordre du sang, une décoration instituée en 1839.

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search