Version classiqueVersion mobile

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Première partie. Les communautés

Franco-Italien de Tunis et futur archevêque de Toulouse : un essai d’égo-histoire

André Collini

Texte intégral

1Il peut paraître surprenant que l’archevêque émérite de Toulouse prenne la parole au cours d’un colloque sur La Tunisie Mosaïque organisé par l’Université Toulouse-Le Mirail. Il ne peut évidemment s’agir que d’un témoignage ; d’où la nécessité d’une présentation.

D’OÙ PARLES-TU ?

2… Comme on disait naguère. Je suis le fils de Vincent, greffier au Tribunal mixte immobilier de Tunisie et ancien combattant de la Première Guerre mondiale en qualité d’officier français. Il est lui-même le fils d’un Italien, entrepreneur en maçonnerie qui obtient la nationalité française au début du siècle, fils et petit-fils d’émigrés italiens, arrivés en Tunisie en 1850 comme pêcheurs de langoustes à l’île de la Galite. Mais je suis aussi le fils d’Yvonne Gorsse, née à Albi et fille d’un artisan. Marraine de guerre de mon futur père, ils se sont mariés à la fin des hostilités et mes grand-parents maternels ont quitté les rives du Tarn pour les rivages du golfe de Carthage. Premier élément de la mosaïque.

3En 1930, je vais avoir dix ans. Chaque matin je quitte le Kram pour Tunis par le train TGM pour rejoindre l’école des Frères des écoles chrétiennes, rue de la Kasbah en pleine Médina. J’y côtoie toute la journée des camarades français, italiens, maltais, tunisiens, juifs ou musulmans. Mêmes cours, mêmes études. Tout le monde assiste sans sourciller au quart d’heure de catéchisme qui ouvre la matinée. Cela semble ne poser problème à personne, encore que les non-chrétiens ne soient pas soumis aux examens dans cette matière.

4Trois ans plus tard, changement de décor. Je me retrouve au Petit Séminaire de La Marsa avec une centaine d’adolescents habités par une vocation sacerdotale. Plus de juifs, ni de musulmans. Les prêtres professeurs sont tous originaires de Bretagne et de Vendée. Nous vivons cet internat dans un îlot français. Les « humanités » sont à l’honneur : français – latin – grec ; il y a aussi une heure d’initiation à l’arabe, imposée par l’archevêque, mais inefficace. Heureusement, il y a les vacances où je retrouve la mosaïque tunisienne, mais un glissement s’opère dans notre monde d’adolescents. Les groupes européens, juifs et musulmans, ont tendance à s’isoler les uns des autres, dans un contexte global de coexistence sympathique, avec quelques rencontres pour les grandes fêtes nationales ou religieuses à partir du voisinage ou des relations professionnelles des parents.

5Notre génération change de style. Mon père élevé en médina en milieu tunisien, à la même école des Frères, pratique couramment l’arabe parlé. Son fils ne le parlera jamais. Depuis l’après-guerre, le bloc français et le bloc italien se structurent, un peu moins le bloc maltais. Les jointures de la mosaïque se durcissent, mais finalement il n’y a pas de dislocation.

POURQUOI LES ANNÉES TRENTE ?

6J’ai choisi les années trente pour situer ce témoignage, car il s’agit pour la Tunisie d’une période charnière de l’entre-deux-guerres. Chez nos parents (j’ai alors entre neuf et dix-neuf ans), la fraternité franco-tunisienne des tranchées joue toujours. Mais des événements se produisent, qui marqueront un Protectorat qui n’a qu’un peu plus de vingt ans à vivre (1930-1954).

7Parmi ces événements, j’en retiens trois : le Congrès eucharistique de Carthage (1930) ; les revendications territoriales de l’Italie fasciste ; et les premières manifestations de rue du Néo-destour, en 1937, mais qui ne prendront leur efficacité que dans les années cinquante, après la parenthèse de la Seconde Guerre mondiale, après l’invasion allemande (19421943) et la libération anglo-française de 1943, suivie de la formation du corps expéditionnaire français, puis de la première armée française (campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne).

8Le Congrès eucharistique de Carthage en mai 1930, semble avoir été fortement désiré par Mgr Alexis Lemaître, approuvé en cela par le gouvernement français qui y voit une occasion de consolider la présence française face aux prétentions italiennes. Il s’agit d’un congrès catholique international, mais, en fait, la délégation française est fortement majoritaire. Avec le soutien financier de la France, des centaines de prêtres et séminaristes français sont de la fête, installés sous des marabouts ou dans des écoles, y compris au collège Sadiki, dont les élèves internes musulmans sont en vacances. Le cardinal légat du Pape, le cardinal Lépicier, est Français, ainsi que la majorité des évêques présents. Des cérémonies grandioses ont lieu à l’amphithéâtre et dans divers sites de la Carthage paléo-chrétienne et à Tunis même. Des conférences sont données sur l’Église d’Afrique (Cyprien-Augustin) pour marquer sa renaissance. Des centaines d’enfants de « la croisade eucharistique » participent aux processions déguisés en « croisés » et en agitant des palmes ! On est confondu aujourd’hui devant un tel triomphalisme politico-religieux. Il galvanise la colonie française, il irrite les autres communautés européennes, il intéresse les prestateurs de service, il intrigue le petit peuple tunisien, il confirme Habib Bourguiba et le Néo-destour dans sa volonté de combat pour une Tunisie indépendante.

9La population italienne du Protectorat (plus de 100 000 personnes) est légèrement supérieure à la population française. Elle a un statut privilégié : un consulat général, un hôpital, des écoles, un journal, un droit associatif spécifique. Les Italiens ne sont pas soumis à une naturalisation française automatique au bout de la troisième génération, alors que c’est le cas pour les Anglo-maltais ou les Grecs. Et voici que Mussolini réclame à cor et à cris le rattachement à l’Italie de la Savoie, de Nice, de la Corse et de la Tunisie. Évidemment, cela suscite des discussions très vives et des divisions entre Français et Italiens dans les écoles, dans la presse, dans les milieux professionnels, dans les ménages mixtes, dans les milieux économiques et politiques. Mais voici le paradoxe : les relations de proximité demeurent fondamentalement bonnes. Il est vrai que parmi les Français, il y a beaucoup d’Italiens naturalisés et de mariages mixtes. D’ailleurs, au niveau du bon petit peuple, on peut crier très fort en comptant les points et en demeurant complices, sous le regard plus amusé qu’inquiet des « Arabes » et des Juifs du quartier.

10En 1937, une manifestation du Néo-destour dans les rues de Tunis est fortement réprimée par les forces de Tordre : premier symptôme clairement perçu par l’ensemble de la population, annonçant à l’avance les événements qui aboutiront à l’autonomie interne et à l’Indépendance. Mais bientôt ce souci est évacué par la peur d’une nouvelle guerre mondiale. En 1938, une foule énorme et bigarrée (toutes nationalités confondues) vient accueillir Édouard Daladier, président du Conseil, sur l’avenue Gambetta (aujourd’hui Mohamed V). Puis ce sera Munich, la drôle de guerre. Les enfants (français et tunisiens) des combattants de 1914-1918 vont partir pour la métropole. Après la défaite et l’armistice de 1940 (qui ne change guère le statut du Protectorat), et après la libération de Tunis en mai 1944, le 4° RTT et le 9° zouave participeront à la campagne d’Italie et au débarquement de Provence, chantant avec la 1ère armée française « C’est nous les Africains… », mais ceci est une autre histoire.

QUELQUES RÉFLEXIONS

11Cette mosaïque de population d’origines et de religions différentes a vécu dans les années trente (et bien plus tard encore) une situation paradoxale. D’une part, des relations de proximité (voisinages, rapports avec les commerçants, rencontres familiales ou associatives) fondées sur la sympathie, la bienveillance, la spontanéité populaire et folklorique, dont témoignent les ouvrages en sabir de Kadour Ben Nitram (Martin), ou de tel avocat juif mettant « en boîte » les petites manies de ses coreligionnaires. D’autre part, des rapports conflictuels qui affectent les milieux politiques, économiques, culturels, et d’une façon générale la bourgeoisie, à propos du fascisme, des événements qui mèneront à la Seconde Guerre mondiale, de l’avenir du Protectorat, de la question sociale. Mais je note que le Protectorat en Tunisie a favorisé le développement d’une classe moyenne qui a pu et su prendre ses responsabilités aux moments de l’autonomie interne et de l’Indépendance. Je note aussi que l’humanisme de la culture française (avec ses sources biblique, grecque et latine) a constitué un « ciment » de référence – dont témoigne H. Bourguiba lui-même – qui protégeait la société tout entière des excès des fondamentalismes. En cela, le petit peuple et les classes moyennes se rejoignaient, ce qui n’excluait pas les explosions de colère, les séparations nationales ou religieuses, les cloisonnements culturels et sociaux ; mais toujours sur un fond de tolérance, de bonhomie et de respect.

12Pour terminer, quelques fioretti illustrant ces remarques. Mon père formait un trio d’amis avec un Juif et un Maltais. Ce dernier est mort prématurément. L’ami juif s’est tourné vers mon père :

« Vous autres chrétiens, quand un ami meurt, vous faites dire des messes. Tiens, voilà un peu d’argent. Tu feras dire des messes pour Antoine. »

13Mon oncle était à la tête d’une petite imprimerie. À sa mort, les ouvriers tunisiens musulmans ont voulu porter son cercueil à l’intérieur de la cathédrale. Quand je fus ordonné évêque en 1962, la femme tunisienne qui me servait est arrivée à la Basilique de Carthage avec un énorme bouquet de fleurs. Elle a pris place avec ma famille et mes amis, juste à côté des ambassadeurs et du consul. Il semble que cela continue, si j’en crois le film Un été à La Goulette, et si j’en crois tel ou tel ami tunisien musulman, qui, depuis trente-quatre ans, demeure avec moi en relation épistolaire.

Auteur

Archevêque émérite de Toulouse

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search