Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Tunisie mosaïque

 | 
Patrick Cabanel
, 
Jacques Alexandropoulos

Introduction : Mosaïques tunisiennes

Jacques Alexandropoulos

Texte intégral

« Tous voudraient se fixer chez les Lotophages, et, gorgés de fruits de miel, remettre à tout jamais la date du retour… »
Homère, Odyssée, IX, vers 96-97.

  • 1 A. Memmi, Le scorpion, Gallimard, 1969, p. 27.

« Tout le monde ici est archéologue, car tout est bourré de restes de l’Antiquité ; il suffit, en marchant, de remuer la terre du bout du soulier, pour voir surgir des pièces de monnaie, des morceaux de poterie »1.

1On peut être archéologue par choix, de profession, mais ce que suggère A. Memmi, c’est qu’on devient nécessairement, en Tunisie, archéologue de sa propre identité. Et lorsque Ton parle d’archéologie à Tunis, même si l’on n’est pas du métier, c’est tout de suite la mosaïque qui vient à l’esprit. Or voilà que le même symbole s’impose immédiatement, dans un autre contexte, à qui veut rendre compte d’une manière adéquate de la société tunisienne à maintes époques de son histoire. Que cette image de la mosaïque convienne aussi bien à l’archéologue qu’au sociologue est peut-être symbolique d’un certain mouvement de l’histoire en Tunisie : celui d’une mosaïque humaine en perpétuelle recomposition à mesure que se modifient les rapports qui unissent la région au reste de la Méditerranée. Il y eut plusieurs mosaïques tunisiennes : « Celles que façonnèrent successivement Carthage, Rome, les Arabes, les Turcs, puis les Français », serait-on tenté d’écrire dans une perspective traditionnelle. Une perspective qui voit souvent l’histoire de la Tunisie comme celle d’une invasion répétée qui « imprime sa marque » sur un pays infiniment « docile et malléable ». Homère pensait jadis l’inverse : s’il existe un « risque » au pays des Lotophages, c’est justement celui d’y oublier son identité d’origine. En somme, la mosaïque fondée dans la terre tunisienne est surtout le fait d’adaptations réciproques, certes de la Tunisie aux courants méditerranéens dominants, mais inversement et tout autant, de ces derniers au pays.

  • 2 Il existe de nombreuses variantes de cette opinion. P. Lapie, Les civilisations tunisiennes, Paris (...)
  • 3 L. Delmas, Au soleil du Beylik, Tunis, 1936.

2Qui dit mosaïque pense tout de suite à l’harmonie d’ensemble qui émane des chefs-d’œuvre conservés au Bardo. Harmonie égale pour tous les sujets traités. La vie est là, dans tous ses aspects : les paysages, les gens, le travail, la table, les jeux et les distractions, l’amour, la culture et la religion. Et même si la beauté de la composition ne parvient pas toujours sur le moment à masquer la violence redoutable des rapports sociaux qui s’y expriment çà et là, c’est une image d’harmonie-toujours les Lotophages - que Ton emporte au bout du compte. N’en va t-il pas de même parfois pour la société dont ce colloque aborde l’étude, celle des années 1850-1950 ? Il existe toute une littérature de cette harmonie sociale. Des livres innombrables où chacun se raconte, plein de nostalgie souriante pour « le vert paradis des amours enfantines » ; d’autres, moins innocents, où le spectacle de « l’harmonie » vient administrer une nouvelle preuve de la bonne insertion de tous dans le projet de nouvelle société coloniale voulu par la métropole2. Mais voilà qu’à certains, le spectacle de la mosaïque suggère au contraire des impressions contradictoires. Le malaise est patent chez L. Delmas, pour qui, sous le soleil du Beylik3, l’harmonie tourne parfois à la cacophonie. Sans doute en raison de la piètre qualité qu’il trouve à certaines tesselles de la mosaïque !

  • 4 A. Memmi, La statue de sel, Paris, Gallimard, 1966 ; J. Berque, Mémoires des deux rives, Paris, Le (...)

3Faut-il remettre en cause la belle composition de cette dernière ? Car quel est le point de vue des tesselles, justement, de ces cubes polychromes, insérés dans le motif d’ensemble par la main de l’Ouvrier, quel qu’il soit, Dieu, le Hasard ou l’Histoire, et qui se retrouvent partie prenante d’une composition dont leur position ne permet pas toujours d’apprécier l’harmonie ? A. Memmi a admirablement rendu compte des subtils méandres de la hiérarchie sociale dans l’univers colonial, discrimination indissociable d’une complexe redistribution de la considération, des honneurs, des pouvoirs et des profits. Il en a souligné la cruauté en sociologue et en romancier avec un égal talent. Même s’il semblait davantage sensible à un certain sentiment de bonheur au quotidien, on retrouvait chez J. Berque la même description d’une société coloniale fondamentalement faussée dans ses rapports internes. L’harmonie d’ensemble de la mosaïque n’est-elle qu’une illusion ? À la lecture même de La statue de sel ou des Mémoires des deux rives4, le bilan implicite paraît en fait celui d’une société où l’on retrouvait à la fois une discrimination omniprésente et un certain sentiment d’appartenance à un même ensemble fortement caractérisé : tension perpétuelle, commune à la mosaïque et à la société coloniale. Et le paradoxe ne tient pas uniquement au point de vue choisi : harmonie pour qui verrait de haut, jungle pour l’individu, ou inversement. La contradiction s’inscrit dans le vécu quotidien. Que peut-il rester de l’impression d’harmonie générale lors des insurrections d’avril 1938 ? Et inversement, comment parler de haine devant tant de témoignages individuels de profonde amitié intercommunautaire ? Complication supplémentaire : qu’en est-il lorsque les interstices de la mosaïque séparent une même communauté : Juifs livournais et Touansa, par exemple ?

4Cette complexité de la texture sociale qui isole et réunit à la fois les communautés, voire les individus au sein des communautés, où chaque identité se définit dans la confrontatation et la cohabitation, suppose aux jointures tout autant de liens et de ruptures, particulièrement nettes, par exemple, dans le domaine du langage. Ruptures illustrées par tout un vocabulaire imagé de l’insulte censée définir l’Autre dans son altérité la plus choquante et la plus immédiatement perceptible ; liens manifestés par les sabirs collectifs ou individuels qui constituent autant d’aménagements à cette altérité. Tout cela, bien sûr, accompagnant un resserrement autour de traditions identitaires protectrices.

  • 5 J. Berque, Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Le Seuil, rééd.1978, p. 29.
  • 6 P. Hubac, Carthage, Paris, Bellenand, 1952 ; Les Barbaresques, Paris, Berger-Levrault, 1949.
  • 7 Paris, Nouvelles éditions latines, 1961 ; Voir, du même auteur, Ma Foi demeure, id., 1958.
  • 8 A. Memmi, Le scorpion, Paris, Gallimard, 1969 ; Le désert, id., 1977.

5Que l’histoire devienne un enjeu de taille dans un tel contexte n’a rien d’étonnant. Histoire ou plutôt archéologie, souvent sauvage, de l’identité. « Le champ du colon se cherche des ancêtres » écrivait J. Berque5. Il ne pensait alors pas à l’archéologie, mais il suffit de voir les colonnes et chapitaux antiques décorant telle ferme de colonisation en Tunisie pour saisir l’impact sur la communauté française d’une historiographie pour laquelle le Romain préfigurait le Français, avec tout ce que cela impliquait de justification de la colonisation et de la christianisation. À chaque communauté sa reconstruction du passé. Une analyse historiographique complète de la Kahéna serait ici intéressante. L’héroïne symbolise tantôt l’ancienneté des communautés juives au Maghreb, tantôt une survivance du christianisme, tantôt encore l’identité berbère opposée à l’arabisation. La tentation est forte de jouer avec l’histoire, de rentrer dans le jeu des métamorphoses par lesquelles elle semble s’être complue à faire passer l’Afrique du Nord et particulièrement la Tunisie. Cela fournit des reconstructions historiques fantaisistes liées à une certaine idée coloniale, comme Carthage, et Les Barbaresques, de P. Hubac6, ou des romans où le passé offre une Utopie favorable à des liens intercommunautaires détruits par l’histoire contemporaine, comme La Dame de Carthage, de H. Baccouche7. On retrouve la magie d’Apulée dans l’évocation poétique, à partir d’un denier romain exhumé du sol tunisien, des ancêtres d’A. Memmi, ou lorsque cet auteur brosse le récit des tribulations de Jubaïr Ouali El-Mammi, un Ibn Khaldoun qui aurait traversé, lui, non seulement tout l’espace musulman, mais aussi toutes les époques de l’islam tunisien8. Reflets d’une société coloniale faussée, les rapports de la mosaïque Tunisie avec l’histoire ne peuvent-ils relever que de l’idéologie ou de la poésie, d’une falsification ou d’une sublimation ?

6L’objectif du colloque était de revenir sur tous ces aspects de la mosaïque-Tunisie des années 1850-1950, en proposant justement des éléments de réflexion pour une histoire écrite différemment. Une histoire décloisonnée de la Tunisie, réunissant autour d’un même objet des spécialistes des diverses époques, antique, médiévale, moderne et contemporaine, et des diverses disciplines : archéologie, histoire, sociologie et ethnologie. Une histoire décloisonnée, mais aussi dépassionnée, réécrite en commun au cours du colloque aussi bien par des témoins issus des divers éléments de la mosaïque elle-même (A. Collini) que par des spécialistes dont certains d’ailleurs étaient présents au double titre d’autorité scientifique et de mémoire vivante (A. Mahjoubi, A. Memmi, L. Valensi). Une histoire, enfin, qui n’apparaît plus comme une succession de fractures dans l’espace et le temps tunisiens, mais où la longue durée restitue déjà des linéaments de sens, sans masquer artificiellement pour autant les basculements de l’histoire.

  • 9 Sur ce lieu commun du « chaos » historique maghrébin, indissociable d’un « fiasco » ou d’un « éche (...)

7Cela étant, on ne prétend pas voir dans cette mosaïque tunisienne éternellement remodelée, dont la polychromie s’intensifie ou diminue suivant les époques, dont la composition nous est plus ou moins perceptible selon les périodes ou les sources disponibles, et dont l’image vient ici remplacer celle du « chaos » volontiers évoqué jadis pour rendre compte de l’histoire maghrébine dans son ensemble9, une sorte de clef passe-partout de l’histoire tunisienne, mais une simple image reflétant la dialectique entre les forces de disjonction et de synthèse d’une société donnée. Une hypothèse de travail, en somme, autour de laquelle se sont organisées les participations au colloque.

***

8Un premier ensemble de comunications propose une reconnaissance de divers éléments constitutifs de la mosaïque. Sont évoqués successivement : la mosaïque dans sa diversité (L. Valensi) ; la communauté française (H. Kazdaghli), avec un aperçu particulier sur les Bretons (F. El Ghoul) ; les Italiens (L. Davi) ; les Maltais (A. Smith) ; les Grecs (F. El Ghoul) ; les Russes (S. Mathlouti), et les Juifs (C. Zytnicki). Il ne peut s’agir que d’aperçus, bien évidemment, mais dont la brièveté est compensée par la pertinence et la complémentarité des types d’approche.

9Pour les Français, il s’agit d’une étude de la composition du premier peuplement qui suivit l’établissement du Protectorat. De quelle région plus particulièrement venaient ces gens, quel était leur niveau de formation, leur origine sociale, que venaient-ils faire dans la Régence ? On demandait en fait à cette population relativement jeune et bien formée, originaire du Midi de la France pour l’essentiel, de fournir les cadres français du Protectorat.

10Ce sont plutôt les modes d’association et de convivialité des communautés françaises qui sont évoqués à propos du petit sous-ensemble breton, et on aimerait, dès lors, en savoir autant sur les Corses, si nombreux en Tunisie, ou les Alsaciens-Lorrains pour lesquels la question de l’identité était alors cruciale.

11Un cas particulier : celui de ces vignerons, relégués à Gafsa après les émeutes du midi viticole en 1907. Petite communauté provisoire exilée, partagée entre la découverte d’un exotisme auquel rien ne la préparait et l’amertume des condamnés politiques. Dans leurs poèmes et chansons, rassemblés par R. Pech, on retrouve le mépris appris au contact d’une certaine mentalité coloniale, mais peut-être aussi un début de sympathie pour un monde dont ils sentent la profondeur, et une solidarité d’opprimés avec certains Tunisiens.

12L’étude n’est plus synchronique pour les Italiens, et c’est au contraire tout l’itinéraire d’une communauté qui est évoqué ici : l’époque antérieure au Protectorat, la frustration coloniale après la course perdue contre la France à l’hégémonie en Tunisie, les tentatives pour renverser le cours de l’histoire, puis pour maintenir une identité sans cesse menacée par le colonisateur français. Déception impériale largement compensée par une plus grande proximité de larges franges de la communauté avec l’élément tunisien.

  • 10 Poèmes d’un Maudit, Paris, Les belles-lettres, 1923 ; Carthage ? La Kahéna, 1930, Tunis, Saliba, 1 (...)

13Mais ce sont les Maltais, communauté étrangère longtemps la plus nombreuse avant le Protectorat, qui font réellement le lien entre Orient et Occident, Nord et Sud. Lien au quotidien, symbolisé par la parenté des langues arabe et maltaise, mais qui valut aux Maltais tout l’inconfort de groupe des lisières, voire des marges. C’est la dureté de ce statut particulier, avec la misère qui l’accompagnait souvent, que met en évidence A. Smith à partir des archives du Consulat britannique relatives aux procès impliquant des Maltais, sujets de la Couronne. Cette misère, conjuguée avec les circonstances d’un destin personnel tragique, fera d’ailleurs l’inspiration principale du poète Marius Scalési, d’origine sicilo-maltaise, considéré dans les cercles de l’Association des écrivains de l’Afrique du Nord comme le meilleur poète tunisien de sa génération10.

14La question du choix entre la fidélité à une identité nationale liée au fort symbole de l’Église orthodoxe de la rue de Rome et l’entrée dans la nation française divisa profondément la petite communauté grecque, traversée aussi par des querelles de personnes et d’intérêt que tentèrent d’arbitrer la résidence générale et le Patriarcat d’Alexandrie. Un point sensible dans les relations de cette communauté avec les Tunisiens : la question des rapports gréco-turcs où s’opposaient le nationalisme grec et la solidarité musulmane tuniso-turque.

15On sent également de manière tangible, à travers l’étude de la presse du moment, l’hostilité populaire et l’embarras officiel dans lesquels débarquèrent en Tunisie les Russes de l’armée Wrangel : crainte du prosélytisme communiste ou d’une concurrence sur le marché du travail face à ces nouveaux venus dont une partie choisit de s’établir ailleurs et l’autre se tint, de manière générale, sur un certain quant-à-soi.

  • 11 Indépendamment des communautés, la mosaïque est faite aussi d’individualités, petites tesselles à (...)

16Bien plus profondément ancrée était la communauté juive, elle-même mosaïque d’apports divers, hispaniques et italiens, venus renforcer les groupes de Touansa, les plus anciennement implantés. Deux communications, celles de C. Zytnicki et A. Medam, reviennent sur le cheminement d’une quête identitaire de cette communauté, à travers les interrogations, les rejets et les solidarités, les départs, les participations à d’autres mosaïques, et sur la multiplicité des choix qu’offrait, au moment de la dernière dispersion des Juifs tunisiens, la pluralité des solutions trouvées à cette quête. Ainsi se clôt un premier ensemble de participations qui laisse encore bien des perspectives à explorer : il y eut à Tunis d’autres communautés, comme celles des Arméniens ou des Serbes qui mériteraient des études monographiques11.

17La composition d’une mosaïque antique ne se résume pas à celle de son motif. On sait qu’à l’origine elle est censée représenter au sol les plafonds de la pièce où elle se trouve, comme s’ils se réflétaient sur un pavement. Certaines des plus anciennes mosaïques romaines de Tunisie, loin d’être une simple juxtaposition de figures, aussi harmonieuses soient-elles, s’ordonnent donc en fonction d’une véritable architecture reproduite sur le sol. Ces éléments structurants, reflets de l’extérieur adaptés et repensés en fonction des exigences propres à la mosaïque décorative, se retrouvent bien évidemment dans notre mosaïque humaine des années 1850-1950. Là encore, il ne pouvait être question d’envisager tous les courants idéologiques, politiques, culturels qui parcouraient cette société en l’ordonnant ou la désordonnant, toutes les institutions qui tentaient de l’organiser. Il a fallu se borner à ouvrir quelques perspectives

18Mais préalablement, un petit ensemble de communications a voulu retracer l’évolution historique de cette mosaïque-Tunisie. Il fallait commencer par évoquer les divers futurs que prévoyaient pour elle ses diverses composantes. A. Mahjoubi revient sur les deux conceptions antagonistes, rivales, du passé de la Tunisie qui s’opposaient par le biais de deux enseignements, colonial d’un côté, traditionnaliste de l’autre, chacun des deux impliquant une certaine image du futur tunisien.

19L’inévitable affrontement qui s’annonce est suggéré par H. Belaïd à travers le rôle des diverses associations en tant que machines de propagande étatique, en tant que moyens de résistance et d’affirmation nationale, et, pour le sport, en tant que médiation, dérivation, ou au contraire catalyseur des affrontements intercommunautaires.

20On avait jusqu’ici raisonné en termes de communautés. Il convenait aussi de s’attarder sur quelques personnalités politiquement significatives d’une évolution historique. H. El Annabi campe le portrait de Ch. F. Monchicourt, l’un des individus les plus marquants de son époque, l’un des plus impliqués dans les problèmes de ce temps. Monchicourt, personnage ambigu, porteur de toutes les contradictions de la situation coloniale, administrateur consciencieux, intellectuel brillant, bon arabisant, connaissant à merveille la société tunisienne urbaine et rurale, initié aux arcanes de la résidence générale, mit entre les deux guerres tout son talent au service d’une colonisation française énergiquement assimilatrice de l’élément tunisien et italien, politique dont il pourra lui-même mesurer l’inanité.

21Les contradictions, les antagonismes réveillés par le porte à faux de la situation coloniale sont illustrés par le malaise qui entoure le voyage du président Doumergue en Tunisie. J. Rives revient sur ce voyage de vainqueur satisfait, de possesseur trop peu conscient des incendies qu’allument les glorifications de l’œuvre coloniale que sont la célébration du centenaire de l’Algérie française, ou le Congrès eucharistique de 1930 à Carthage organisé en nouvelle croisade. G. Doumergue cherche, dans le cadre des rivalités européennes, à resserrer les rangs d’un Empire singulièrement fragilisé.

22Une fragilisation qui culmine après la défaite de 1940 et sous le proconsulat de l’amiral Esteva, moine-soldat aussi peu à sa place que possible à la tête de la résidence générale où il s’efforcera de promouvoir la « Révolution nationale » de Vichy, pris entre le mouvement national tunisien qui se renforce et les ambitions de l’Italie qui s’exacerbent (J. Cantier).

23La guerre aura eu pour effet de modifier radicalement les rapports intercommunautaires. A. Ben Hamida revient sur l’évolution générale de ces derniers en étudiant des origines à l’Indépendance un syndicalisme tunisien pris entre mouvement national et tensions intercommunautaires, soucieux de rassembler au-delà des clivages politiques, de transcender les oppositions au sein de la mosaïque par le service des intérêts de la classe ouvrière.

24C’est toute une mosaïque d’institutions que génère la mosaïque des communautés, institutions qui renforcent l’unité des petites entités sociales ou au contraire les transcendent, cherchant parfois à les fusionner par idéalisme ou intérêt de la puissance coloniale. On avait déjà évoqué la question de l’enseignement. P. Cabanel revient sur l’illusion de l’assimilation par l’école laïque et sur le sentiment d’une mission sociale et humaine à accomplir par l’éducation. On voulait éviter les erreurs commises dans la colonie algérienne, et promouvoir la Tunisie à la tête d’un monde arabe sous l’égide de la France.

25En contre-point, la fresque consacrée au collège Sadiki par N. Sraïeb met en évidence toutes les contradictions et les oppositions qu’il fallut surmonter pour promouvoir une élite nationale tunisienne. Créé dès avant le Protectorat pour moderniser la Tunisie dans un double esprit de fidélité à l’identité arabo-musulmane et d’ouverture à la science et la culture occidentales, le collège sut, après 1881, maintenir ce double cap au milieu d’exigences coloniales contradictoires : promouvoir, si possible assimiler, mais en maintenant les « promus » à un niveau compatible avec le maintien de la prépondérance française. Soutien d’une culture arabo-musulmane ouverte, et à l’origine de toute une génération de cadres de la Tunisie indépendante, le collège Sadiki constitue, avec son homologue français franchement assimilateur, le lycée Carnot, l’un des deux piliers de l’enseignement en Tunisie.

26Participent aussi à cet enseignement les congrégations religieuses catholiques. On aurait tendance à y voir un ensemble confessionnel monolithique, mais là encore, plusieurs mosaïques s’imbriquent les unes dans les autres : origines diverses des membres de ces communautés, obédiences multiples, services différents auxquels se consacrent ces religieux. La synthèse de P. Soumille nous fait entrevoir cette diversité, ainsi que l’évolution d’une communauté catholique qui, aujourd’hui encore, sous la houlette d’un évêque non plus français mais jordanien, regroupe une nouvelle mosaïque pour laquelle se célèbrent des offices en arabe, français, italien, espagnol, anglais et polonais.

27L’Institut des belles-lettres arabes, créé par les Pères Blancs, et dont J. Fontaine nous retrace l’itinéraire spirituel et intellectuel, se situe lui aussi dans une perspective de rencontre entre intellectuels de tous bords, transcendant les clivages politiques.

28Autre mosaïque, encore, mais dont le motif d’ensemble, faute de sources, reste difficile à reconstituer : celle des groupements de francs-maçons de diverses obédiences, de diverses nationalités, dont H. Camou retrace l’implantation en Tunisie.

29Les questions médicales et sociales font l’objet de deux communications. L’une, d’A.M. Moulin, sur l’apprentissage pastorien en Tunisie retrouve le thème de la mosaïque au cœur de la recherche médicale : une bactérie devient une « mosaïque d’antigènes », la virulence bactérienne possède une « mosaïque de pouvoirs ». Au-delà du vocabulaire, l’étude montre une recherche médicale largement influencée par la conception mosaïcale de la société, approfondissant l’étude des immunités différenciées, se posant la question de savoir si la population tunisienne voyait un mélange en train de s’opérer où s’il s’agissait d’une mosaïque laissant aux constituants leur individualité. La communication de M. Snoussi, pour sa part, ouvre une perspective sur la mosaïque des marginaux par le biais de la prostitution européenne.

  • 12 On peut prendre deux exemples caractéristiques. L’histoire ancienne de l’Afrique du Nord de S. Gse (...)

30Comme on l’a dit plus haut, l’histoire devient un enjeu primordial dans une société où chacun tient à se situer, à s’affirmer, à se légitimer, à se rendre maître du présent et des évolutions futures. L’histoire elle-même pourrait alors devenir bénéfiquement plurielle. En réalité on la confisque, on la fausse12. Individu, communauté, fraction de communauté, chacun la façonne selon la perception qu’il a de son propre destin, jusqu’à l’absurde quelquefois, ou jusqu’au vertige dans la fiction littéraire. Dès les premiers contacts entre Venise et les Barbaresques évoqués par B. Doumerc, on voit comment le jeu subtil des représentations évolutives que l’on se fait de l’autre, que l’on en forge à dessein, que l’on veut imposer de soi-même, épouse et conditionne l’évolution des politiques européennes à l’égard des Beys de Tunis. L’étude de C. Windler, sur les dons et contre-dons caractéristiques des rapports diplomatiques tuniso-européens, illustre ce jeu complexe des représentations réciproques qui manipulent et piègent non seulement leurs destinataires mais aussi leurs auteurs.

31L’utilisation de ces images dans le discours politique français fait l’objet d’une étude de F. Grèzes Rueff. Les rapprochements qui fondent l’expansion française au Maghreb sur celle de la Rome antique sont particulièrement à l’honneur. Ces images se structurent parfois en une reconstitution systématique et frauduleuse de l’histoire. C’est le cas pour l’histoire ancienne de la Tunisie vue par une pléiade d’intellectuels s’adonnant aux essais historiques. J. Alexandropoulos met en parallèle deux de ces reconstitutions. La première, celle de L. Bertrand, datée de l’apogée de la colonisation, superpose au modèle de la colonisation romaine les réalisations du présent qui s’en trouvent légitimées d’autant. La seconde reconstitution, celle de P. Hubac, qui suit la défaite de 1940, récuse le modèle romain, désormais interdit par l’utilisation qu’en avait fait l’Italie fasciste, pour récupérer celui d’une Carthage punique réputée plus civilisée, plus intellectuelle, plus dynamique commercialement.

32La reconstitution historique s’appuie évidemment sur l’archéologie à qui l’on demande une caution scientifique, des preuves tangibles, puisées à la terre même d’Afrique. Et de fait, après avoir servi, dans un premier temps, à nourrir l’inspiration lyrique de Flaubert sur Carthage (A. Ferjaoui), l’archéologie prend toute sa dimension d’enjeu dont on s’empare par tous les moyens. Le mouvement est progressif, mais on le saisit très bien dans l’évolution de la perception, par les voyageurs successifs, du symbole de la romanité africaine qu’est l’amphithéâtre d’El Djem, admiré, pillé, « fouillé » même à la dynamite, signe, selon les cas, de la grandeur ou de la lourdeur romaine (H. Slim).

33Le même mouvement d’appropriation est sensible lorsque l’on évoque les pionniers de l’archéologie punique, qui pratiquaient aussi bien l’archéologie de prédation que les premières fouilles scientifiques (M. Fantar). L’archéologie fournit de beaux objets aux collections publiques et privées, suscite les passions scientifiques et idéologiques intimement mêlées. La ferveur scientifique d’un C. Tissot, premier véritable explorateur archéologique de la Tunisie, infatigable prospecteur de terrain (K. Bendana), devient rapidement indissociable de travaux plus « ciblés », plus intéressés, comme ceux qui, à travers l’étude de l’hydraulique romaine étaient censées préparer le terrrain à la (re)mise en valeur agricole et à l’extension des terres de colonisation (H. Jaïdi).

34Rapidement, le Protectorat cherche à organiser un véritable service des Antiquités, à la fois par souci de ne pas renouveler certaines catastrophes dont l’Algérie fut le théâtre, et volonté de tirer le meilleur parti possible de l’archéologie tunisienne. Les communications d’A. Arnaud et E. Gran Aymerich retracent dans le détail la façon dont cette organisation s’inscrit dans une politique générale de l’archéologie française à l’étranger, et comment elle s’articule avec l’exploration systématique du terrain. E. Gran Aymerich souligne, en particulier la façon dont l’expérience tunisienne servira ensuite de modèle en France même.

35Les antagonismes, les rivalités, les querelles individuelles internes au milieu colonial servent de toile de fond à l’établissement du service des Antiquités, comme le montre la communication de notre regretté collègue D. Raynal. Avec brio, ce dernier a su particulièrement bien évoquer l’affrontement des passions et des intérêts divers : bonne société, monde savant, prélats et anti-cléricaux, militaires.

36Toutes ces communications contribuent à tracer l’esquisse d’une archéologie militante au service d’une certaine image de la Tunisie antique comme préfiguration de la renaissance coloniale. Ce qui n’empêche pas l’existence de réels dévouements à la cause de l’archéologie tunisienne. On retrouve là une situation coloniale caractéristique, qui dans tous les domaines, politique, économique, social, médical, culturel, en arrivait à mettre en porte à faux, en contradiction, bien des talents et des générosités.

***

37Tout au long de ce colloque on aura vu, en somme, s’opposer une image et une impression récurrente. L’image est celle de la mosaïque, titre du colloque, avec tout ce qu’elle suppose de diversité, mais aussi, implicitement, de complémentarité, de synthèse, et d’harmonie d’ensemble. Cette image semble épouser d’une certaine manière la réalité, et peut convenir aussi bien à ceux dont la réélaboration d’un passé personnel ne veut retenir que les bons moments, qu’à ceux dont elle servait jadis les desseins idéologiques, ou même, à bon droit, pour rendre compte commodément et justement de nombreux aspects d’une société plurielle. Dans cette dernière perspective, on a pu constater, au long du colloque, la validité et la fécondité de l’image. Mais tout aussi forte s’imposait l’idée d’une distorsion d’ensemble imposée au motif, jusqu’à réduire parfois l’harmonie à une caricature. Ce gauchissement de la société coloniale apparaît comme indissociable de notre mosaïque, et l’élaboration de l’histoire en fut, en est encore parfois, bien évidemment tributaire. Ce serait une tâche indispensable de revenir globalement sur les histoires générées par la Mosaïque Tunisie au fil des années 1850-1950, œuvres parfois brillantes, mais souvent faussées par le souci de confisquer l’histoire. Il convient de leur substituer désormais une histoire véritablement plurielle, une histoire de l’Afrique du Nord réécrite en commun. Ce colloque a voulu participer en ce sens à l’entreprise en cours. La mosaïque constituée par la diversité des participants, de leurs disciplines, des époques auxquelles ils s’intéressent, en est le gage.

38Plusieurs institutions ont permis la tenue de ce colloque tant du côté français que tunisien. Il nous faut remercier en particulier l’Ambassade de Tunisie en France, le Consulat de Tunisie à Toulouse, le Conseil régional de Midi-Pyrénées, la Mairie de Toulouse, le Rectorat de Toulouse, le Conseil scientifique de l’Université de Toulouse II, l’UFR d’histoire de l’Université de Toulouse II, la Chaire européenne J. Monnet ainsi que l’UTAH, le FRA.M.ESPA, le MIRECH, le CIREJED. L’aide de nombreux collègues de l’UTM nous a été précieuse, et nous citerons en particulier J.P. Amalric, Ch. Benayoun, M. Berthe, P. Laborie, J.M. Pailler R. Pech, et P. Vayssière. Nous leur exprimons notre vive gratitude ainsi qu’à P. Fraixanet et Ch. Bauza qui ont pris en charge la gestion du colloque. Nous remercions aussi l’Association Alexandre Roubtzoff, et son président, P. Boglio, qui nous ont fourni l’illustration de couverture de l’ouvrage.

Notes

1 A. Memmi, Le scorpion, Gallimard, 1969, p. 27.

2 Il existe de nombreuses variantes de cette opinion. P. Lapie, Les civilisations tunisiennes, Paris, Alcan, 1898, après avoir constaté les différences et les complémentarités des diverses communautés tente de fonder quasi-scientifiquement les conditions d’une association durable. P. Hubac considère parfois qu’un nouveau peuple nord-africain émerge d’ores et déjà. Voir, entre autres : Avenir et mission de la nouvelle littérature coloniale, Carthage, La Kahena, 1931, et l’introduction à Ryvel, L’enfant de l’Oukala et autres contes du ghetto, même édition, même date.

3 L. Delmas, Au soleil du Beylik, Tunis, 1936.

4 A. Memmi, La statue de sel, Paris, Gallimard, 1966 ; J. Berque, Mémoires des deux rives, Paris, Le Seuil, rééd. 1989.

5 J. Berque, Le Maghreb entre deux guerres, Paris, Le Seuil, rééd.1978, p. 29.

6 P. Hubac, Carthage, Paris, Bellenand, 1952 ; Les Barbaresques, Paris, Berger-Levrault, 1949.

7 Paris, Nouvelles éditions latines, 1961 ; Voir, du même auteur, Ma Foi demeure, id., 1958.

8 A. Memmi, Le scorpion, Paris, Gallimard, 1969 ; Le désert, id., 1977.

9 Sur ce lieu commun du « chaos » historique maghrébin, indissociable d’un « fiasco » ou d’un « échec », voir, entre de multiples exemples, la préface de S. Gsell à l’Histoire de l’Afrique du nord, de Ch. A. Julien, Paris, Payot, 1931, p. IX-XI, ou E.F. Gautier, Le passé de l’Afrique du Nord, Paris, Payot, 1937, p. 27.

10 Poèmes d’un Maudit, Paris, Les belles-lettres, 1923 ; Carthage ? La Kahéna, 1930, Tunis, Saliba, 1935 ; réédition récente par A. Bannour, Tunis, 1996.

11 Indépendamment des communautés, la mosaïque est faite aussi d’individualités, petites tesselles à l’irréductible originalité. On pense par exemple au peintre russe A. Roubtzoff, arrivé à Tunis avant la Révolution, et dont nous parle P. Boglio, ou au peintre hollandais Léo Nardus : voir N. El Kateb Ben Romdhane, Léo Nardus, Un peintre hollandais en Tunisie, Tunis, Cérès 1997, ou encore au diacre-apiculteur polonais Alexandre Bogdanski.

12 On peut prendre deux exemples caractéristiques. L’histoire ancienne de l’Afrique du Nord de S. Gsell, publiée de 1913 à 1928, reste un monument d’érudition et de rigueur méthodologique dans l’établissement de savoirs positifs, mais ses a priori idéologiques et ses perspectives d’ensemble font qu’elle reste une histoire à l’usage des seuls « maîtres de l’Afrique du Nord » (cf. VI, p. 274 sqq.). Très révélateur également est le double jugement porté sur Le passé de l’Afrique du Nord d’E.F. Gautier, Paris, Payot, 1937. F. Braudel, manifestement sensible à l’utilisation de la très longue durée et de la géographie (Les ambitions de l’Histoire, L.P. Références, 1997, p. 60 sqq.) y voit l’œuvre du « plus grand (probablement) des géographes et des historiens d’expression française » à la veille de la dernière guerre (p. 72-73). Y. Lacoste, à l’inverse, y voit un « falsificateur », « accumulant les contre-vérités » par fidélité à l’idéologie coloniale (Ibn Khaldoun, Paris, La découverte, rééd. 1998, passim).

© Presses universitaires du Midi, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540