Version classiqueVersion mobile

Mine claire

 | 
Hélène Morin-Hamon

Glossaire

Texte intégral

1Indicateurs de champs sémantiques et abréviations utilisées dans le glossaire

2[n. m.] nom masculin

3[n. m. p.] nom masculin pluriel

4[n. f.] nom féminin

5[n. f. p.] nom féminin pluriel

6[v.] verbe

7[v. t.] verbe transitif

8[v. i.] verbe intransitif

9[adj.] adjectif

10ADCO Archives Départementales de Côte-d'Or

11ADHS Archives Départementales de Haute-Saône

12ADM Archives Départementales de Moselle

13ADMM Archives Départementales de Meurthe et Moselle

14AN Archives Nationales

15ABAQUE [n. f.] : sorte de récipient utilisé pour laver certains minerais (Zylberstein, 1965).

16ABÉE [n. f.] : ouverture réglant l'arrivée d'eau à la roue d'un moulin (Zylberstein, 1965).

17ALICHON [n. m.] : aileron d'une roue de moulin (Zylberstein, 1965).

18ALTÉRATION [n. f.] : modification des propriétés physico-chimiques des minéraux et donc des roches, par les agents atmosphériques, par les eaux souterraines, et les eaux thermales. Elle dépend en particulier du climat, de la température des eaux, de la nature des roches et de leur degré de fracturation. Elle a pour effet de rendre les roches moins cohérentes ce qui facilite leur désintégration (Foucault et Raoult, 2001).

19ALTÉRITE [n. f.] : formation superficielle résultant de l’altération et de la fragmentation sur place de roches antérieures sans transformation pédologiques notables (Foucault et Raoult, 2001).

20AMÉNAGEMENT FOSSOYÉ [n. m.] : fosse de dimension variable ; un des types d’aménagement volontaire du sol (Passé amérindien, 1996).

21AMODIATION [n. f.] : location, pour une durée limitée, faite par un concessionnaire à un tiers, avec l'autorisation de l'Etat du droit d'exploiter une concession.

22ANTE [n. f.] : pièce de bois que l'on ajoute aux ailes d'un moulin pour en augmenter la force. (Zylberstein, 1965).

23ARBRE [n. m.] : axe de la roue hydraulique sur lequel sont disposés des barreaux ou cuillers destinés à brasser le minerai. Poutre cylindrique qui fait mouvoir les machines de bocard, de patouillet, de fourneau (Grignon, 1775).

24ARMATURE [n. f.] : dans une pompe, pièces qui font monter l'eau (Zylberstein, 1965).

25ARRÊT [n. m.] : voir fossé d'arrêt ou réservoir d'arrêt.

26AUBE [n. f.] : fragments de planches plus ou moins longs et larges qui sont attachés à angle droit sur les extrémités des bras et sur les bracons des roues hors le cercle de l'anneau. Ce sont ces aubes que l'on nomme communément herves, qui reçoivent l'impulsion de l'eau qui est la puissance motrice des roues (Grignon, 1775).

27AUGE [n. f.] : désigne toute espèce de petit bassin anguleux de forme allongée (Grignon,1775).

28AUGET [n. m.] : désigne chacun des godets destinés à recevoir l'eau qui fait mouvoir une roue hydraulique (Zylberstein, 1965).

29BABILLARD [n. m.] : dans un moulin ; axe agitant l'auget qui fait descendre le grain de la trémie entre les meules (Zylberstein, 1965).

30BAC [n. m.] : (XIIe siècle) du latin vulgaire, baccus, récipient, attesté par les dérivés comme baccararium, vase à vin ou à eau. Le sens de cuve à divers usages, auge se développe à partir du XVIIe siècle (Baumgartner et Ménard, 1996).

31BÂCHE [n. f.] : réservoir dans lequel une pompe verse l'eau qui sera aspirée par une autre pompe située en haut (Zylberstein, 1965).

32BÂCLAGE [n. m.] : fermeture d'une rivière par des hérissons (Zylberstein, 1965).

33BAJOYER [n. m.] : mur latéral d'une chambre d'écluse (Zylberstein, 1965) (Thonnance-lès-Joinville, Haute-Marne, 1812. AN F14 4522).

34BARBACANE OU BARBACANNE [n. f.] : ouverture étroite dans un mur, permettant l'évacuation des eaux. (...) Les eaux de la fontaine se rendent dans un réservoir établi en amont des lavoirs par la barbacane, qui se trouve dans le mur d’enceinte du bassin de la fontaine, dont la partie inférieure de cette barbacane est de 0,32 m. en contrebas de l’aire du premier lavoir (...) (Bouhans-et-Feurg, Haute-Saône, O. R. du 11 avril 1827. ADHS 300 S 6).

35BARREAU [n. m.] : il s’agit d’un prisme de fer allongé et quadrangulaire : on en trouve sur la grille du bocard complexe (Grignon, 1775)

36BASSIN [n. m.] : (XIIe siècle) d’abord récipient creux du latin vulgaire baccinus, du latin tardif bacchinon, bassin de même origine que bac. Le sens dérivé, construction pour recevoir de l’eau et l’emploi comme terme de géographie se développent à partir du XVIe siècle (Baumgartner et Ménard, 1996).

37BASSIN [n. m.] : espèce de cuve plate, de figure variée, dont les contours sont formés par des madriers posés de champ sur un plancher formé d'autres madriers cloués sur des loirs qui forment le fond du bassin. Les bassins pour nettoyer la mine prennent le nom de lavoirs. Il y en a de carrés et de longs (...) (Grignon, 1775).

38BASSIN DE CLARIFICATION VOIR BASSIN D'ÉPURATION [synonyme] [n. m.] : (De la Goupillière, 1885).

39BASSIN DE DÉPÔT [n. m.] : le mode le plus pratique d'épuration des eaux boueuses et celui que l'ingénieur ordinaire trouve de beaucoup le meilleur à ce point de vue que les prescriptions réglementaires peuvent être observées plus volontiers par les impétrants, consiste à établir, s'il est possible, deux bassins, le premier dit de dépôt pour le gros des boues, le second dit d'épuration proprement dite pour la portion la plus fine (environ 5 ares de surface) (Renaucourt, Haute-Saône. Rapport de l'ingénieur ordinaire des Mines sur la demande présentée le 16 octobre 1838 par Monsieur Crestin à l'effet d'obtenir la permission d'établir deux lavoirs à bras et un lavoir à cheval sur le territoire de Renaucourt. ADHS 300 S 30).

40BASSIN D'ÉPURAGE [n. m.] voir bassin d'épuration (syn.) [n. m.] : terme rencontré plus particulièrement pour le patouillet (Thonnance-lès-Joinville. Haute-Marne. 1812. AN F14 4522).

41BASSIN D'ÉPURATION [n. m.] voir aussi bassin de clarification syn. [n. m.] : (De la Goupillière H., 1885, op.cit.) le mode le plus pratique d’épuration des eaux boueuses et celui que l'ingénieur ordinaire trouve de beaucoup le meilleur à ce point de vue que les prescriptions réglementaires peuvent être observées plus volontiers par les impétrants, consiste à établir, s'il est possible, deux bassins, le premier dit de dépôt pour le gros des boues, le second dit dépuration proprement dite pour la portion la plus fine (environ 5 ares de surface) (Renaucourt, Haute-Saône. 16 octobre 1838 Ibid.).

42Les eaux bourbeuses provenant du lavage des minerais se clarifient dans des bassins dépuration d'une grande longueur, et dont la largeur et la profondeur sont telles qu'on puisse les curer facilement. L'expérience a appris qu'une largeur de 6 à 8 mètres et une profondeur de 1,30 m étaient les plus convenables pour les curages. Quelques-uns de ces bassins sont pourvus de digues filtrantes composées d'une couche verticale de sable interposée entre deux couches de gravier. Les digues filtrantes sont peu onéreuses quand les bassins ont une grande longueur, parce qu'on les défait rarement pour nettoyer le gravier et le sable, les eaux de lavage n'étant que louches quand elles arrivent à la digue ; mais, lorsque les bassins sont peu étendus, les eaux de lavage parviennent fort troubles à la digue qui s'obstrue promptement, et l’on est obligé de la défaire fréquemment. En conséquence il est avantageux, pour un propriétaire de lavoirs ou de patouillets, d'avoir des bassins d'épuration d'une grande étendue, d'abord, parce qu'on ne les cure que dans la belle saison, quand on peut facilement mettre à sécher les matières terreuses qu'elles renferment en un grand lieu et parce qu'on répare plus rarement la digue filtrante (Thirria, 1835. AN F14 4261, op.cit.).

43BASSIN VERSANT [n. m.] [synonymes de bassin hydrographique] : Ensemble des pentes inclinées vers un même cours d’eau et y déversant leurs eaux de ruissellement. Ces bassins sont séparés par des lignes de partage des eaux (Foucault et Raoult, 2001).

44BATÉE [n. f.] : récipient en forme de chapeau chinois ou à fond plat (pan) ou encore simple calebasse naturelle destiné à laver les sédiments pour en extraire les minéraux les plus lourds. Après avoir débourbé et éliminé par criblage les éléments grossiers, deux actions sont pratiquées dans l’eau alternativement et répétées un grand nombre de fois : une action de vannage par mouvements alternatifs saccadés autour d’un axe vertical sans perte de matière, de manière à réaliser la descente des minéraux denses les plus fins vers le fond du récipient. Puis un mouvement de rotation en prenant appui sur l’eau qui laisse échapper dans l’eau support une queue de minéraux les plus légers fins et peu denses (Pélissonnier, 1997).

45BATTOIR [n. m.] : élément en fer en forme d’arceau de forme rectangulaire, implanté à plusieurs endroits le long de génératrices sur un axe tournant de la huche du patouillet le minerai à laver, déposé dam la huche, laquelle est traversée par un courant d’eau est malaxé par les battoirs (Béguinot, 1977).

46BATTRE (LA MINE) [v. t.] : débarrasser la Mine (le minerai) de sa gangue à l’aide des battoirs du patouillets.

47BATTRANT [n. m.] ou BATTERAND [n. m.] : masse de fer emmanchée dont on se sert pour casser les pierres (Littré. Dictionnaire de la langue française)

48BIEF [n. m.] : section de canal ou de cours d'eau comprise entre deux écluses, deux chutes d'eau ou deux séries de rapides. Canal de dérivation conduisant l'eau sur une roue hydraulique (Patouillet de Confracourt, Haute-Saône, 1829. AN.F14 4547). Canal conduisant l'eau à la roue d’un moulin (Zylberstein, 1965).

49BIEZ [n. m.] ou bief [n. m.] : magasin d'eau soutenu par les joyères et les fourrures de l'empallement : il forme ordinairement un bassin où se rendent les eaux, qui descendent du canal ou des sources, qui fournissent à son entretien pour la dépense d'une forge ou d'un moulin (Grignon, 1775).

50BOCARD [n. m.] : machine utilisée pour casser les minerais avant la fonte (Zylberstein, 1965).

51BOCARD OU BOCCARD [n. m.] : machine au moyen de laquelle on écrase la mine avant que de la fondre. Marteau mécanique à masses multiples mû par l'énergie hydraulique ou animale, servant à fragmenter les minerais en roche. Le bocard peut parfois être couplé avec un patouillet. Il se compose d'un certain nombre de batteries, comprenant chacune une tige verticale métallique, munie à sa partie inférieure d'une masse. Sur un des côtés de la tige se trouve adapté un mentonnet en saillie. Chaque série possède en général trois de ces tiges qui frappent dans un même bassin ou auge. Des guides verticaux assurent la montée et la chute régulière de chacun des bocards. Un arbre horizontal porte sur sa périphérie un nombre de cames exactement le même que celui des piles constituant une batterie. Leur disposition est telle qu'un intervalle égal de temps se produit entre le soulèvement des pilons et leur chute dans l'auge où se trouve le minerai à écraser.

52BOCARD À EAU [n. m.] : bocard dans l'auge duquel on fait circuler de l'eau. Celle-ci s'échappe soit par des grilles soit par un siphon. bocard à mine [n. m.] : machine composée qui sert à briser les morceaux de minerai et à les nettoyer (Grignon, 1775).

53BOCARD À SEC [n. m.] : par opposition au bocard à eau, le bocard à sec est utilisé quand il n'y a pas de matières étrangères au minerai à entraîner.

54BOCQUEUR [n. m.] : nom que l'on donne aux ouvriers qui conduisent le travail du bocard (Grignon, 1775).

55BONDE (DE BOCARD) [n. f.] : c'est un morceau de bois carré, dans sa base, échancré circulairement en-dessus, coupé de biais à un bout, et carrément de l'autre, qui reçoit une longue queue pour le manier. Cette bonde sert à boucher l'issue par laquelle le minerai lavé sort de la huche du patouillet pour se rendre dans le lavoir (Grignon, 1775).

56BOULDURE [n. f.] : fosse creusée sous la roue d'un moulin à eau (Zylberstein, 1965).

57BRACONS [n. m. p.] : ce sont de petits bras qui sont assemblés deux à deux ordinairement aux courbes des roues et sur lesquels sont fixées les aubes d'une roue hydraulique (Grignon, 1775).

58BUSE [n. f.] : conduit servant à amener l'eau d'un bief sur une route hydraulique (Zylberstein, 1965).

59BONHERZ : (nom allemand) [n. m.] syn. de minerai en grains.

60BOURBIER [n. m.] : 1 syn. de bac de décantation. Utilisé comme nomenclature sur certains plans (Auvet-la-Chapelotte, Haute-Saône, 1826. AN F14 4544)

61CALCINATION [n. f..] : variante du terme de grillage NM Chaper les matières volatiles (soufre, bithume...) Rendre le minerai plus friable : ces deux sortes de grillage portent le nom de calcination (Jordan M. non daté, Cours de métallurgie. Notes manuscrites recueillies dans un ouvrage manuscrit relié, déposé dans les fonds du Musée du fer de Jarville, Ed. Gouvy). Calciner la mine, c'est en faire évaporer le soufre, l'arsenic, ou l'antimoine ; mais la griller avant de la mettre au boccard, c'est pour attendrir le rocher, afin que les parties du minerai s'en détachent plus aisément (De Luchet, 1779).

62CALENDRE [n. f.] : machine employée pour l'épuisement des eaux dans quelques mines (on écrit aussi calandre) (Zylberstein, 1965).

63CAMES [n. f. p.] : c'est une espèce de main, d'alluchon ou de dent, adhérente à un cylindre qui tourne sur son axe par l'effet d'une roue mise en mouvement par une puissance quelconque. Les cames sont de fer ou de bois. Elles doivent être taillées en épicycloïde (courbure que doivent avoir les cames, pour presser en échappant sur les corps qu'elles foulent. On en fait de fer pour les bocards (Grignon, 1775).

64CASSIS [n. m.] : le cassis dans lequel les eaux de l'étang traversent le chemin de Renaucourt au bois communal à l'issue du déversoir. Ce cassis sera pavé et occupera toute la largeur du chemin sur 4 mètres de longueur (Renaucourt, Haute-Saône, Ordonnance du Roi Louis-Philippe du 14 avril 1843. ADHS 301 S 12).

65Cassis (XVe siècle), caniveau et par extension dépression brutale sur une route (Baumgartner et Ménard, 1996).

66CASTILLOT [n. m.] : dérivé de castille et castine (voir ce mot). Nom donné aux niveaux à gangue calcaire du minerai en grain plio-pleistocène. Le conglomérat calcaire nommé castillot par les ouvriers se compose d'un ensemble de morceaux informes de calcaire compact, dont la surface est déprimée et couverte d'aspérités tout arrondies, qui a toujours une cassure plus ou moins conchoïde, et qui ressemble beaucoup à certaines variétés calcaires de l'étage jurassique supérieur. La grosseur de ces morceaux varie entre celle d'une noix et celle du poing et il est rare de les voir réunis par un ciment, attendus qu'ils sont toujours disséminés dans une argile figuline ; tandis que près de Besançon, de Belfort et de Porrentruy, ils constituent un véritable poudingue, une sorte de Naguelflue qui provient certainement du terrain jurassique, puisqu'on y observe des détritus évidents de ses trois étages et particulièrement du troisième. Ce poudingue, qui renferme souvent des grains de minerai de fer pisiforme, a aussi une stratification horizontale, et par conséquent est étranger comme le terrain que nous décrivons aux mouvements et aux accidents du terrain jurassique (Thirria, 1833).

67CASTINE [n. f.] : pierre calcaire que l’on emploie comme fondant et comme correctif dans la réduction de certains minerais de fer (Grignon, 1775).

68CASTINER LE FER [v. t.] : pour donner du nerf à des fers dont le minerai est argileux, on mêle au charbon dans le foyer de la castine crue ou en chaux : c’est ce que l’on appelle castiner le fer (Grignon, 1775).

69CHAÎNER [v. t.] : noyer une armature métallique dans l'épaisseur et sur toute la longueur des murs d'une construction afin d'en prévenir l'écartement (Zylberstein, 1965).

70CHAPELET [n. m.] : chaîne à godets de type noria alimentant la huche d’un patouillet et mue par un système de roue hydraulique ou par traction animale (Lavoir à cheval d’Autrey-les-Gray, Haute-Saône, 1834. AN L14 L 4551). Machine à élever les eaux, composée de godets attachés à une chaîne. C'est une sorte de noria (Zylberstein, 1965).

71CHOQUE (choque à mine) [n. m.] [synonyme de havée]. : partie d’un front de taille en cours d’abatage (ADHS E 98 1662. Forge de Chagey : note relative aux ouvriers à employer à la forge pendant qu'elle est en régie).

72CLASSIFICATION [n. f] : la classification des minerais comporte des classes suivantes : Gros, au-dessus de 65 mm. Les menus comportent les catégories suivantes : Noix, de25 à 65 mm ; Grenailles, de 1,5 à 25 mm ; Sables, de 0,5 à 1,5 mm ; Schlamms en dessous de 0,5 mm (Lecomte, début XXe s., op.cit.).

73COMPARTIMENT [n. m.] : construction en terre, à l’intérieur d’un bassin d’épuration pour faciliter le dépôt des boues et diminuer le courant. (...) Les impétrants seront tenus d’établir à la suite desdits lavoirs les deux bassins, m, n, x, y, pour l’épuration des eaux bourbeuses provenant du lavage du minerai. Ces lavoirs auront chacun 88 m de longueur sur 4 m de largeur et devront être divisés en un nombre de compartiments tels que l’eau de lavage y perde promptement de la vitesse et s’y écoule tranquillement (...) (Boursières, Haute-Saône, 1849. ADHS 300. S. 38).

74CONCASSAGE [n. m.] : broyage du minerai en fragments grossiers. Cette opération est utilisée à la sortie des mines de fer. Le concassage se faisait soit à la main soit le plus souvent au moyen de bocards.

75CONCENTRATION [n. f.] : ensemble des opérations de séparation des substances utiles et de la gangue dans le but d'enrichir le minerai.

76CONTRE-AUBE [n. f.] : planchette de bois garnissant l'aube d'une roue hydraulique et protégeant l'axe contre les projections d'eau (Zylberstein, 1965).

77CONTRÔLEUR DES MINES [n. m.] : voir garde-Mine

78CORROI [n. f.] : voir couroye

79COUROYE [n. f.] ou CORROI : épaisseur de terre glaise qui colmate un conduit d’eau (Location de la forge et du fourneau de Villereux, Audun-le-Tiche. 14 juin 1591. ADMM E 284) (...) Le bassin de retenue sera environné d'une digue insubmersible par les eaux du ruisseau ; elle sera en terre corroyée d’un mètre de largeur en couronnement avec des talus d’un mètre et demi de base pour un de hauteur (...) (Lieffrans, Haute-Saône, 1828. ADHS 300 S 21)

80COURSIER [n. m.] : construction en maçonnerie, d’amont en aval d'une chute d'eau, encadrant une roue hydraulique pour conduire l'écoulement de l'eau le plus efficacement possible. Coursier d'amenée, coursier de fuite.

81COURSIÈRES [n. f. p.] : parties qui recueillent l’eau après son passage sous la roue (ADMM E 284, ibid.).

82COURTIÈRE [n. f.] : espace dans lequel tourne la roue d'un moulin à eau (Zylberstein, 1965).

83COYAU [n. m.] : support des aubes d'une roue hydraulique (on dit aussi coyer) (Zylberstein, 1965).

84CRÈCHE [n. f.] voir réceptacle, canal qui conduit les eaux boueuses du patouillet aux bassins (Patouillet de Roche-sur-Vanon, Haute-Saône, 1822. ADHS, 300 S 31).

85CRIBLAGE [n. m.] : opération destinée à séparer des minerais pisiformes, les nodules calcaires, les plaquettes siliceuses et les grains quartzeux dont ils sont souvent accompagnés (Thirria E., 1835. AN F14 4261, op.cit.).

86CURAGE [n. m.] : opération de nettoyage des bassins d'épuration (voir ce mot) (Thirria E., 1835. AN F14 4261, op.cit.).

87CUVE [n. f.] : désigne la huche du patouillet. Le lavoir à cheval de Montseugny est « à cuve en fonte de forme cylindrique et à carreaux » (Monseugny, Haute-Saône, 1859. ADHS 300 S 23).

88CUVETTE [n. f.] : désigne la partie récipient des lavoirs à bras (Patouillets de Broye-les-Loup, Haute-Saône, 1838 et Cresancey (Haute-Saône). 1827. AN F14 F 4552).

89CUVIER [n. m.] : auget pour élever l'eau boueuse dans un patouillet (Grignon, 1775 p. 153).

90DANAÏDE [n. f.] : Roger RATEL présente une machine aussi rare que peu connue : la danaïde. Cet appareil fut inventé en 1813 par M. Manoury d'Ectot ; son usage fut très peu répandu. Deux procès-verbaux mentionnent des autorisations pour l'installation des danaïdes dans le département de Côte-d'Or : à Boudreville, à Prusly-sur-Ource.

91Cette machine est utilisée pour pomper l'eau contenue dans les morées, de manière à leur permettre de sécher plus rapidement ; lorsqu'elles ont perdu l'eau qu’elles contiennent, on les transporte là où on souhaite combler des dépressions du terrain et l’on peut ensuite cultiver le sol ainsi nivelé.

92Il semble donc, à priori, que cette machine ait été d'une utilité incontestable, et l'on pourrait s'étonner qu'elle n'ait pas eu un emploi généralisé ; en réalité, elle présente plus d'inconvénients que d'avantages. Elle incite d'abord les laveurs à omettre d'employer les bassins d'épuration, si bien que les eaux rendues au cours d'eau sont souvent boueuses ; de plus, les terres sur lesquelles sont déposées les morées semi-liquides sont sujettes à déborder sur les parcelles avoisinantes et à les envaser. De plus, quel que soit le bon fonctionnement de la danaïde, il ne lui est pas possible de pomper toute l'eau qui imbibe les morées : celles-ci constituent en conséquence un marécage inculte. Enfin, l'eau boueuse aspirée par cette machine doit être rejetée en dehors des terrains proches de l'installation de manière à ne point salir le cours d'eau-qui est voisin-ni à transformer les sols en marais. Or les dimensions de la danaïde ne permettent pas d'évacuer au loin ces eaux boueuses, et comme les laveurs ne tiennent pas à construire un bassin d'épuration spécialement à cet usage, l'administration, conformément aux lois en vigueur, a interdit de bonne heure l'emploi des danaïdes.

93Cette machine se compose au centre de deux parties : d'une part, une sorte de turbine à axe vertical, installée au centre du cours d'eau dans laquelle le liquide parcourt des canaux hélicoïdaux du dehors au-dedans, c'est-à-dire que l'eau, pénétrant dans les canaux à une certaine distance en sort après s'être approchée plus ou moins de l'axe. L'appareil est réglé de façon que l'eau, sortant sans vitesse, assure un rendement maximum Cette turbine est en quelque sorte un moteur hydraulique, puisque l'eau circulant en sens centrifuge, donne par réaction un mouvement régulier de rotation à la roue. D'autre part, ce mouvement est transmis à une vis d'Archimède dont la partie inférieure plonge dam l'eau qui recouvre les morées déposées dans la partie basse du terrain avoisinant ; elle s'évacue automatiquement par l'autre extrémité de la vis au pied de la turbine, c’est-à-dire dam le cours d'eau. Et comme il est matériellement impossible que cette eau soit pure et limpide, on comprend aisément que l'emploi des danaïdes ait été de courte durée (Ratel, 1966 ; Corbion, 1991).

94DÉBOURBAGE [n. m.] : action de dégrossir la mine, c'est-à-dire enlever une partie de la terre avec laquelle elle est mélangée (ADM 1 S 291). Opération de prélavage, réalisée directement dans les excavations produites par les extractions, débourbage préalable, praticable presque partout, qui aurait le double avantage de diminuer les frais de transport du minerai brut et ceux qu'occasionnent les curages des bassins d'épurations, ainsi que l'enlèvement des matières terreuses en provenant (Thirria E., 1835. AN F14 4261, op.cit.).

95DÉCHARGEOIR [n. m.] canal de décharge destiné à évacuer le trop plein des eaux destinées au fonctionnement de la roue d'un patouillet (Lavoirs à bras et patouillet de Gray, Haute-Saône, 1827. ADHS, 300. S. 19) (Patouillet de Confracourt, Haute-Saône, 1829. AN F14. 4547).

96DÉCHARGE [n. f.] : voir empellement de décharge.

97DÉVERSOIR [n. m.] : on nomme déversoir une échancrure habituellement rectangulaire pratiquée dans la paroi latérale d’un canal pour y faire une prise d’eau ou dans un barrage transversal pour amener toutes les eaux à passer par un même point. On nomme seuil du déversoir, l’arête par-dessus laquelle l’eau se déverse en nappe (Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle. Tome 12 Paris, 1874). Les déversoirs sont des orifices ouverts à la partie supérieure et par-dessus lesquels l'eau passe en tranche plus ou moins épaisse. Le bord horizontal inférieur se nomme le seuil et les côtés latéraux forment les joues. Un déversoir est dit complet ou incomplet suivant que le seuil est situé au-dessus ou au-dessous de l'eau d'aval (Lami, 1886).

98DÉVERSOIR DE SUPERFICIE [n. m.] : les biefs de canaux sont munis de déversoirs de superficie qui empêchent l'eau de s'élever au-dessus du niveau normal. Ces déversoirs consistent généralement en une coupure de la berge, garnie d'un radier et suivie d'un mur de chute avec une fondation très solide (Lami, 1886).

99DOUILLON [n. m.] : source (Duchet-Suchaux, 1999).

100DOUIX [n. f] : source (Duchet-Suchaux, 1999).

101DOYE [n. m.] : petit ruisseau. Du latin ductus (Duchet-Suchaux, 1999).

102EAUX D'EXHAURE [n. f. p] : désigne les eaux provenant de la mine.

103EAUX DE FOND [n. f. p.] : voir eaux d'exhaure. Désigne aussi les eaux provenant de puits forés dans la nappe phréatique, par exemple sur une exploitation de minière à ciel ouvert pour en retirer des eaux nécessaires au lavage du minerai (Drouot, 1841).

104EAUX DE LA LAVÉE [n. f. p.] : eaux résiduaires issues des opérations de lavage des minerais d'altération (Fleurey-lès-Lavoncourt, Haute-Saône, Extrait du rapport de l'Ingénieur ordinaire des Mines 1833. ADHS 300 S 30).

105ÉCRASEUR [n. m.] : écraseur de mine, ouvrier chargé du cassage du minerai.

106ÉCRASOIR [n. m.] : écrasoir et lavoir du minerai désignait l’endroit où le minerai était cassé (La Masse : forges de Péchaurié, 1812-1876. Forge à la Catalane avec trompe et deux martinets. Archives Départementales du Lot 133 S 2).

107ÉGRAPPOIR [n. m.] : appareil servant à égrapper c'est-à-dire à éliminer ce que les ouvriers appellent les grappes, sortes d'amas de roches sur lesquels subsistent encore des grains de minerai. L’égrappoir est utilisé en complément du patouillet ou du lavoir à bras dans certains cas. Il consiste en une plaque de fonte percée d'orifices longitudinaux placée dans un bac établi en aval des patouillets. Le minerai est répandu à la surface de la plaque de tôle avec le râble qu'agite le laveur. Les grains de minerai passent à travers en se défaisant des portions d'argile restées accrochées lors de la première opération de lavage. Les pierres qui ne sont pas passées au travers de la plaque de fer sont triées car souvent des grains sont encore collés. Les blocs jugés utilement relavables sont, à nouveau, mis dans la huche du patouillet (Boudousquie, 1826).

108EMPALEMENT OU EMPALLEMENT [n. m.] : 1. anses fermées de pelles ou palées qu’on lève ou qu’on baisse pour donner une quantité déterminée d’eau (Bourgin, 1920). 2. Empallement ou empellement : ensemble de vannages contrôlant l'écoulement de l'eau vers une roue hydraulique ou plus généralement vers un atelier de préparation du minerai. Se dit des vannages d’une usine (ADMM E 284, ibid.).

109Barrière qui forme un magasin d’eau d’un bief ou d’un étang, et qui est garni de vannes avec leurs pales mobiles que l’on ouvre pour distribuer l’eau aux différentes roues d’une usine ou pour évacuer l’eau superflue pendant les périodes d’abondance. Les empallements se construisent en bois (Grignon, 1775, p. 586).

110EMPELLEMENT [n. m.] : voir empallement [synonyme].

111EMPELLEMENT de décharge [n. m.] : voir empellement de tête.

112EMPELLEMENT DE TÊTE [n. m.] : le réglage du débit de l'eau dans le bief en fonction des besoins était généralement obtenu au moyen de deux empellements : l’empellement de tête et l’empellement de décharge dont on fermait plus ou moins les vannes.

113EMPOISSE OU EMPOISE OU ENCORE EMPOËSE [n. f.] : support en bois, en fonte, en fer, en cuivre ou en granit, placé sur le chevalet et sur lequel repose directement le tourillon. L'arbre du patouillet repose par ses deux extrémités sur ses deux empoisses. L’empoëse est un coussinet qui a une échancrure demi-circulaire pour recevoir et soutenir le tourillon d'un arbre de roue qui tourne sur son axe, dent les tourillons occupent le centre. Les empoëses sont de bois, de fonte de fer, de fer battu, de cuivre, de marbre, de granit ou autre pierre très dure. On les pose dans une coche pratiquée à cet effet (Grignon, 1775, p. 586).

114EPIERRAGE [n. m.] : séparation des morceaux de stérile ou de gangue des minerais.

115ESCARGOT [n. m.] : crible en forme de vis d'Archimède désigné aussi sous le nom d’escargot (Thirria E., 1835. AN F14 4261, op.cit.). Machine hydraulique en spirale, dite ordinairement vis d'Archimède, et servant à puiser l'eau (Zylberstein, 1965).

116ESCARGOTAGE [n. m.] : opération de criblage dans les escargots. « Dans l'escargotage, le minerai passe à travers le crible, et les nodules calcaires ainsi que les plaquettes siliceuses sont retenues dans son intérieur ; tandis que le tamisage, c'est au contraire le minerai qui demeure sur le crible, les grains quartzeux passant à travers les mailles (voir ce mot) » (Thirria E., 1835. AN F14 4261, op.cit.)

117ESLES [n. f. p.] : système de ferrures qui maintient un assemblage de bois (ADMM E 284, ibid.).

118ESPARCIER [n. m.] : petite écluse mobile sur une écluse d'irrigation (Zylberstein, 1965).

119ESTOCQ [n. m.] : pieu planté au milieu de l’eau (ADMM E 284, ibid.).

120ÉTONNER [v. t.] : refroidir brutalement un minéral afin de déclencher en son sein des micro-fissures et des fissures qui permettent de le fracturer à moindre effort. On étonne un diamant ou même une voûte en les traitant au feu et à l'eau (Nouveau Petit Robert, 1994).

121ÉTONNER LE MINERAI [v. t.] : c'est le jeter subitement dans l'eau quand il est rouge ; On facilite sa désagrégation, et on lui donne une texture fissurée et fendillée (François, 1843).

122FOSSÉ D'ARRÊT [n. m.] : réservoir. Cette distance sera employée à l'établissement des deux bassins, lesquels auront chacun en surface 4 mètres carrés et un fossé d'arrêt ou réservoir de 500 mètres carrés de surface. (...) Le fossé du bois pourra aussi servir de fossé d'arrêt pour achever de clarifier les eaux de manière à les rendre claires (...) (Vy-le-Ferroux, Haute-Saône, 1825. ADHS 300 S 39).

123GANGUE [n. f.] : un minerai contient des minéraux inutilisables, dont d’ensemble est qualifié dans le sous-sol de gangue, et, après séparation, de stérile (Routhier, 1999).

124Fraction économiquement inutile des matériaux extraits d’un filon, en excluant la roche encaissante. Le quartz, les carbonates ou la barytine sont des gangues.

125GARDE MINE [n. m.] : auxiliaire de l’ingénieur des Mines, appelé aussi contrôleur des Mines. Lorsqu’un lavoir est déclaré en chômage, le garde mine doit être aussitôt prévenu : il constate le fait et en donne procès-verbal, de manière à ce que le laveur ne continue pas à exercer son activité à l’insu de l’Administration.. Si le chômage est considéré comme définitif, l’Administration exige la démolition de l’installation : les bassins de lavage sont rebouchés, le bassin d’épuration également, le terrain est nivelé et rendu à la culture. S’il existe une construction – manège à chevaux par exemple – celle-ci est démolie ou abandonnée (Ratel, 1966).

126GOETHITE [n. f.] : (FeO-OH) oxyde naturel hydraté de fer (qui peut être un constituant de la limonite). Ce minerai est très réductible et peut avoir une teneur en fer de 63 % (Jung, 1969).

127GRABON [n. m.] : conglomérat argileux contenant des pisolithes. Dénomination du minerai de fer d'altération dans la région de Montbéliard. Le minerai de fer s'y présente en grains sphériques de la grosseur d'un pois, offrant dans leur structure des couches concentriques et disséminés dans une argile jaune ou rouge, le plus souvent indurcie. Cette argile ferriffre à laquelle on donne le nom de grabon forme la partie inférieure du dépôt, sur une épaisseur qui varie de 2 à 5 mètres. Elle couvre le fond onduleux des anses et remplit les crevasses sinueuses qui y existent çà et là... Le grabon rend 5 à 10 % de son volume en minerai propre à la fusion (Rapport de l'ingénieur des Mines sur la nature des gîtes de minerai de fer situés dans le périmètre de la prétendue ancienne concession dont MM. Vieillard et Antonin ont demandé la concession, juin 1830. AN F14 7994).

128GRABONNIÈRES [n. m.] : dénomination des exploitations de minerai de fer d'altération dans la région de Montbéliard. Les minières de Châtenois sont connues sous le nom de Grabonnières (Rapport de l'ingénieur des Mines sur la nature des gîtes de minerai de fer, situés dans le périmètre de la prétendue ancienne concession dont MM. Vieillard et Antonin ont demandé la concession, juin 1830. AN F14 7994).

129GRELUCHE [n. m.] : agglomérat de pisolithes cimentées par un calcaire ferrugineux (Thirria E., 1833, op.cit.).

130GRILLAGE [n. m.] : le grillage a pour but d'expulser des minerais certaines parties inutiles ou nuisibles, tout en les préparant à l'opération définitive qui droit produire le métal cherché. Dans la métallurgie du fer, le grillage chasse l'eau, l'acide carbonique et rend le minerai plus perméable aux gaz qui doivent effectuer la réduction (Lamirault, 1893-1900).

131Le grillage, ou calcination des minerais, est une opération qui a pour but tantôt de rendre plus friables et plus faciles à casser les minerais en roches qui, leur état de propreté ne nécessitant pas le lavage, passent directement de la mine au bocard ; tantôt au contraire, de les préparer à la macération, en décomposant les sulfures qu'ils contiennent (Jullien, 1861).

132À propos de la forge de l'ancien Duché de Gramont, Jean Robert note : le minerai de fer étant débarqué sur le terrain, on procédait à sa préparation dont la première étape était le grillage. On avait élevé des fours ou fourneaux en pierre d'environ 2 m de diamètre sur 2 m de profondeur. Dans ces fourneaux, on entassait alternativement une couche de bois et une couche de minerai jusqu'à atteindre 5 ou 6 couches de minerai. Le feu s'allumait par une ouverture latérale. Lorsque le minerai était suffisamment grillé, il était étendu ou empilé sur le sol puis arrosé afin de dissoudre le soufre. C'est ce qu'on appelait la macération. Cassé ensuite en petits morceaux, le minerai était dirigé vers la forge proprement dite (Robert, 1970).

133GRILLAGE [n. m.] : opération par laquelle on calcine le minerai en le plaçant dans un fourneau carré et découvert lit sur lit, avec du bois ou du charbon, pour le dépouiller du soufre qu'il peut contenir et en faire détacher les grappes qui lui sont adhérentes. Il est nécessaire pour les minerais sulfureux et quartzeux. Il avance l'opération du lavage (Grignon, 1775, p.586).

134Les procédés métallurgiques se distinguent en deux catégories :

135voie sèche,

136voie humide.

137Les procédés par voie sèche diffèrent par la manière d'appliquer la chaleur...

138Le grillage se fait en portant au rouge sans fusion. Il existe plusieurs sortes de grillage :

1391. Chaper les matières volatiles (soufre, bitume...),

1402. Rendre le minerai plus friable (Les deux premières sortes de grillage portent le nom de calcination).

1413. Oxyder la matière elle-même,

1424. Oxyder les matières étrangères et les rendre volatiles (Ces deux opérations se nomment rôtissage.) 5. Oxyder par réaction chimique.

1436. Grillage réductif. On y ajoute du charbon en poudre à la matière et on ménage l'entrée de l'air.

1447. Grillage chlorurant (sel marin sur sulfures) ; on forme un métal à l'état de chlorure. On débarrasse l'urgent ou les éléments étrangers.

1458. Grillage à la vapeur (Rivot) du minerai de fer pour le débarrasser du soufre.

146Le grillage s'effectue dans des appareils qui diffèrent suivant qu'on traite des matières en morceaux ou en poudre.

147Les premiers se grillent en plein air. On stratise couche de minerai et combustible. Les gros morceaux en bas, on couvre soit de terre, soit de minerai déjà grillé, on dirige le feu en perçant des trous avec des barres de fer. On détermine la proportion de minerai et de combustible suivant la température à obtenir. Grillage en tas ou en meules. Enfin en stalles (entre des murs)

148Économiquement, le grillage se fiait dans les fours à cuve, surtout pour le grillage calcinant. L'oxydation ne doit pas être très énergique.

149Pour oxyder énergiquement on emploie les fours à réverbères ; on charge la matière à griller du côté opposé de la chauffe dont on la rapproche. On tourne la matière sur la sole à l'aide de pelles ou râbles...

150Pour des matières dangereuses à respirer, on emploie des appareils mécaniques. Si on veut recueillir les produits de la calcination, on opère en vase clos (Jordan M. non daté).

151GROS [n. m. p.] : catégorie de minerai de diamètre supérieur ou égal à 65 mm (Lecomte, début XXe s.).

152GROSSE MINE [n. f.] : minerai en grains. Différentes espèces de mines de fer (...) Il y en a de trois sortes, savoir des mines en grains qu'on appelle de grosses mines, des mines aussi en grains qu'on appelle menues mines, et enfin des mines en pierre (Intendant Le Guerchois 1717).

153GUERCHER LA MINE [v. t.] : c’est apporter au dépôt le minerai dans des paniers ou de petits chariots. Ce dépôt est à l’intérieur ou à l’extérieur de la galerie (Grignon, 1775).

154HALDE [n. f.] : dérivé de l’allemand., le mot halde désigne le lieu où le minerai est déposé pour subir l'opération du triage et de la décomposition spontanée ; ce mot a été francisé et détourné de sa véritable acceptation : il ne signifie plus que les tas de minerais rebutés (Karsten, 1830). Tas constitué avec les déchets de triage et de lavage d’une mine métallique (Larousse 1960).

155Plus généralement, une halde désigne les matières entassées sur le terrain extérieur de la mine et qui provient aussi bien de l’encaissant, de la gangue que des minéralisations de rebut.

156HALLAGE [n. m.] : Les limes ponctuées limitent le hangar ou hallage dont les : bocard, bassin et rouages sont couverts (Thonnance-lès-Joinville, Haute-Marne, 1812. AN F14 4522).

157HALLANDRAGE [n. f.] : [synonyme de chaussée] (ADMM E 284, ibid.).

158HAVÉE [n. f.] : voir choque (choque à mine)

159HÉRISSON (voir aussi pavé) [n. m.] : il faut que (...) Le hérisson ou pavé qui environne le lavoir, soit à nu et point couvert d'eau, afin que les habitants puissent user du lavoir convenablement (...) (Pesmes, Haute-Saône, Ordonnance du Roi Louis-Philippe du 27 janvier 1837. AD HS 300 S 27).

160HÉRISSON [n. m.] : roue de renvoi qui communique son mouvement ou le reçoit par l’engrenage avec les fuseaux d’une lanterne (Grignon, 1775).

161HUCHE [n. f..] : partie en demi-cylindre qui sert de récipient au minerai dans un patouillet. Elle semble assez importante puisque dans les plus gros patouillets elle peut accueillir deux tombereaux de terre en même temps. La huche peut être simple ou double (Boudousquie, 1826, op.cit.).

162Bassin généralement en bois d’où l’eau se distribue sur les diverses roues des appareils (ADMM E 284, ibid.).

163LA HUCHE (DU LAVOIR À BRAS) [n. f..] : désigne aussi la rigole en bois qui l’alimente (Lavoirs à bras de Choye, Haute-Saône, 1825. AN F14 F 4541). La huche est désignée aussi comme cuvette de lavage (Patouillet de Chargey-les-Gray, Haute-Saône, 1840. AN F14 F 4555).

164HUCHE (DE BOCARD) [n. f.] : cuve hémicirculaire qui reçoit le minerai au sortir de la grille du bocard, et dans laquelle il est agité par des barreaux et des cuillers de fer pour en détacher les parties hétérogènes que l'eau délaie, soulève et entraîne avec elle, par une goulette pratiquée à hauteur convenable au caractère du minerai… Il ne faut pas les surcharger (Grignon, 1775 p. 604).

165HURE [n. f..] : désigne un faciès sédimentaire dans le Sidérolithique du Pays de Montbéliard. Nom commun désignant une terre argileuse rougeâtre plus ou moins riche, très difficile à abattre, et qui se trouve ordinairement à la base du terrain sidérolithique (Resal, 1864).

166INDUSTRIE PATOUILLÈRE [n. f. ] : (...) Vous remarquerez est-il dit dans cette circulaire que le lavage de minerai est une industrie patouillère qui peut exister librement et isolément de celle qui a pour objet la fonte du minerai (...) (Sauvigney-les-Pesmes, Haute-Saône. Rapport de l'ingénieur ordinaire des Mines du 9 mars 1852 rédigé à Vesoul. ADHS 300 S 33).

167JAUNOT [n. m.] : nom donné par les mineurs à une brèche argilo-calcaire de couleur jaune souvent associée au grabon. Le jaunot renferme également des grains de minerais de fer (Thirria E., 1833, op.cit.).

168JOYERES [n. f p.] : ce sont les deux murs, qui terminent le biez d'une usine du côté de l'empallement, et contre lesquels il est appuyé : on en fait en bois, composées de files de pieux assemblés à un chapeau garni en devant avec des fourrures et des palplanches (Grignon, 1775 p. 604).

169JUMELLES [n. f p.] : montants ou poteaux de bocards. Plus généralement il s’agirait de montants sur lesquels coulissent les vannes (ADMM E 284, ibid.).

170JURER [v. t.] : on emploie ce mot pour exprimer le bruit que le minerai bien lavé fait sur la pelle du bocqueur, lorsqu’il l’enlève du bassin pour le lancer au dépôt (Grignon, 1775 p. 604).

171KLAUBAGE [n. m.] : de l'allemand klauben, éplucher, trier. Le klaubage consiste à trier un mélange de minerais et de stérile pour mettre d'un côté la partie riche et de l’autre, les déchets (Lecomte, début XXe s., op.cit. p. 886). Simple triage que l'on effectue en maniant, et inspectant les fragments (...). Le klaubage, comme du reste chacun des genres de sortissage qui figurent dans l'ensemble de la préparation mécanique a pour but essentiel de séparer les matières en trois catégories : 1 ° une sorte définitive, que l'on appelle le fini, ou le bon à fondre ; 2° un autre produit, définitif aussi, et immédiatement rejeté, nommé le stérile ou le déchet ; 3° une classe intermédiaire, trop hétérogène pour être acceptée comme définitive, trop mélangée de substance utile pour que l'on puisse songer à l'abandonner. Cette dernière est, dès lors, réservée pour des opérations ultérieures. Elle porte les noms de mixte, mélangé, matière à retraiter (...) (De la Goupillière, 1885).

172Si par exemple le minerai est pauvre, et disséminé dam les gangues, on fait un concassage mécanique et on traite ensuite à la table tournante et au trommel débourbeur ; le travail est le suivant : le minerai est broyé au concasseur en morceaux de 40 à 50 mm ; par un passage au trommel, on sépare les gros des menus ; les gros (> 45 mm) tombent sur une table tournante au mouvement très lent, dite table de klaubage ; des femmes et des enfants font le sortage à la main ou klaubage ; le menu qui traverse les grilles du trommel est entraîné par l'eau, puis conduit à des bassins de dépôts et de là aux appareils de préparation pour schlamms (Chalon P.F., 1909, op.cit.. p. 450).

173LANTERNE [n. f] : pignon de forme cylindrique, dont les dents étaient constituées par des barreaux ou fuseaux réunissant deux plateaux parallèles (Zylberstein, 1965).

174LAPIAZ [n. m.] : surface de roche calcaire ou dolomitique creusée par dissolution de trous, de cannelures ou de rigoles (Foucault et Raoult, 2001).

175LAVAGE (DES MINERAIS) [n. m.] : opération par laquelle on sépare d'un minerai au moyen d'un courant d'eau, avec des outils ou le secours des machines, les matières étrangères dont le minerai est accompagné dans sa mine (Grignon, 1775).

176LAVAGE À SEC [n. m.] : (...) dans le département de la Haute-Saône, on a récemment introduit un mode de lavage à sec qui consiste à gratter la surface des tas de mine brute quand ils sont bien secs, et à tamiser la terre ainsi obtenue ce qui produit un minerai qui n’exige plus que la mise au clair. (Aumetz. Établissement d’ateliers de lavage au centre des minières, 30 octobre 1839. ADM 1 S 492).

177On n'extrait au jour que le cinquième en volume du gîte, les quatre autres cinquièmes n'étant pas assez riches pour être exploités comme minerai. On les emploie pour remblai ; ou bien on les sort au jour, quand ils sont surabondants. On laisse le minerai brut exposé à l'air pendant un an au moins, pour qu'il fuse, en ayant soin d'écraser de temps en temps avec une masse les morceaux de calcaires qui ne tombent pas naturellement en poussière. Ensuite on le passe à la claie pour séparer de la poussière les morceaux de calcaires qu'on met au rebut, parce qu'ils sont généralement peu riches. Il résulte de cette préparation un nouveau déchet d'un cinquième environ ; et le minerai qui en provient est propre à la fusion sans qu'on le soumette au lavage (Thirria, 1836).

178LAVOIR [n. m.] : appareil destiné à la préparation mécanique des matières minérales (Lami, 1886).

179LAVOIR À BRAS [n. m.] : lavoir à minerai dans lequel le travail s’effectuait manuellement. Canal foncé et entouré de planches, rempli d'une eau courante où l'on lave la mine de fer dans des paniers d'osier (Bourgin, 1920). Les lavoirs à bras sont des caisses rectangulaires construites en planches de 2 mètres de longueur, sur 1m 60 de largeur et 0m 20 de profondeur, dans lesquelles le minerai est retourné continuellement au moyen de râteaux dits rioles, pour que le courant d'eau qui y arrive constamment entraîne les parties terreuses dont il est mélangé (Thirria, 1835. AN F14 4261, op.cit.). Caisse de lavage en bois peu profonde dans laquelle circule un courant d'eau. Le minerai, placé au centre du bac, est remué avec des rioles, des râbles en ferraille pour le débouer (ou débourber). On désigne sous ce nom des canaux dallés, légèrement inclinés, de plusieurs mètres de longueur, sur 1 à 2 mètres de large, et 0,50 m. de profondeur. Un fort courant d'eau traverse les matières, que l'on charge en amont. On facilite le départ des boues argileuses, en pelletant le minerai d'un bord à l'autre. Il finit par atteindre ainsi l'extrémité, entraîné peu à peu par l'action de l'eau, et on l'en retire, convenablement nettoyé. La production est considérable, mais la main-d'œuvre élevée (De la Goupillière, 1885). Les lavoirs à bras sont des canaux à fond pavé, légèrement inclinés, qui ont 3 à 8 mètres de longueur, 1,50 à 3 m. de largeur et 0,50 m. de profondeur. On y fait passer, à contre-pente, un fort courant d'eau, sous lequel des ouvriers armés de pelles, ou un arbre mobile armé de socs de charrue, brassent le minerai pendant sa descente. Cet appareil a un rendement moyen de 25 tonnes par jour (Lami, 1886).

180LAVOIR À CHEVAL [n. m.] voit aussi patouillet : les lavoirs à cheval ont la forme des patouillets avec des dimensions plus petites. Lis consistent en une cuvette demi-cylindrique de 2 mètres de longueur, sur 0,80 m de profondeur, au milieu de laquelle se trouve un arbre en bois armé de quatre barreaux en fer recourbés à angle droit en forme de rectangle, dont la longueur est égale à la demi-longueur de l'arbre, et qui sont placés dans quatre plans perpendiculaires deux à deux. Un courant d'eau afflue continuellement dans la cuvette et entraîne les matières terreuses, du minerai qu'agitent les barreaux. L'arbre est mis en mouvement par un ou deux chevaux attelés dans un manège ; et quand l'eau ne peut parvenir naturellement dans la cuvette, le manège s'élève au moyen d'une noria ou d'une roue à augets, placée dans le prolongement de l'arbre (Thirria, 1835. AN F14 4261, op.cit.).

181LAVOIR À EAU COURANTE [n. m.] voir lavoir à bras : un lavoir à eau courante occupe deux ouvriers. Lorsque l’eau doit être élevée avec une pompe ou une pelle hollandaise, ce qui a lieu pour les lavoirs établis sur les minières, il faut, en outre, un aide ou pompeur. La veille du jour où le lavage doit se faire, les ouvriers remplissent l’auge de minerai brut et le recouvrent d’eau pour le laisser tremper ainsi toute la nuit. Pour opérer le lavage on fait arriver l’eau par l’ouverture et on la dirige le long du plancher, à l’aide d’une rigole creusée dans le minerai, de manière à la conduire sur la partie de ce minerai la plus voisine de la sortie. C’est par cette extrémité opposée à l’entrée de l’eau, que les deux ouvriers laveurs, placés à la suite l’un de l’autre sur le plancher, commencent l’opération en agitant le minerai avec leurs râbles et avançant peu à peu vers b, de telle sorte que le minerai agité d’abord par l’un est repris ensuite par l’autre. Au moyen d’un morceau de planche on règle la sortie de l’eau par l’ouverture a, de telle sorte qu’il en reste dans le lavoir une couche d’environ 0,10 m d’épaisseur. Après avoir ainsi donné un premier tour à tout le minerai contenu dans l’auge, les ouvriers commencent de même une seconde opération, et ne retirent le minerai de l’auge pour le laisser égoutter sur le plancher qu’au troisième tour, pendant lequel on donne l’eau la plus abondante que possible. Chaque parcelle de minerai est donc remuée six fois successivement dans l’auge (...) Un lavoir fournit environ 3,5 m3 de mine lavée par jour de travail (...) (Drouot, 1841, op.cit.).

182LAVOIR À ROUE [n. m.] voit patouillet.

183LAVOIR PORTATIF [n. m.] : on doit désigner ainsi (Décision ministérielle du 25 mars 1831) des lavoirs de minerai de fer établis dans les excavations dont le minerai est tiré dans les dépressions naturelles du sol, qui sont alimentés par les eaux pluviales, ne sont traversés ni arrosés par aucun cours d'eau et se trouvent dans des terrains appartenant aux extracteurs (Audun-le-Tiche, 1853, Avis de l'Ingénieur des Mines en chef, 3 septembre 1853. ADM 1 S 492).

184LEVIGATION [n. f.] : du Latin levigare, rendre lisse. Terme de chimie utilisé en minéralurgie. Séparation, par entraînement dans un courant d’eau, des constituants d’un mélange préalablement réduit en poudre (Larousse 2007 – Roux Brahic, 1922).

185LIEUDIT [n. m.] : connu suivant les régions sous le nom de finage, mas, réage, triage etc., il correspond à un groupement de parcelles du territoire communal auquel les habitants ont coutume d’appliquer une certaine appellation. Les limites des lieux-dits suivent dans leur déplacement les limites des parcelles avec lesquelles elles coïncidaient (Herbin et Pebereau, 1953).

186LIMONITE [n. f.] : minerai de fer. Appelée encore hématite brune. Produit jaune, terreux, ou concrétionné, formé par des particules de goethite (Jung, 1969). La limonite forme aussi des rognons concrétionnés à surface noire luisante, et des grains dans les minerais oolithiques de fer (Foucault et Raoult, 2001).

187LISTEAUX [n. m. p.] : rainurage destiné à accueillir les deux bords d'une pelle dans un empellement. La pelle en bois est appuyée contre l’ouverture de la huche par deux listeaux entre lesquels elle coule (la mine claire) (Bouchu et Courtivron, 1762)

188LOCOMOBILE [n. f.] : moteur monté sur roues, qui peut être déplacé facilement sous un effort extérieur, mais qui travaille à demeure comme une machine fixe. Elles fonctionnent à la vapeur (Lami, 1886).

189LOIRS [n. m. p.] : l’on nomme ainsi tous les bois que l’on pose en chantier sous les glacis, coursier (...) (Grignon, 1775 p. 607).

190MACÉRATION ARTIFICIELLE [n. f.] voir aussi grillage : la macération désigne également l'opération de dissolution des sulfures après grillage. Le grillage ou calcination des minerais est une opération qui a pour but tantôt de rendre plus friables et plus faciles à casser les minerais en roches qui, leur état de propreté ne nécessitant pas le lavage, passent directement de la mine au boccard ; tantôt au contraire, de les préparer à la macération, en décomposant les sulfures qu'ils contiennent (Jullien, 1861).

191À propos de la forge de l'ancien Duché de Gramont, Jean Robert note : Lorsque le minerai était suffisamment grillé, il était étendu ou empilé sur le sol puis arrosé afin de dissoudre le soufre. C'est ce qu'on appelait la macération. Cassé ensuite en petits morceaux, le minerai était dirigé vers la forge proprement dite (Robert, 1970).

192MACÉRATION NATURELLE [n. f.] : désigne la macération qui s'opère en exposant en peu d'épaisseur les pierres à mines ou mines en roche déjà brisées au marteau, aux grandes chaleurs et aux gelées ; cela demande bien du temps et de l'espace (Lanners, 1982).

193MASSIF [n. m.] : dépôt de matière terreuse en élévation provenant de la décantation des eaux de lavage.

194On a cherché dans ces derniers temps sur quelques patouillets et lavoirs-à-cheval à éviter les curages fréquents des bassins d’épuration et le transport des matières terreuses, en élevant les eaux de lavage de deux ou trois mètres et en les versant dans des "récipiens" de forme irrégulière, environnés de digues d'une hauteur convenable. Cette élévation des eaux de lavage se fait dans les patouillets au moyen de leur roue hydraulique, et dans les lavoirs-à-cheval au moyen des chevaux de leur manège. On forme ainsi de grands massifs de matières terreuses de 3 ou 4 mètres de hauteur qu'on n'enlève qu'après plusieurs années, ce qui est fort avantageux, cet enlèvement coûtant bien moins cher que le curage des bassins d'épuration ordinaires (Thirria E., 1835. AN F14 4261, op.cit.).

195MAY [n. f.] : la may sert à séparer le minerai des éléments nuisibles à la fusion. Elle est reliée à la roue du patouillet, ce qui lui permet de tourner. C'est un gros tourillon en bois où sont fixées des barres métalliques dont il est difficile de faire une description précise tant elle varie selon les ateliers. Avec le mouvement de la may, l'argile est broyée contre les parois de la huche, par le mouvement des parties métalliques (Boudousquie, 1826, op.cit.).

196MENUE MINE [n. f.] : minerai en grains (Intendant Le Guerchois 1717, op.cit.). (...) Différentes espèces de mines de fer : il y en a de trois sortes, savoir des mines en grains qu'on appelle de grosses mines, des mines aussi en grains qu'on appelle menues mines, et enfin des mines en pierre.

197MENUS [n. m. p.] : il s’agit de catégories de minerai. Les menus comportent les catégories suivantes : Noix, de 25 à 65 mm ; Grenailles, de 1,5 à 25 mm ; Sables, de 0,5 à 1,5 mm ; Schlamms en dessous de 0,5 mm (Lecomte, début XXe s., op.cit.).

198MINE [n. f.] : (XIIIe siècle) peut-être, d’origine gauloise. Le mot a signifié dès l’origine, à la fois le lieu souterrain contenant des métaux et le minerai. Mineur (XIIe siècle) ; Minerai (XIVe siècle) ; Minier (XIXe siècle) (Baumgartner et Ménard, 1996).

199MINE BRUTE [n. f.] : mine telle qu’on la tire de quelques minière (L’Encyclopédie). Désigne la terre à mine non traitée à la sortie de la mine.

200MINE CLAIRE [n. f.] : minerai débarrassé de sa gangue argileuse (minerai pisolithique). Les mines claires peuvent aussi désigner le minerai en roche ou en amas, c'est-à-dire sans gangue terreuse (ADHS, E. 768).

201MINE EN PIERRE [n. f.] : voir minerai de fer oolithique ou minerai en roche, (Intendant Le Guerchois 1717, op. cit.). Différentes espèces de mines de fer... Il y en a de trois sortes, savoir des mines en grains qu'on appelle de grosses mines, des mines aussi en grains qu'on appelle menues mines, et enfin des mines en pierre.

202MINES EN TERRE [n. f.] : voir minerai de fer en grains (ADHS E 768).

203MINERAI D'ALLUVION [n. m.] : voir minerai pisiforme.

204MINERAI EN ROCHE [n. m.] : voir minerai de fer oolithique (Intendant Le Guerchois 1717, op. cit.).

205MINERAI EN PIERRE [n. m.] : voir minerai en roche syn (Intendant Le Guerchois 1717, op. cit.).

206MINERAI DE FER OOLITHIQUE [n. m.] : minerai de fer composé d’oolithes. Les oolithes ferrugineuses sont constituées d’hématite, de sidérose et de berthiérine ; elles sont prises dans un ciment de même nature avec souvent un peu de phosphate. Leur formation est complexe : le fer provient de l’altération continentale et sa concentration a lieu dès la genèse des oolithes et/ou lors de la diagenèse. De telles couches constituent par exemple le minerai de fer de Lorraine d’âge aalénien appelé aussi minette (Foucault et Raoult, 2001, p. 245).

207MINERAI PISIFORME [n. m.] : les minerais de fer, pisiformes dits d'alluvions sont accompagnés d'argile ocreuse dans la proportion de deux à cinq fois leur volume, et assez souvent de quelques nodules calcaires, de plaquettes siliceuses ou de petits grains quartzeux. On les dépouille de l'argile par le lavage et des autres matières étrangères par le criblage (Thirria E., 1835. AN F14 4261, op.cit.).

208MINÉRAL [n. m.] : XVe siècle, emprunté au latin médiéval "mineralis" qui concerne les minerais, issu du substantif médiéval "minera", mine (Baumgartner et Ménard, 1996).

209MINÉRALURGIE [n. f.] : ensemble des techniques permettant, à partir de substances minérales brutes, d’obtenir des produits utilisables industriellement (Foucault et Raoult, 2001, p. 223).

210MINIÈRE [n. f.] : exploitation d'où l'on tire de la mine (au sens de minerai). Souvent pris au sens d'exploitation à ciel ouvert jusqu'au XIXe siècle.

211MINIÈRE CONCESSIBLE [n. f.] : exploitation d'où l'on tire la mine par travaux souterrains réguliers ou dans laquelle l'établissement de ces travaux est devenu indispensable pour assurer la durée de l'exploitation (Circulaire no 5. Division des Mines : révision de la classification des minières de fer d'alluvion, imposées aux redevances - ADD - 30 juin 1880) Concerne tous les gîtes dits d'alluvion, exploités autrement qu'à ciel ouvert (articles 68 et 69 de la loi du 21 avril 1810).

212MORÉES [n. f. p.] : les morées désignent fréquemment les boues provenant du lavage des terres à mine (Onay, Haute-Saône, 1849. Rapport de l’ingénieur des Mines sur l’installation d’un lavoir à cheval. ADHS 300 S 25).

213MORPHOSCOPIE [n. f.] : (Cailleux A., 1947) du grec morphé, forme et skopein, regarder. Examen de la forme des grains de sable, et notamment de celle des grains de quartz. Parmi ceux-ci, on distingue, notamment d’après A. Cailleux, les émoussés-luisants (abrév.E.L.) usés par l’eau à la suite d’un long frottement avec roulement ; les ronds-mats (abrév.R.M.) usés à la suite de chocs dans Pair sous l’effet du vent ; les non-usés (abrév. N.U.).

214NAUSE [n. f.] : fossé large et profond, servant à l’écoulement des eaux (Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle. 1874. Ibid.). (...) Nous avons suivi le fond de la vallée où se rendent les eaux après voir été utilisées au lavage et nous avons reconnu que la nause, destinée à favoriser l'écoulement, n'était pas partout ouverte (Lieffrans, Haute-Saône, 1828. ADHS 300 S 21).

215NORIA [n. f.] : les norias sont des machines que l'on emploie principalement pour élever l'eau (Lami, 1886). Les eaux de source seront réunies dans un réservoir, d'où elles seront conduites dans un puits creusé dans ce terrain et élevées dans la huche du lavoir à l'aide d'une pompe, d'une noria ou de tout autre mécanisme (Autrey-lès-Gray, Haute-Saône, 1836, Ordonnance Royale du 26 décembre 1836 ADHS 300 S 4).

216OOLITHE [n. f.] ou [n. m.] voir minerai de fer oolithique : (du grec don, œuf et lithos, pierre), par comparaison avec des œufs de poissons. Petite sphère à diamètre de 0,5 à 2 mm en moyenne, dont le centre (nucleus) est un débris (par exemple un grain de quartz, un fragment de test) et dont l’enveloppe (cortex) est formé de minces couches donnant une structure concentrique à laquelle peut se superposer une structure radiaire affectant toutes les enveloppes, ou quelques unes seulement. Les oolithes sont le plus souvent calcaires, parfois ferrugineuses (...) (Foucault et Raoult, 2001, p. 245).

217PALE [n. f.] : 1. petite vanne qui sert à ouvrir et à fermer la retenue d'un moulin, la chaussée d'un étang (Lami, 1886). Les eaux d'un ravin qui vient du bois de la. Commune de Savoyeux seront retenues par un réservoir avec une pale de prise d'eau (Seveux, Haute-Saône, 1830, Ordonnance Royale du 14 janvier 1830 ADHS 300 S 33). C'est une espèce de grande pelle, qui sert à boucher les vannes des usines hydrauliques. On lève les pales pour vider les biez, ou pour donner de l'eau aux roues qui correspondent aux vannes que les pales bouchent ; il y en a de toutes grandeurs. On lève les plus petites à la main, les moyennes avec des bascules, les grandes avec de grands leviers ou des fourches de charpente, au moyen d'un boulon qui traverse la queue de la pale, percée à distances égales pour le recevoir (Grignon, 1775 p. 617). 2. Pelle de fermeture ou d'ouverture de chenal ou coursier (Manson, 1804, p. 36).

218PALIMPSESTE [n. m.] : parchemin regratté (du grec : palimpsestos, gratté à nouveau). Métaphoriquement utilisé pour qualifier un territoire où se superposent des formes d’organisation de l’espace actuelles et héritées qui s’oblitèrent l’une l’autre (Brunet, Ferras et Théry, 1993).

219PARC À MINES [n. m.] : espace où le minerai est déposé en tas dans un atelier de lavage (Thonnance-lès-Joinville, Haute-Marne, 1820. AN F14 4522). C'est l'emplacement où l'on dépose le minerai brut en arrivant de la minière. Le parc est placé contre les lavoirs et les bocards. On en fait aussi près du fourneau, pour emmagasiner le minerai lavé. On mêle les mines de différents caractères dans le parc (Grignon, 1775 p. 617).

220PARQUER LA MINE [v. t.] : amonceler et conserver une provision de minerai brut, pour que la pluie, la gelée, et le soleil agissant différemment et alternativement sur les masses, le préparent à mieux se nettoyer au bocard (Grignon, 1775 p. 618).

221PATOUILLARD [n. m.] : voir patouillet (Monnet, 1773).

222PATOUILLAS [n. m.] : bourbier, eau stagnante et bourbeuse des chemins (Godefroy, 1902).

223PATOUILLER [v. t.] : toucher et retoucher avec les pattes ; troubler par un mouvement quelconque (Godefroy F. 1902. Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle). Agiter le minerai dans l'eau, pour en séparer, par la décantation, les parties terreuses plus légères. Cette opération se fait dans les huches du patouillet (Grignon, 1775 p. 618). Agiter un objet dans l’eau, spécialement le minerai qu’on lavait dans les mares (Duchet-Suchaux, 1999).

224PATOUILLET [n. m.] : appareil de débourbage servant à nettoyer les minerais empâtés d'argile ou de sable (Grand Larousse encyclopédique en dix volumes, 1963, librairie Larousse, Paris). Atelier propre à nettoyer les mines jointes à de la terre seule (Bourgin H. et G., 1920. Op.cit.). Machine hydraulique qui sert à séparer la terre des mines de fer (Bourgin H. et G., 1920. Op.cit.). Mécanisme mû par une roue hydraulique, un manège à chevaux ou une machine à vapeur, qui servait à concasser et laver le minerai. Cet appareil est principalement destiné au minerai de fer. Il consiste en une auge hémi-cylindrique, qui présente une légère pente. Suivant son axe est disposé un arbre muni de palettes qui, par leur rotation, battent le courant boueux. Le minerai est recueilli à l'extrémité, et les troubles sont emportés par le liquide.

225Le lavage des minerais au patouillet précède l’opération du bocardage et s’applique en général à tous les minerais empâtés de sables et d’argiles. Quand la proportion des terres n’est pas trop forte, les patouillets se réduisent à des bassins en bois où l’on fait affluer l’eau et dans lesquels le lavage consiste simplement à brosser le minerai ; souvent, ces appareils sont disposés en étages dans lesquels on fait successivement passer la matière jusqu’à ce qu’elle soit bien nettoyée. Les dispositions adoptées pour les patouillets mécaniques sont nombreuses ; tantôt on les fait mouvoir par des chevaux, tantôt par des roues hydrauliques, tantôt par la vapeur ; ils sont rotatifs à lavage intérieur, ou cylindrique à travail continu. Les patouillets ordinaires sont composés de quatre couronnes en fonte, dont les moyeux sont clavetés sur l’arbre qui reçoit le mouvement, tandis que leurs circonférences sont reliées par huit barres de fer formant une hélice d’un pas très allongé. Cet appareil ainsi disposé est placé au-dessus d’une auge demi-circulaire en maçonnerie doublée de tôle ou en bois, et contenant une certaine quantité d’eau. Le fond de cette auge est légèrement incliné vers la fosse d’une drague circulaire pour que le minerai brut, agité, remué et lavé par les ailettes du patouillet, puisse y descendre et y être enlevé par les godets de la drague, qui le déverse sur un plan incliné, le menant dans les wagonnets destinés à opérer son transport aux fourneaux de grillage.

226L’arbre d’un patouillet fait de quatre à sept tours par minute, et la force qu’il exige pour laver 3 mètres cubes de minerai par heure est de 3 à 4 chevaux (Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, 1874, Ibid.).

227Les patouillets consistent en une cuvette demi-cylindrique de 3 mètres environ de longueur sur un mètre de profondeur, dans laquelle se trouve un arbre armé de deux ou quatre barreaux en fer recourbés à angle droit en forme de rectangle, dont la longueur est égale à la demi-longueur de l'arbre et qui sont placés dans deux ou quatre plans perpendiculaires. L'arbre est mis en mouvement par une roue hydraulique placée sur son prolongement et des barreaux agitent le minerai au milieu de l'eau qui afflue continuellement dans la cuvette et entraîne les parties terreuses dont il est mélangé (Lhirria, 1835. AN F14 4261, op.cit.).

228Dans les mines de fer de Wassy (Haute-Marne), La huche du patouillet a 4,50 m de longueur et 0,70 m de rayon de courbure pour sa section transversale. L'arbre est en fonte, et porte six encoches destinées à recevoir les barreaux agitateurs. Il est actionné à l'aide d'un engrenage, ainsi que la drague. La sortie des eaux sales doit s'effectuer du côté de la pile, afin d'éviter de jeter du minerai dans la rivière, ou dans les bassins d'épuration. Sans cela, une partie de ce dernier, se trouvant soulevée par les barreaux du patouillet, s'échappe avec le courant (De la Goupillière, 1885, op.cit. p. 869).

229Le patouillet se compose d'une cavité hémicylindrique où l'on fait circuler le minerai, avec un fort courant d'eau. Dans l'axe du cylindre, est un arbre muni de bras reliés par des barreaux longitudinaux, obliques par rapport aux génératrices. Ces bras et ces barreaux agitent le minerai, et le poussent depuis l'extrémité où on le charge, jusqu'à celle où on le recueille. Cet appareil peut traiter 40 tonnes de minerai par jour, mais il est beaucoup moins parfait que le trommel débourbeur (Lami, 1886).

230Seconde partie du bocard composé, le patouillet, il est formé d'une ou plusieurs huches, dans lesquelles le minerai se précipite en sortant de la grille du bocard, et y est agité par des barreaux ou des cuillers, ou bien encore les deux, qui sont encastrés dans un cylindre mu par l'eau (Grignon, 1775 p. 618).

231(...) Le patouillet ne servira que pour la mise au clair des minerais, qui auront été déboués dans les lavoirs à bras (...) (Boursières, Haute-Saône, 1849. ADHS 300 S 38).

232Le patouillet représente en quelque sorte le type de lavoir perfectionné qui, tout en nécessitant des installations plus importantes, assure un rendement bien supérieur.

233Bassin servant à laver le minerai (Patouillet de Cendrecourt et de Magny-les-Jussey (Haute-Saône) (Duchet-Suchaux, 1999).

234Le patouillet désigne l’atelier où l’on opère le débourbage du minerai (Littré 1874).

235PATOUILLET À CHEVAL [n. m.] voir lavoir à cheval

236PATOUILLET À VAPEUR [n. m.] : patouillet dont les pales sont actionnés par une machine à vapeur. L'appareil laveur qu'il s'agit d'établir se compose de deux parties, le patouillet proprement dit et la machine destinée à le mettre en mouvement. Le patouillet, récemment imaginé par M Dufournel, était établi et fonctionnait à titre d'essai à son habitation de Renaucourt où nous l'avons examiné les 6 et 7 mai 1858. Il se compose de deux huches en tôle placées bout à bout, et séparées par une cloison. Le minerai brut est versé soit à la pelle soit au moyen d'une trémie à l'une des extrémités de la première huche et il est désagrégé par des agitateurs en fer fixés à un arbre de couche comme dans un patouillet ordinaire ; seulement on a augmenté le nombre des agitateurs, afin de rendre l'opération, plus rapide, et on a disposé leurs barres horizontales de manière à former en quelque sorte deux hélices discontinues et en sens inverse, qui, pendant la rotation de l'arbre, tendent à communiquer aux matières un mouvement alternatif qui retarde le moment où elles arrivent à l'autre extrémité de la huche. En ce point, les minerais délayés sont rejetés de l'autre côté de la cloison et ils sont agités dans la seconde huche par une espèce d'hélice continue en fer qui les amène à l'extrémité opposée d'où ils sortent de l'appareil.

237L'eau nécessaire à l'opération est élevée au moyen d'une pompe mue par la machine ; elle est versée dans la seconde huche, et le sens de son mouvement est contraire à celui du minerai de telle sorte qu'à sa sortie, il a été rincé quelque temps avec de l'eau à peu près claire.

238Tout ce système est porté sur des essieux de manière à être facilement transportable, et le mouvement de l'arbre du patouillet est obtenu au moyen d'une courroie qui s'enroule sur deux poulies, dont Tune est conduite directement par une machine à vapeur locomobile (...) (Rapport de l'ingénieur ordinaire des Mines du Sous Arrondissement de Vesoul sur une pétition présentée par M Dufournel et Cie à l'effet d'être autorisés à établir un patouillet à vapeur dans une propriété qu'ils possèdent sur la commune de Renaucourt, Haute-Saône - ADHS 300 S 30).

239PATOUILLET LOCOMOBILE [n. m.] voir patouillet à vapeur

240PATOULIARIET [n. m.] ou encore Patouliarié : un lavoir (Honnorat, 1847).

241PATOULH OU ENCORE PATROUILLIS [n. m.] : boue, gâchis que l'on trouve dans les chemins et dans les rues. Lieu bourbeux, margouillis. Etymologie : du grec patos, chemin battu, chemin fréquenté, parce que c'est là qu'on trouve de la boue en quantité (Honnorat, 1847, op.cit.).

242PATOULHAR OU PATOUILHA [v. t.] : agiter la boue (Honnorat, 1847, op.cit.).

243PATOUILLEUR [n. m.] : ouvrier qui fait le patouillage du minerai de fer (Lami, 1886).

244PATROUILLER [v. t.] voir patouiller.

245PAVÉ [n. m.] voir hérisson.

246PELLE [n. f.] : instrument manuel du bocqueur ; il s’agit d’une pelle garnie d’un manche en bois, emmanchée obliquement, avec laquelle le bocqueur manœuvre le minerai (Grignon, 1775 p. 619).

247PELOTTES D'ARGILE [n. f. p.] [synonyme de boules d'argile] : (...) on a séparé et brisé à la pelle les pelottes d'argile qu'il contenait (le minerai encore terreux) et on a repassé une seconde fois ces matières avec le minerai lui-même dans l'appareil laveur (...) (Renaucourt, Haute-Saône, 1869. Rapport de l'ingénieur ordinaire des Mines, 14 octobre 1869, patouillet à vapeur de Renaucourt. ADHS 300 S 30).

248PERRÉ [n. m.] : les perrés sont des revêtements en pierre destinés à consolider et à protéger les talus contre les dégradations produites par l'écoulement des eaux superficielles. Les perrés se construisent en moellons bruts ou simplement têtués, dont la plus grande dimension est perpendiculaire au talus. On les assujettit les uns aux autres au moyen d'éclats enfoncés à coup de masse ; on achève de garnir les joints avec de la terre végétale et on sème du gazon pour empêcher l'eau de pénétrer facilement (Lami, 1886). Un perré solidement fait devrait revêtir les talus intérieurs et extérieurs de la digue sur 2 mètres de largeur en face du déversoir, afin de prévenir les dégradations (Lieffrans, Haute-Saône, 1846. Rapport établi par M l'ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées - 27 juillet 1846 ADHS 300 S 21).

249PIED [n. m.] : mesure de longueur valant 12 pouces. Le Pied de Roy : utilisé en France, il valait l'équivalent de 0,3248 m (Bourgin, 1920).

250PILON OU PILLON [n. m.] : partie saillante de la vanne, celle sur laquelle s’enclenche la crémaillère pour la soulever ou l’abaisser (ADMM E 284, ibid.).

251PISOLITE ou PISOLITHE [n. f.] : (du latin pisum, pois et du grec lithos, pierre) concrétion ferrugineuse sphérique ou ovoïde à structure concentrique à diamètre de 1 à 20 mm, se formant dans certains sols dans les horizons d'accumulation (Foucault et Raoult, 2001, p. 269).

252Caractéristique des minerais de fer résiduels tertiaires et quaternaires dits pisolithiques, pisiformes ou en grains...). Le terme est également utilisé pour des concrétions calcaires d'origine lacustre ou marine.

253Pleistocène [n. m.] : (Ch. Lyell, 1832, du grec pleistos, le plus, et kainos, récent, c’est-à-dire plus récent que le Miocène). Partie inférieure de l’ère quaternaire (Foucault et Raoult., 2001).

254Plio-Pleistocène [n. m.] : abrèv. de Pliocène-Pleistocène

255Pliocène [n. m.] : (Ch. Lyell, 1832, du grec pleon, davantage, et kainos, récent, c’est-à-dire plus récent que le Miocène). Division stratigraphique de la fin de l’ère tertiaire (Foucault et Raoult., 2001).

256POUCE [n. m.] : mesure de longueur, la douzième partie d'un pied de roi, qui contient douze lignes (Bourgin, 1920, op.cit.).

257PRÉPARATION MÉCANIQUE [n. f.] : la préparation mécanique des minerais constitue la première partie des manipulations que doit subir le minerai ; elle diffère de celles qui succèdent et qui constituent selon l’auteur la métallurgie proprement dite. Cette dernière science emploie comme agent principal, la chaleur, tandis que la préparation fait uniquement appel aux forces mécaniques (De la Goupillière, 1885, op.cit, p. 675-676).

258PURGER [v. t.] : nettoyer, laver le minerai. (...) Il a donné la permission...d'y établir un lavoir à bras double pour purger du minerai de fer(...) (Confracourt, Haute-Saône, 1829 ADHS 300 S 13).

259PENDANTES [adj.] voir roues pendantes

260QUEUE [n. f.] : 1. sorte de futaille contenant environ un muid et demi. Acad. Vaisseau qui contient un peu plus d'un muid, ou 54 setiers, à 8 pintes le setier, mesure de Paris, et le muid est de 36 setiers (Bourgin, 1920). 2. mesure de volume (Queue de mine) environ 0, 66 m3 (Valay, Haute-Saône, 1826. ADHS 300 S 36) 800 queues de mines claires = 530 m3 1 m3 = 1 500 kg. 1 queue = 1000 kg. 3. Mesure ou tonneau dans lequel on transporte la terre minérale (Bourgin, 1920).

261Une queue de mine (en Haute-saône) = 6 hl et 50 litres. La queue qui se divise en 4 cuveaux ; le cuveau est une caisse formant un carré long portant 758 mm de longueur, 379 mm de largeur et 704 mm de hauteur.

262QUEUE DE PALE [n. f.] : tige de bois équarrie, au bas de laquelle est fixée une espèce de table, composée de planches assemblées à plats, joints, soutenues par des barres bien chevillées, laquelle sert à boucher la vanne d'un empallement. C'est par le moyen de la queue de la pale qu'on la lève, avec une bascule ou toute autre mécanique (Grignon, 1775 p. 628).

263QUINTAL MÉTRIQUE [n. m.] : unité de poids valant 100 kg. La plupart des salaires d’ouvriers au début du XIXe s. était basé sur cette unité.

264RÂBLAGE [n. m.] : action de passer le râble sur une table ou un bac de lavage. Le râblage remet alors la matière en suspension et permet à l'effet précédent de se reproduire incessamment ; en outre, en râblant, on délaye la matière et les schlamms sont par suite plus facilement entraînés ; le produit est par conséquent mieux nettoyé (...) (Roux-Brahic J., 1922, op.cit.).

265RÂBLE [n. m.] : les râbles (ou rouable) (De Re Metallica, Georgius Agricola (1556) sont des râteaux en bois ou en tôle de fer pour opérer le lavage proprement dit, et représentés de face et de profil. Les manches de ces râbles ont environ 2 m de longueur et 0,04 m de diamètre au gros bout ; ils sont en bois et inclinés de 60 degrés sexagésimaux sur les faces planes des râbles ; l'épaisseur de la tôle avec laquelle ces râbles sont faits, est de 0,005 m ; les faces planes sont amincies depuis le manche jusqu'au bord rectiligne où l'épaisseur est de 0,003 m seulement ; le poids du gros râble, non compris son manche, est de 2,750 gr ; le poids du petit râble est de 2,500 gr (Drouot M., 1841, op.cit.)

266(...) L'eau boueuse s'étale sur la table, les particules sont ramenées vers le sommet au moyen d'un râble, le travail de l'ouvrier consistant à renouveler la remontée des matières vers la tête jusqu'au moment où il juge le travail de lavage achevé (...) (Roux-Brahic J., 1922, op.cit.).

267Outil fort en usage dans les forges. Il y en a de bois et de fer. On l'appelle par corruption rouale. Cet outil est composé de trois parties. L'une est large, taillée à sa base sur une ligne droite et hémi-circulairement en dessus ; au centre de la partie supérieure arrondie, est soudée une tige taillée en douelle, qui est recourbée sur un angle aigu, en sorte que le manche de bois qui est assujetti par un clou dans la douelle (élément en bois) est incliné au plan de la partie large, qui est une espèce de ratissoire pour laver la mine (Grignon, 1775).

268RÂBLE [n. m.] : (XIIIe siècle sous la forme roable, reable), sorte de râteau plat, du latin rutabulum, instrument de nettoyage, fait sur ruere, remuer (Baumgartner et Ménard, 1996).

269RADIER [n. m.] : plate-forme en pierre ou béton couvrant le sol d'un sas d'écluse ou d'un coursier.

270RASSE [n. f.] voir raissotte

271RAISSOTTE [n. f.] : désignait un panier en coudrier tressé utilisé autrefois pour ramasser le minerai à fleur de sol. Ces paniers étaient trempés dans un lavoir pour en extraire la gangue (Trad. orale région de Traves 70).

272Grands paniers, composés en formes de vans avec des brins d'osier de viourne, ou des lames de bois de chêne, décorées, fendues sur le genou, que l'on nomme communément aissignon (Grignon, 1775 p. 629).

273RÉCIPIENT OU RÉCIPIENS [n. m.] [synonyme de bassin d'épuration] (Lavoir à cheval de Rigny, Haute-Saône, 1826. ADHS, 300. S. 31).

274REGRAIS [n. m. p.] : (voir regrins) désigne les déchets qui résultaient des traitements mécaniques après prélèvement des minerais enrichis (Doc. AN T 166/79, cité dans un acte de 1470, fonds étudiés par Bonami, 1977).

275REGRINS [n. m. p.] [synonyme de regrais].

276RÉSERVOIR [n. m.] ( : voir réservoir d'arrêt ou fossé d'arrêt). Fosse creusée artificiellement dans le sol pour recueillir les eaux de pluie ou collecter les eaux de sources.

277RÉSERVOIR NOURISSIER [n. m.] : réservoir qui alimente un lavoir à bras (Lavoirs à bras de Choye, Haute-Saône, 1825. AN F14 4541).

278RÉSERVOIR D'ARRÊT [n. m.] : bassin servant à la clarification des eaux de lavage juste avant leur rejet dans le milieu naturel (AN F14 4544) (Voir fossé d’arrêt).

279RIGOLE [n. f.] : 1. (...) les eaux retenues dans le réservoir seront conduites par deux rigoles au moyen de deux petites pales dans les deux huches, ou dans les deux bassins à laver la mine (...) (Citey, Haute-Saône, 1828. ADHS 300 S 13). 2. (XIIIe siècle), emprunté au mot néerlandais, regel, rangée, ligne droite, richel, fossé d’écoulement, du latin regula au sens de petit conduit aménagé pour évacuer l’eau (Baumgartner et Ménard, 1996).

280RINÇOIR [n. m.] : terme désignant la cuve qui jouxte dans certains cas la huche dans un patouillet. Le rinçoir est signalé sur un plan de lavoir à cheval installé à Velesmes. De la huche s'échappent les eaux bourbeuses, tandis que les eaux claires et le minerai passent directement dans le rinçoir (Velesmes, Haute-Saône, 1829. Plan de l'Ingénieur des Mines Thirria - ADHS, 300 S 38).

281RILL WASH [n. m.] : (mot anglais). Rigoles coalescentes qui incisent un versant.

282RIOLE [n. m.] : voir aussi ruale ou rualot. (...) le minerai est retourné continuellement au moyen de râteaux dits rioles, pour que le courant d'eau, qui y arrive constamment, entraîne les parties terreuses dont il est mélangé (Thirria, 1835. AN F14 4261, op.cit.).

283ROUES PENDANTES [n. f. p.] : [synonyme de roue hydraulique] (Boursières, Haute-Saône, 1849. ADHS 300 S 8).

284ROUET [n. m.] : roue dentée placées sur l'arbre d'un moulin à eau, laquelle engrène avec les fuseaux de la lanterne (Zylberstein, 1965).

285RUALE [n. m.] : (également rualot) racloir, râteau.

286SCHEIDAGE [n. m.] : de l'allemand scheiden, séparer. Opération qui consiste à casser un bloc contenant une partie de minerai et une partie de stérile pour séparer le minerai du stérile (Lecomte, début XXe s., op.cit.).

287Le scheidage ou triage au marteau, dans lequel la classification s'accompagne d'une fragmentation à la main (De la Goupillière, 1885, op.cit., p. 681 et 682). Cassage au marteau des morceaux de tout-venant pour en extraire le minerai des parties stériles.

288Le triage à la main commencé aux chantiers d'abattage, ne droit laisser dans la mine que du stérile ; puis le triage à la surface, plus minutieux donne du minerai pur et des morceaux de minerai portant avec eux du stérile difficile à séparer sans pertes (Chalon, 1909, op.cit. p. 450).

289SCHLAMMS [n. m. p.] : mot d'origine allemande signifiant : boues. Boues résiduelles de décantation du traitement par voie humide des minerais. Par extension déchets qui proviennent du broyage ou bocardage des minerais. Il s’agit d’un terme utilisé pour les minerais polymétalliques.

290Particules très fines - quelques microns - difficiles à décanter (Collectif, 1979).

291Catégorie de minerais, la plus petite des menus ; le diamètre des schlamms est en dessous de 0,5 mm (Lecomte, début XXe s., op.cit.).

292SCHLICHS [n. m. p.] : minerai broyé, trié, lavé et préparé pour la fonte. Il s’agit d’un terme utilisé pour les minerais polymétalliques.

293SEC [adj.] (voir lavage à sec)

294SERGE DE BASSIN [n. f.] : ce sont les planches droites ou courbes posées de champ, qui forment les côtés d’un bassin ou d’un lavoir à minerai et qui en délimitent l’espace (Grignon, 1775 p. 636).

295SETZAGE [n. m.] : de l'Allemand setzen, séparer. Opération qui consiste à séparer par densités un mélange de minerais de façon à les classer en deux couches superposées, la couche inférieure contenant le produit lourd, et la couche supérieure contenant le produit léger (Lecomte, début XXe s., op.cit.).

296Sidérolithique [n. m.] (du grec sidêros, fer et lithos, pierre) Formation d’argiles rouges à concrétions ferrugineuses, surtout développées sur la bordure ouest et sud ouest du Massif central français. Ces formations dérivent de paléosols ferralitiques d’âge éocène et apparaissent maintenant en lentilles plus ou moins développées (Foucault et Raoult, 2001, p. 320).

297On désigne sous ce nom les formations continentales formées au Crétacé sur la partie du Quercy que les mers de cette période n’ont pas recouverte, mais sûrement à l’Eocène et à l’Oligocène, à la fois sur les terrains jurassiques et les terrains crétacés. L’étymologie (pierre de fer) en indique le caractère principal. On y constate la présence de minerai de fer abondant dans une masse de sables et d’argiles. Le Sidérolithique comporte plusieurs faciès. Dans ses aspects classiques, le Sidérolithique est en couverture sur le calcaire. Mais à la surface du Massif Central, à l’est de Latronquières, au sud-est de Figeac, et dans la région d’Asprières, on trouve des argiles plus ou moins rouges qui résultent à la fois de l’altération du socle (schistes cristallins et granit) et du remaniement de revêtements plus anciens ; nous sommes en effet, dam la Châtaigneraie ou Quercy cristallin, sur un territoire où se confondent de très vieilles surfaces sous lesquelles la roche est profondément altérée et sur lesquelles ont pu se déposer des résidus divers ;

298- Le Sidérolithique désigne des formations résiduelles généralement rouges, très argileuses, riches en limonite (oxyde ferrique hydraté) ; elles se sont mises en place et ont évolué sous des climats chauds et humides. Ce sont donc des paléosols variant entre les types de sols latéritiques (ferralitique) et des sols ferrugineux tropicaux. Les climats peuvent aller du tropical humide à saisons alternantes à un tropical un peu plus sec : les gisements de mammifères fossiles trouvés en Aquitaine et datant de cette période donnent la même image du climat éocène et oligocène.

299- On englobe cependant sous le terme de Sidérolithique des faciès très différents et qui s’éloignent des paléosols. Par exemple, on trouve des argiles kaoliniques blanches, passant à des sables et grès siliceux presque dénués de fer, et, à l’inverse, des croûtes compactes et épaisses qui ont été utilisées comme minerai de fer. La limonite s’y trouve en imprégnatiom diffuses (grès ferrugineux), en galets roulés, en pisolithes, petits grains à structure concrétionnée, concentrique, dispersée dans l’argile. Dans tous les cas, le milieu est exclusivement siliceux, la pédogénèse s’étant effectuée après décalcification totale de l’ensemble. Les remaniements y sont nombreux : il y en a de synsédimentaires, contemporains de la formation, puisqu’elle englobe des graviers et galets de limonite, des galets de grès siliceux ou des plaquettes émoussées de meulière (silex grossier) oolithique est très discontinu, à la fois fragmenté par l’érosion quaternaire, qui, en creusant les vallées, a retrouvé en dessous les terrains secondaires, et par l’irrégularité du relief de la surface paléogène sur laquelle il s’est déposé. On le trouve donc dans des creux de calcaires jurassiques et crétacés : vallées étroites aux parois abruptes, véritables petits canyons pouvant déboucher sur des cirques plus larges, poches étroites et profondes (gouffres, dolines). Ce sont parfois de simple revêtements terreux continus noyant des lapiaz. Dans beaucoup de cas, le piégeage karstique a joué un grand rôle. On a émis deux théories concernant l’origine du Sidérolithique :

300- Ses éléments sont autochtones et proviennent de la décarbonatation des calcaires jurassiques et crétacés : de fait, le Sidérolithique est plus argileux en Quercy où les impuretés de calcaires jurassiques sont des argiles parfois très peu abondantes : 1 à 2 % dans les calcaires argoviens, 10 à 15 % dans le Kimméridgien, tandis qu’il est plus sableux en Périgord où les calcaires sont souvent riches en grains de quartz et même quelquefois remplacés par des lits de sable à peu près purs (Région de Sarlat).

301- Il s’agit d’épandages fluviatiles, à partir du Massif Central, et la liaison avec les argiles à graviers est par ce fait admise, comme en témoignent les graviers quartzeux grossiers qu’on y rencontre (encore ne faut il pas confondre ces cailloux quartzeux in situ dans le sidérolithique, avec des épandages superficiels plus récents, dits Villafranchiens).

302Il est vraisemblable que le sidérolithique est à la fois d’origine autochtone et allochtone, mais des études sédimentologiques plus précises seraient nécessaires pour en préciser la genèse.

303Le Sidérolithique typique occupe de larges places sur le Cause de Martel, en Bouriane, aux environs de Berganty (Lot). Ailleurs, il forme des affleurements dispersés, sur les points culminants, facilement repérables par la végétation calcifuge qu’ils supportent (châtaigniers, chênes pédoncules, charmes, fougères, ajoncs) qui tranchent sur la végétation caussenarde (noyers, chênes pubescents, noisetiers, érables de Montpellier). Nous avons indiqué déjà qu’il est possible que les phénomènes d’altération qui lui ont donné naissance aient commencé avec l’émersion de la fin du Jurassique, mais l’érosion superficielle précédant et accompagnant la transgression crétacée en aurait dispersé la majeure partie, que l’on retrouverait, sous forme d’argiles, de grains de sable ou de rognons de silex dans les faciès de rivage du Turonien et du Sénonien du Périgord. Peut-être la présence de pisolithes de fer est-elle liée à cette formation superficielle diffuse et maintes fois dispersée, qui date du Crétacé. Cependant, il faut admettre que la majeure partie du Sidérolithique est post - Crétacé et qu’il fossilise la surface d’érosion polygénique paléogène avec localement des argiles rouges, parfois versicolores (violet, rouge, jaune, blanchâtre) où dominent l’illite et la kaolinite. La rubéfaction pourrait être consécutive au dépôt, contemporaine de la pédogenèse ou même ultérieure, comme c’est le cas dam les formations latéritiques actuelles. La teinte rouge homogène serait le résultat d’un remaniement, d’un brassage complet de la formation en présence d’eau (et souvent de calcaire).

304En dehors de sa forme dispersée dans l’argile, le fer s’y rencontre sous forme de pisolithes (latérite à grenailles) qui peuvent se concentrer en masses, en nodules plus gros, en croûtes sur les parois calcaires ou sur les galets et blocs isolés. Sous ces formes diverses ont été exploités au siècle dernier, le fer de Bruniquel, piégé dans des galeries karstiques, et celui de Fumel (Lot) en gisements de surface.

305Les faciès sableux y sont rares : cependant, il existe dans le calcaire jurassique des poches plus ou moins profondes de sables parfois grossiers très quartzeux, à grains très arrondis et patinés de rose, exploités sou le nom d’arêne. dans ce cas, les sables sont soudés par un ciment siliceux en grès quartzitiques durs (Berganty, Granels au nord de Sauzet dans le Lot) (Morin et Morin-Hamon 2002).

306SILT [n. m.] : mot anglais désignant les sédiments détritiques meubles dont le grain est compris entre 1/256 mm et 1/16 mm (Foucault et Raoult, 2001).

307SOL FERRALITIQUE OU FERRALLITIQUE [n. m.] : sol rouge des régions tropicales humides sous couvert forestier, pauvre en Si et riche en hydroxydes de Fe et Al. Ce sol peut se durcir et évoluer vers une carapace ferrallitique (ou carapace latéritique) (Foucault et Raoult, 2001).

308SORTAGE [n. m.] : synonyme de klaubage, épierrage

309SOUS-BIEF [n. m.] : (de bief) pour que le système à roue hydraulique fonctionne, il est nécessaire de disposer d'une chute que l'on crée artificiellement en dérivant une partie de l'eau de la rivière dans un bief dont la pente inférieure à celle du cours d'eau permet d'obtenir la dénivellation désirée. Au sortir de la roue hydraulique, l'eau est restituée à la rivière par le sous-bief (Patouillet de Confracourt, Haute-Saône, 1829. AN F14 4547). S’applique à un canal qui rejoint le canal de décharge.

310SOUS-GLACIS [n. m.] : plancher que l’on construit au - dessous d’un chute d’eau, pour empêcher qu elle ne fasse des excavations et pour en diriger la courbe (Grignon, 1775 p. 639).

311SLUICE [n. m.] : mot anglais signifiant canal. Canal en planches où sont lavés les sables aurifères et au fond duquel l’or se dépose (Littré). Succession de caisses en forme de goulottes légèrement trapézoïdales emboîtées les unes dans les autres, le fond des caisses étant garni de lattes transversales appelées riffles. Le sluice est parcouru par un cours d’eau turbulent qui entraîne le gravier à laver préalablement débourbé ; les riffles arrêtent seulement les éléments de petites dimensions (inférieures à l’épaisseur des lattes) qui se traînent sur le fond, c’est-à-dire les éléments de haute densité (Le sluice a un plus gros débit de lavage que la batée) (Pélissonnier, 1997).

312STÉRILES [n. m. p.] : mélanges hétérogènes dont il convient d’extirper les matières directement utilisables dans les usines métallurgiques. Désignent le plus souvent les matériaux non métallifères issus de la mine ou des ateliers de préparation mécanique.

313TABLE [n. f.] : désigne divers appareils employés au lavage des minerais broyés, soit pour le scheidage soit pour le classement pare densité.

314TAMISAGE [n. m.] : opération de criblage qui s'opère dans l'eau. Dans l'opération de tamisage, le minerai demeure sur le crible, les grains quartzeux passant à travers les mailles (Thirria, 1835. AN F14 4261, op.cit.).

315TERRAQUÉ (e) [adj.] : composé de terre et d’eau (Zylberstein, 1965).

316TÊTE [n. f.] voir empellement de tête.

317TÊTU [n. m.] : marteau à tête carrée servant à dégrossir la pierre, près des arêtes ; on l'utilise aussi pour mettre les moellons en place (Zylberstein, 1965). Les perrés se construisent en moellons bruts ou simplement têtués, dont la plus grande dimension est perpendiculaire au talus (Lieffrans, Haute-Saône, 1846. Rapport établi par M l'ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées - 27 juillet 1846 ADHS 300 S 21).

318TIRER LA MINE [v. t.] : terme utilisé dès le XVIe siècle pour les mines de fer ; tirer la mine signifie exploiter le minerai de fer aussi bien par ramassage de surface que par travaux miniers souterrains.

319TOURILLON [n. m.] partie métallique par laquelle un arbre de roue hydraulique repose sur l'empoisse. Les tourillons reposent dans les encoches pratiquées dans les empoisses ou coussinets.

320Pièces cylindriques de métal qui terminent l'axe des corps qui ont un mouvement de rotation ou de balancement, dont les tourillons sont le centre. Les tourillons des arbres des roues de forges et de moulins sont de fonte de fer, ou de fer, fixés au centre des extrémités des arbres, et posent dans les coches des empoëses (Grignon, 1775 p. 646).

321TRAITE OU TRAITTE [n. f.] : terme désignant le transport du minerai, du lieu d'extraction au lieu de traitement. La traite était effectuée au moyen de voitures ou chariots à traction animale.

322TRIAGE [n. f.] : on donne le nom de triage à l'opération par laquelle on sépare le minerai des substances étrangères qu'il contient, lorsque cette opération peut être faite par des moyens mécaniques.

323Séparation des stériles et impuretés dans le tout-venant provenant de l'extraction : le tri pouvait être manuel et portait le nom de scheidage. Il s’effectuait à l'aide de tables de triage. Il peut être mécanique et s'appelait alors klaubage ou sortage. On utilisait des tables de klaubage. Le triage est le terme utilisé dans les traités métallurgiques et les rapports des ingénieurs de Mines pour les minerais de fer.

324TRÉMIE [n. f.] : caisse sans fond en forme de pyramide tronquée. Pièce utilisée dans la confection de certains cribles à l’eau (Grignon, 1775 p. 647).

325TROUBLES [n. m. p.] : matériaux en fines particules transportés en suspension par un cours d'eau.

326TURCIE [n. f.] : levée de terre au bord d’une rivière pour contenir les eaux et prévenir les débordements (Zylberstein, 1965).

327VALAT [n. m.] : rigole destinée à diriger les eaux des orages (Zylberstein, 1965).

UNITÉS DE MESURES UTILISÉES DANS LES MINES

Unités de longueur

328- Le Pied de Roy : utilisé en France, il valait l'équivalent de 0,3248 m.

329- La toise de France vaut 6 pieds de Roy soit 1,92 m.

Unités de volume (moyennes)

330- Rasse ou raissotte =100 litres = 22 kg,

331- Cuveau ou van =3 rasses = 300 litres = 66 kg,

332- Banne =12 cuveaux = 3600 litres = 792 kg,

333- la Queue : fût de capacité variable selon les régions

334- le tombreau (parfois écrit tombereau) unité de cubage pour la mine dont la capacité était variable suivant les régions environ un cuveau pour certaines contrées de la Haute-Saône (ADHS série S)

335USER LA MINE [v. t.] : c'est atténuer, par un trop long lavage, le minerai qui est alors suspendu dans l'eau, et entraîné par les goulettes (Grignon, 1775).

336VENTAULX [n. m. p.] : parties mobiles des vannes (ADMM E 284, ibid.).

337VOITURE [n. f.] : charrette tirée par un cheval et servant entre autres au transport des minerais.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search