Version classiqueVersion mobile

Mine claire

 | 
Hélène Morin-Hamon

V. “Mine claire”. Les paysages témoignent

“Mine claire”, les paysages témoignent...

Texte intégral

1En séparant les minerais pisolithiques de leur gangue argileuse ou argilo-sableuse, le concentré obtenu pouvait atteindre des teneurs en fer comprises entre 60 % et 70 % ; cet enrichissement était donc essentiel pour l’obtention du précieux métal.

2Occupées parfois sans interruption depuis l’apparition du procédé indirect de réduction du fer et des hauts fourneaux, les aires de lavage sont omniprésentes dans le Val de Saône et sur les premiers contreforts du Jura, lieux privilégiés où se concentre la majeure partie des gisements de fer d’altération. Ces ateliers appartiennent à une large période qui couvre le XVe siècle jusqu'au XIXe siècle.

3L’implantation topographique des ateliers de lavage des minerais est étroitement liée aux affleurement de fer mais aussi à la proximité de sources d’approvisionnement en eau. En réalité la position topographique varie suivant les secteurs.

4Cette activité, grande dévoreuse d'eau et d'espace, est tantôt dispersée à proximité des minières, tantôt concentrée soit dans le fond des thalwegs (La Montbleuse), soit sur versants ou sur glacis à proximité des zones d’émergences pérennes (La Chapelle-Saint-Quillain). On la trouve aussi à l'intérieur même des forges empruntant l'eau des dérivations qui alimentaient le haut fourneau et les affineries. Elle témoigne surtout d’un aménagement raisonné du territoire ; si les contraintes hydrauliques n'étaient pas réunies, il fallait adapter les installations par le biais de dérivations, de retenues d'eau ou de systèmes pour le recyclage des eaux des boues liquides issues du lavage.

5Dans les espaces ouverts, de larges épandages de boues de lavage de teintes brun jaune à ocre jaune attestent encore de la présence de vestiges d'ateliers de lavage comme dans les terres labourées sur le versant sud du thalweg de la Petite Morthe à Vellemoz (lieu-dit Champs Montants) ou à Etrelles-et-la-Montbleuse (lieu-dit Le Creux Philippe). Les sites les mieux préservés se localisent en zones boisées. L'impression de désordre qu'ils offrent de prime abord tient de leur histoire, de leur état au moment de l'abandon, de leur exploitation et de la nature qui y a repris ses droits, comblant les vides par des végétaux appréciant les zones humides et dont l'entretien devenait difficile (aire d'épuration d'Etrelles-et-la-Montbleuse) et pour une rentabilité forestière trop faible. De fait, certains ateliers y sont bien conservés, à l’abri de l’érosion et des contraintes agricoles.

6Les ateliers étaient constitués d'aires de lavage, lieux où l'on séparait le minerai en grains et d'aires de rejets où s'accumulaient les déchets de l'opération. Les espaces de préparation mécanique étaient matérialisés par des structures en terre ou en bois, fragiles et souvent temporaires. Ils comportaient des bacs de lavages ou lavoirs à bras précédés d'aires de stockage du minerai. D'autres aménagements liés au lavage accompagnaient ces ateliers : conduites d'amenée d'eau, seuils, empellements, exutoires de crues. De ces vestiges, ne subsistent que des traces au sol multiformes et un relief souvent difficile à appréhender.

7Les déchets issus des différentes étapes de la préparation étaient évacués à l'extérieur. Généralement, ils se sont accumulés en quantités plus ou moins importantes à proximité immédiate des zones de travail. Ces zones d'épandage en amas de boues résiduelles composés de sables, d'argiles et de limons sont communément appelés haldes. Lorsqu'il y avait succession d'ateliers, les déchets de production des aires de lavage les plus récents étaient rejetés sur les aires de travail des sites abandonnés.

8Dans certains cas, les aires de préparation étaient aménagées sur les espaces de travail antérieurs d'où la complexité dans l’interprétation.

9Dès le XVIe siècle, les sources textuelles et l'iconographie montrent une organisation raisonnée de l'espace, alimentée en permanence par un système de réservoirs, de bacs, de canalisations, de chenaux...

10À la fin du XVIIIe siècle, et surtout à partir du début du XIXe les ateliers de lavage étaient associés à une aire d'épuration des eaux de lavage relativement conséquente avant rejet dans le milieu naturel, permettant ainsi aux eaux boueuses de déposer leur charge. Il pouvait y avoir récupération et réutilisation des boues pour élever les digues nécessaires à la construction des bassins de décantation ou pour remettre en état l'environnement bouleversé comme le prévoyait la législation. Le système fonctionnait alors comme une station d'épuration avec production de boues résiduaires.

Fig. 318. Reconstitution d'un atelier de lavage en activité (dessin © Bernard Nicolas).

11L'étude d'une aire de préparation mécanique, intégrant aires de stockage des déchets, circulations aquifères et structures d’accompagnement, révèle le cycle de vie de ces ateliers : installation, fonctionnement, abandon, réutilisation, abandon définitif. L'orographie, la lecture des paysages et le réseau hydrographique contribuent à optimiser l’interprétation archéologique et chronologique de ces ensembles.

12À l’échelle de l'atelier quelques interrogations subsistent quant à la manière d'opérer. Plusieurs découvertes laissent en effet penser qu'un stockage des minerais, voire un débourbage pouvait être effectif dès la sortie de la mine : c'est le cas sur les sites de la Tuilerie et du Moulin Harlin (La Chapelle-Saint-Quillain). Le calibrage des terres à mines, leur disposition sur faire de travail, la liaison entre les bacs et les réservoirs, le système de bacs à eau courante ou à eau dormante, et l’outillage restent parfois difficiles à déceler.

13Ces recherches entreprises à l’origine dans les plaines et plateaux de la partie septentrionale de la Franche-Comté ont été progressivement élargies vers d'autres régions. Elles mettent en évidence une activité majeure de l’industrie sidérurgique et son impact dans les paysages : la préparation mécanique des minerais, avec un accent particulier sur leur enrichissement par le lavage.

14À l’origine, les enjeux d’une telle étude ne résidaient pas seulement dans l’élaboration d’un corpus archivistique et documentaire pour en extraire données et invariants. Ils ont pour ambition de rendre compte de résultats obtenus dans l’interprétation de vestiges inédits à travers une approche fonctionnelle et dans la caractérisation de techniques minéralurgiques complémentaires et variées : tri, cassage, lavage...

15La difficulté d’une telle approche réside dans la mise en œuvre d’une méthodologie interprétative de données spatiales écartant a priori toute opération de fouille exhaustive, par conséquent destructrice, et dans la conduite d’un raisonnement évitant un déterminisme historique fondé sur la valeur des seules sources écrites. Le fait de travailler sur une thématique nouvelle implique une argumentation nuancée sur les interprétations proposées. La démarche entreprise prend appui sur un va-et-vient permanent avec les données collectées mettant en relation les interrogations suscitées et les contradictions entre les sources documentaires et le terrain, entre les sites et leur approche fonctionnelle.

16Les vestiges au sol traduisent un état de fait à l’abandon des activités tout comme les sources présentent un état de description à une période précise. La plupart des sites sont des palimpsestes qui projettent une image, autrement dit un condensé d’occupations et d’activités successives mais dont la structuration majeure demeure encore lisible au sol. Fallait-il aller plus loin dans l’interprétation et la confrontation ? Il a semblé davantage opportun de répondre à la question identitaire de ces vestiges en termes de morphologie spatiale, de fournir un cadre descriptif et surtout des outils pour analyser leurs caractéristiques et identifier leur présence dans les paysages.

17Ces vestiges sont les témoins d’une industrie encore méconnue en marge des exploitations minières et des usines de transformation métallurgiques. Si ces entités apparaissent en filigranes dans ces processus, elles sont pourtant indissociables et systématiquement présentes dans un paysage livré encore récemment aux seuls critères de l’occupation agricole ou forestière.

18L’enquête archéologique s’appuie ici sur l’analyse approfondie de plusieurs sites, condition indispensable pour cerner l’importance de cette activité et sa répartition, tout en établissant des modèles et des grilles de lecture applicables à d’autres contextes à la fois géographiques et géologiques.

19Comment en effet définir un seuil de connaissances à partir duquel la fouille archéologique peut être évitée ? Ces vestiges de terre, étroitement imbriqués dans le maillage hydrographique, composés exclusivement de remblais et de boues issues du lavage, représentent des ensembles complexes de formes d’accumulations, de dépressions ou d’ablations aux contours plus ou moins perceptibles, plus ou moins géométriques. Comprendre, identifier, interpréter ces entités, constituent l’enjeu central de cette étude. Les analyses sédimentologiques réalisées en appui aux prospections permettent de préciser la dynamique des ateliers. Cette approche reste complémentaire d’autres disciplines comme la géophysique et la géomorphologie.

20Au terme de cet essai, les faits analysés permettent d’avancer un certain nombre de réflexions à partir du territoire étudié : L’industrie minéralurgique a imprimé le paysage de formes et de vestiges originaux et spécifiques qui quadrillent l’espace occupé par les gîtes de minerais et leurs marges.

21Cette activité est une interaction dynamique permanente entre éléments physiques à la base desquels on trouve les processus sédimentaires élémentaires : ablation, transport, accumulation, et les principes géomorphologiques.

22Les vestiges sont affectés d’une dynamique de répartition, qui articule l’atelier ou le complexe d’ateliers par le biais d’une médiation essentielle : l’hydrographie.

23Les installations complexes se concentraient là où il existait une réelle adéquation entre les gisements et la présence d’eau courante pérenne.

24En analysant la répartition spatiale des sites de lavage et en la comparant avec les zones d’extraction et le maillage hydraulique, il est possible d’affirmer que la plupart des ateliers s’organisent en systèmes dans un environnement qu’ils contribuent à façonner et à modifier. Le volume des déchets observés, le nombre de sites retrouvés suggèrent une double remarque :

25L’industrie minéralurgique sollicite l’espace en continu et s’organise le plus souvent en réseau le long des axes hydrologiques majeurs et secondaires.

26Elle induit une grande densité dans la répartition des ateliers et dans l’occupation de l’espace même interstitiel, entre d’une part les exploitations minières intensives jouxtant de petits ateliers et de l’autre une juxtaposition d’ateliers plus importants et mieux structurés débordant à l’extérieur du champ d’exploitation et s’installant dans le fond des vallées au contact d’un approvisionnement hydraulique plus dense, par conséquent plus dynamique et plus régulier.

27L’implantation des ateliers s’est réalisée à partir de cadres préétablis comme la présence de gisements économiquement rentables, à partir aussi d’une évolution consécutive à l’accroissement des ressources exploitées. Ce dispositif - adéquation entre zone d’extraction et bassin-versant - permet d’avancer l’hypothèse d’une exploitation intensive des gîtes minéraux, contrainte à terme de véhiculer la matière brute vers quelques grands centres de préparation mécanique, points de concentration des terres à mines et de traitement massif des minerais avec des apports en eau conséquents et réguliers.

28Dans certains exemples, l'unité de production se définit davantage comme un ensemble intégrant zone d’extraction et complexe de préparation mécanique. La liaison fonctionnelle entre ces deux ensembles peut être confirmée directement sur le terrain au regard de la conjonction spatiale et topographique de nombreux sites. Il est possible ainsi de caractériser le bassin-versant de la Petite Morthe et de la forêt de Bellevaivre comme une zone minière et minéralurgique à part entière où se côtoient plusieurs types d’ateliers parfaitement complémentaires.

29Pour certains vestiges, moins évidents à interpréter, la disposition des structures, leur implantation et surtout leur superficie qui peut couvrir plusieurs hectares, font davantage penser à une forme quasi industrielle du traitement. Ces ensembles cohabitent souvent avec des installations périphériques plus modestes, souvent localisées en amont, ce qui pose le problème de leur distribution. Le découpage des concessions, le lien qui pouvait exister entre ces différents ateliers, leurs compétences et approvisionnements respectifs soulèvent encore des interrogations.

30Les vestiges abandonnés au sol témoignent d’une activité intense, qui laisse supposer une main d'œuvre importante. De nombreuses questions relatives au statut socio-économique et à l’organisation des ouvriers souvent intermittents de ce secteur d'activité restent encore ouvertes.

31Sur les sites dispersés, le régime fluctuant des eaux nécessitait le ralentissement saisonnier, voire la fermeture de certaines installations. Les ouvriers laveurs pratiquaient le plus souvent une pluriactivité professionnelle : mineurs, laveurs et paysans. La rationalisation de la production induite par la concentration des ateliers d'enrichissement dans les forges conférera progressivement un véritable statut aux ouvriers spécialisés dans le lavage.

32La spécificité des ateliers de lavage et de leur évolution relève d’une dynamique originale, significative de l’ampleur des travaux miniers accomplis.

33Ce sont les prospections au sol, qui permettent de cerner l’importance et la diversité des techniques développées et surtout de percevoir, l’évolution technologique des systèmes utilisés et leur adaptation au contexte tant géomorphologique qu’hydrologique.

34Il convient de souligner que dans ce domaine d'activités et pour répondre aux exigences des maîtres de forges et à une législation, les innovations ne naissaient pas encore d'une recherche théorique ; elles étaient bien le résultat de l'expérience, ou du simple bon sens. Avec les créations de l'Ecole centrale des arts et Manufacture (1829) et des corps d'ingénieurs, l’innovation se nourrira progressivement des savoirs et de procédés scientifiques, comme par exemple les systèmes d'épuration des eaux de lavage proposés par l’ingénieur Parrot (1830).

35Du point de vue méthodologique, cette recherche se veut une ouverture sur une géoarchéologie des paysages, revisitée au carrefour de l’industrie minière et métallurgique. Elle met en évidence l’importance de l’étude micro topographique de ces espaces parfois considérables en termes de volume qui accompagnent les zones d’extraction. Il paraît donc pertinent de pratiquer une lecture nouvelle des superficies couvertes par les dépôts de stériles abandonnés lors de l’extraction minière. Certaines dépressions interprétées à défaut comme minières, certaines tranchées ou dépressions rectilignes à peine perceptibles, certaines zones de ruissellement diffus, drainées ou non par des chenaux, s’avèrent, après analyse, constituer d’authentiques structures constitutives d’ateliers de préparation mécanique où était traité le minerai pisolithique.

36Des recherches similaires ont été appliquées parallèlement dans d’autres zones géographiques comme le Jura, la Haute-Marne, le Lot, l’Arc Alpin et ses marges.

37Les programmes de recherche engagées sur le long terme, en particulier à l’étranger dans les mines antiques du Laurion en Grèce, les mines d’étain du Dartmoor ou de Cornouailles en Grande-Bretagne..., s’inscrivent dans cette logique et intègrent désormais une problématique liée à la minéralurgie.

38C’est en multipliant les comparaisons de sites à des échelles spatiales et temporelles diverses et variées que pourront être justifiées les interrogations qui demeurent en suspens. Dans ce sens les sites aussi divers que les laveries du Laurion, les bocards d’étain du Dartmoor ou encore les laveries de fer pisolithique de la Montbleuse, peuvent être vecteurs d’interprétation, entre archéologie et histoire des techniques.

39Cette démarche contribue à compléter ce hiatus dans la connaissance de la chaîne opératoire de la paléométallurgie extractive. Processus indissociable, à l'interface des opérations d'extraction et de réduction en sidérurgie, la minéralurgie peut être considérée comme une industrie à part entière dès la deuxième moitié du XVIe siècle pour ce qui concerne les minerais de fer d’altération. Cette phase peu connue du processus métallurgique, est essentielle pour deux raisons : la première tient à l’économie de l’enrichissement qu’imposent à la fois la filière technique et le souci de rentabilité ; la seconde établit l’histoire industrielle dans la vraie dimension des espaces investis qui débordent largement le secteur des zones minières : enrichir le minerai contribue à dénaturer le paysage, mais aussi à y imprimer des traces indélébiles. (La Neuvelle-lès-la-Charité cote 225 cf. p. 50 fig. 50 et 50a).

40On ne peut que souligner l’intérêt d’une telle recherche associée à des analyses approfondies et à un dépouillement systématique des sources textuelles, sur des vestiges encore fortement présents dans les paysages. Gageons que les recherches futures, en analysant toujours plus précisément certaines formes des paysages, aboutiront à une meilleure connaissance des rapports complexes qui ont fait cohabiter, depuis l’apparition du métal dans les civilisations, ressources minérales et territoires.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search