Version classiqueVersion mobile

Mine claire

 | 
Hélène Morin-Hamon

IV. Archives du sol et sources documentaires... des techniques et des hommes

Les ouvriers du lavage

Texte intégral

1Le statut et les conditions de travail des ouvriers préposés au lavage sont difficiles à mettre en évidence ; rares sont les documents qui font état de cette question.

2En 1844, il existait dans le département 248 ateliers de lavage répartis de la façon suivante : 164 ateliers avec lavoirs à bras, 23 lavoirs à cheval et 61 patouillets ou lavoirs hydrauliques. En 1852, ce nombre était de 234 soit : 164 ateliers avec lavoirs à bras, 33 lavoirs à cheval et 37 patouillets pour alimenter 44 hauts fourneaux et forges. Les mines et minières quant à elles représentaient près de 130 sites. Ces statistiques départementales montrent que les ateliers de lavage occupaient une place prépondérante dans le processus métallurgique. Dans ce calcul n’est pas comptabilisé le nombre exact de lavoirs à bras qui pouvaient regrouper jusqu’à 7 structures de lavage, voire davantage pour un même atelier. De la même manière l’état des mines et minières du département n’indique pas si les sites abritaient des installations liées au lavage : ateliers structurés ou lavoirs portatifs utilisés dans les minières inondées. Tous ces ateliers consommaient de l’énergie et accueillaient une main-d’œuvre conséquente.

3Un autre état des lieux, daté de 1852, montre l’importance de cette main-d’œuvre. La répartition des ouvriers par secteur d’activité s’effectuait de la manière suivante : 1 597 mineurs, 947 ouvriers de forges et 621 ouvriers employés au lavage des terres à mines (fig. 317) (Etat statistique du département de la Haute-Saône, ADHS 1852). Même s’il convient de rester prudent devant ces chiffres, la proportion des ouvriers laveurs rivalise avec celle des ouvriers employés dans la métallurgie. Ce chiffre est d’autant plus éloquent dès lors qu’il concerne les exploitations de minerais en grains : Les minières se distinguent des mines en ce qu'elles sont exploitées à ciel ouvert ou par travaux souterrains irréguliers et de peu de durée. On compte dans le département une centaine de groupes de minières formant 480 à 500 ateliers d’exploitation distincts, lesquels ont produit, en 1833, 1 250 quintaux métriques de minerai de fer en roche propre à la fusion, valant sur place 750 francs, et 2 572,950 quintaux métriques de minerai de fer en grains, destiné à subir l’opération du lavage avant d’être fondu, et valant sur place 552,650 francs. Ces différentes minières occupent 1 850 ouvriers (...) (Annuaire de la Haute-Saône, 1835).

Fig. 317. Répartition des ouvriers par secteurs d'activités d'après les statistiques de la Haute-Saône. ADHS S (1852).

4Ne sont certainement pas comptabilisés, les ouvriers qui procédaient à la fois au tirage des mines et à leur lavage, de même que les ouvriers saisonniers. Compte-tenu de la date et du mode de calcul en vigueur, il s’agit vraisemblablement de statistiques élaborées suivant un mode de calcul préconisé par l’administration de l’époque, c’est-à-dire prenant en compte les ouvriers enregistrés dans les mines faisant l’objet de concessions et les usines métallurgiques nommément recensées en préfecture.

5Si les sources textuelles sont relativement fécondes dès lors que l’on travaille sur l’organisation des ateliers ou l’implantation des machineries en particulier au XIXe siècle, il n’en est pas de même lorsque l’on souhaite connaître le statut et les conditions de travail des ouvriers. Quelques citations d’archives permettent d’évoquer les conditions de ces ouvriers, maillons indispensables de l’industrie métallurgique.

6Pour la fin du Moyen Age, les sources sont rares. De ce point de vue, les chantiers constituent un observatoire privilégié (Braunstein, 2003). L’observation de l’iconographie apporte des éléments intéressants sur les conditions de travail : S’il est vrai qu’il existe une division du travail, il faut aussi reconnaître que plus on descend dans l’échelle sociale et professionnelle, plus cette division paraît nuancée dans le tableau plus général des occupations pénibles (...). Considérons la série de dessins décrivant, au début du XVIe siècle, la chaîne des opérations minières et métallurgiques sur le chantier vosgien de La Croix-aux-Mines, avec une attention scrupuleuse aux gestes du travail. Charrier du minerai jusqu’au pied des bocards, curer les canaux où se décantent les boues de lavage, "clower", c’est-à-dire trier à la main les particules de stériles encore mêlées au minerai, voilà des tâches que des femmes remplissent à l’égal des hommes ; femmes que la plume du dessinateur a saisies dans leur ressemblance ouvrière, plus que dans leur différence, avec les hommes dont elles partagent la vie laborieuse. Comme sur d’autres chantiers de la fin du Moyen Age, le salaire journalier est un mode de rémunération qui coexiste avec le paiement à la tâche ou à façon (Braunstein, 2003). Les ouvriers comtois qui travaillaient dans les mines étaient de ce point de vue particulièrement choyés par les princes.

7Taillable et corvéable, le tireur de mine comme le laveur était un paysan dont les revenus de la terre ne suffisaient pas à nourrir une famille. Le ramassage du minerai constituait donc une source de revenu supplémentaire. Lorsqu'il possèdait une charrette, il lui était possible d'acheminer ou de voiturer le minerai trié ou non jusqu'au patouillet ou aux lavoirs et de là jusqu'au fourneau. Femmes et enfants participaient aux opérations de ramassage, de tri et de lavage des terres à mines : Ce ne sont point des gens commodes ou riches qui travaillent dans les bois ni dans les mines ; ce ne sont ordinairement que des gens destitués de tous moyens pour vivre, lesquels n'ont pas sitôt fait une journée qu'ils voudraient déjà en toucher le payement (ADD E. Pté. 279 Jacquin).

8Au XVIIIe et XIXe siècle, avec la multiplication des forges, les ouvriers laveurs étaient parfois salariés. Pour autant le contrat passé avec le maître de forge dépendait autant des conditions économiques d’approvisionnement que des aléas du temps ; l’ouvrier métallurgiste était polyvalent et travaillait aussi bien à la mine qu’au fourneau ou sur les aires de lavage. Les minières étaient à l'origine de ces mines paysannes qui proliféreront à la surface des plaines de Saône. Chacune d’elles couvrait une superficie moyenne et fonctionnait au gré des saisons. Payé à la tâche ou au cuveau de mine, le tireur de mine pouvait se spécialiser plus ou moins selon les saisons et le mode de gisement. Parfois, l'établissement métallurgique proche employait ses propres ouvriers en chômage pour effectuer les travaux de la mine et des ateliers de lavage. À Chagey (Haute-Saône), par exemple, le maître de forge envoyait ses ouvriers travailler au choque à mine proche de l'usine : Mineurs : les faut avoir en bonnes saisons tant que l'on peut, pour les congédier quand l'on veut. Le plus expédient est de marchander le tirage et lavage par cuveaux de mine, pour éviter les fraudes qu'ils commettent à la journée (ADHS E 98 1662. Forge de Chagey : note relative aux ouvriers à employer à la forge pendant qu'elle est en régie).

9Qu’ils soient mineurs, voituriers et préposés au lavage leur condition était peu enviable : Je vois souvent icy les propriétaires vivre comme leurs cochons, manger de l'avoine les deux tiers de l'année, et s'ils ont un peu de méteïl, ils le conservent pour le temps des foins et des moissons pour avoir un peu de bon pain pour les ouvriers sans quoi ils n'en trouveraient point. Les grangers, quand ils ont payé leurs maîtres et semé, sont obligés, au moins les deux tiers de l'année, d'acheter le grain pour vivre, et pour pouvoir payer le Roi et subvenir à l'entretien de leurs ménages, ils sont obligés de se tuer, eux et leurs bêtes, à voiturer des fontes, des mines et du charbon pour les forges qui sont dans le voisinage. Quand ils ne peuvent plus faire ce roulage, il faut qu'ils vendent leurs héritages, pièce par pièce (...) (ADHS B 6980 Déclarations de propriétés faites par les propriétaires en exécution de l'édit du Roi du mois de mai 1749 dans la commune de Dampvalley-Saint-Pancras par M. de Courtaillon).

10Main-d'œuvre bon marché, fluctuante et adaptée aux vicissitudes des gisements et du marché, les tireurs et laveurs de mines constituaient une classe à part, nettement moins considérée et rémunérée que les ouvriers des forges. Leur statut évoluait au gré des entreprises et du bon vouloir des seigneurs et maîtres de forges. S’ils soulignent l’importance stratégique de l’industrie du fer, les textes n’en parlent que rarement : Il est en effet incontestablement reconnu que le fer est une matière de première nécessité, soit pour l'usage constant et journalier de l’agriculture, soit pour celui des arts et des manufactures d'armes protectrices de la sûreté et de la liberté des citoyens du royaume. Les mines de fer sont encore une ressource de première nécessité pour cette classe très nombreuse de citoyens indigents, que ce genre de travail alimente, de voituriers et de laboureurs à qui elles offrent des occupations et des secours après les semailles et les récoltes dans les temps les moins fructueux de l'année (Précis des Délibérations du Conseil Général de la Haute-Saône - 1791). Les tireurs de mine étaient donc des tâcherons, le plus souvent saisonniers, payés au cuveau de mine sale lorsqu'il n'existait pas d'installations de traitement sur place ou de mine claire lavée dans un lavoir ou patouillet proche. Le tirage des mines correspondait à une organisation relativement simple. L'ouvrier se contentait de ramasser la terre à mine puis de la laver au point d’eau le plus proche.

11Jusqu'au XIXe siècle, les mines les plus importantes continuèrent à s'approvisionner en main-d'œuvre saisonnières auprès des populations locales. Les inconvénients de ce mode de gestion posaient des problèmes dans la régularité des entreprise : (...) voici notre mode d'exploitation à Laissey. Les habitants des environs, laboureurs et vignerons procurent des ateliers dans la minière quand les travaux de la campagne sont arrêtés, soit par l'hiver, soit par la pluie ou autre intempérie et les quittent quand le temps réclame ces personnes pour les travaux des champs. Il n'y a point de battisse dans la minière ; on pratique des trous dans la roche ; le matériau provenant de ces trous sont les minerais que nous enlevons (...) (ADD 412 S 1 1835 Lettre au Préfet du Doubs par M. Bouchot concessionnaire). (...) Le nombre des ouvriers employés à la mine de Calmoutier est variable aux différentes époques de l'année. Il est généralement plus élevé pendant l'hiver où les travaux de la campagne sont suspendus ; à l'époque de notre visite, la mine occupait 10 ouvriers, deux par galeries ; l'exploitation est à leur compte ; on leur paye 5 francs par queue de 90 mètres cube de minerais, moyennant ce prix, ils sont obligés de se munir de poudre et d'outils, mais l'entretien de ceux-ci est aux frais de l'exploitant ; l'extraction mensuelle s'élève à 40 ou 50 queues de minerai destiné au haut-fourneau de Mailleroncourt distant de la mine d'environ deux lieues qui appartient à M. Galaire. Ce sont des concessionnaires qui exploitent la mine de Calmoutier depuis plusieurs années. Le prix de transport du minerai jusqu'à Mailleroncourt est de 4,40 F. par queue de 90 % (...) (ADHS 295 S 5 Procès verbal de visite de l'ingénieur des Mines le 20 juin 1837 à la mine de Calmoutier-Haute-Saône).

12Les nécessités économiques transformèrent ce mode de fonctionnement. Des ouvriers plus spécialisés, davantage sédentaires, furent embauchés dans les mines dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Le nombre des mineurs et de laveurs) employés à l'approvisionnement des forges et fourneaux était considérable pour l'époque. Ceci explique en partie leur bas revenus : Les mines les plus intéressantes pour le département sont les mines de fer. On trouve ce métal presque partout et à une très petite profondeur ; ces mines sont si riches qu'elles rendent 35 à 40 livres pesant par quintal. 35 hauts fourneaux, 43 feux de forges, 12 feux de martinets, 6 fonderies, 2 fileries, 1 ferblanterie, total, 101 usines sont continuellement occupées à fondre ou fabriquer en grand ce métal précieux. Ces usines donnent du travail à 3 204 ménages, qui à raison de cinq personnes par ménage donnent une quantité de 16 020 ouvriers ; c'est la 18e partie de la population. Enfin, le département de la Haute-Saône à l'aide de son fer, rivalise avec la Suède et l'Angleterre et nous affranchit de payer un tribut à ces puissances. Sous tous ces rapports, il mérite les encouragements du Gouvernement ; et il serait impolitique d'attaquer ce genre d'industrie par des droits onéreux de patentes considérations qui n'ont pas été faites par les administrateurs de l'An 7 (...) (ADHS 100 M 2 An IX Mémoires sur la statistique du département de la Haute-Saône).

13Le salaire était toujours fonction du rendement et la condition des ouvriers liés aux forges était l'une des plus misérables : les demandes d'embauche dépassaient l'offre. Le prix à payer resta très longtemps l'un des plus bas dans la hiérarchie des métiers relatifs à la traite du fer. Dans les mines du duché de Wurtemberg, mines du Comté de Montbéliard, les mineurs employés à plein temps étaient payés en 1666, 7 sous 6 deniers par jour, soit 7 sous et demi. À cette époque un valet d'affinage gagnait 3 fois plus (ADD E Pté 269). En juillet 1758, 452 journées de mineurs furent payées à divers prix pour 336 F (ADD E Cté 1994).

14Après la loi de 1810, il semble que les ouvriers aient été rémunérés de manière plus régulière notamment dans les mines de fer en roche. La mine de Jussey évoque par exemple le statut des casseurs qui cumulait aussi celui de mineurs de fond : (...) la mine de Jussey occupe 4 ouvriers, 2 mineurs et 2 rouleurs qui sont en même temps casseurs. L'exploitation est à l’entreprise. Elle paye aux ouvriers 3 francs par mètre cube de minerai extrait au-dehors. Elle use constamment à peu près 1/2 kilogramme de poudre par mètre cube. L'exploitation totale est d'environ 10 mètres cubes par jour (...) (Archives DRIRE, Besançon Jussey 1er Août 1839. Procès-verbal de visite des travaux de la mine par l'ingénieur des Mines).

15L’extraction comme le lavage se payait à la tâche : (...) la plupart des travaux sont plus ou moins éloignés des usines qu'ils alimentent et ils sont livrés à des ouvriers groupés en petits ateliers de deux à quatre individus. Chaque atelier travaille souvent à forfait et le plus souvent sans surveillance (...). Les frais d’extraction comparés à la valeur du minerai ne laissent ordinairement aux mineurs que des salaires extrêmement modiques ; les ouvriers obligés à faire économie sur tout doivent être naturellement contraints à mettre leur vie en péril pour éviter les dépenses. Un pareil tableau est de nature à effrayer l'imagination (...) L'administration appelée à les éclairer, à les garantir des pièges que cette avidité pourrait leur tendre et à veiller à leur sûreté, en dépit d'eux-mêmes si je puis m'exprimer ainsi, n’a très peu de moyens d'action ; la nature des choses et les lois ne lui ont rien donné de plus : les travaux fugitifs tels que je les ai décrits doivent effectivement échapper à une surveillance qui n'est pas de tous les jours et en quelque sorte de tous les instants. D'ailleurs comment pénétrer dans des rameaux de mine d'un accès tellement difficile que l'ouvrier exercé ne parvient à s'y traîner qu'avec peine ! Et de quelle utilité serait une pareille visite lorsque les travaux doivent être abandonnés dès le lendemain ! Quelles seraient encore les bases sur lesquelles l'ingénieur assoierait ses prescriptions ? (ADD 412 S 1 13 avril 1835 Lettre de l'ingénieur des Mines adressé au Préfet du Doubs).

16Les conditions de gestion de ces exploitations étaient donc précaires. Elles permettaient aux maîtres de forges de contrôler eux-mêmes les prix et par conséquent d'organiser une concurrence sans merci. Les archives du XIXe siècle et antérieures sont avares de textes concernant les conditions de travail tant dans les minières que sur les ateliers de lavages. Ces deux opérations étaient étroitement liées et dépendaient parfois des mêmes ouvriers : (...) toutes ces exploitations se font au milieu de terres meubles, tantôt à ciel ouvert, tantôt par travaux souterrains irréguliers qui atteignent quelquefois une assez grande profondeur, mais dont l'étendue et la durée sont presque toujours extrêmement limitées (...) Comment se font en général les extractions ? Deux à deux ou plus ; un grand nombre d'ouvriers exercés ou non au genre de travail fouillent ensemble pour vendre le minerai extrait ou lavé aux maîtres de forges ; (...) Les gains viennent-ils à dépasser les taux du salaire habituel du travail, le maître de forge réduit le prix du minerai et la lutte d'intérêt entre le maître et l'ouvrier met constamment celui-ci dans la nécessité de s'exposer à certain danger. Il y a même bien des localités où le minerai serait trop pauvre pour être exploité sans cette fâcheuse condition et c’est à elle seule que nombre de fourneaux doivent leur permanence (...) (ADD 412 S 1 13 avril 1835 Lettre de l'ingénieur des Mines adressé au Préfet du Doubs).

17L'autorisation d’extraire et de procéder au lavage sur le réseau hydrographique prenait parfois la forme d'actes notariés occasionnels et ponctuels. Dans l'exemple de la convention faite de la part de Messieurs du Chapitre de Dole et Monsieur Daubigny (cf. supra chapitre premier) on remarque que les deux opérations étaient, là encore, deux tâches étroitement associées.

18Les ingénieurs des Mines tentèrent à plusieurs reprises de mettre un terme à la gestion désordonnée des minières, notamment celles qui exploitaient du minerai de fer pisolithique en imposant l'embauche de maîtres mineurs chargés de coordonner sur le terrain les modalités de l'extraction, du lavage et du cubage. Leur analyse du système d'affermage, incluant de fait le tri, le lavage et aussi le cubage du minerai, était déjà très pertinente. Les moyens réglementaires d'agir pour prévenir les accidents étaient dérisoires. Ils en avaient conscience :

19(...) Le genre du travail des minières ne permet guère d'aller chercher en dehors de la localité, les maîtres et les ouvriers mineurs. Une autre condition également utile serait que tous les ateliers d'une même minière fussent soumis à la direction et à la surveillance du maître mineur le plus capable, mais la législation ne permet pas non plus de l'exiger ; elle laisse à chaque atelier la faculté de s'isoler complètement.

20Il serait encore à désirer que la qualité de maître mineur ne peut pas appartenir à l'entrepreneur qui fournit le minerai à forfait et qui est soumis à la tentation d'accroître ses bénéfices aux risques de sa sûreté personnelle et de celle de ses ouvriers. Les dispositions législatives ne s'expliquent pas sur cette séparation mais je crois que, par cela même, sa faculté rentre dans les attributions administratives. On dira, peut-être que le propriétaire de l'exploitation, à qui l'on ne peut pas contester le droit de haute surveillance et de haute direction, n'est lui-même qu'une espèce d'entrepreneur à forfait, toujours disposé à accroître ses bénéfices. A cela je répondrai qu'en thèse générale, les inconvénients sont moins grands au sujet d'un propriétaire, qui exerce une surveillance indirecte et éloignée que lorsqu'il s'agit d'un maître mineur, chargé d'une surveillance continuelle et directe.

21J'ajouterai encore en thèse générale que la loi doit avoir attribué au propriétaire des vues plus élevées, plus intelligentes, et moins cupides que celles d'un entrepreneur subalterne.

22Je dirai, enfin que le législateur peut avoir l'intention d’opposer aux vues d'intérêt pécuniaire d'un entrepreneur, propriétaire ou non, les devoirs d'un maître mineur, étranger aux bénéfices de l'exploitation et responsable devant la loi des risques auxquels il aurait exposé les ouvriers.

23J'insiste beaucoup en faveur de mon interprétation indépendamment du but en faveur duquel je l'ai donné, la séparation des qualités de maître mineur et d'entrepreneur à forfait suppléerait encore à une insuffisance que j'ai signalée dans les dispositions législatives ; elle tendrait à la concentration des exploitations en un petit nombre de mines, cas où elles seront toujours beaucoup mieux surveillées pour la sûreté des individus et mieux dirigées dans l'intérêt de la production. Un propriétaire ne voudra pas pour l'exploitation du minerai d'une petite pièce de terre, se donner la charge d'un maître mineur ; il ne trouvera pas toujours l'homme ayant les qualités requises ; il préférera céder ses droits aux maîtres de forge et l'intérêt public y trouvera son compte sous tous les rapports.

24Ce point établi, je crois que dans l’état actuel de la législation, l’autorité a la faculté de soumettre l'exploitation des mines de fer à des mesures réglementaires qui donneront la plupart des garanties de sûreté compatibles avec la nature des choses (ADD 412 S 1 13 avril 1835 Lettre de l'ingénieur des Mines adressée au Préfet du Doubs).

25Précarité, faiblesse des rémunérations, tels sont les qualificatifs du travail de ces tireurs et des laveurs de mines. Sous l'Ancien Régime et jusqu'à la fin du XIXe siècle, la condition de ces ouvriers était aléatoire. L’offre de matière première comme celle de la main-d’œuvre était trop forte et de loin supérieure à la demande des maîtres de forges pour laisser entrevoir une quelconque amélioration des conditions de travail et de rémunération.

26Dans les archives, et jusqu'en 1810, le lavage est peu cité. La loi sur les mines de 1810 instaure les concessions : une autorisation de l’Etat, possesseur en droit du sous-sol est nécessaire pour toute exploitation minière d’importance. Les exploitations superficielles de minerais pisolithiques seront progressivement soumises aux mêmes obligations. Une redevance ou droit de foltage est perçue par le propriétaire pour l’extraction et le lavage du minerai.

27Les documents restent rares et fragmentaires. Tout au plus signale-t-on la nécessité, comme à la forge de Chagey (Haute-Saône), d'embaucher les ouvriers métallurgistes au chômage pour laver du minerai. Il est donc difficile d'appréhender réellement la condition de ces ouvriers autrement que par la réalité des exploitations ou encore par le biais de quelques évocations.

28La possession de gîtes miniers n'était pas une obligation pour le maître de forge. D'après une ordonnance de 1680, l'Etat l'autorisait à exploiter lui-même un gisement proche de son usine moyennant indemnités et réparation au propriétaire du fond. Le simple ramassage après les labours était donc de manière courante et rapportait quelque numéraire aux paysans et à leurs familles durant la morte-saison. En Franche-Comté et en particulier en Haute-Saône, département détenteur de minerais abondants et dispersés, la main-d’œuvre, composée de salariés des usines ou de journaliers payés à la tâche ou au cuveau de minerai lavé, constituait la valeur marchande de cette mine claire un produit âprement convoité par les maîtres de forges.

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search