Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mine claire

 | 
Hélène Morin-Hamon

IV. Archives du sol et sources documentaires... des techniques et des hommes

L'apport des matériaux : les minerais et les stériles

Texte intégral

Ôtons la terre, et nous serons libres d'agir ! Alors que la terre du tas de déblais est ou plutôt devrait être, également objet d'histoire et d'archéologie.
G. Chouquer.

1Présentes sur de nombreux des sites étudiés, les concentrations de minerais lavés et les épandages de stériles constituent des marqueurs importants pour la localisation et l’identification des ateliers de lavage. De la même manière, les amas de boues permettent d’identifier avec une forte présomption la nature des minerais utilisés.

2L’écorce terrestre est constituée de roches composées d’un nombre variable de minéraux combinés avec des éléments chimiques non métalliques. Un minerai est une roche particulière contenant des minéraux dont on peut extraire économiquement un ou plusieurs métaux dans des conditions techniques données. Celui-ci contient aussi des minéraux inutilisables, dont l’ensemble est qualifié le plus souvent, dans le sous-sol de gangue et après séparation de stérile. Les dépôts de minerais de fer sédimentaire constituent des reliques d’actions combinées du cycle complexe climato-sédimentaire : érosion-sédimentation.

3Si les minerais de fer pisolithiques se sont formés dans la zone étudiée sur des périodes relativement courtes du point de vue géologique, leur genèse est cependant liée à des situations fort différentes suivant les modes de dépôts où les reprises pédogénétiques qui ont pu les affecter. Chaque gisement possède ainsi des minerais aux caractères morphologiques et pétrographiques propres. Transport, dépôt et diagénèse du fer déterminent les critères morphologiques de ces pisolithes et influent directement sur le contexte structural et sédimentaire dans lequel elles se sont trouvées piégées.

4Les compositions sédimentologiques de l’encaissant et parfois de la gangue sont aussi directement liées aux fluctuations du cycle précité. Il en résulte l’existence de minerais de fer de tailles et de morphologies multiples aux qualités réductrices variables et la disposition de gîtes multiformes aux contextes et aux modes de sédimentation divers : gîtes en amas, en strates ou sédimentation de type karstique...

5La description des échantillons retrouvés dans les sites de lavage étudiés permet d’établir une première classification de ces minerais et de leur gangue ; une typologie qui avait jadis éveillé l’attention de certains ingénieurs des Mines comme Thirria, soucieux de définir l’intérêt économique de ces gisements disparates auprès des maîtres de forges de l’époque. Les minerais de fer sont souvent décrits par leurs critères chimiques dans les publications. Nous avons dans cette démarche privilégié les critères morphostructuraux. Dans la recherche des gîtes et des structures archéologiques qui les accompagnent, les caractères morphologiques sont les premiers critères de détermination.

Les minerais de fer des sites étudiés

6En dehors des minerais de fer de Percey-le-Grand (Haute-Saône), les minerais de fer des sites étudiés sont des altérites dont les plus fréquentes sont les minerais de type pisolithique ou en grains. Il s'agit d'un minerai à structure sphéroïdale à couches concentriques. Les grains de goethite, ou pisolithes, sont empâtés dans une matrice argilo-limoneuse ou silt jaune-brun indurée, constituant de véritables conglomérats. Ces roches qui varient en volume de quelques centimètres cubes à plusieurs décimètres cubes plus ou moins indurés se retrouvent eux-mêmes, dans des proportions variables en masse et en concentration, à l'intérieur de niveaux limoneux compacts ou d'argiles ocreuses à rouge vif. (...) Ce territoire (de la Chapelle-Saint-Quillain, en Haute-Saône) étant sans contredit le plus riche du département du minerai de fer en grains. (....) Qu'il serait impossible de fixer l'époque éloignée de l'entier épuisement de ce territoire (...) (ADHS 297 S 36, Vantoux et Longevelle, Extraits du rapport de l'ingénieur des Mines 1831).

7Le minerai se trouve parfois sous formes de plaquettes. Cette morphologie n'est pas exclusive. Souvent les deux types de minerais cohabitent. C'est le cas à la Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône) ou à Noidans-le-Ferroux (Haute-Saône). Les concentrations de pisolithes sont fréquemment accompagnées de plaquettes tuberculeuses décimétriques de fer hydroxidé et sont disséminées dans l'argile ocreuse, souvent sablonneuse et quelquefois plastique.

8Dans la plupart des minerais extraits, la proportion d’argile est plus considérable ; la masse est pâteuse, se désagrège facilement et la fusion ne peut avoir lieu qu’à la suite d’un lavage préalable. Les minerais géodiques présentent dans leur structure un grand nombre de variétés et de nuances différentes. Les masses de minerai proprement dit tantôt sont complètement compactes, tantôt affectent une tendance prononcée vers la forme granulaire, de manière à atteindre presque, par une série d’intermédiaires, la texture des masses miliaires dont nous avons parlé précédemment. Les barres ou amas exploités renferment d’ailleurs ordinairement une assez forte proportion d’argiles ou de sables ou de ces deux éléments à la fois, mélangés de toutes manières au minerai (Note sur un nouvel atelier de lavage établi à Wassy, (Haute-Marne) et destiné à la préparation mécanique des minerais de fer exploités dans les environs. ADHM 129 S 1 établi par un certain Perrin Moreau).

Protocole d'investigation

9Les échantillons décrits ont été recueillis en majorité sur les sites étudiés. Le ramassage s’est fait directement sur le sol au niveau des concentrations, là où le minerai lavé était stocké ou à proximité des ateliers.

10La description des altérites se définit par l'ensemble de ses caractères, se rapportant à la forme, à la dimension et à la disposition de ses diverses parties constituantes. On distingue en particulier son débit, sa texture, sa structure et son grain.

11Roches à la fois résiduelles et détritiques, les altérites peuvent se débiter en plaquettes. Leur texture peut être compacte ou poreuse suivant les phénomènes de cimentation. On distingue des structures iso-granulaires, à grains calibrés et des structures hétéro-granulaires à matériaux plus ou moins bien classés. Deux types de structures peuvent se rencontrer : des structures à grains arrondis et des structures à grains anguleux. Enfin, suivant la densité du ciment, on distingue des structures à grains détritiques jointifs ou des structures à grains détritiques dispersés. Le grain constitue ainsi la particule élémentaire de ce matériau détritique.

12L'étude des échantillons suit le protocole suivant :

  • Description morphologique externe et métrologie ;

  • Pesée ;

  • Photographies d’ensemble et de détail ;

  • Observation et description à la loupe binoculaire ;

13La nature des minerais utilisés, l'origine de ces plaquettes peuvent s'expliquer à travers l'observation macroscopique d'échantillons caractéristiques.

14Deux grandes catégories d'altérites se rencontrent sur les sites :

  • Des concrétions isolées entièrement constituées d'oxyde de fer (pisolithes, plaquettes...). Ces concrétions peuvent être la résultante d'actions de lavage.

  • Des conglomérats constitués de cailloux dispersés dans un ciment ou une gangue le plus souvent argilo-limoneuse.

15Seuls les échantillons visibles en surface et proches des vestiges ont pu être prélevés.

Étude des prélèvements

Traves : échantillon 1 (fig. 278)

16Plaquette et pisolithes en agrégats combinés

17Lieu-dit : Combe Petithey

18X = 873,2- y = 295,2 - z = 0210

19Dimension de l'échantillon : 5,2 cm x 3,3 cm - Epaisseur moyenne = 4,1 cm - Poids = 65 g.

20Recueilli à Traves à l'emplacement d'un patouillet, il présente deux types de morphologies. Le minerai se compose d'une partie minérale fortement concentrée sous la forme d'une couche ondulée de 4-7 mm d'épaisseur. La surface est émaillée de quelques pisolithes isolées. Cette couche recouvre un agglomérat pisolithique intégré dans une matrice ocre jaune silteuse. La couche supérieure de cet échantillon présente une concentration de goethite. Un examen à la binoculaire montre parfaitement les empreintes de pisolithes intégrés dans cette masse compacte d'oxyde de fer. Il semble que ces niveaux de concentration subhorizontaux se soient formés à l'issue d'une réaction pédogénétique accentuée au sein des altérites provoquant la précipitation d'oxyde de fer autour de la concentration de pisolithes. Ces derniers se seraient fondus dans la masse ce qui expliquerait la présence d'empreintes rémanentes. La désagrégation de ces niveaux, intercalés entre concentrations d'argiles à pisolithes agglomérés, a libéré les différents débris et donc provoqué la formation de plaquettes. Cette fragmentation associée au travail de l'érosion (ruissellement) n'a pas réussi dans certains cas à effacer la gangue, ce qui explique la présence de tels échantillons. L'origine de ces formations est donc identique à cette différence près que les argiles à pisolithes ont subi des modifications physico-chimiques plus ou moins cycliques. Cette hypothèse repose également sur l'examen critique de plusieurs remplissages karstiques notamment à Fallon (La Grande Raie, Haute-Saône) où le minerai rélictuel en plaquette est parfaitement visible sur les parois qui constituent l'encaissant. L'examen des aires de lavages permet de retrouver de nombreux spécimens montrant l'origine de ces plaquettes, lesquelles étaient utilisées au même titre pour la fusion.

Fig. 278. Traves (Haute-Saône). Lieu-dit : "Combe Petithey". Échantillon 1.

La Chapelle-Saint-Quillain : échantillon 2 (fig. 279)

21Agrégats. Lieu-dit : Lavoir des Aubrys - Etang de l'Ermite.

22Dimension de l'échantillon : 41 x 39 mm - Epaisseur moyenne = 2,7 cm - Poids 58 g.

23Le minerai est composé de pisolithes intégrées dans une matrice silteuse ocre jaune, parfois rougeâtre, constituant un poudingue. La dimension des pisolithes varie entre 0,5 mm et 6 mm de diamètre. Les pisolithes se trouvent parfois agglomérées par groupes de trois ou plus. L'argile limoneuse qui scelle les pisolithes est très compacte. Il s'agit d'un échantillon représentatif des minerais qui étaient lavés sur l'atelier de la Montbleuse (Haute-Saône).

Fig. 279. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Lavoir des Aubrys"-" Etang de l'Ermite" Échantillon 2.

Fig. 280. Traves (Haute-Saône). Lieu-dit : "Moulin de Velet". Échantillon 3.

Traves : échantillon 3 (fig. 280)

24Concrétion plane stratifiée.

25Lieu-dit : Moulin de Velet.

26x = 871,8 - y = 296,2 - z = 0230

27Dimension de l'échantillon : 5,8 cm x 5,2 cm - Epaisseur moyenne = 3,4 cm - Poids = 80,2 g.

28Plaquette stratifiée d'oxyde de fer. Epaisseur moyenne = 0, 6 cm

29Incluse dans une matrice sablo-argileuse indurée à galets de quartzites et fragments de calcaire.

Bethoncourt (25) : échantillon 4 (fig. 281)

30Bloc de calcaire sidérolithique.

31Lieu-dit : Forêt de Bethoncourt - Site du Salignonsale.

32Dimension de l'échantillon : 9,8 cm x 6,3 cm - Epaisseur moyenne = 6,4 cm - Poids = 521 g.

Fig. 281. Bethoncourt (Doubs). Lieu-dit : "forêt du Salignonsale". Échantillon 4.

33Pisolithes isolées incluses dans une matrice calcaire ocre - jaunâtre. Dimension des pisolithes comprise entre 0,1 mm et 4,8 mm.

Lieffrans : échantillon 5 (fig. 282)

Fig. 282. Lieffrans (Haute-Saône). Coupe stratigraphique le long de la route. Échantillon 5.

34Coupe stratigraphique à hauteur de la route.

35Agrégats de pisolithes.

36Dimension de l'échantillon : 9,6 cm x 4,3 cm - Epaisseur moyenne = 3 cm - Poids = 521 g.

37Pisolithes plus ou moins grano-classées et agglomérées en surface dans une matrice calcaire ocre - jaunâtre. Dimension moyenne des pisolithes =1,2 mm. Sous cette couche de pisolithes formant carapace se trouve un conglomérat dense de pisolithes de dimension supérieure (comprise entre 1,5 et 1,7 mm) inclus dans une matrice limono - argileuse ocre-jaune.

Lieffrans : échantillon 6 (fig. 283)

38Site de Picardie.

39Agrégats de pisolithes.

40Dimension de l'échantillon : 7,4 cm x 5,6 cm - Epaisseur moyenne = 4 cm - Poids = 260 g.

Fig. 283. Lieffrans (Haute-Saône). Lieu-dit : "Picardie". Échantillon 6.

41Dans cet échantillon dense, les pisolithes se sont agglomérées, constituant un agrégat d'oxyde de fer à la structure massive et irrégulière. La matrice argileuse est pratiquement absente. La structure alvéolaire en certains endroits atteste de l'ablation de la matrice. La partie supérieure de l'échantillon présente une surface quasi plane et lessivée brun ocre laissant paraître quelques empreintes de pisolithes.

Renaucourt : échantillon 7 (fig. 284)

42Site de la Source du Faix.

43Agrégats de pisolithes.

44Dimension de l'échantillon : 59 x 52 mm - Epaisseur moyenne = 3,4 cm - Poids 124 g.

45Le minerai est composé de pisolithes intégrées dans une matrice silteuse ocre jaune, constituant un poudingue. La dimension des pisolithes varie entre 2 mm et 6 mm de diamètre. Les pisolithes se trouvent parfois agglomérées par groupes de trois ou plus. Certaines sont plus ou moins anguleuses. L'argile limoneuse qui scelle les pisolithes est compacte. On distingue dans la partie inférieure des agrégats lenticulaires de pisolithes quasi cimentées entre elles constituant une amorce de plaquette.

Fig. 284. Renaucourt (Haute-Saône). Lieu-dit : "la source du Faix". Échantillon 7.

Onans : échantillon 18 (fig. 285).

46Grotte- mine.

47Brèche calcitique à pisolithes.

Fig. 285. Onans (Doubs). Lieu-dit : "la forêt du Puits de Forey". Échantillon 18.

48Brèche calcitique provenant du remplissage interne de la mine. Les pisolithes, de dimension comprise entre 2,5 mm et 6,5 mm, sont agglomérées dans une matrice calcitique à structure irrégulière. La calcite emprisonne les pisolithes ainsi que de nombreux petits grains de quartz (dimension comprise entre 1 et 5 mm.) Ces grains sont émoussés et luisants. Des fragments anguleux de calcaire provenant vraisemblablement de l'encaissant complètent l'échantillon. La surface des pisolithes est tantôt lisse et brillante, tantôt corrodée.

Percey-le-Grand : échantillon 19 (fig. 286)

49Lieu-dit : Moncierge

50Pisolithes de petites tailles (dimension entre 0,2 et 0,9 mm.) intégrées dans un ciment calcaire compact, dense, de couleur gris blanc. Les pisolithes sont de formes circulaires ou ovoïdes. Structure à grains détritiques dispersés.

Fig. 286. Percey-le-Grand (Haute-Saône). Lieu-dit : "Montcierge". Échantillon 19.

Bussurel : échantillon 20 (fig. 287)

51Site du patouillet.

52Dimension de l'échantillon : 41 x 39 mm - Epaisseur moyenne = 2,25 cm - Poids 41 g.

Fig. 287. Bussurel (Haute-Saône). Site du Patouillet. Échantillon 20.

53Pisolithes de formes hétérométriques intégrées dans une brèche calcitique à ciment calcaire de couleur jaune. Les pisolithes de formes sphéroïdales ou irrégulières sont parfois très corrodées. De nombreux éléments grossiers de calcaires corrodés et de petits grains de quartz voisinent avec les pisolithes.

Bussurel : échantillon 21 (fig. 288)

Fig. 288. Bussurel (Haute-Saône). Site du Patouillet. Échantillon 21.

54Site du patouillet.

55Dimension de l'échantillon : Diamètre moyen = 3,51 cm - Epaisseur moyenne = 2,75 cm - Poids 40 g.

56Pisolithe de forme tubulaire à surface corrodée. L'intérieur est composé d'une couche d'oxyde de fer dense.

La Chapelle-Saint-Quillain : échantillon 22 (fig. 289)

57Lieu-dit : Les Epinottes.

58Dimension de l'échantillon : L = 7,36 cm - Epaisseur moyenne = 0,96 cm - Poids 110 g.

59Plaquette stratifiée d'oxyde de fer.

Fig. 289. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes" Échantillon 22.

60La surface est occupée par un agrégat de grains de quartz anguleux emballés dans un ciment ocre jaune.

La Chapelle-Saint-Quillain : échantillon 23 (fig. 290)

Fig. 290. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes" Échantillon 23.

61Lieu-dit : Les Epinottes.

62Dimension de l'échantillon : L = 7,36 cm-1 = 6,75 cm - Epaisseur moyenne = 4,68 cm - Poids 300 g.

63Structures à pisolithes isogranulaires cimentées dans une matrice calcaire ocre jaune. (Dimension des pisolithes entre 2,5 mm et 6 mm). La partie supérieure de l'échantillon présente une surface légèrement corrodée.

La Chapelle-Saint-Quillain : échantillon 24 (fig. 291)

64Lieu-dit : Les Epinottes.

65Dimension de l'échantillon : L = 9,7 cm - 1 = 5,92 cm - Epaisseur moyenne = 4,82 cm - Poids 300 g.

Fig. 291. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Échantillon 24.

66Agglomérat de strates d'oxyde de fer. La structure très déformée de ces strates confère à l'échantillon une morphologie massive avec intercalation d'argile jaune ocre.

La Chapelle-Saint-Quillain : échantillon 25 (fig. 292)

Fig. 292. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes" Échantillon 25.

67Lieu-dit : Les Epinottes.

68Dimension de l'échantillon : L = 8,77 cm - 1 = 7,41 cm - Epaisseur moyenne = 5,41 cm - Poids 395 g.

69Conglomérat pisolithique compact fortement cimenté à structures isogranulaires (Dimensions comprises entre 2 et 8 mm.). Les pisolithes sont arrondies, anguleuses et jointives. Le ciment est de type limono-argileux de couleur ocre jaune.

La Chapelle-Saint-Quillain : échantillon 26 (fig. 293)

70Lieu-dit : Les Epinottes.

71Dimension de l'échantillon : L = 5,66 cm-1 = 3,24 cm - Epaisseur moyenne = 2,25 cm - Poids 41 g.

Fig. 293. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Échantillon 26.

72Concrétion d'oxyde de fer à texture plus ou moins compacte, creuse.

La Chapelle-Saint-Quillain : échantillon 27 (fig. 294)

73Lieu-dit : Les Epinottes.

74Ensemble de pisolithes de formes irrégulières (diamètre compris entre 9 et 29 mm). Certains échantillons sont constitués d'un agrégat de pisolithes de petites tailles (3 mm) soudées entre elles. Ciment de type limono-argileux de couleur ocre jaune.

Fig. 294. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes" Échantillon 27.

La Chapelle-Saint-Quillain : échantillon 28 (fig. 295)

75Lieu-dit : Les Epinottes.

76Dimension de l'échantillon : L = 12,37 cm-1 = 8,9 cm - Epaisseur moyenne = 3,8 cm - Poids 440 g.

Fig. 295. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Échantillon 28.

77Cailloutis anguleux calcaire et pisolithes dispersés dans une matrice sablo-argileuse brune, pulvérulente, légèrement consolidée. Conglomérat pisolithique à structures hétéro-granulaires. Présence de nombreux grains de quartz émoussés et brillants.

Les boues de lavage

78Les boues, après décantation des eaux, étaient rejetées au fur et à mesure le long des bassins d’épuration des eaux issues du lavage ou évacuées vers des lieux d’épandage extérieurs au site. Sur le site de la Source du Faix (Renaucourt, Haute-Saône) la zone d’épuration des eaux présente un mélange de pisolithes résiduelles et de limons sableux. La composition des fines apporte donc un éclairage sur les dispositifs et sur le positionnement des différentes unités fonctionnelles liées au lavage. En fin de cycle, les fines peuvent encore être mélangées avec des particules de minerais. Dans les parties en amont du cycle, on trouvera davantage de sédiments sableux issus du débourbage des terres à mines c’est-à-dire provenant de l’élimination initiale de l’encaissant meuble.

79L’importance des accumulations sédimentaires d’origine minéralurgique constitue un paramètre essentiel dans l’interprétation du fonctionnement et de l’organisation de ce type d’ateliers.

80La première opération à réaliser sur le minerai sorti de la mine est la concentration des minéraux utiles. Elle s’effectuait pour les minerais de type pisolithique par densité dans l’eau et produisait des déchets ou boues de lavage. Pour identifier la nature des vestiges et les différentes structures de lavage il est apparu nécessaire de confronter les observations avec une analyse sédimentologique de manière à préciser l'organisation spatiale et la compréhension du processus de préparation mécanique, ici le lavage.

81La nature des boues retrouvées varie suivant les matériaux qui ont pu y être traités et suivant le type de concentration utilisé : tri, cassage, lavage... Les résidus de lavage sont répandus dans les ateliers, dont ils constituent la majeure partie des vestiges souvent en relief. Le plus fréquemment ce sont des limons argilo-sableux ou limono-argileux résultant de la désagrégation des minerais pisolithiques en agrégats ou greluche et des fines avec des proportions plus ou moins variables de silt ou d’argiles, ce qui correspond à la nature du contexte géologique dans lequel ces minerais ont été extraits. Les silts et les argiles associés à des sables sont, par exemple, fortement présents sur le site de Picardie (Lieffrans, Haute-Saône).

82Document archéologique incontournable, ces épandages sédimentaires ont fait l’objet d’une analyse sédimentologique inédite sur le site de Bellevaivre (Montbleuse, Haute-Saône). Il s’agissait de révéler l’organisation et la fonction des structures encore visibles au sol et de confirmer l’existence de structures enfouies. Cette approche passe par une étude géomorphologique préliminaire doublée d’une étude géophysique. Il s’agissait également d’identifier les constituants sédimentaires afin de discerner les processus dont les traces sont encore conservées dans les accumulations et dans les épandages proches des dépressions où s effectuait le lavage. À l’échelle microscopique, la détermination des sédiments permet d’interpréter les conditions de colmatage, d’épandage et de circulation des flux à l’intérieur des ateliers (présence de chenaux enfouis).

83Les limites d’une telle étude sont conditionnées par l’échantillonnage sur le site étudié et les références disponibles pour établir des comparatifs. Si la méthode ne permet pas de dater les ateliers, elle fournit des indications sur les différentes phases d’activités comme en témoignent les stratigraphies observables sur certains sites comme celui de Picardie (Lieffrans, Haute-Saône).

84Les boues résiduaires constituent de véritables archives archéologiques dont il conviendrait de multiplier les échantillonnages afin de permettre la constitution de banques de données référencées, exploitables dans des contextes similaires. Ce référentiel pourrait favoriser des études comparatives.

85Les minerais de fer étudiés sont des altérites c'est-à-dire des produits dérivés sur place de la roche sous l'influence des actions externes. Il est probable également que les pisolithes représentent le produit du remaniement par les eaux superficielles d'anciennes cuirasses latéritiques. La morphologie du minerai pisolithique ou pisiforme, tributaire des agents d'altération et d'érosion, est très diversifiée dans le détail des observations morphoscopiques. Les pisolithes et leur gangue varient également en proportion et en volume

86Les ramassages effectués aux abords de plusieurs sites de lavage et sur quelques sites d'extraction présentent plusieurs types de minerais : des minerais meubles en grains (La Montbleuse, Baslières, Cugney), des conglomérats (La Montbleuse), des formes de poudingues presque exclusivement composées de pisolithes agglomérées (Minières de la Grande Raie et du Creux des Morts - Fallon), des plaquettes (Noidans-le-Ferroux) et des pisolithes isolées. Cette morphologie diversifiée a certainement influé sur la nature et la disposition des ateliers. Ainsi, certaines brèches ont dû subir un processus de patouillage intensif afin de séparer les pisolithes. Certaines concrétions de forte dimension ont fait l’objet d’un cassage manuel préalable. Le Journal des Mines de 1798 dresse d'ailleurs l'inventaire de ces minerais : Les mines de fer en masse se trouvent dans divers états : elles sont pour l'ordinaire d'alluvion, plus ou moins mélangées de sable et d'argile, tantôt en grains et tantôt agglutinées ; quelquefois ce sont des masses considérables d'hématite ou roche dure et compacte (...).

87Du point de vue méthodologique, l'observation à la binoculaire de certains échantillons peut révéler certaines informations sur la gîtologie : remplissages karstiques ou épandages. La présence d'enduit calcitique caractéristique des milieux souterrains permet d'identifier la provenance de certaines altérités. Les autres échantillons sont beaucoup plus difficiles à identifier.

88Néanmoins il est possible d'affirmer que la plupart des sites de lavage, à quelques exceptions près, étaient alimentés par plusieurs sites d'extraction représentant plusieurs formes de gîtes. Ce fait a pu être prouvé par les différents prélèvements réalisés.

89Les boues, quant à elles, constituent des marqueurs stratigraphiques et fonctionnels essentiels pour l’identification des évènements qui ont affecté les installations liées à la préparation mécanique des minerais, à condition d’étudier leurs concentrations dans le contexte général du site.

Table des illustrations

Légende Fig. 278. Traves (Haute-Saône). Lieu-dit : "Combe Petithey". Échantillon 1.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 279. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Lavoir des Aubrys"-" Etang de l'Ermite" Échantillon 2.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 280. Traves (Haute-Saône). Lieu-dit : "Moulin de Velet". Échantillon 3.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 281. Bethoncourt (Doubs). Lieu-dit : "forêt du Salignonsale". Échantillon 4.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 282. Lieffrans (Haute-Saône). Coupe stratigraphique le long de la route. Échantillon 5.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 283. Lieffrans (Haute-Saône). Lieu-dit : "Picardie". Échantillon 6.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 284. Renaucourt (Haute-Saône). Lieu-dit : "la source du Faix". Échantillon 7.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fig. 285. Onans (Doubs). Lieu-dit : "la forêt du Puits de Forey". Échantillon 18.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 286. Percey-le-Grand (Haute-Saône). Lieu-dit : "Montcierge". Échantillon 19.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 287. Bussurel (Haute-Saône). Site du Patouillet. Échantillon 20.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 288. Bussurel (Haute-Saône). Site du Patouillet. Échantillon 21.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 289. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes" Échantillon 22.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 290. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes" Échantillon 23.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 291. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Échantillon 24.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 292. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes" Échantillon 25.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende Fig. 293. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Échantillon 26.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 294. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes" Échantillon 27.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 295. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Échantillon 28.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4499/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 354k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540