Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mine claire

 | 
Hélène Morin-Hamon

III. Quand les traces révèlent l’activité humaine

Étude du bassin-versant de la Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Sâone)

Texte intégral

1La commune de La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône) Saône. Le village est localisé sur la rive droite de la Petite est située à 16 km à l’est de Gray, à 10 km du cours de la Morthe, ruisseau pérenne, affluent de la Saône (fig. 183, 184).

Fig. 183. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Bassin-versant du ruisseau de la Petite Morte (Morthe). Contexte hydrologique et minier.

Fig. 184. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône) Bloc diagramme montrant la répartition des différents sites étudiés (Superficie = 1 km2).
Site 1 : "La Croix Mauffrey"
Site 2 : "Les Epinottes"
Site 3 : "Le Moulin Harlin I"
Site 4 : "La Vignotte"
Site 5 : "Aux Minières"
Site 6 : "Le Moulin Harlin II
(Les sites 3 et 6 ne sont pas présentés dans cette étude).
© Hélène Morin-Hamon

Site 1 : lieu-dit la Croix Mauffrey

2Le site de la Croix Mauffrey est situé sous couvert forestier au sud/sud-ouest de la commune de La Chapelle-Saint-Quillain à la lisière du grand bois de Gy en limite de la commune d’Angirey (Haute-Saône). Il se trouve en rive droite du ruisseau qui prend sa source dans le bois de Ventoux à la confluence de deux thalwegs : le premier situé dans l’axe du bois de Gy et le second dans celui du bois de Ventoux. Il est limité au nord et au nord-est par un champ cultivé et à l’est par la route départementale D23. Il s’étend de la cote 232 à la cote 228 (fig. 185).

Fig. 185. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Localisation du site d'après la carte IGN. Site 1.

3Le substratum sur lequel repose le site correspond aux affleurements oligocènes d’argiles à chailles et silex dont les nodules sont visibles dans le lit du ruisseau. L’ensemble est recouvert par des limons plio-pleistocène à pisolithes ferrugineuses.

4Ce site est desservi de manière pérenne par le ruisseau du bois de Ventoux et son affluent qui prend sa source dans le Petit Bois de Gy. La zone occupée par l’ensemble des structures concernées est fortement humide.

Présentation générale du site

5Le site de La Croix Mauffrey occupe un quadrilatère d’orientation générale nord-ouest/sud-est de 250 m de longueur sur 40 m de largeur (fig. 186).

Fig. 186. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Topographie générale du site 1 de "La Croix Mauffrey".

6Il se compose de deux ensembles :

  • La zone I au sud-est qui occupe un tiers de l’espace

  • La zone II au nord-ouest, occupée par une série linéaire de dépressions. Elles sont le plus souvent remplies d’eau et associées à des levées de terre. Elle occupe les deux tiers du site.

7La zone I est composée de trois dépressions (D1), (D2) et (D3) dont l’une est en partie bouleversée par des travaux d’aménagement routiers. Celles-ci (D1) (D2) et (D3) sont plus ou moins ovoïdes et sont bordées par un chapelet de haldes juxtaposées et longilignes.

8La dépression (D3) présente deux appendices latéraux vers le nord-est. La dimension des structures est de 10 m de longueur sur une largeur comprise entre 4 m et 5 m. A chacune des structures est accolée une levée de terre bien individualisée.

9La zone II, qui comporte une série de dix dépressions (D5) à (D14) sensiblement linéaires et contiguës, est précédée par une dépression (D4) légèrement isolée dans l’axe du chapelet des haldes de la zone I.

10Cette série présente un axe unique d’orientation nord-ouest/sud-est de N320°. De formes quadrangulaires, chacune d’elles est associée à une levée de terre dont la hauteur varie entre 0,90 et 2 m. Elles sont toutes munies d’appendices latéraux de forme carrée de 0,80 m de côté (fig. 187).

Fig. 187. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Dépression quadrangulaire avec appendice latéral (D10). Vue vers le nord-ouest.

11Le ruisseau du bois de Ventoux (N316°) a été manifestement calibré et circule parallèlement à l’axe des différentes structures. Il se trouve positionné à une distance moyenne de 20 m pour les structures (D1) à (D9) ; à la hauteur de (D10) le ruisseau prend une orientation (N335°) différente (fig. 188 et 189).

Fig. 188. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Dépression quadrangulaire (D8) avec (D7) au premier plan. Vue vers le nord-ouest.

Fig. 189. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Dépression quadranguiaire (D8). Vue vers le sud-est.

12La distance entre les structures et le ruisseau (Ch1) diminue progressivement à partir de (D10) ; (D14) n’est plus qu’à 3 m du cours d’eau (fig. 190 et 191).

Fig. 190. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Dépression quadranguiaire (D9). Vue vers le nord-ouest.

* Chaque dépression présente une levée de terre individualisée de dimension moyenne de 6 m de large sur 3 m à 12 m de long. La hauteur varie de 0,90 m à 2 m.
Fig. 191. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Tableau synthétique des principales structures du site 1.

Interprétation

13L’interprétation du site de la Croix Mauffrey semble de prime abord relativement logique.

14Il s’agit de lavoirs en batterie implantés le long d’un cours d’eau aménagé et rectifié ; les lavoirs devaient être alimentés directement à partir d’une dérivation aujourd’hui disparue.

15Cependant, en observant les structures et en les confrontant les relevés topographiques avec les sources disponibles, l’interprétation apparaît bien plus complexe. La zone I, qui comporte des haldes (LO)disposées de manière confuse, a subi un certain nombre de remaniements. D’après les sources, cet espace était occupé par un réservoir [(Ll) (D1)] ? suivi de deux lavoirs à bras [(D2) (D3)] ? comme mentionné sur le plan des archives départementales (fig. 192).

Fig. 192. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Plan. ADHS 300 S 10.

16Les canaux d’épuration correspondraient alors à l’emplacement des structures (D4) à (D13). (L14) et (D14) constitueraient le déversoir (fig. 193).

Fig. 193. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Coupe. ADHS 300 S 10.

17Deux hypothèses peuvent être émises :

18Hypothèse I. Dans le cadre d’une restructuration de l’atelier, et dans ce sens non conforme aux dispositions de la loi de 1810, se serait établie une série de lavoirs indépendants à partir de la zone d’épuration préexistante. Un canal d’épuration aurait été sectionné à cet effet, ce qui expliquerait la régularité dans la disposition des différentes unités. La présence d’un deuxième canal parallèle au second, comme sur le plan, demeure néanmoins hypothétique.

19En fait, il convient de rester prudent sur l’application des plans présentés par l’ingénieur des Mines dans la mesure où ceux-ci constitueraient des propositions de modifications ou d’installations idéales pour répondre notamment, aux problèmes liés à la pollution. Compte tenu, du nombre de bacs, la question de la gestion des boues reste posée. La proximité d’un cours d’eau pérenne laisse supposer qu’une quantité non négligeable de ces boues étaient déversées directement dans le milieu naturel, puis évacuées vers le ruisseau du bois de Ventoux.

20Hypothèse II. La zone de lavage s’est progressivement développée en aval le long d’un canal de dérivation au fur et à mesure de l’accroissement de l’exploitation. L’ingénieur des Mines n’étant pas intervenu au début de l’implantation, mais bien plus tard lorsque l’atelier fonctionnait déjà : il aurait alors soumis un projet pour réglementer le lavage des minerais en conformité avoir les dispositions sur l’épuration des eaux boueuses. Le projet, dans ce cas, n’aurait pas été réalisé sur le terrain.

21Du point de vue de la configuration, les structures quadrangulaires sont similaires à celles observées sur d’autres sites. Dans cet exemple, elles sont linéaires et quasiment mitoyennes.

22Deux interprétations émergent :

  • Les dépressions recueillaient les eaux de pluie et de ruissellement. Elles constituaient des bacs à eau dormante à l’intérieur desquels s’effectuait le lavage. Une fois la structure gorgée de boues et après décantation, ces dernières étaient rejetées en tas sur le côté opposé au lavage ou transportées vers d’autres lieux. Les appendices latéraux correspondraient alors à l'emplacement des postes de travail.

  • Les dépressions constituaient uniquement des bassins de décantation, elles étaient précédées de lavoirs à bras et à eau courante, alimentés par un chenal issu d’une dérivation du ruisseau. Les appendices latéraux représenteraient dans ce cas les vestiges de chenaux d’alimentation. Les boues, une fois décantées, étaient, comme précédemment, rejetées à l’arrière. Cette interprétation, similaire à celle du site de la Montbleuse, pose cependant un problème : il n’y a pas de trace au sol de la dérivation et des lavoirs à eau courante. Cette problématique se retrouve sur d’autres sites.

Conclusion site 1 La Croix-Mauffrey

23En dehors des aspects fonctionnels qui restent à affiner, le site de la Croix Mauffrey présente un ensemble de structures de lavage originales parfaitement alignées suivant un axe rectiligne, et gérées directement ou indirectement par le cours d’eau pérenne proche. Il s’agit d’un exemple d’atelier de lavage en batterie avec une alimentation continue en eau, comme l’illustre le dessin de l’Encyclopédie Diderot.

Site 2 : Lieu-dit "Les Epinottes"

24Le site des Epinottes se trouve en rive droite de la Petite Morthe, au sud-ouest du village en bordure de la D.23 à l’intérieur d’une parcelle boisée, isolée dont le couvert forestier est relativement dense. Il est délimité au sud-ouest par le ruisseau du Bois de Ventoux, qui se jette dans la Petite Morthe quelques centaines de mètres en contrebas (fig. 194). Les vestiges occupent un versant en pente douce (altitudes comprises entre 227 et 233 m).

Fig. 194. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Localisation du site d'après carte IGN. Site 2.

25Le substratum sur lequel repose le territoire de la commune correspond aux affleurements oligocène constitués d’argiles à chailles et à silex. Ces niveaux sont largement recouverts par des limons plio-pleistocène à pisolithes ferrugineuses. Les placages pliocène à forte densité de pisolithes affleurent sur versant à l’est du village, en particulier dans les limites forestières des bois de Saint Gand et de Bellevaivre. Le bois de Ventoux est ainsi presque entièrement recouvert par une épaisse couche de limons argilo-sableux d’âge Plio-Pleistocène comportant des placages importants de niveaux remaniés à pisolithes ferrugineuses. Ces gisements ont fait l’objet d’intenses exploitations notamment dans le bois des Minières au sud du village jusqu’en limite de commune.

26Les vallons sont recouverts par des alluvions modernes argilo-limoneuses à concentration de chailles siliceuses et silex issus de l’Oligocène.

27Le site des Epinottes est localisé à l’interface de plusieurs affleurements, oligocène mais aussi plio-pleistocène. Les formations superficielles accueillent par endroits un mélange complexe de différents apports sédimentaires régis par la dynamique de versant.

28Deux éléments ont conditionné la genèse et l’évolution des formes qui caractérisent le modelé de la région.

  • L’existence de pentes faibles et la présence d’une lithologie favorable (argiles et limons affleurant sur de grands espaces) déterminent un modelé stable aux formes régulières.

  • Le façonnement du modelé de versant est commandé par les variations du niveau de base proche que constitue la Saône et son affluent, la Petite Morthe. Il n’existe plus de dépôts corrélatifs des niveaux appartenant au Quaternaire ancien. La sédimentation plus récente, argilo-limoneuse, affecte les vallons.

29Il en résulte une succession de formes plus ou moins stabilisées : les versants et glacis colluviaux qui dominent la vallée de la Petite Morthe, tapissés de matériaux épais, sont plus ou moins figés dans leur configuration héritée. La résultante de cette morphologie confère une relative stabilité et continuité dans le relief.

30Le vallon de la Petite Morthe reçoit l’appoint de nombreuses sources issues de formations perméables : alluvions anciennes, formations argilo-sableuses du Pliocène, niveaux calcaires du Tertiaire. Certains émissaires sont un peu plus importants et drainent les parties boisées du territoire comme le ruisseau du bois de Ventoux. Le bassin versant de la Petite Morthe draine ainsi de nombreux petits vallons aux cours d’eau pérennes. L’ensemble du réseau se jette dans la Saône.

Présentation générale du site

31Le site des Epinottes occupe un quadrilatère d’orientation générale nord-ouest/sud-est de 250 m de long sur 190 m de large. Il est délimité au sud-est par la route départementale 23 qui relie La Chapelle-Saint-Quillain à Gy. Au nord-est et au sud-est, il est bordé par un fossé de drainage récent et au sud-ouest par un pré. Le site comprend trois ensembles (fig. 195) :

  • la zone I au nord-est où jaillit une source ;

  • la zone II espace central qui relie la source à la zone III au nord-ouest par l’intermédiaire d’un chenal rectiligne ;

  • la zone III au nord-ouest est occupée par des levées de terre quadrangulaires et des laisses d’eau plus ou moins pérennes.

32La zone I au nord-est est composée de deux dépressions (D1a) et (D1b), allongées et jointives alimentées par une source. Une levée de terre de forme ovoïde (L1) de 2,50 m de diamètre, les jouxte. La dépression (D1a) au sud, de 13 m de long sur 6 m de large, est alimentée par une source plus ou moins active. Elle se connecte avec (D1b) de 14 m de long sur 3 m de large par le biais d’un étranglement.

Fig. 195. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit "Les Epinottes". Topographie générale du site. Topographie : Rüdi Glutz, Hélène Morin-Hamon.

33La dépression (D1b) se prolonge vers le nord-ouest, en zone II au centre, par un étroit chenal de 0,80 m à 1 m de large bordé de part et d’autre par des déblais. Ce chenal (Ch1) canalise les flux sur une longueur de 75 m. À 65 m, le chenal (Ch1) s’élargit ; cet évasement est matérialisé par une petite mare (D2) subcirculaire de 5 m sur 3 m. À 8 m au nord-est de cette étendue d’eau (D2), une petite source (S2) à faible débit se dirige en parallèle vers la zone III.

34La zone III au nord-ouest couvre un quadrilatère de 75 m sur 55 m partagé en deux dans le sens de la longueur par le chenal (Ch1) qui se prolonge en ligne droite jusqu’à un fossé de drainage au nord. De part et d’autre de ce chenal (Ch1) se succèdent une série de levées de terre longilignes d’axe nord-est/sud-ouest séparées par des zones humides ou des laisses d’eau plus ou moins pérennes. La partie sud-ouest comporte trois grands ensembles et la partie nord-est en comporte quatre. Ces ensembles sont assez bien individualisés dans le paysage ; leur hauteur moyenne est comprise entre 1,50 m et 2 m. Ils constituent de petites terrasses ou glacis déclinant en pente douce dans le sens du versant.

35Sur la rive gauche du chenal (Ch1) :

36La levée (L3) présente un rectangle de 23 m sur 10 m à la base. Au nord-est, la base de cette levée de terre est bordée par une fosse longiligne de 3 m à 3,50 m de large sur 22 m de long. Cette dépression remplie d’eau (D3) présente, dans la partie sud-est, cinq appendices bien individualisés d’environ 1 mètre carré (fig. 196).

37La levée de terre (L4), carrée à la base, mesure 23 m de côtés. La levée (L5 b) de 25 m sur 28 m est précédée par une autre petite levée de terre (L5a) de 15 m sur 6 m.

Fig. 196. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Bacs contigus (D3) avec levée de terre (L3).

38Sur la rive droite du chenal (Ch 1) :

39La levée (L6) est située à 15 m au nord-est du chenal (Ch1) et occupe un quadrilatère de 12 m sur 10 m. Cette levée de terre est précédée par une fosse de 7 m sur 2,50 m remplie d’eau. Elle présente également en son centre vers le sud-est un appendice d’environ 1 mètre carré.

40La levée (L7) de 30 m sur 17 m est précédée dans son centre d’une petite levée de terre de 9 m sur 7 m. Elle est délimitée par une fosse remplie d’eau de 10 m sur 5 m, elle se raccorde au chenal (Chl) et jouxte le bord sud-est de (L7).

41La levée (L8) occupe à sa base un rectangle de 28 m sur 21 m. La levée (L9) en occupe de 22 m sur 11 m. Les structures (L8) et (L9) sont séparées par un chenal (Ch2) asséché de 2,50m à 3m de large légèrement étranglé au niveau de sa jonction avec (Ch1).

Interprétation

42La Zone I constitue une zone d’approvisionnement principale en eau par l’intermédiaire du captage de la source (S1). Les dépressions (D1a) et (D1b) délimitent à la fois un espace de captage pour la ou les sources issues du versant, et les eaux pluviales ou de ruissellement. Elles constituent un réservoir muni d’un seuil destiné à alimenter les zones II et III par l’intermédiaire d’un chenal (Ch1) creusé et aménagé à cet effet. La partie aval du chenal qui précède la zone III semble équipée d’un second petit réservoir. Le chenal (Ch1) traverse de manière rectiligne l’ensemble des structures en élévation de la zone III suivant un axe sud-est/nord-ouest tout en alimentant les structures (D3) et (D4).

43Au-delà, le chenal apparaît aujourd’hui beaucoup trop encaissé pour distribuer les flux comme en (L3) et (L6). Pourtant, la nature du sol, caractérisée par une zone humide, permet d’émettre l’hypothèse selon laquelle le chenal principal (Ch1) devait alimenter tout ou partie des zones intermédiaires séparant ces différents ensembles.

44La distribution des différentes unités fonctionnelles sur ce site apparaît de prime abord relativement logique avec, de l’amont vers l’aval :

  • une prise d’eau avec un réservoir

  • un canal d’amenée

  • des structures liées au lavage avec des haldes

  • un déversoir

45En fait l’interprétation apparaît plus complexe. L’encaissement du chenal central, les différences altimétriques, l’absence de fosses remplies d’eau dans la partie aval permettent d’avancer l’hypothèse d’une dynamique d’exploitation où les zones de rejets étaient abandonnées successivement au fur et à mesure de leur saturation.

46Cette hypothèse expliquerait l’état de conservation de la dernière zone exploitée et la présence nettement marquée au sol de ces fosses remplies d’eau et munies d’appendices latéraux comparables à ceux qui sont décrits sur les sites précédemment étudiés.

47On pourrait aussi penser que la structure (L6) correspond à un espace en cours de comblement. Ce qui explique son état d’inachèvement et la présence d’une structure de type fosse ou bac parfaitement délimitée et alimentée en eau. Le schéma tente d’illustrer cette hypothèse.

48Qu’en est-il de la zone d’épuration ?

49L’emprise agricole qui cerne l’ensemble de la parcelle occupée par le site et les modifications apportées au régime hydraulique ne permettent pas de discerner d’éventuelles zones d’épuration.

50La dynamique du complexe des Epinottes pourrait s’apparenter à certaines descriptions d’ingénieurs des Mines du XIXe siècle.

51Dans certaines conditions liées en particulier au relief et à l’espace disponible, les rejets étaient stockés en élévation directement sur l’espace de lavage ; bassin d’épuration et de dépôts se confondaient. Les eaux s’évaporaient ou s’écoulaient suivant la pente par suintement. La zone une fois comblée, l’atelier était déplacé plus loin. Dans le site des Epinottes, la fosse (D5) pourrait correspondre à un atelier en phase finale d’exploitation. Le chenal central se transformant au fur et à mesure de l’évolution du site en une fosse d’épuration dont les compartiments ne sont actuellement plus visibles.

52Les techniques de topographie fine utilisées dans le cadre de cette étude permettent d’étayer ces hypothèses. Les observations au sol corroborent la plupart des données concernant la disposition des unités fonctionnelles.

53Les levées de terre, quant à elles, sont constituées de fines et de sables fins provenant des rejets liés au lavage. Des dépôts de minerais ont été retrouvés dans les labours en particulier dans les champs contigus au site, vers le nord-ouest.

Conclusion Site 3 : Les Epinottes

54Le site des Epinottes présente-t-il des exploitations récurrentes ? L’étude du site des Epinottes d’une superficie de 4,7 hectares a mis en évidence une succession de bacs et de levées de terre à partir d’un chenal central acheminant l’eau d’une source captée sur versant (fig. 197). L’état de conservation exceptionnel des vestiges a favorisé l’établissement d’une cartographie détaillée du micro-relief et permis de procéder à une interprétation.

55La superposition des levées de terre suggère une dynamique récurrente dans l’utilisation du site. Cette hypothèse s’appuie sur l’observation des différentes structures. De l’amont vers l’aval, celles-ci semblent progressivement s’estomper dans le relief, marquant, peut-être, un abandon progressif des ateliers compte tenu de l’accroissement des talus et par conséquent de l’espace de lavage, comme le montrent les schémas.

Fig. 197. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit "Les Epinottes". Chenal centrai Zone III (Ch1) et haldes (entre (L8) et (L5).

56Les ateliers étaient vraisemblablement déplacés de l’aval vers l’amont au fur et à mesure de leur engorgement par les boues issues du lavage. Plusieurs observations confortent cette hypothèse, en particulier l’état de certaines structures, mieux conservées qu’ailleurs, comme les chenaux d’approvisionnement.

57Un atelier, de superficie plus réduite, a livré des formes simples de structures encore irriguées par plusieurs chenaux. Ces deux ensembles utilisaient l’eau de sources proches ou drainaient les eaux météoriques issues de plus larges superficies (fig. 198).

Fig. 198. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Schémas interprétatifs montrant l'évolution de l'atelier, avec l'abandon progressif des structures de lavage de l'aval vers l'amont.

58Les appendices latéraux ou coalescents sur les fosses quadrangulaires demeurent hypothétiques.

59Dans les cas étudiés, les fosses rectangulaires présentes sur chacun des sites portent toutes un appendice latéral quadrangulaire contigu et centré. Il pourrait s’agir de la trace d’ancrage d’un empellement destiné à réguler les flux d’amenée d’eau sur les lavoirs. Ce fait, qui a été enregistré sur de nombreux sites n’est nullement décrit dans les plans d’archive dépouillés.

60Il s'agit de fosses quadrangulaires, le ou les bacs de lavage étant situé à l'avant de l’empreinte marquée d’une structure de lavage en bois aujourd’hui disparue.

Site 4 : lieu-dit "La Vignotte"

61Le site de la Vignotte se trouve sur la rive droite du ruisseau de la Petite Morte à l’intérieur d’un bosquet isolé au centre d’une pâture. Il est localisé sur le versant compris entre les cotes 233 et 229 (fig. 199).

Fig. 199. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "La Vignotte". Localisation du site (d'après carte IGN).

62Le sous-sol est composé d’argiles à silex de l’Oligocène, recouvert par place de colluvions argilo-limoneuses liées à la dynamique du versant. Il s’agit d’une zone humide émaillée par de nombreuses sources cutanées.

Présentation générale du site

63Le site de la Vignotte occupe un quadrilatère, d’orientation sud/sud-est – nord/nord-ouest, de 60 m de longueur sur 40 m de largeur (fig. 200).

Fig. 200. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "La Vignotte". Topographie générale du site. Topographie : Rüdi Glutz, Hélène Morin-Hamon.

64Il se compose de deux zones

  • La zone I au sud-est : aire de collecte des eaux

  • La zone II au nord-ouest occupée par une dépression plus ou moins remplie d’eau et par une levée de terre.

65La zone I présente un espace fortement humide, traversé par un petit ruisseau d’axe sud/sud-est – nord/nord-ouest qui collecte les eaux superficielles provenant de la tête du versant (cote supérieure à 232 m). Ces eaux sont rassemblées dans une mare dédoublée de 10 m sur 5 m.

66La zone II est reliée à la zone I par un petit ruisseau de 30 m de longueur qui se jette dans une dépression quadrangulaire de 27 m de long sur environ 4 m de largeur (fig. 201 et 202).

Fig. 201. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône) Lieu-dit : "La Vignotte" Vestiges des fosses quadrangulaires (D2) adossées à la halde (L1). Période de hautes eaux.

Fig. 202. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône) Lieu-dit : "La Vignotte" Vestiges des fosses quadrangulaires (D2) adossées à la halde (L1). Période d'étiage.

67Une levée de terre d’orientation nord/nord-est – sud/sud-ouest est accolée sur la rive opposée à la confluence d’une hauteur d’environ 1,60 m. Cette levée de terre s’estompe et descend en pente douce vers le nord-ouest. L’eau issue de la vasque s’évacue à l’extrémité nord-est et se jette par le biais d’une rigole dans un second ruisseau d’axe nord-ouest/sud-est, suivant la pente du versant.

Interprétation

68La zone I représente une aire de captage, qui recueille les eaux de la source (S1) et des eaux de ruissellement. Ces eaux sont rassemblées en (D1a) et (D1b) avant d’être acheminées par un chenal rectiligne (Ch1), qui aboutit directement, en zone II sur l’atelier de lavage (D2) composé de quatre unités encore visibles au sol (D2a), (D2b), (D2c) et (D2d). Les appendices latéraux, que l’on retrouve sur d’autres sites, sont perceptibles, mais fortement endommagés par les piétinements du bétail (la zone est utilisée en pâturage). La levée de terre (L1) constitue Faire de stockage des boues de lavage, vraisemblablement rejetées à partir des bacs ; ces boues se sont progressivement étalées en contrebas du versant sur une trentaine de mètres.

69Les eaux issues du lavage s’évacuaient vers le nord/nord-est par le biais d’un petit chenal (Ch2) de 3 m de longueur. Elles se jetaient, ensuite, dans un drain parallèle (Ch3).

70Le site de la Vignotte, constitue donc un atelier de lavage indépendant et isolé (fig. 203).

Fig. 203. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit "La Vignotte". Schéma interprétatif des ateliers de lavage.

71Des observations réalisées sur le terrain, nous retenons deux hypothèses :

  • Hypothèse I. La dépression quadrangulaire (D1) correspond au vestige de quatre unités de lavage (D2a), (D2b), (D2c), (D2d), dont les boues résiduaires étaient régulièrement rejetées dans la partie aval du versant. Les eaux s’écoulaient directement dans le milieu naturel (Ch3).

  • Hypothèse II. Les unités fonctionnelles de lavage précèdent la dépression quadrangulaire (D2). Situées sur le chenal (Ch1) issu de (D1a) et (D1b) ; il s’agissait de structures intermédiaires (bacs en bois ?), aujourd’hui disparues et dont les traces au sol ne sont plus visibles. Les eaux issues du lavage, étaient traitées en (D2), puis rejetées après épuration dans le milieu naturel en (Ch3) par le biais de (Ch2). Les fosses étaient régulièrement curées, dès qu’elles atteignaient leur seuil de saturation : les boues étant rejetées à l’arrière en (L1) comme dans l’hypothèse précédente.

Conclusion Site 4 : La Vignotte

72Cet atelier isolé et indépendant bénéficiait de conditions favorables d’implantation sur versant tant pour l’alimentation en eaux que pour le traitement des matériaux. Cette implantation de l'aire de lavage ou de décantation (D2) se trouve renforcée par la levée de terre qui tient lieu de barrage pour contenir les eaux (pluie-sources-ruissellement).

Site 5 : le transect des lieux-dits : Aux Minières et la Croix Mauffrey

73Les aires de lavage sont en liaison avec les zones d’extraction, qui dans ce secteur sont très proches (quelques centaines de mètres au plus). Afin d’établir les relations qui peuvent exister entre ces deux espaces de travail, il a semblé intéressant de réaliser un levé topographique élargi pour comprendre la répartition spatiale et la liaison entre ces différentes structure (minières-puits-zone de lavage).

74Le choix s’est porté sur une zone, particulièrement riche en vestiges située sur le territoire de la commune de la Chapelle-Saint-Quillain aux lieux dits : Aux Minières et la Croix Mauffrey et à proximité des ateliers complexes qui font l’objet d’une monographie spécifique. Pour appréhender au mieux cette étude, nous avons utilisé un relevé d’information à travers l’espace choisi en suivant une ligne droite. La réalisation de ce transect archéologique donne lieu à une cartographie en plan et à un profil schématique (fig. 204).

Fig. 204. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Localisation du transect (d'après carte IGN 1/25 000e)

75Le transect archéologique consiste en un schéma interprétatif réalisé à partir d’une topographie (fig. 205).

Fig. 205. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Atelier de lavage en cours de topographie : halde.

76Il s’agit d’un relevé d’informations linéaire entre deux stations, aux représentations symboliques, réalisé à travers un espace déterminé. Il peut donner lieu à un profil associant les distances et les cotes altimétriques.

77Chaque complexe est décomposé en éléments dont l'assemblage a pour objectif de restituer et de compléter l'essentiel des observations de terrain et du découpage topographique, en associant étroitement la réalité de l'exploitation et une mise à plat sous forme de schéma graphique représentatif. Cette méthode possède un triple intérêt :

  • elle permet d'effectuer une synthèse de la distribution des différentes structures ;

  • elle permet une lecture conjointe et synchrone des vestiges ;

  • elle associe interprétation et dynamique des systèmes.

78Ce type de représentation permet de réaliser une cartographie aréale par extrapolation.

Présentation générale du site

79Le profil réalisé s’étage de la cote 247,13 à la cote 234,56, soit sur une dénivelée de douze mètres. La longueur totale du transect est de 500 m suivant un axe nord/nord-est – sud/sud-ouest aux lieudits Aux Minières et A la Croix Mauffrey. Sur un ensemble de quarante structures, se répartissent vingt-neuf minières et onze ateliers de lavage parmi lesquels il faut distinguer dix ateliers individualisés et un atelier complexe relié à d’autres structures qui s’échelonnent le long du ruisseau (fig. 206 et 207).

Fig. 206. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Topographie générale du site : plan. Topographie : Hélène Morin-Hamon et Denis Morin.

Fig. 207. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Topographie générale du site : coupe – profil. Topographie : Hélène Morin-Hamon et Denis Morin.

80Il est intéressant de noter que la zone de transition, entre les exploitations minières et les aires de lavage se situe clairement au niveau d’une rupture marquée dans la pente générale du versant (cote 239-240). À cet endroit, une série de minières entaillent le versant ; elles sont elles-mêmes accompagnées de levées de terre identiques à celles présentes autour des ateliers de lavage situés en aval.

81Il semble bien à ce niveau (les observations réalisées latéralement le confirment) que ces minières, pour la plupart remplies d’eau, aient été utilisées comme réceptacles directement liés aux opérations de lavage. Certaines de ces minières ont été volontairement adaptées à l’activité minéralurgique.

82Entre la cote 239 m et 234 m se répartissent de nombreux petits ateliers à levée de terre unique enserrant des structures de lavage quadrangulaires (fig. 208 et 209).

Fig. 208. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Dépression et levée de terre (S33).

Fig. 209. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Bac quadranguiaire (S36).

83Ces ateliers sont sensiblement similaires entre eux. Ce fait met en évidence l’existence d’un standard dans la conception et la gestion (halde) du lavage.

84Cette disposition pose néanmoins le problème du positionnement des bacs de lavage et de leur fonctionnement. Elle montre qu’il y a une individualisation du traitement par le biais de ces petits ateliers (fig. 210).

Fig. 210. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Tableau synthétique des principales structures (ci-dessous et page suivante).

Interprétation

85Les structures une fois saturées, les ouvriers se déplaçaient sur le versant en fonction des disponibilités en eau. Les circulations aquifères apparaissent à partir de la cote 240 sous forme de sources diffuses. Les dépressions, liées à des travaux miniers ou non, jouaient un rôle de captage.

86Les circulations hydrauliques sont perceptibles en certains endroits, où subsistent des tronçons de chenaux ou des rigoles, vestiges d’un maillage hydraulique organisé.

87La base du versant est occupée par des circulations d’eau pérenne (ruisseau), qui à ce niveau, alimentent des structures de lavage complexes, étendues et disposées le plus souvent en batteries.

88Le transect montre clairement une répartition spatiale étagée et ordonnée entre zone d’extraction et espace de traitement. Cet espace est lui-même hiérarchisé en fonction des contraintes hydrologiques et vraisemblablement à partir des réseaux de communications existants. Ainsi, les complexes de bas de versant ou de fonds de vallée, plus conséquents, pouvaient traiter des volumes de matériaux plus importants issus de multiples concessions. On se trouve donc là en présence d’une gestion graduée des matériaux suivant l’axe du versant. Compte tenu de l’approvisionnement plus régulier et plus massif des ressources hydrologiques, ces structures ont pu bénéficier au fil du temps d’aménagement et d’innovations technologiques pouvant répondre à la demande de plus en plus exigeante de maîtres de forges.

89L’implantation de complexes de lavage en fond de vallée répondait également aux vicissitudes des gisements de minerais de fer pisolithiques. Les gîtes d’altération sont irréguliers et les concentrations s’épuisaient rapidement. En revanche, les grandes unités de lavage, mieux gérées, se pérennisaient et pouvaient recevoir des matières premières de plusieurs gisements.

Conclusion Site 5 : Transect Aux Minières - La Croix Mauffrey

90Le transect de la Croix Mauffrey constitue un modèle applicable dans l’état actuel des recherches sur plusieurs bassins versants concernés par l’implantation de complexes mixtes : extraction-lavage, dans d’autres secteurs géographiques étudiés. Il est représentatif de l’état de répartition de plusieurs ensembles d’ateliers dans la région de Gy notamment sur le territoire de la commune de Lieffrans (Haute-Saône) ou de La Neuvelle-lès-la-Charité (Haute-Saône).

***

91Le corpus des sites étudiés met en évidence la complexité et la diversité des ateliers tant dans leur implantation, leur superficie que dans leur disposition. Dans certains cas, les unités fonctionnelles sont relativement bien localisées. Cependant, les lavoirs ou les machines utilisés sont parfois difficilement perceptibles et reconnaissables. À ceci s’ajoute le fait que certains sites, comme la Montbleuse (Haute-Saône), ont vraisemblablement subi plusieurs phases d’occupation et de transformation.

92Les études de terrain mettent en évidence l’existence de plusieurs procédés de lavage intégrant différents types d’installations aujourd’hui disparues. Dans la majorité des exemples étudiés, les ateliers ont été identifiés par la présence de dépôts de boues, déchets caractéristiques de ces installations.

93Les paysages du Val de Saône dans le département de la Haute-Saône sont profondément marqués par les vestiges de cette industrie. Reste à caractériser avec précision les installations liées au lavage ou à l’épuration et dont il ne subsiste que des traces difficiles à maîtriser surtout en ce qui concerne le lavage.

94Dans le cadre de cette étude, le moyen d’accéder à ces connaissances demeure le dépouillement des traités liés à la sidérurgie et celui des sources locales. C’est la confrontation entre les descriptions des machines employées et les relevés topographiques (et vice-versa) qui permet de cerner la dynamique générale de ces ateliers.

Table des illustrations

Légende Fig. 183. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Bassin-versant du ruisseau de la Petite Morte (Morthe). Contexte hydrologique et minier.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Légende Fig. 184. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône) Bloc diagramme montrant la répartition des différents sites étudiés (Superficie = 1 km2).Site 1 : "La Croix Mauffrey"Site 2 : "Les Epinottes"Site 3 : "Le Moulin Harlin I"Site 4 : "La Vignotte"Site 5 : "Aux Minières"Site 6 : "Le Moulin Harlin II(Les sites 3 et 6 ne sont pas présentés dans cette étude).© Hélène Morin-Hamon
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 185. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Localisation du site d'après la carte IGN. Site 1.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 186. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Topographie générale du site 1 de "La Croix Mauffrey".
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 187. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Dépression quadrangulaire avec appendice latéral (D10). Vue vers le nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Fig. 188. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Dépression quadrangulaire (D8) avec (D7) au premier plan. Vue vers le nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 189. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Dépression quadranguiaire (D8). Vue vers le sud-est.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 190. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Dépression quadranguiaire (D9). Vue vers le nord-ouest.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende * Chaque dépression présente une levée de terre individualisée de dimension moyenne de 6 m de large sur 3 m à 12 m de long. La hauteur varie de 0,90 m à 2 m.Fig. 191. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Tableau synthétique des principales structures du site 1.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 192. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Plan. ADHS 300 S 10.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 193. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "la Croix Mauffrey". Coupe. ADHS 300 S 10.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Fig. 194. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Localisation du site d'après carte IGN. Site 2.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende Fig. 195. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit "Les Epinottes". Topographie générale du site. Topographie : Rüdi Glutz, Hélène Morin-Hamon.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 196. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Bacs contigus (D3) avec levée de terre (L3).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 197. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit "Les Epinottes". Chenal centrai Zone III (Ch1) et haldes (entre (L8) et (L5).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 198. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "Les Epinottes". Schémas interprétatifs montrant l'évolution de l'atelier, avec l'abandon progressif des structures de lavage de l'aval vers l'amont.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 199. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "La Vignotte". Localisation du site (d'après carte IGN).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Fig. 200. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit : "La Vignotte". Topographie générale du site. Topographie : Rüdi Glutz, Hélène Morin-Hamon.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 201. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône) Lieu-dit : "La Vignotte" Vestiges des fosses quadrangulaires (D2) adossées à la halde (L1). Période de hautes eaux.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 202. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône) Lieu-dit : "La Vignotte" Vestiges des fosses quadrangulaires (D2) adossées à la halde (L1). Période d'étiage.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 203. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu-dit "La Vignotte". Schéma interprétatif des ateliers de lavage.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 204. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Localisation du transect (d'après carte IGN 1/25 000e)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 205. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Atelier de lavage en cours de topographie : halde.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 206. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Topographie générale du site : plan. Topographie : Hélène Morin-Hamon et Denis Morin.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 207. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Topographie générale du site : coupe – profil. Topographie : Hélène Morin-Hamon et Denis Morin.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 208. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Dépression et levée de terre (S33).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 209. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Bac quadranguiaire (S36).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig. 210. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieux-dits : "Aux Minières" et "À la Croix Mauffrey". Tableau synthétique des principales structures (ci-dessous et page suivante).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4484/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 851k

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540