Version classiqueVersion mobile

Mine claire

 | 
Hélène Morin-Hamon

II. Ressources minérales et territoires... en quête de techniques

Sources et documentation

Texte intégral

1La recherche et le dépouillement des archives et de la bibliographie sur la thématique de la préparation mécanique des minerais de fer présentent un travail inédit. L’objectif est de restituer des outils directement exploitables pour la compréhension des ateliers et leur localisation sur le terrain. Il s’agit également dans cette première partie de préciser la méthodologie en regard des documents estimés pertinents.

Objectifs du dépouillement

2La préparation mécanique des minerais de fer d’altération n’ayant pas encore fait l’objet de recherches ciblées, le dépouillement de la bibliographie technique et archéologique de même que celui des différentes sources d’archives représente une étape essentielle dans cette étude.

Cartographier et croiser les données d'archives et de terrain

3Cette démarche a été nécessaire pour dresser la cartographie des ateliers de lavage, prélude indispensable aux recherches de terrain. Le dépouillement sommaire des archives, au tout début de ce travail, a permis de repérer plus d’une centaine de communes du département de la Haute-Saône, ayant accueilli un ou plusieurs ateliers de lavage sur leur territoire. Le pré-inventaire obtenu recouvre plus ou moins la carte de répartition des sites d’extraction, dont les archives ont également fait l’objet d’un dépouillement partiel en particulier pour les zones étudiées (fig. 35). Il correspond à l'extension du vaste gisement de fer pisolithique du Val de Saône et de ses marges. En archéologie industrielle, le fait de croiser sources archivistiques et vestiges constitue une phase essentielle de la recherche.

Fig. 35. Haute-Saône. Répartition sur le réseau hydrographique des principaux gîtes de minerais de fer d'altération soumis au lavage. D'après les archives et la bibliographie.

Cerner les données techniques

4Cerner les données et le vocabulaire techniques, pour comprendre le fonctionnement des ateliers et connaître les structures mises en place, constitue aussi une étape majeure. C’est au travers des archives, des encyclopédies, de l’iconographie, des rapports d’ingénieurs des Mines, des comptes-rendus de voyages des élèves ingénieurs, des plans... que la chaîne opératoire interne aux ateliers a pu être progressivement reconstituée. Ce long travail d’enquête a également permis d’appréhender la gestuelle, souvent absente dans les écrits techniques, mais interprétable à travers les images, dessins ou tableaux étudiés, comme cette peinture de paysage montagneux avec mine (fig. 36 et 37a et b) montrant au premier plan des ateliers de préparation mécanique et une usine métallurgique. Des données chiffrées sur la production ont pu être mises en relation avec certains ateliers. L’ensemble des résultats permet de mieux cerner le rôle de la préparation des minerais au sein de la chaîne opératoire de la sidérurgie (fig. 38).

Restituer les résultats

5Le dépouillement de la bibliographie archéologique conjugué avec la recherche de la bibliographie spécialisée traitant de la préparation mécanique a permis d’élaborer une première approche sur l’évolution des techniques propres à la préparation mécanique intégrant ferreux et non ferreux et de situer les minerais d’altération dans cette restitution. Un glossaire a été élaboré à partir d’une collecte systématique des termes techniques spécifiques à l’objet de cette étude. Un fichier sur les recherches en archives a été progressivement réalisé, il permet d’appréhender les pistes explorées et leurs contenus.

Fig. 36. Tableau de Claes Dirckz van der Hecke, artiste né à Alkmar 1571. "Paysage montagneux avec mine" (Bonn Rheinisches Landesmuseum). Cette toile Tut longtemps attribuée à Lucas van Valckenborch puis à Adam Willaert. Aujourd'hui, sur les bases de comparaisons stylistiques avec d'autres œuvres de Claes Dirckz van des Hecke, il y a unanimité pour dire que cet artiste est l'auteur de ce tableau. Il en existe deux versions.

Matériaux de recherche utilisés

6Les recherches se sont orientées sur les fonds existant à Paris, en province dans les bibliothèques spécialisées comme celle du Musée du Fer (Nancy), à la Direction Régionale de l’Industrie de la Recherche et de l’Environnement (DRIRE), dans les bibliothèques municipales comme celle de Besançon (Doubs) ou celle de sociétés savantes locales, aux Archives Nationales, départementales (y compris celles de départements limitrophes ou non) et communales. Les archives privées, comme celles du Château de Villersexel (Haute-Saône) ou de la Forge d’Auvet-en-Chapelotte (Haute-Saône) ont également été consultées. En ce qui concerne les sources archéologiques, un travail de dépouillement a été opéré auprès des Services Régionaux de l’Archéologie, dans les publications spécifiques aux travaux archéologiques. Dans ce domaine, l’information orale joue un rôle important : des données ont été fournies par des archéologues et chercheurs français ou étrangers, en particulier pour l’Italie, la Suisse, la Grande-Bretagne, l’Espagne ou encore la Grèce.

Les archives

7Plus on remonte les siècles, plus les documents sériels utilisables se font rares, en l'absence d'un contrôle efficace par l’État des activités économiques. Si la microtoponymie peut prouver parfois l'existence en un lieu d'établissements industriels, voire d'indiquer leur nature, les documents écrits demeurent indispensables pour retrouver certains sites. Pour une telle recherche, aussi loin que remontent les sources écrites, les actes officiels, (demandes de concession, traités d’amodiation, redevances, courriers administratifs, autorisant la création d'un établissement) s'avèrent particulièrement riches en informations de toutes natures.

8Le champ de recherche le plus largement ouvert dans le domaine de l'industrialisation comtoise à partir de la première moitié du XIXe siècle, est celui des installations hydrauliques : moulins, mais aussi lavoirs à minerai (fig. 39).

Fig. 37a. Tableau de Claes Dirckz van der Hecke. "Paysage montagneux avec mine". Au premier plan lavoirs à bras et criblage à la cuve ; à l'arrière, sur la droite, concassage et tri.

Fig. 37b Tableau de Claes Dirckz van der Hecke. "Paysage montagneux avec mine". Criblage à la cuve et dans le cours d'eau

Fig. 38. Retable de l'église Sainte Anne d'Annaberg (Erzgebirge) Hans Hesse (1521) Lavage au râble et à la cuve. (Bochum-Deutsches Bergbau-Museum).

9Les ateliers de lavage font l’objet de comptes-rendus soigneusement rédigés et illustrés aux Archives Nationales de Paris dans les cotes AN F14 (travaux publics et mines) (fig. 40) redevances sur les mines et demandes en concession, ainsi que dans les Archives Départementales de la Haute-Saône (Série S) où sont conservés de nombreux documents couvrant cette activité (fig. 41).

10Les dossiers qui composent ces fonds documentaires ont, pour la plupart, été rédigés après la loi de 1810 portant réglementation des mines et le décret ministériel de 1831 imposant la mise en place de concession et la réalisation de bassins d'épuration pour faire face à la pollution accrue des cours d'eau.

Fig. 39. Bussurel (Haute-Saône). Emplacement d'un patouillet sur la Lizaine. ADHS 301 S 4 (1812 - 1837).

11Chaque dossier correspond à une demande en concession et comporte les pièces relatives à l'implantation des ateliers et à leur gestion. (fig. 42). Des plans accompagnent certains dossiers. Parfois, les rapports de visite ou d'installation d’ingénieurs des Mines apportent de précieuses informations sur la conception du projet et son fonctionnement. Ces pièces sont toutefois plus rares (fig. 43).

Fig. 40. Vallerois-le-Bois, hameau de Baslières (Haute-Saône). Lieu-dit "En Mignotie". Plan des installations de lavage. Exemple de document retrouvé dans les fonds d'archives. AN F14 4549 (1829).

Fig. 41. Vellefrey (Haute-Saône). Plan de concession minière avec en "3" la mare dite du "Creux bedon" dans laquelle le concessionnaire avait l'autorisation de laver le minerai extrait. Exemple de document retrouvé dans les fonds d'archives. ADHS 297 S 38 (1862).

Fig. 42. Vellemoz (Haute-Saône). Demande d'une permission d'établir un patouillet à roue et trois lavoirs à bras. ADHS 300 S 38 (1824).

12D'autres documents non moins intéressantes émaillent ces fonds. Il s'agit, entre autres, de pétitions émanant des riverains ou de courriers divers. Les litiges ont donné lieu également à un grand nombre de procès et par conséquent à un volume non négligeable de documents d’archives : dossiers d’enquêtes, jugements... Ces contentieux, dans certains cas virulents, abondent de détails intéressants. Certains apportent des informations sur la masse des minerais traités et sur les flux en général.

13Le dépouillement des archives a nécessité le tri des informations et leur transcription informatique associés à un recoupement systématique et sériel de la documentation (fig. 44).

14Quant aux séries B, C et H des archives départementales, elles ont fourni, à des degrés divers, des informations complémentaires sur la répartition des ateliers et surtout sur les nombreux procès que se livrèrent collectivités, particuliers et maîtres de forges concernant le lavage des terres à mines face aux nuisances sur l’agriculture et la qualité de l’eau.

Fig. 43. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu dit "Pré des Tremblots". Plan des installations de lavage. ADHS 300 S 10 (1816).

15C'est surtout à l'aube de la Révolution, que les cahiers de doléances fourmillent de réactions à l'encontre du lavage. Ces témoignages sont d'autant plus précieux qu'ils nous renseignent de manière quantitative sur l'importance de cette industrie.

16On trouve généralement des actes notariés (Série E), actes d'amodiation voire des pièces de justice relatant un litige lié à l'activité sidérurgique. C'est souvent dans de tels dossiers qu’il est possible de puiser un maximum de renseignements concernant les ateliers. Les inventaires testamentaires constituent également une source non négligeable de documentation.

17Les traités d'amodiation fournissent parfois des indications précieuses sur la chronologie de l'établissement et sur ses prérogatives. Exemple à Chagey (Haute-Saône), au milieu du XVIIe siècle : (...) Pourra aussy laver et faire laver ladite mine où la commodité se présentera, n'estait en lieu que le public en recenst notable intérêt, le tout aussy à charge qu'il sera tenu de réparer les lieux qui en seront endommagés et de payer et réfarcir l’intérest et dommage à qui il appartiendra, selon la taxe et évaluation raisonnable qui en sera faite par commis qui sera à cet effet député, entant les parties ne s'en pourroyent accorder d'elles mesmes et à l'amiable (...) (ADHS E 97).

Méthodologie

Méthodologie

Fig. 44. Inventaire-prospection des sites de préparation mécanique des minerais de fer. Methodologie
H. Morin-Hamon

Fig. 45. Villersexel (Haute-Saône). Lieu dit : "la Forge". Emplacement du lavoir (C). Le plan montre le bief, gui alimente l'atelier de lavage. De chaque côté, on distingue les dépôts de "terres à mines". Archives privées du Château de Grammont à Villersexel (XVIIIe siècle).

18Pour les XVIe et XVIIe siècles de riches fonds restent à dépouiller et à étudier de manière systématique, en particulier les registres des abbayes. Les archives des seigneuries ecclésiastiques et celles des grandes seigneuries laïques (fig. 45) renferment sans doute encore des informations qui n'ont pu être qu’effleurées au cours des travaux. Les séries H des archives départementales du Jura ont fourni des indications détaillées sur l'amodiation des terres à mines, entre un particulier et un grand domaine monastique, celui de l’abbaye de Marast (Haute-Saône), où des traces d’installations de lavage ont été repérées au sol (fig. 46). Elles sont attestées dans les fonds de la Collégiale de Dole conservés dans les Archives du Jura à Lons-le-Saunier.

19Il est à souligner, que l'autorisation d'extraire et de préparer le minerai prenait aussi la forme d'actes notariés occasionnels et ponctuels. Comme par exemple la convention faite de la part de MM. du Chapitre de Dole (Abbaye de Marast en Haute-Saône) et un certain Daubigny, au sujet de la traite des mines qui luy a esté permis de faire sur le prieuré de Marast, pendant six ans, au payement annuel de cent cinquante livres : Nous messire Joachim Balinette, chanoine à la collégiale de Dole au nom et comme ayant charge de messieurs du chapitre dudit Dole, prieurs et seigneurs en dependans ensuite de procuration du vingtième octobre dernier icy et lieu... par ledit messire Balinet d'une part et nous, messire Nicolas Perrenoy Daubigny seigneur d'Athesans Saint-Georges (...), maître aux comptes à Dole d'autre part sommes convenus de ce qui s'ensuit savoir que nous ledit messire Balinette permettons au nom que dessus audit seigneur Daubigny et à ses fermiers du fourneau de Saint Georges de faire tirer les mines de fer qui se trouvent dans l'étendue des terres dépendantes du prieuré de Marast et de les faire laver sur tous les ruisseaux et fontaines et cours d'eau dépendant dudit prieuré et membres en dépendant excepté celuy des fontaines, dans toute son étendue jusqu'à la rivière de l'Oignon, et de les faire voiturer sur les lavoirs, et enlever par les prés et champs dudit territoire et membres en dépendant.

20A charge et condition de dédommager les seigneurs et prieurs dudit Marast et les particuliers à l'amiable ou à dire d'experts des dommages et intérêts qui puissent être causés tant par ladite traite des mines et passage des voitures que par les dits lavoirs qu'ils y établissent le tout conformément aux ordonnances et déclarations du Roy à ce qui est, déclarant ledit prieur Balinette au nom que dessus que ladite permission commencera depuis le présent jour et finira dans six ans prochains et révolus et ce moyennant la somme de cent cinquante livres monnaie de royaume par chaque année et dont le paiement s'en faire à l'expiration d'une chacune d'icelle au prieuré de Marast auxdits seigneurs ou a personnes préposés de leur part sans requérir, à peine d'intens et dépens et en espèces sonnantes et fait double le vingt huit octobre mil sept cent vingt quatre audit prieuré de Marast...

21Nous soussignés déclarons ensuite de la convention que nous avons fait ce présent jour au sujet du tirage des mines et lavoirs accordés par ladite convention qu'au cas où il suviendrait quelques difficultés soit de la part des seigneurs voisins maîtres de forge et particuliers pour les dommages intérêts et actions de quelle manière elles puissent être les frais de poursuites et procédures des procès qui pourront être intentés à ce qui est par les dit avant nommés tomberont à la charge de moi, ledit seigneur Daubigny (...). Signé Daubigny, Le chanoine Balinette. (Archives Départementale du Jura, [cité désormais ADJ] G 289)

22Qu'en était-il auparavant ? A défaut de fonds privés comparables à ceux de la seconde moitié du XVIIe siècle, ce sont les manuscrits des grandes bibliothèques qui, minutieusement exploités, permettraient peut-être d'enrichir les connaissances dans ce domaine.

Fig. 46. Marast (Haute-Saône) Village et prieuré. Vallon de la "Bassole". Emplacements désignés des lavoirs à mine (D). ADJ G 722 (XVIIIe siècle).

23Les archives de la Direction Régionale de l’Industrie et de l’Environnement (DRIRE) ont essentiellement procuré des indications sur les concessions minières, sur le volume des terres à mines exploitées dans cette région et sur les rapports de production entre la masse de minerais bruts et les quantités utilisables au sortir des ateliers. Les écrits des ingénieurs des Mines et comptes-rendus de voyages des élèves ingénieurs déposés à la Bibliothèque Nationale de l’École des Mines de Paris constituent également une source de renseignements précieuse.

24Les Archives Nationales (AN) et les Archives Départementales de la Haute-Saône (ADHS) ont fourni une grande partie des données qu'il a fallu croiser et recouper pour éviter d'éventuelles superpositions de toponymes.

Les sources imprimées et la bibliographie

25Les résultats consacrés à l’étude des sources sont exposés dans la partie relative aux connaissances historiques. Ce chapitre met en relief les fonds étudiés et en présente certains extraits de manière chronologique. Pour les XVIIIe et XIXe siècles, ce travail sert à éclairer l’étude des sites dans la seconde partie et participe à argumenter la discussion de la troisième partie. Par ailleurs, une bibliographie thématique est exposée dans les annexes.

26Il apparaît cependant opportun de souligner l’utilité de quelques ouvrages régionaux comme le Dictionnaire des communes de la Haute-Saône (Suchaux,1835) reste un ouvrage incontournable pour l'identification des zones d'extraction du minerai pisolithique. Certains traités d'exploitation des mines fournissent des informations clés du point de vue des techniques ; citons, parmi les plus connus, ceux d’Agricola (Agricola, 1556), de Monnet (Monnet, 1773), de Haton de la Goupillière (Haton de la Goupillière, tome II, 1885, pp. 675-676) et de Roux-Brahic (Roux-Brahic, 1922), tout comme l'indispensable Traité de métallurgie de l'ingénieur des Mines Ricot, (Ricot, 1871) qui concerne uniquement les minerais polymétalliques, mais qui apporte néanmoins de nombreux éléments de comparaison. De manière générale, les Annales des Mines fournissent de précieux renseignements sur les techniques d’enrichissement.

27En ce qui concerne la méthodologie, certains manuels comme celui de A. Vatan (Vatan, 1967) et de J. Tricart (Tricart, 1965) constituent de précieux auxiliaires sur le terrain.

Les cartes

Les cartes anciennes

28L’Atlas cantonal réalisé par le Préfet de Haute-Saône Hippolyte Dieu en 1858 demeure un remarquable outil pour le repérage des sites de la période moderne et contemporaine (fig. 47) C’est un document unique sur le territoire. Il convient toutefois d’en apprécier son contenu avec prudence. Les sites relevés ne correspondent qu’à une période donnée ou font état de vestiges. La question sur ce point reste ouverte.

29Le Cadastre napoléonien (fig. 48 et 49) fait apparaître quelques ateliers dès lors que leurs installations couvrent une grande superficie (Chapelle-Saint-Quillain, Etrelles-et-la-Montbleuse). La consultation des cartes de Cassini, des cartes d’État-Major anciennes et de certaines cartes minéralogiques datées du XVIIe siècle (Archives Nationales) n’a pas apporté de résultats significatifs.

Fig. 47. Extrait de la carte du canton de Gy. Atlas cantonal de la Haute-Saône du Préfet H. Dieu, (1858).

Fig. 48. Etrelles-et-la-Montbleuse (Haute-Saône). Lieu dit : "l'Étang". Cadastre Napoléonien. Mairie E-M. Plan d'un patouillet à cheval avec les chenaux d'approvisionnement en eau, les réservoirs et les aires d'épuration des eaux saturées de boues de lavage (1858).

Fig. 49. La Chapelle-Saint-Quillain (Haute-Saône). Lieu dit : "Moulin Harlin". Cadastre Napoléonien. Emplacement présumé d'un patouillet à cheval. Une indication peu lisible sur ce plan. ADHS CP 129 E (1834).

Les cartes actuelles

30La carte IGN au 1.25000e peut parfois faire apparaître des concentrations de boues de lavage en élévation, soulignées par les courbes de niveaux (Neuvelle-les-la-Charité). Les cartes géologiques de Gray au 1.80000e et de Gy au 1.50000e ont été utilisées pour cerner les affleurements liés à la présence de minerais de fer pisolithique (dépôts plio-pleitocènes et éocènes) (fig. 50 et 50a).

31Il n'existe pas de cartes géomorphologiques ou pédologiques du secteur. Un catalogue des stations forestières des plaines de Saône a été réalisé par G. Bailly. Cette étude porte essentiellement sur les rapports entre les sols et la flore.

La carte archéologique

32La carte archéologique a été utilisée notamment pour l'étude du site de la Montbleuse (Haute-Saône). La plupart des mentions font état des découvertes enregistrées par J.P. Millotte à partir des données recueillies dans sa thèse (sites protohistoriques) (Millotte, 1963) et des sites préhistoriques d'extraction du silex proches dont une partie a fait l'objet de fouilles (Cupillard, 1991, pp. 70-73).

33Les sites miniers enregistrés dans cette zone correspondent aux données fournies par l'équipe de recherche sur les mines anciennes, en particulier les mines karstiques de la région de Gy et de Bucey-les-Gy ainsi que les mines de fer et de manganèse de Oiselay et Grachaux.

Fig. 50. La Neuvelle-les-la-Charité (Haute-Saône) extrait de la carte topographique faisant apparaître une levée de terre caractéristique des déchets laissés dans le paysage par l'activité du lavage des minerais de fer (carte IGN 1/25000e Port-sur-Saône 3321 E).

Fig. 50a. Neuvelle-les-la-Charité (Haute-Saône). Vue actuelle du site.

34Peu de sites de préparation sont mentionnés, exceptés ceux qui ont été repérés lors des prospections sur les mines (Équipe Pluridisciplinaire d’Études et de Recherches sur les Mines Anciennes et le Patrimoine Industriel, ERMINA) ; le plus souvent répertoriés à partir de l’Atlas de Dieu (préfet de Haute-Saône) de 1858, ils n’ont pas fait l’objet d’études particulières.

35Le recours aux sources écrites est un élément spécifique de la recherche en archéologie industrielle et a fortiori dans le cas précis de la paléométallurgie extractive. L'apport d'une documentation écrite est précieux, mais il pose souvent des difficultés de tri. Témoignages écrits et données archéologiques, différents par nature, peuvent apporter des informations discordantes. Il n'est pas rare, par exemple, qu'une indication précise, d'apparence incontestable, formulée dans un texte, soit contredite de manière formelle par les observations de terrain. Le phénomène s'observe particulièrement pour les ateliers de lavage.

36Les plans intégrés dans les archives concernent essentiellement des réalisations du XIXe siècle, plus rarement antérieures. Or, sur le terrain, ces installations étaient provisoires, éphémères et surtout évolutives suivant les matériaux à traiter, la fluctuation des ressources en eau et le devenir des déchets.

37La lecture du terrain importe donc autant que celle des archives. En réalité, c'est de leur confrontation et de leur mise en perspective que s’élabore l’interprétation archéologique.

38M Palmer souligne à juste titre que la caractéristique essentielle de l’archéologie industrielle...consiste dans le large panel de preuves quelle utilise : sources documentaires, cartes, images, peintures, photographies et gravures tout autant que la tradition orale. Pour autant, les archéologues industriels ne sont pas moins concernés que les autres archéologues par le déroulement du temps et de l’espace, et il leur est tout aussi nécessaire d’utiliser les concepts de base de l’archéologie comme la stratigraphie et le contexte afin d’interpréter le passé industriel (Palmer et Neaverson, 1995, pp. 61-66 ; Everson, 1995, pp. 9-10).

© Presses universitaires du Midi, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search