Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Quatrième partie. La mobilité sociale en marche

Chapitre 7. Pour une analyse inter-générationnelle des trajectoires sociales

Texte intégral

1Notre recherche témoigne, nous semble-t-il, de la valeur heuristique d'une analyse intergénérationnelle appliquée à la construction des trajectoires sociales. En revanche, il est apparu tout au long de ce travail que les personnes concernées ne reconnaissent pas le plus souvent cette dimension. L'écart entre la position professionnelle des pères et leur propre profession empêche probablement de considérer ce lien. Selon elles, ces deux positions socioprofessionnelles ne pourraient se comprendre au regard l'une de l'autre. Le plus souvent, seuls leur caractère et leurs qualités personnelles sont mis en avant pour expliquer leur réussite professionnelle. Certains soulignent d'ailleurs que leurs parents ont plutôt constitué un obstacle du fait de leur analphabétisme, du manque de ressources, de leur condition d'émigrés ou encore de la précarité liée au caractère provisoire de leur présence. Il y aurait même une opposition forte, voire une incompatibilité, entre leurs aspirations et celles de leurs parents. Ainsi, leur trajectoire sociale se serait avant tout élaborée en opposition aux projets parentaux, comme par exemple le fait de poursuivre des études supérieures, d'avoir une vie active pour les femmes, de se marier selon son choix, de privilégier l'installation dans la société française, etc. Ces individus se considèrent alors comme les bâtisseurs de leur trajectoire sociale, avec l'aide éventuellement de l'extérieur (l'école, des opportunités professionnelles, etc.). Elle serait donc le résultat de leur seul mérite.

« Moi je veux dire que je fréquentais mes petites copines, françaises, j'allais les chercher chez elles... c'était leurs mères qui leur préparaient le petit-déjeuner, ce n'était pas elles qui se levaient pour faire le ménage, et c'était elles [les mères] qui apportaient le soutien [scolaire], qui allaient apporter un élément pour la dissertation qu'on avait à faire... donc j'avais une autre image du parent [...] sans parler de la culture, la différence de culture, de communication, même de vocabulaire, parce que moi je parle algérien, mais c'est limité, alors une fois que vous avez fait des études, que vous voulez approfondir une idée, vous ne pouvez pas communiquer [avec les parents]. »

2Or, s'il est indéniable qu'il existe un fort écart, voire des contradictions, entre les projets exprimés par les parents et ceux de leurs enfants, ils ne sont pas toujours antagonistes. En revanche, les moyens dont chacun dispose sont le plus souvent distincts, ce qui contribue à accentuer cet écart entre les deux générations. Malgré cette distance, nous devons réfuter une position manichéenne qui considérerait d'un côté les enfants qui optent pour un mode de vie dit « occidental », et de l'autre, des parents qui s'y opposent, parce que traditionnels, « rétrogrades ». Il est important de noter que les comportements des parents ont profondément changé au cours des années en France, notamment au sujet de l'éducation, de l'ouverture sur la société française, de la manière de percevoir et de se projeter dans la vie : ce que tous les enfants reconnaissent très volontiers.

Le refus de l'héritage : la valorisation du « self made man »

  • 1 Cf. G. Mauger (1989).
  • 2 Nombre d'ouvrages (des biographies notamment) d'enfants de la « seconde génération » ont mis l'acc (...)

3Néanmoins, les représentations qui perdurent à l'encontre des immigrés accentuent cette perception de clivage entre les générations et empêchent d'entrevoir dans quelle mesure les parents sont aussi ceux qui concourent à la modification des pratiques sociales. En effet, la position subalterne qu'ils occupent dans la société incite à percevoir ces personnes comme dépourvues de toute disposition, espoir ou savoir-faire. Cela signifierait-il que seuls les mieux dotés en capitaux, dont objectivement on perçoit les capitaux transmissibles, sont en mesure de transmettre1 ? Dans la mesure où ces personnes apparaissent privées de tout capital, il est en effet difficile sans analyse intergénérationnelle de reconnaître les transmissions et ressources familiales. Or, ne pas prêter attention à ces multiples formes de capitaux, ressources ou mobilisations, contribue à produire une image homogène des parcours sociaux des familles d'origine algérienne et à considérer les parcours « réussis » des personnes étudiées comme « atypiques », au regard de la place qu'occupent leurs parents dans la société française. Il est alors sous-entendu qu'il est difficile pour ces personnes de « réussir » puisqu'elles ont des parents si démunis (étrangers, ouvriers, pauvres, etc.). La réussite observée ne peut donc être que le résultat de leurs propres qualités individuelles. Les personnes concernées se font d'ailleurs l'écho de telles propositions. Dans une société qui fait de la réussite individuelle une valeur suprême, leur réussite socioprofessionnelle revêt une dimension supplémentaire : elle serait le résultat d'une lutte individuelle pour s'extraire du milieu d'origine2.

4L'idéologie du self made man, valeur sacralisée dans notre société, a comme conséquence d'occulter le rôle des transmissions intergénérationnelles. La mise en avant des caractéristiques individuelles pour justifier la « réussite » éclipse en effet l'héritage familial. Or, comme le rappelle très justement B. Lahire (1995, p. 16) :

« L'on a tendance à réifier en traits de caractère ou de personnalité les comportements des enfants [...] alors que ces traits n'apparaissent pas dans un vide de relations sociales : ils sont les produits d'une socialisation passée, mais aussi de la forme des relations sociales à travers lesquelles ces "traits" s'actualisent, sont mobilisés. »

5En effet, il ne peut y avoir des individus « curieux », « entreprenants », « travailleurs », « persévérants », etc., sans que des relations et des situations familiales ne permettent que se développent ces « traits de caractères » qui s'affirment dans l'interaction sociale, et qui par la suite sont confortés, amplifiés, modifiés à travers les multiples expériences de socialisation. Ce sont ces qualités qui seront ensuite mobilisées dans les carrières professionnelles : elles prennent donc appui sur les expériences socialisatrices et notamment familiales.

6Il faut rappeler que la question des transmissions, par conséquent de l'héritage, est intrinsèquement liée à celle des modalités d'appropriation. Il s'agit plus exactement de réappropriation, d'interprétation, à partir desquelles les individus agissent, réagissent, s'expriment, s'opposent, se différencient... C'est pour cette raison que nous avons privilégié une approche en terme de socialisation plutôt qu'en terme de reproduction. Elle doit nous permettre de considérer la pluralité d'expériences à partir desquelles chacun se construit socialement. Une socialisation identique d'un individu à l'autre, si tant est que cela puisse exister, ne produira pas deux individus identiques. C'est par conséquent en reconnaissant la multiplicité des parcours et la pluralité au sein de chacun que l'on peut comprendre comment une population, aussi dominée et marginale (au sens de tenue à la marge) soit-elle, ne se reproduit pas à l'identique. Dans cette perspective, on peut envisager les situations atypiques, les changements qui émergent.

  • 3 Cf. les travaux de D. Bertaux (en particulier ceux publiés en 1980, en 1997 et en 1988 avec I. Ber (...)

7Paradoxalement, s'intéresser au singulier permet de reconnaître les situations plurielles, et par conséquent la complexité de la réalité sociale. C'est pourquoi les notions « dispositions, expériences, ressources » sont probablement plus appropriées que celles de « capital » qui renvoient à des éléments peut-être plus aisément identifiables, mesurables (le niveau de diplômes, le revenu, les biens possédés...), mais aussi plus rigides. A contrario, les notions précédentes évoquent des caractéristiques aux limites plus floues, plus mouvantes selon les espaces/temps considérés ; ce qui apparaît comme disposition déterminante pour une personne ne le sera pas pour une autre. L'analyse biographique3, en permettant de reconstruire les multiples facettes des parcours sociaux, a un pouvoir explicatif : on saisit à travers des cheminements individuels les trajectoires sociales.

8Les traits de caractères ou les capacités individuelles mises en avant dans les discours des enquêtés permettent finalement de rendre compte des socialisations passées et des relations sociales à travers lesquelles elles s'expriment. C'est donc dans l'interaction sociale, et en premier lieu familiale, que l'on appréhende l'horizon des possibles de chacun et les dispositions pour y parvenir. Les parents peuvent s'exprimer en arabe ou dans un français parfois approximatif : les transmissions orales concernant l'organisation de la vie familiale, l'encouragement pour l'obtention des diplômes, etc., n'en ont pas moins de poids ou de sens. Introduire l'histoire familiale et individuelle au centre de l'analyse permet donc de comprendre comment chacun prend sa place au sein de la société ; ce qui d'ailleurs peut-être entendu pour tout individu. Plus que la question récurrente de l'intégration, c'est finalement une interrogation sur les modes de socialisation qui est posée.

L'immigration, une mobilité sociale programmée

9Les transmissions familiales sont d'autant plus difficiles à saisir qu'elles se combinent avec d'autres formes de socialisation, qu'on pourrait appeler horizontales (au sens où elles ont lieu au sein de l'école, avec les pairs, par l'intermédiaire des médias, des institutions politiques, etc.) ; et par opposition aux socialisations verticales (par le biais de la filiation). Il paraît alors plus légitime pour expliquer la « réussite » de faire référence aux parcours réalisés dans la société française et aux processus de socialisation horizontaux qu'aux héritages familiaux. Pourtant, les premiers ne prennent tout leur sens que s'ils sont réappropriés, interprétés et combinées avec ce qui est transmis au sein de la famille. Au même titre que les transmissions familiales qui sont inévitablement interprétées et réappropriées, les parcours dans la société française sont le résultat des interactions entre des possibles souhaitables, souhaités ou imposés. En fonction du vécu de chaque individu, le résultat de ces interactions produit des trajectoires différentes.

10Au cours de l'entretien suivant, la personne a tenté de rester très prudente au sujet du lien suggéré entre les générations. Mais ces précautions ne contribuent qu'à souligner avec plus d'ampleur l'effet de la filiation.

« Honnêtement j'ai l'impression d'être dans la continuité sauf que je ne suis pas à la même époque. [...] Mon grand-père [paternel] a transmis des choses, mon père pareil, sauf que lui il a été un émigré, moi je suis un enfant d'émigré [...] Mon grand-père était agriculteur, mon père était ouvrier dans le bâtiment puis à R. et moi j'ai été étudiant, mais quelle est la différence fondamentale entre quelqu'un qui est né en 1890 et qui savait lire et écrire le français alors qu'il n'y avait pas d'école, que c'était l'administration française et moi qui vit 95 annés plus tard et qui a eu le bac [et un diplôme supérieur de comptabilité] ? Très honnêtement est-ce que c'est fondamentalement différent ?[...] Je veux dire que quand on situe les époques et les personnes dans leur époque, très honnêtement je ne vois pas ce qui est différent, je sais parler trois langues, mon père sait parler trois langues relativement bien, mon grand-père aussi, il savait les écrire, il savait les lire, une des différences c'est que j'ai de moins en moins une relation rigoureuse avec le monde spirituel [...]. Je sais interpréter mon monde mais qu'est-ce que ça veut dire quand le monde de mon grand-père ce n'était pas mon monde ! ! Donc peut-être que s'il avait vécu mon monde il aurait été capable de l'interpréter comme moi ou de le vivre comme moi [...]. C'est la continuité, alors continuité ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de changement, d'évolution, c'est vrai que si on interprète les choses matériellement parlant pour reprendre les théories de certains, mon grand-père était paysan, mon papa était ouvrier et moi je serai peut-être quelque chose qui s'assimilerait à cadre... c'est vrai qu'il y a une progression, mais moi mon grand-père administrait des milliers d'hectares, qu'est-ce que ça veut dire, relativement exprimé ? Nous on vit dans un monde moderne, mon grand-père ne vivait pas le monde moderne d'accord, il n'y avait pas d'électricité, pas d'eau, pas de télévision, de radio, il n’y avait que le journal, mais je veux dire que ça ne l'empêchait pas d'être le sage du village, le gars qui était consulté, le gars qui prononçait le droit, moi je ne dirai jamais le droit, et Dieu sait pourtant que c'est quelque chose de plus important que de savoir lire et écrire, non ? ![...] Là où effectivement il y a une évolution, oui mais même pas, c'est la conscience politique mais la conscience politique elle est liée à quoi ? Elle est liée à ce qu'on vit et elle est liée au savoir, donc moi mon grand-père quand la France le bannit de mon village pendant trois ans, parce qu'il était le seul à savoir lire et qu'on le soupçonnait d'avoir une influence sur le maquis, quelle est la différence avec moi qui suis militant politique aujourd'hui ? Aucune ! Quelle est la différence avec mon père qui a eu trente ans sa carte à la CGT et qui nous imposait régulièrement le journal télévisé et qui applaudit quand il y avait Georges Séguy à la télévision ? ! [...] En tous les cas là où il y a une relative continuité c'est l'intérêt pour l'action collective, pour la chose publique, la chose politique, sauf qu'on l'a vécue avec les moyens du moment, à l'époque c'était le journal [pour le grand-père], mon père c'était la télévision, moi je sais pas, moi c'est le micro-ordinateur. »

11Être le « sage » qui appartient à l'une des grandes familles du village en Algérie pendant la colonisation et être cadre dans la société française, suite à l'acquisition d'un diplôme d'expertise comptable, peuvent ainsi résumer les statuts respectifs du grand-père paternel et de son petit-fils. Peut-on à partir de là conclure à une rupture ou, au contraire, à une continuité ? En effet, les deux protagonistes occupent à leur manière une position valorisée et valorisante dans les sociétés respectives. Chacun, dans les deux sociétés, à deux époques différentes, occupe une position qui procure une reconnaissance sociale. Et chaque génération, avec les moyens d'information ou de communication disponibles, est à même d'occuper une place, « d'interpréter son monde », au sein de la société dans laquelle elle se trouve.

12L'émigration, en même temps qu'elle est rupture (avec un pays, une famille, un statut, etc.), permet la continuité ou, du moins, constitue un moyen pour que se réalisent des ambitions sociales à travers des transmissions et mobilisations familiales. Dans la population étudiée, le projet de mobilité sociale est transmis dans l'acte migratoire : le départ conditionne sa réalisation. Ainsi, la mobilité transnationale, parce qu'elle ne se limite pas à la dimension géographique et spatiale, est révélatrice des multiples formes de mobilités sociales.

Fils : « Moi je dirais que c'est une suite logique, le grand-père agriculteur, le père qui travaille comme un fou et qui arrive à devenir contremaître et moi qui commence à la base comme ingénieur avec une petite section, j'espère évoluer un petit peu pendant ma carrière, et j'espère surtout pour mon fils, mes enfants [...] j'espère qu'ils auront autant de... plus de réussite encore que nous-mêmes, qu'ils prolongeront la suite logique de cette vie [...]
Père : – Moi je me dis que si j'avais été un peu plus loin à l'école, si j'avais eu les connaissances, je t'aurais dit de faire comme ça, comme ça [pour orienter son fils dans les meilleures filières] [...] comme j'étais balayeur, je vois [a envisagé une carrière d'] ingénieur. »

13Dans cet exemple, c'est le père qui par son travail acharné, dont la promotion au sein de l'entreprise rend compte, encourage celle de son fils et celle à venir de son petit-fils. Ainsi, si chaque génération occupe une position différente, elle a un même objectif : consolider, reconquérir une position sociale ou encore susciter la mobilité sociale. C'est parce que les parents, voire les grands-parents, avaient ce projet que leurs descendants bénéficieront de ces dispositions tout au long de leur cheminement scolaire et/ou professionnel. Ainsi l'émigration s'inscrit dans l'histoire familiale, en même temps qu'elle fournit les moyens à la famille de poursuivre une ascension sociale. L'action des individus pour maintenir leur place sociale, la conforter, la valoriser, s'appuie donc autant sur ce qui la précède que ce sur quoi ils peuvent agir, en fonction de ce qu'ils souhaitent acquérir.

« C'est trois domaines différents en fait [les trois générations], peut-être avec une même ligne, des mêmes objectifs, d'un côté il y avait un domaine [terrien, agricole] que personne n'a repris [celui du grand-père paternel], après il y a eu la vie de mon père, ouvrier, que personne n'a reprise et la mienne en fait, que peut-être personne ne reprendra non plus [...]. C'est consolider quelque chose, peut-être que pour mon père cela s'est plus fait par l'intermédiaire de la famille, ce qu'il n'a pas pu réaliser professionnellement [ce sont ses enfants, sa fille, qui l'ont fait]. »

14Les parents représentent dans ce contexte la génération-charnière à partir de laquelle s'engagent de nouvelles perspectives sociales. Les enfants sont quant à eux la génération-témoin, celle qui les révèle. Les parcours des cadres et des entrepreneurs sont une des figures des trajectoires sociales des enfants de familles d'origine algérienne en France. L'histoire intergénérationnelle nous y a introduit. Elle révèle dans toute son ampleur les processus de socialisation qui, parce qu'ils s'articulent aux multiples expériences de la vie sociale, contribuent à rendre compréhensibles ces itinéraires de réussite.

Notes

1 Cf. G. Mauger (1989).

2 Nombre d'ouvrages (des biographies notamment) d'enfants de la « seconde génération » ont mis l'accent sur le caractère difficile, parfois dramatique, de leur existence, notamment les biographies de jeunes femmes qui ont décrit les conditions très difficiles dans lesquelles elles ont grandi, en tant que femmes dans une famille musulmane... Sans pour autant nier les conditions de vie très difficiles qu'ont subies un grand nombre de personnes, il faut tout de même se demander si ces écrits n'ont pas bénéficié d'un écho favorable parce que, justement, cela correspond à l'image que l'on a de ces familles (pauvres, filles brimées, père dominant, etc.).

3 Cf. les travaux de D. Bertaux (en particulier ceux publiés en 1980, en 1997 et en 1988 avec I. Bertaux-Wiame) et de D. Demazière et C. Dubar (1997).

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search