Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Quatrième partie. La mobilité sociale en marche

Chapitre 5. Du mouvement « beur » aux associations économiques

Texte intégral

1Le développement des associations économiques paraît être un moyen pour favoriser l'insertion économique. Elles ont pris leur essor durant les années quatre-vingt-dix, à la suite des mouvements associatifs des années quatre-vingt basés sur la revendication citoyenne.

De nouveaux problèmes... de nouvelles réponses

  • 1 C'est notamment à l'occasion de l'élection de F. Mitterrand qu'a été autorisée la création d'assoc (...)
  • 2 Cet exemple en témoigne : le déplacement des travaux scientifiques dans le champ économique. Un nu (...)

2Aujourd'hui, les revendications des personnes d'origine maghrébine visent plus l'intégration sur le marché du travail que l'intégration citoyenne. En effet, l'entrée sur le marché de l'emploi, au cours de ces années, leur a fait rencontrer de nouvelles difficultés. Il est bien évident que la détérioration de la situation économique accroît tout particulièrement ces difficultés. Mais ce changement témoigne également d'un mouvement plus général : le passage des revendications idéologiques aux revendications plus pragmatiques. Les aspirations et les projets politiques véhiculés par l'arrivée des socialistes au pouvoir en 1981 paraissent bien loin1. Ce changement marque également l'emprise du monde économique sur le monde politique : l'actualité quotidienne renvoie d'ailleurs à cette prédominance des acteurs et du pouvoir économiques. Il en irait donc de même au sein de la communauté (d'origine) maghrébine : l'affirmation de la place sociale s'exprimerait de plus en plus par le canal de l'insertion économique, au détriment de l'action politique2.

3De nouvelles associations à vocation économique ont donc vu le jour autour des thèmes suivants : la création d'entreprise, la recherche d'emploi, la reconnaissance d'une élite économique d'origine maghrébine... Leur point commun vise à faciliter l'insertion professionnelle et à souligner la place économique tenue par des personnes d'origine maghrébine. Il s'agit par ce biais de reconnaître leur poids dans la vie économique française, de contester d'éventuelles formes de discrimination et de contraindre les élus et les acteurs économiques d'origine française à une prise de conscience du rôle joué par cette élite d'origine maghrébine. L'émergence de ces associations repose sur des cadres et des chefs d'entreprise primo-arrivants (la situation algérienne depuis la fin des années quatre-vingt a accru le nombre des départs des cadres supérieurs) et des descendants d'immigrés maghrébins. Leur réussite économique, et le pouvoir qui en résulte, servent à légitimer ces associations et leurs actions. Un des objectifs est aussi de contribuer à modifier les représentations qui leur « collent à la peau », afin d'augmenter leurs chances de trouver un emploi ou d'améliorer l'image de leur entreprise.

Donner une autre image de soi et du groupe

4Ainsi l'action de ces individus, le plus souvent hommes et cadres supérieurs ou chefs d'entreprise, est motivée par trois objectifs : la volonté de faire reconnaître leur participation à l'économie française, de s'auto-recenser afin d'agir plus efficacement et enfin de modifier l'image dévalorisée de la « seconde génération ». Donner une autre image de soi, c'est tenter d'effacer l'image négative accolée à l'immigration maghrébine, et à terme de contribuer à améliorer le sort de cette population. Ce discours va de pair avec celui sur la formation d'une diaspora. Beaucoup regrettent en effet que leur communauté ne soit pas plus structurée afin d'exercer une force économique, au même titre que l'est, selon eux, la diaspora juive. Elle leur permettrait notamment d'être reconnus et de faire l'objet d'une plus grande reconnaissance au sein de la société française qui a tôt fait de les cantonner au rôle de « loosers ». Ils entendent donc faire reconnaître leur place professionnelle et leur action économique, à travers leurs compétences et leur émergence dans de nombreux secteurs de l'économie française.

5Lier ces revendications à l'émergence d'une diaspora, c'est également postuler une intégration du groupe dans la société. Sans s'opposer à la devise de l'intégration à la française, cette attitude interroge néanmoins l'écart entre les discours officiels sur « le devoir d'insertion » et la manière dont ces acteurs l'envisagent ou, plus exactement, le vivent. Selon eux, l'intégration postule la reconnaissance du groupe dans son entier : sans cela, l'intégration individuelle a pour effet de présenter la réussite d'une minorité comme exceptionnelle, ce qui contribue in fine à les marginaliser. Ces chefs d'entreprise et ces cadres issus de l'immigration considèrent que la nécessaire intégration du groupe communautaire devrait être rendue possible par la dynamique économique qu'ils initient. V. Geisser (1993) conclut son article en soulevant le même constat :

« Loin de s'identifier à une simple réaction individualiste, les aspirations qui se dégagent de ces nouvelles formes associatives sont l'expression d'une volonté d'intégration communautaire, dont les réussites individuelles ne constituent que les supports. »

6À travers cette revendication sont soulignées les limites du « modèle républicain » qui privilégie l'intégration individuelle à la société, au détriment du groupe : c'est, au contraire, la reconsidération de la communauté dans son entier qui aura des effets sur les intégrations individuelles. C'est la reconnaissance des individus dans leur intégrité, et non l'inverse, qui permet l'intégration.

« On génère de la production, on génère du chiffre, on génère des revenus donc malgré tout on représente quelque chose sur le marché et tous ces gens-là [dont il fait partie] ont ce petit pouvoir [...] on gère notre business chacun de notre côté et on ne se sert pas de ce petit pouvoir pour essayer de filer un petit coup de main dans nos communautés. [...] Personne, au niveau politique n'a l'envie, pour l'instant il existe des structures politiques qui sont sous formes associatives mais ce sont bien des structures politiques, France Plus ou... on peut les appeler comme on veut mais elles ont une vocation politique avant tout, mais il n'y a pas de clubs ou d'associations, je ne sais pas comment il faut les appeler mais où on réfléchirait, du style du Conseil économique et social, sur ce qu'on peut faire, sur ce qu'on peut apporter, comment on peut aider et le poids aussi qu'on peut avoir également dans telle ou telle prise de décision [...] même si on garde nos racines, si on est proche des gens qui nous entourent, de la communauté, on s'est dégagé un petit peu de la masse, on nous catalogue différemment, ce qui est un peu idiot, c'est-à-dire que nous on ne contribue pas à améliorer l'image des autres, on nous isole. »

7Un grand nombre d'individus, non impliqués dans des associations, désirent également collaborer à la réflexion engagée sur ce thème. Conscients du « poids » économique qu'ils représentent, ils souhaitent que soit lancé un débat sur ce thème au sein de la société. Le souci constant de « redorer le blason » de la communauté algérienne va de pair avec leur propre reconnaissance, afin d'obtenir une valorisation sociale. Sans cette reconnaissance collective, ils craignent d'être individuellement marginalisés. Ils se trouvent alors dans une position ambivalente : ne pas s'éloigner de la communauté d'origine, sans pour autant pâtir de l'image négative de cette dernière. Assurer la revalorisation de la communauté participe donc de leur propre reconnaissance sociale. C'est par conséquent l'intérêt de ces cadres et chefs d'entreprise d'y contribuer.

  • 3 Cf. E. Santelli (1999).

8Dans la région Rhône-Alpes, nous avons rencontré les responsables d'une demi-douzaine d'associations, ainsi que trois autres dans la région parisienne. Il est à noter que le développement d'au moins une des associations a été impulsé par les instances consulaires algériennes. Dans la majorité des cas, des liens plus ou moins formels existent entre ces dernières et les associations. Cette collaboration découle d'un des objectifs fixés par ces associations et qui n'a pas encore été abordé. Il s'agit de la participation effective (ou du projet de participer) des cadres et des chefs d'entreprise aux échanges économiques avec l'Algérie. En effet, un des objectifs de ces associations, souvent implicites, repose sur la volonté de prendre part aux échanges économiques avec leur pays d'origine, ce qui aurait pour effet de contribuer à son développement. En tant qu'acteurs de l'économie française, ils se sentent également les premiers intéressés à y participer. Mettant en avant leurs spécificités (maîtrise de la langue arabe, connaissance des valeurs culturelles, etc.), ils comptent bien mettre en œuvre leurs savoir-faire (qui reposent sur ces doubles compétences) pour contribuer aux échanges transméditerranéens. L'Algérie apparaît dans cette perspective comme un marché potentiel pour étendre leurs activités économiques et/ou professionnelles. Il s'agit par exemple de l'avocat qui exerce en France et qui, tous les mois, consacre quelques jours pour plaider dans son pays d'origine ou encore de l'industriel qui conclut des contrats avec des entreprises algériennes. Leur engagement économico-professionnel de part et d'autre de la Méditerranée témoigne d'un double positionnement qui donne à voir les liens ténus entre le parcours réalisé en France et le parcours migratoire. On a également observé qu'au-delà du contexte professionnel, de nombreux interviewés évoquaient des projets d'investissements en direction de l'Algérie. Ce peut être le cas de salariés qui envisagent de développer une infrastructure touristique, un service de laverie automatique, etc.3.

Notes

1 C'est notamment à l'occasion de l'élection de F. Mitterrand qu'a été autorisée la création d'associations par des étrangers.

2 Cet exemple en témoigne : le déplacement des travaux scientifiques dans le champ économique. Un numéro de la revue Horizons maghrébins (1993) portant sur le thème « Les élites maghrébines de France » comportait plusieurs articles, rédigés au début des années quatre-vingt-dix, répertoriés sous les rubriques suivantes : l'élite maghrébine dans le champ politique français, l'élite socio-politique, l'élite politique, l'élite associative, l'élite religieuse, l'élite scientifique, l'élite artistique ; aucune place n'était alors accordée à l'élite économique. Or, parmi les auteurs de ces articles, quelques-uns (Geisser, 1993 ; Césari, 1997) ont depuis lors entrepris des travaux sur le thème des associations économiques. C. Withol de Wenden, qui a également beaucoup publié sur le thème de la citoyenneté, a mené depuis une recherche sur l'émergence de ces nouvelles associations à vocation économique.

3 Cf. E. Santelli (1999).

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search