Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Quatrième partie. La mobilité sociale en marche

Chapitre 4. Le choix de la nationalité : une décision difficile

Texte intégral

1Parmi la population enquêtée, les deux tiers sont nés sur le territoire français et les trois-quarts sont de nationalité française. Néanmoins, près d'une personne sur deux déclare avoir entrepris des démarches pour obtenir la nationalité française à un moment ou un autre de son parcours ; les démarches ayant abouti ou non au moment de l'enquête. Le changement de nationalité est significatif des événements qui interviennent au fil du temps et qui révèlent les arbitrages en faveur de cette décision.

  • 1 M. Tribalat (1995, p. 183-205) revient sur les raisons historiques qui expliquent pourquoi une tel (...)

2Les dilemmes posés par le changement de nationalité ont souvent été lourds. Ils expliquent pourquoi un grand nombre de décisions soit intervenu tardivement. De manière générale, on constate de fortes réticences de la part des Algériens face à l'adoption de la nationalité française, celle du colonisateur contre lequel ils ont combattu afin d'obtenir la possibilité d'être Algériens. Toutes les comparaisons avec d'autres populations d'origine étrangère indiquent que les Algériens entreprennent moins souvent les démarches pour obtenir la nationalité française1.

3Cette attitude se vérifie également auprès des enfants : soit que les parents n'ont pas souhaité leur naturalisation, soit que ces enfants, dans un souci de se conformer aux exigences de leurs parents, ont rejeté la possibilité de faire une demande de réintégration (notamment quand ils sont nés avant la décolonisation). C'est pourquoi, quand il y a eu un changement de nationalité, il s'est le plus souvent opéré une fois le domicile parental quitté. C'est aussi durant cette période que des choix professionnels, matrimoniaux ont incité, parfois contraint, à acquérir la nationalité française. De plus, la modification du projet migratoire qui provoque des changements importants au sein de la famille rend aussi plus concevable l'acquisition de la nationalité française. Après de longues années passées dans la société française et un projet de vie qui s'affirme avec force en France, la grande majorité des descendants d'immigrés choisit en effet d'opter pour la nationalité française afin d'être pleinement citoyens dans le pays dans lequel ils vivent au quotidien. L'attitude à l'égard de la naturalisation a donc évolué au cours du cycle de vie sous l'effet de plusieurs événements : un sentiment de trahison qui s'amoindrit, des raisons professionnelles qui l'imposent, des enfants qui naissent sur le territoire français qui, eux, sont d'emblée français, une union avec une personne d'origine française, etc.

  • 2 En effet les modalités d'acquisition de la nationalité française ont évolué au fil du temps, notam (...)

4En outre, force est de constater que selon les périodes, les démarches administratives pour obtenir la nationalité française qui, dans leur cas, constitue une demande de réintégration de la nationalité française, ont été plus ou moins aisées à entreprendre2. Nombreuses furent également les personnes qui ne connaissaient pas leur droit en la matière. Certaines n'ont par exemple pas obtenu la nationalité française alors que la loi le leur permettait sur simple demande : elles ont maintenu la nationalité de leurs parents, par filiation. Ce n'est que plus tard qu'elles ont cherché à devenir Françaises. Elles ont alors dû faire des démarches beaucoup plus longues et compliquées que si elles avaient eu lieu au moment de leur majorité.

Devenir français : la marque d'une trahison

5Au manque d'information se surajoutait le sentiment, parfois confus, non verbalisé, d'une trahison vis-à-vis de leurs parents, d'autant plus grand que ces derniers se sont engagés politiquement dans le combat pour l'indépendance de l'Algérie. Que les parents soient hostiles à ce changement de nationalité ou qu'ils y soient peu favorables, leurs attitudes ont contribué à reporter dans le temps la décision de leurs enfants de vouloir devenir Français.

« Je ne voyais pas pourquoi je n'aurais pas ce droit [devenir Française] [...] mais c'est vrai que c'est quelque chose qui me préoccupait aussi par rapport à la guerre d’Algérie parce que je me disais "mes parents se sont battus pour que l'on soit Algériens et moi je vais devenir Française" et ça, ça m'a vraiment tiraillée, je me disais : "Mais c'est pas possible, je ne peux pas faire ça", il a fallu que j’aille me renseigner auprès du Consulat [...] pour savoir qu'il se trouve qu'on a [le droit à] la double nationalité. »

« Parce que je décide que ma vie va être en France et là donc... parce que vous savez, on se pose des questions... moi je suis Algérienne, mon père a été au FLN, j'en voulais aux Français, je revendiquais mon algérianité donc c’est pas facile de se naturaliser, est-ce que ce n’est pas une autre forme de trahison ? Donc on se pose la question en ces termes-là, moi j'avais réglé mon problème comme ça : je romps avec la société algérienne, avec qui je ne partage pas le mode de vie, donc je prends la décision de vivre en France et le corollaire était que je devais être citoyenne française. »

6L'obtention de la nationalité française viendrait confirmer des choix, des pratiques, parfois en rupture ou en décalage avec ceux des parents. Ainsi, en plus d'obtenir la nationalité de ceux contre lesquels les parents ont combattu, le choix de leurs enfants exprime la décision de vivre durablement dans la société française : il peut donc être considéré comme une marque de trahison supplémentaire.

7A contrario, le maintien de la nationalité algérienne pour un grand nombre de personnes répondait au projet qu'elles avaient de poursuivre leurs études en Algérie et éventuellement d'y travailler, de se marier... en quelque sorte s'inscrire dans le projet du retour au pays d'origine. On comprend mieux pourquoi beaucoup d'entre eux n'ont pas fait de démarches alors qu'il leur aurait été facile à ce moment-là d'obtenir la naturalisation. Ce n'est qu'une fois le projet en direction de l'Algérie avorté, et ce pour de multiples raisons (arabisation des cours à l'université, conflits familiaux, difficulté pour les femmes de s'installer sans être mariées, etc.), que s'est posée la question de leur changement de nationalité afin de devenir Français et de rester en France.

8Il n'en demeure pas moins que le dilemme pouvait perdurer : rester en France certes, mais de là à prendre la nationalité française, il y avait un pas que beaucoup de ces descendants d'immigrés n'ont pas pu franchir avant de nombreuses années. Prendre la nationalité française marquait de manière irrémédiable le renoncement à des projets constitutifs de la migration, de l'histoire familiale. C'est pourquoi, dans la manière dont chacun a géré cette question, on perçoit en fait comment ces individus négociaient les relations avec leurs parents et avec le projet migratoire qui les a conduits en France. Faire le deuil de la nationalité d'origine, c'est aussi reconsidérer le projet migratoire, et partant, leur présence en France. C'est souvent le propre cheminement conjugal, familial, social et/ou le parcours professionnel, qui les a incités, plus tard, à changer de nationalité. Il leur fallait vivre, prendre des décisions, tester des situations avant d'accepter ce « revirement » qui montre qu'entre-temps ils ont apporté des réponses à cette négociation. Mais, pour certains, cette décision est intervenue un peu tardivement, perturbant leur projet professionnel.

9Prévoyant de préparer le concours de l'école de commissaire de police après avoir obtenu le diplôme de sciences politiques, l'un de ces hommes a finalement opté pour une carrière dans le secteur social, faute d'avoir la nationalité française. Après des années de travail dans ce secteur, il décide finalement de la demander pour ne pas entraver sa mobilité professionnelle (il occupe au moment de l'enquête la fonction de directeur d'une structure socio-culturelle). Depuis l'acquisition de la nationalité française, il a à nouveau préparé des concours de la fonction publique.

« Je n'ai eu la nationalité française qu'à l'âge de 28 ou 29 ans, donc je menais des études à l'époque qui préparaient aux concours de la fonction publique de catégorie A, donc à partir de là j'étais quand même assez mal barré pour tout ce qui était de l'ordre des concours administratifs, aujourd'hui avec le recul je m'en mords les doigts et je regrette infiniment, si j'avais été de nationalité française à vingt-trois ans, sans prétention aucune je crois que j’aurais pu, j'aurais pu préparer un concours d'entrée assez côté [...] Mais la démarche... voilà non, la démarche ne s'est pas faite à ce moment-là pour moi, parce que j'avais un... j’allais dire il fallait que les choses mûrissent, il fallait que les choses arrivent à leur terme [...] à l'âge de vingt-sept ans, j’ai entamé une procédure de naturalisation, en fait de réintégration dans la nationalité française, étant donné que je suis né en 1960 donc j'étais né Français, donc j'avais perdu ce bénéfice, à l'âge de seize ans parce que j'avais demandé à avoir un titre de résident [...] je veux dire qu'on fait son deuil de pas mal de choses, donc j'ai fait le deuil d'une certaine algérianité si je peux dire, pour... pour entrer de plain-pied dans la citoyenneté française [...] je me sentais complètement Français à l'époque aussi, mais il fallait que le fruit mûrisse et puis voilà, c’est le deuil de... de tout un tas de choses, on sait qu'on ne retournera pas au pays, c'est clair, donc à partir de là on se dit "pourquoi pas", ce qui se passe aussi c'est que la situation familiale influe pas mal, moi je me suis marié à vingt-quatre ans, mon fils est né en 87, donc quelque part ça m'emmerdait pour lui, de continuer à vivre avec un titre de séjour alors que mon fils lui il était Français, donc il y a eu ça aussi, puis il y a à un moment donné où on a envie de se trouver socialement, d'avoir un boulot qui corresponde un petit peu à ce dont on est en capacité de faire et c'est vrai que je sais pertinemment aujourd'hui que si je n'avais pas été de nationalité française je n'aurais jamais pu prendre un poste de direction, je ne pense pas que j'aurais pu avoir un statut de cadre aujourd'hui. »

Une décision utilitariste

10Les conséquences du maintien de la nationalité algérienne n'ont pas toujours été aussi décisives sur le plan professionnel. En revanche, décider de changer de nationalité dès la majorité aurait permis dans de nombreux cas de faciliter les parcours universitaires. C'est le cas notamment de ceux qui ont suivi des études de médecine et qui ont été soumis, en tant qu'Algériens, aux quotas des étrangers. C'est aussi le cas de ceux qui n'ont pas obtenu de bourses dans le cycle supérieur car étant de nationalité algérienne.

11Pour d'autres, la décision de changer de nationalité correspond à un usage utilitariste : devenir français est par exemple nécessaire pour exercer une profession libérale. La carrière professionnelle peut donc imposer cette décision. En effet, disposer de la nationalité française permet également d'être employé dans la fonction publique ou dans des entreprises qui relèvent du secret-défense. En outre, sans être obligatoire pour l'exercice d'un grand nombre de professions, il n'en demeure pas moins que d'être de nationalité française est souvent préférable pour envisager un parcours professionnel ascendant dans les postes à responsabilités ou d'encadrement. Opter pour la nationalité française correspond pour les employeurs à un acte d'allégeance qui permet qu'une confiance accrue leur soit accordée. Quand la suspicion pèse très fortement sur les personnes d'origine arabe ou musulmane, comme cela peut être le cas dans le contexte actuel, c'est montrer symboliquement qu'une distance a été opérée avec ses origines (ce qui a également prévalu lors de la guerre du Golfe).

Une décision naturelle

12Dans quelques cas tout de même, les personnes ont obtenu la nationalité française au cours de leur adolescence. Cela concerne généralement les personnes les plus jeunes de notre échantillon et celles dont au moins un des parents est de nationalité française. C'est le cas notamment des pères qui ont occupé un emploi de fonctionnaires ou assimilés, ceux qui sont (ou ont été) généralement agents d'entretien (cf. § 2, IIe partie). Cette acquisition « précoce » de la nationalité française témoigne de l'attitude parentale qui la rend possible. En effet, c'est la famille qui permet que la nationalité française soit choisie par les enfants au moment où la question se pose à eux. La décision de prendre la nationalité française paraît alors naturelle : vivre en France, c'est par conséquent être Français. Ce choix illustre la volonté des parents qui pensent ainsi offrir une vie plus confortable à leurs enfants. Pour autant, l'obtention de la nationalité française n'induit pas nécessairement une rupture vis-à-vis de l'Algérie.

« Moi je l'ai faite assez tôt, à seize ans ou même avant [la demande de la nationalité française], en fait pour moi c'était clair, je faisais des études en France, j’étais en France, j'ai grandi ici donc ça me semblait normal en fait d'avoir une nationalité française.
- Est-ce que vous pensiez que c'était important pour votre vie professionnelle en France ?
- Non, parce que sincèrement je voulais être médecin pour aller exercer en Algérie [...] c'était comme ça [l'acquisition de la nationalité française], parce que je vivais à l'époque en France. »

13Son père l'avait précédée puisque, pour des raisons professionnelles, il avait obtenu la nationalité française alors que sa fille était âgée d'une dizaine d'années. Elle est aujourd'hui ingénieur dans une société d'informatique.

Fils : « J'avais le choix de faire l’armée soit en France soit en Algérie, moi je suis né en 65 en France [...] De ce côté là il n'y a pas eu de souci, c'est vrai qu'il y a eu beaucoup de familles pour qui il était hors de question que leurs enfants prennent les papiers français.
Père : – [...] Au début on se dit "peut-être qu'on sera mis à la porte et qu'est-ce qu'ils vont faire les enfants ?" Le temps passe et puis on se dit "ça va ! Pourquoi ils ne prendraient pas la nationalité ?" Et oui ils sont nés en France ! Comme il se trouve qu’ils sont étrangers là-bas et ils sont étrangers ici, il vaut mieux être étranger ici qu’en Algérie. »

14Un autre père a, pour sa part, opté pour la nationalité française lors du coup d'État de Boumédiène en 1965. Lors de la guerre d'Algérie, il avait milité fermement en faveur de l'indépendance mais les événements qui lui succédèrent le conduisirent à rompre avec le gouvernement militaire qui fut instauré. Il décida, selon sa fille, de prendre la nationalité française à ce moment-là. Il faut préciser qu'il fait partie des pères qui ont été employés de la fonction publique. Ses enfants nés après qu'il ait obtenu la nationalité française furent Français de naissance, les autres le devenant sur simple demande, par filiation. Il se peut d'ailleurs que la mère soit également de nationalité française : issue d'une famille défendant la cause de l'Algérie française, elle a pu maintenir sa nationalité française. Être Français dans cette famille est dès lors perçu comme une donnée naturelle.

15Ces divers exemples illustrent la manière dont se façonnent les projets, les modes de vie, les allers-retours entre la France et l'Algérie. En effet, la relation avec la France demeure souvent paradoxale, le choix de la nationalité l'illustre. Si devenir Français devient peu à peu une évidence, la question de la perte de la précédente nationalité se pose simultanément et à travers elle la question des valeurs culturelles, de l'attachement au pays d'origine. D'ailleurs, la question de l'origine, au sens psychanalytique du terme, se trouve réactualisée à travers ces choix. Pour D. Sibony (1991, p. 16) :

« L'origine, ce n'est pas seulement là d'où on vient. On bute sur elle et cela anime nos déplacements. L'origine semble une limite indépassable, mais elle induit les voies de passage ; les passes, les voyages. [...] L'origine, comme l'horizon, nous suit quand on la fuit, s'éloigne quand on y vient, et ses éclipses ou retours se marquent non par une donnée pure, unique, mais par deux moments, deux instances, entre lesquelles on est pris, on se retrouve pris, souvent à son insu. »

Une décision tardive

  • 3 De nombreux articles, notamment celui de N. Rachedi (1993), ont été consacrés aux changements qui (...)

16Quand la décision de prendre la nationalité française a été repoussée, ce sont le plus souvent les projets envisagés en Algérie (études, installation, mariage, etc.) qui les ont conduits à maintenir la nationalité algérienne. Pour les enfants qui ont grandi dans le projet du retour, perdre la nationalité algérienne, c'était renoncer au projet migratoire qui structurait la famille. Ainsi ils furent nombreux à garder la nationalité algérienne tant que leur situation professionnelle n'exigeait pas de changement. Quelques-uns n'ont d'ailleurs toujours pas l'intention de changer de nationalité. Mais pour la majorité, ce sont divers événements, familiaux, professionnels et politiques, qui les ont incités tardivement à changer de nationalité. Lorsque le conjoint est d'origine française par exemple, ces individus ont fini le plus souvent par opter eux aussi pour la nationalité française. Pour d'autres, ce sont des événements comme la guerre du Golfe qui les ont incités à réviser leur position3. Dans tous les cas, la décision a été tardive et motivée par une situation particulière.

17Ne pas être Français dans le pays dans lequel on est né et où on décide de vivre, c'est en permanence tenter de répondre à la question de la ressemblance/distance, c'est-à-dire à celle de l'étranger qui renvoie au rapport altérité/identitié, et qui est réactivée à l'occasion d'événements qui mettent en jeu l'identité nationale. Dans la période de la guerre du Golfe, le regard posé sur eux les désignait comme étrangers. De plus, leur opposition à cette guerre, à l'encontre de la décision politique prise au niveau national, renforçait leur distance vis-à-vis de la société. Mais les événements qui succédèrent à la guerre du Golfe contribuèrent à les rendre étrangers à ceux auxquels ils pensaient, dans un premier temps, ressembler. En effet, suite aux manifestations qui se sont déroulées en vue de soutenir le dirigeant de Bagdad, ils se sont sentis étrangers à ceux qu'ils désignent comme « intégristes ». En s'éloignant de ceux qu'ils percevaient alors comme étrangers (non laïcs, non démocrates...), ils se percevaient de plus en plus Français.

18Les événements concomitants au changement de nationalité révèlent donc le cheminement personnel mais aussi familial qui s'enclenche, tant vis-à-vis du pays d'origine que du pays d'immigration. Ainsi, si la nationalité est univoque, le sentiment d'appartenance est quant à lui plus complexe et mouvant, c'est d'ailleurs bien à lui que se réfèrent les processus identitaires. D'un point de vue strictement administratif, ces personnes ont la possibilité d'avoir la double nationalité. Mais, dans la réalité, ils sont peu nombreux à avoir entrepris la démarche ou à être informés de leurs droits. Dans leur esprit, la question de la nationalité renvoie à une alternative : choisir entre être de nationalité française ou algérienne. Pour ce qui est de l'obtention de la nationalité française, elle renforce le sentiment d'être citoyen français dans la mesure où elle permet que ses droits s'exercent.

19Mais, il n'en demeure pas moins que les sentiments d'appartenance apparaissent plus ambivalents selon les espaces/temps considérés. On peut se sentir Français quand il s'agit d'affirmer sa carrière professionnelle, sa préférence pour le mode de vie français... mais se revendiquer Algérien dès lors qu'il s'agit d'événements politiques (par exemple les élections en Algérie), culturels (les événements festifs) ou encore quand sont exprimés les liens familiaux. De plus, il faut prendre garde au fait que le débat autour de l'intégration incite (pour ne pas dire oblige) à se déclarer Français pour être reconnu comme intégré (ou méritant l'intégration) ; ce qui n'exclut pas au fond de soi d'autres sentiments d'appartenance plus complexes. Le débat autour du modèle républicain d'intégration biaise la question de l'identité qui ne peut se réduire à la question citoyenne.

« Moi j'ai un rapport passionnel avec l'Algérie, c'est mon pays je suis Algérienne, je suis musulmane, dans ma tête ! [...] de façon générale je suis profondément algérienne, par opposition aussi, parce que pour exister, pour dire "non" aux Français, il m’arrive, dans ma tête [de leur dire non], mais si on m'invitait à la Marche du siècle je dirais "ah oui ! Je suis parfaitement Française" [...] [elle a fait le choix d'obtenir la nationalité française] quand j'ai pris la décision de vivre en France [au cours des premières années de faculté après un projet en direction de l’Algérie avorté] (..) moi ma vie elle est en France, je suis Française et je veux participer à la vie de la société française. »

Notes

1 M. Tribalat (1995, p. 183-205) revient sur les raisons historiques qui expliquent pourquoi une telle démarche est souvent difficile à accomplir pour les individus originaires d'Algérie. En effet, l'ensemble de la population a tendance à se naturaliser moins facilement et plus tardivement que d'autres populations étrangères, sauf pour les Turcs. Moins de 1 % des hommes algériens arabes arrivés avant 1960 en France sont devenus Français et aucun berbère, contre 20 % des migrants espagnols, après dix ans passés en France. Déjà en Algérie, à l'heure de la colonisation, les Algériens qui désiraient devenir Français devaient renoncer à leur statut personnel de musulman : se naturaliser revenait à se désolidariser de sa condition (religieuse) d'origine au nom de l'assimilation radicale (Stora, 1992a, p. 18). En ce domaine, l'attitude des Algériens est très différente des Asiatiques, parmi lesquels les parents sont les premiers initiateurs de ce changement de nationalité pour des raisons « utilitaires ». En effet, ils pensent ainsi faciliter la scolarité de leurs enfants, leur insertion professionnelle et avoir la garantie de rester sur le sol français (Tribalat, 1995, p. 189-191). Les Asiatiques sont plus nombreux, proportionnellement, à demander leur naturalisation que les Maghrébins. Il faut tout de même préciser que les raisons qui ont conduit à la migration et la situation coloniale fort différentes d'un pays à l'autre, expliquent en partie cet écart (Dubet, 1989). Selon la formule d'A. Sayad (1987), la naturalisation implique un « changement de nature », et l'individu, même né et désirant vivre en France, ne peut effectuer cette démarche facilement, lorsque ceci peut éventuellement être assimilé à un acte de trahison. Voir également le travail de E. Ribert (1998) au sujet des jeunes nés en France de parents étrangers face au choix de la nationalité.

2 En effet les modalités d'acquisition de la nationalité française ont évolué au fil du temps, notamment à l'encontre de la population algérienne. Du fait de l'histoire coloniale, il faut tenir compte de l'année et du territoire de naissance. Cf. A. Morillon (1998).

3 De nombreux articles, notamment celui de N. Rachedi (1993), ont été consacrés aux changements qui ont affecté la population maghrébine de France à l'occasion de cette guerre.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search