Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Quatrième partie. La mobilité sociale en marche

Chapitre 3. La confrontation aux situations de chômage et de discrimination

Texte intégral

1Les difficultés d'emploi inhérentes au contexte économique de ces dernières années ont été tout particulièrement ressenties par certains groupes sociaux. L'ensemble des populations présentes sur le marché du travail ne subit pas dans les mêmes proportions les effets de la « crise économique » : les femmes, les jeunes, les étrangers ou les personnes d'origine étrangère sont plus touchés par le chômage et la précarité de l'emploi. La prise en compte du contexte économique est donc déterminante pour comprendre les modes d'insertion professionnelle. Les principales modifications du contexte économique (tertiairisation de l'économie, déclin du secteur industriel, déqualification au sein de certains secteurs économiques, surqualification dans d'autres...) transforment les modalités d'entrée sur le marché du travail. L'allongement de la période entre la sortie de l'école et la stabilisation de la situation professionnelle constitue un des signes les plus manifestes. Dans ce contexte, les jeunes d'origine étrangère connaissent globalement une situation plus difficile que celles des jeunes d'origine française.

2Toutes les analyses démontrent en effet que le statut de l'emploi est plus précaire (contrat à durée déterminée, temps partiel, intérim) et que le taux de chômage est plus élevé parmi les immigrés et les jeunes d'origine étrangère. Il existe néanmoins de fortes distinctions selon le pays d'origine, l'âge et le sexe. L'enquête mgis (Tribalat, 1995) fournit les chiffres suivants : les jeunes d'origine algérienne nés en France, âgés de 20 à 29 ans, connaissent les taux de chômage les plus élevés, de l'ordre de 40 %. Plus de la moitié d'entre eux a subi au moins une période de chômage supérieure à un an depuis la fin des études, contre moins d'un tiers pour les garçons d'origine espagnole, par exemple (Tribalat, 1995). Le niveau de diplôme acquis ne change guère cet état de fait : les jeunes d'origine algérienne sont beaucoup plus fréquemment chômeurs que ceux d'origine espagnole et portugaise, quel que soit le niveau d'études. Mais, parmi les jeunes d'origine algérienne, ceux qui n'ont pas ou peu de diplômes sont encore plus fréquemment à la recherche d'un emploi. Ainsi, l'accès à l'emploi paraît toujours plus chaotique, plus précaire, plus instable, plus long pour les jeunes d'origine algérienne que pour les jeunes d'autres origines et ce d'autant plus qu'ils sont peu (ou pas) diplômés.

3En revanche, pour ceux qui sont parvenus à intégrer le monde du travail, leur situation socioprofessionnelle est plus favorable que celle de leurs homologues d'origine espagnole ou portugaise. De manière générale, les individus d'origine algérienne sont moins souvent ouvriers et, lorsqu'ils le sont, ils sont plus fréquemment ouvriers qualifiés. Enfin, ces derniers sont plus nombreux à occuper des professions intellectuelles supérieures ou des professions intermédiaires que les autres enfants de parents immigrés ou d'origine française, quand leurs pères sont ouvriers. Et ce résultat est encore plus net parmi la population des jeunes femmes (Tribalat, 1995, p. 163 et 167). Si les résultats énoncés plus haut constituent des preuves tangibles des difficultés rencontrées sur le marché du travail, la répartition par pcs des actifs semble, au contraire, confirmer l'hypothèse d'une aspiration forte à l'ascension sociale parmi la population d'origine algérienne (Parant, 1997).

Le chômage des entrepreneurs

  • 1 Parmi la population nationale, 17,8 % des diplômés du certificat de fin d'études sont au chômage c (...)

4Notre travail ne permet pas d'effectuer une comparaison statistique, d'autant qu'il ne visait pas une population concernée par le chômage, du moins au moment de l'enquête. Ainsi, c'est en cherchant à reconstruire les parcours professionnels que la question du chômage a été évoquée. On a alors pu constater des différences selon le niveau d'étude et la qualification professionnelle obtenue. Les entrepreneurs ont connu globalement des parcours plus chaotiques que les cadres : les premiers ont été plus souvent chômeurs et ils ont fait plus souvent l'objet de statuts précaires. Le niveau d'étude paraît être l'élément explicatif majeur : le diplôme protège du chômage1 et garantit une plus grande stabilité professionnelle. En outre, il faut se rappeler que notre thème de recherche met l'accent sur l'aspect positif de leurs trajectoires socioprofessionnelles et leur « insertion professionnelle réussie ». Dès lors, on s'aperçoit que cette entrée incite à minimiser, voire à occulter, les difficultés.

5Les résultats du questionnaire nous apprennent que près d'un tiers de l'ensemble des enquêtés a vécu une période de chômage supérieure à un an. Mais il faut noter que ce résultat se répartit très inégalement entre les cadres et les entrepreneurs : près des deux tiers des entrepreneurs sont concernés contre moins d'un quart des cadres. Il n'est donc pas surprenant que les entrepreneurs-ouvriers ont un peu plus souvent fait état des difficultés rencontrées. La période de chômage correspond généralement à la période qui a précédé la création de leur activité, suite le plus souvent à leur licenciement économique. Les cadres ont quant à eux très rarement mentionné les périodes de chômage ou les discriminations subies. Il est vrai qu'ils ont eu la possibilité, quand ils ne trouvaient pas de travail à la sortie des études, de les poursuivre, ce qui contribue finalement à minimiser les difficultés à trouver un emploi.

6Il faut en effet distinguer ceux qui ont subi le chômage à la fin du cursus scolaire de ceux qui l'ont connu en cours de vie active. Les plus jeunes ont été plus particulièrement touchés par l'absence d'emploi à la fin de leur cursus scolaire, tandis que les plus âgés l'ont été plus tard, au cours de leur vie professionnelle. Dans tous les cas, un faible niveau d'études a accru les difficultés à retrouver un emploi. La création d'entreprise a alors constitué pour certains un moyen de pallier cette situation. Il n'est donc pas surprenant qu'un grand nombre d'individus, ouvriers lors de l'entrée sur le marché de l'emploi, aient par la suite créé leur activité (cf. § 2, IVe partie).

7Pour pouvoir effectuer des comparaisons avec les enquêtes nationales (notamment celle de mgis), il faudrait retenir une population identique en âge. Or dans les échantillons nationaux, la population d'origine algérienne retenue a entre 20 et 30 ans, cela explique aussi pourquoi elle paraît avoir plus subi le chômage, l'emploi précaire ou une longue période d'inactivité entre la fin des études et l'entrée dans la vie active. Le contexte économique de ces dernières années s'est en effet considérablement dégradé en comparaison de la situation qu'a connu une grande partie de la population étudiée lorsqu'elle est entrée sur le marché du travail.

Les formes de la discrimination, ses effets

  • 2 Diverses instances viennent d'être créées afin de recueillir ces plaintes et de se doter des moyen (...)

8L'enquête mgis n'interroge pas directement les pratiques de discrimination. Elle se limite à relever les représentations en la matière et le caractère sélectif de telles pratiques qui s'opèrent très nettement en défaveur de ceux qui sont désignés comme « Arabes ». En revanche, plusieurs recherches actuelles (notamment celles de de Rudder, Poiret, Vourc'h, 2000 ; Simon, 2000) indiquent très clairement que les contrats à durée déterminée, les embauches « au rabais » et la non-titularisation des postes de la fonction publique sont le lot bien souvent des étrangers et, de plus en plus souvent, celui des jeunes issus de l'immigration. Dans ce contexte, le thème des discriminations constitue une nouvelle orientation dans le champ de la recherche, qu'il s'agisse des discriminations dans le domaine du travail, du logement, des loisirs, etc. Il est aussi constaté par les sociologues de l'urmis (Aubert, Tripier, Vourch', 1997) que le changement de nationalité n'est plus suffisant : « Le fait "nouveau" est à cet égard, le poids porté par les enfants d'immigrés, dont le statut de "néo-français" n'a qu'une vertu relative de protection face au racisme et à la discrimination. » Les discriminations prennent alors des formes de plus en plus subtiles qui rendent toute condamnation juridique difficile2.

9Au cours de notre enquête, les entrepreneurs paraissent plus souvent victimes des pratiques discriminatoires ; ce qui ne signifie pas que les cadres n'en aient jamais subies, ils les ont en tous les cas moins évoquées. Lorsqu'on reconstitue la trajectoire professionnelle, on constate que la création d'entreprise et/ou le désir d'acquérir la nationalité française peuvent constituer un moyen pour échapper à des formes de discrimination. En effet, parmi les nombreuses causes qui ont concouru à la création d'entreprise, comme l'absence d'emplois salariés, la perception d'une aide publique, les faibles perspectives de promotion, etc., les attitudes discriminantes et les propos racistes ont également incité ces personnes à tenter de développer leur propre structure professionnelle. C'est le cas de cet homme qui a finalement créé une société de transport mais qui auparavant a été tenté de passer les concours de la fonction publique.

« On n'a pas le choix, donc on se dit : "Il faut créer son propre emploi" ça c’est la première chose qu'on regarde quand on est au chômage, on réfléchit un petit peu, on se dit : "On va chercher on va chercher" et puis on sait qu'on est refoulé au faciès même si on ne nous le dit pas [...] c'est clair pour moi... j'en ai énormément souffert, j'ai souffert de me présenter chez les patrons et puis je le sentais, vous savez on ne vous le cache pas trop hein [...] je suis resté une fois une année au chômage, et tout ça à cause de ma nationalité [...] j'ai alors fait des démarches [pour en changer, pour acquérir la nationalité française]. »

10Une fois l'entreprise créée, ces entrepreneurs ne sont pas quitte pour autant : nombreux sont ceux qui se sont à nouveau confrontés à la discrimination de la part, cette fois-ci, des clients. Quelques-uns ont alors tenté de résoudre cette question en employant une personne d'origine française afin d'assurer les fonctions commerciales et ainsi « rassurer » les potentiels clients d'origine française ; tandis qu'eux-mêmes s'occupaient des autres, les « étrangers ». D'autres reconnaissent aussi qu'ils évitent d'employer des personnes d'origine maghrébine ou africaine afin de ne pas déplaire aux clients, du moins pour les fonctions où elles seraient le plus en contact avec la clientèle. Ainsi, ces pratiques marquent de nouvelles formes de discrimination qui témoignent d'une intériorisation des effets induits par le recrutement de personnes d'origine étrangère. En d'autres termes, pour être acceptées, ces personnes doivent rester minoritaires, occuper des tâches subalternes et/ou se rendre invisibles.

11L'interviewé cité ci-dessus poursuit :

« Certains clients me demandent de ne pas leur envoyer de chauffeurs arabes, à moi ils me disent ça ! Ils savent bien pourtant que je suis Arabe ! [...] C'est ce que je leur dis [à ses employés d'origine maghrébine] quand ils sont dans mon bureau : “Il faut se battre plus que les Français pour la même chose. " »

12Il précise également qu'il a supprimé son nom des stylos qu'il offre à ses clients, destinés à faire de la publicité, pour lui substituer le nom de la société. À ce propos, nous notons que plusieurs entrepreneurs ont donné comme nom à leur entreprise les initiales de leurs nom et prénom accolés à l'activité exercée, comme par exemple xy Informatique, zw Immobilier. N'est-ce pas là une manière d'occulter leur origine qui est le plus souvent perceptible à travers le patronyme ?

13Il faut néanmoins faire une distinction selon le sexe. Les hommes paraissent plus fortement confrontés à la discrimination que les femmes ; constat qui s'applique tant aux cadres qu'aux entrepreneurs. Le même phénomène, remarqué au sujet de la scolarisation, intervient : les hommes sont associés dans l'univers symbolique à des images négatives : « jeune », « immigré », « de banlieue », « délinquant ». C'est ce qui explique que les hommes sont plus nombreux à mentionner le fait qu'ils ont dû « se battre plus », « se battre deux fois plus » pour acquérir, à diplômes équivalents, une position professionnelle identique à celle de personnes d'origine française. Ils paraissent être l'objet d'une stigmatisation qui les touche tout particulièrement et qui renvoie à des préjugés solidement ancrés, dont une partie date de la période coloniale. On perçoit aujourd'hui encore à quel point l'histoire coloniale et la guerre d'Algérie influent sur des pratiques ordinaires et qui sont particulièrement dommageables aux jeunes hommes d'origine algérienne. Les intéressés, de leur côté, considèrent que seule une attitude « combative » et positive leur permettra de lutter contre ces pratiques et ces représentations. Dès lors, la volonté d'accroître ses compétences par le biais de formations professionnelles en cours d'emploi peut être interprétée comme une motivation supplémentaire pour pallier ce manque de reconnaissance professionnelle ou s'assurer une promotion qu'on ne leur accorderait pas sans cela.

14Les remarques suivantes « Il faut être les meilleurs, savoir se battre deux fois plus » témoignent de l'inégalité de traitement dont ils sont l'objet à l'occasion des recrutements. La formulation sibylline de leurs propos cache mal une difficulté bien réelle à faire reconnaître leurs compétences, leur place sur le marché du travail, même si eux-mêmes ne désirent pas toujours reconnaître la discrimination dont ils sont l'objet. Pourtant, le fait de devoir justifier ses compétences, d'avoir un niveau de qualification supérieur à ceux de personnes d'origine française pour un poste équivalent, témoigne bien de la nécessité de lutter contre des formes de discrimination. Ainsi, les a priori mettant en cause les compétences, la rigueur, l'honnêteté de ces personnes renvoient à des préjugés qui persistent. Si les résultats de l'enquête de la Commission nationale consultative des droits de l'homme font apparaître un léger recul des attitudes racistes et xénophobes au sein de la population nationale, elles demeurent encore vivaces dans bien des secteurs, notamment professionnel.

  • 3 Cf. N. Lapierre (1993).

15Les pratiques de francisation des patronymes3, soit enregistrées à l'état civil ou effectives dans le cadre de l'entreprise, indiquent la pression exercée dans le cadre professionnel. C'est par exemple le cas d'une femme qui n'a pas changé officiellement de nom mais qui, au sein de l'entreprise où elle était employée avant d'ouvrir son cabinet, a modifié ses nom et prénom pour leur ôter leurs consonances arabes : Zohra est par exemple devenue Laura. Sa fonction, lors de formations délivrées à des hommes chefs d'entreprise d'origine française aurait été, d'après son employeur, antinomique avec son identité : femme, cadre supérieur, de surcroît d'origine algérienne.

  • 4 Une nouvelle recherche sur ce thème est d'ailleurs amorcée avec Y. Bettahar. Des revues comme Sâd (...)

16Face à ces difficultés, quelques entrepreneurs ou cadres (quand ils ont le pouvoir d'intervenir dans les décisions de recrutement) déclarent favoriser des personnes de la même origine qu'eux pour leur éviter, à leur tour, de se trouver confrontées à des pratiques discriminatoires. La préférence communautaire est alors clairement exprimée. Plusieurs situations observées dans les entreprises dirigées par les entrepreneurs confortent d'ailleurs les propos recueillis : les personnes d'origine maghrébine sont sur-représentées parmi le personnel. Parmi ces indépendants, certains estiment ainsi se substituer à la société française qui ne parvient plus à remplir sa mission d'insertion. En effet, face à la multiplication des pratiques discriminatoires dans le secteur professionnel, de nouvelles revendications émergent en termes d'intégration économique afin d'assurer une égalité des droits. À la suite des mouvements politiques des années quatre-vingt, qui posaient la question de la citoyenneté, de nouvelles associations entendent se faire entendre dans le champ économique (cf. § 5, IVe partie). L'élite économique d'origine maghrébine, qui est aujourd'hui en position d'assurer l'entrée sur le marché du travail des nouvelles générations, entend bien jouer ce rôle de dynamiseur4.

17À la dimension individuelle, proclamée au nom de l'intégration républicaine, se substitue un discours sur la nécessaire intégration du groupe qui, sans elle, rend la première illusoire. En effet, sans l'intégration économique qui fournit la reconnaissance sociale, ces personnes considèrent qu'elles resteront marginales, tenues à la marge de la société. L'éventuelle instauration d'une institution nationale qui aurait pour charge la lutte contre la discrimination montre clairement l'enjeu et l'urgence de ces questions. En outre, elles impliquent de profondes modifications et tout d'abord de « dépasser le cadre étriqué de l'intégration républicaine » (Le Monde, 7 avril 1999). En effet, lutter contre les discriminations postule que ces personnes sont victimes d'un rejet pour des motifs liés à leur physique, à la religion, à des pratiques culturelles... ce qui signifie par extension qu'on reconnaît des parcours, une histoire, une origine à ces personnes. De fait, les pratiques discriminatoires obligent à poser en des termes nouveaux la question de l'intégration. De la même manière, les débats récurrents au sujet des banlieues semblent comporter implicitement cette question : quelle place la société accepte-t-elle d'accorder aux personnes d'origine maghrébine ?

Notes

1 Parmi la population nationale, 17,8 % des diplômés du certificat de fin d'études sont au chômage contre 7,1 % des diplômés du supérieur, Tableaux de l'économie française 1995-1996, insee. L'enquête mgis confirme également ce constat (Parant, 1997) : le taux de chômage parmi les jeunes d'origine algérienne sans diplôme est de 51 %, il est de 37 % pour ceux qui ont un diplôme inférieur au baccalauréat et de 32 % pour ceux qui un diplôme supérieur au baccalauréat (respectivement 33 %, 20 % et 19 % pour la population d'origine espagnole).

2 Diverses instances viennent d'être créées afin de recueillir ces plaintes et de se doter des moyens de lutter contre ces pratiques. Cf. Hommes et migrations, no 1219, 1999.

3 Cf. N. Lapierre (1993).

4 Une nouvelle recherche sur ce thème est d'ailleurs amorcée avec Y. Bettahar. Des revues comme Sâd Magazine à destination de la communauté maghrébine de la région lyonnaise, des élus locaux et des responsables associatifs, illustrent les revendications de ceux qui détiennent des emplois très qualifiés et/ou un poids économique.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search