Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Quatrième partie. La mobilité sociale en marche

Chapitre 2. L'accès à une nouvelle position professionnelle

Texte intégral

1La population retenue au cours de notre travail se caractérise par une relative réussite professionnelle dans la mesure où l'ensemble des individus occupe un emploi parmi des catégories socioprofessionnelles généralement valorisées. Néanmoins le terme de réussite peut porter à confusion. C'est pourquoi il s'agit avant tout de retenir que ces personnes accomplissent un parcours qui conduit à leur reconnaître une place sur le marché de l'emploi, un rôle lié à leur qualification professionnelle, ou encore un pouvoir économique. Pour autant, l'emploi occupé n'est pas forcément celui que ces individus avaient lors de l'entrée sur le marché du travail. Quelques-uns sont ainsi passés d'un emploi subi à l'acquisition d'une situation professionnelle plus satisfaisante, d'autres ont poursuivi une ascension sociale.

2Ainsi, à partir de la position occupée lors de l'entrée sur le marché de l'emploi, nous allons tenter de comprendre comment ils sont parvenus à l'emploi occupé au moment de l'enquête. Il faut préciser que leur entrée sur le marché de l'emploi s'est déroulée majoritairement dans les années quatre-vingt (la durée moyenne de la vie active est de 13 ans en 1995). Ce sont les individus les plus diplômés qui ont accédé à l'emploi le plus en conformité avec leurs aspirations et ce dans les délais les plus courts à la fin de leur scolarité. Pour ceux qui, pour une raison ou une autre, ont connu des obstacles au cours de la scolarité, l'insertion professionnelle a parfois pris des allures très éloignées de leurs ambitions. C'est généralement parmi ces derniers que les formations en cours de vie active et le passage à l'activité indépendante ont été les plus nombreux. Au travers de ces parcours, nous aurons l'occasion de percevoir dans quelle mesure l'histoire familiale, les aspirations contrariées, les différentes formes de mobilisations et de ressources peuvent (re)émerger et contribuer à modifier sensiblement ces trajectoires professionnelles.

3Lors de l'entrée dans la vie active, parmi les 100 individus enquêtés, près d'un tiers occupait un emploi d'ouvrier. Un autre tiers occupait un emploi répertorié parmi les professions intermédiaires. Et le dernier tiers se répartissait entre la catégorie des employés (13), celle des cadres et professions intellectuelles supérieures (19) et celle des artisans, commerçants et chefs d'entreprise (4) (cf. infra tableau 10). Au moment de l'enquête, les trois catégories socioprofessionnelles retenues (cadres et professions intellectuelles supérieures cpis, professions intermédiaires pi et artisans, commerçants, chefs d'entreprise acc) représentent chacune approximativement un tiers. Les mobilités professionnelles repérées entre l'entrée dans la vie active et l'emploi occupé au moment de l'enquête, se manifestent de deux manières : soit une ascension sociale parmi les emplois salariés, soit un déplacement vers les activités indépendantes. Dès lors, trois constats s'imposent au sujet de cette mobilité intra-générationnelle : la disparition des ouvriers, l'émergence des artisans, commerçants et chefs d'entreprise et le renforcement des cadres et professions intellectuelles supérieures.

4À l'aide des deux tableaux suivants (cf. tableaux 10 et 11), nous allons analyser plus en détail les mobilités professionnelles des trois groupes définis, afin de tenter de comprendre comment, en l'espace de 13 ans en moyenne, s'est déroulée cette mobilité intra-générationnelle. De plus, il ne faut pas oublier qu'il s'agit de la profession exercée au moment de l'enquête : de nouvelles mobilités professionnelles sont encore possibles. La plupart des enquêtés devront encore travailler de nombreuses années (la population enquêtée a en moyenne 35 ans en 1995).

  • 1 Les catégories socioprofessionnelles retenues sont celles de la nomenclature de l'insee (cf. annexe (...)

Tableau 10. Répartition des enquêtés par pcs1 lors du premier emploi et au moment de l'enquête

Professions et catégories socioprofessionnelles

Lors du premier emploi

Au moment de l'enquête

Artisans, commerçants et chefs d'entreprise

4

37

Artisans

9

Commerçants

24

Chefs d'entreprise

4

Cadres et professions intellectuelles supérieures

19

31

Professions libérales

8

Cadres de la fonction publique

4

Professeurs et professions scientifiques

7

Professions de l'information, des arts et des spectacles

1

Cadres administratifs et commerciaux d'entreprise

2

Ingénieurs et cadres techniques d'entreprise

9

Professions intermédiaires

30

32

Instituteurs et assimilés

2

Professions intermédiaires de la santé et du travail social

10

Professions interm. administ. de la fonction publique

2

Professions interm. administ. et commerciales des entrep.

13

Techniciens

4

Contremaîtres et agents de maîtrise

1

total

53

100

Tableau 11. Table de mobilité professionnelle des enquêtés depuis leur entrée sur le marché du travail

Tableau 11. Table de mobilité professionnelle des enquêtés depuis leur entrée sur le marché du travail

Le premier emploi de l'enquêté figure en colonne, tandis que celui occupé au moment de l'enquête apparaît en ligne. Le tableau se lit de la manière suivante : parmi les 9 enquêtés artisans au moment de l'enquête, 1 était classé parmi les professions intermédiaires au cours de son premier emploi, 6 parmi les ouvriers.
* Les catégories socioprofessionnelles retenues sont celles de la nomenclature de l'insee (cf. annexe 1).

  • 1 Y compris ceux qui, pour des raisons fiscales, sont salariés de leur entreprise.

5Les deux chapitres suivants, consacrés aux professions intermédiaires et aux cadres et professions intellectuelles supérieures, représentent le groupe des cadres. L. Boltanski 1982) (souligne l'hétérogénéité de ce groupe social en termes de carrières, de titres et de secteurs d'activité, tout en montrant que les frontières varient suivant les luttes de classes. Mais il est aussi possible de démontrer que ce groupe se distingue par l'acquisition de diplômes de l'enseignement supérieur, une activité d'encadrement et une reconnaissance sociale élevée. C'est ce que font A. Desrosières, A. Goy et L. Thévenot (1983) qui décrivent les caractéristiques propres à ces deux catégories socioprofessionnelles (groupes 3 et 4 de la nomenclature de l'insee, cf. annexe 1), et qui justifient leur rapprochement dans le cadre d'un travail de recherche. Le troisième chapitre sera quant à lui destiné au groupe des entrepreneurs1. Là aussi la diversité est de mise : elle paraît même renforcée. En effet, quelles comparaisons pouvons-nous établir entre un artisan et un chef d'entreprise quand le nombre d'employés, le niveau d'études et le revenu sont fort dissemblables ? Le problème de classification est donc réel et posé par les auteurs de l'article « L'identité sociale dans le travail statistique » (Desrosières, Goy, Thévenot, 1983). S'ils insistent sur les fortes disparités, ils indiquent également que la distinction qui prévaut pour l'insee concerne le fait d'exercer ou non une activité indépendante. C'est en référence à cette distinction que nous avons constitué le groupe des entrepreneurs, mais c'est aussi pour cette raison que nous différencierons les « indépendants divers prestataires de services ».

Les professions intermédiaires

6Tout d'abord, on constate la relative stabilité de la catégorie des professions intermédiaires (pi). Parmi les 32 individus qui occupent un emploi répertorié parmi les pi au moment de l'enquête, 15 avaient déjà cette position professionnelle lors du premier emploi (cf. supra tableau 11). Cela concerne massivement les personnes qui occupaient un emploi parmi les professions intermédiaires de la santé et du travail social et les professions administratives et commerciales d'entreprise. Pour les 14 personnes qui avaient le statut d'employés ou d'ouvriers, la mobilité professionnelle a été importante. Elle a été le plus souvent obtenue par l'intermédiaire des formations en cours de vie active.

7Au sujet du nombre relativement élevé d'emplois dans le secteur du travail social, il faut noter l'une des caractéristiques du mode de recrutement qui prévaut auprès de ces personnes : leur connaissance a priori des banlieues et du public issu de l'immigration les prédisposerait à occuper ces fonctions. Au regard de leurs employeurs, elles disposeraient d'une « compétence culturelle ». Nombreuses sont les personnes qui contestent cette forme d'ethnicisation qui est mise en œuvre à l'occasion du recrutement ; même si elles reconnaissent en avoir bénéficié pour être recrutées.

8V. Geisser et S. Kelfaoui (1998) établissent un constat similaire au sujet des responsables issus de l'immigration maghrébine qui se retrouvent ballotés entre deux logiques. D'une part, une logique symbolique qui consiste à une mise en scène de leur ethnicité : leur comportement doit témoigner du bon fonctionnement du modèle d'intégration républicaine. D'autre part, une logique de médiation communautaire, étant perçus comme les représentants de populations à problèmes, ces élus se voient confier des dossiers sensibles pour lesquels ils n'ont pas forcément de compétence. Il est ainsi présupposé que ces personnes – de par leur origine, leur vécu (parfois supposé) dans les banlieues, leur proximité culturelle avec ceux auxquels sont destinées les politiques publiques – sont les plus à même d'occuper des fonctions professionnelles prédéterminées. Cette pratique est d'autant plus préjudiciable que, par extension, cette compétence dite « culturelle » postule que ces individus, tout particulièrement compétents dans certains secteurs, ne le seraient pas dans d'autres. Et notamment la forte discrimination qui sévit dans quelques secteurs d'activité, en particulier dans les activités de services, constitue le revers de la médaille.

« Il y avait un besoin à cette époque et moi je correspondais, ça m’arrangeait car à l'époque il y avait un espèce de mythe, pour aider les Maghrébins, il fallait dans le lot [d'éducateurs] quelqu'un de Maghrébin, moi je trouvais ça nul mais ça m'arrangeait. Et c'était un moyen pour être en dehors des circuits mécaniques, etc. [il était alors ouvrier mécanicien], pour s’en sortir, c'était un moyen. »

9Après avoir eu divers « petits boulots » d'animation et avoir été intérimaire dans le secteur de la mécanique automobile, cet homme a suivi une formation d'éducateur. Il est aujourd'hui éducateur spécialisé. Si cet emploi a quelque peu été choisi par défaut, ce secteur d'activité offrait l'avantage de trouver un emploi et plus encore de s'extraire des emplois déqualifiés des secteurs technique et industriel. À ce titre, il marque une véritable promotion au regard de la situation professionnelle du père.

10La catégorie pi révèle également le poids du secteur privé en comparaison du secteur public. La prédominance des fonctions administratives et commerciales au sein d'entreprises privées est à relier au parcours scolaire réalisé : un grand nombre de ces personnes ont en effet obtenu un diplôme (cap, bep, Baccalauréat G ou bts) dans les filières administratives et comptables (cf. IIIe partie). L'accès au monde du travail a alors eu lieu à la suite d'une scolarité relativement courte dans une filière « professionnalisante ».

Les cadres et professions intellectuelles supérieures

11Concernant les cadres et professions intellectuelles supérieures (cpis), près de la moitié occupait déjà l'une de ces professions : cela concerne les professions libérales, les professions scientifiques et les ingénieurs. La qualification obtenue à la fin des études supérieures leur procure, dès l'entrée sur le marché du travail, un emploi en adéquation avec leur formation et leur ambition professionnelle. Les autres ont généralement occupé un emploi répertorié parmi les pi au cours de leur premier emploi (ils sont au nombre de 11), et plus accessoirement parmi les employés (3) (cf. supra tableau 11).

12Si la mobilité intergénérationnelle est forte pour l'ensemble de ces individus (en comparaison du statut socioprofessionnel du père), la mobilité intra-générationnelle est également importante pour une partie d'entre eux. Elle est le résultat de promotions liées à l'ancienneté et aux diplômes acquis en cours d'emploi, tout particulièrement pour les individus qui occupaient une profession parmi les pi. C'est par exemple le cas des cadres de la fonction publique qui ont connu une promotion interne suite aux concours. Les professeurs certifiés ont également commencé à exercer le plus souvent en tant que maîtres-auxiliaires : ils étaient alors classés parmi les pi tandis qu'aujourd'hui ils font partie des cpis. La proportion de cadres du secteur public est ici plus forte que dans les pi, du fait notamment de ces professeurs. Quelques ingénieurs ont également connu une ascension professionnelle par le biais de la formation continue, alors qu'ils avaient débuté en tant que techniciens.

13Les professions de médecin, avocat et ingénieur sont celles qui reviennent le plus fréquemment lorsqu'on interroge les souhaits des parents en matière d'aspirations professionnelles pour leurs enfants. Elles bénéficient d'un jugement très positif qui est à relier à une volonté implicite de la part de cette communauté de produire ses propres médecins et avocats notamment ; étant entendu (et attendu) que leur prestige rejaillisse sur l'ensemble de cette dernière. De plus, ces professions sont facilement représentables dans l'esprit des parents : c'est un diplôme « sûr et rentable », si on n'en connaît pas le contenu, on en connaît la valeur ; ce qui est nettement différent pour un grand nombre de filières. Enfin ces statuts professionnels sont convertibles en Algérie : les parents savent que leurs enfants pourront aussi bien exercer en France qu'en Algérie. La valorisation de ces professions a donc conduit à une orientation « massive » vers ces filières. Il n'est donc pas surprenant de constater que ces professions représentent plus la moitié de l'effectif des cadres supérieurs (17 sur 31 ; plus quelques médecins répertoriés parmi les professions scientifiques, et qui exercent à l'hôpital). De plus, en dehors des individus enquêtés, de nombreux frères et sœurs occupent l'une de ces professions.

Les artisans, commerçants et chefs d'entreprise

14Cette catégorie socioprofessionnelle s'est considérablement accrue entre l'arrivée sur le marché du travail et le moment de l'enquête. Leur nombre a été multiplié par 9 (cf. supra tableau 11). Ces artisans, commerçants et chefs d'entreprise (acc) occupaient principalement des emplois d'ouvriers lors du premier emploi. Ainsi, parmi les 24 qui sont aujourd'hui commerçants, la moitié sont d'anciens ouvriers. En revanche, les 9 commerçants qui occupaient une activité salariée (parmi les cpis, pi ou la catégorie « employés » lors du premier emploi) sont généralement des diplômés de l'enseignement supérieur. Après avoir été salariés durant plusieurs années, notamment dans des emplois de cadres, ils ont cherché à développer leur propre entreprise. Ils sont très spécialisés dans un domaine, par exemple en informatique, en communication... Et ils sont aujourd'hui classés parmi les « indépendants divers prestataires de service » (idps), qui sont assimilés aux commerçants. Ils sont néanmoins proches des cadres du fait de leurs qualifications scolaires, leurs revenus et leurs expériences antérieures, souvent similaires ; c'est pourquoi ces derniers sont également désignés par la mention « entrepreneurs-cadres ». À l'inverse des ouvriers devenus commerçants suite au chômage, ces entrepreneurs ont généralement décidé de quitter leur emploi pour créer leur propre activité. Ils ont d'ailleurs rarement bénéficié d'aides publiques pour y parvenir.

  • 2 Nous cherchons en premier lieu à mettre en évidence la construction de ces trajectoires et non une (...)

15Le parcours professionnel des entrepreneurs met en évidence les aspirations et les mobilisations dont a su faire preuve ce groupe2. L'une des principales motivations est la recherche d'indépendance qui était d'autant plus recherchée que l'emploi salarié leur offrait peu de perspectives de promotion (que ce soit pour les cadres ou les ouvriers). Par le biais d'une activité indépendante, ils ont voulu exprimer leurs compétences, prouver ce dont ils étaient capables. Il apparaît aussi que l'accès à ce statut socioprofessionnel est d'autant plus recherché qu'il s'inscrit dans un projet d'ascension sociale porté par la famille. En effet, devenir indépendant est parfois rendu possible par les mobilisations familiales (cf. § 6, IVe partie).

  • 3 Les données de l'insee extraites du Tableau de l’économie française 1995-96 fournissent l'explicati (...)

16L'accroissement de l'effectif des acc est aussi l'un des résultats de la modification de la structure du marché de l'emploi. Cette évolution s'est manifestée au cours des deux dernières décennies sous l'effet d'une diminution des emplois salariés. Étant de moins en moins nombreux, les individus ont été de plus en plus nombreux à se diriger vers les activités indépendantes, notamment en créant leur propre (petite) entreprise. Ainsi, les personnes qui occupaient massivement des emplois d'ouvriers lors de leur entrée sur le marché du travail, tout comme leurs pères, parfois dans la même entreprise, ont pu être conduits à créer une activité indépendante après leur licenciement économique du secteur industriel ; dans quelques cas, c'est pour compenser l'absence de perspective de promotion. En effet, ne parvenant pas à retrouver un emploi dans ce secteur d'activité, ils ont été contraints de rechercher un autre emploi, en particulier dans le secteur tertiaire qui connaissait une forte progression3. Ces conversions professionnelles ont de plus été facilitées par l'instauration d'aides publiques en vue de favoriser la création d'entreprise et de pallier ainsi l'accroissement du chômage.

  • 4 Le roman autobiographique d'A. Ernaux (1983) l'illustre de manière exemplaire.

17Si le développement d'une activité indépendante marque incontestablement un changement de statut socio-professionnel, cette mobilité est-elle synonyme d'une ascension sociale ? En effet, cette mobilité professionnelle s'apparente parfois plus à une mobilité horizontale que verticale, si l'on se réfère à un ensemble de critères comme le revenu, la stabilité professionnelle, la pénibilité du travail, etc. Elle n'en constitue pas moins un substitut à une situation professionnelle jugée insatisfaisante et/ou précaire. En outre, les caractéristiques attachées à la création d'entreprise, comme l'indépendance, l'esprit d'entreprise... sont des qualités fortement valorisées et qui semblent s'opposer à ce qui définit l'ouvrier (soumission, dépendance, manque d'initiative, etc.). C'est donc avant tout cet écart de représentations à l'égard du travail effectué qui est à l'origine du sentiment de mobilité ascendante. Représentation qui se retrouve d'ailleurs dans la classe ouvrière française : l'ouverture d'un commerce apparaissait comme la fin de l'asservissement ouvrier4.

18De plus, la référence à la situation professionnelle du père permet de comprendre ce désir de mobilité, que ce dernier a d'ailleurs parfois tenté d'entreprendre. Ces pères ont pour la plupart espéré que leurs fils ne seraient pas à leur tour ouvriers. Si cet emploi leur a certes procuré des revenus, souvent bien supérieurs à ceux qu'ils pouvaient avoir en Algérie, ils ont aussi souvent été cantonnés aux tâches les plus ingrates. Or, à travers la migration, motivée par la recherche d'une amélioration des conditions de vie, les immigrés cherchaient aussi à quitter les statuts les plus subalternes. C'est pourquoi les parents ont espéré, pour eux-mêmes ou leurs enfants, la sortie du monde ouvrier. À la différence de familles ouvrières d'origine française, ces familles n'ont pas d'antériorité dans la classe ouvrière, bien au contraire, le statut d'indépendant prédominait (cf. § 2, Ire partie).

19Néanmoins, il ne faut pas sous-estimer les difficultés rencontrées par une partie de ces entrepreneurs (revenus précaires, instabilité liée à la conjoncture économique, savoir-faire parfois insuffisant par manque de formation dans les domaines de la gestion), qui rendent périlleux le maintien de leur activité.

Des positions professionnelles similaires au niveau national

  • 5 Les résultats ont été produits à partir de l'analyse de l'échantillon démographique permanent (edp) (...)

20Pour vérifier le fait que la population définie par son appartenance aux catégories socioprofessionnelles retenues ne constitue pas une « minorité marginale », nous avons procédé à quelques comparaisons avec le travail réalisé par J.L. Richard (1997)5. Cet échantillon représentatif de la population nationale comporte 1 397 individus d'origine algérienne (dont les parents sont de nationalité algérienne). Parmi ces derniers, 2,9 % ont un emploi répertorié dans la catégorie des acc, dont plus de la moitié occupe un emploi de commerçant, 1,6 % ont un emploi classé parmi la rubrique des cpis et 10,5 % parmi les pi, soit 12,1 % ont un emploi de cadre. Ainsi, parmi les individus d'origine algérienne âgés de 23 à 33 ans en 1990,15 % occupent un emploi de cadre ou d'entrepreneur, si l'on retient les classifications de notre travail. Les individus interrogés dans le cadre de notre recherche ne constituent donc pas une exception au sein de la population des enfants issus de l'immigration algérienne. Il faut en revanche noter que notre « échantillon » comporte des individus plus âgés, puisque la moyenne d'âge est de 35 ans en 1995 : on peut donc penser que les proportions seraient plus fortes au niveau national si l'étude portait sur une tranche d'âge plus vaste.

21Si on compare à présent avec la population d'origine française (individus âgés de 23 à 33 ans en 1990), il apparaît que les individus d'origine algérienne sont presque aussi nombreux à avoir une activité d'artisan, commerçant ou chef d'entreprise que dans la population d'origine française. En revanche, ils sont deux fois moins nombreux à occuper une profession de cadre (12,1 % contre 24,4 %), et ce résultat est encore plus accentué si on distingue parmi les emplois de cadres les cpis. Ainsi, au sein de la population d'origine française, 7,2 % occupent un emploi répertorié parmi les cpis contre 1,6 % parmi la population d'origine algérienne.

22En revanche, si l'on prête attention à la répartition par pcs des pères, l'écart est en faveur des enfants d'ouvriers algériens (Tribalat, 1995). Les fils d'ouvriers âgés de 25 à 29 ans d'origine algérienne sont 14 % à occuper un emploi répertorié parmi les cpis ou pi, contre 9 % au sein de la population d'origine française âgée de 25 à 29 ans quand le père est ouvrier. Ce résultat est accentué pour les filles d'origine algérienne dont le père est ouvrier puisqu'elles sont 23 % à occuper l'une de ces professions, contre 13 % pour celles d'origine française dont le père est ouvrier.

23Les trajectoires professionnelles accomplies par la population étudiée paraissent significatives de ce qui est observé au sein de la population d'origine algérienne au niveau national. Il n'en demeure pas moins qu'il faut insister sur le caractère illustratif de ces comparaisons. D'une part, les effectifs et la constitution de notre « échantillon » ne permettent pas un travail statistique, d'autre part, la population n'est pas identique du fait notamment de la tranche d'âge retenue et de la pcs des pères. Concernant ce dernier point, il est important de se rappeler que si la grande majorité des pères sont ou ont été ouvriers, plusieurs ont connu une mobilité professionnelle : ils ne sont donc plus forcément ouvriers au moment de l'enquête (cf. § 2, IIe partie). Néanmoins, ces comparaisons avec des enquêtes nationales qui ont une représentation statistique fiable, permettent d'établir le caractère non exceptionnel des trajectoires socio-professionnelles décrites au cours de cet ouvrage. De plus, il semble que la démarche qualitative apporte un éclairage supplémentaire pour comprendre comment ces cheminements professionnels se construisent au sein de la société française.

Notes

1 Y compris ceux qui, pour des raisons fiscales, sont salariés de leur entreprise.

2 Nous cherchons en premier lieu à mettre en évidence la construction de ces trajectoires et non une éventuelle spécificité ethnique. En ce sens, nous ne nous situons pas dans la perspective des travaux qui ont porté sur l'« Ethnic business », c'est-à-dire qui reconnaissent la spécifique ethnique de ces activités commerciales (en termes d'organisation, de clientèle, de produits, etc.). Nous nous sommes néanmoins appuyée sur certaines de ces recherches qui se sont développées au cours de ces quinze dernières années, à la suite des chercheurs anglo-saxons. Voir la bibliographie.

3 Les données de l'insee extraites du Tableau de l’économie française 1995-96 fournissent l'explication suivante (p. 70) : « La tertiairisation de l'emploi est de plus en plus marquée : depuis 1990, l'emploi ouvrier a régressé de 145 000 postes en moyenne par an et en 1993 les ouvriers ont perdu leur première place dans la répartition des emplois au profit des employés qui, comme les cadres et les professions intermédiaires sont de plus en plus nombreux. » Dans l'ouvrage Données sociales 1996. La société française, insee, il est précisé (p. 98) : « La part du secteur tertiaire a continué de s'accroître (57 % des emplois en 1980, 76 % en 1995) au détriment de l'agriculture et de l'industrie. Le nombre de créations d'entreprises par an, en 1993, 1994 et 1995, est respectivement de : 214 780, 229 417 et 222 262. L'expansion de ce secteur d'activité est donc inversement proportionnel au déclin de l'industrie. »

4 Le roman autobiographique d'A. Ernaux (1983) l'illustre de manière exemplaire.

5 Les résultats ont été produits à partir de l'analyse de l'échantillon démographique permanent (edp) de l'insee concernant 15 345 enfants de parents immigrés provenant de divers pays, dont l'Algérie (cf. Le Courrier des statistiques, no 41, 1987, insee, pour une présentation plus approfondie de l'edp).

Notes de fin

1 Les catégories socioprofessionnelles retenues sont celles de la nomenclature de l'insee (cf. annexe 1).

Table des illustrations

Titre Tableau 11. Table de mobilité professionnelle des enquêtés depuis leur entrée sur le marché du travail
Légende Le premier emploi de l'enquêté figure en colonne, tandis que celui occupé au moment de l'enquête apparaît en ligne. Le tableau se lit de la manière suivante : parmi les 9 enquêtés artisans au moment de l'enquête, 1 était classé parmi les professions intermédiaires au cours de son premier emploi, 6 parmi les ouvriers.* Les catégories socioprofessionnelles retenues sont celles de la nomenclature de l'insee (cf. annexe 1).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4350/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search