Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Quatrième partie. La mobilité sociale en marche

Chapitre 1. L'insertion professionnelle

Texte intégral

1Les « petits boulots » occupés durant le temps scolaire constituent une indication des modes d'insertion sur le marché du travail de cette population.

Une expérience professionnelle préalable

2Plus des deux tiers des personnes enquêtées ont eu un emploi parallèlement à leurs études, généralement durant le lycée (technique ou général) ou l'enseignement supérieur. Parmi elles, près d'un quart déclare avoir occupé un emploi d'ouvrier parallèlement au parcours scolaire. Les autres emplois les plus fréquemment cités relèvent du secteur de l'animation et du commerce. Et parmi l'ensemble des personnes qui ont eu un « petit boulot », plus du tiers estime que ces emplois leur ont permis de financer leurs études. On sait par ailleurs qu'une des difficultés principales rencontrées au cours du parcours scolaire est liée au manque de moyens financiers (cf. IIIe partie). La perception de ces revenus revêtait donc une importance capitale pour la poursuite des études. Cet argent était d'autant plus nécessaire qu'une grande partie d'entre eux n'a pas perçu de bourses durant les études supérieures puisqu'ils étaient alors de nationalité algérienne.

3En outre, il importe de constater que, quel que soit le niveau de qualification du travail effectué, cet emploi temporaire a contribué à forger des valeurs et des aspirations. À ce titre, plusieurs mentionnent le fait que « d'être travailleur, d'aimer le travail bien fait », constituait une des valeurs-piliers transmises par les parents. De plus, les expériences pénibles et peu valorisantes ont certainement contribué à leur fournir des motivations supplémentaires pour ne pas occuper durablement ces emplois. Les emplois d'ouvrier, ou d'aide ménagère pour les jeunes femmes, leur ont permis d'expérimenter, à leur tour, ces conditions de travail, et ainsi les conforter dans la nécessité de quitter le monde ouvrier.

4Il faut également noter que ces premiers emplois ont parfois permis d'acquérir une expérience appréciée lors de la recherche d'emploi. Elles ont pu aussi renforcer un savoir-faire ou fournir les motivations à une orientation professionnelle. Pour quelques-uns, ces premiers emplois se sont transformés en emploi permanent, concrétisant l'entrée dans la vie active, notamment pour des femmes qui ont travaillé dans l'animation en tant qu'étudiante et qui ont ensuite été recrutées. L'expérience du commerce semble également avoir suscité des vocations. Que ce travail ait été effectué auprès d'un membre de la famille ou pour le compte d'un commerçant, il a permis d'expérimenter des savoir-faire, des réseaux qui seront ensuite sollicités lors du passage à l'activité indépendante. Le travail sur les marchés, en tant qu'aide forain ou auprès du père, a souvent servi de cadre d'expérience à partir duquel est formulé le projet d'ouvrir un commerce. Il a servi d'étape initiatrice, comme nous l'avions également constaté pour les pères.

5Près du tiers des enquêtés par questionnaire précisent avoir occupé un emploi dans la même entreprise qu'un membre de sa famille, le plus souvent celle où était employé le père. Ces emplois saisonniers ont donc été obtenus par l'intermédiaire du père. Ce résultat concerne tout particulièrement ceux qui ont été ouvriers lors de leur premier emploi et ceux qui ont travaillé durant les congés scolaires, en tant qu'ouvriers ou employés à des postes plus qualifiés. C'est le cas par exemple des individus qui préparaient des études de médecine et qui ont été infirmiers de garde dans l'entreprise où travaillaient leurs pères. Les étudiants en comptabilité ou en secrétariat ont pu quant à eux occuper des emplois de bureau pendant les vacances scolaires. Le recrutement du père dans une grande entreprise facilitait alors l'accès au travail de ses enfants. L'activité professionnelle des mères a également favorisé ces « petits boulots », puisque plusieurs filles ont travaillé durant les vacances scolaires dans la même entreprise que leur mère, généralement en tant que femme de ménage.

  • 1 Il développe la thèse, apparemment paradoxale, de la « force des liens faibles ». Cf. C. Marry (19 (...)

6L'insertion professionnelle des parents a donc joué un rôle dans le processus d'accès à l'emploi, y compris pour des emplois temporaires. L'activité professionnelle des parents, même quand ils occupent des emplois déqualifiés, apparaît par conséquent comme un atout, tant par les repères qu'elle procure que par les aspirations qu'elle suscite. À travers ces multiples expériences, le monde du travail devient plus facile à appréhender. Par ailleurs, l'aide que peuvent procurer les parents lors de la recherche d'emploi démontre l'importance des liens forts (c'est-à-dire des relations inter-personnelles). Depuis M.S. Granovetter1, qui a étudié la manière dont les individus sollicitaient des réseaux composés de relations plus ou moins élargies au cercle familial pour s'insérer professionnellement, on sait que la composition des réseaux auxquels on fait appel varie selon les milieux sociaux. C'est pourquoi l'entrée dans la vie active ne se réalise pas par l'intermédiaire des mêmes réseaux pour les cadres et les entrepreneurs. En effet, pour les plus diplômés, les parents ou leur réseau immédiat disposent de moins de possibilités pour leur faciliter l'accès au marché du travail.

Les réseaux sollicités lors de la recherche d'emploi

7Tout d'abord, il faut noter que le recours aux annonces ou aux institutions publiques, type anpe, varie suivant le contexte économique. En période de « plein emploi », la recherche d'un travail par l'intermédiaire d'annonces (dans les journaux, dans les entreprises, etc.) est très répandue. Elle Test moins, ou tout du moins pas aussi efficace en période d'accroissement du chômage. Les individus ont alors tendance à avoir recours à l'anpe ou à des réseaux interpersonnels. De plus, il faut noter que les individus n'ont pas connu la même situation suivant leur âge : les plus âgés considèrent qu'ils n'ont pas rencontré de difficultés particulières pour trouver un emploi. Pour ces derniers, les annonces ont constitué souvent le moyen privilégié d'accès à l'emploi. La période d'inactivité entre deux emplois, ou entre les études et le premier emploi, était alors très courte. En outre, le recrutement des enfants du personnel était plus répandu par le passé, notamment pour les pères qui sont (ou ont été) employés dans de grandes entreprises. Cette possibilité a surtout été utilisée par ceux qui ont occupé des emplois peu qualifiés lors de leur entrée sur le marché du travail, notamment parmi ceux qui sont devenus par la suite des entrepreneurs (cf. § 2, IVe partie).

8Pour les plus diplômés, en revanche, le recours aux « liens faibles » se révèle le plus souvent déterminant lors de leur recherche d'emploi (Marry, 1992). En effet, ces liens faibles se révèlent plus efficaces lors de la recherche d'un « bon » emploi car plus les individus sont qualifiés, plus ils ont besoin de se reposer sur des réseaux divers et étendus : la valeur du capital social de chacun se révèle alors décisive. A l'inverse, les moins diplômés ont plus souvent recours aux « liens forts ». Si ces derniers constituent une aide précieuse, ils se révèlent moins efficaces car de moindre envergure. Il en sera ainsi entre les cadres et les entrepreneurs. En effet, ces deux groupes ne disposent pas des mêmes ressources relationnelles. Une des manières de les appréhender est de s'intéresser à leur mode de sociabilité.

9Très schématiquement, le réseau de sociabilité des cadres est composé de membres de la famille (au sens de « famille nucléaire ») et d'un réseau amical et relationnel plus développé, plus dense et plus hétérogène que ceux des entrepreneurs. Les amis sont aussi plus souvent d'origine française. Cette diversité des liens provient d'une plus grande implication dans des réseaux associatifs, politiques et professionnels. Pour les entrepreneurs, le réseau est plus réduit et essentiellement composé de membres de la famille et de personnes qui ont la même origine culturelle. Les amis sont plus rares et notamment ceux d'origine française. La composante communautaire est donc forte. Les contacts, les aides et les échanges, nombreux dans le domaine entrepreneurial, reposent sur des liens privilégiés qui sont entretenus avec des personnes qualifiées de proches du fait de leur origine et/ou du lien de parenté. La composition du réseau relationnel varie donc entre ces différentes composantes : familiale/amicale, communautaire/nationale, sociale (homogamique ou hétérogamique), et ce en fonction de la position socioprofessionnelle de chacun.

  • 2 Pour de plus amples informations sur cette question, nous renvoyons à l'article publié sur ce thèm (...)

10Le réseau relationnel est un moyen d'autant plus privilégié que le marché de l'emploi n'est plus aussi transparent et accessible. L'insertion dans des réseaux de sociabilité a donc toute son importance, quoique de manière distincte pour les cadres et les entrepreneurs2.

11Un des cadres explique par exemple comment la voisine de sa mère, employée à l'OPAC, lui a permis d'avoir un emploi salarié au cours des congés d'été et ce durant plusieurs années. Il y occupait un emploi administratif parallèlement à ses études à la faculté de droit. Le réseau de relations s'est révélé efficace car diversifié grâce à ses ramifications en dehors de la sphère familiale.

« Quand on a fait des études supérieures et qu'on n'a jamais mis les pieds à l' anpe , les seules propositions qu’on a ce sont celles des amis qu'on a autour, moi mes amis baignent dans un milieu assez particulier [celui de la berbérité], je les connais depuis cinq-six ans maintenant [...] il s’est trouvé qu’un emploi se dégageait, ici dans la structure, qui semblait correspondre à mon profil, on m'en a parlé, il y a eu la mise en relation et puis ça s’est fait. [...] J’ai des amis qui sont universitaires maîtres de conférence, et qui interviennent dans des instituts, il y en a un qui m'a dit : "Il y a un poste, il y a des vacations de comptabilité ça t’intéresse ?"[...] À chaque fois, pour moi, ça a été le réseau de la berbérité. »

12La dimension communautaire est bien présente, y compris parmi les personnes les plus qualifiées. En outre, le rôle de l'intermédiaire est d'autant plus nécessaire que les individus qui recrutent ont des réticences à embaucher une personne d'origine algérienne. Il est clair que d'être introduit par un ami d'origine française va souvent se révéler être un élément « favorable ». D'ailleurs l'augmentation croissante des difficultés à trouver un emploi est à l'origine d'un nouveau type d'association visant à favoriser les recherches d'emploi des cadres d'origine maghrébine. Ces associations dites « économiques » sont apparues au cours des années quatre-vingt-dix. Elles ont aussi souvent d'autres fonctions qui seront développées ultérieurement (cf. § 5, IVe partie).

Les situations professionnelles au sein de la fratrie

13La totalité des frères et sœurs représentent 663 personnes (dont 331 garçons et 332 filles, exceptés ego) et les fratries sont composées en moyenne de huit enfants. Sur l'ensemble des 100 fratries, 65 enquêtés n'ont aucun de leurs frères et sœurs au chômage au moment de l'enquête. Concernant l'activité féminine, il faut distinguer les sœurs à la recherche d'un emploi des sœurs inactives (au sens de mères au foyer). Parmi 62 fratries, l'ensemble des sœurs sont actives. Ces quelques chiffres soulignent le fort taux d'activité professionnelle des frères et sœurs.

14L'activité professionnelle des frères et sœurs se distingue par la diversité des positions professionnelles. Sur le total des enfants qui composent les fratries, la grande majorité est salariée. Parmi ces salariés, ils sont presque aussi nombreux à occuper des emplois très qualifiés (parmi les professions relevant des cpis et des pi) que des emplois peu qualifiés (ouvriers et employés). De fortes disparités existent donc au sein des fratries et d'une fratrie à l'autre ; de la même manière que nous l'avions constaté pour les parcours scolaires puisque les statuts professionnels découlent bien souvent des diplômes acquis. Par ailleurs, les professions indépendantes sont minoritaires au sein des fratries, notamment parmi les commerçants et chefs d'entreprise, comme si un seul des membres pouvait prendre ce risque. Mais ce n'est probablement pas la seule raison. En effet, nous verrons qu'une fois l'activité créée, elle peut procurer un emploi à plusieurs frères et sœurs qui deviennent alors des salariés (cf. § 6, IVe partie).

Des distinctions selon la catégorie professionnelle des pères

15Concernant la position professionnelle du père au regard de celle des enfants, on constate des distinctions significatives. Ainsi, les entrepreneurs ont près de deux fois plus souvent un père ouvrier non qualifié lors du dernier emploi que les cadres : 51 % contre 26 %. Malgré des effectifs absolus très faibles, on peut constater que 17,5 % des cadres ont un père qui occupe une profession de cadre, contre 5,5 % des entrepreneurs. En somme, plus la profession implique une qualification professionnelle, plus la proportion des pères de cadres est élevée. Ainsi, ces pères sont ceux qui ont connu la mobilité intragénérationnelle la plus forte (cf. § 2 IIe partie).

16Ces résultats ne sont pas surprenants : ils corroborent les analyses concernant la relative « hérédité sociale ». La mobilité professionnelle des pères serait un signe, et simultanément le facteur, de la mobilité intergénérationnelle. En effet, ces pères ont pu, par le biais de dispositions et de mobilisations diverses (formation en cours d'emploi, ancienneté dans l'entreprise, épargne mobilisée en vue du financement des études supérieures, etc.) promouvoir la mobilité sociale de leurs enfants. Les entrepreneurs, qui ont plus souvent un père ouvrier non qualifié, sont à l'inverse ceux qui ont occupé des emplois d'ouvriers avant d'avoir leur propre activité professionnelle.

17L'étude de J.L. Richard (1997) confirme la corrélation observée entre la qualification du père et les emplois occupés par leurs enfants. Parmi les 1 397 individus d'origine algérienne âgés de 23 à 33 ans en 1990 (cf. § 2, IVe partie), on observe une corrélation entre la profession du père en 1975 et le fait que leurs enfants soient cadres ou non-cadres en 1990 : les trois-quarts des pères des non-cadres sont ouvriers alors que cela concerne à peine plus des deux tiers des cadres. De plus, si on prête attention aux distinctions entre les différents statuts d'ouvriers, on note que la proportion de pères manœuvres est le double pour les non-cadres que pour les pères des cadres. La proportion des pères contremaîtres est quant à elle trois fois plus importante pour les cadres que pour les non-cadres. Les cadres ont aussi plus souvent un père commerçant. En revanche, les cadres et les non-cadres ont dans les mêmes proportions un père employé. Il faut toutefois préciser que ces résultats portent sur des effectifs faibles puisque les professions concernées sont peu représentées parmi les pères immigrés. En revanche, ces résultats sont produits à partir d'un échantillon statistique fiable (l'échantillon démographique permanent), ce qui renforce la pertinence des résultats cités plus haut, puisqu'ils les corroborent.

Notes

1 Il développe la thèse, apparemment paradoxale, de la « force des liens faibles ». Cf. C. Marry (1992).

2 Pour de plus amples informations sur cette question, nous renvoyons à l'article publié sur ce thème (Santelli, 2001b).

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search