Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Troisième partie. L’école : élément de distinction entre les cadres et les entrepreneurs

Chapitre 4. La reprise des études : une décision favorisant la mobilité sociale

Texte intégral

  • 1 Seules les formations qui délivrent un diplôme supplémentaire ont été retenues, que ce soit par le (...)

1L'écart constaté entre le diplôme obtenu à la fin du parcours scolaire et le niveau d'étude atteint au moment de l'enquête indique l'importance de la formation réalisée en cours de vie active. Parmi les 42 enquêtés concernés, 18 en ont suivi au moins deux1. Dans tous les cas, ils ont suivi une formation qui leur a permis d'acquérir un diplôme supérieur à celui obtenu à la fin de la scolarité.

2Au tableau précédent sur la répartition des diplômes à la fin du parcours scolaire (cf. supra tableau 8), a été ajoutée une colonne où figurent les diplômes acquis en cours de vie active.

Tableau 9. Répartition des enquêtés selon le diplôme obtenu à la fin des études et en cours de vie active

Diplômes

Diplôme le plus élevé à la sortie des études

Diplôme obtenu suite à la reprise des études

Aucun diplôme/

certificat d'études/bepc

10

0

cap/bep/Brevet professionnel

26

8

Baccalauréat

15

3

bts/dut/deug

11

7

Deuxième cycle universitaire

14

12

Troisième cycle universitaire

16

9

Grande école/école d'ingénieur

8

3

nc

0

55

nr

0

3

total

100

100

  • 2 Les diplômes s'entendent là encore acquis, ce qui est différent du fait d'être passé par la formati (...)

3Dans le cadre du cycle supérieur, les résultats sont notoires : les enquêtés sont presque aussi nombreux à avoir obtenu un diplôme du second cycle universitaire en cours d'emploi qu'à la fin de leur scolarité (respectivement 12 et 14)2. Ils étaient 16 à avoir réussi un doctorat ou un capes à la fin de leurs études, ils sont 9 autres à avoir obtenu l'un de ces diplômes durant leur vie active. Trois titres d'ingénieurs ont également été décrochés en cours de vie active, ce qui porte leur nombre à 11. Enfin, 8 autres enquêtés ont obtenu une formation technique courte, soit qu'ils n'en avaient pas eu auparavant, soit qu'ils ont complété leur cap par un bep, par exemple.

Un objet de compensation : combler les frustrations

4Les motivations à l'origine de la reprise des études sont révélatrices de la frustration scolaire subie par une partie des individus (cf. § 1 et 2, IIIe partie). En effet, les personnes qui n'ont pas eu la possibilité de poursuivre leurs études ont décalé ce projet dans le temps. La reprise d'études en cours d'emploi constitue alors une stratégie de compensation. Elle représente un moyen de pallier ce qui est à l'origine de leurs difficultés scolaires : une orientation subie, un manque d'information au sujet de l'orientation, un acte discriminatoire et/ou une situation financière et familiale qui a entravé la scolarité. Aujourd'hui maîtrisant (mieux) ces différents éléments, ils réussissent là où ils avaient échoué.

5Ainsi, quelques individus, frustrés et déçus de leur position professionnelle, sont parvenus à se mobiliser et à se motiver pour reprendre une formation qui permettrait de réaliser les espoirs contrariés. L'exemple de cet homme l'illustre parfaitement : il entre dans la vie active, après avoir obtenu un bac + 3, espérant dès ce moment-là avoir la possibilité de poursuivre des études dès que sa situation financière le lui permettrait, puisqu'il n'a pu bénéficier d'une bourse de l'enseignement supérieur. Il obtient dès son entrée sur le marché du travail un emploi de technicien qui lui permet d'envisager le financement de ses études. Finalement, c'est dans le cadre de l'entreprise qui l'emploie, par l'intermédiaire d'un congé-formation puis de cours du soir, qu'il entreprend des études pour devenir ingénieur. Aujourd'hui il a réussi son objectif : être ingénieur, de surcroît dans l'entreprise qui a employé son père qui vivait d'ailleurs avec un puissant sentiment d'infériorité ses relations aux ingénieurs, ses supérieurs hiérarchiques. Pour cet interviewé, c'est une manière de prendre une revanche. Le père, pourtant soucieux de l'ascension socioprofessionnelle de ses enfants, y compris de ses filles, ne disposait pas des moyens financiers nécessaires à la réalisation de leurs études supérieures. La place dans la fratrie a dans ce contexte toute son importance puisque le frère aîné a permis, par sa mise au travail précoce en tant qu'ouvrier, de procurer des revenus supplémentaires à la famille, ce qui laissait une plus grande marge de manœuvre au deuxième fils.

Un moyen d'accroître la promotion sociale

6En plus de compenser les frustrations du parcours scolaire, l'obtention de nouveaux diplômes favorise la mobilité professionnelle. Quelles que soient les raisons qui les ont conduites à privilégier une orientation scolaire et leur entrée dans le monde du travail, ces personnes avaient le sentiment que leur statut socioprofessionnel était insatisfaisant et non-représentatif de leurs compétences et de leurs aspirations. Il leur fallait donc en changer. Le plus souvent, ces formations ont été entreprises peu de temps après leur entrée sur le marché du travail. De manière générale, elles ont été envisagées dès le début de la vie active : elles représentaient une issue face à une situation professionnelle jugée d'emblée insatisfaisante. Si l'entrée dans la vie active ne pouvait être différée, ces personnes ont envisagé dès ce moment-là d'améliorer leur situation, quand les conditions le permettraient.

7C'est le cas de cette femme, deuxième enfant après un fils aîné, qui envisageait durant le lycée de poursuivre des études de médecine. Elle avait alors suivi une Première scientifique. Mais le décès de son père l'a contrainte à abandonner sa scolarité. Deux ans plus tard elle décide d'obtenir son baccalauréat, estimant qu'il lui fallait au minimum ce diplôme pour envisager par la suite une carrière professionnelle. Mais elle savait aussi qu'elle n'aurait pas la possibilité de poursuivre sa scolarité dans la filière envisagée du fait des nouvelles contraintes qui s'imposaient à elle, notamment financières. Elle privilégie alors la filière comptabilité (bac G), réputée plus facile à obtenir et qui permet également d'entrer sur le marché de l'emploi avec une spécialisation professionnelle. À partir de là, elle envisage d'améliorer progressivement sa situation et ses qualifications par l'intermédiaire de formations continues, parallèlement à l'emploi d'aide-comptable qu'elle obtient après son bac. À la rentrée suivante, elle s'inscrit dans un bts comptabilité en cours du soir. L'obtention de ce diplôme lui permet d'occuper un emploi de comptable l'année suivante, emploi qu'elle exercera durant un an. En effet, grâce aux relations et au soutien apportés par des enseignants du bts qui lui proposent de postuler au poste de maître-auxiliaire, elle est recrutée dans l'établissement où elle a suivi les cours du bts pour enseigner la gestion. Elle exerce ainsi trois ans, au cours desquels elle prépare un bts informatique en cours du soir également. Cet emploi a l'avantage de lui procurer une plus grande flexibilité pour continuer à se former. Ensuite elle s'associera à une autre personne, enseignante également dans le bts informatique, pour créer une société d'informatique. En désaccord avec les orientations de l'entreprise, elle démissionne de cet emploi et est recrutée à un poste d'ingénieur d'études en informatique, par l'intermédiaire d'un cabinet de recrutement. Son employeur lui propose alors de poursuivre sa formation en préparant une maîtrise d'informatique appliquée à la gestion (miage) qui lui permettra d'acquérir le diplôme équivalent au poste occupé et ainsi de parfaire ses connaissances. Le diplôme acquis, elle aura une nouvelle promotion au sein de l'entreprise. Au moment de l'enquête, elle envisage de passer l'agrégation en informatique et de se réorienter vers l'enseignement. Cette personne n'a donc pas pu réaliser ses aspirations premières, devenir médecin. Mais elle a gardé comme préoccupation d'obtenir une qualification professionnelle lui permettant d'acquérir une autonomie. Puis, progressivement, elle a réussi à améliorer sa position socioprofessionnelle.

  • 3 Les formations offertes par l'employeur représentent la grande majorité des formations suivies : el (...)

8Dans la population nationale, le recours à la formation continue apparaît bien différent3. Dans la population étudiée, près de la moitié des individus ont suivi au moins une formation depuis le début de leur vie active, et ce pour obtenir des diplômes généralement de l'enseignement supérieur. Ces formations sont en effet le plus souvent entreprises par des individus qui disposent déjà d'un minimum de diplômes, notamment le baccalauréat. Parmi l'ensemble des diplômes du supérieur, plus du tiers a été acquis en cours de vie active.

9C'est moins la recherche d'un profit financier qui paraît être l'enjeu de la promotion professionnelle que l'amélioration de leur statut professionnel et de la reconnaissance sociale qui lui est rattaché. Parallèlement, le sentiment de n'avoir pas eu la possibilité d'exprimer toutes leurs compétences lors du parcours scolaire, notamment à cause des difficultés rencontrées au sein de la famille et des pratiques discriminantes, les incite à tenter de décrocher de nouvelles qualifications. L'indépendance financière acquise lors de leur entrée sur le marché du travail et la décohabitation du logement parental sont autant de facteurs déterminants qui leur offrent de nouvelles possibilités. Car si le discours parental tendait à valoriser la mobilité sociale, les pratiques familiales ont pu quant à elles entraver le parcours de leurs enfants, faute de moyens financiers ou suite à des difficultés spécifiques.

10La personne suivante, âgée aujourd'hui d'une quarantaine d'années, se définit comme étant plutôt « bonne élève » en primaire. Elle est pourtant orientée en cap comptabilité. Le diplôme en poche, elle commence à travailler en tant qu'aide-comptable, ce qui est considéré comme une véritable promotion autant par le milieu enseignant que par sa famille. Par la suite, elle réussit à passer le baccalauréat et de multiples diplômes jusqu'à l'obtention de l'expertise-comptable, parallèlement à sa vie active. Au moment de l'enquête, elle dispose de son propre cabinet. Si elle est parvenue à une telle promotion sociale, pourquoi n'a-t-elle pas eu les moyens d'accéder directement à cette qualification professionnelle ? Les raisons sont à rechercher avant tout dans le milieu familial : les parents n'avaient pas les moyens de financer des études aussi longues, d'autant plus qu'elle était l'aînée des enfants. Il était attendu d'elle qu'elle contribue à accroître les revenus familiaux : si les parents n'ont pas interdit la poursuite de sa scolarité, ils leur étaient néanmoins impossibles de la financer. Son orientation scolaire vers une filière technique a donc paru « naturelle » aux différents protagonistes. Elle n'a pas cherché à la remettre en cause, d'ailleurs en aurait-elle eu les moyens ? Rien n'est moins sûr. Néanmoins, les modes éducatifs de la famille, l'ancienne position sociale de la lignée paternelle, la valorisation de ses qualifications par son milieu familial, tout au long de son cheminement professionnel, vont contribuer à forger et à consolider ses aspirations. Une fois son indépendance financière acquise, elle mobilisera ses différentes ressources pour entreprendre son ascension professionnelle.

11La reprise d'études marque la volonté d'acquérir ce dont ils se sont sentis « dépossédés », se considérant (ou ayant été considérés) comme illégitimes à poursuivre des études. Avoir recours à la formation en cours de vie active permet de revenir sur son passé. La confiance accrue en leurs capacités et leur ambition qui s'est consolidée au fil du temps leur procurera les moyens de réaliser, ou de poursuivre, une trajectoire professionnelle ascendante.

Un substitut à un parcours jugé moins risqué

12Interroger le rôle de la formation en cours d'emploi invite à souligner a posteriori la manière dont ont été envisagés les parcours scolaires. Avec le recul, les choix qui ont présidé à ces parcours paraissent être le signe d'une orientation perçue comme plus légitime face à une autre jugée plus risquée. En effet, le parcours scolaire suivi a bien souvent été considéré comme préférable, tant par l'institution scolaire pour qui le diplôme préparé constituait déjà une promotion considérable en référence aux parents, que par la personne concernée.

13Ainsi, ils ont opté pour une filière ou une discipline réputée plus facile à obtenir. En privilégiant une scolarité plus réduite, une filière technique ou une discipline « professionnalisante », ces individus ont manifesté le choix de ne pas risquer un parcours jugé trop difficile. J.P. Laurens (1992) souligne également ce fait dans son ouvrage consacré aux enfants d'ouvriers devenus ingénieurs. Ces derniers choisissent parmi les écoles d'ingénieurs celles réputées les moins difficiles (les « petites » écoles d'ingénieurs, telles que l'insa). C'est également par cette école que sont passés la plupart des ingénieurs du groupe étudié. Ces individus ont donc préféré ne pas prendre de risques et s'assurer l'acquisition d'un diplôme, à défaut d'une qualification plus prestigieuse, mais aussi plus risquée. Ils auraient intégré leur chance objective de réussite, privilégiant la filière qu'ils considéraient plus accessible. Le choix des filières techniques et « professionnalisantes » répond aussi à ce souci : privilégier une filière plus réduite en termes d'années d'études, mais qui fournit une qualification professionnelle plus facilement rentable sur le marché du travail, en comparaison des filières universitaires générales. Le calcul des coûts et profits engagés au sujet des différentes filières est déterminant. Il permet de comprendre les choix qui ont été faits et que l'on peut juger a posteriori timorés au regard des compétences et des qualifications obtenues par la suite.

« J'étais poussé par un ami de mon père à faire Polytechnique, donc j'avais fait ma demande au lycée du Parc et à l'insa c'est tout [après l'obtention d'un bac C avec mention très bien], alors j'avais été au début au lycée du Parc faire math sup., et mi-juillet j'ai reçu mon accession à l'insa... j'ai préféré l'insa, parce que Polytechnique ne m'intéressait pas, je dirais que c'est des écoles élitistes... plutôt à dominante bourgeoise, je suis resté dix jours au lycée du Parc, je me suis retrouvé avec des gamins dont leurs parents étaient un peu je dirais d'un niveau très très élevé, je me suis rendu compte de la gaminerie de ces gens... et l'insa était une école d'ingénieurs beaucoup plus je dirais terrain, ingénieurs de production, bien qu'elle soit beaucoup plus jeune, je me suis dit ", c'est une école qui montera", dans cinquante ans je suis convaincu que l'insa Lyon deviendra l'une des premières écoles d'ingénieurs de France. »

« Ma prof de français m'avait suggéré de faire une Première B [dans le cadre de la première d'adaptation], en fait j'ai pas voulu prendre ce risque car il me manquait en math toutes les bases de la sixième à la troisième, comment voulez-vous que je me retrouve à faire une Première B alors que le niveau des math est très important ? [elle venait d'un lycée technique]. Et j'ai le sentiment que ce qui a justifié cette décision c’était que je ne voulais pas prendre le risque de louper mon baccalauréat... donc une fois que j'avais passé la frontière, je suis passée de l'autre côté [du côté de la filière générale par opposition à la filière technique d’où elle provenait], je pouvais avoir un baccalauréat, je ne voulais pas prendre ce risque de ne pas l'avoir, je m'en foutais si le bac était pas très... pas très valorisé, parce qu'en l'espèce, compte tenu du fait que j'avais un cap de sténodactylo, moi j'acceptais d’aller en Première G, donc vous récupérez un petit peu, si vous voulez, cette expérience que j'avais acquise [...] moi j'étais un petit peu lucide, et j'ai fait une Première G, une Terminale G et j’ai eu mon baccalauréat... et donc là c'est comme ça que j'ai fait une fac de droit [où elle a obtenu un diplôme qui lui permet aujourd'hui d’occuper une profession libérale]. »

14D'autres facteurs sont également intervenus et qui ont contribué à cette prise de décision. D'une part, quelques personnes de leur entourage ont constitué des modèles à partir desquels s'est élaboré un nouveau cadre de références, pouvant modifier la hiérarchie de ce qui est valorisé et valorisant. D'autre part, leurs engagements dans la vie associative ou politique ont également pu remplir ce rôle. Ces engagements ont en effet ouvert de nouveaux horizons, ils ont pu aussi fournir de nouvelles valeurs auxquelles ils se sont référés.

15La reprise des formations en cours de vie active concerne essentiellement les salariés et par conséquent les cadres. En effet, rares ont été ceux qui ont repris des études avant de créer une activité indépendante. Ces cadres ont donc accompli une mobilité intragénérationnelle par le biais des formations, tandis que les entrepreneurs la réalisent par l'accès aux activités indépendantes. Il faut préciser que la mobilité professionnelle est non achevée car cette population est jeune. La grande majorité est encore loin de l'âge de la retraite puisque l'âge moyen des enquêtés est de 35 ans au moment de l'enquête. Une partie d'entre eux sont également en cours de formation.

Notes

1 Seules les formations qui délivrent un diplôme supplémentaire ont été retenues, que ce soit par le biais des congés-formation ou des cours du soir, qu'elles soient prises en charge par l'employeur ou qu'elles soient financées de manière indépendante. En d'autres termes, les formations délivrées par l'entreprise en vue d'une mise à niveau, d'une mise à jour des connaissances, ou encore une formation en vue de diversifier les compétences (sans permettre l'accès à un diplôme supérieur) n'ont pas été retenues. Les formations retenues procurent donc toutes un niveau de responsabilité, de revenu ou de reconnaissance accru au sein de l'entreprise. Elles initient une mobilité professionnelle.

2 Les diplômes s'entendent là encore acquis, ce qui est différent du fait d'être passé par la formation sans avoir obtenu le diplôme correspondant. De plus, la formation se comprend une fois la vie active débutée. Il n'est donc pas tenu compte des qualifications obtenues par des étudiants travailleurs, c'est-à-dire les étudiants qui ont eu, parallèlement à leurs études, un emploi.

3 Les formations offertes par l'employeur représentent la grande majorité des formations suivies : elles bénéficient en premier lieu aux salariés les plus qualifiés et il s'agit le plus souvent de formation courte qui vise à garantir l'efficacité économique et à accroître l'adaptation au poste de travail (cf. insee Première, no 697, 2000). Les individus rencontrés cherchent, quant à eux, à acquérir des diplômes supplémentaires (en s'investissant sur une durée minimum d'un an) avec pour objectif une promotion professionnelle. À ce titre, ces formations ont été le plus souvent auto-décidées et auto-financées.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search