Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Troisième partie. L’école : élément de distinction entre les cadres et les entrepreneurs

Chapitre 1. Des diplômés nombreux dans les filières « professionnalisantes »

Texte intégral

  • 1 Dans l'ensemble de la population française, la proportion de bacheliers parmi les 25-39 ans est de (...)
  • 2 Les diplômes sont entendus acquis. En d'autres termes, on a retenu le diplôme inférieur quand le d (...)

1Parmi les cent individus interrogés lors de l'enquête par questionnaire, près des deux tiers ont obtenu au moins le baccalauréat1, parmi lesquels plus du tiers a un diplôme équivalent à un bac+3 minimum. Les diplômes mentionnés ont été obtenus à la fin du cursus scolaire2 ; dans un prochain chapitre, seront considérés les diplômes acquis suite à la reprise d'études en cours d'emploi.

  • 3 Code inspiré des nomenclatures de l'insee.

Tableau 8. Répartition des enquêtés selon le diplôme obtenu3

Tableau 8. Répartition des enquêtés selon le diplôme obtenu3

2Rappelons que la population comporte 37 entrepreneurs et 63 cadres. La répartition par diplômes est significative des distinctions entre les statuts professionnels. Les cap et bep sont majoritairement détenus par les entrepreneurs, tandis que les diplômes du cycle supérieur sont possédés par les cadres. Il reste tout de même à préciser qu'une petite partie des entrepreneurs ont obtenu le baccalauréat ou des diplômes de l'enseignement supérieur. Ils ont généralement été salariés avant de développer une activité indépendante. Il s'agit des entrepreneurs-cadres qui ont des parcours scolaires et professionnels (tout du moins au début de leur vie active) proches des cadres (cf. § 2, IVe partie). À l'inverse, quelques cadres sont passés par les filières courtes (cap, bep) avant d'obtenir un baccalauréat. Ils ont alors poursuivi leurs études dans l'enseignement supérieur. Diverses difficultés, notamment familiales, ont contribué à cette première orientation qui a finalement été rattrapée au bénéfice du cycle général.

3L'âge moyen à l'arrêt des études est également significatif des écarts entre ces deux sous-populations. Il corrobore les résultats précédents concernant les grandes tendances des parcours scolaires des cadres et des entrepreneurs : pour les premiers, l'âge moyen à l'arrêt des études est 23 ans, tandis que pour les seconds, il est 19 ans.

Une préférence pour les filières « rentables »

4La répartition par diplômes met en évidence la prédominance des diplômes techniques, par opposition aux filières générales. Près d'un quart de l'effectif total a obtenu un cap et/ou bep. Les diplômés d'un baccalauréat technique sont au nombre de 8, contre 7 qui ont obtenu un baccalauréat général. Parmi les filières techniques de l'enseignement secondaire, la mécanique, la comptabilité et le secrétariat sont les filières les plus prisées. Parmi les diplômes correspondant au bac + 2, les deug sont absents au profit des bts et dut. Ce constat est également valable pour les études les plus longues. Parmi les huit diplômés de grande école, tous ont obtenu un diplôme d'ingénieur. Et parmi les diplômes universitaires les plus élevés, les dess et les capes sont les plus nombreux et les doctorats soutenus l'ont été essentiellement en médecine.

5Les filières suivies par les enquêtés soulignent très clairement la préférence pour les filières qualifiées de « professionnalisantes ». Et ce résultat se vérifie quel que soit le niveau d'étude envisagé : il témoigne de la recherche d'une plus grande rentabilité sur le marché de l'emploi. Par exemple, on constate que seules deux personnes ont entrepris des études de langues étrangères à l'université. A contrario, les filières universitaires Droit et Médecine sont fortement représentées. Ces filières paraissent privilégiées car elles renvoient à un avenir professionnel facilement identifiable. De manière générale, la préférence pour les filières « professionnalisantes » est liée à la capacité qu'elles ont de délivrer un savoir-faire « technique » et/ou une qualification qui faciliteront l'accès au monde du travail, et ce dans les meilleurs délais.

6La filière scolaire a donc souvent été choisie en fonction de la possibilité d'entrer rapidement sur le marché du travail. La rentabilité du diplôme doit être forte. L'arbitrage entre plusieurs filières a le plus souvent fait l'objet d'un calcul en faveur de celles qui disposent de ces caractéristiques, au détriment de celles qui renvoient au seul plaisir, au goût personnel...

7Ce choix « sérieux » est aussi dicté par la nécessité d'obtenir un emploi rémunérateur et valorisant vis-à-vis de la famille, ainsi que de la communauté d'origine. De plus, l'obligation de financer leurs études supérieures, pour la majorité des enquêtés, a pesé sur les modalités du choix entre les différentes filières.

8Une de ces personnes, aujourd'hui médecin, reconnaît qu'elle n'avait pas la possibilité après l'obtention du baccalauréat d'opter pour la faculté de médecine – vers laquelle allaient ses préférences, ni pour hypokhâgne – filière que lui conseillaient les enseignants au regard de ses résultats scolaires. Elle s'est donc inscrite dans une filière littéraire. Après l'obtention d'un capes, elle devient professeur dans un établissement secondaire. Après dix années de vie active et un premier changement d'orientation professionnelle, elle décide finalement de débuter des études de médecine. La première inscription a donc été une décision raisonnable qui résultait d'un compromis : disposer de suffisamment de temps libre afin d'avoir un emploi salarié qui finance les études, obtenir une qualification qui permette d'obtenir un statut professionnel, poursuivre des études relativement courtes (bac + 4). Ce choix s'est donc fait au détriment d'autres filières, plus prestigieuses, et qui lui auraient de surcroît apporté une plus grande satisfaction.

9Ainsi, malgré de bons résultats scolaires, le choix des filières s'est souvent trouvé restreint par la nécessité d'opter pour un choix raisonné et raisonnable, en fonction des contraintes financières et/ou familiales. De plus, l'orientation massive vers les filières courtes et techniques met en évidence les orientations « forcées », décidées par les enseignants ; sur lesquelles nous reviendrons au sujet des difficultés rencontrées.

Des stratégies scolaires

  • 4 L'enquête réalisée par S. Mazzella (1996) à Marseille montre qu'aujourd'hui des familles maghrébin (...)

10Les établissements fréquentés durant la scolarité sont publics, sauf pour 9 enquêtés qui ont suivi une partie de leur scolarité dans un établissement privé (généralement à partir du secondaire4). En revanche, ils sont plus nombreux à avoir poursuivi le cycle secondaire en dehors du périmètre scolaire imposé par le rectorat (près d'un quart). L'inscription dans des établissements du centre-ville a par exemple été recherchée lorsque les enfants résidaient dans des communes périphériques (Vaulx-en-Velin, Bron, Vénissieux). D'autres raisons ont également été avancées, comme le fait de bénéficier de l'enseignement de la langue arabe ou de toute autre option spécifique, pour justifier le changement d'établissement. Il faut noter que ces raisons ne sont parfois qu'un prétexte pour intégrer un lycée jugé plus réputé.

11Ce résultat illustre les stratégies scolaires élaborées par les parents, parfois sur le conseil d'un aîné, et/ou des enseignants, afin de procurer de meilleures conditions de scolarisation. L'intervention des enseignants a notamment été déterminante pour quelques très bons élèves. Ces enseignants ont alors conseillé aux parents d'inscrire leurs enfants dans les établissements du centre-ville les plus réputés, ce qui aurait pour effet par la suite de favoriser l'accès aux établissements supérieurs qui sélectionnent leurs candidats à partir du lycée. C'est le cas notamment de l'interviewée précédente, qui est aujourd'hui médecin, et qui a débuté l'apprentissage du latin au collège afin d'intégrer les meilleures classes d'un « bon » lycée du centre-ville, alors que ses parents résidaient en banlieue. Sa sœur, qui avait de moins bons résultats scolaires, a choisi quant à elle l'option « langue russe » pour pouvoir également s'inscrire dans cet établissement.

12D'autres parents ont également cherché à inscrire leur(s) enfant(s) en dehors du périmètre scolaire afin de lui (leur) éviter un redoublement ou une orientation vers une filière jugée discriminante. La démarche revient alors aux parents qui jugent la décision des enseignants injuste, et qui décident d'entreprendre les actions nécessaires. Ces familles témoignent, par cet acte, de la volonté de maîtriser le destin scolaire de leurs enfants. Une telle confrontation à l'institution scolaire, liée au refus de se conformer à sa décision, nécessite des ressources importantes : il faut que les parents aient eu la possibilité de suivre le cursus scolaire de leur(s) enfant(s), qu'ils maîtrisent la langue française pour pouvoir rencontrer les professeurs, formuler leur demande, enfin qu'ils connaissent le système scolaire et la hiérarchie des titres délivrés. Il faut également noter le rôle joué par les aînés qui ont pu seconder les parents et guider les cadets à la lumière de leur parcours. Ainsi, des enfants qui devaient être orientés vers une filière courte, généralement cap ou bep, ont pu voir cette décision remise en cause grâce à l'intervention des parents qui s'y sont opposés. Cette attention vigilante dénote le désir d'offrir à leurs enfants une formation en adéquation avec leur compétence scolaire et qui à terme fournit la possibilité de postuler à un emploi qualifié. Ces parents ont donc eu un rôle déterminant dans la scolarité de leurs enfants. Ils ont été aidés en cela par leur propre expérience scolaire et/ou le soutien de différentes personnes au sein de l'institution scolaire, ou à l'extérieur (cf. § 3, IIe partie). Ces cas sont néanmoins très rares.

Une scolarité différenciée entre les fratries des cadres et des entrepreneurs

13Parmi la population des frères et sœurs (ils représentent 663 personnes), un peu plus de 40 % a au minimum obtenu le baccalauréat. Ce chiffre cache en fait une forte disparité d'une fratrie à l'autre et au sein d'une même fratrie. En effet, l'ensemble des frères et sœurs d'une même famille ne connaît pas nécessairement les mêmes destinées scolaires : une partie de la fratrie peut disposer d'un niveau élevé d'études, tandis que les autres frères et sœurs ont un niveau d'études plus faible. Ce clivage apparaît soit entre les aînés et les cadets, soit entre les garçons et les filles. Une étude plus approfondie sur ce thème permettrait d'en comprendre les raisons. Est-ce lié au contexte familial (notamment les conditions financières) qui ne permet pas à l'ensemble de la fratrie de poursuivre des études ? Est-ce les pratiques familiales qui favoriseraient les uns au détriment des autres ? Ou les facteurs explicatifs sont-ils à rechercher dans l'environnement extérieur ?

14La combinaison de plusieurs faits peut également contribuer à expliquer ces écarts de parcours au sein de la fratrie : la moindre mobilisation des parents qui vieillissent, la détérioration des conditions de vie, suite au chômage ou à la maladie, un contexte local moins favorable dû notamment à la dégradation des quartiers périphériques... En outre, si ces distinctions sont généralement à l'avantage des aînés, dans quelques familles, les cadets ont bénéficié de l'expérience des aînés, qui a ainsi permis de renforcer leur maîtrise du système scolaire. La situation financière et matérielle de la famille a également pu s'améliorer au fil du temps.

  • 5 Z. Zeroulou (1985) qui a retenu deux groupes d'individus (dans le groupe 1, les enquêtés avaient s (...)

15Si on examine de plus près les parcours scolaires au sein des fratries des cadres et des entrepreneurs, on constate un écart entre le type de diplômes obtenus par les frères et sœurs selon que la personne retenue soit cadre ou entrepreneur. Ainsi, les frères et sœurs des cadres sont plus nombreux à avoir des diplômes équivalents ou supérieurs au baccalauréat que ceux des entrepreneurs. Ils sont donc surreprésentés parmi les diplômés du cycle supérieur5. Cette différence est encore plus accentuée à partir du niveau bac + 5 et plus.

16Ces disparités entre les fratries de cadres et d'entrepreneurs ne sont guère surprenantes et renvoient principalement au milieu familial : ce qui a été constaté précédemment pour l'individu enquêté l'est également pour une partie ou la totalité de ses frères et sœurs. Ainsi, les parcours scolaires relativement similaires en termes de niveau d'études (parfois aussi en termes de choix des filières) soulignent le fort investissement scolaire au sein de ces familles qui valorisent l'acquisition de diplômes et la promotion sociale. Les parents, du fait de leurs aspirations et de la mise en œuvre de pratiques spécifiques (aide aux devoirs, encouragements, rencontre des professeurs), prédisposent leurs enfants, ou une partie d'entre eux à avoir une forte réussite scolaire.

Des parcours scolaires subis

17Concernant les modalités d'orientation, elles paraissent correspondre pour la majorité des enquêtés à un choix personnel, qu'il soit motivé par un projet professionnel ou non. Il reste en revanche un quart des enquêtés qui considèrent que l'orientation est le résultat d'une décision prise par les enseignants ; orientation ressentie comme forcée dans la mesure où il ne leur a pas été possible de s'y soustraire. Elle concerne généralement les filières techniques courtes, en particulier l'orientation en cap et bep. L'acquisition d'un tel diplôme pouvait être valorisée par une partie du corps enseignant qui voyait là une promotion sociale en comparaison du statut professionnel du père. De plus, il était le gage d'une entrée rapide dans le monde du travail. Quelques enquêtés considèrent, pour leur part, que les enseignants se débarrassaient ainsi des enfants de travailleurs immigrés qu'ils ne considéraient pas en mesure de suivre le cycle général (cf. § 3, IIIe partie). C'est également l'avis de cette enquêtée qui occupe aujourd'hui une profession libérale. Elle est la seule parmi l'ensemble de ses frères et sœurs à avoir obtenu le baccalauréat et à poursuivre des études supérieures. Le cap « en poche », elle a eu le projet de poursuivre le plus longtemps possible ses études, soutenue en cela par sa mère, par un professeur de français, par l'image repoussoir de la femme au foyer, et celle, au contraire, attractive de ses amies qui poursuivaient des études dans le lycée qui jouxtait l'établissement d'enseignement professionnel où elle se trouvait :

« Nos parents ne pouvaient ni nous conseiller, ni nous aider, ni choisir à notre place [...] quand j'ai eu mon cap , mon fameux cap , pour mon père, vu sa position, c'était quand même une véritable promotion sociale, imaginez que pour toutes les filles d'immigrés dans le meilleur des cas on était caissière si on arrivait à trouver un emploi [...] C'était déjà le signe d'une promotion sociale, alors moi j'étais enfin devenue secrétaire, donc quand j'arrivais dans une entreprise j'allais vers les bureaux et je n'allais pas vers la manutention, je me rappelle ça, parce que j'avais travaillé dans la société, à R. où mon père travaillait, et pour les ouvriers algériens qui connaissaient mon père, quand j'arrivais ils voyaient que moi je montais dans les bureaux, c'était pendant les vacances d'été, mais ils étaient vraiment impressionnés et puis fiers, que moi je puisse aller avec les gens propres. [...] À l'école primaire, j'avais un niveau moyen mais dans l’esprit de la directrice de l'école primaire, elle se disait “cette petite, elle a appris à lire, elle se débrouille pas trop mal, maintenant on va lui donner quelques notions de coutures". »

18Parmi l'ensemble des enquêtés qui disposent au minimum du baccalauréat (ce qui représente les deux tiers de l'effectif total), il faut noter que plus d'un tiers a précédemment obtenu un diplôme de l'enseignement technique (cap et/ou bep). Cette proportion paraît forte et significative d'une orientation subie. Elle accrédite en effet l'hypothèse d'une orientation décidée par les enseignants en direction des établissements d'enseignement technique, avant la réorientation dans la filière générale. On comprend ainsi mieux pourquoi par la suite leurs choix se sont portés sur les baccalauréats de techniciens (bac F et G), quand ils ont intégré le lycée, et les filières de bts/dut. Les compétences acquises durant les années d'apprentissage professionnel facilitaient la poursuite des études dans la discipline étudiée ; que ce soit dans les filières techniques (mécanique, électricité) ou les filières administratives (comptabilité, secrétariat).

19Une grande partie des individus orientés vers ces filières courtes ont eu le sentiment de subir leur scolarité. L'absence des parents du domaine scolaire paraît avoir facilité la prise de décision des enseignants. Ce sentiment d'injustice paraît d'autant plus fort qu'aucune raison scolaire ne paraissait le justifier. Le fait qu'une partie ait poursuivi sa scolarité dans l'enseignement secondaire et supérieur atteste des compétences scolaires nécessaires à la poursuite des études.

20Nombreux sont les enquêtés qui soulignent les raisons familiales pour expliquer les filières scolaires suivies (maladie, problèmes financiers, nécessité d'entrer dans la vie active pour ne plus être une charge, etc.). La question financière paraît avoir eu un rôle déterminant dans les orientations scolaires vers les filières courtes et/ou « professionnalisantes ». En effet, parmi ceux qui ont arrêté leurs études avant le baccalauréat, plus des trois-quarts déclarent l'avoir fait pour des raisons financières. Cette réponse met clairement en avant le fait que les enfants comprenaient qu'ils devaient mettre un terme à leurs études. Ils sont également les deux tiers à avoir répondu qu'ils versaient leurs revenus, ou une partie, à leurs parents durant leurs premières années de vie active. Ainsi le seul revenu du père, souvent très faible (il était le plus souvent manœuvre et ouvrier non qualifié à l'arrivée en France) et la présence de nombreux enfants, nécessitaient des revenus complémentaires. Les enfants aînés contribuaient alors à augmenter les revenus familiaux. Une partie d'entre eux a donc été tout particulièrement concernée par cette situation et contrainte de privilégier une filière courte. La situation familiale a déterminé dans un premier temps les orientations vers des diplômes qui offraient la possibilité d'entrer rapidement sur le marché de l'emploi.

« Mon père aurait voulu que j’arrête à seize ans, donc il a fallu aussi à la fois continuer à faire mes études et parvenir à subvenir aux besoins de la famille
- C'est pour ça que vous avez choisi de passer un bts  ?
- C'est exactement ça [...] quand vous avez huit-neuf bouches à nourrir, plus cinq là-bas en Algérie, ce qui compte c'était de faire rentrer de l'argent [...] le plus dur ça a été d'aller jusqu'au bts , jusqu'au bac on m'a laissé un peu tranquille, mais après pour aller au bts ça n'a pas été simple [...] j'ai une sœur, donc pour elle effectivement c'était un problème, les parents la poussaient plus à aller travailler [plus encore que l’interviewé] et elle était un peu moins forte donc elle a passée un bep [...] et moi je continuais à aller à l'école parce que moi je ne voulais pas arrêter là, et puis elle, commençant à travailler, je me suis dit que ça serait peut-être plus facile [parce qu'elle apporterait un revenu supplémentaire], et c'est celle qui est ici [elle travaille maintenant dans sa société] qui m'a aidé aussi à financer un peu mes études. »

21Le père de cet interlocuteur, aujourd'hui entrepreneur, souhaitait en revanche que son deuxième fils poursuive des études supérieures. Dans son esprit, le premier devait interrompre sa scolarité pour aller travailler, et ainsi subvenir aux besoins financiers de la famille. De cette manière, les études du frère cadet pouvaient être financées.

22Aux raisons financières, on pourrait ajouter le contexte familial pour expliquer l'arrêt prématuré des études, tout particulièrement pour les aînés. En effet, le décès ou la maladie de l'un des parents (notamment du père) ou leur séparation, ou encore un grand nombre d'enfants ont constitué des événements qui ont entravé la poursuite des études, malgré dans certains cas une attitude favorable de la part des parents.

Notes

1 Dans l'ensemble de la population française, la proportion de bacheliers parmi les 25-39 ans est de 19 % pour les enfants d'ouvriers, 35 % pour les enfants d'employés et 39 % pour les enfants d'artisans, commerçants ; ce qui correspond grosso modo aux pcs des pères des individus interrogés. Cf. « Les inégalités devant l'école », insee Première, no 400, 1995. Si on retient uniquement le troisième cycle universitaire, la moyenne nationale est de 7 % pour les étudiants français enfants d'ouvriers, 8 % pour les enfants d'employés et 8,7 % pour les enfants de commerçants. Ces derniers ne sont d'ailleurs que 13 % à avoir entrepris des études supérieures, 12,2 % et 9,2 % respectivement. Cf. Repères et références statistiques sur les enseignements et la formation, Rapport de la dep, 1996, ministère de l'Éducation nationale, p. 169. Ces chiffres sont fournis à titre illustratif : en aucun cas, on ne peut postuler une sur-représentation de la réussite scolaire parmi la population d'origine algérienne puisque la population retenue dans l'enquête Ta été sur la base de sa réussite professionnelle.

2 Les diplômes sont entendus acquis. En d'autres termes, on a retenu le diplôme inférieur quand le diplôme correspondant à la dernière année d'étude n'a pas été obtenu.

3 Code inspiré des nomenclatures de l'insee.

4 L'enquête réalisée par S. Mazzella (1996) à Marseille montre qu'aujourd'hui des familles maghrébines font le choix d'inscrire leurs enfants dans des établissements privés. Certains établissements des quartiers étudiés ont jusqu'à 80 % de leur effectif composé par des enfants d'origine maghrébine. Ceci révèle la force des stratégies scolaires élaborées par ces familles qui choisissent l'école qui paraît offrir les plus grandes chances à leurs enfants. Il faut rappeler que l'enquête s'est déroulée à Marseille durant les années quatre-vingt-dix. Ceci dénote les changements qui se sont produits au cours des vingt dernières années en matière de pratiques scolaires.

5 Z. Zeroulou (1985) qui a retenu deux groupes d'individus (dans le groupe 1, les enquêtés avaient suivi des études supérieures et dans le groupe 2 ils n'en avaient pas suivi), établit un constat similaire. Dans le G1, une partie des frères et sœurs a également fait des études supérieures, alors qu'aucun n'en a fait parmi le G2. La définition de notre population, qui repose sur des critères différents, montre que les écarts ne sont tout de même pas aussi nets. Ceci provient du fait que parmi les entrepreneurs se trouvent des entrepreneurs-cadres, dont tout un ensemble de caractéristiques les rapprochent des cadres.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. Répartition des enquêtés selon le diplôme obtenu3
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search