Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Troisième partie. L’école : élément de distinction entre les cadres et les entrepreneurs

L'école : élément de distinction entre les cadres et les entrepreneurs

Texte intégral

1Les deux populations retenues, celles des cadres et des entrepreneurs (cf. introduction), se distinguent en premier lieu par le parcours scolaire. En effet, les cadres, salariés ou professions libérales, ont le plus souvent obtenu un diplôme de l'enseignement supérieur, tandis que les entrepreneurs, commerçants, artisans ou chefs d'entreprise, ont généralement suivi une filière technique dans un établissement du secondaire. Les parcours scolaires sont donc très fortement différenciés en termes de filières, de durée des études et de type d'établissements fréquentés. La description de ces parcours constitue un préalable indispensable à l'analyse des trajectoires professionnelles.

L'école et les enfants d'origine immigrée

  • 1 Parmi les premiers sociologues à traiter cette question, voir en particulier les travaux de P. Mon (...)

2La question du parcours scolaire des enfants de familles d'origine immigrée a très souvent été abordée depuis les années quatre-vingt. Mais elle a été le plus souvent posée en termes « d'échec ». Z. Zeroulou (1985) a été l'une des premières sociologues à travailler sur les parcours de réussite scolaire et à mettre en évidence le lien entre ces parcours et les mobilisations familiales. Depuis le milieu des années quatre-vingt1, un constat s'est imposé au regard des statistiques nationales : les enfants d'origine maghrébine ont une plus forte réussite scolaire que les enfants d'origine française quand le père est ouvrier. Ainsi est renforcée l'idée que l'école demeure le garant d'une « bonne » intégration car à pcs équivalentes du père, les résultats scolaires sont meilleurs pour les enfants d'origine maghrébine. Or une remarque s'impose au regard des analyses développées dans les parties précédentes : n'est-ce pas les conditions d'immigration qui imposent au père de devenir ouvrier ? Ne pas envisager la dimension diachronique revient à considérer comme identiques des familles dans lesquelles les hommes sont ouvriers depuis plusieurs générations et d'autres pour lesquelles devenir ouvrier correspond à une étape du parcours biographique, imposée par la migration.

3De plus, on ne peut être que surpris de constater la prédominance des travaux sur l'école au détriment de ceux sur l'emploi. Si au cours de la fin des années quatre-vingt-dix des travaux ont émergé sur le thème de l'insertion professionnelle des enfants d'origine immigrée (Silberman, 1997), c'est avant tout pour souligner les difficultés auxquelles ils sont confrontés. De la même manière que la question scolaire avait été abordée de prime abord, les parcours des familles d'origine immigrée et de leurs enfants sont avant tout traités dans la perspective des problèmes sociaux qu'ils rencontrent ou qu'ils sont censés poser. Le nombre croissant de travaux consacrés à la discrimination au cours de ces dernières années illustre, s'il le fallait, notre propos. Il ne s'agit pourtant pas de minimiser les difficultés bien réelles rencontrées par cette population qui est victime de différentes formes de discrimination. Cette mise en garde vise à mettre l'accent sur la diversité des parcours observés afin de contrecarrer une tendance à l'uniformisation, comme s'il n'existait qu'un type de trajectoires sociales. Il reste qu'il demeure extrêmement intéressant d'un point de vue scientifique de s'interroger sur ces discriminations puisque leur reconnaissance récente invite à reconsidérer des notions telles que « intégration, ethnicité, origine... ».

4En effet, dans la perspective de la création d'une autorité indépendante chargée de lutter contre les discriminations, un certain nombre de débats a émergé entre chercheurs et/ou entre politiques. Il s'agit notamment de reconnaître que la lutte contre la discrimination suppose de dépasser le cadre étriqué de l'intégration républicaine et d'admettre que les populations d'origine étrangère n'ont pas à effacer leurs particularités, à tenter de passer inaperçues (francisation du patronyme, changement de prénom, transformations physiques, etc.). Passer d'une réflexion sur les modalités de l'intégration (telle qu'elle fut préconisée au cours des années quatre-vingt) à celle qui vise la lutte contre les discriminations témoigne d'un changement d'attitude radical à l'égard des personnes d'origine immigrée : on admet que la société fait preuve de certaines réticences à leur encontre. Dans cette perspective, ces personnes ne sont pas seules en cause, elles ne peuvent donc plus être sommées de tout mettre en œuvre pour réussir leur intégration ; ce qui interroge d'ailleurs le sens de cette injonction quand on sait que ces personnes sont nées en France, qu'elles ont suivi toute leur scolarité sur le sol français, qu'elles travaillent et qu'elles ont de multiples manières démontrer les liens étroits qu'elles entretiennent avec la société d'installation (changement de nationalité, mariage, enfants, etc.). Cet apparent paradoxe est significatif de toute l'ambiguïté que véhicule le débat politique autour de « l'intégration ».

Notes

1 Parmi les premiers sociologues à traiter cette question, voir en particulier les travaux de P. Mondon (1984) et d'I. Taboada-Leonetti (1985), puis ceux de M. Tribalat (1995), L.A. Vallet (1996) et S. Boulot, D. Boyson-Fradet (1997).

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search