Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Deuxième partie. La famille en France : son installation à travers les mobilités

Chapitre 2. Le monde ouvrier et les mobilités professionnelles possibles

Texte intégral

1Nous allons à présent nous intéresser aux emplois occupés par les pères depuis leur arrivée en France. Les réponses concernant le premier emploi occupé sont quelquefois approximatives. En effet, dans quasiment tous les cas, l'arrivée du père a précédé de quelques années celle de la famille. Aussi l'interviewé n'a parfois qu'une idée imprécise de ce que faisait son père durant les années où la famille était absente.

Une entrée douloureuse dans le monde ouvrier

2En Algérie, peu de pères ont été ouvriers. Il en avait été de même pour les grands-pères : pour la plupart, l'entrée dans le monde ouvrier se fait à l'occasion de la migration et contraste avec le statut qui prévalait auparavant. Si la pénibilité du travail effectué en Algérie était également grande et le mépris des colons virulent, le statut de salarié au bas de l'échelle sociale apparaît en France. C'est donc moins la dureté du travail effectué que la perte du statut d'indépendant qui constitue une rupture forte avec la position professionnelle précédente. Alors que parmi ces pères, un grand nombre a été agriculteur (notamment ceux qui disposaient de grandes propriétés terriennes), commerçant ou employé qualifié de l'administration, ils se retrouvent quasiment tous ouvriers en France ; beaucoup le sont toujours restés.

  • 1 De nombreux films récents rendent hommage à ces pères, à ces parents. Ils contribuent à leur donne (...)

3Cette situation a généralement été vécue douloureusement au sein de la famille, même si un grand nombre de pères sont restés le plus souvent silencieux quant aux conditions de travail qu'ils subissaient1. Et le statut d'ouvrier a été vécu d'autant plus mal que le décalage est grand entre la situation antérieure et la nouvelle situation professionnelle. Pour certains ce décalage s'apparente à un important déclassement social. Face à cette position jugée subalterne, en comparaison du statut occupé en Algérie (cf. § 2 et 3, Ire partie), quelques pères ont cherché à s'extraire de la condition ouvrière. Cela s'est concrétisé le plus souvent par l'ouverture d'un commerce. Dans quelques cas, ce nouvel emploi n'a été que temporaire, quelques pères sont néanmoins demeurés commerçants, d'autres encore ont cherché à accroître leur qualification professionnelle.

« Mon père est resté ouvrier deux ou trois ans mais ce n'était pas son truc, il passait d'un monde à l'autre, plus que d'un espace à l'autre, c'est de se retrouver ouvrier qu'il n'a pas supporté. »

4L'exemple précédent illustre le fait que la distance parcourue entre l'Algérie et la France est parfois moins une question spatiale que sociale. L'écart entre la France et l'Algérie est alors jugé à l'aune de ce qui a été perdu en termes de statut social en émigrant. Cette situation et la douleur qu'elle provoque ont également été ressenties par des mères. Celles issues d'un milieu social élevé en Algérie ont alors très mal supporté la situation qui fut la leur en immigrant.

« Et je crois que c’est surtout elle [la mère] qui a été la plus malheureuse, parce qu'elle était très regardée par rapport... pour sortir, par rapport aux amis ici en France, c'est vrai qu'elle n'en avait pas beaucoup, il y avait ses sœurs c'est tout, mais beaucoup travaillaient à l'hôpital Edouard Herriot comme infirmières, sa sœur aînée était agent de service, une autre infirmière, une autre aide-soignante, par la suite ma grand-mère maternelle s'est installée à Fréjus avec une de mes tantes, donc elles n'avaient pas toujours le temps de se voir et puis bon elle a été... c'était un mariage qui n'a jamais été accepté par la famille maternelle [...] du coup elle était là très isolée. »

5Ainsi, pour ces immigrés, l'accès au monde ouvrier ne va pas toujours dans le sens d'une amélioration du statut social, même s'il est indéniable que, d'un point de vue monétaire, l'immigration a contribué à l'accroissement des revenus et à une stabilité salariale. À terme, ces hommes espéraient que l'immigration contribuerait plus généralement à l'amélioration de leur situation sociale ou du moins à celle de leurs enfants.

La mobilité professionnelle des pères : vers une diversification des emplois occupés

  • 1 Les catégories socioprofessionnelles retenues sont celles de la nomenclature de l'insee (cf. annex (...)

Tableau 6. Répartition des pères par pcs1 lors du premier et du dernier emploi occupé en France

Tableau 6. Répartition des pères par pcs1 lors du premier et du dernier emploi occupé en France

Le tableau se lit de la manière suivante : 32 pères étaient manœuvres lors du premier emploi tandis que 9 l'étaient lors du dernier emploi occupé en France.

6L'insertion et les éventuelles mobilités professionnelles des pères vont être analysées à partir des informations recueillies au sujet du premier et du dernier emploi occupé (soit au moment de l'enquête ou de la retraite). Une attention particulière sera accordée à la qualification (en distinguant au sein du secteur industriel les ouvriers non qualifiés des ouvriers qualifiés), à l'ancienneté dans l'entreprise, ainsi qu'au type d'entreprise (entreprise privée ou fonction publique, grande ou petite entreprise, activité indépendante), afin de décrire précisément la position socioprofessionnelle du père, à partir des catégories de la nomenclature de l'insee.

7Un constat s'impose à la lecture du tableau ci-dessus : l'augmentation sensible des ouvriers qualifiés et des employés principalement, et des commerçants et des contremaîtres dans une moindre mesure ; à l'inverse on remarque une baisse notable du nombre d'ouvriers non qualifiés et des manœuvres. Alors que, selon les 100 individus enquêtés, 73 pères étaient manœuvres ou ouvriers non qualifiés lors du premier emploi (respectivement 32 et 41), ils ne sont plus que 35 pères à avoir l'un de ces statuts professionnels au cours de leur dernier emploi (respectivement 9 et 26). De plus, ce passage s'opère au profit des emplois d'ouvrier qualifié : leur nombre est quasiment multiplié par 5 entre le premier et le dernier emploi (respectivement 5 et 24).

8Ces résultats tendent à souligner d'une part l'amélioration sensible de la qualification à l'intérieur de la catégorie ouvrière et, d'autre part, la diversification des professions. Cette mobilité professionnelle aura de nombreuses implications au sein de l'espace domestique, notamment en termes d'aspirations et de mobilisations parentales en vue de promouvoir l'ascension sociale de leurs enfants. D'ores et déjà, on peut constater que la mobilité professionnelle d'une grande partie des pères se poursuivra, à la génération suivante, par une forte mobilité sociale (cf. § 2, IVe partie). La mobilité intra-générationnelle peut de ce fait être considérée comme l'amorce de la mobilité intergénérationnelle : la mobilité engagée par les pères peut être un gage supplémentaire d'ascension professionnelle pour leurs enfants.

Tableau 7. Table de mobilité professionnelle des pères depuis leur arrivée en France

Tableau 7. Table de mobilité professionnelle des pères depuis leur arrivée en France

Le premier emploi du père figure en ligne, tandis que le dernier figure en colonne. Le tableau se lit de la manière suivante : sur 73 pères qui étaient manœuvres ou ouvriers non qualifiés lors du premier emploi, 29 le sont toujours lors du dernier emploi, etc.

9La table de mobilité permet de rendre compte des déplacements dans la structure professionnelle. La première ligne du tableau est la plus significative. Si 29 pères sur 73 demeurent manœuvres lors du dernier emploi occupé, 18 sont devenus ouvriers qualifiés et 13 employés. 6 autres sont devenus commerçants et 6 occupent un emploi répertorié parmi les professions intermédiaires ou les cadres et professions intellectuelles supérieures ; ce qui correspond aux 3 catégories retenues pour leurs enfants. Parmi ceux qui sont devenus ouvriers qualifiés, la progression au sein du secteur industriel est liée à un accroissement de leur qualification, dont l'ancienneté dans l'entreprise constitue un facteur décisif. Les commerçants et les employés, qui vont faire l'objet d'une analyse plus détaillée, sont donc très majoritairement d'anciens manœuvres ou ouvriers non qualifiés. Ces résultats attestent une relative mobilité ascendante et plus encore la diversification des statuts professionnels.

Le renforcement du statut d'employé

10Un des aspects de la mobilité professionnelle des pères passe par l'accès aux emplois de l'administration, en particulier au poste de « employés civils et agents de service de la fonction publique ». Plus d'une quinzaine de pères sont employés par l'administration au moment de leur dernier emploi : leur nombre a presque triplé. Ils sont généralement employés par les mairies ou la courly (Communauté urbaine de Lyon), ou encore dans les hôpitaux. Cela concerne également quelques pères dont les enfants ont été interrogés uniquement par entretien. Les pères, qui occupent un emploi dans cette catégorie socioprofessionnelle, sont donc sur-représentés parmi la population étudiée.

  • 2 A. Desrosières et M. Gollac (1982) font également ce constat dans un article qui distingue les tro (...)

11L'accès à cette catégorie professionnelle procure un certain nombre d'avantages2. Tout d'abord, ces pères obtiennent un statut de « fonctionnaires assimilés », ce qui leur garantit un revenu et un emploi stables. Deuxièmement, les horaires de travail (généralement du matin très tôt au début d'après-midi) peuvent être préférés à ceux de l'industrie. En effet, si leurs enfants mettent l'accent sur le caractère dévalorisant de cette profession, ils insistent parallèlement sur les « avantages » que procure cet emploi à leur famille, du fait notamment des horaires de travail. Deux avantages sont en particulier soulignés.

Un tremplin pour une nouvelle mobilité professionnelle

12Dans le premiers cas, le père met à profit le temps disponible de l'après-midi pour exercer une seconde activité rémunérée, le plus souvent commerçante. Cette activité consiste généralement à développer dans un premier temps un commerce ambulant. Dans quelques cas, le père a définitivement quitté l'emploi salarié pour ouvrir un commerce. Ainsi le fait d'avoir été employé a permis de tester la faisabilité d'un nouveau projet professionnel (devenir commerçant) et d'accumuler les capitaux nécessaires à sa réalisation ainsi qu'une expérience et des savoir-faire. En menant de front durant plusieurs années ces deux activités, il se donne ainsi toutes les chances de réussir sa conversion professionnelle. L'emploi précédent a alors servi de tremplin pour accéder à une position socioprofessionnelle plus valorisée, au moins au niveau symbolique.

« Je me rappelle aussi qu'il avait travaillé à la ville de Lyon, il était éboueur [...] parce qu'au début il a travaillé en parallèle, il travaillait à la ville de Lyon le matin et puis l'après-midi, au départ il avait un camion, il était marchand forain itinérant jusqu'au jour où il a ouvert le magasin et donc il a arrêté son travail salarié à la ville de Lyon, où il est vrai qu'il avait un statut assimilé fonctionnaire [...] il a donc eu une succession de postes, je dirais d’ouvrier à employé, avant d'ouvrir le magasin. »

Une présence paternelle plus grande dans la famille

13Dans le second cas, le temps libre de l'après-midi est mis à profit pour s'occuper des enfants, de la vie domestique : le père est alors très présent et actif. L'intérêt accordé notamment à l'éducation des enfants et à leur scolarisation témoigne de cette implication.

« Il a fait différents boulots, il a été chauffeur routier, il a fait des tas de trucs, et puis à la fin il a terminé en travaillant à la ville de Lyon, c'était surtout pour une garantie d'emploi, donc il a démarré comme cantonnier et il a terminé comme chef d'équipe, il travaillait le matin, il ne travaillait pas l'après-midi donc il s'occupait de ses enfants, il a été hyper présent ! Il n'y avait pas un seul conseil de classe où on le voyait pas, il venait aussi nous chercher à la sortie de l'école si on était loin, même au lycée on pouvait le trouver dans notre dos d'un coup ! C'est quelqu'un de très très présent. »

  • 3 Voir à ce sujet le travail de F. Weber (1989) qui traite du travail « à-côté dans le monde ouvrier

14Ainsi, si ces pères occupent un emploi qui les rapproche des conditions de travail des ouvriers par un ensemble de caractéristiques (pénibilité, travail salissant, position professionnelle perçue comme subalterne), en revanche, à la différence des ouvriers de l'industrie, ils ont une sécurité de l'emploi plus grande et ils disposent, en tant qu'employés, d'un statut social différent. De plus, les horaires de travail réguliers, qui permettent de « disposer » de l'après-midi, sont également présentés comme un avantage, à la différence du travail posté qui contraint ces hommes à ne pas avoir le même rythme que celui de leur famille3. Ainsi, la profession de cantonnier, qui est perçue de manière négative socialement, va être valorisée par la famille qui en retire un bénéfice.

Des pères (re)devenus commerçants

15Seuls 8 pères sont déclarés commerçants lors du dernier emploi. En revanche, près d'un quart des enquêtés déclarent que leur père a exercé, à un moment ou un autre, plus ou moins temporairement, une activité indépendante en France.

Le passage du statut d'ouvrier à celui de commerçant

16Quelques pères sont devenus commerçants après avoir été ouvriers. L'accès à cette profession peut correspondre à la reconquête d'un statut antérieur à l'émigration. Exercer une activité commerçante leur était donc familier. Néanmoins, si tous ces pères n'avaient pas préalablement été commerçants ou artisans en Algérie, le fait d'avoir été indépendants en Algérie (notamment sur leurs terres) constitue alors une référence forte qui devient un idéal à atteindre, à reconquérir.

17C'est le cas d'un des pères qui possédait une activité de négoce de produits agricoles en Algérie et qui en France a ouvert successivement plusieurs commerces (trois cafés-hôtels puis une épicerie). Il est le fils aîné d'une grande famille de propriétaires terriens en Algérie. Aujourd'hui son fils aîné, à son tour, gère une société de services en informatique après avoir obtenu un diplôme d'ingénieur. On perçoit à quel point les événements familiaux, quand ils sont articulés les uns aux autres, ont contribué au parcours professionnel du fils : un oncle maternel ingénieur, une représentation très positive du père perçu comme lettré et intellectuel, une initiation à l'activité indépendante à travers l'aide qu'il a apportée à son père, en tant qu'aîné, dans le commerce. Enfin le statut d'indépendant qui caractérise la trajectoire socio-professionnelle du père, tant en Algérie qu'en France, a pu l'inciter à créer sa propre entreprise.

18Même les démarches infructueuses dans le commerce représentent une tentative pour s'extraire du milieu ouvrier, certains y sont parvenus durablement, d'autres provisoirement. L'accès à un autre statut professionnel que celui d'ouvrier est d'autant plus recherché que ces pères n'ont pas connu ce statut d'ouvrier dans leur pays d'origine. Quitter le monde ouvrier et accéder à une mobilité professionnelle permet de renouer (ou d'espérer renouer) avec l'ancien statut de la famille et, éventuellement, de modifier le projet migratoire. La représentation que se font les enfants de leur père dans la société d'immigration s'en trouve aussi profondément modifiée.

« Papa c'est... c’est quelqu'un qui était trop... trop intellectuel, je ne peux pas dire que ce n'est pas quelqu'un qui n'avait pas la notion du travail dur mais c'est quelqu'un qui avait besoin d'autre chose, et lui aussi il avait vécu ce conflit [être ouvrier, immigré] qui avait touché sa fierté [...] être commerçant justement c'était une ouverture extraordinaire. »

Le commerce révélateur des mobilisations familiales

19Le fait que le père accède à une activité indépendante est révélateur de trois facteurs qui ont une importance considérable pour l'ensemble de la famille. Premièrement, les capacités d'initiative et de mobilisation dont a su faire preuve le père (savoir-faire, maîtrise de la langue française pour les démarches, recours à des aides diverses, etc.) pour parvenir à la création, même temporaire, de cette activité doivent être soulignées. Cette détermination qui lui a permis de mener à bien un projet professionnel peut avoir une forte incidence sur ses enfants qui aspireront, à leur tour, à une ascension professionnelle significative. Ils pourront éventuellement mobiliser la même énergie, les mêmes réseaux, pour y parvenir : l'expérience du père servant alors de modèle.

20L'exemple d'un fils, devenu avocat, est de ce point de vue significatif : à plusieurs reprises, il insiste sur le fait qu'il n'aurait pas été avocat sans son père, notamment parce qu'une grande partie de sa clientèle a été constituée par les réseaux du père qui a tenu un restaurant dans un haut lieu de la centralité des populations maghrébines. Il est en tout cas indéniable que le parcours social du père est un élément déterminant dans la trajectoire de son fils. Le père a en effet facilité sa scolarité par sa présence constante : il l'a encouragé et aidé à faire ses devoirs en primaire, il l'a inscrit dans un établissement privé afin de lui éviter un redoublement au cours du secondaire, enfin il a financé ses études supérieures. Par la suite, il le fera bénéficier de son réseau social, constitué au fil du temps, dans les multiples domaines où il s'est investi. Le père a lui-même connu de multiples formes de mobilités : l'accession à la propriété dans les années soixante, le passage d'ouvrier à employé d'un centre d'hébergement puis l'ouverture d'un restaurant, enfin la formation d'un réseau relationnel composé d'individus d'origine française, sur lequel il s'est appuyé notamment lors de sa mobilité professionnelle. Ce père a également été soldat de l'armée française pendant la Seconde Guerre mondiale. Il vit depuis cinquante ans en France. De plus, il parle parfaitement le français car, en plus des années passées en France, il a été diplômé du certificat de fin d'études en Algérie.

21Deuxièmement, l'activité commerçante du père souligne l'importance des caractéristiques sociales et professionnelles antérieures à l'émigration. Il est indéniable que la scolarité et la profession exercée avant l'émigration et/ou celle des grands-parents, c'est-à-dire leur statut dans la société algérienne, sont des éléments qui incitent le père à poursuivre une mobilité en terre d'immigration. Et une des manières d'envisager la promotion sociale est d'exercer une activité indépendante.

22Dans l'exemple précédent, où le fils gère une société d'informatique, le père et le grand-père paternel étaient quant à eux propriétaires de leurs terres et commerçants en Algérie. Cela permet de comprendre les motivations, les mobilisations ou les savoir-faire qui animaient le père. Ils ont permis que ce dernier tente l'aventure entrepreneuriale en France, suivi par son fils quelques années plus tard.

23Troisièmement, il est escompté de l'activité commerçante qu'elle procure des revenus supplémentaires, quitte à travailler un plus grand nombre d'heures encore, et une forte reconnaissance aux yeux de la communauté. La nouvelle position professionnelle est également valorisée par la société française, ce dont la famille tirera de nombreux profits.

L'ancienneté dans l'entreprise

24Pour les pères salariés dans le secteur industriel, l'ancienneté dans l'entreprise privée est garante d'une progression en termes de salaire et de qualification. Elle assure aussi une stabilité de revenus à la famille qui peut ainsi plus facilement s'engager dans des dépenses à long terme et procéder à certains choix. Cet argent est par exemple mobilisé pour l'accès à la propriété, pour entreprendre des voyages réguliers en Algérie ou encore pour financer la scolarité des enfants dans l'enseignement supérieur. Cette sécurité financière permet que soient engagés des projets sur le long terme. D'autres sociologues, qui ont travaillé sur les facteurs favorisant la réussite scolaire en milieu populaire, établissent le même constat. B. Lahire (1995, p. 22) l'exprime ainsi :

« Pour qu'une culture écrite familiale ou pour qu'une morale de la persévérance et de l'effort puissent se constituer, se déployer et se transmettre, il faut certainement des conditions économiques d'existence particulières. [...] L’éloignement des formes organisées du travail salarié et l’insécurité économique sont des situations peu favorables au développement d’une attitude rationalisée à l'égard du temps. La stabilité professionnelle du chef de ménage permet, bien sûr, de sortir de la gestion du quotidien "au jour le jour", mais aussi d'apporter les fondements de la régularité domestique d'ensemble [...]. »

  • 4 L'ouvrage de J.P. Laurens (1992) souligne à quel point les familles appartenant à la classe ouvriè (...)

25La stabilité professionnelle des pères (matérialisée par l'ancienneté dans l'entreprise) permet donc de réaliser l'un des objectifs de la famille : la réussite sociale des enfants ; réussite qui passe notamment par le fait de s'extraire de la condition ouvrière. En valorisant l'effort, la régularité, les parents ont fourni à leurs enfants un cadre de référence à partir duquel s'élaborent leurs horizons des possibles. Ces enfants ont vu leur père, parfois leurs deux parents, travailler « dur », de longues années, tout en valorisant « le travail bien fait ». L'ancienneté dans l'entreprise constitue alors l'archétype de l'effort consenti par le père en vue d'atteindre, pour la génération future, un autre statut social. Les « avantages » que procurent le recrutement dans une grande entreprise industrielle (salaire généralement plus élevé que dans les petites entreprises, versement de primes, travail de nuit, etc.) et la probabilité plus forte d'y avoir une promotion, incitent ces hommes à rechercher et à garder ces postes, les « bonnes places4 ». Parallèlement, il est indéniable que ces entreprises ont recherché cette main-d'œuvre, plus docile et moins syndiquée que celle d'origine française.

« Quand ils [les parents] ont payé l'école privée aux quatre enfants, il fallait sortir les sous, ils travaillaient beaucoup, maman aussi, mon père a toujours eu une paie assez confortable mais il travaillait beaucoup, il a été ouvrier chez Renault et en fait il a monté quelques échelons, mais il n'était pas cadre supérieur ni cadre moyen chez Renault ! [il est demeuré ouvrier], mais il a eu une promotion interne [et des avantages liés]. »

« Il a travaillé toute sa vie active dans la même entreprise, sans vraiment avoir eu une promotion [...]. On voit [en tant qu’enfant] que le rythme n'est jamais régulier, qu'il rentre dans la nuit, qu’il se lève tôt, etc., on sait très bien à quoi ça correspond mais il n'en parlait jamais, pour lui l'essentiel c'était d'avoir un travail, que ses enfants soient en bonne santé et qu'ils avancent. [...] Il y avait une stabilité, il avait un salaire qui n’était pas négligeable, vu les conditions de travail quand même, c'est les 3/8, c'est un travail de nuit, et donc des primes, non c'est vrai que sur un plan financier... en plus R. c'est une grosse boutique, il y a des avantages, il a eu un salaire décent j'allais dire et j'ai vécu même entre guillemets "comme un petit bourgeois", je veux dire que je n'ai pas vécu dans le manque, il y avait quand même un certain confort sur le plan matériel [...] après ils ont décidé d'acheter un appartement, quand j'avais 17 ans, c'est vrai qu'il y a eu toujours une certaine aisance sans faire de crédit. »

26Concernant la stabilité professionnelle, il est à noter que le nombre de pères déclarés au chômage durant une longue période (plus de six mois) est faible. Moins d'un quart paraît concerné, sachant que lorsque des pères ont connu des difficultés d'emploi, cela s'est produit généralement à la fin de la vie active. En effet, les restructurations de l'économie durant les années quatre-vingt ont touché une partie de ces pères qui, une fois licenciés, n'avaient que très peu de perspectives d'embauche ; ils étaient alors près de l'âge de la retraite. Plusieurs ont donc passé leurs dernières années de « vie active » au chômage, ou le sont aujourd'hui.

  • 5 Il est en effet important de préciser que les interviewés sont majoritairement des aînés de fratri (...)

27Si le fait d'être au chômage a pu avoir des conséquences néfastes pour ces hommes, la famille en a, quant à elle, peu ressenti les effets puisque les enfants étaient parvenus le plus souvent à l'âge adulte. Dans certains cas, cette situation a pu avoir des effets négatifs pour les derniers enfants de la fratrie (ce qui n'est généralement pas le cas des enquêtés5). La stabilité professionnelle durant la majeure partie de la vie active constitue donc un atout supplémentaire pour que s'engagent, au niveau de la famille, des projets à long terme.

Privilégier la stabilité pour la mobilité à venir des enfants

28Nous avons vu ci-dessus l'importance du type d'entreprise dans laquelle est salarié le père, la grande industrie lui procurant des avantages appréciés. Quelques pères ont donc délibérément choisi une « bonne place », qui permet d'avoir des revenus réguliers, un emploi stable au sein d'une grande entreprise industrielle, plutôt que de développer par exemple leur propre activité commerciale ou de rester dans une petite entreprise. Ils ont préféré ne pas s'engager dans une trajectoire professionnelle risquée et reporter sur leurs enfants leur désir de mobilité sociale. En effet, la stabilité de l'emploi paraît privilégiée pour éviter de mettre en péril la mobilité professionnelle des enfants. De plus, ces revenus réguliers et « sûrs » permettent la réalisation de projets familiaux qui, s'ils n'ont pas d'effets directs sur la trajectoire professionnelle des enfants, contribuent à la différenciation des familles. Indirectement, ils constituent un mode de distinction pour leurs enfants ; comme le fait par exemple d'avoir des parents qui deviennent propriétaires de leur logement.

29De plus, la position professionnelle du père, aussi dévalorisante soit-elle socialement, paraît compensée par les « avantages » qu'il tente de retirer d'une « bonne place ». Et même si ces avantages sont relatifs, ils présentent l'intérêt d'exister et de se combiner avec d'autres éléments de la biographie familiale. Le parcours professionnel d'une partie des pères met ainsi en évidence les caractéristiques des familles qui ont su faire preuve de mobilités et d'initiatives. Dès lors on peut considérer qu'une partie de ces ressources seront transmises et réactivées dans le cadre du projet professionnel de leurs enfants. C'est la raison pour laquelle les trajectoires socioprofessionnelles des individus interviewés sont à analyser en référence aux mobilités réalisées par leurs parents, depuis l'Algérie jusqu'à la France. Ces pères, présentés comme travailleurs immigrés, et implicitement ouvriers, n'ont pourtant pas toujours été ouvriers, ou pas seulement. Et parmi ceux qui le sont restés, certains ont recherché une promotion professionnelle et/ou une stabilité qui garantirait l'ascension sociale de leurs enfants.

30L'un des pères l'explicite fort bien lorsqu'il évoque son premier emploi, « il fallait que je change de boulot parce que le nettoyage ce n'est pas un métier, c'est tout sale ». Il décide alors de quitter l'entreprise dans laquelle il était chef d'équipe pour trouver un autre emploi socialement plus valorisé. Il était encore célibataire et décide d'aller s'installer à Paris où il occupe une multitude d'emplois. Une fois marié et revenu à Lyon, il se rend auprès de son ancien employeur qui l'embauche à nouveau et chez lequel il restera finalement jusqu'à la retraite. Malgré le caractère dégradant de l'activité, la stabilité et le salaire qu'il pouvait escompter dans cette entreprise lui ont semblé préférables à un autre choix professionnel jugé plus incertain, et qui aurait constitué une prise de risque mettant en péril la mobilité sociale de ses enfants. Ce père a donc privilégié ce choix qu'il a vécu par ailleurs comme une frustration, même si rapidement il obtient une promotion. Durant toute sa vie active, il aura le souci de démontrer ses compétences au sein de l'entreprise et de compenser ce manque de perspectives professionnelles par la forte promotion sociale de ses enfants. Aujourd'hui, tous ont poursuivi de brillantes études supérieures et ils occupent des emplois salariés (très) qualifiés (ingénieurs, comptable, médecin, enseignant...).

31Au sujet des risques qu'a refusé de prendre un père, privilégiant un emploi d'ouvrier dans une grande entreprise (qui procure quelques avantages, dont l'accès au logement par le 1 % patronal), l'un des interviewés distingue la trajectoire de son père de celle qu'il est en train d'accomplir, associant la non-mobilité de son père à une nécessité. C'est cette stabilité offerte à la famille qui a permis d'envisager à terme la mobilité sociale des enfants.

« Moi j'ai fait des études, je pense que j’ai réussi dans mes études parce que j'avais une motivation personnelle et qui à la fois m'avait été signifiée, comme quoi l'accès au savoir c'était une des manières de pouvoir évoluer et de bien vivre là où on est, je ne serai pas ouvrier et je ne m'en plains pas, mon père a été ouvrier il ne pouvait pas être autre chose, sauf peut-être commerçant, or chez les gens de sa génération, à quelques exceptions près, l'appréhension du risque les faisait se cantonner à un minimum [...] mon père n'aurait jamais investi dans le commerce parce qu'il y avait le facteur risque, non pas le facteur travail ou le facteur fatigue, parce qu’il y a un facteur risque. »

32Ces pères ont généralement consacré tout leur temps au travail. En plus des heures et du rythme imposés, les pères salariés du secteur industriel ont souvent cherché à accroître leurs revenus par le biais du travail posté et des heures supplémentaires. Cet engagement dans la vie professionnelle a conduit à une relative absence du père au sein du foyer familial, qui était généralement compensée par une présence très forte de la mère. Elle avait pour tâche de gérer le quotidien. Le père apparaît alors sur la scène domestique pour tout ce qui concerne les choix familiaux s'inscrivant dans le long terme. Dans de nombreuses familles, il y a donc une répartition des responsabilités très stricte entre les parents : la mère assure et cadre le quotidien tandis que le père rappelle et veille aux objectifs. Loin d'avoir eu un rôle secondaire, la mère est celle qui, par ses pratiques quotidiennes, relaie les objectifs de la famille, celle qui en assure la réalisation. Cette organisation dénote une ambition familiale dans laquelle chacun des parents joue un rôle décisif. En plus de ce travail domestique, il ne faudrait pas sous-estimer l'activité professionnelle des mères.

Des mères salariées

  • 6 Sauf pour les parents qui se sont séparés, ce qui est le cas pour 15 couples de parents.

33L'accès aux emplois salariés par les mères est révélateur d'une stratégie élaborée au niveau du couple afin d'accroître les revenus familiaux. Cette décision est notamment prise pour faciliter le financement des études supérieures et de nombreuses activités pour les enfants (club de loisirs, vacances, activités sportives, etc.). Il faut noter que l'activité professionnelle de la mère implique le plus souvent l'approbation du père6.

34Près d'un tiers des enquêtés signalent que leur mère a travaillé, au moins temporairement, ou qu'elle travaille à l'heure actuelle. Il est vrai aussi que, dans certains cas, l'activité salariée a été imposée par la situation du père : elle a alors contribué à pallier l'inactivité du père (chômage, préretraite, invalidité), ou son absence (séparation ou décès). Plus généralement, l'engagement professionnel de la mère témoigne d'une recherche d'accroissement des revenus et/ou d'un désir d'émancipation. Concernant ce dernier point, c'est le signe d'une individualisation forte envers la communauté d'origine. Il faut tout de même rappeler que trois des mères sont d'origine française et qu'une dizaine d'entre elles sont venues en France alors qu'elles étaient enfants, avec leurs parents. Ainsi la présence prolongée en France, voire leur scolarité, ont probablement eu un rôle décisif qui a favorisé leur entrée sur le marché du travail.

35Quand ces mères ont eu une activité professionnelle, elles ont toutes été salariées : le plus souvent elles sont (ou ont été) aide-ménagères ou assistantes maternelles (agréées ou non), dix autres occupent (ou ont occupé) un emploi parmi la catégorie « employés » (autres que ceux cités) ou un emploi de la catégorie « professions intermédiaires », telles que sage-femme par exemple. Trois seulement sont (ou ont été) ouvrières dans l'industrie. Certes, peu de femmes ont travaillé en comparaison des hommes, mais leur présence dans le secteur industriel est proportionnellement très faible. Or, il n'est pas identique d'avoir un ou ses deux parents ouvriers (les effets étant d'ailleurs sensiblement différents selon qu'il s'agit du père ou de la mère). Ainsi, les caractéristiques familiales, comme les aspirations, la disponibilité à l'égard des enfants, le montant des revenus, etc., se trouvent être profondément modifiées selon la position professionnelle de chacun des parents. L'effet-parental, qui invite à distinguer les lignées, a une incidence décisive (de Singly, Thélot, 1986).

36Quelques mères se distinguent également par un engagement associatif comparable à une « vie active ». L'absence de revenus n'empêche pas la réalisation d'autres formes de profits. D'une part, cette participation à la vie associative procure une reconnaissance très forte qui rejaillit sur l'ensemble de la famille (que ce soit dans le cadre d'associations de quartier ou d'associations caritatives). D'autre part, le sentiment d'utilité, de « puissance », que les enfants perçoivent au sujet de leur mère, peut les conduire à poursuivre un engagement du même type. Dans tous les cas, les enfants soulignent les nombreuses retombées sur la cellule familiale : autonomie, acceptation et volonté que les filles aient une vie active, engagement social et/ou politique.

« Moi je crois que la vie est meilleure ici pour eux [les parents], si je reprends l'exemple de maman, je crois beaucoup aux femmes ! J'ai un père extraordinaire, un père génial que j'adore qui nous a vraiment ouvert toutes les portes mais le moteur de la famille c'est maman, je pense que l'intelligence et le brio de ma mère n'auraient pas été autant dévoilés et ouverts si elle était restée en Algérie, parce qu'elle a beau appartenir à une famille, à une grosse famille kabyle, riche et tout ce que l'on veut, avec un grand-père charismatique, qui parlait sept langues, les filles c’est les filles ! ! [...] Mais là [en France] elle a un statut, elle est reconnue ici, elle a fait mille choses, elle n'aurait pas circulé dans Alger comme elle circule dans Paris [...] du fait de l'influence de ma mère qui a eu une action participative à plein de choses, la question ne s'est même pas posée [de son propre engagement associatif], c’était naturel d'aller faire des permanences à la conférence Saint-Vincent-de-Paul, c'était naturel d'aller à la Croix-Rouge déposer des tas de trucs, c'était normal. »

37D'autres ont également perçu leur mère comme active du fait de leur fort caractère et de « l'esprit d'entreprise » qui les caractérisait. C'est le cas, par exemple, de ces mères qui ont dirigé leur ménage comme une micro-entreprise, prenant l'ensemble des décisions, gérant le budget familial, dirigeant la destinée des enfants et formulant diverses ambitions comme la construction de la maison en Algérie, l'achat d'un logement en France, etc. À l'encontre des idées reçues, l'importance des lignées maternelles paraît devoir être relevée dans de nombreux entretiens. C'est le cas notamment pour cette femme qui appartient au groupe des entrepreneurs. Elle fait partie des huit femmes à avoir ce statut.

« Dans la continuité de mes parents ? peut-être pas au niveau professionnel, si de ma mère, j'ai peut-être pris de ma mère cette volonté, ma mère est très ambitieuse à ce niveau-là, mon père n’était pas trop entreprenant, il se contentait de son petit boulot, on a certainement pris de ma mère la volonté de vouloir faire quelque chose de plus, qui nous apporte plus au niveau social, au niveau pécuniaire [...] Ma mère n’a pas travaillé mais elle a été très entreprenante, la maison là-bas c'est elle qui l'a construite, la maison ici c'est elle qui s'est lancée dans l'idée de l'acheter, tout ce qu'elle a entrepris, c'est quelqu'un de très très femme d'entreprise dans le sens où elle avait quatorze enfants déjà ! ! Elle gérait le budget et tout ! Elle est très très entreprenante, ça je tiens sûrement ça d'elle, sûrement. Elle n'a pas travaillé mais elle aurait pu, je veux dire qu'elle a toujours eu la volonté de vouloir quand même faire quelque chose, parce que sa vie familiale ne pouvait pas lui permettre et puis parce qu'elle ne savait pas lire, parce qu'elle ne savait pas écrire mais je suis sûre qu'elle aurait su lire et écrire elle aurait fait pas mal de choses. [...] Ma grand-mère [paternelle] était une femme aussi très très active puisqu'elle avait été obligée de se débrouiller pour gagner sa vie [suite au décès du grand-père paternel], elle vendait des petits articles dehors, donc pour l'époque elle était très... je me souviens, la mère de mon père m'avait frappée par sa modernité, à l’époque, elle était très très en avance par rapport aux gens que je voyais. »

38Le caractère entreprenant de la mère, son engagement, son activité professionnelle sont autant d'éléments qui interviennent au cours de la socialisation des enfants et notamment des jeunes filles. Chacun, selon son sexe, s'appropriera en effet cette histoire maternelle différemment (Langevin, 1991). Cette mobilisation de la mère, dans de nombreux secteurs de la vie sociale, peut soit se substituer à celle éventuellement défaillante du père ou, au contraire, se combiner et renforcer la mobilisation paternelle en vue de promouvoir l'ascension sociale des enfants. L'insertion professionnelle des mères a en outre fourni la preuve, au niveau de la cellule familiale, que l'activité professionnelle des femmes était possible, voire souhaitable. Être une « femme active » est alors d'emblée considéré comme légitime pour et par les filles. À l'inverse d'autres familles où les filles ont parfois eu à faire reconnaître et accepter leur activité professionnelle, ces mères font généralement preuve d'une grande ouverture et d'un désir de promotion sociale qu'elles transmettent tout particulièrement à leurs filles.

Notes

1 De nombreux films récents rendent hommage à ces pères, à ces parents. Ils contribuent à leur donner la parole, après des années de silence et d'oubli. Nous pensons notamment au film de Y. Benguigui Mémoires d'immigrés, 1997 et à celui de B. Guerdjou, Vivre au paradis, 1998.

2 A. Desrosières et M. Gollac (1982) font également ce constat dans un article qui distingue les trois formes d'entreprises qui emploient des ouvriers : le secteur public, les petites entreprises et les grandes entreprises. Ils classent ensuite les emplois d'ouvriers selon trois critères : grande industrie ou non, « bon » emploi ou non, les avantages qu'ils procurent (revenus, temps libre, etc.). Ainsi ils comparent les emplois d'ouvriers (qui relèvent de la catégorie « employés ») dans le secteur public avec ceux de la grande et petite industrie (c'est-à-dire le secteur secondaire). Il existerait, selon eux, une opposition tranchée entre le secteur public et le secteur privé et au sein de ce dernier entre les petites et les grandes entreprises : les conditions de travail des ouvriers sont les moins favorables dans les petites entreprises privées (moins de cent salariés), tandis que le secteur public assure les promotions et les conditions de travail les plus avantageuses. Les différences de salaires entre les petites et les grandes entreprises sont également de 22 % en faveur des dernières. La promotion est aussi plus fréquente dans celles-ci : 25 % des ouvriers non qualifiés en 1965 étaient devenus ouvriers qualifiés en 1980.

3 Voir à ce sujet le travail de F. Weber (1989) qui traite du travail « à-côté dans le monde ouvrier.

4 L'ouvrage de J.P. Laurens (1992) souligne à quel point les familles appartenant à la classe ouvrière, loin de constituer un groupe homogène, se distinguent par la place occupée dans le monde professionnel et les « avantages » associés à l'emploi occupé.

5 Il est en effet important de préciser que les interviewés sont majoritairement des aînés de fratrie : plus du quart d'entre eux sont les aînés d'une fratrie composée en moyenne de 8 enfants et près d'un sur deux (44/100) occupe la première ou deuxième place.

6 Sauf pour les parents qui se sont séparés, ce qui est le cas pour 15 couples de parents.

Notes de fin

1 Les catégories socioprofessionnelles retenues sont celles de la nomenclature de l'insee (cf. annexe 1).

Table des illustrations

Titre Tableau 6. Répartition des pères par pcs1 lors du premier et du dernier emploi occupé en France
Légende Le tableau se lit de la manière suivante : 32 pères étaient manœuvres lors du premier emploi tandis que 9 l'étaient lors du dernier emploi occupé en France.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tableau 7. Table de mobilité professionnelle des pères depuis leur arrivée en France
Légende Le premier emploi du père figure en ligne, tandis que le dernier figure en colonne. Le tableau se lit de la manière suivante : sur 73 pères qui étaient manœuvres ou ouvriers non qualifiés lors du premier emploi, 29 le sont toujours lors du dernier emploi, etc.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/4317/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search