Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Deuxième partie. La famille en France : son installation à travers les mobilités

Chapitre 1. Itinéraires résidentiels et espace social

Texte intégral

  • 1 Dans son roman autobiographique, A. Begag (1986) décrit fort bien le parcours résidentiel de sa fa (...)

1À leur arrivée en France, les familles algériennes ont, pour la plupart, occupé des zones résidentielles délabrées et précaires1 (comme les quartiers insalubres du centre-ville, les bidonvilles en périphérie ou les cités de transit). Les hommes avaient auparavant loué une chambre, voire un lit, dans un foyer de travailleurs immigrés, ou encore dans un garni, qu'ils ont quitté afin de pouvoir accueillir leurs familles. Certaines d'entre elles ont néanmoins continué à vivre quelques années dans un garni ou un bidonville, avant de pouvoir accéder à un logement salubre, notamment dans les hlm de banlieues. En effet, l'accès aux logements hlm a eu le plus souvent pour conséquence le déplacement vers la périphérie urbaine. En revanche, ils offraient des conditions de vie plus confortables. Ce n'est que par la suite que cet habitat social a été dévalorisé (Blanc, 1990).

  • 2 Cf. F. Choay (1965), en particulier les chapitres consacrés à Tony Garnier et à Le Corbusier.
  • 3 Cet aspect a été traité dans une contribution à un ouvrage collectif : E. Santelli (2001a).

2Au départ, l'accès aux « grands ensembles » représentait le passage au confort et à la modernité, comme le préconisaient les précurseurs de cet urbanisme2. Un parallèle intéressant peut être établi entre les conditions de logement des familles immigrées dans les logements sociaux et la question du logement ouvrier français dans les cités ouvrières (Flamand, 1989). Dans les deux cas, la préoccupation est de fournir à la classe qualifiée de « laborieuse et dangereuse », les moyens de se loger, tout en maintenant un contrôle institutionnel, au nom de l'intégration à l'espace urbain. Sans entrer dans le détail des parcours résidentiels3, quelques faits méritent néanmoins notre attention car ils permettent d'entrevoir les étapes déterminantes des trajectoires familiales en France.

  • 4 Cf. Les Immigrés en France, coll. Contours et caractères, Paris, insee, 1997, p. 113 (les chiffres (...)

3Les deux tiers des parents ont occupé, à un moment ou un autre de leur parcours résidentiel, un logement social (hlm). Mais ils ne sont plus qu'un tiers au moment de l'enquête à en occuper un (en 1995), ce qui paraît faible au regard des conditions de logement des familles immigrées en général, et algériennes en particulier. L'insee fournit les chiffres suivants4 : 41,2 % des immigrés d'origine algérienne sont locataires d'un logement hlm, contre 14,5 % parmi l'ensemble de la population nationale. Ce taux est le plus élevé des populations immigrées. Proportionnellement, les familles rencontrées seraient peu nombreuses à être restées dans ce type d'habitat. Aujourd'hui, plus de la moitié des parents vit en dehors d'un logement hlm.

Les parents propriétaires de leur logement

  • 5 Cf. Les Immigrés en France..., op. cit., p. 113.
  • 6 Cf. Annuaire statistique de la France 1996, insee (les chiffres ont été obtenus à partir de l'enqu (...)

4Les parents qui ont quitté le parc de logements sociaux sont, soit locataires dans le secteur privé, soit propriétaires de leur logement (c'est le cas de 44 couples de parents, soit un peu moins d'un sur deux). La population étudiée n'est, bien entendu, pas représentative de l'ensemble de la population algérienne immigrée du fait de sa spécificité. Et l'enquête porte sur un groupe trop restreint pour être statistiquement significatif. Néanmoins, il paraît intéressant de procéder à des comparaisons entre la population française et la population algérienne, au niveau national, pour illustrer nos résultats. En 1990, 19,4 % des immigrés d'origine algérienne sont propriétaires de leur logement, contre 54,4 % de l'ensemble de la population nationale5. Au sein des populations immigrées, les familles originaires d'Algérie sont parmi les moins nombreuses à être propriétaires de leur logement. Si on prend en considération l'âge du chef de ménage, parmi les 60-74 ans de la population nationale, 28 % sont propriétaires de leur logement – classe d'âge à laquelle appartiennent les parents des enquêtés6. À âge équivalent, le nombre de propriétaires paraît donc très élevé parmi la population étudiée.

  • 7 Cf. R. Bekkar, N. Boumaza, D. Pinson (1999).

5Ce sont généralement des appartements ou des pavillons qui ont été achetés durant les quinze dernières années. Cette mobilité résidentielle révèle les capacités de mobilité et de mobilisation des familles, qui se constituent au fil du temps (Santelli, 1993). Le plus souvent, les logements acquis se situent à proximité de l'ancien lieu de résidence (entre 500 m et 5 km en général). La mobilité résidentielle a essentiellement lieu dans un périmètre géographique limité pour des raisons liées au coût du foncier et de l'immobilier, mais aussi parce que ces familles peuvent ainsi maintenir leurs relations sociales et se déplacer dans un cadre qui demeure familier. L'acquisition du logement ne représente donc pas un changement radical en termes d'environnement spatial et social. Ainsi, par exemple, une famille qui a résidé de nombreuses années dans un logement social du quartier de Bron Terraillon (commune à la périphérie de Lyon), va privilégier au moment où elle accède à la propriété privée un pavillon localisé à Vaulx-en-Velin (commune limitrophe), dans un quartier qui jouxte le précédent lieu de résidence (cf. annexe 3 carte 2). Il reste à préciser que cet investissement ne se fait pas au détriment d'une accession en Algérie puisque plus des deux tiers des parents sont propriétaires d'au moins un logement dans leur pays d'origine. Cette acquisition est le plus souvent antérieure, mais ce double investissement de part et d'autre de la Méditerranée indique la force des mobilités entre ces deux espaces7.

6En dehors de la situation spécifique que représente l'accession à la propriété, la proximité entre l'ancien et le nouveau lieu de résidence est forte. D'ailleurs, au moment de l'enquête, un tiers des parents réside dans la même commune que celle où ils se sont installés à leur arrivée. Cet ancrage résidentiel paraît préférable à un déménagement qui risquerait de compromettre l'ensemble des points de repères auquel la famille est attachée. C'est pourquoi, si des déplacements sont effectués d'une commune à l'autre, ils ont lieu entre des communes généralement limitrophes, et suivant un processus linéaire qui va du centre-ville à la périphérie du sud-est lyonnais (cf. annexe 3 carte 2).

  • 8 Cf. les travaux de C. Bonvalet, A.M. Fribourg (1990) ; C. Bonvalet, A. Gotman, Y. Grafmeyer (éds) (...)

7Ce constat n'est pas pour autant spécifique aux familles d'origine algérienne. On remarque des faits similaires dans la population d'origine française : plusieurs membres de la famille peuvent privilégier une grande proximité spatiale entre eux afin de se procurer des aides diverses et déterminantes8. En revanche, un aspect demeure différent : les familles algériennes sont plus tributaires des politiques publiques de « maîtrise du peuplement » initiées dans le cadre des contrats de ville. En d'autres termes, si ces familles peuvent bénéficier de multiples manières de la proximité du voisinage, elles ne l'ont pas toujours choisi. Ce point est d'autant plus important à noter que les pratiques discriminatoires qui sont depuis peu régulièrement dénoncées, montrent à quel point les familles étrangères ont moins de probabilités d'obtenir un logement en dehors des périmètres de logements sociaux de banlieue, que les familles d'origine française à revenu équivalent. Le maintien des sociabilités communautaires et/ou amicales, du fait de la localisation résidentielle, est donc renforcé par les politiques publiques qui ont contribué aux « concentrations » des familles étrangères dans les périphéries urbaines. De plus, l'activité industrielle, qui est essentiellement localisée dans le sud-est de la région lyonnaise contribue à expliquer la répartition spatiale de ces familles. Acheter son logement peut alors constituer une stratégie pour s'octroyer une part d'initiative dans le choix de son espace résidentiel.

L'environnement spatial et social de l'habitat

  • 9 Cf. M. Péraldi (1990).

8L'environnement social varie fortement d'un espace résidentiel à l'autre. C'est pourquoi, d'un lieu à l'autre, le voisinage, le contexte scolaire, les relations communautaires, etc., vont prendre des formes différentes. Il en résulte des expériences différenciées, tant au sein de l'espace familial qu'à l'extérieur, qui marqueront l'enfance puis l'entrée dans la vie adulte des personnes interviewées. Si l'accès au logement a largement été conditionné par les politiques de gestion institutionnelle des populations immigrées9, des familles ont néanmoins gardé une marge de manœuvre. C'est pourquoi, malgré l'apparente similitude du parcours migratoire, toutes les familles d'origine immigrée n'ont pas connu le même parcours résidentiel, ni les mêmes expériences au sein des mêmes quartiers ; notamment parce qu'elles n'y ont pas vécu le même nombre d'années et qu'elles n'y ont pas fréquenté le même réseau relationnel. Deux des familles rencontrées ont par exemple vécu dans le même quartier de Vaulx-en-Velin. Pourtant elles ont eu chacune une expérience de l'espace urbain fort distincte et des pratiques socio-familiales différentes. Dans le premier cas, la famille a favorisé le repli sur la communauté d'origine présente dans le quartier, ne développant des relations qu'en son sein, que ce soit en termes d'entraide, d'univers de références ou pour les sociabilités quotidiennes. Dans le second cas, la famille s'est ouverte à la société par le biais des activités péri-scolaires offertes aux enfants, grâce aux amitiés permises avec les copains d'origine française et aux relations entretenues avec les voisins.

  • 10 Garni, foyer, hôtel meublé, appartement dans vieil immeuble délabré du centre-ville, souvent démol (...)

9Si l'habitat occupé au moment de l'arrivée en France se caractérise globalement par son caractère rudimentaire, voire insalubre, sans aucun confort10, quelques logements ont tout de même été connotés positivement par les interviewés. Ils ont alors constitué des références à partir desquelles leurs parents, et par la suite eux-mêmes, ont appréhendé les logements ultérieurs. Des familles ont ainsi valorisé le fait de vivre dans une maison, en centre-ville, de cultiver un jardin, d'avoir de l'espace... Quelques familles ont aussi privilégié la proximité avec des familles françaises, certaines ont refusé un logement situé en banlieue, dans des quartiers dépréciés du fait d'une forte présence de populations d'origine étrangère.

  • 11 Cf. M. Gribaudi (1987) au sujet de l'arrivée au début du siècle des migrants du Piémont à Turin.

10De plus, si le parcours résidentiel « classique » les a conduits des logements les plus insalubres aux logements sociaux de banlieue, un certain nombre de familles a eu directement accès à d'autres types de logements, comme par exemple un logement dans le centre-ville, dans une cité ouvrière, dans un village rural, ou encore un logement loué par un organisme social en dehors de la banlieue. Au-delà de l'amélioration des conditions de vie, c'est tout un environnement social nouveau qui se trouve déterminé par la localisation. L'implantation spatiale à l'arrivée, puis le cheminement résidentiel dans l'espace urbain, contribueront à produire de nouvelles références sociales11.

« J’étais le seul petit enfant brun immigré d'une classe de trente garçons tous français, dans ce village de 3 000 habitants. Nous étions la seule famille immigrée, ce qui n'était pas rien parce que je me sentais différent de tous les autres. Je sentais aussi que mon environnement familial ne fonctionnait pas de la même manière que celui de mes copains [...] [à son arrivée dans le quartier de logements sociaux] mon réseau de copains ce n'était pas les enfants immigrés, c'était des copains français, je retrouvais un peu ce que j'avais connu, j'étais souvent avec eux, et c'était difficile à négocier [vis-à-vis de la famille, des copains d'origine maghrébine] parce que j’étais toujours avec des Français et mes copains, que je vois encore aujourd'hui, ce petit noyau de copains français, Jean-Pierre, Jean-Claude et puis Michel, et moi, qu’on appelait à l'époque Jimmy ! »

11Selon les localisations résidentielles, l'hétérogénéité sociale et culturelle sera plus ou moins forte : les origines nationales, les catégories socioprofessionnelles des habitants d'un même quartier peuvent être disparates. Or, la confrontation à ce voisinage, à travers les univers de référence, les modes de perception, les pratiques qui s'instituent dans ces espaces résidentiels, a des nombreux effets dans les familles, et notamment sur les enfants qui se trouvent ainsi face à des processus de socialisation différents, parfois contradictoires. Sans en déduire quel type d'espace résidentiel est le plus favorable, force est de constater que le lieu dans lequel les personnes ont vécu, à partir duquel se sont constitués des repères et des expériences, nous éclaire pour comprendre la formation des cheminements sociaux. En effet, l'horizon des possibles, les modes de sociabilité, tant au niveau individuel que familial, se trouvent fortement influencés par le cadre de vie quotidien. Plus que le logement lui-même, c'est la localisation et ce qu'elle provoque en termes d'environnement social qui est implicitement en cause. Un grand nombre d'individus a ainsi mis l'accent par exemple sur les sociabilités qui se sont créées dès cette période, initiatrices très souvent de liens durables. L'espace résidentiel constitue un cadre de socialisation en même temps qu'il est le lieu où se confrontent de multiples expériences socialisatrices.

« Mon père a travaillé à R., par le biais du 1 % patronal, mon père a bénéficié d'appartements qui se trouvaient toujours dans des endroits où il n'y avait que des gens de R. [...], ils ont fait des propositions à mon père et effectivement à un moment je crois qu’ils lui ont proposé la Duchère [quartier de logements sociaux à l'intérieur du IXe arrondissement de Lyon] et mon père a refusé [...], quand c'était devenu trop petit, ils nous ont aussi proposé Saint-Fons, Vénissieux, mon père a refusé ! Il a dit : "Moi je veux un endroit où mes enfants ils vont être tranquilles" et on a finalement obtenu un appartement à Lyon. »

« Je suis issue de la banlieue ouest de Paris, et la banlieue ouest c’est une banlieue beaucoup plus bourgeoise, il y a très très peu de familles maghrébines, dans le quartier où on habitait [avec les parents] il n'y avait pas de familles maghrébines dans l'immeuble, à deux ou trois familles près, deux familles très précisément, la mienne et une autre [...] [cela résulte] d'un choix à un moment donné, et c'est un peu lié au hasard, c'est-à-dire que via l'entreprise de mon papa, il avait plusieurs possibilités et mon père étant en France depuis 1946-1947, il avait des préférences bien sûr, et comme il a toujours habité un quartier de Paris très très agréable, il n'a pas eu à se poser la question [concernant le lieu où il souhaitait habiter, il voulait rester dans le même quartier] et puis quand maman est arrivée, ce choix s'est trouvé conforté, et je crois qu'effectivement on a eu beaucoup de chances. »

12Suivant l'espace résidentiel habité, la composition du voisinage est sensiblement différente. Ainsi, l'itinéraire résidentiel ne peut pas être uniquement appréhendé en référence à la mobilité spatiale, il a des incidences déterminantes dans la formation des trajectoires sociales. Les formes de sociabilité qui s'y nouent contribuent notamment à l'élaboration et à la formation des aspirations, des modes de classement, des univers de références... Un exemple peut venir l'illustrer : c'est le cas de cet interviewé qui a habité dans une cité ouvrière où résidaient principalement des ouvriers d'origine française et qui fréquentait, à l'école, les enfants des cadres qui vivaient dans la même commune. Lors de son arrivée en France, cette famille a vécu une dizaine d'années dans cet espace résidentiel.

« Cette voisine, qui était une grande amie à ma mère, a servi de lien pour ma mère entre la société française et sa culture d'origine. Elle [l'amie, épouse d'un ouvrier, tous deux d'origine française] a aussi permis aux enfants d'être tout de suite dans le bain de la cellule française. Elle a eu un rôle d'émancipation pour la famille, même si ce n'était pas toujours bien vu. [...] La fréquentation d'un autre milieu social [dans le cadre de l'école] m'a donné une autre vision, un regard, une plus grande ouverture [...] sans mes copains, j'aurais probablement opté pour une attitude plus réservée, un choix plus timide [concernant l'orientation scolaire] mais comme ils voulaient que je reste avec eux et que j’en avais les moyens scolaires, j'ai fait un bac scientifique [...]. J'ai été marqué, mais pas influencé, par ces relations avec des copains d'un milieu social différent. »

13L'accès à un logement de cité ouvrière d'une petite ville a contribué très rapidement à immerger la famille dans un milieu culturel différent (les familles d'origine française étant de loin les plus nombreuses). Cet environnement a obligé la famille à se confronter à de multiples expériences qui ont finalement contribué à favoriser son installation dans la société française. Deux éléments sont mis en avant : l'école et la voisine française qui tous deux symbolisent la rencontre avec l'Autre culturel et social. La voisine a notamment eu une grande importance dans la vie familiale, du fait de l'amitié qui reliait cette femme à la mère, et de la complicité qui s'est tissée dans de nombreuses pratiques de la vie quotidienne (par le biais de la cuisine, des pratiques éducatives et des incitations pour que la mère passe son permis de conduire). Par ailleurs, l'interviewé précise que sa mère a des « références citadines » et que celles-ci ont dû lui faciliter son installation. La mère a en effet grandi en ville car la grand-mère maternelle a quitté le village familial au moment de la mort du grand-père. Arrivée dans une ville moyenne d'Algérie, cette dernière a alors débuté une carrière dans le commerce de tissu. L'histoire et les tempéraments des femmes de la lignée maternelle paraissent également avoir eut un rôle important. C'est probablement aussi ce qui a permis à la mère d'entretenir des liens étroits avec une amie française. De plus elle parlait le français avant d'émigrer car elle avait été scolarisée en Algérie à l'école primaire.

14L'interviewée suivante précise que ses parents ont vécu « dans des petits ensembles, jamais dans la banlieue » dans lesquels les familles françaises étaient amplement majoritaires. Si cet élément est significatif, il n'est pas pour autant suffisant pour expliquer les relations qu'elle a entretenues avec ses parents, sa volonté d'avoir une vie active, d'obtenir des diplômes, etc. En effet, c'est tout autant l'origine urbaine du père, sa scolarisation, que sa propre expérience dans un milieu familial très féminin qui sont à l'origine de ses attitudes qui ont fortement influencé l'organisation domestique. Mais ces facteurs contribuent probablement à expliquer sa préférence pour un cadre résidentiel où l'hétérogénéité culturelle et sociale prédomine. En effet, tous ces éléments ne sont pas statiques : ils se conjuguent et se renforcent au fil du temps. Ainsi, les caractéristiques de la famille, antérieures à l'émigration, se trouvent confrontées à ce qu'elle rencontre au fur et à mesure de son installation dans la société d'immigration, et qui passe notamment par la dimension résidentielle.

15De nouvelles pratiques sociales ont ainsi émergé dans ces milieux familiaux au fil des mobilités dans l'espace urbain : elles renvoient principalement aux relations de sociabilité avec les voisins d'origine française, aux pratiques socio-éducatives valorisant la réussite scolaire et à l'émancipation des femmes. Cependant, elles n'ont pas concerné l'ensemble de notre population indistinctement. Ces modifications été ont tout particulièrement sensibles au niveau des trajectoires sociales des cadres : on remarque que ces derniers ont, plus souvent que les entrepreneurs, grandi dans un environnement résidentiel hétérogène (où régnait une mixité sociale et/ou culturelle), au sein duquel les réseaux relationnels, les activités pratiquées et l'attention accordée aux parcours sociaux des enfants ont été déterminants. La formule « s'enfermer pour s'en sortir », employée généralement au sujet de la réussite scolaire dans le monde ouvrier, prend ici tout son sens. En effet les parents ont privilégié le repli sur la cellule familiale, mais aussi les relations entretenues avec le voisinage français. Ceci s'est fait le plus souvent au détriment des relations avec les membres de la communauté d'origine.

16Deux attitudes s'opposent en effet à ce sujet : celle qui consiste à privilégier la proximité affective et spatiale avec des familles de la même origine et celle qui cherche à s'en éloigner. Dans le premier cas, les familles continuent à vivre selon des valeurs qui se fondent sur la distinction forte entre les générations et entre les sexes et selon un système de valeurs qui reste emprunté à la société d'origine. Dans le second, les parents sont beaucoup plus tournés vers leurs enfants, privilégiant le dialogue avec chaque membre de la famille – au sein du couple, entre parents et enfants. Le regard, les discours et les pratiques sont alors moins déterminés par l'extérieur, le milieu communautaire. Les enfants peuvent être l'objet de plus grandes attentions, notamment perceptibles au niveau des pratiques scolaires.

17Le développement des sociabilités dans l'univers français et la comparaison qui s'opère inévitablement avec les personnes fréquentées au sein de l'institution scolaire contribuent donc pour une large part à l'affirmation de nouvelles aspirations (cf. § 3, IIe partie). Le rôle de la mixité culturelle et/ou sociale est ici déterminant : il s'exprime en premier lieu dans l'environnement immédiat, et par là dans l'espace résidentiel quotidien. La question de la localisation dans l'espace urbain montre à quel point les itinéraires résidentiels, parce qu'ils sont tout autant un déplacement dans l'espace physique que dans l'espace social, ont de fortes incidences au sein de la structure familiale.

Notes

1 Dans son roman autobiographique, A. Begag (1986) décrit fort bien le parcours résidentiel de sa famille qui, à son arrivée, s'est installée dans un bidonville de la périphérie lyonnaise, avant d'obtenir un logement social. De très nombreuses associations se sont d'ailleurs créées à partir des revendications pour l'amélioration du logement des immigrés. Cette question de l'accès au logement a constitué un enjeu social et politique majeur dans le cadre de la « gestion » des populations immigrées.

2 Cf. F. Choay (1965), en particulier les chapitres consacrés à Tony Garnier et à Le Corbusier.

3 Cet aspect a été traité dans une contribution à un ouvrage collectif : E. Santelli (2001a).

4 Cf. Les Immigrés en France, coll. Contours et caractères, Paris, insee, 1997, p. 113 (les chiffres ont été produits à partir des données du recensement de 1990).

5 Cf. Les Immigrés en France..., op. cit., p. 113.

6 Cf. Annuaire statistique de la France 1996, insee (les chiffres ont été obtenus à partir de l'enquête « Logement » 1992).

7 Cf. R. Bekkar, N. Boumaza, D. Pinson (1999).

8 Cf. les travaux de C. Bonvalet, A.M. Fribourg (1990) ; C. Bonvalet, A. Gotman, Y. Grafmeyer (éds) (1999).

9 Cf. M. Péraldi (1990).

10 Garni, foyer, hôtel meublé, appartement dans vieil immeuble délabré du centre-ville, souvent démoli depuis au cours des politiques de gentrification, bidonville, vieille maison sans confort, quand ce n'est pas un wagon de train ou un bus désaffecté mis à la disposition de la famille par l'employeur du père.

11 Cf. M. Gribaudi (1987) au sujet de l'arrivée au début du siècle des migrants du Piémont à Turin.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search