Version classiqueVersion mobile

La mobilité sociale dans l’immigration

 | 
Emmanuelle Santelli

Première partie. Statuts sociaux et itinéraires familiaux en algérie : des formes différenciées

Chapitre 7. Le cheminement de l'intérieur à l'extérieur : d'une rupture à l'autre

Texte intégral

1La migration internationale était parfois précédée d'une migration nationale en direction des grandes villes qui offrent des possibilités d'emploi plus importantes, diversifiées et rémunératrices. Elle favorise alors l'accès à un nouveau statut social. Les professions exercées par les grands-pères sont révélatrices de ces mobilités en direction des centres urbains ; c'est en particulier le cas des commerçants (cf. § 2, Ire partie). Cependant, dans le contexte de la colonisation, l'émigration en direction du territoire métropolitain n'était pas toujours assimilée à une expatriation. Les émigrés demeuraient sur le territoire français, même s'ils apparaissaient aux yeux des Français, comme des étrangers venus vendre « leur force de travail ». Mais cette situation leur paraissait parfois plus enviable que la situation qui leur était réservée dans le département d'Algérie. Il suffit de se remémorer l'opposition des colons à l'appel des Algériens au moment des guerres, puis de la reconstruction en métropole, pour comprendre que les Algériens demeuraient, à leurs yeux, leur propriété.

2Des pères ont donc entrepris, dans un premier temps, cette migration interne au pays : ils ont alors vécu quelque temps dans une grande ville algérienne avant d'émigrer pour la France. Cette deuxième étape est-elle le signe d'une insatisfaction, ou d'une dégradation des conditions de vie qui a nécessité la poursuite de la migration, en particulier dans le contexte de la guerre ? Était-elle, sinon, considérée comme une étape indispensable ? L'émigration vers la ville algérienne aurait alors servi de tremplin avant une émigration jugée plus risquée mais aussi plus rentable. Cette première mobilité faciliterait celle réalisée en direction de la France : elle donne à voir l'antériorité des relations avec la ville, avec des personnes françaises, l'administration, éventuellement la scolarisation (lorsque ce sont les grands-parents qui ont émigré, ils ont pu scolariser leurs enfants). Ainsi, l'émigration des grands-parents vers la ville, ou celle du père, prédispose à l'acte migratoire qui va conduire le père et sa famille à s'installer durablement en France.

3Quelques pères ont privilégié, durant les premières années passées en France, des mobilités temporaires et régulières entre les deux territoires ; ce qui correspond à ce qu'A. Sayad (1977, p. 61) décrit dans l'un de ses articles fondateurs comme étant le premier âge de l'émigration algérienne. Cette émigration, alors temporaire, permettait aux agriculteurs d'avoir un travail salarié pendant l'hiver, afin de procurer les ressources monétaires devenues indispensables. L'été, pour les travaux des champs, les émigrés rentraient travailler leurs terres.

« Au service du monde paysan, subordonnée à l'activité agricole dont elle était un appoint, l'émigration sélectionnait ses agents selon les principes de l'habitus paysan. [...] Le rythme de ces déplacements obéissait au calendrier des travaux agricoles et aux temps forts de la vie sociale des campagnes plus qu'aux exigences de l'activité des industries employant les émigrés. »

4Le premier âge s'est transformé progressivement sous l'effet du processus de « dépaysannisation ». À partir de là, on assiste progressivement au passage d'une décision collective à un processus individuel au cours du deuxième âge. Les modalités de l'émigration se sont ainsi transformées et diversifiées. En outre, tous les pères ne sont pas issus de familles agricoles, certains ont par exemple des pères commerçants. En tout cas, nombreuses sont les familles qui ne travaillaient plus seulement la terre. S'extraire du travail de la terre ne peut donc être la seule raison pour justifier l'immigration (cf. § 2, Ire partie).

5L'émigration des grands-pères paternels, qui a été effectuée antérieurement et sur une plus courte durée, peut aussi constituer un facteur décisif pour expliquer celle des pères. Ces circulations anciennes entre la France et l'Algérie ont en effet toute leur importance : elles initient et guident ce qui va se produire, à la génération suivante, en France. Le fils s'inscrit généralement dans des réseaux explorés par son père : il émigre par exemple dans la même commune, il occupe un emploi dans la même entreprise ou dans le même secteur industriel. Plus fondamentalement, l'émigration du grand-père témoigne qu'elle est possible et révèle les « profits » que l'on peut en retirer (revenus, individualisation accrue, maîtrise de la langue française, etc.). Le grand-père, en démontrant que l'émigration est réalisable, est le premier à transgresser le tabou que constitue la migration : il facilite par là même celle de son fils.

L'émigration : un moyen d'individualisation

6L'individualisation a pour corollaire la primauté de l'individu sur le groupe : dans cette perspective, on n'émigre plus pour la communauté villageoise mais pour soi. La dissolution des liens familiaux constitutive de la modification du système traditionnel, sous l'effet notamment de la colonisation, et éventuellement accentuée en cas de tensions familiales, favorise l'émergence de cette individualisation. D'autres facteurs plus insidieux ont également pu jouer un rôle, afin de s'extraire d'un milieu jugé contraignant et/ou d'une position subalterne, et ainsi se donner les moyens, à soi et au couple, d'atteindre une autre condition sociale jugée plus valorisante que le travail de la terre. La migration n'est alors plus uniquement entreprise par défaut, au contraire, on escompte en retirer des bénéfices pécuniaires et sociaux. Même si, par la suite, ces individus n'ont pas disposé de tous les moyens pour réaliser leurs aspirations.

« Mon père, c'était pour fuir le milieu familial comme n'importe quel jeune en fait, couper avec ses parents [...] Parce qu'on ne peut pas dire que c'est la misère qui l'a poussé à partir... c'est plus une rupture familiale, il n'avait pas du tout envie de reprendre le domaine de ses parents, il avait envie de vivre sa vie ! Et puis il n'avait pas envie de suivre la trace ou de faire ce que ses parents attendaient de lui : se marier, prendre le domaine... »

Le passage à une émigration familiale

7Progressivement, le premier âge de l'émigration fait donc place à un nouveau mode d'émigration qui entérine le processus d'individualisation vis-à-vis du groupe communautaire. Il va notamment permettre l'émigration des femmes, l'émigration familiale. Si le caractère temporaire est réaffirmé, ce sont néanmoins tous les membres de l'unité domestique qui se retrouvent sur le sol français. Un nouveau temps de la migration se dessine, qui marque très nettement une coupure avec l'ancien mode de vie, même si les immigrés ont eux-mêmes entretenu le mythe du retour.

  • 1 Toutefois, l'écart entre les dates d'arrivée des parents n'est pas toujours le plus pertinent, cel (...)

8Il faut tout d'abord noter un faible écart entre les dates d'arrivée des deux parents1. Il peut constituer un gage d'équilibre dans l'univers familial, qui favorise le parcours des membres de la famille. Le faible écart entre les deux dates d'arrivée souligne également la volonté des parents de (re)constituer le plus rapidement possible la cellule familiale. Concernant l'année d'arrivée du père en France, cet indicateur permet de souligner l'ancienneté de l'installation, années pendant lesquelles le père a pu prendre ses repères avant l'arrivée de sa famille. Un peu plus de la moitié des pères est arrivée avant le déclenchement de la guerre d'Algérie (soit entre 1925 et 1954) (cf. infra tableau 4). Les mères, à cette date, ne représentent qu'un tiers de l'effectif. Leur arrivée se concentre entre les années cinquante et soixante-quatre : elles sont alors plus des trois-quarts à émigrer en France entre ces dates.

9Concernant l'âge des parents, cette information nous fournit une indication sur la génération à laquelle appartiennent les parents et sur l'écart d'âge entre les parents. Il est de 8 ans en moyenne, sachant que l'âge moyen des pères est de 69 ans et celui des mères de 61 ans au moment de l'enquête (en 1995). L'arrivée à un âge précoce est également un élément favorable à une meilleure adaptation des individus en France, et par conséquent de leur famille : les femmes étaient un peu plus jeunes en moyenne à leur arrivée (21 ans contre 26 ans pour les hommes).

  • 2 Notamment M. Khellil (1994, p. 18) qui écrit qu'en 1954, au niveau national, les femmes représenta (...)

10De nombreux sociologues2 ont montré que les femmes sont très peu présentes jusqu'aux années 1970. Or, dans la population étudiée, leur arrivée apparaît plus ancienne puisque plus de la moitié des mères sont arrivées en France entre 1950 et 1959. 1952 constitue l'année moyenne d'arrivée des pères en France ; pour les mères, il s'agit de 1955. L'écart moyen entre l'arrivée des deux parents est donc de trois ans, ce qui est relativement faible. Cette situation ne correspond pas à ce qui est décrit habituellement au sujet de l'immigration algérienne et qui situe l'arrivée massive des femmes et des enfants dans le cadre du regroupement familial des années soixante-dix. Ceci tendrait à démontrer que, parmi la population étudiée, l'ancienneté de ces familles en France est bien réelle et témoigne d'une volonté manifeste de (re)composition rapide de la famille sur le territoire national.

11L'arrivée de la mère peu d'années en moyenne après celle du père, ou de leur mariage, est aussi à attribuer au contexte historique. En effet, la période de guerre, à cause de l'insécurité et des déplacements qu'elle provoquait, a accru ces mobilités en direction de la France (les mères sont 49 à avoir émigré entre 1955 et 1964 contre 34 pères). Au souci de préserver la cellule familiale correspond aussi l'envie de vivre dans la société française pour garantir sa sécurité et améliorer ses conditions de vie. En effet, nombreuses sont les mères qui estiment que la migration était une occasion de fournir, à elles et leurs enfants, des conditions de vie meilleures que celles de l'Algérie. On peut dès lors considérer que la mère, ou le couple, avait le projet d'offrir à ses enfants, à travers l'immigration, une amélioration de leur niveau de vie, c'est-à-dire une promotion sociale. Ces aspirations sont perceptibles dans les pratiques familiales et en particulier au niveau des mobilisations des parents dans le cursus scolaire (cf. IIIe partie).

Tableau 5. Répartition des parents selon l'année d'émigration

Années d'émigration

Pères

Mères

1925-29

3

0

1930-34

2

0

1935-39

2

0

1940-44

2

0

1945-49

19

4

1950-54

25

28

1955-59

20

23

1960-64

14

26

1965-69

3

7

1970-74

1

2

1975-79

0

1

nr

9

4

nc

0

5

total

100

100

Reconsidérer le phénomène migratoire

12À ce titre, une comparaison avec des travaux d'historiens peut s'avérer féconde. L'analyse d'A.M. Granet (1991, p. 28) au sujet des migrations du Queyras au siècle dernier, met en cause la notion d'exode rural. L'auteur souligne que l'émigration doit être considérée comme une trajectoire individuelle de la réussite plutôt que comme un acte social salutaire.

« De façon générale, la mémoire orale insère ces migrations dans le schéma classique, véhiculé également par la tradition écrite, de l'exode rural, avec ses stéréotypes connotés dramatiquement et moralement. En fait, cette urgence au départ ne sert qu'à mieux faire éclater la réussite, valorisante pour l'informateur et sa famille, et partant, pour le Queyras dans son ensemble. [...] Nous avons affaire à une tradition migratoire de la réussite et non de la misère. »

13Un ensemble de points communs peut être mis au jour entre les émigrations queyrassienne et algérienne, qui témoigne de la force des préjugés à l'encontre des migrants dits économiques. Concernant ces deux sociétés, on remarque premièrement un discours sur un prétendu immobilisme de ces populations et sur les faibles différenciations sociales présentes au sein de ces sociétés, alors qu'une étude attentive démontre le contraire. Deuxièmement, la pauvreté du migrant est présentée comme l'acte initiateur de la migration : il n'y aurait de migrant que pauvre. Or, il a besoin de détenir des capitaux monétaires non négligeables pour entreprendre l'émigration. Troisièmement, les discours mettent l'accent sur la force du self made man pour expliquer la mobilité sociale. Le migrant est pourtant très rarement un homme seul : il n'y a d'émigration qu'à partir d'un réseau, de liens familiaux et communautaires.

14De la même manière que nous tentons de le faire, A.M. Granet est conduite à constater que l'acte migratoire implique une ouverture au monde qui s'élabore dans le processus de socialisation et de scolarisation. La présence de capitaux sociaux et symboliques élevés est également la marque des aspirations qui s'élaborent selon la place que les migrants occupent ou celle à laquelle ils aspirent. La migration implique en effet la constitution d'un projet familial centré sur l'amélioration des conditions de vie et l'ascension sociale de ses membres. Cette comparaison entre deux sociétés dans lesquelles l'immigration a été importante, bien que très différentes à de nombreux égards, souligne à quel point l'immigration peut être un révélateur des caractéristiques sociales des familles migrantes qui, loin de se constituer dans la société d'immigration, portent en elles cette richesse et de multiples facettes.

La migration révélatrice des ressources mobilisables

15Les pères n'ayant pu réaliser leurs aspirations, on peut émettre l'hypothèse qu'ils ont transmis à leurs enfants ce projet de mobilité sociale et les moyens pour y parvenir, ou du moins qu'ils ont recherché les conditions qui favoriseront cette ascension sociale. Si on a pris pour habitude d'associer à tout fait social une explication en termes de statut socio-professionnel (la variable pcs ou ses équivalents apparaissant le plus souvent comme l'une des premières variables explicatives), il faut néanmoins prendre quelques précautions. Dans le cas de figure qui nous préoccupe, la position professionnelle du père, fortement perturbée par l'immigration, se doit d'être relativisée. Cette dernière ne peut à elle seule suffire : la profession des pères paraît en effet avoir une moindre valeur explicative que leurs univers de références, leurs modes de perception et de représentation du monde social, leurs aspirations, ou encore les ressources matérielles et symboliques propres à la société d'origine.

16Pour comprendre dans toute leur ampleur ces trajectoires sociales, il faudrait pouvoir associer aux déterminants sociaux (notamment la pcs) des éléments plus singuliers qui relèvent des parcours biographiques ; ce qui, bien entendu, est beaucoup plus difficile à réaliser. Cela nécessiterait de replacer les faits étudiés dans leur dimension temporelle, et de les interroger dans une perspective intergénérationnelle et transversale, afin d'envisager les multiples liens entre les domaines d'action (ce qui aurait pour incidence de s'extraire définitivement d'une conception binaire et causaliste). Dès lors, serait reconnue la pluralité des processus de socialisation qui, si elle est probablement admise, n'est pas systématiquement interrogée. Sa prise en compte comporte pourtant une valeur heuristique certaine, notamment parce qu'elle introduit une dimension méthodologique perçue par A. Strauss (1992a, p. 21), qui postule :

« [...] l'idée d'individus actifs répondant créativement aux événements qu'ils rencontrent et le fait que ces réponses, ces actions individuelles et/ou collectives ne peuvent s'analyser que comme enchâssées dans des ensembles de conditions eux-mêmes antérieurs affectant la situation présente et qui sont affectés par ces actions, les conséquences présentes de l'action devenant à leur tour des conditions pour les actions à venir. »

17Dès lors, on peut comprendre que si tous les ascendants ne disposaient pas, bien évidemment, d'une position privilégiée dans la société d'origine, ils n'en disposaient pas moins de quelques aspirations ou ressources, qui leur donnaient les moyens d'agir sur leurs trajectoires ou celles de leur descendance. Un grand nombre d'entre eux étaient « paysans, enfants de paysans », illettrés, ne s'exprimant pas en français, ce qui a provoqué un grand nombre de difficultés à leur arrivée en France. Néanmoins, la possession de ressources propres à favoriser la mobilité sociale et leur éventuelle disparité entre les lignées maternelles et paternelles (telles que nous les avons analysées dans cette première partie), et les histoires individuelles qui se déroulent dans de multiples espaces sociaux au fil du temps (que nous allons à présent étudier), permettent de mieux saisir la complexité des processus de socialisation à partir desquels chacun se meut dans l'espace social.

18Dans la majorité des cas, les parents détenaient quelques points communs : la volonté d'émigrer, une conscience suffisamment élevée d'eux-mêmes qui les portait à formuler des aspirations nouvelles, la possession de capitaux financiers (ne serait-ce que pour entreprendre le voyage et l'installation en France), des dispositions sociales et symboliques qui rendent possible ce déplacement spatial mais aussi social. C.R. Ageron (1980, p. 62) écrit au sujet du lien entre immigration et mobilité sociale :

« Je sais bien qu'il est difficile de dire aujourd'hui que l'émigration n'a pas seulement permis à de nombreuses familles algériennes de survivre mais qu'elle a favorisé une certaine promotion sociale. [...] beaucoup de prolétaires algériens y ont vu au contraire, de 1910 à 1954, un "paradis" relatif dans la nuit coloniale. [...] la France [...] représentait le "pays des hauts salaires, de la liberté et des aventures", le seul endroit où l'on pouvait arriver à faire des économies, à amasser, voire à faire fructifier un petit pécule à condition sans doute de continuer à mener le genre de vie frugal du paysan algérien. »

19Ainsi, l'émigration est-elle est la conséquence d'une dynamique de promotion sociale ? Ou alors, l'émigration a-t-elle eu pour effet une promotion sociale ? En d'autres termes, c'est la question : l'émigration, effet ou cause de la promotion sociale ? Les enjeux de la réponse sont importants. Dans le premier cas de figure, l'émigration est perçue comme un instrument d'ascension sociale dans le cadre d'un projet familial ; ce qui dénote tout un ensemble de comportements et d'aspirations bien différent de celui que laisse entendre l'émigration comme « porte de secours » qui, éventuellement, conduit à la mobilité sociale.

20Or, si la forme et le contenu des capitaux nécessaires à la mobilité sociale sont fort distincts d'un individu et d'une famille à l'autre, il n'en demeure pas moins qu'il est possible d'étudier ce qui se transmet d'une génération à l'autre, y compris à travers ce qu'on peut qualifier d'héritage des pauvres (Mauger, 1989). L'histoire familiale qui se déroule en France constitue un analyseur des mobilisations et des transmissions à partir desquelles s'élaborent les trajectoires sociales. Il a fallu pour cela entreprendre ce détour par l'Algérie, afin de donner un plus grand sens à la suite de cet ouvrage. Il permet de prendre plus amplement la mesure des contextes familiaux différenciés qui, de la sorte, dévoilent la multiplicité et la richesse des parcours observés auprès de ces familles. Les parcours individuels resitués dans le temps long des cheminements familiaux contribuent à donner une nouvelle image de ces immigrés et de leurs enfants qui ne peuvent dès lors plus être considérés comme dépourvus de tout projet, de tout capital, ballottés par les flots de l'histoire.

Notes

1 Toutefois, l'écart entre les dates d'arrivée des parents n'est pas toujours le plus pertinent, celle du mariage Test parfois davantage. Le père a en effet pu émigrer de nombreuses années avant la femme, en tant que célibataire, la femme le rejoignant finalement peu de temps après la date du mariage.

2 Notamment M. Khellil (1994, p. 18) qui écrit qu'en 1954, au niveau national, les femmes représentaient en France 1,6 % de l'ensemble des Algériens.

© Presses universitaires du Midi, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search