Version classiqueVersion mobile

Sempre los camps auràn segadas resurgantas

 | 
Jean-Claude Bouvier
, 
Jacques Gourc
, 
François Pic

Histoire et géographie

Les derniers juifs du pays toulousain victimes des émeutes populaires

Georges Passerat

Texte intégral

  • 1 Philippe Wolff, "Quelques documents concernant les Juifs de Toulouse", in Les Juifs au regard de l’ (...)

1Le dernier document sur la vie des Juifs de Toulouse nous informe sur le statut véritable de la communauté en 1394. Le professeur Philippe Wolff a publié dans les Mélanges Blumenkranz la réglementation des marchés et de la boucherie. Des mesures strictes d’hygiène alimentaire et de ségrégation sont prises pour éviter une consommation de viandes cashérisées par les chrétiens (carnes judaysatas et per judeos more judayco et juxta eorum judayismum palpatas, mattatas et preparatas). Nous savons qu’un premier acte du 2 avril 1264 sera repris le 13 février 1394 avec la même pointe : l’interdiction de vendre aux Juifs des viandes non tuées par eux et selon leurs usages rituels et l’interdiction pour les chrétiens de consommer des viandes provenant de l’abattage rituel, "pour éviter les fraudes et ruses que les perfides juifs avaient accoutumé de commettre et pourraient commettre"1.

2 Au moment où dans tout l’ancien comté de Toulouse on octroye des chartes de coutumes avantageuses et fort libérales, il est intéressant de noter que dans le moindre petit village du Quercy ou de la Gascogne toulousaine les Juifs méritent une mention particulière à propos du commerce et de la vente des viandes courantes.

  • 2 Layettes du Trésor des chartes, IV, éd. Berger, Paris, 1902, n° 5487, pp. 321-326. Un manifestant s (...)

3D’ailleurs, on rencontre dans les documents de l’administration royale, installée sous Alphonse de Poitiers, des traces de la condition malheureuse des Juifs. Ils sont l’objet de vexations continuelles et il est devenu proverbial de dire "on nous traite comme si nous étions des juifs". Cette expression est proférée textuellement, avec des grossièretés en occitan, par un marchand toulousain, Garnier, lors d’une émeute survenue à Toulouse en mars 1269 : "On nous fait payer pour nos biens à Verdun, à Castelsarrasin, à Grisolles, à Saint-Jory, à Castelnau d’Estretefonts et à Mongiscard comme si nous étions des juifs !". On trouvait normal qu’un juif soit taxé lourdement2.

  • 3 Lagrèze-Fossat, Etudes historiques sur Moissac, Paris, 1870,1, p. 107.
  • 4 Devals, "Albias et son territoire", Montauban, 1869 (tiré-à-part du Bulletin archéologique de Tarn- (...)
  • 5 Philippe Wolff, "Un leudaire de Toulouse", Annales du Midi, t. 68, (1956), pp. 285-302 (article 191 (...)

4La plus ancienne mention d’une taxation sur le commerce des viandes en pays toulousain se trouve dans les tarifs de la ville de Moissac, vers 1125-1130. L’article 23 des leudes (règlement des marché) prescrit une taxe spéciale pour les Juifs et les Sarrasins, au lieu d’un denier par bœuf les juifs en paieront quatre et les sarrasins douze3. Mais les mentions sont très nombreuses dans les chartes de coutumes lors de la fondation des bastides. Voici par exemple ce que disent les articles extraits de la fondation de la bastide royale d’Albias, en 1287 : "voulons que aucun juif ne puisse demeurer en ladite ville" (article 77), "item quand un juif passera, qu’il paye douze deniers" (article 74)4. Les leudes de Toulouse mentionnent aussi un droit de passage : "Item un josieu o una josieuva a pè, VI d.to.. Et si a caval, dos sols tol." (un juif ou une juive à pied, 6 deniers de Toulouse. S’ils sont à cheval, deux sols de Toulouse). La mention des concitoyens juifs figure dans une liste de marchandises et de denrées au milieu des chargements et des ballots de toiles, de cuirs, de peaux, de métaux et d’objets métalliques !5

  • 6 Saverdun, E 92. Archives départementales de l’Ariège.

5Le comble du mépris et de l’indifférence nous semblent atteints dans le leudaire de Saverdun de 1327 : on autorise un séjour de quinze jours dans la cité et la juive enceinte paiera trois deniers. Mais ces indications sont insérés dans une liste de taxation des animaux domestiques : chevaux, mules, bœufs et vaches. C’est dire tout l’intérêt porté aux Juifs en ce début du XIVe siècle !6

Les juifs exclus des villes

  • 7 Gustave Saige, Les Juifs du Languedoc antérieurement au XIVe siècle, Paris, 1881. Les travaux d’Yve (...)

6Toutes ces notations minuscules relevées dans la documentation administrative à notre disposition traduisent un état d’esprit et une mentalité populaire qui permettent d’expliquer la disparition progressive des Juifs entre 1306 et 1394 en pays toulousain. Tous les historiens du judaisme à Toulouse ont souligné l’abondance de la documentation à partir de l’expulsion de 1306. Ils ont publié, à la suite de Gustave Saige, les documents sur les saisies d’immeubles et les confiscations de trésors cachés par les commissaires royaux, relayés sur place par le changeur toulousain Raymond Ysalguier7.

7Plutôt que de reprendre la liste des mesures antijuives publiées à Toulouse avec un certain retard par rapport à Paris, je préfère présenter ici une série de mouvements populaires qui montrent la fragilité du soutien apporté à la population juive durant le XIVe siècle.

  • 8 Voir le dossier précis de Gavin I. Langmuir, "L’absence d’accusation de meurtre rituel à l’ouest du (...)

8Le paroxysme de la haine antijuive sera atteint avec la croisade des Pastoureaux de 1320 qui trouvera son dénouement tragique dans la vallée de la Garonne. Le mouvement est parti du nord de la France où sont nées les accusations habituelles de meurtres rituels et de profanations d’hosties. Or nous ne trouvons pas de cas semblables dans le Languedoc et le Toulousain8.

9Pour mémoire on peut évoquer simplement une légende concernant le "Puits des baptisés" à Moissac. Le chroniqueur du XVe siècle Aimeric de Peyrac (abbé de Moissac de 1377 à 1406) rapporte dans son histoire de la célèbre abbaye bénédictine une curieuse affaire de profanation d’hostie :

  • 9 Aymeric de Peyrac, BN, Lat. 4991 A, f° 158 v. Le texte latin est cité en note dans l’ouvrage de Rup (...)

Tous les Juifs – et il y en avait beaucoup dans cette ville – furent brûlés, sauf ceux qui reçurent la grâce du baptême. Les corps des brûlés furent jetés dans un puits. Il fut décrété alors que les Juifs n’avaient plus le droit d’habiter dans cette ville. Et ce puits fut appelé "Puits des Baptisés.9

  • 10 Fournier-Guébin, Enquêtes administratives d’Alphonse de Poitiers, Paris, 1959, n° 137-138, pp. 364- (...)

10Cet épisode qui suit le schéma classique des récits exemplaires de profanations d’hostie ne peut qu’être situé dans la période des expulsions de la fin du XIIIe siècle. Le chroniqueur insère dans son texte l’ordonnance d’Alphonse de Poitiers et de Louis IX, publiée le 1er juillet 1271. Les deux frères reprennent, au sujet de Moissac, des mesures édictées auparavant et qui concernent l’obligation du port d’un signe distinctif pour les Juifs du Quercy10.

  • 11 Archives communales de Verdun (Tarn-et-Garonne), conservées à l’Hôtel de Ville, série DD3, f° 7 : c (...)

11Transportons-nous maintenant sur les bords de la Garonne, dans le port de Verdun-sur-Garonne, au nord de Toulouse en direction de l’Agenais, où vivait une communauté de juifs paysans bien intégrés, puisque vers 1250 deux frères, Salamias et Isaac, avaient obtenu la responsabilité de fermiers du poids public11.

  • 12 Saige, op. cit., pièce n° 32, p. 259.

12Nous connaissons bien l’activité intense des commissaires chargés de liquider les biens des Juifs, à partir de novembre 1306, avec le rôle important de Guillaume de Nogaret et de Jean de Saint-Juste. Ce sont eux qui saisissent dans le castrum de Verdun la maison du juif Salomon, le 24 novembre 130712. Les archives communales de Verdun permettent de montrer dans quelles conditions se faisaient les expoliations, avec le regard des habitants du lieu et les sentiments des voisins de ces Juifs maltraités.

  • 13 Archives de Verdun, série FF1 : "Enquête faite par Arnaud Magistri, délégué par le Sénéchal, sur ce (...)

13Une longue enquête sur les activités contestées du châtelain de Verdun, où se trouvait une forteresse royale, nous dévoile la sympathie de ce personnage pour ses concitoyens juifs. Deux anecdotes, rapportées par plusieurs témoins, nous font revivre le climat tendu des expropriations13. En premier lieu, le châtelain refuse de prêter main forte aux agents royaux et à Jean de Saint-Quintin, sergent royal, voici l’exposé des faits par le juge, Arnaud Mèstre :

"Lorsque Jean de Saint-Quintin, sergent du Roi à Toulouse, est venu pour l’affaire de Messieurs les Trésoriers dans la ville de Verdun, pour saisir les biens des juifs de ladite cité, il aurait frappé Peirone Maurin. On attribue cet acte de violence à l’entourage du châtelain, à tort. Le châtelain dit qu’il ne pouvait pas réparer le tort causépar le sergent et que Peirone n’avait qu’à aller à Toulouse déposer sa plainte contre le sergent si elle lesouhaite" (f° 1)

Un témoin, le notaire Pierre Gouttelongue, prend la défense du châtelain :

"Peirone Maurinfut enlevée par le châtelain des mains de Jean de Saint-Quintin, sergent de la cour du viguier de Toulouse, qui était venu à Verdun poursuivre les juifs. Jean de Saint-Quentin frappa ladite Peirone et demanda au châtelain d’agir selon le droit envers elle. J’ai vu et entendu le chapelain lui répondre : "Je ne peux pas appliquer le droit pour vous, je ne suis pas votre sergent ni sous votre autorité et je fais appel pour cette affaire auprès du viguier ou du trésorier à Toulouse" (f° 13)

14Nous ne savons pas si Peirone Maurin était juive, on peut le penser. Un deuxième épisode qui oppose le châtelain à Pierre de Leberon, montre à l’évidence le soutien qu’il apporte à un juif du lieu. Voici l’exposé des faits dans l’acte d’accusation :

  • 14 Texte original : "Item mtendit probare quod ipse castellanus cepit seu arrestavit in castra Verduni (...)

"Il a capturé et mis aux arrêts dans le château de Verdun Pierre de Leberon, pour l’affaire d’un juif à qui il avait promis, en présence du châtelain, de rendre aussitôt la clé d’une maison que ce juif avait vendue audit Pierre Leberon" (f° 1)14

15On peut penser que, devant la menace de saisie de la maison, ce juif anonyme a dû compter sur l’honnêteté de son voisin pour lui restituer son bien ! On dit dans les dépositions que le juif en question, "demeurait à ce moment-là à Verdun", pour bien indiquer qu’il n’est plus là. Gausbert de Straels se compromettra au point d’enfermer Pierre de Leberon, qui sera malmené par le sergent du château et même menacé de mort dans la rue. Sorti des geôles royales, Pierre de Leberon provoquera une émeute dans les rues de la ville (avec une centaine de personnes), soulevant la population contre le châtelain.

16Cet homme, représentant du Roi, au caractère emporté, qui tient les clés de la prison royale, devait être impopulaire comme le montrent les autres affaires pour lesquelles il est poursuivi. Mais son impopularité vient peut-être aussi de son rôle de protecteur des Juifs face aux vautours prêts à tout saisir. Au moment où se produira, quinze ans plus tard, le massacre des Juifs de la vallée de la Garonne dans cette même forteresse, il est tout de même troublant de noter que les documents précisent tous que le châtelain du lieu leur avait offert cet asile pour échapper à la fureur des Pastoureaux.

17En revenant brièvement sur ce dossier, et en retrouvant la communauté juive de Toulouse, nous sommes plongés au cœur de l’émeute, "la muete" dont parlent les chroniques royales en parler d’oil.

"Aux juifs, aux juifs"

  • 15 Pour tout ce dossier on peut se reporter à notre étude : "Le massacre des Juifs de Verdun-sur-Garon (...)

18Quand on relit attentivement les récits des chroniqueurs latins et des chroniqueurs juifs, ainsi que la longue déposition de Baruch devant l’inquisiteur Jacques Fournier, on retrouve, évoquée comme un leitmotiv, la complicité des populations locales dans le sort malheureux réservé aux Juifs15.

19La scène la plus explicite est celle, décrite avec précision par Baruch, de l’arrivée au Château-Narbonnais, le dimanche 15 juin 1320, des vingt-quatre charrettes chargées de pastoureaux, arrêtés par le sous-viguier Alodet après le massacre des juifs de Castelsarrasin (152 victimes) :

  • 16 La version latine, publiée en latin en 1965, par Jean Duvernoy a fait l’objet d’un traduction en 19 (...)

"Vingt charrettes avaient déjà été introduites dans le château, le peuple de Toulouse s’était réuni en grande foule à cet endroit. Les pastoureaux qui étaient dans les dernières charrettes se mirent à appeler à l’aide, de ce qu’on les emmenait ainsi prisonniers, parce qu’ils voulaient venger la mort du Christ, et qu’il leur fallait aller en prison. Certains, de la foule toulousaine, alors, brisèrent les cordes qui les liaient dans les charrettes. Ainsi détachés, ils sautèrent de leurs charrettes et se mirent à crier avec la foule : "À mort, à mort, qu’on tue tous les juifs !" (traduction Jean Duvernoy)16

20Cette journée sombre se soldera par le massacre général des Juifs de Toulouse (115 victimes), à l’exception "d’un seul" disent les chroniqueurs juifs. Baruch échappera à la fureur meurtrière, sera frappé et blessé en voulant rejoindre le couvent des Frères Prêcheurs et devra son salut en acceptant le baptême forcé, après avoir tenté par tous les moyens de s’en dispenser ! La Chronique de Bernard Gui, le fameux inquisiteur du Toulousain de 1319 à 1323, confirme l’état d’exaltation qui marqua ces massacres :

  • 17 Recueil des Historiens des Gaules et de la France, XXI, p. 731.

"Leur nombre et leur folie s’accrurent de manière si dangereuse qu’ils firent naître la terreur et la peur à la seule évocation de leur nom dans les communautés villageoises et les châteaux de ces régions, auprès des gouverneurs, des bailes, des princes, des prélats et des riches. Ils assiégèrent le château royal de Verdun, au diocèse de Toulouse, pour en chasser les juifs qui s’y étaient réfugiés. Lorsqu ’ils allèrent jusqu ’à exercer leur folie meurtrière dans la ville de Toulouse, avec l’appui et l’encouragement de la populace, ils mirent à mort les juifs, en un seul jour et rapidement, sans que la garde du Roi et le pouvoir des consuls puissent s’y opposer"17

21Le récit de Baruch détaille les responsabilités des représentants de la loi et du pouvoir royal : ils sont débordés et ne peuvent empêcher les tueries. Ce notable juif bénéficie de protections dans tous les milieux (Dominicains, notaires de l’inquisition, sergents du viguier et capitouls). Il est important de noter qu’il devra "acheter" un capitoul pour arriver à circuler dans les rues où il fallait affirmer haut et fort son caractère de baptisé pour passer au milieu de la foule. Malgré la protection rapprochée d’un sergent, il ne peut affirmer son caractère juif qu’en présence des représentants de l’autorité, qui lui conseilleront de quitter la ville le soir-même, car "les juifs qui resteraient au Château Narbonnais seraient ou baptisés ou tués".

22Aux portes de Toulouse, en direction de Pamiers, il sera à nouveau inquiété à Montgiscard, où le baile du lieu collabore avec les pastoureaux pour intercepter les juifs en fuite. Cette attitude contraste avec celle du baile de Grenade-sur-Garonne et du châtelain de Verdun, qui ont tout mis en œuvre pour mettre les Juifs à l’abri des pastoureaux.

  • 18 Collection Doat, BN, II p. 328 .
  • 19 Voir le résumé de L’Histoire générale de Languedoc, IX p. 405.

23Le comportement des consuls et des bailes, qui ne furent pas assez zélés pour limiter les excès des pastoureaux, a motivé une réaction de l’Administration royale en 1322. Les documents du Parlement de Paris montrent que des pastoureaux sont encore présents à Lézat (Ariège) à cette date. Les consuls seront condamnés à une amende de 400 livres, en novembre 132218. Dans cette localité, où ne résidait plus qu’un seul juif, les consuls avaient laissé circuler les bandes armées, toutes bannières déployées, et n’avaient pas empêché la mise à sac de la maison du notaire du lieu où une vingtaine d’habitants se joignirent aux pillards pour brûler les reconnaissances de dettes envers des Juifs. Des enquêtes semblables se dérouleront à Albi, où un long rapport met en cause les consuls de la ville19.

  • 20 Boutaric, Actes du Parlement de Paris, tome II, Paris, 1867, n° 6904 (12 septembre 1322).

24Mais il est intéressant de noter dans cette série d’enquêtes, le mandement adressé, le 12 septembre 1322, au sénéchal de Toulouse et au juge royal de Verdun sur l’affaire des pastoureaux. Le document parle de "méfaits et d’excès commis par les bailes, les consuls et plusieurs habitants de la ville de Grenade". Cette enquête est confiée à l’abbé de Grandselve, co-fondateur de la bastide de Grenade et actif collaborateur de la politique royale en pays toulousain20.

  • 21 F. Beriac, Des lépreux aux cagots, recherches sur les sociétés marginales en Aquitaine médiévale, B (...)

25Une autre affaire grave prendra naissance dan cette même vallée de la Garonne, il s’agit de la persécution des lépreux, accusés d’empoisonner les sources. Un an après les ravages causés par les pastoureaux, à partir de juin 1321, le pouvoir royal va prendre à son compte une rumeur populaire et réaliser un montage d’accusations dans le style du retentissant procès des Templiers. À la différence de l’émeute des pastoureaux, où l’Église et les bailes ont collaboré le plus souvent pour protéger les Juifs, c’est une ordonnance royale de Philippe V (21 juin 1321) qui déclenchera cette nouvelle persécution dont les Juifs feront aussi les frais. Françoise Bériac a analysé en détail la naissance de ce complot, qui ressemble fort à la Grande Peur de 1789, et a montré combien l’on passe vite du "fantasme au massacre"21.

  • 22 M. Kriegel, "Mobilisation politique et moderniation organique : les expulsions des Juifs au Bas Moy (...)
  • 23 Henri-Irénée Marrou, article "Histoire" de l’Encyclopaedia Universalis : "Cette cristallisation de (...)

26Pour reprendre une formule de Maurice Kriegel on constate, bien à travers ces évènements propres au pays toulousain, que "chaque fois des expulsions locales, réclamées d’en bas, précèdent le bannissement général"22. On peut dire que l’exclusion mentale précède l’expulsion physique, que le fantasme commande le massacre. Les mouvements incontrôlés des années 1320-1321 ont des allures de croisades populaires et empruntent leur idéologie aux thèmes apocalyptiques, à cette "impatience" que le grand historien Henri-Irénée Marrou qualifiait de "viol de l’Histoire", perpétré dans le but de hâter la conversion des Juifs23.

27À partir de cette accumulation de destructions de communautés entre 1306 et 1322, on peut rendre compte de plusieurs phénomènes sur la vie des derniers Juifs du Toulousain.

28Les documents financiers de la Sénéchaussée de Toulouse montrent à l’évidence la disparition précoce des Juifs dans cette partie du Languedoc. Ainsi, en 1321, le Roi fait payer aux Juifs de "Langue d’Oc", considérés comme complices, les méfaits des lépreux et décrète une imposition de 150000 livres à répartir ainsi par Sénéchaussées : Carcassonne, 25000 l. ; Beaucaire, 20500 ; Toulouse, 2000 1. ; Rouergue, 1900 ; Périgord-Quercy, 100 1.

  • 24 Mis à part le cas célèbre de Baruch le Teutonique, on ne trouve que deux autres exemples de Juifs r (...)

29D’autre part on ne peut qu’être surpris par le peu de cas de Juifs traduits devant les inquisiteurs dans cette vaste région qui va d’Albi à Agen et de Rodez à Pamiers. Alors que la documentation abonde en raison des poursuites engagées contre les hérétiques. Seuls deux ou trois cas concernent vraiment des Juifs relaps, qui furent baptisés de force et sont retournés au judaïsme24.

  • 25 On peut se reporter à la synthèse proposée par Philippe Wolff dans son travail sur Commerces et mar (...)

30Au moment de l’expulsion de 1394, on n’est donc pas surpris de ne trouver que quelques noms, une quinzaine de familles à peine qui émargent dans les Comptes Municipaux de Toulouse, rapportant 25 francs en 1386 et 30 francs en 1387 (à raison d’un franc de taxe par personne)25.

31Il n’y avait donc plus personne à expulser à Toulouse ! Par contre les vexations subies par ces communautés durant le XIVe siècle constituent une vraie tragédie, à laquelle les chroniqueurs juifs et latins ont donné une interprétation religieuse, hissant le massacre de Verdun-sur-Garonne en 1320 au niveau de la chute de Massada. Victimes de la haine et du fanatisme les Juifs qui périrent massivement sur les bords de la Garonne et dans les rues de Toulouse donnèrent ainsi une coloration religieuse à cette histoire malheureuse.

Notes

1 Philippe Wolff, "Quelques documents concernant les Juifs de Toulouse", in Les Juifs au regard de l’Histoire, Mélanges en l’honneur de Bernhard Blumenkranz, Picard, 1985, pp. 201-216. Le statut des "mazeliers" de Toulouse est le document n° IV.

2 Layettes du Trésor des chartes, IV, éd. Berger, Paris, 1902, n° 5487, pp. 321-326. Un manifestant s’écrie : "Nosautres jes elaisson concagar e avilanir e nos pres òm nàstres còrs e nàstres avers... et sumus plus somés que nulh juzieus de juzaigas". (On les laisse nous humilier et nous avilir, ils prennent nos corps et nos biens... et nous sommes plus taxés que n’importe quel juif de juiverie).

3 Lagrèze-Fossat, Etudes historiques sur Moissac, Paris, 1870,1, p. 107.

4 Devals, "Albias et son territoire", Montauban, 1869 (tiré-à-part du Bulletin archéologique de Tarn-et-Garonne, 1869). Albias, canton de Negrepelisse, Tarn-et-Garonne.

5 Philippe Wolff, "Un leudaire de Toulouse", Annales du Midi, t. 68, (1956), pp. 285-302 (article 191).

6 Saverdun, E 92. Archives départementales de l’Ariège.

7 Gustave Saige, Les Juifs du Languedoc antérieurement au XIVe siècle, Paris, 1881. Les travaux d’Yves Dossat permettent de retrouver la vie du quartier de la rue Jouzaigues (la josaigas est le nom occitan du "quartier juif" au Moyen Âge) près de l’actuelle place des Carmes. Dossat, "Quelques documents inédits sur les Juifs”, in Bulletin philologique et historique (jusqu’en 1610), 1969, pp. 771-779 ; "Les Juifs à Toulouse, un demi-siècle d’histoire communautaire", in Juifs et judaïsme en Languedoc, Cahiers de Fanjeaux, n° 12, Privât, 1977, pp. 117-138.

8 Voir le dossier précis de Gavin I. Langmuir, "L’absence d’accusation de meurtre rituel à l’ouest du Rhône" in Cahier de Fanjeaux, op.cit., pp. 235-249.

9 Aymeric de Peyrac, BN, Lat. 4991 A, f° 158 v. Le texte latin est cité en note dans l’ouvrage de Rupin, L’abbaye et les cloîtres de Moissac, 1897, pp. 52-53. Nous avons utilisé une édition dactylographiée de cette chronique inédite, réalisée pour un mémoire de Théologie, par Régis de la Haye, archiviste, sous le titre : Chronique des Abbés de Moissac, éditée, traduite et commentée, Moissac, Maastricht, 1994.
Cette affaire a été évoquée par M. Méras, "Une prétendue persécution des Juifs à Moissac sous l’abbatiat de Durand de Bredon", Annales du Midi, 79 (1967), pp. 317-318.

10 Fournier-Guébin, Enquêtes administratives d’Alphonse de Poitiers, Paris, 1959, n° 137-138, pp. 364-367. Voir l’étude de G. Passerat, "Les Juifs de Moissac au Moyen Âge", Bulletin de la Société Archéologique de Tarn-et-Garonne, 1.109 (1984), pp. 129-134.

11 Archives communales de Verdun (Tarn-et-Garonne), conservées à l’Hôtel de Ville, série DD3, f° 7 : ce document se présente comme un long rouleau de 49 peaux cousues à la suite. Quarante et un témoins viennent déposer pour défendre les droits de la communauté face aux représentants du pouvoir royal après le rattachement du Languedoc en 1271. le document est des années 1280. Voici le texte figurant dans la déposition du sixième témoin, Galhard de Larrazet, s’exprimant sur la gestion libre du poids public : "interrogatus de nominibus illorum quos vidit in dicta tempore circa dicta blada pensantes quod dictis consulibus dixit de Reverendo Calvelli bene sunt XXX anni et post ipsum Salamiam judeum et Ysaac fratres et Geraldum Molinerii et quosdam alios successive et diversis temporibus". On retrouve les mêmes noms dans la déposition de Guilhem Arnaud de la Porte, au folio 35.
Sur la vie de ces juifs paysans on peut se reporter à notre étude : "Les Juifs de Gascogne au XIVe siècle entre le Trelh et l’Obrador", in Les Juifs et l’économique, Colloque du CIREJ, Université de Toulouse-le-Mirail, PUM, Toulouse, 1992, pp. 89-94.

12 Saige, op. cit., pièce n° 32, p. 259.

13 Archives de Verdun, série FF1 : "Enquête faite par Arnaud Magistri, délégué par le Sénéchal, sur certains faits reprochés par les consuls de Verdun à Gausbert de Straels, chevalier, châtelain de Verdun". Ce document non daté, rapporte une série de faits liés à la guerre de Gascogne entreprise par Philippe-le-Bel, notamment l’arrestation du sénéchal gascon d’Edouard III, Elie de Caupenne, qui fut capturé à Paris et emprisonné à Verdun, durant l’année 1294. Gausbert de Straels le conduira jusqu’à Saint-Sever. On peut donc dater les faits cités entre 1294 et 1307.

14 Texte original : "Item mtendit probare quod ipse castellanus cepit seu arrestavit in castra Verduni Petrum de Loberono, pro facto cuiusdam judei cui promiserat in presencia eiusdem castellani se restituere statim clavem cuiusdam domus, quam ipse idem judeus vendiderat eidem Petro de Leberono. Quod facere recusavit idem Petrus ad mandatum ipsius castellani dicens quod nichil faceret pro ipso."

15 Pour tout ce dossier on peut se reporter à notre étude : "Le massacre des Juifs de Verdun-sur-Garonne (1320) ; à propos des deux versions de cet événement (comparaison entre les sources juives et non-juives)", in Les Juifs, objet de connaissance, colloque du CIREJ, Université de Toulouse-Le Mirail, Toulouse, 1984, pp. 73-83. Nous avons publié dans cet article toutes les pièces du dossier.
Nous utilisons la synthèse proposée par L’Histoire Générale de Languedoc, de Vic-Vaissete, ed. Privat, 1881, t. IX, pp. 402-406.

16 La version latine, publiée en latin en 1965, par Jean Duvernoy a fait l’objet d’un traduction en 1978 : Le registre d’inquisition de Jacques Fournier, 3 vol., Toulouse, 1965 (vol. 1, pp. 177-190) et traduction, 3 vol. ed. Mouton, Paris, 1978 (vol. 1, pp. 222-234). Plusieurs études ont été faites sur ce texte et sur l’émeute de 1320 : J.M. Vidal, "L’émeute des Pastoureaux en 1320", Annales de Saint-Louis des Français, IIIe année, 1898-1899, pp. 121-174 ; A. Pales-Gobillard, "L’Inquisition et les Juifs : le cas Jacques Fournier", in op. cit., Cahier de Fanjeaux, n° 12, pp. 97-114.

17 Recueil des Historiens des Gaules et de la France, XXI, p. 731.

18 Collection Doat, BN, II p. 328 .

19 Voir le résumé de L’Histoire générale de Languedoc, IX p. 405.

20 Boutaric, Actes du Parlement de Paris, tome II, Paris, 1867, n° 6904 (12 septembre 1322).

21 F. Beriac, Des lépreux aux cagots, recherches sur les sociétés marginales en Aquitaine médiévale, Bordeaux, 1990, livre I, pp. 119-138.

22 M. Kriegel, "Mobilisation politique et moderniation organique : les expulsions des Juifs au Bas Moyen Âge", Arch. Sc. soc. des Rel., 1978,46/1, pp. 5-20.

23 Henri-Irénée Marrou, article "Histoire" de l’Encyclopaedia Universalis : "Cette cristallisation de l’impatience a pu conduire à un véritable viol de l’Histoire, l’action des hommes cherchant à hâter l’accomplissement des promesses de Dieu".
Norman Cohn, Les fanatiques de l’Apocalypse, Payot, 1983 et Robert I. Moore, La persécution, sa formation en Europe, Paris, Les Belles-Lettres, 1991.

24 Mis à part le cas célèbre de Baruch le Teutonique, on ne trouve que deux autres exemples de Juifs relaps, condamnés par Bernard Gui (références au Liber Sententiarum). Voir l’étude déjà citée de A. Pales-Gobillard, "L’Inquisition et les Juifs", Cahier de Fanjeaux, n° 12, p. 113. Le Bullaire de l’inquisition, édité par Mgr Vidal, ne cite qu’un cas de juif relaps pour notre région, Jean de Lombers, dénoncé au pape Clément VI par des habitants d’Albi et de Castres, n° 186, pp. 288-290.

25 On peut se reporter à la synthèse proposée par Philippe Wolff dans son travail sur Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-1450), Paris, Plon, pp. 398-401 (avec un tableau des prêts consentis par des Juifs à Toulouse entre 1360 et 1392).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search